« Économie paysanne » et « féodalité byzantine » - article ; n°6 ; vol.30, pg 1371-1396

De
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1975 - Volume 30 - Numéro 6 - Pages 1371-1396
26 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 1975
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 27
Voir plus Voir moins

Madame Evelyne Patlagean
« Économie paysanne » et « féodalité byzantine »
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 30e année, N. 6, 1975. pp. 1371-1396.
Citer ce document / Cite this document :
Patlagean Evelyne. « Économie paysanne » et « féodalité byzantine ». In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 30e
année, N. 6, 1975. pp. 1371-1396.
doi : 10.3406/ahess.1975.293683
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1975_num_30_6_293683MOD LES CONOMIQUES
CONOMIE PAYSANNE ET <r ODALIT BYZANTINE
Byzance été une société médiévale parmi les autres caractérisée comme les
autres du vue au xie siècle par un peuplement en partie renouvelé un produit
global où la part des campagnes était probablement majeure un effort de guerre
peu près ininterrompu enfin un modèle politique et religieux du pouvoir
souverain légué par Empire romain tardif Il est donc légitime au moins de
chercher si une féodalité byzantine se laisse reconnaître et sous quelle
forme
Le mot est gros de polémiques Et certes il souvent été selon expression
acide de Marc Bloch étiquette assez gauche un type de structure sociale lui-
même assez mal défini Mais abus est digne intérêt Il traduit la détresse con
ceptuelle historiens nés citoyens tats nationaux et en principe du moins
centralisés devant des sociétés qui se définissent ensemble première vue par le
caractère négatif de ne pas entrer dans cette catégorie tout en connaissant une
puissance publique soit comme antécédent proche et déterminant et est le cas
du Ma onnais de Georges Duby soit comme composante encore vivante et ce
pourrait être le cas de Byzance En un mot sous un premier aspect la féodalité
pose un problème de droit public elle existe là où il privatisation partielle
ou générale de la puissance publique dans ses droits fiscaux militaires et
judiciaires Mais pour différentes raisons elle paraît associée un certain type
économie dont emprunte la définition Witold Kula une prédominance
de la grande propriété foncière entourée de petites exploitations paysannes
économiquement et juridiquement dépendantes tandis que le secteur artisanal
demeure faible et prisonnier une organisation corporative La féodalité est faite
de cette combinaison et on ne peut considérer exclusivement sa composante
économique ou politique
Pourtant bien des discussions école évanouissent et un paysage
historique plus vrai se dévoile si on accepte de remettre le droit public et
même les relations sociales leur place qui est pas la première La terre
seule pourvoyeuse de vie et de véritable richesse homme et la bête sans
lesquels elle ne peut produire voilà le premier mot de histoire La recherche
une féodalité byzantine passe par la vérification du modèle de économie
1371 MOD LES CONOMIQUES
paysanne A.P Cajanov avait élaboré pour le présent et le passé de sa
Russie natale en étudiant la stagnation obstinée des campagnes Il avait conclu
que les calculs inspirés par entreprise capitaliste ne pouvaient appliquer ex
ploitation paysanne fondée sur un effort familial rebelle toute évaluation en
termes de salaires et donc étranger une maximisation capitaliste du profit Le
moteur de exploitation paysanne serait alors la poursuite un équilibre entre la
satisfaction des besoins familiaux parmi lesquels le maintien des moyens de
production voire leur accroissement en fonction du nombre de bouches et la
peine du travail effort de production en autres termes est déterminé par
le nombre des individus producteurs et consommateurs au sein de la cellule
familiale et par le niveau adversité auquel la continuation de la famille se
heurte tout moment Il en résulte des rapports avec le marché opposés ceux
qui nous sont familiers Ce modèle aux implications politiques délicates appar
tient désormais outillage des recherches sur le développement des sociétés
dominante paysanne Mais ceci est pas de notre propos
Ce qui nous intéresse en revanche est que Cajanov tenté de projeter ce
modèle dans le passé de histoire européenne celle de la Russie notamment où
le chapitre du servage était clos depuis moins un siècle Il retrouvé ex
ploitation paysanne pareillement étrangère au marché Mais il en outre
développé la notion féconde essentielle de la contrainte non-économique celle-
ci détermine la rente payée par exploitant paysan au maître du sol non par un
calcul de valeur mais par une exigence maximale poussée au point après
lequel la ferme serve ne pourrait plus entretenir la rente se détruisant alors
elle-même La limite varie pratiquement avec le nombre des travailleurs en
sorte que le propriétaire et les paysans ont le même intérêt une relation op
timale entre le nombre des hommes et la superficie cultiver Tous les éléments
un calcul moderne font ainsi défaut la valeur de la terre parce elle compte
moins que le rapport de forces social et celle du travail paysan il est
pas de type salarial Le seul facteur appréciable serait le coût de appareil de
coercition nécessaire la levée de la rente En revanche le produit de celle-ci
sera écoulé par le seigneur sur un marché plus ou moins éloigné où jouent of
fre et la demande et auquel exploitation paysanne productrice pas accès
Ainsi conclut Cajanov économie se caractérise par la com
binaison de deux systèmes économiques qui ne coïncident pas On reconnaît
dans ce tableau le deuxième servage de Europe orientale objet historique
immédiat pour un économiste russe né en 1888 Witold Kula en repris étude
dans un livre magistral consacré au grand domaine polonais et continuateur
certains égards de oeuvre de Cajanov Il mis en lumière le calcul économique
qui explique la prospérité évidente et prolongée de tel domaine de magnat dont
les comptes apparaîtraient déficitaires si on voulait les chiffrer dans les formes
uniquement monétaires aujourdhui Les termes de ce calcul sont le seigneur
et la commune villageoise la réserve et les tenures la corvée et exploitation
paysanne le marché extérieur et la continuité interne Le nombre des paysans et
de leurs bêtes de travail constitue le facteur essentiel de la production domaniale
dont le seigneur dispose pour sa consommation ou son négoce sur un marché
extérieur où le mécanisme des prix est lui aussi différent du nôtre
Le modèle établi par Kula présente toutefois un vide qui frappe historien
de sociétés comme Byzance voire le lecteur du livre de Blum sur le servage
russe on trouve guère de référence tat sa fiscalité au domaine
1372 PATLAGEAN LA ODALIT BYZANTINE
public même en sorte que on ne voit pas la part de la puissance publique dans
la contrainte non-économique Ceci correspond effectivement aux vicissitudes du
pouvoir central dans la république nobiliaire polonaise des xvne et xvine
siècles comme en témoignent les difficultés auxquelles se heurte la création
une armée Mais il en résulte que le champ économique est exceptionnelle
ment libre et lisible trop même en ce sens que si observation économique
reste ainsi privilégiée elle est en même temps appauvrie par la légèreté des con
traintes politiques que Cajanov lui-même avait prises en compte dans son essai
historique Au contraire Daniel Thorner trouvé dans les sociétés Extrême-
Orient après 1750 les variantes introduites par les organisations politiques dans
le modèle de économie paysanne est-à-dire la diversité des contraintes
non-économiques exercées sur une paysannerie qui constituait en tout état de
cause assise productrice essentielle de la société entière Q La charge des
paysans apparaît là immuable elle soit infligée par le seigneur ou par la ville
consommatrice sans contrepartie parce que siège de autorité publique En
autres termes leur statut juridique introduit pas de vraie diversité dans
unité profonde de leur condition Conclusion éclairante pour historien des
sociétés structurées par des institutions publiques déterminantes
Il est temps arriver Byzance et de dire en quoi ces lectures du Dimanche
peuvent rendre plus claire son évolution économique sociale et politique Il
semblé elles aidaient placer celle-ci dans sa juste perspective au centre de
laquelle se trouve la rente foncière affranchir par conséquent une double
orientation imprimée jadis histoire des campagnes byzantines devenue la
double ornière dont leur étude ne est plus vraiment écartée Je arrêterai ici
pour ma part au règne Alexis Ier Comnène 1081-1118) coupure tradi
tionnelle avant que influence des structures politiques occidentales ne se fasse
explicite dans Empire En revanche je remonterai ce qui est le point de
départ véritable pour toute la suite sans discontinuité la réforme fiscale de 297
La double orientation laquelle je fais allusion revient aux grands byzan-
tinistes russes de la fin du xixe siècle evskij notamment 12 qui avaient
eux-mêmes sous les yeux une société de fonctionnaires de paysans et de grands
propriétaires Elle été prolongée par leurs héritiers soviétiques 13 par Georges
Ostrogorsky 14 et par Paul Lemerle 15 Elle se définit abord par la recherche
une empreinte slave qui aurait modifié le peuplement et la structure même
des campagnes byzantines avec arrivée massive des Slaves dans Empire
partir des dernières décennies du vie siècle Installés dans les Balkans et en
Grèce acceptés par les empereurs et transplantés même en Asie Mineure pour
remédier un déficit de population qui se serait fait sentir alors les contingents
slaves auraient pas seulement apporté au vieil Empire une jouvence démogra
phique 16 Leur présence aurait également stimulé essor de la commune
villageoise libre qui aurait pris ainsi la place du colonat comme forme
dominante dans organisation des campagnes Le vue siècle constituerait donc
une coupure majeure dans histoire de ces dernières autant plus fortement ac
cusée par les historiens que le dossier de la transformation se borne en vérité
une pièce unique un Code Rural17 probablement composé la fin du vue siècle
ou au début du vine recueil pratique de règles relatives aux litiges contrats et
délits qui peuvent intervenir soit entre les villageois eux-mêmes soit entre un
eux et la commune rurale Il est fait aucune mention de personnages
extérieurs celle-ci comme parties dans les affaires en question ou comme
1373 MOD LES CONOMIQUES
titulaires de droits Georges Ostrogorsky souligne que ce vue siècle obscur aurait
marqué aussi le début des alleux liés au service armé avant les biens militaires
des -x siècles car il les rattache un renouvellement une paysannerie libre
Pour sa part historiographie soviétique qui conserve une place in
terprétation slave du vue siècle intègre celle-ci dans le passage séculaire de
esclavage la dépendance évolution longue où la commune libre du vue siècle
introduit ainsi une discontinuité Toutefois le caractère slave de la commune du
Code Rural ne fait plus unanimité historiens qui mettent volontiers accent
sur la continuité du village pour opposer travers Antiquité romaine sa très
longue durée agression du pouvoir des cités et de tat18 Effectivement
organisation villageoise du Code Rural ne montre rien qui ne se puisse ob
server Byzance aux -vi siècles pour peu que on verse au dossier autre
chose que la législation et quelques morceaux littéraires toujours cités Les
inscriptions hagiographie les précieux papyri de Nessana en Palestine
méridionale restituent la commune rurale de cette époque comme un organisme
dont la responsabilité fiscale est une des tâches possibles et qui exerce une
autorité eminente ou directe sur tout le terroir habitat est groupé le plus
souvent et la société villageoise soumise une hiérarchie interne des fortunes
et tissée déjà de toutes les solidarités intermédiaires entre voisins
associés et parents indivis ou mitoyens Le village admet ailleurs des terres
qui peuvent échapper autorité communale celles de église par exemple et
il arrive aussi il soit tout entier domanial Enfin il comporte des brassiers
sans terre et autres gens qui ne sont ni exploitants ni rentiers du sol tels les
petits agents de autorité publique Ces observations conduisent souligner que
opposition habituelle entre commune libre et colonat est bancale dans la
mesure où elle confronte de fa on confuse forme habitat et condition
juridique Et sans on puisse contester la part très grande des Slaves dans
histoire de Byzance elles jettent aussi le doute sur originalité du vue siècle et
du Code Rural
La seconde direction dans histoire des campagnes byzantines regarde le
pouvoir central Celui-ci représenté en effet surtout dans la tradition classique
des études occidentales héritage politique une Antiquité rassurante et
vénérée dont le modèle de souveraineté été investi une telle valeur on ne
pouvait plus lui prévoir autre futur que le déclin et la chute partir un vue
siècle que on peuplé alleutiers en armes évolution ultérieure est donc
retracée comme celle un conflit entre ce pouvoir et les forces centrifuges de la
grande propriété dont on compte les coups la fin du xie siècle enjeu
de la partie ce seraient les petits alleutiers villageois et militaires protégés par la
puissance publique avec ses propres revenus fiscaux mais aussi la survie même
de cette puissance ainsi placée sous le signe du tout ou rien Le problème une
féodalité byzantine se lève alors Paul Lemerle pour sa part repoussé avec les
suggestions synchroniques que pouvait offrir Occident du ixe au xie siècle Il
pris le parti un splendide isolement historique des institutions byzantines pour
lesquelles échéance du xie siècle serait marquée par la fiscalisation totale des
obligations militaires et appel aux mercenaires étrangers Au surplus la nature
toujours clairement fiscale des obligations envers la puissance publique lui paraît
une objection décisive non seulement existence une féodalité entendue au
sens classiquement politique de Occident mais même la militarisation vraie
une couche sociale alleutiers aux -x siècles 19 Cette position explique
1374 PATLAGEAN LA ODALIT BYZANTINE
également par adhésion il conserve en substance interprétation slave du
vue siècle qui détourné de marquer la profonde continuité fiscale de Empire
depuis la réforme de 297 La pensée si riche de Georges Ostrogorsky été
bornée par les écueils un vue et un xie siècle conformes la même tradition
il entrepris la confrontation nécessaire avec les faits occidentaux autour
de trois grands thèmes immunités dépendance paysanne féodalité byzan
tine définie essentiellement ses yeux par institution de la pronoia 20 Cette
concession de terre en échange un service public et plus précisément militaire
partir des Comnènes se développe depuis le milieu du xie siècle Les
Comnènes renouvelleraient par son moyen un niveau purement aristo
cratique la fonction des petits alleutiers militaires nés au vue siècle et
définitivement tués au xie par la pression des puissants et est ainsi que son
nerait le glas de autorité publique Je laisserai ici la pronoia hors du champ
Mais on peut observer que hypothèse féodale est alors placée trop bas en tout
état de cause pour atteindre la racine de la comparaison elle méconnaît ainsi
une part la continuité du droit public dans des sociétés où tous les dévelop
pements neufs devaient entrer dans les formes préservées depuis le Bas-Empire
autre part les similitudes ménagées entre Byzance et Occident par ce souci
qui leur était commun En revanche Ostrogorsky montre admirablement que
immunité et la pronoia autant que les usurpations de la puissance privée se
traduisent dans la condition paysanne par une simple substitution de rente Cette
dernière traduit pour lui le passage une dépendance tat la dépendance
privée et nous aurons dire que cette interprétation concrètement si éloquente
reste formellement discutable parce elle ignore non seulement une continuité
fiscale séculaire mais la dissymétrie introduite dans la rente foncière par les
exigences spécifiquement politiques de la puissance publique Enfin parmi les
travaux soviétiques on retient oeuvre Alexandre Kazdan un héritage
commun rapproche ailleurs Ostrogorsky Dans un livre un grand intérêt21
qui fait la somme de ses travaux antérieurs Kazdan conteste vigoureusement les
deux idées re ues une majestueuse immobilité de Byzance travers les siècles
et un antagonisme radical entre le pouvoir et les puissants avant le xie siècle Il
définit le feodalisme par la levée une rente en produits prestations et espèces
fruit une contrainte non-économique exercée sur la paysannerie et il
souligne identité entre la rente levée par le propriétaire et impôt levé par
tat dont il fait les deux aspects un prélèvement unique la rente-impôt
féodale centralisée 22 caractéristique de époque féodale comme esclavage
est de Antiquité classique Ici encore la cohérence salutaire conférée
analyse économique est assortie du préjudice que lui inflige la méconnaissance
de ses facteurs politiques Kazdan entreprend bien de montrer après coup que
les relations sociales de la féodalité occidentale se retrouvent purement et
simplement Byzance Mais là il est impossible de le suivre
Telles sont hui les propositions majeures touchant histoire des
campagnes et du pouvoir Byzance aux é* siècles On peut leur faire des
objections immédiates Mais surtout elles ne rendent pas pleinement compte
une structure sociale où les formes exploitation foncière et celles du droit
public se sont combinées dans une détermination réciproque Il convient en effet
de négliger en ce domaine du moins le passage du vue siècle et de reconnaître
jusque dans les documents du xie la trace toujours clairement lisible du système
fiscal instauré en 297 On découvre ainsi me semble-t-il non pas certes im-
1375 MOD LES CONOMIQUES
mobilité mais la flexion véritable de cette histoire Et on constate alors que
Byzance vérifie bien les mécanismes de économie paysanne mais elle en
présente une version rendue originale par importance déterminante de la com
posante étatique et il est permis chercher certaines des significations
économiques et politiques attribuées de fa on parfois disjointe aux concepts de
féodalité et de feodalisme
La réforme fiscale entrée en vigueur en 29723 sur de vieilles bases
hellénistiques 24 fourni un cadre séculaire aux relations entre la terre et ses
travailleurs les maîtres du sol et la puissance publique Elle fondait assiette de
impôt sur la nature et la superficie des terres et sur la force de travail humaine
et animale de exploitation Dès le début en revanche si on excepte les charges
de leur propre entretien et en dépit des impôts indirects les villes ont une
place accessoire dans les rentrées de tat réduite encore en 313 par
exonération personnelle de la plebs urbana et en 498 par la suppression de
impôt des artisans chrysargyre que Constantin avait créé25 La cherté
probablement croissante du travail qualifié entre le ve et le vue siècle se reflète
dans le comportement monopolistique de artisanat urbain Mais celui-ci con
tribue surtout la fiscalité par des services requis dans intérêt de la ville ou
leur équivalent en espèces Privilège politique traditionnel sans doute mais qui
eût pas été concevable ou pour mieux dire économiquement rationnel il
avait contredit trop fort une réalité qui semble bien définie pour autant que on
en puisse juger sans chiffres par la prédominance absolue des campagnes dans
le volume total de la production sinon dans la valeur totale du produit Le
système fiscal appliqué pendant des siècles est la fois la conséquence et la
preuve de cet état de choses
La perception de impôt est directe sur la terre publique qui réunit en une
catégorie complexe et centrale pour la suite les biens dits du fisc terres tombées
en déshérence ou confisquées et les domaines impériaux quoi ajoutent les
terres libres exploitation et impôt En revanche la responsabilité fiscale
sur leur territoire est déléguée aux cités aux communes rurales indépendantes
et certains domaines aux bornes desquels arrêtent dès lors les officiers de la
puissance publique Les paysans dépendants sont les trop fameux colons
esclaves de la terre ils travaillent et dont ils ne peuvent être séparés héros
de tant de commentaires juridiques et de tant de schémas histoire sociale de
Antiquité finissante Dans le principe de la loi et sauf immunité concédée au
maître du sol les colons des éé* siècles sont assujettis impôt ils soient
déclarés sur le rôle fiscal du domaine et comptés dans le paiement de son
propriétaire ou coloni liberi pour imposition desquels ce dernier est un
intermédiaire 26 impôt ainsi levé ne se présente pas toujours pas toujours
comme aliment indéfini un budget tat La fiscalité byzantine conservera la
pratique affecter directement une dépense publique précise des contributions
adéquates ravitaillement des villes travaux publics des contribuables avec
leurs bêtes paiement des fonctionnaires de perception et de justice sur les lieux
de leur service entretien des troupes de passage enfin la levée et équipement
des soldats qui reste une exigence fiscale parmi les autres
La perception trouve là des possibilités de dépassement qui sont associées
la vénalité des charges abus dans les mesures la commutation en espèces des
produits exigés les achats complémentaires effectués par autorité les
réquisitions de la force de travail les rétributions dues aux fonctionnaires
1376 LA ODALIT BYZANTINE PATLAGEAN
enfin multiplication des levées impôt extraordinaires Tout le développement
postérieur est déjà là Et déjà est la rente fiscale qui ajuste la charge des
paysans byzantins au modèle de Cajanov la puissance publique et ses délégués
poussent leur exigence aussi loin que possible et en partagent le produit Déjà
aussi la période des vi8 siècles atteste les deux moyens de se protéger contre
impôt que sont immunité légale et impunité de fait elle touche le seul extraordinaire comme dans la loi de 412 COD JUST ou le
privilège affiché la limite un domaine église en Pamphylie en 527 27
elle soit au contraire totale comme celle de la saline publique donnée en
688 Demetrios de Thessalonique 28 immunité enfreint pas le principe
fiscal énoncé plus haut elle doit laisser au bénéficiaire les moyens accomplir
directement tel service jugé intérêt général par la puissance publique Dans
cette première période elle soutient les deux tâches de glise que sont
assistance aux pauvres et la médiation religieuse Elle entraîne un arrêt de la
puissance publique aux limites de la terre immune signalé sur le terrain comme
les limites de asile ou de autonomie fiscale des domaines On devine que ces
divers privilèges devenaient pratiquement très voisins au regard des agents du
fisc autre part cette défense contre la perception pouvait étendre de gré ou
de force aux alleutiers voisins en échange une rente versée au maître un sol
immune ou fiscalement autonome Les lois des -vi siècles constatent que les
bornes sont frauduleusement repoussées que les petits alleux tombent aux
mains des puissants par différentes fictions légales legs ventes reconnaissances
de dette créances abusives Des tenures étaient protégées de la même fa on con
tre la rente due au propriétaire légitime Enfin il arrivait que empiétement
appuyât sur une troupe privée voire dans une affaire célèbre il fût le fait
une garnison de village Le témoignage officiel de la législation mêle dans une
contradiction significative des notations oppression ou au contraire de
prospérité insolente des paysans ainsi placés hors de la légalité fiscale Quoi il
en soit immunité et impunité ont fondé ensemble et une par autre au
cours de cette période une extension certaine de la propriété domaniale aux
dépens des petits alleux accaparement de la rente foncière semble avoir été le
fruit une puissance sociale complexe fondée sur la richesse terrienne la force
armée privée le prestige local et les complicités administratives Toutefois et
cela est essentiel les fonctionnaires ont pas le droit acquérir des terres dans
la province où ils exercent leur charge
On peut donc penser que dès la seconde moitité du ve siècle Byzance ne
connaissait plus de villages et de paysans véritablement indépendants au
hasard de cas particuliers et réversibles dont il serait historiquement nécessaire
de saisir la proportion alors elle nous échappera évidemment toujours Les
paysans semblent avoir été alors enfermés dans une alternative de fait de la
rente et de impôt plus immédiate que la différence des conditions juridiques et
disposée de telle sorte que toute diminution globale du second entraînait une
augmentation globale de la première Mais cette substitution massive de rente
pour emprunter les termes de Georges Ostrogorsky aurait pas été possible si
la structure matérielle du domaine privé était pas identique celle du domaine
public constitué par ensemble des alleux directement soumis impôt
exploitation paysanne apparaît dans la législation hagiographie voire les
inscriptions cadastrales de cette première époque au plus juste une paire de
ufs un ou deux esclaves le renfort un petit salariat appoint pour la
1377 LES CONOMIQUES MOD
moisson que on paie en grain Les tenures acquittent par une rente en
espèces ou en fruits en tout cas exigence privée de prestations de travail sem
ble une rareté et un abus Quelques déclarations cadastrales consécutives 297
attestent des domaines discontinus avec un petit nombre de résidents paroikoi
ou esclaves ce qui suggère que le gros du travail était demandé au salariat
aux campagnards sans terre qui se déclarent autre part Les grands domaines
impériaux se distinguent par leur étendue souvent héritée une époque
antérieure la romanisation de Orient Le domaine monastique enfin qui se
développe partir de 450 combine de fa on originale la main-d uvre des
moines et le travail appoint sans exclure ailleurs la collecte de rentes
domaniales ou publiques En somme la réversibilité de la rente foncière repose
sur la similitude des alleux et des tenures
Le vue siècle ouvre en la matière une période obscure on vu qui ne
prend guère fin avant le ixe siècle Les sources deviennent alors multiples
historiographie et hagiographie traités militaires29 et administratifs30
correspondances 31 les textes législatifs du xe siècle 32 dont importance même
obscurcit la tradition 33 et bientôt les documents archives plus nombreux
pour le xie 34 Une nouvelle époque commencé en 867 avec avènement de
Basile ler Certes ses prédécesseurs se sont battus sans discontinuer du vue au
ixe siècle Mais désormais la mort de Basile II en 1025 est un vaste
dessein de reconquête qui sera poursuivi Comme celles de Justinien ces guerres
marquent une période de vigueur éclatante de Byzance et elles ont dû mobiliser
toutes les ressources en hommes et en espèces une société où la monnaie or
reste le moyen constamment présent des échanges de la fiscalité et de la
politique Puis la balance des forces penchera lentement en faveur des ad
versaires Turcs et Normands notamment La trame du vieux système fiscal per
siste travers cette histoire mais elle en re oit empreinte
Dès la fin du vine siècle au moins le discours officiel divisait la société en
trois un côté les titulaires de dignités et de charges publiques auprès desquels
on range glise de autre les militaires et les civils ou pauvres 35
Cette dernière distinction exprime époque comme la tête sur le corps telle
est armée dans tat dira une Novelle du xe siècle OGR ni 222
obligation militaire depuis toujours de nature fiscale délimite dès lors une
catégorie spéciale de contribuables Ce sont en premier lieu les alleutiers
militaires dont les biens inscrits sur des registres fiscaux distincts sont im
munes de tout impôts extraordinaire en compensation de équipement et du ser
vice un membre de la maison Leur immunité les place évidemment dans
la lignée des limitanei du Bas-Empire là où le service de ces soldats fron
taliers avait été conforté une terre 36 comme cela se pratique encore au xe
siècle 37 Mais érection en catégorie fiscale et coextensive Empire est
neuve ainsi que accent mis par la loi sur le patrimoine et la solidarité de la
maison militaire Et surtout la différence des limitanei du ve siècle tous les
alleutiers militaires des ï- siècles ne sont pas ont sans doute jamais été les
courageux paysans sortis tout armés un vne siècle régénéré par les Slaves 38
Ils constituent une catégorie sociale diversifiée où la puissance publique choisit
des recrues effectives On trouve des gens riches dont la législation condamne
les dérobades OGR ni Nov 16 4) tandis que le Traité tactique de Léon VI
les recommande comme soldats et surtout comme officiers 39 et que le Traité
anonyme du xe siècle blâme le luxe ostentatoire de leur armement40
1378 prix et valeurs de biens fonciers dans des documents byzantins Italie exceptée) 897-1080 Quelques
description prix ou valeur référence observations
LAVRA no champs vignes en friche pressoir etc 61 sous livre 72 sous
une vigne enclose sous ibid.
250 modii de terre 19 sous ROPOTAMOU
le prix jugé trop faible sera doublé
ensuite
petit monastère avec terrain et le conte
nu de la maison exception un 64 sous ZoGRAPHOu .Viz Vrem
13 Suppi 1906 1-3 mulet
LAVRA no 10 île de Gymnopélagisia 70 sous
terrain équipé et transformé en couvent 132 sous LAVRA no 25
puis 210 sous ibid
une friche athonite 20 sous ESPHIGM NOU
rente un domaine donné par Eustathe 80 sous Zaves anie
Vouas sa fille Irène 224/26-27
valeur de ce domaine exclusion de 30 livres ibid soit un revenu de 37 96 auquel
quatre parcelles pour un attelage ajoute un droit de pacage
domaine partagé par moitiés entre sa
ibid. 225/5 et fille Marie et église fondée par lui total 40 livres
bien donné son gendre Michel livres ibid. 225/20
un domaine de la donation faite
Andronic Doukas 10 livres 15/2
revenu brut de la donation entière 307 sous ibid. 15/20 sic Le détail révèle une petite
erreur de compte
valeur une vigne dans une transaction 100 sous LGER Schatzkammer
n0 104 entre deux monastères athonites
domaine constitué un assortiment
complet de terres 24 livres LAVRA no 42

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.