Electrencéphalogrammes. - compte-rendu ; n°1 ; vol.37, pg 238-249

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1936 - Volume 37 - Numéro 1 - Pages 238-249
12 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 1936
Lecture(s) : 12
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins

g) Electrencéphalogrammes.
In: L'année psychologique. 1936 vol. 37. pp. 238-249.
Citer ce document / Cite this document :
g) Electrencéphalogrammes. In: L'année psychologique. 1936 vol. 37. pp. 238-249.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1936_num_37_1_5402238 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
minces avec différences maxima pour les couches II et III)
Au point de vue myéloarchitectonique les fibres tangentielles
prévalent dans la couche les fibres moins abondantes au pôle-
frontal et insula le sont plus dans la zone occipitale et les
environs de la scissure centrale
Histologiquement on ne trouve pas que organisation du cortex
ait un type inférieur proche de organisation tale ou de celle
des Anthropoïdes
lectrencéphalo grammes
135 ANDR DENIER enregistrement de activité élec
trique du cerveau Presse Médicale 1936 no 74 1436-1438
auteur dit avoir étudié depuis longtemps déjà les manifestations
électriques cérébrales examinant les effets des excitations senso
rielles du calcul mental adressant des malades divers Mais ses
résultats ne paraissent rien avoir apporté de net la technique
étant grossière et des perturbations diverses en particulier des
courants action musculaires paraissant avoir été enregistrées
136 KOGAN study of the subcortical encephalogram by
means of chronically implanted electrodes and amplifier Etude
des encéphalogrammes sous-corticaux au moyen électrodes mainte
nues en place et di un amplificateur Subcortical action poten
tials certain reflex acts Potentiels action sous-corticaux dans
certains actes réflexes M. S. II 21936 124-
125 et 126-127
Recherches sur des chiens et des chats avec galvanomètre
corde les électrodes étant enfoncées en différents points et mainte
nues en place
tude de effet de stimulations variées Avec administration
de lait acide on dans la région sous-thalamique ou celle du
pont de Var le des oscillations survenant après une latence de
sec et durant 10 minutes
Les effets durables caractérisent électrencéphalogramme sous-
cortical Des stimuli acoustiques lumineux ctiles entraînent des
réponses assez localisées Dans le thalamus le pont la région sous-
thalamique tirer la queue du chat suscite des réponses nettes dans
les deux premières minutes se prolongeant 10 15 minutes tandis
que tirer la patte est inefficace
137 CH BRIDGMAN An ontogenetic study of cerebral
action potentials of the Guinea Pig Une étude ontogénéiique des
potentiels action cérébraux du Cobaye Am Ps Assoe 34e Meet.)
Ps Bul. XXXIII 1936 769-770
Mise en contact électrodes argent avec la dure-mère de la
région pariétale travers le crâne Chez le tus douze jours au
moins avant la naissance condition de maintenir la circulation LECTRENCEPHALOGRAMMES 239-
placentaire on décèle déjà des potentiels action caractéristiques
des rythmes de 12 par seconde pouvant aller toutefois excep
tionnellement de 40) avec de longues périodes de repos
La présence de ces rythmes de électrencéphalogramme pourrait
selon fournir un signe de la maturation fonctionnelle du cerveau
138 SSER DE BARENNE et MC LLOCH
Some effects of laminar thermocoagulation upon the local action
potentials of the cerebral cortex of the monkey Quelques effets
de la thermocoagulation laminaire sur les potentiels faction locaux
du cortex cérébral du singe Am of Ph. CXIV 1936
692-699
Chez le macaque anesthésié au dial la thermocoagulation sur
une surface de mm abolit toute activité électrique locale
quand elle détruit le cortex entier sec 80 réduit de fa on per
manente les potentiels action quand elle détruit les quatre ou
seulement les trois couches externes sec ou sec 70 réduit
encore mais avec récupération partielle ces potentiels quand elle
ne détruit que les deux couches superficielles sec 65
Dans les régions précentrales ou post-centrales et frontales on
une modification des potentiels action dans les autres zones
quand on réalisé la thermocoagulation sur une seule ce qui implique
des processus de connexion fonctionnelle
139 BREMER Action de la strychnine en application
locale sur activité électrique du cortex cérébral BREMER
et THOMAS Action de anoxémie de hypercapnie et
de acapnie sur activité électrique du cortex cérébral
1936 90-95 et 1256-1261
Le badigeonnage du cerveau avec une solution de strychnine
de concentration donnée pour effet dans la région suprasylvienne
par exemple augmenter activité électrique spontanée les pulsa
tions deviennent plus amples et plus brèves puis il retour pro
gressif la normale et dépression consécutive. Il parfois au cours
de cette intoxication strychnique des sortes de crises explosives
surtout dans les grandes pyramidales du cortex moteur effet est
limité la région badigeonnée et dans les zones de projection
sensorielle les stimuli adéquats visuels auditifs cutanés provo
quent des réponses électriques notables au cours de intoxication)
Dans le cortex moteur par des myogrammes simultanés
vérifié que action motrice liée aux pulsations électriques dépendait
de amplitude de celles-ci ainsi que de leur intervalle et de leur
nombre
Lorsque la respiration est arrêtée après les observations de
et T. il apparition de phases arrêt entre les phases activité
électrique puis arrêt devient complet quand asphyxie commence
et la reprise ne survient après quelque temps de respiration
artificielle avec alors une certaine exaltation de activité
La respiration de oxygène pur augmente un peu la fréquence
des ondes dorit amplitude est diminuée et la surventilation est 240 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
sans effet sur le cerveau isolé par transsection mésencéphalique)
activité de encéphale isolé par bulbaire ne paraissant
alors abolie que par suite de hypotension artérielle provoquée dans
ce cas
140 DERBYSHIRE REMPEL FORBES et
LAMBERT The effects of anesthesics on action poten
tials in the cerebral cortex of the cat Effet des anesthésiques sur
les potentiels action du cortex cérébral du chat Am of
Ph. CXVI 1936 577-596
Comparaison chez le chat des potentiels électriques pris au niveau
de différentes parties du cortex cérébral au cours de activité
spontanée et sur le fait une excitation sensorielle et au cours une
anesthésie plus ou moins profonde avec de éther de avertine ou
du sodium pentobarbiturique anesthésiques utilisés couramment
en chirurgie
Excitation de fibres sensibles du sciatique
Avec une légère anesthésie avertine ou au pentobarbital
ou sans anesthésie du tout les résultats ne diffèrent guère Avec une
anesthésie profonde les résultats diffèrent les ondes spontanées
deviennent rares Sous le fait de excitation du sciatique apparaît
une seule onde quelquefois diphasique précédée une période latente
de durée égale elle Avec éther différence complète Ondes petites
et rapides de 30 40 par seconde qui se surajoutent quelquefois
sur des ondes plus larges apparaissant fois par seconde En
augmentant la dose de anesthésique amplitude des ondes rapides
diminue mais non pas leur fréquence excitation du sciatique
détermine quand anesthésie éther est légère une descente vers
Je bas de la ligne basale inscription une augmentation dans ampli
tude des ondes rapides et apparition graduelle ondes régulières au
rythme de par seconde Si anesthésie est profonde ces chan
gements dans la réponse disparaissent mais le rythme basai rapide
se voit encore
Les auteurs concluent que dans le cas de avertine et du pento
barbital il suppression de activité du cortex sans bloquage
des voies sensibles lui arrivant Au contraire avec éther les voies
sensibles seraient bloquées avant que activité propre du cortex
disparaisse
asphyxie provoque des phénomènes analogues ceux obtenus
avec avertine et le pentobarbital
141 Me CULLOCH et SSER DE BARENNE
Action potentials ot the cerebral cortex and spinal cord before
and atter cortical stimulation Potentiels action du cortex cérébral
et de la moelle avant et après une stimulation corticale Am Phys
Soc. Am of Ph. CXVI 1936 99
Après avoir montré une électrique éteignait la
réponse une stimulation consécutive en un même point du cortex
avec facilitation en absence du cortex moteur) les auteurs par
enregistrement des potentiels action corticaux montrent que
ceux-ci sont diminués après stimulation mais seulement quand ex- ELECTRENC PHALOGRAMMES 241
tinction se manifeste et corrélativement les potentiels action
médullaires sont augmentés Cela prouverait la coexistence de deux
facteurs un commandant extinction et autre la facilitation
142 GERARD MARSHALL et SAUL
Electrical activity of the brain Activité électrique du cerveau
du Chat Ar of N. XXXVI 1936 675-738
Investigation étendue portant principalement sur des chats
et entreprise pour établir une sorte atlas des activités électriques
cérébrales rencontrées en divers points du cerveau Ces points sont
définis après des coordonnées qui permettent de les retrouver
sur les clichés En regard se trouvent décrites les structures corres
pondantes et la forme des ondes recueillies électrode punctiforme
et concentrique permettant une localisation précise était guidée
par appareil stéréotaxique de Horsley-Clarke sorte de casque
gradué fixé sur le crâne de animal et donnant un système de repères
invariables
Les données sont relatives soit activité spontanée soit aux
changements produits dans celle-ci par des stimulations extérieures
auditives visuelles ou autres
143 BARGE WICKWIRE ORTH
NEILD et ELHARDT study of the electrical
potential of the cerebral cortex in relation to anesthesia cons
ciousness and unconsciousness tude du potentiel électrique du
cortex cérébral en relation avec anesthésie la conscience et Vin-
conscience Am Phys Soc. Am of Ph. CXVI 1936
19
Chez le chien anesthésié éther avec une électrode sur le
cortex et une autre sur le sciatique reliées un galvanomètre écorce
cérébrale se montre électropositive dans anesthésie profonde mais
cette différence atténue au cours du réveil puis se renverse
écorce devient électronégative la reprise de anesthésie comme
asphyxie ramène électropo.sitivité qui serait un critère in
conscience
144 TRAVIS et MILISEN Brain potentials from
thé rat Potentiels cérébraux chez le rat of genet Ps.
XLIX 1936 405-409
En laissant les électrodes aux mêmes endroits les ont obtenu
pour des rats non anesthésiés sortes ondes ils caractérisent
comme suit des ondes irrégulières associées un état agilité de
animal fréquence de 40 par sec intensité de 40 microvolts des
ondes régulières associées un état de relaxation provoqué par la
chaleur le rassasiement la fatigue fréquence relativement constante
de par sec. intensité de 350 micro vol ts enfin des ondes régulières
mais larges associées au deuxième type fréquence relativement
constante de par sec. intensité environ 175 microvolts Les
premières se produisent le plus fréquemment les troisièmes le moins
ANN PSYCHOLOGIQUE XXXVII 16 242 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
Anesthésié par éther le rat donne des ondes régulières et lentes
dont la fréquence est de par sec et intensité de 100 micro volts
Le mouvement non plus aucun des stimuli employés eurent
effet sur les ondes irrégulières le mouvement généralement affecte-
les secondes et les troisièmes Un rat cependant donna des ondes
du 2e type aussi bien pendant il se grattait et se léchait que
pendant le repos De forts stimuli lumineux des sons musicaux et
des cris humains affectent pas ces ondes du 2e type cependant
imitation un cri de rat la supprime en 20 sec
145 ECTORS Etude de activité électrique du cortex
cérébral chez le lapin non narcotise curarisé Ar int de
Ph. XLIII 1936 267-298
Des lapins sont anesthésiés éther et trépanés les électrodes
sont posées sur la surface du cortex aide de supports fixés sur le
crâne de animal Une ou deux heures après opération les effets
de anesthésie sont généralement dissipés et on peut recueillir dans
diverses régions du cortex des ondes analogues aux ondes Un
stimulus sensoriel produit une diminution amplitude ou une sup
pression de ces ondes dans une région limitée de écorce celle
précisément qui correspond la zone de projection de organe
excité En même temps que la diminution des ondes on observe
augmentation amplitude et de fréquence des auteur
étudie les effets des stimuli sensoriels de activité motrice spontanée
mastication de épilepsie jacksonienne des injections de strychnine
du sommeil naturel et barbiturique etc Le travail Ectors contient
toute une série observations intéressantes et présente une contri
bution très importante étude des manifestations électriques
de activité cérébrale
146 HOWARD BARTLEY comparison of the electro-
gram of the optic cortex with that of the retina Comparaison de
electro gramme du optique avec celui de la rétine Am
of Ph. CXVII 1936 338-348
Comparaison de onde de électrogramme rétinien avec la
première onde de la réponse corticale onde rétinienne commence-
avant la corticale onde corticale est plus abrupte que la rétinienne
mais les sommets coïncident et les deux réponses varient dans le
même sens quand on change certaines conditions expérimentales
excitation
La réponse corticale montre un effet de rupture défini même
quand une telle onde ne se trouve pas dans le potentiel rétinien
La comparaison entre les réponses permet auteur de discuter
les interprétations antérieurement données sur le
par Hartline Creed et Granit
147 WANG et LU Action potentials in visual
cortex and superior colliculus induced by shadow movement
across the visual field Potentiels action dans le cortex visuel
et le tubercule quadrijumeau antérieur provoqués par le mouvement ELECTRENC PHALOGRAMMES 243
une ombre travers le champ visuel Ch of Ph.
1936 149-170
Chez 70 lapins après narcose au dial une électrode est placée
sur écorce occipitale ou le tubercule quadrijumeau un côté et
autre en un point quelconque et on recueille les variations de
potentiel quand on éclaire il du côté opposé
Si on fait passer la main ou un écran devant il éclairé
on observe une variation de potentiel dans écorce seule si ombre
est étroite dans le tubercule quadrijumeau aussi si ombre est assez
large pour intercepter la lumière sur il tout entier un moment
donné Il pas de réponse si le passage de ombre est très lent
Dans écorce on observe une onde simple monophasique une onde
diphasique dans le toit
Il pas été observé influence de intensité de éclairement
ni de état adaptation
La latence est la même que pour action du début et de la fin
de éclairement 30 quand il agit de ombre réalisant une obs
curation totale de il mais elle est bien plus grande atteignant
190 quand il réponse exclusivement corticale une ombre
mince avec décroissance en fonction de la vitesse accrue du mouve
ment de ombre
Vitesse angulaire degrés
par seconde ....... 350 375 890 1.300 1.500 1.890
Latence moyenne en 198 169 139 93 101 84
Cette réponse corticale serait probablement liée une perception
de mouvement
Les auteurs rappellent que dans le nerf optique du Congre Adrian
et Matthews ont observé une décharge influx provoquée par le
déplacement une ombre dans le champ visuel
148 GING-HSI WANG et TSE-WEI LU Action potentials
in the lateral geniculate body of the rabbit Potentiels action
dans le corps genouillé latéral du lapin Ch of Ph.
1936 391-402
Avec une électrode enfoncée dans le corps genouillé latéral
du lapin endormi au dial avec vérification anatomique consécutive
dans 10 cas autre électrode étant dans os frontal les auteurs
ont observé outre activité électrique spontanée en ondes lentes
une variation corrélative du début et de la fin de éclairement de
il du côté opposé ondes monophasiques)
Comme dans écorce le mouvement une ombre dans le champ
provoque une onde semblable mais de latence brève 30 si ombre
large couvre tout le champ et longue 190 si ombre est mince
onde du corps genouillé monophasique comme onde de
écorce tandis que celle du tubercule quadrijumeau est diphasique
une durée plus longue que celle de écorce 38 au lieu de 30
149 BISHOP et JAMES LEARY Components of
the electrical response of the optic cortex of the rabbit Compo- 244 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
sante de la réponse électrique de écorce cérébrale dans la région
optique chez le lapin) Km of Ph. CXVII 1936 292-308
Excitation du nerf optique Réponses électriques enregistrées
partir de différentes profondeurs de écorce tude histologique
de la région où le phénomène électrique été enregistré
La réponse électrique se compose de parties Les premières
sont des potentiels diphasiques la 3e une deflection négative la 4e
une positive Les quatre composantes se suivent de seconde
pendant une seconde au moins Ces composantes diffèrent une
de autre elles enregistrent de manière différente selon elles
sont enregistrées des profondeurs différentes du cortex Rapport
entre la forme des potentiels isolés et la forme de ensemble de la
réponse Cette dernière est fonction du degré de diphasicite des élé
ments unitaires des relations spatiales de ces derniers par rapport
aux électrodes de leur fréquence plus ou moins grande
150 GOZZANO Elettroencefalografia Le correnti
bioelettriche della corteccia cerebrale II Effetti degli stimoli
sensitive sensoriali Electroencéphalographie Les courants
bioélectriques du cortex cérébral II Effets des stimuli sensitifs
et sensoriels Bol it sp. 1935 125-128 et 128-131
tudes sur le lapin le chat le chien et le singe Les courbes
obtenues diffèrent suivant la région architectonique du cortex
explorée en particulier les régions individualisées du cortex pour
la réception auditive ou visuelle manifestent des réactions spécifiques
pour les stimulations correspondantes sonores ou lumineuses Chez
le lapin avec enregistrement par le dispositif Adrian une excitation
mécanique cutanée grattement pincement entraîne dans diverses
régions de écorce un effet inhibiteur diminuant ou abolissant les
oscillations de potentiel spontané sans on ait pu déceler des
courants action provoqués dans la région sensitivo-motrice par
ces stimulations
151 LEARY et BISHOP The source of cortical
potentials La source des potentiels corticaux Am Phys Soc.)
Am of Ph. CXVI 1936 115
Par introduction tangentielle électrodes-aiguilles pointe
découverte seulement les auteurs ont pu vérifier que les rythmes
spontanés émanaient de couches sous-jacentes celles les plus
superficielles donnant des réponses répétitives la suite de
stimulations et ils étaient diminués ou supprimés au cours des
réponses répétitives superficielles
152 JASPER et ANDREWS Human brain
rhythms Recording techniques and preliminary results Rythmes
cérébraux chez homme Techniques enregistrement et résultats
préliminaires of Gen Ps. XIV 1936 98-125
Description un amplificateur destiné des
oscillations cérébrales recueillies simultanément en divers points
de la tête On observe ainsi des ondes analogues dans des régions
symétriques sauf dans certains cas pathologiques Dans des régions ELECTRENCEPHALOGRAMMES 245
différentes les enregistrements sont souvent allure différente le
phénomène le plus net étant bien entendu celui on met en évi
dence au-dessus du lobe occipital rythme de Berger Le rythme
semble être caractéristique de activité de la zone rolandique
153 LIBERSON Electrencéphalographie transcranienne
chez homme Tr hum. IV 1936 303-320
étude des ondes électriques spontanément produites par le
cerveau de découverte récente 1929 pris en ces dernières années
une importance considérable Un nombre énorme de laboratoires
et de chercheurs dans tous les pays du monde se penchent avec un
intérêt passionné sur cette question Le nombre des publications
relatives ne cesse de croître mais sont souvent une technicité
qui en rend la lecture difficile et de profit assez mince pour qui
est pas spécialiste des questions anatomo-physiologie nerveuse
Aussi la revue générale de L- très complète décrivant la technique
employée et les principaux faits que on pu enregistrer vient-elle
bien son heure et permettra par sa netteté sa précision et sa
documentation étendue de se familiariser avec une question qui
ne peut laisser indifférents les psychologues est au reste lui-même
un spécialiste de la question laquelle il apporté récemment
de très intéressantes contributions il pas cru devoir citer
pour rester dans les limites un exposé historique et général dont
la valeur sera certainement appréciée sa valeur
154 DURUP et FESSARD électrencéphalogramme
de homme Données quantitatives sur arrêt provoqué par des
stimuli visuels ou auditifs CXXII 1936 756-758
Chez un sujet présentant un très régulier
et gardant les yeux ouverts obscurité arrêt des ondes par
stimulation lumineuse brève 001 sec. éclairement un diffuseur
de grande surface survient après une latence autant plus courte
que intensité de éclairement est plus grande la relation étant
allure logarithmique
Intensité relative ....... IO-1 IO-2 IO-3 IO-4
Latence moyenne ... 16<S 229 265 310 357
éclairement maximum donnait une brillance centrale environ
par m2 au diffuseur La marge réductible est montrée grande
près de 020 sec. ce qui est en faveur un parcours plus complexe
que pour les réactions motrices simples au stimulus lumineux compre
nant des voies associatives avec des synapses supplémentaires
ce qui est en accord avec le fait de arrêt par représentation visuelle
mentale)
Les stimulations auditives peuvent aussi provoquer arrêt des
ondes après une latence plus longue 035 050 sec.) avec possibilité
une action indirecte par association avec la stimulation visuelle 246 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
155 TRAVIS et GOTTLEBER Do brain waves
have individuality Les ondes cérébrales ont-elles une individualité
Science LXXXIV 1936 532
Des enregistrements électrencéphalogrammes répétés chez
44 étudiants ont permis affirmer existence de caractéristiques
individuelles dont le degré de constance devra être vérifié
156 FR LEMERE The significance of individual differences
in the Berger rhythm La signification des différences individuelles
dans le rythme de Berger Brain LIX 1936 366-375
.Classement des rythmes ondes des sujets en fonction de
amplitude la régularité et la constance un mauvais rythme
comporte des ondes inconstantes irrégulières et de faible amplitude
un bon rythme les caractères opposés
Le nombre des sujets à.bon rythme serait peu près égal celui
des mauvais le changement de type chez un sujet est rare cas
seulement constatés dont donnèrent un mauvais rythme un
moment où des préoccupations entretenaient chez eux un état
anxiété)
La fréquence des ondes très constante chez un sujet donné
été trouvée comprise dans tous les cas entre et 12 par seconde
Recherchant la signification de la différence des deux types
sans envisager de transitions) auteur indique il avait pas
de corrélation avec la valeur de la résistance électrique
agirait-il une différence dans la capacité de relâchement
Mais des sujets ont donné un meilleur rythme alors ils se trou
vaient en état de tension sans anxiété toutefois) et autres
réussissant abolir toute activité consciente continuaient avoir
de mauvais rythmes Pas de corrélation trouvée avec le sexe intel
ligence la mémoire le type auditif ou visuel introversion mais
aucun chiffre est donné relativement aux 26 sujets examinés
ou reprises)
Pensant que la différence se trouvait plutôt dans le type cyclo
thymique bons rythmes ou schizoïde examiné 40 cas de
psychoses Or est seulement dans les états maniaques ou dépressifs
ont été régulièrement trouvés de bons rythmes ceux-ci chez les
schizophrènes ne étant rencontrés que rarement et de fa on incons
tante sans autre précision donnée Dans 13 cas de sclérose dissé
minée sur de ceux ayant eu de instabilité affective présentèrent
de bons rythmes aucun des autres
La capacité affective serait le caractère normalement associé
au bon rythme
157 DAVIS et DAVIS Action potentials of the brain
in normal persons and in normal states of cerebral activity Poten
tiels action du cerveau chez les personnes normales et dans des
états normaux activité cérébrale Ar of N. XXXVI 1936
1214-1224
Revue générale des faits connus et court historique examen
un groupe de sujets dans des conditions comparables permis

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.