Effet de l'énoncé d'un problème d'inégalité sur l'acquisition de la conservation par observation - article ; n°2 ; vol.79, pg 393-409

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1979 - Volume 79 - Numéro 2 - Pages 393-409
Summary
In the present experiment an attempt was mode to establish the extent to which the conservation responses that are produced by an initially nonconserving child while observing the performance of a conserving model indicate whether the child simply imitates the observed behavior or whether he understands to some extent the principle involved. Five observation situations were designed : in the first four situations observation was interrupted after the experimentees question and the child spoke his or her answer prior to hearing the model's ; in the fifth situation observation was nol interrupted. In the first three situations, the model solved three problems that required an equality judgment and an inequality problem that was given respectively in the second, the third, or the fourth position. In the last two situations, the model solved four equality problems. The data reveal that in the four situations in which observation was interrupted rapid adoption of the modeVs response occurred. In the first three situations, the observers failed the inequality problem : whereas a majority of them only took into account the height of the liquid, those who stated an incorrect equality judgment achieved a higher overall performance during both observation and post-test. In ail five observation situations, acquisition was equivalent but it reached a higher level among the children who gave more conservation responses during observation. Children achieve the comprehension of conservation when they first display frequent imitation of the modeVs response at the time of the observation period.
Résumé
La présente expérience tente de déterminer dans quelle mesure les réponses de conservation que formulel'enfant au départ non conservant pendant qu'il observe la performance d'un modèle conservant traduisent une simple imitation du comportement observé ou une certaine compréhension de la notion en jeu. Cinq situations d'observation sont établies : dans les quatre premières, l'observation est interrompue après la question de l'expérimentateur et l'enfant répond à la question à voix haute avant d'entendre la réponse du modèle ; dans la cinquième situation, l'observation n'est pas interrompue. Dans les trois premières situations, le modèle résout trois problèmes requérant un jugement d'égalité et un problème d'inégalité qui est présenté respectivement en deuxième, troisième ou quatrième position. Dans les deux dernières situations, le modèle résout quatre problèmes d'égalité. Les résultats révèlent que dans les quatre situations comportant l'interruption de l'observation, il y a adoption rapide de la réponse de conservation. Dans les trois premières situations, les observateurs échouent au problème d'inégalité : si la majorité d'entre eux ne considère que la hauteur des liquides, ceux qui produisent à tort un jugement d'égalité affichent toutefois une meilleure performance d'ensemble, à la fois durant l'observation et lors des posts-tests. Quelle qu'ait été la situation d'observation, l'apprentissage revêt ensuite la même ampleur, mais il est plus marqué chez les observateurs ayant énoncé plus de réponses de conservation durant l'observation. L'accession à la compréhension de la conservation serait déterminée par la présence initiale d'une imitation fréquente de la réponse du modèle, dès la période d'observation.
17 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : lundi 1 janvier 1979
Lecture(s) : 11
Nombre de pages : 19
Voir plus Voir moins

M.-G. Robert
G. Charbonneau
Effet de l'énoncé d'un problème d'inégalité sur l'acquisition de la
conservation par observation
In: L'année psychologique. 1979 vol. 79, n°2. pp. 393-409.
Citer ce document / Cite this document :
Robert M.-G., Charbonneau G. Effet de l'énoncé d'un problème d'inégalité sur l'acquisition de la conservation par observation.
In: L'année psychologique. 1979 vol. 79, n°2. pp. 393-409.
doi : 10.3406/psy.1979.28276
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1979_num_79_2_28276Abstract
Summary
In the present experiment an attempt was mode to establish the extent to which the conservation
responses that are produced by an initially nonconserving child while observing the performance of a
conserving model indicate whether the child simply imitates the observed behavior or whether he
understands to some extent the principle involved. Five observation situations were designed : in the
first four situations observation was interrupted after the experimentees question and the child spoke his
or her answer prior to hearing the model's ; in the fifth situation observation was nol interrupted. In the
first three situations, the model solved three problems that required an equality judgment and an
inequality problem that was given respectively in the second, the third, or the fourth position. In the last
two situations, the model solved four equality problems. The data reveal that in the four situations in
which observation was interrupted rapid adoption of the modeVs response occurred. In the first three
situations, the observers failed the inequality problem : whereas a majority of them only took into
account the height of the liquid, those who stated an incorrect equality judgment achieved a higher
overall performance during both observation and post-test. In ail five observation situations, acquisition
was equivalent but it reached a higher level among the children who gave more conservation responses
during observation. Children achieve the comprehension of conservation when they first display
frequent imitation of the modeVs response at the time of the observation period.
Résumé
Résumé
La présente expérience tente de déterminer dans quelle mesure les réponses de conservation que
formulel'enfant au départ non conservant pendant qu'il observe la performance d'un modèle conservant
traduisent une simple imitation du comportement observé ou une certaine compréhension de la notion
en jeu. Cinq situations d'observation sont établies : dans les quatre premières, l'observation est
interrompue après la question de l'expérimentateur et l'enfant répond à la question à voix haute avant
d'entendre la réponse du modèle ; dans la cinquième situation, l'observation n'est pas interrompue.
Dans les trois premières situations, le modèle résout trois problèmes requérant un jugement d'égalité et
un problème d'inégalité qui est présenté respectivement en deuxième, troisième ou quatrième position.
Dans les deux dernières situations, le modèle résout quatre problèmes d'égalité. Les résultats révèlent
que dans les quatre situations comportant l'interruption de l'observation, il y a adoption rapide de la
réponse de conservation. Dans les trois premières situations, les observateurs échouent au problème
d'inégalité : si la majorité d'entre eux ne considère que la hauteur des liquides, ceux qui produisent à
tort un jugement d'égalité affichent toutefois une meilleure performance d'ensemble, à la fois durant
l'observation et lors des posts-tests. Quelle qu'ait été la situation d'observation, l'apprentissage revêt
ensuite la même ampleur, mais il est plus marqué chez les observateurs ayant énoncé plus de
réponses de conservation durant l'observation. L'accession à la compréhension de la conservation
serait déterminée par la présence initiale d'une imitation fréquente de la réponse du modèle, dès la
période d'observation.L'Année Psychologique, 1979, 79, 393-409
Dé parlement de Psychologie
Université de Montréal1
EFFET DE L'ÉNONCÉ D'UN PROBLÈME D'INÉGALITÉ
SUR L'ACQUISITION DE LA CONSERVATION
PAR OBSERVATION
par Michèle Robert et Claude Gharbonneau
SUMMARY
In the present experiment an attempt was made to establish the extent
to which the conservation responses that are produced by an initially
nonconserving child while observing the performance of a conserving model
indicate whether the child simply imitates the observed behavior or whether
he understands to some extent the principle involved. Five observation
situations were designed : in the first four situations was
interrupted after the experimenter's question and the child spoke his or her
answer prior to hearing the model's ; in the fifth situation observation was
not interrupted. In the first three situations, the model solved three problems
that required an equality judgment and an inequality problem that was given
respectively in the second, the third, or the fourth position. In the last two
situations, the model solved four equality problems. The data reveal that
in the four situations in which observation was interrupted rapid adoption
of the model's response occurred. In the first three situations, the observers
failed the inequality problem : whereas a majority of them only took into
account the height of the liquid, those who stated an incorrect equality judg
ment achieved a higher overall performance during both observation and
post-test. In all five observation situations, acquisition was equivalent but it
reached a higher level among the children who gave more conservation
responses during observation. Children achieve the comprehension of
conservation when they first display frequent imitation of the model's
response at the time of the observation period.
1. Toute demande de tiré à part doit être adressée à Michèle Robert,
Département de Psychologie, Université de Montréal, 90, av. Vincent d'Indy,
Montréal H3C 3J7, Québec, Canada. L'adresse actuelle de Claude Charbon-
neau est par ailleurs la suivante : Département de Psychologie, Faculté des
Arts, Université de Sherbrooke, Sherbrooke J1K 2R1, Québec, Canada. 394 M. Robert el C. Charbonneau
La situation d'apprentissage caractérisée par l'observation de
l'activité d'un individu modèle permet une acquisition authen
tique de la notion de conservation (Charbonneau et ai, 1976). Dans
cette situation, le sujet non conservant observe la performance
d'un modèle conservant confronté à quelques problèmes impli
quant la conservation des quantités liquides. L'observateur pro
duit ensuite des réponses qui satisfont aux trois exigences que
Kuhn (1974) associe à l'approche piagétienne. En effet, l'enfant
peut appuyer ses jugements de conservation sur des explications
appropriées ; l'emploi de la règle de se généralise à
des problèmes différant de par leur contenu et leur facture de ceux
résolus par le modèle ; enfin, le comportement acquis se révèle
stable puisqu'il persiste encore trois mois après la courte séance
d'apprentissage.
L'observation s'avérant une puissante modalité sociale
d'acquisition, Charbonneau et Robert (1977) ont tenté d'identifier
les processus responsables de cette acquisition, c'est-à-dire de
cerner la nature de l'activité interne de l'enfant durant l'obser
vation en rendant cette activité manifeste. Ainsi, ils interrompent
l'observation après que l'expérimentateur a complété la trans
formation des quantités liquides à comparer et demandé au
modèle de se prononcer quant à cette comparaison ; vingt
secondes plus tard le modèle répond. Durant l'arrêt, l'enfant non
conservant est soumis à l'une des cinq situations suivantes :
il s'adonne à une tâche sans relation avec la conservation, il n'est
orienté vers aucune activité spécifique, il doit répondre à la
question mentalement, il doit y répondre à voix haute, ou il doit
y répondre à voix haute mais comme s'il était lui-même le
modèle. Dans la situation contrôle, l'observation se déroule sans
interruption. Si la première situation empêche tout apprentis
sage, toutes les autres induisent des acquisitions marquées, mais
dont l'ampleur ne diffère pas. Par ailleurs, l'examen des réponses
manifestes émises dans les quatrième et cinquième situations
révèle qu'indistinctement l'enfant oppose peu de résistance au
modèle qui contredit son point de vue et qu'il adopte dès le
second problème la réponse de conservation suggérée par lé
modèle. Puisque les performances enregistrées à court et à long
termes à la suite des cinq dernières fincluant la situation contrôle)
situations sont équivalentes, il est plausible de supposer que dans
les deuxième et troisième situations les réponses non manifestes
sont également des réponses de conservation. Enoncé d'un problème el acquisition de la conservation 395
Cependant, il reste à déterminer si ces toutes premières
réponses de conservation traduisent un comportement mimét
ique, l'enfant se limitant à copier la réponse du modèle sans en
maîtriser le rationnel, ou si elles dénotent au moins l'amorce de la
compréhension de ce rationnel. D'une part, si ces réponses sont
purement imitatives, l'enfant dépasse assurément par la suite
la simple reproduction, comme en témoigne sa capacité de géné
ralisation au cours des post-tests. D'autre part, il est difficile de
croire qu'une réelle et complète compréhension s'opère aussi
rapidement, étant donné le niveau franchement préopératoire de
l'enfant avant l'observation. Toutefois, il est possible que l'expli
cation présentée par Botvin et Murray (1975) puisse répondre à
ces interrogations. Ces auteurs invoquent l'hypothèse d'une
séquence dans laquelle une première phase d'application sans
compréhension de la règle proposée par le modèle provoquerait
une seconde phase de conflit intérieur entre la position du modèle
et celle de l'observateur, ce conflit se résolvant par l'accession à
la maîtrise de la règle de conservation. De manière relativement
similaire, les conclusions de Charbonneau et Robert (1977) sug
gèrent que, la situation d'observation établissant une certaine
pression sociale, elle inciterait l'observateur à se conformer à
l'exemple du modèle en adoptant les réponses de ce dernier ; lé
comportement de l'observateur serait au départ de type imitatif,
mais l'exercice même mental de ce comportement déclencherait
progressivement une réorganisation cognitive débouchant sur une
véritable compréhension des principes en jeu.
En conséquence, la présente expérience2 vise à préciser la
nature des réponses internes du non-conservant au moment même
où le modèle conservant résout devant lui une série de problèmes
de conservation des quantités liquides. Ainsi, lorsque durant
l'observation l'enfant produit correctement un jugement d'égalité,
répète-t-il mécaniquement la réponse donnée par le modèle au
problème antérieur ou reconnaît-il que cette réponse s'applique
2. Cette étude a été subventionnée par le Conseil national de Recherche
du Canada (subvention A0702 accordée aux deux auteurs) et par le minis
tère de l'Education dû Québec (subvention accordée à l'équipe dirigée par
Adrien Pinard). Les auteurs tiennent à souligner la collaboration dés direc
teurs C. Veillet de l'école Le Petit Prince et R. Petit de l'école Les Cèdres.
Ils ont également pu apprécier la précieuse coopération des enseignants de
ces écoles, respectivement sises au 700, rue Fleury et au 3785, boulevard
Sainte-Rose, Laval, Québec, Canada. 396 M. Robed el C. Charbonneau
adéquatement ? Il s'agit donc d'obtenir certains indices du degré
d'imitation, ou à l'opposé du degré de compréhension, caractéri
sant les premières réponses de conservation de l'observateur.
Aussi est-il nécessaire de recourir à la procédure d'interruption
de l'observation et de demander à l'observateur d'énoncer ouver
tement sa réponse. De plus, la présente intervention comporte
l'insertion, à l'intérieur de la série de problèmes requérant un
jugement d'égalité de la part du modèle, d'un problème néces
sitant un jugement d'inégalité. Si, lors de ce problème d'inégalité,
l'enfant émet un jugement d'égalité, ce comportement invitera à
considérer la possibilité que la maîtrise précoce des situations
d'égalité ne soit au moins qu'en partie imitative. Si, au contraire,
l'enfant formule un jugement d'inégalité accompagné d'une
justification appropriée, il manifestera déjà une compréhension
passablement poussée de la notion de conservation. Par ailleurs,
la position ordinale du problème d'inégalité à l'intérieur de la
série variera dans le but de déterminer si la nature des premières
réponses de l'observateur et l'évolution de son acquisition en sont
affectées. Enfin, la comparaison des situations impliquant un
problème d'inégalité avec une situation ne faisant appel qu'à des
jugements d'égalité permettra d'établir si l'insertion d'un pro
blème d'inégalité durant l'observation facilite ou perturbe l'acqui
sition ou si elle est sans effet.
DESCRIPTION DE L'EXPÉRIENCE
SUJETS, EXPERIMENTATEUR ET MODELE
Provenant de deux écoles dont la population appartient à la classe
moyenne, 97 enfants des classes maternelles ou inscrits en première
année du cours primaire ont été examinés au cours d'une séance de
prétest décrite plus bas. De ce nombre, 38 filles et 37 garçons sont soumis
aux séances ultérieures de l'expérience. Seuls ces 75 sujets ont été jugés
non conservants puisque lors du prétest ils n'ont énoncé aucun jugement
de conservation accompagné d'une justification basée sur un argument
d'identité, de compensation ou de réversibilité. Leur âge varie entre
5;9 ans et 7;2 ans ; l'âge moyen est de 6;7 ans. L'expérimentateur et le
modèle sont respectivement de sexe féminin et masculin et âgés d'environ
20 et 30 ans. Enoncé d'un problème et acquisition de la conservation 397
MATÉRIEL
Le matériel utilisé est composé des éléments suivants : un récipient-
source contenant du liquide de couleur jaune ; une série de neuf conte
nants de plexiglas dont deux contenants de référence de 15 cm de haut
(3,2 cm de diamètre), Rx et R2, trois contenants de 15 cm de haut, A,
B et C, de diamètre respectif de 2, 4,5 et 1,5 cm, un contenant D de
10 cm de haut (7 cm de diamètre) et trois contenants de 23 cm de haut,
E, F et G, de diamètre respectif de 3,2, 2 et 4,5 cm ; un verre à cognac
(Co) ; un tube (Tu) transparent en forme de L (13 cm sur 30 cm, 1,3 cm
de diamètre) ; deux bouteilles de trapézoïdale (Trx et Tr2) conte
nant 120 cm3 de liquide jaune ; deux bouteilles cylindriques (Cyx et Cy2)
contenant 120 cm3 de liquide jaune ; 16 perles rondes ; 16 perles cylin
driques ; trois fioles (Fin Fi2 et Fi3) de hauteur respective de 5,5, 7
et 8 cm et de diamètre respectif de 3, 3,5 et 4,5 cm ; un socle à cinq
sections de hauteur respective de 7,5, 2, 4,5, 10 et 2,5 cm ; deux « béchers »
(Bèt et Bé2) d'une capacité respective de 100 cm3 ; une coupe (Cp) à
champagne ; une flûte (FI) à champagne ; et deux « erlenmeyers »
(Erx et Er2) d'une capacité de 125 cm3.
DÉROULEMENT DE L'EXPÉRIENCE
L'expérience se déroule en trois séances. La première est consacrée à
un prétest. Deux semaines plus tard, la seconde comporte d'abord une
phase d'apprentissage par observation et ensuite un premier post-test.
Enfin, après une période de six semaines, la troisième séance implique la
passation d'un second post-test. Le même expérimentateur examine
individuellement chaque enfant lors de chaque séance.
Au cours du prétest (d'une durée approximative de vingt-cinq minutes) ,
le sujet est confronté à huit épreuves regroupant 18 problèmes qui por
tent sur la conservation des quantités liquides et discontinues. La
figure 1 illustre le déroulement respectif de ces épreuves. Les quatre
premières épreuves concernent la conservation classique et nécessitent
un jugement d'égalité. Après que l'enfant a reconnu l'égalité de départ
des quantités à comparer, l'expérimentateur procède à une transfor
mation. Il présente Rx et R2 et verse le contenu de Rx (30 cm3) succes
sivement dans A, B (après un retour à R^, C et D (épreuve 1) et dans Co
et Tu (épreuve 2). Ayant présenté à l'endroit Trx et Tr2, l'expérimen
tateur place Trx la tête en bas ; puis Cyx et Cy2 étant présentées la tête
en bas, l'expérimentateur replace Cyx à l'endroit (épreuve 3). Enfin, il
présente Rx et R2 et verse dans A les huit perles rondes contenues
dans Rt ; puis il verse dans B les huit perles cylindriques
dansRj (épreuve 4).
Les deux épreuves suivantes n'impliquent aucune transformation et
exigent que l'enfant puisse effectuer une compensation des dimensions
de hauteur et de largeur des colonnes de liquide. L'expérimentateur verse
40 cm' de liquide dans B et demande à l'enfant de verser la même quan- Epreuve 1
u 111
R R A B C Ü DAD
Epreuve 5
Epreuve 7 Epreuve 2
y uM
Fi. Fi. FT Co Tu
Tr, Tr2 Tr,
Epreuve 3
, -I +1 E F B A G
Epreuve 6
dgIY
Béj Bé2 FI Cp R, A
, Cy2
Epreuve 8
I I
Epreuve 4
M 1
D E A G F R, R, AB F E Er, Er2
Fig. 1. — Matériel et déroulement des huit épreuves utilisées
lors du prétest et des post-tests 1 et 2 Enoncé d'un problème et acquisition de la conservation 399
tité successivement dans A et D ; puis il présente Fi2 remplie à la moitié
de sa capacité et demande à l'enfant de verser la même quantité dans Fix
et Fi3 (épreuve 5). Ensuite, l'expérimentateur place devant l'enfant E,
F, B, A et G où le niveau de liquide atteint respectivement une hauteur
de 19,5, 19,5, 7,0, 9,7 et 13,4 cm ; l'enfant doit identifier le contenant ren
fermant le moins de liquide, puis le suivant, et ainsi de suite jusqu'à ce
qu'il ne reste plus qu'un seul contenant ; à deux reprises l'expérimen
tateur désigne alors deux des contenants qui viennent d'être sériés et
l'enfant doit expliquer comment il a pu établir que l'un de ces contenants
renfermait moins de liquide que l'autre. Dans un second temps, l'exp
érimentateur dispose sur le socle les contenants D, E, A, G, et F où le
niveau de liquide atteint respectivement une hauteur de 7, 15, 14, 11
et 21 cm ; les réponses exigées de l'enfant sont de la même nature que
celles requises plus haut (épreuve 6). L'expérimentateur poursuit en
établissant trois situations nécessitant un jugement d'inégalité. Il
s'assure que l'enfant admet l'inégalité de départ. Rx et R2 renferment
d'abord respectivement 80 et 40 cm3 de liquide et le contenu de Rx est
versé dans D ; puis Rx et R2 renferment respectivement 40 et 60 cm3 de
liquide et le contenu de Rx est alors versé dans F ; enfin, le contenu
respectif de Rx (40 cm3) et de R2 (80 cm3) est versé dans B et dans A
(épreuve 7). L'enfant est finalement confronté à des situations de facture
semblable à celle de situations conçues par Halford (1968). L'expéri
mentateur verse le plein contenu de Bèt et de Bé2 respectivement dans FI
et dans Cp, puis le contenu de FI dans Rx ; il demande alors à l'enfant
ce qui arriverait si le de Gp était versé dans A ; l'enfant doit
indiquer si A déborderait ou non. Ensuite, l'expérimentateur présente F
renfermant 50 cm3 de liquide et E dans lequel le niveau de liquide atteint
la même hauteur que dans F ; le contenu de F est versé dans Ert et
l'enfant doit se prononcer quant au fait que le contenu de E suffirait ou
non à remplir Er2 (épreuve 8).
Pour chacune des huit épreuves, une cote de 1 ou de 3 est respective
ment accordée quand, pour tous les problèmes, l'enfant ne produit
jamais ou produit toujours un jugement de conservation appuyé sur un
argument valable (identité, compensation ou réversibilité). Une cote
intermédiaire de 2 est accordée quand la réussite apparaît mais non
pour la totalité des problèmes. 75 des 97 sujets examinés lors du prétest
obtiennent la cote globale minimale de 8.
Au cours de la seconde séance, tous les sujets sont en premier lieu
soumis à la phase d'apprentissage par observation. L'expérimentateur
indique que le modèle présenté à la télévision effectuera « des jeux avec
du jus et des verres » ; il demande à l'enfant de regarder en silence et
d'être attentif. L'expérimentateur évite toute mention des post-tests.
Les enfants observent sur ruban magnétoscopique le comportement d'un
modèle adulte : à quatre reprises, celui-ci reconnaît d'abord l'existence
de différences perceptives entre les quantités à comparer et résout ensuite 400 M. Robert et C. Charhonneau
correctement un problème de conservation des quantités liquides en
fournissant toujours l'argument de compensation et, en alternance, les
arguments d'identité et de réversibilité. Cette phase dure environ cinq
minutes. Au terme de la séance de prétest, garçons et filles avaient été
répartis au hasard et en nombre approximativement égal à l'intérieur
de cinq groupes.
Dans les groupes 1 à 3, le modèle exécute les trois premiers problèmes
de l'épreuve 1 et un problème requérant un jugement d'inégalité. Dans
ce dernier cas, F^ et R2 contiennent respectivement 60 et 40 cm3 de
liquide et le contenu de R2 est versé dans F. Ce problème d'inégalité
occupe la seconde (groupe 1), troisième (groupe 2) ou quatrième
(groupe 3) position dans la série exécutée par le modèle. Dans le
groupe 4, le modèle effectue les quatre problèmes de l'épreuve 1. Toutef
ois, pour chaque problème, dans les groupes 1 à 4 l'observation est
interrompue après que l'expérimentateur a effectué la transformation et
demandé au modèle de porter un jugement sur les quantités à comparer ;
l'expérimentateur demande alors à l'enfant de se prononcer lui-même ;
l'observation reprend ensuite et présente la réponse du modèle au pro
blème auquel l'enfant vient d'être soumis. Dans le groupe 5, l'obser
vation porte sur le même contenu que dans le groupe 4, mais elle n'est
pas interrompue.
Dès la fin de la phase d'apprentissage, les enfants subissent un pre
mier post-test dont le contenu est identique à celui du prétest. La consigne
ne se réfère pas à la phase d'apprentissage et ne formule aucune invi
tation à imiter les réponses du modèle. Au cours de la troisième séance,
le second post-test se déroule de manière identique.
RÉSULTATS
L'analyse des résultats comporte trois volets. Elle étudie
d'abord la performance des groupes 1 à 4 durant la phase d'apprent
issage par observation, puis la performance des cinq groupes
lors des deux post-tests et, enfin, chez les groupes 1 à 4, la relation
entre les performances obtenues durant l'observation et lors des
post- tests.
PERFORMANCE DURANT LA PHASE D'APPRENTISSAGE
PAR OBSERVATION
Le tableau I rapporte les données relatives aux réponses enre
gistrées chez les groupes 1 à 4 durant l'observation. L'application
de l'épreuve de Cochran pour échantillons reliés (Siegel, 1956)

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.