Du behaviorisme au cognitivisme - article ; n°2 ; vol.90, pg 247-286

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1990 - Volume 90 - Numéro 2 - Pages 247-286
Résumé
Après avoir situé le cadre épistémologique — non empiriste — de son propos, après avoir mis au jour quelques-uns des processus auxquels obéiraient les déplacements de « paradigmes » dans l'histoire de la psychologie expérimentale, l'auteur reconstruit la logique historique qui aurait conduit de la dominance d'un paradigme behavioriste à celle d'un paradigme cognitif.
Dans cette optique — et tout en périodisant le développement de la psychologie cognitive, de 1955 à nos jours —, l'auteur évoque et discute les points suivants : la crise du behaviorisme intervenue aux Etats-Unis dans les années 50, l'existence de précurseurs de la psychologie cognitive, l'impact crucial du développement — hors psychologie — des sciences cognitives et la place prise par les « médiateurs », le rôle des expériences, la signification de la psychologie cognitive en tant que « progrès » scientifique, le rapport avec les évolutions du champ thérapeutique.
Mots clés : empirisme, paradigme, histoire de la psychologie expérimentale, behaviorisme, psychologie cognitive.
Summary : About the « cognitive revolution » in experimental psychology.
First of all the author sets out the epistemological framework of his subject matter. Drawing reference from the works of Kuhn, Lakatos and Feyerabend, he maintains that experimental psychology no longer complies with the norms of empiricism. He illustrates this, citing the case of Skinner.
Then, tackling the general history of experimental psychology up to the fifties, the author attempts to bring some consistent features to light. In his account the shift of paradigms follows three conditions : the degeneration or crisis of the dominant paradigm ; the putting forward of a new proposition based on previous developments carried out outside the framework of the dominant paradigm; the attraction of this proposition for both reasons scientific and extrascientific.
Finally, based on this, the author reaches his main objective : the development of cognitive psychology from 1955 up to the present time. After some preliminary remarks dealing, above all with the ambiguity of expressions such as « cognitivism » or « cognitive psychology » he reconstructs the historical logic leading from the dominance of a behaviorist « paradigm » to that of a « cognitive » paradigm. He mentions the crisis of behaviorism which arose in the fifties. He reflects on the existence of forerunners in cognitive psychology. He emphasizes the crucial impact of the development — apart from psychology — of cognitive sciences, as well as the role played by the « mediators ». He divides the development of cognitive psychology into three stages : the underground revolution (from 1956), the emergence (1967) and the organization (1977). He discusses the role of expe- riences and he questions tke significance of cognitive psychology with regard to scientific « progress ». Finally he finishes with several remarks about the relationships in the field of therapy (from behaviorist therapies to cognitive therapies).
Key words : empiricism, paradigm, history of experimental psychology, behaviorism, cognitive psychology.
40 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : lundi 1 janvier 1990
Lecture(s) : 315
Nombre de pages : 42
Voir plus Voir moins

Michel Legrand
Du behaviorisme au cognitivisme
In: L'année psychologique. 1990 vol. 90, n°2. pp. 247-286.
Citer ce document / Cite this document :
Legrand Michel. Du behaviorisme au cognitivisme. In: L'année psychologique. 1990 vol. 90, n°2. pp. 247-286.
doi : 10.3406/psy.1990.29399
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1990_num_90_2_29399Résumé
Résumé
Après avoir situé le cadre épistémologique — non empiriste — de son propos, après avoir mis au jour
quelques-uns des processus auxquels obéiraient les déplacements de « paradigmes » dans l'histoire de
la psychologie expérimentale, l'auteur reconstruit la logique historique qui aurait conduit de la
dominance d'un paradigme behavioriste à celle d'un paradigme cognitif.
Dans cette optique — et tout en périodisant le développement de la psychologie cognitive, de 1955 à
nos jours —, l'auteur évoque et discute les points suivants : la crise du behaviorisme intervenue aux
Etats-Unis dans les années 50, l'existence de précurseurs de la psychologie cognitive, l'impact crucial
du développement — hors psychologie — des sciences cognitives et la place prise par les « médiateurs
», le rôle des expériences, la signification de la psychologie cognitive en tant que « progrès »
scientifique, le rapport avec les évolutions du champ thérapeutique.
Mots clés : empirisme, paradigme, histoire de la psychologie expérimentale, behaviorisme, psychologie
cognitive.
Abstract
Summary : About the « cognitive revolution » in experimental psychology.
First of all the author sets out the epistemological framework of his subject matter. Drawing reference
from the works of Kuhn, Lakatos and Feyerabend, he maintains that experimental psychology no longer
complies with the norms of empiricism. He illustrates this, citing the case of Skinner.
Then, tackling the general history of experimental psychology up to the fifties, the author attempts to
bring some consistent features to light. In his account the shift of paradigms follows three conditions :
the degeneration or crisis of the dominant paradigm ; the putting forward of a new proposition based on
previous developments carried out outside the framework of the dominant paradigm; the attraction of
this proposition for both reasons scientific and extrascientific.
Finally, based on this, the author reaches his main objective : the development of cognitive psychology
from 1955 up to the present time. After some preliminary remarks dealing, above all with the ambiguity
of expressions such as « cognitivism » or « cognitive psychology » he reconstructs the historical logic
leading from the dominance of a behaviorist « paradigm » to that of a « cognitive » paradigm. He
mentions the crisis of behaviorism which arose in the fifties. He reflects on the existence of forerunners
in cognitive psychology. He emphasizes the crucial impact of the development — apart from psychology
— of sciences, as well as the role played by the « mediators ». He divides the development of
cognitive psychology into three stages : the underground revolution (from 1956), the emergence (1967)
and the organization (1977). He discusses the role of expe- riences and he questions tke significance of
cognitive psychology with regard to scientific « progress ». Finally he finishes with several remarks
about the relationships in the field of therapy (from behaviorist therapies to cognitive therapies).
Key words : empiricism, paradigm, history of experimental psychology, behaviorism, cognitive
psychology.L'Année Psychologique, 1990, 90, 247-286
NOTES
Unité de Psychologie du Travail
Université catholique de Louvain1
DU BEHAVIORISME AU COGNITIVISME
par Michel Legrand
SUMMARY : About the « cognitive revolution » in experimental psy
chology.
First of all the author sets out the epistemological framework of his
subject matter. Drawing reference from the works of Kuhn, Lakatos and
Feyerabend, he maintains that experimental psychology no longer complies
with the norms of empiricism. He illustrates this, citing the case of Skinner.
Then, tackling the general history of experimental psychology up to the
fifties, the author attempts to bring some consistent features to light. In
his account the shift of paradigms follows three conditions : the degeneration
or crisis of the dominant paradigm ; the putting forward of a new proposit
ion based on precious developments carried out outside the framework of the
dominant paradigm; the attraction of this proposition for both reasons
scientific and extrascientific.
Finally, based on this, the author reaches his main objective : the
development of cognitive psychology from 1955 up to the present time. After
some preliminary remarks dealing, above all with the ambiguity of expres
sions such as « cognitivism » or « cognitive psychology » he reconstructs
the historical logic leading from the dominance of a behaviorist « para
digm » to that of a « cognitive » paradigm. He mentions the crisis of beha
viorism which arose in the fifties. He reflects on the existence of forerunners
in cognitive psychology. He emphasizes the crucial impact of the develop
ment — apart from psychology — of cognitive sciences, as well as the role
played by the « mediators ». He divides the development of cognitive psychol
ogy into three stages : the underground revolution (from 1956), the emer
gence (1967) and the organization (1977). He discusses the role of expe-
1. Voie du Roman Pays 20, 1348 Louvain-la-Neuve, Belgique. Michel Legrand 248
riences and he questions the significance of cognitive psychology with
regard to scientific « progress ». Finally he finishes with several remarks
about the relationships in the field of therapy (from behaviorist therapies
to cognitive therapies).
Key words : empiricism, paradigm, history of experimental psychology,
behaviorism, cognitive psychology.
Le thème d'une révolution cognitive en psychologie, qui
emprunte sa terminologie à la théorie des révolutions scienti
fiques de Kuhn (1972), est aujourd'hui devenu banal. Pourtant,
rares sont les travaux — du moins en langue française — qui
discutent l'argument, explorent en détail l'histoire des trente
dernières années et articulent leur démarche à une réflexion
épistémologique rigoureuse. Pour ma part, naïf en la matière
— n'étant ni « behavioriste », ni « cognitiviste », ni même psycho
logue d'expérimentation — mais curieux et depuis longtemps
intrigué par la question, j'ai voulu en savoir davantage. (Je suis
à la fois épistémologue, m'étant occupé notamment de la psychan
alyse, et psychologue, actuellement soucieux de travailler à la
fondation d'une clinique socio-analytique. C'est dire qu'il y a
quelque témérité de ma part à m'aventurer sur un terrain auquel
je suis extérieur. Mais je suis rassuré : les praticiens du domaine
seront d'autant plus vigilants à exercer une critique sans merci
vis-à-vis de mes propositions). Profitant de l'occasion que m'off
rait la prise en charge toute fraîche d'un cours d'Histoire et
épistémologie de la psychologie à l'Université de Louvain, j'ai
procédé à une première enquête, dont je voudrais ici livrer les
résultats. Je tiens à ajouter en outre que j'eus la chance de ren
contrer, après de nombreuses recherches documentaires peu
fructueuses, le remarquable ouvrage de Bernard Baars The Cognit
ive Revolution in Psychology (1986), auquel je me référerai abon
damment. Toutefois, avant de venir à notre problème, il me
paraît important de le resituer dans un contexte épistémologique
et historique plus large.
POSITIONS ÉPISTÉMOLOGIQUES
Le lecteur devra ici me pardonner ma brièveté. C'est que je
ne puis, faute de place, fonder dans leur généralité les options
épistémologiques qui commandent mon abord du champ seien- Du behaviorisme au cognitivisme 249
tifique2. Celles-ci, dont l'énoncé était nécessaire à la bonne intel
ligence de la suite, seront donc simplement déclarées.
Pour aller droit à l'essentiel, je dirai que je suis résolument
favorable à une é pisté mologie de l'ouverture et de la diversité.
Je ne crois pas qu'il soit possible ni souhaitable de tracer une
ligne de partage nette, franche et indiscutable, entre la science
et la non-science. A mes yeux, la pourtant remarquable tentative
de Popper (1973) pour opérer la démarcation dans les termes
d'un critère de falsifiabilité ne résiste pas aux arguments
historiques développés par les œuvres souvent associées de
Kuhn (1972), Lakatos (1970) et Feyerabend (1979). Gomme l'ont
montré décisivement ces trois auteurs, les normes empiristes, les
procédures poppériennes de falsification-corroboration, sont
impuissantes à rendre compte à elles seules de l'histoire effective
des sciences, y inclus, comme nous le verrons, de l'histoire de
celles-là qui s'en réclament le plus ostensiblement.
Je partage donc volontiers la conclusion à laquelle aboutit
Chalmers (1988) lorsque, au terme d'un parcours épistémolo-
gique détaillé — qui l'a conduit du positivisme naïf jusqu'aux
vues anarchistes d'un Feyerabend — , il écrit :
« II est clair désormais que je considère qu'il n'existe pas de concept
ion éternelle et universelle de la science ou de la méthode scientifique...
Rien ne nous autorise à intégrer ou à rejeter des connaissances en raison
d'une conformité avec un quelconque critère donné de scientiflcité »
(p. 219).
Bien sûr, ceci a d'importantes implications par rapport à la
psychologie. Je suis d'avis que l'on doit cesser d'opposer, comme
d'aucuns le font encore aujourd'hui, une psychologie scientifique
à une psychologie non scientifique, au nom d'une normativité
épistémologique qui dissimule mal une sorte de coup de force
symbolique, une tentative — souvent réussie — d'appropriation
de légitimité. De même que je suis convaincu de la nécessité de
suspendre le jugement de ceux qui, dans le « camp opposé »,
jettent sur la psychologie de laboratoire, avec une once de
mépris et de quant-à-soi, la suspicion de n'être après tout qu'une
science mimétique, artificiellement calquée sur les sciences natur
elles — évangélisée à la manière des sauvages, pour reprendre
2. Je renvoia le lecteur intéressé à la première partie de mon ouvrage
Psychanalyse, science, société (1983), dans lequel ces options sont introduites
et argurnenU-tis, A l'occasion de leur mise en discussion sur la psychanalyse. Michel Legrand 250
les termes d'un Politzer — et donc viciée dans ses fondements —
ou encore : une science impuissante constitutivement à ren
contrer l'irréductible humain. De grâce, laissons donc désormais
évoluer hors de tout regard culpabilisant, proliférer en
liberté, dans l'esprit anarchiste de Feyerabend, la multiplicité
des démarches qui composent le « champ mouvant et instable »
(Stengers, 1987) des sciences psychologiques.
LA PSYCHOLOGIE EXPÉRIMENTALE :
UNE SCIENCE EMPIRISTE ?
Le cas de la psychologie expérimentale est exemplaire. S'il
est en effet une discipline qui a prétendu se fonder comme science
au nom de l'empirisme, c'est bien elle. J'entends ici par « empi
risme » une conception déterminée des sciences empiriques — à
savoir de celles-là qui prétendent nous donner la connaissance
de la réalité qui s'offre à notre expérience, à la différence des
sciences formelles. En termes très généraux et vagues, on pourrait
dire que l'empirisme caractérise la science empirique (en tant que
science) par le rapport net, non équivoque que les propositions
de celle-ci entretiennent avec la réalité observable : les sciences
empiriques soumettent leurs propositions au verdict de la réalité
observable à travers des procédures rigoureuses, en telle sorte
que ces propositions puissent être, soit confirmées, soit réfutées
par la réalité même. En outre, cette caractérisation « logique »
se double d'une hypothèse sur le développement des sciences
empiriques : l'histoire de celles-ci est foncièrement régie par la
dynamique des normes « empiristes » de corroboration-falsifica-
tion. On sait par ailleurs que l'épistémologie empiriste a été et
est multiforme. Deux versions majeures, et contradictoires, en
ont été formulées : la version positiviste (renouvelée au xxe siècle
à la suite des travaux du Cercle de Vienne) et la version falsifî-
cationiste de Popper. Pour ma part, c'est à cette dernière — que
je crois plus satisfaisante que sa rivale — que je me réfère de
manière privilégiée (d'où l'évocation régulière de procédures
« poppériennes » de corroboration-falsifîcation). Enfin, mon texte
présuppose également que d'autres œuvres épistémologiques du
xxe siècle — en particulier, celles de Kuhn, Lakatos et Feyera
bend — ont mis en évidence dans les sciences empiriques, à tra
vers une attention portée à l'histoire effective des sciences, des Du behavior isme au cognilivisme 251
aspects irréductibles aux critères empiristes (sur tous ces points,
cf. aussi l'ouvrage de Chalmers, 1988).
Que dire en première instance de la psychologie expériment
ale, sinon ce qu'elle dit d'elle-même et qu'elle semble à l'évidence
incarner? A savoir : que sa démarche consiste bel et bien, dans son
essence, à formuler des hypothèses et à les soumettre — selon les
règles les plus strictes du contrôle et de la purification du champ
obtenus dans les conditions du laboratoire — à des procédures de
falsification-corroboration. Et en outre : qu'elle progresse et
accumule découvertes et connaissances en écartant — impitoya
blement — les hypothèses falsifiées, en conservant — provisoire
ment — - les corroborées. N'est-ce pas là l'empirisme
poppérien tout craché, réalisé à l'état pur, presque caricaturale-
ment? Or l'examen attentif des démarches effectives des psycho
logues d'expérimentation fait apparaître autre chose, qui est
généralement méconnu.
La thèse d'après laquelle la psychologie expérimentale n'est
pas sans plus une science empiriste, bien plus d'après laquelle
cette accentuation univoque occulte une part importante de sa
vérité, dessine l'horizon épistémologique de mon propos. Cette
thèse, on me permettra d'abord, avant de la brancher sur le
mouvement général de l'histoire, de l'illustrer sur un cas exemp
laire, que je tiens pour particulièrement démonstratif : le cas
de Skinner. Car à qui viendrait à l'esprit l'idée saugrenue et
absurde que Skinner, considéré parfois comme le champion du
positivisme le plus échevelé, puisse ne pas être un empiriste pur
et dur3 ?
Faisons d'abord un sort au soi-disant positivisme de Skinner,
qui résulte d'une grossière méprise. Pour cela, il n'est pas inutile
de rappeler dans quel contexte historique le skinnérisme triomphe
au sein de l'école behavioriste. Ce contexte est celui, au début
des années 50, de la crise de la théorie de Hull, qui avait fait
naître auparavant les espoirs les plus fous (Baars, 1986, p. 66-69).
Skinner — qui, dès les années 30, avait mis au point les tech
niques et la théorie du conditionnement opérant — apparaît
alors en mesure, aux yeux d'un certain nombre, d'offrir une issue
à la crise. On a fait trop de théorie, lance-t-il, retournons donc
au laboratoire, accumulons les faits. Privilège accordé à l'obser-
3. J'ai déjà esquissé autrefois l'argument développé ci-dessous dans
« Skinner et la psychanalyse » (1973). 252 Michel Legrand
vation des faits, soupçon jeté sur les théories : tel est bien le
profil du positiviste. Et pourtant, il y a là un malentendu, lié
à l'ambiguïté du terme « théorie ». « Les théories de l'apprentis
sage sont-elles nécessaires ? », interroge Skinner dans un célèbre
article (1950). Et de fait, il répond : non. Mais encore faut-il
savoir ce qu'il entend par théorie. Vise-t-il un corps d'hypothèses
générales — universelles, aurait dit Popper — sur le comporte
ment et les principes qui le régissent ? Nullement. Le terme
« théorie », écrit-il, se réfère ici « à toute explication d'un fait
observé qui fait appel à des événements survenant ailleurs, à
quelque autre niveau de l'observation » (1950, p. 193), par
exemple à des événements situés dans le système nerveux ou
dans l'esprit. Bref, Skinner refuse l'usage dans le langage de la
psychologie de termes « théoriques » au sens qualifié, à savoir
de termes qui ne désigneraient pas des observables comporte
mentaux ou environnementaux, mais des entités hypothétiques
ou postulées — ainsi que Tolman et Hull s'y étaient référés à
travers leurs fameuses « variables intermédiaires ». Par contre,
il est loin, dans ses propos explicites, de rejeter la théorie tout
court : « ... la psychologie expérimentale est fondamentalement
et inévitablement engagée dans la construction d'une théorie
du comportement. Une théorie est essentielle à la compré
hension du comportement pris comme objet de science » (1971,
P- 8).
En réalité, Skinner est un audacieux théoricien. Audacieux
parce qu'il prétend formuler une hypothèse d'ampleur univers
elle sur le comportement — sur tous les comportements de
quelque niveau qu'ils soient, simples ou complexes — des orga
nismes vivants — de tous les organismes vivants, y compris
humains. Cette hypothèse, Richelle la formule comme suit :
« Le conditionnement opérant... se ramène au contrôle du comporte
ment par ses conséquences. Une conduite suivie d'un événement appar
tenant à la catégorie des renforcements tend à se reproduire et à se
consolider dans le répertoire du sujet. Là où d'aucuns ne veulent voir
qu'un niveau — et non le plus élevé — ■ de la hiérarchie des comporte
ments, Skinner n'hésite pas à voir le mécanisme fondamental par lequel
le milieu auquel Vindividu est exposé détermine les conduites de ce dernier »
(1973, p. 382 ; je souligne).
En outre, qu'il soit bien clair que Skinner n'est pas un obser
vateur naturaliste des comportements, qui accumulerait des Du behaviorismc au cognilivisme 253
faits au petit bonheur pour les encadrer ensuite secondairement
dans un corpus d'hypothèses obtenu par une prudente général
isation inductive. C'est bien plutôt l'inverse qui est vrai : Skinner
observe des faits produits dans des situations expérimentales
qui sont toujours préarrangées d'après les termes fondamentaux
constitutifs de son hypothèse organisatrice — à savoir :
SD - R - Rf (Stimulus discriminatif - Réponse - Renforcement).
Je précise : entre l'hypothèse directrice du conditionnement
opérant et les faits observés, intervient ce que l'on pourrait
appeler un canevas situationnel médiateur, qui inscrit dans le
réel les termes de l'hypothèse ; dans ses composantes abstraites,
ce canevas — ■ dont la « cage de Skinner » est un modèle concret
exemplaire, « paradigmatique », dirait Kuhn — se répète tou
jours identique à lui-même, en même temps que d'infinies varia
tions concrètes peuvent être brodées sur lui :
« Une analyse expérimentale visera donc, quel que soit le degré de
complexité des comportements envisagés, à clarifier les relations fonc
tionnelles entre ces et les contingences de renforcement
qui président à leur émergence, à leur maintien, à leur extinction, en
s'inspirant du modèle simplifié que nous fournit au laboratoire le condi
tionnement d'actes moteurs tels que l'appui sur le levier » (Richelle,
1973, p. 381).
Pour le développement de cette idée de « canevas situationnel »,
qui donne une place de choix à la composante instrumentale dans
un « paradigme » skinnérien — au même titre qu'on l'accordera à
ladite situation analytique dans un « paradigme » psychanalytique,
cf. M. Legrand, 1973 et 1974.
Mais arrêtons-nous un moment. Où en sommes-nous ? Ai-je
montré que Skinner n'était pas empiriste ? Pas encore. J'ai seul
ement indiqué qu'il pas positiviste. Serait-il donc falsifî-
cationiste ? Pour avancer dans ce problème, il importe, me
semble-t-il, de distinguer deux questions. La première : les hypot
hèses skinnériennes — dont, en particulier, son hypothèse car
dinale — sont-elles logiquement falsifiables ? La seconde : la
démarche de Skinner est-elle effectivement orientée vers la mise
à l'épreuve empirique ou vers la falsification-corroboration de
ses hypothèses ?
A la première question — soyons bon prince — • nous pouvons
répondre : oui. A supposer que nous montions un dispositif de
conditionnement opérant et que le comportement défini dans le
protocole expérimental, lui-même suivi de l'occurrence d'un 254 Michel Legrand
renforcement, n'augmente pas sa probabilité d'émission, l'hypo
thèse cardinale serait sérieusement compromise. Notons cepen
dant un problème qui pourrait être grave, mais que je ne dis
cuterai pas — l'argument n'étant pas essentiel pour ma démonst
ration. Si le « renforcement » est défini opérationnellement
comme « cela qui augmente la probabilité d'émission d'une
réponse », il est clair alors qu'un échec à obtenir des résultats
escomptés ne compromet jamais l'hypothèse ; il suffira de dire :
l'événement consécutif n'était pas un « renforcement » puisqu'il
n'a pas augmenté la probabilité d'émission de la réponse. L'hypo
thèse est infalsifîable, elle peut être sauvée à tous les coups.
Par contre, à la seconde question, qui déplace le débat de la
logique vers l'histoire des sciences et qui seule nous intéresse
ici, la réponse doit être plus nuancée : elle est à la fois négative
et positive. Je m'explique.
A mon sens, la démarche de Skinner exemplifîe la dynamique
de ce que Lakatos a appelé des « programmes de recherche ».
Skinner a instauré un programme de recherche, constitué d'une
heuristique négative et d'une heuristique positive. D'un côté
— ■ — -, le programme de recherche skinnérien
comporte un « noyau dur » protégé — l'hypothèse audacieuse
que je mentionnais et résumais avec Richelle — soustrait à toute
falsification potentielle ; d'un autre côté — ■ heuristique posi
tive — -, il permet, sur la base du noyau dur jamais questionné,
de concevoir des hypothèses de second rang qui, elles, sont sou
mises au jeu régulier des procédures de falsifîcation-corrobora-
tion : on écarte les falsifiées, on garde les hypothèses
corroborées. Autrement dit, Skinner n'a nul souci de mettre à
l'épreuve sa théorie fondamentale ; par contre, il teste empir
iquement des hypothèses plus précises, qui présupposent con
stamment la première. On sait par exemple, sous ce dernier aspect,
qu'une part importante du travail de Skinner a consisté à
évaluer l'efficacité respective de divers programmes de renforc
ement (cf. Richelle, 1966).
Le même phénomène peut être traduit dans le langage de la
doctrine des paradigmes de Kuhn. La démarche de Skinner,
pourrait-on dire, a été guidée, dans l'esprit de la « science nor
male », non tant par la préoccupation d'un questionnement
critique de la théorie de base, que par la volonté de consolider
celle-ci, d'en manifester la fécondité, d'en étendre et élargir sans
cesse les champs d'application. Rappelons à cet égard la ten-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.