Enquête nationale sur l'entrée en sixième et la démocratisation de l'enseignement - article ; n°1 ; vol.18, pg 9-48

De
Publié par

Population - Année 1963 - Volume 18 - Numéro 1 - Pages 9-48
Girard Alain, Bastide Henri, Fourcher Guy. — Investigacion nacionál sobre el ingreso en primer afio de bachillerato y la democratizacion de la ensenanza.
El Instituto Nacionál de Estudios Demograficos ha procedido en 1953 y en 1954 a una série de investigaciones sobre la orientacion y la seleccion de los nifios en edad escolar; estas han mostrado una fuerte desigualdad social de reclutamiento en las diversas formas de ensenanza despues del ciclo elemental. La importancia de la eleccion de los estudios hecho desde los 11-12 aňos, aparecia muy claramente : el porvenir escolar de los nifios esta determinado, en realidad, muy temprano.
Desde entonces, la reforma de la ensenanza de Enero 1959 se ha llevado a cabo y se ha instituido, en particular, un ciclo de observación de dos aňos despues del ciclo elemental, destinado a orientar lo mejor posible les ninos de todas las clases sociales, en funcion de sus aptitudes.
Nuevas investigaciones habian aparecido necesarias para observar la situacion actual, teniendo en cuenta de los cambios intervenidos desde hace diez anos. En este fin, y de acuerdo con las autoridades resposables de la ensenanza en Francia, el Instituto Nacionál de Estudios Demograficos a procedido en Junio y Octubre 1962 a nuevas investigaciones de las que se presentan en este articulo los primeros resultados.
Girard Alain, Bastide Henri and Fourcher Guy. — National Survey of Admission in 6th Class (1st Form Level) and of a More Démocratie Access to Education.
In 1953 and 1954 a series of surveys was conducted by the Institute on the selection of school-age children. It appeared that, after the elementary compulsory cycle, strong social differentials characterized the access to the various types of higher education. The choice made at the age of 11 or 12 is undoubtedly important but school prospects are in fact settled at a younger age.
In January 1959 a reform of the education system was implemented which includes, for instance, a two-year « observation cycle » after the elementary cycle. This new step aims to provide a better guidance according to children' capacities.
These changes made it necessary to undertake new research. In full agreement with the Ministry of Education, the Institute has starded new investigations in June and October 1962 and publishes here the first results.
L'Institut national d'études démographiques a procédé en 1953 et 1954 à une série d'enquêtes sur l'orientation et la sélection des enfants d'âge scolaire, qui ont montré une forte inégalité sociale dans le recrutement des diverses formes d'enseignement donné au-delà du cycle élémentaire. L'importance du choix des études, fait dès 11-12 ans, apparaissait en toute clarté : l'avenir scolaire des enfants est en réalité fixé très tôt. Depuis cette époque, la réforme de l'enseignement de janvier 1959 est entrée en application, et il a été institué notamment un cycle d'observation de deux années au-delà du cycle élémentaire, destiné à orienter au mieux les enfants de tous les milieux, en fonction de leurs aptitudes. De nouvelles recherches étaient devenues nécessaires pour observer la situation actuelle, compte tenu des changements intervenus depuis dix ans. A cette fin, et en plein accord avec les autorités responsables de l'enseignement en France, l'Institut national d'études démographiques a procédé en juin et octobre 1962 à de nouvelles investigations, dont les premiers résultats sont présentés dans cet article.
40 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 1 janvier 1963
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 42
Voir plus Voir moins

Alain Girard
Henri Bastide
Guy Pourcher
Enquête nationale sur l'entrée en sixième et la démocratisation
de l'enseignement
In: Population, 18e année, n°1, 1963 pp. 9-48.
Citer ce document / Cite this document :
Girard Alain, Bastide Henri, Pourcher Guy. Enquête nationale sur l'entrée en sixième et la démocratisation de l'enseignement.
In: Population, 18e année, n°1, 1963 pp. 9-48.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pop_0032-4663_1963_num_18_1_10410Resumen
Girard Alain, Bastide Henri, Fourcher Guy. — Investigacion nacionál sobre el ingreso en primer afio de
bachillerato y la democratizacion de la ensenanza.
El Instituto Nacionál de Estudios Demograficos ha procedido en 1953 y en 1954 a una série de
investigaciones sobre la orientacion y la seleccion de los nifios en edad escolar; estas han mostrado
una fuerte desigualdad social de reclutamiento en las diversas formas de ensenanza despues del ciclo
elemental. La importancia de la eleccion de los estudios hecho desde los 11-12 aňos, aparecia muy
claramente : el porvenir escolar de los nifios esta determinado, en realidad, muy temprano.
Desde entonces, la reforma de la ensenanza de Enero 1959 se ha llevado a cabo y se ha instituido, en
particular, un ciclo de observación de dos aňos despues del ciclo elemental, destinado a orientar lo
mejor posible les ninos de todas las clases sociales, en funcion de sus aptitudes.
Nuevas investigaciones habian aparecido necesarias para observar la situacion actual, teniendo en
cuenta de los cambios intervenidos desde hace diez anos. En este fin, y de acuerdo con las
autoridades resposables de la ensenanza en Francia, el Instituto Nacionál de Estudios Demograficos a
procedido en Junio y Octubre 1962 a nuevas investigaciones de las que se presentan en este articulo
los primeros resultados.
Abstract
Girard Alain, Bastide Henri and Fourcher Guy. — National Survey of Admission in 6th Class (1st Form
Level) and of a More Démocratie Access to Education.
In 1953 and 1954 a series of surveys was conducted by the Institute on the selection of school-age
children. It appeared that, after the elementary compulsory cycle, strong social differentials
characterized the access to the various types of higher education. The choice made at the age of 11 or
12 is undoubtedly important but school prospects are in fact settled at a younger age.
In January 1959 a reform of the education system was implemented which includes, for instance, a two-
year « observation cycle » after the elementary cycle. This new step aims to provide a better guidance
according to children' capacities.
These changes made it necessary to undertake new research. In full agreement with the Ministry of
Education, the Institute has starded new investigations in June and October 1962 and publishes here
the first results.
Résumé
L'Institut national d'études démographiques a procédé en 1953 et 1954 à une série d'enquêtes sur
l'orientation et la sélection des enfants d'âge scolaire, qui ont montré une forte inégalité sociale dans le
recrutement des diverses formes d'enseignement donné au-delà du cycle élémentaire. L'importance du
choix des études, fait dès 11-12 ans, apparaissait en toute clarté : l'avenir scolaire des enfants est en
réalité fixé très tôt. Depuis cette époque, la réforme de l'enseignement de janvier 1959 est entrée en
application, et il a été institué notamment un cycle d'observation de deux années au-delà du cycle
élémentaire, destiné à orienter au mieux les enfants de tous les milieux, en fonction de leurs aptitudes.
De nouvelles recherches étaient devenues nécessaires pour observer la situation actuelle, compte tenu
des changements intervenus depuis dix ans. A cette fin, et en plein accord avec les autorités
responsables de l'enseignement en France, l'Institut national d'études démographiques a procédé en
juin et octobre 1962 à de nouvelles investigations, dont les premiers résultats sont présentés dans cet
article.NATIONALE ENQUÊTE
SUR L'ENTRÉE EN SIXIÈME
ET LA
DÉMOCRATISATION DE L'ENSEIGNEMENT
L'Institut national d'études démographiques a procédé en
1953 et 1954 à une série d'enquêtes sur l'orientation et la sélec
tion des enfants d'âge scolaire (l), qui ont montré une forte
inégalité sociale dans le recrutement des diverses formes d'ense
ignement donné au-delà du cycle élémentaire. L'importance du
choix des études, fait dès 11-12 ans, apparaissait en toute clarté :
l'avenir scolaire des enfants est en réalité fixé très tôt.
Depuis cette époque, la réforme de l'enseignement de janvier
1959 est entrée en application, et il a été institué notamment
un cycle d'observation de deux années au-delà du cycle élément
aire, destiné à orienter au mieux les enfants de tous les milieux,
en fonction de leurs aptitudes.
De nouvelles recherches étaient devenues nécessaires pour
observer la situation actuelle, compte tenu des changements
intervenus depuis dix ans. A cette fin, et en plein accord avec
les autorités responsables de V enseignement en France, l'Institut
national d'études démographiques a procédé en juin et octobre
1962 à de nouvelles investigations, dont les premiers résultats
sont présentés dans cet article.
L'objectif. La croissance démographique retrouvée, les besoins en hommes
instruits et qualifiés d'une économie en expansion, en même
temps qu'un souci de justice sociale, confèrent aux problèmes d'enseignement,
dans la France contemporaine, une importance primordiale reconnue par
tous. Le ministère de l'Éducation nationale ne cesse de consacrer, dans le
sens du développement de l'enseignement à tous les niveaux, des efforts
considérables qui ont déjà porté leurs fruits, et qui ne sauraient être ralentis
sans dommage.
(x) L'orientation et la sélection des enfants d'âge scolaire dans le département de la Seine.
Population, 1953, n° 4; Enquête nationale sur Г orientation et la sélection des enfants d'âge
scolaire. Population, 1954, n° 4; Orientation et sélection scolaires : une enquête sur les enfants
à la sortie de Г école primaire. Population, 1955, n° 4. ENQUÊTE NATIONALE SUR L'ENTRÉE EN 6e 10
L'Institut national d'études démographiques a procédé pour sa part, il
y a plusieurs années, avec le concours du ministère à une série d'enquêtes
destinées à étudier comment, dans la pratique, étaient orientés les enfants
dans les divers enseignements. Ces enquêtes avaient montré que l'option
capitale, qui détermine tout l'avenir, se produit très tôt, dès 11 à 12 ans,
lors du choix entre la poursuite des études à l'école primaire jusqu'à la fin
de la scolarité obligatoire, ou l'entrée en classe de 6e dans un établissement
du second degré. Elles révélaient, en outre, à quel point ce choix se trouvait
sous la dépendance de divers facteurs, en particulier de caractère social :
une inégalité très vive se manifestait entre les enfants selon leur milieu
d'origine.
Depuis, est intervenue en janvier 1959 la réforme de l'enseignement, qui
se proposait notamment de corriger cette inégalité et de promouvoir une vaste
démocratisation, par la prolongation de l'enseignement obligatoire jusqu'à
16 ans, comme par l'instauration d'un « cycle d'observation », au niveau des
classes de 6e et 5e, après la fin du cycle élémentaire.
Dans quelle mesure la réforme a-t-eîle atteint son but et répondu à cette
attente? Une nouvelle étude de l'I.N.E.D., fondée sur les statistiques du
ministère de l'Éducation nationale, n'a pas permis d'apporter une réponse
claire à cette question, en dépit de l'augmentation des effectifs et de l'él
évation du taux d'entrée en 6e W . De nouvelles recherches s'imposaient donc
pour faire le point de la situation, et étudier comment les divers facteurs
géographiques et sociaux se manifestent, encore sur l'orientation des enfants.
Le projet de VI.N.E.D. a reçu le meilleur accueil de la part des autorités
responsables du ministère, qu'il tient à remercier. La tâche des organisateurs
a été grandement facilitée par le concours des autorités locales, en particulier
des inspecteurs d'Académie et des inspecteurs primaires. Le Secrétariat
général à l'enseignement libre et les directeurs diocésains de l'enseignement
libre ont également apporté un appui sans réserve. Enfin, la collecte des
documents nécessaires, et l'enquête tout entière dont il va être rendu compte
n'a été possible que grâce à la participation bénévole d'un nombre important
de directeurs d'écoles et de maîtres de l'enseignement public et de l'enseign
ement privé. Pratiquement, toutes les personnes pressenties ont répondu
gracieusement aux demandes de YI.N.E.D. Cette enquête n'aurait pas été
possible sans leur concours. Elle est leur œuvre.
Rappel des faits. On ne saurait présenter cette analyse, ni surtout inter
préter ses résultats sans avoir présentes à l'esprit les
données relatives à l'évolution des effectifs des classes de 6e au cours des
dernières années, ainsi que la situation présente, telle qu'elle résulte des
statistiques du ministère de l'Education nationale.
La croissance, manifeste depuis le début du siècle, s'est accentuée depuis
la fin de la guerre. En 1954-1955, les classes de 6e comportaient dans les
t1' A. Girard. L'origine sociale des élèves des classes de 6" et la démocratisation de
l'enseignement. Population, 1962, n° 1. ET LA DEMOCRATISATION DE L ENSEIGNEMENT 11
différents enseignements 212.000 élèves des deux sexes. En 1961-1962, ce
sont 424.000 élèves, soit exactement le double. Rapportés aux effectifs globaux
de la population des enfants d'une année d'âge, en l'espèce le nombre moyen
des enfants âgés de 11 et 12 ans, puisqu'ils constituent la très grande majorité
des élèves de 6e, c'étaient quatre enfants sur dix qui entraient en 6e en 1954-
1955, et un peu plus de cinq sur dix, la moitié, en 1961-1962, exactement
51 °/o. Cette proportion a été nettement dépassée à la dernière rentrée scolaire
de septembre 1962.
Voici, pour les deux dernières années, en nombres et en proportions pour
cent enfants de 11-12 ans, comment se répartissaient les effectifs des élèves
de 6e, sexes réunis, dans l'enseignement public et dans l'enseignement privé,
dans les lycées et collèges, et dans les collèges d'enseignement général et les
cours complémentaires (tableau A).
Tableau A. — Effectifs des classes de 6e et taux D'entrée en 6e (%)
(en milliers)
1960-1961 1961-1962
N N % %
Enseignement public :
152,2 Lycées classiques, modernes et techniques 147,9 18,0 18,2
157,2 19,1 169,9 20,5
Enseignement privé :
62,6 7,6 61,2 7,4
Cours complémentaires 4,8 40,5 4,9 39,8
407,5 49,5 423,8 51,0
L'ENQUÊTE
Les renseignements cherchés. Compte tenu des objectifs, et à défaut d'une
exploration exhaustive, la méthode consistait
à former un échantillon représentatif des élèves qui fréquentaient l'an dernier,
1961-1962, les classes de cours moyen 2e année ou de 7e, et à connaître
l'orientation qu'ils avaient prise à la dernière rentrée scolaire de septembre
1962.
Pour former un tel échantillon, il convient de saisir les élèves dans les
écoles où ils se trouvent, et c'est aux directeurs de ces écoles qu'ont été
demandés en deux temps les renseignements nécessaires :
Premier temps. — En mai-juin 1962, une liste nominative de tous leurs
élèves du cours moyen 2e année ou de 7e et éventuellement des élèves d'autres
classes candidats à la 6e, comportant pour chaque élève les indications
suivantes : 12 ENQUÊTE NATIONALE SUR L'ENTREE EN 6e
— l'adresse des parents;
— leur profession très exacte;
— le nombre total d'enfants dans la famille et le rang de naissance;
— la date de naissance;
— le relevé des notes figurant dans le dossier scolaire;
— les vœux de la famille (candidature en 6e, nature de l'établissement
demandé) ;
— une appréciation du maître sur la valeur scolaire des élèves.
La plus grande partie de ces renseignements, et en particulier le relevé
des notes, sont ceux fournis par les directeurs d'école, aux inspecteurs d'Aca
démie, en application de l'arrêté du 2 juin 1960, article 5, portant « recrute
ment du cycle d'observation ».
Deuxième temps. — Une information supplémentaire à la rentrée de
septembre 1962, à propos des mêmes élèves : dans quel établissement et dans
quelle classe sont-ils? Cette indication était destinée à être rapprochée des
renseignements fournis sur chaque élève lors du premier temps de la recherche.
L'échantillonnage. Il a été procédé à un tirage au sort des écoles destinées
à figurer dans l'échantillon, parmi l'ensemble de tous
les établissements français d'enseignement primaire, publics et privés :
lycées et collèges ayant encore des classes de 7e, écoles primaires, collèges
d'enseignement général, etc.
La liste complète de tous ces établissements est fournie par V Annuaire
de l'Éducation nationale (édition de 1960), pour le public, et par Y
national officiel 1961 du Secrétariat d'études pour la liberté de Г enseigne
ment, pour le privé.
L'importance des communes et des villes reflète à la fois l'équipement
scolaire en établissements d'enseignement secondaire ou technique, et la
composition sociale ou professionnelle de la population. Comme l'orientation
des élèves dépend autant des installations scolaires à proximité de la résidence
que du milieu social des parents, il convenait, préalablement à tout échantil
lonnage, de regrouper les localités selon leur dimension. Ainsi, la liste des
agglomérations urbaines, monocommunales ou multicommunales, dressée
par l'I.N.S.E.E. à partir des résultats du recensement de 1954 ^l\ a été utilisée
pour constituer les neuf strates suivantes :
I. Agglomération de Paris;
IL 10 agglomérations de plus de 200.000 habitants;
III. 17 de 100.000 à
IV. 29 de 50.000 à 100.000 habitants;
V. 118 agglomérations de 20.000 à 50.000
1' Recensement de 1954 «Villes et agglomérations urbaines-. r : ■•■■■ ■■
f
ET LA DÉMOCRATISATION DE L'ENSEIGNEMENT 13
VI. 207 agglomérations de 10.000 à 20.000 habitants;
VII. 402 de 5.000 à 10.000
VIII. 774 de moins de 5.000 habitants;
IX. Cantons ruraux ^.
Dans la strate I, qui comprend la ville de Paris, 50 communes de la Seine
et 5 communes de la Seine-et-Oise, les arrondissements de Paris et les com
munes de banlieue ont été classés selon un critère socio-professionnel, à
savoir la proportion d'ouvriers dans la population active. Ensuite, à partir
de la liste des écoles ainsi obtenue, il a été procédé au tirage d'un établiss
ement, public ou privé, sur vingt.
Dans la strate II, il a également été procédé au tirage au sort d'une école
sur vingt, sur la liste de tous les établissements publics et privés des dix
centres urbains que la strate regroupe.
Dans toutes les autres strates, il a été effectué un tirage au sort à deux
degrés : désignation des localités d'abord, puis à l'intérieur de chacune des
localités retenues, détermination d'une proportion égale d'écoles publiques
d'une part et d'écoles privées d'autre part. Sauf pour la strate VIII, le taux
de sondage global, en écoles, qui combine les taux de sondage de chacun
des deux degrés du tirage, a été choisi d'autant plus faible que les agglomér
ations sont moins importantes. En effet, les situations étant moins diff
érenciées à la campagne et dans les petites villes que dans les grandes, il n'a
pas paru nécessaire de disposer d'un échantillon d'élèves proportionnellement
aussi important dans les cantons ruraux que dans les agglomérations urbaines.
En définitive, le tirage a été effectué de la manière suivante :
Tirage des écoles Taux de sondage global, Tirage à l'intérieur Strate des agglomérations en écoles de chaque agglomération
1/20 I & II Toutes agglomérations 1 école sui 20
III 1 agglomération sur 2 1 sui 20
1 sur 3 14 environ 1 /40 IV 1 école sui
■ 6 V 1 sur 7 1 suj
VI & VII 1 agglomération sur 10 1 école su r 4
• 2 VIII 1 sur 10 1 sui 1/20
" 4 IX 1 canton rural sur 20 1 école su 1/80
Finalement, et compte tenu des fréquences variables du tirage au sort à
deux degrés, ce procédé amène à retenir une école sur vingt dans les strates I,
II et VIII, environ une école sur quarante dans les strates III à VII incluses,
et une école sur quatre-vingts dans la strate IX.
(1> II s'agit du regroupement, selon leur appartenance cantonale, des communes rurales
de moins de 2.000 habitants agglomérés au chef-lieu. ENQUÊTE NATIONALE SUR L'ENTRÉE EN 6e 14
Le nombre total d'adresses d'écoles tirées au sort a été de 1.410, et autant
d'envois ont été opérés. Mais, en réalité, le nombre d'écoles réellement atteintes
par ce procédé a été inférieur de 180 unités, soit 1.230. En effet, l'indication
fourme par Y Annuaire de VÉducation nationale est celle des classes (garçons,
filles, mixtes) en activité. Or, lorsque ce nombre est faible, un ou deux par
exemple, pour les garçons et pour les filles, et bien qu'il ait été envoyé deux
documents, un seul a été rempli par le directeur, ou la directrice, mêlant
garçons et filles, comme ils le sont en classe. Le tableau В donne la répartition
des adresses ainsi tirées au sort et des écoles effectivement observées. La
contraction porte sur toutes les strates, mais surtout sur celle des cantons
ruraux, et concerne essentiellement les écoles à faible effectif; de tels cas se
sont également présentés dans les agglomérations urbaines, où certaines
écoles périphériques ont une structure analogue à celle des écoles rurales,
c'est-à-dire qu'elles ne comportent qu'une ou deux classes et un ou deux
instituteurs pour l'ensemble des élèves.
Le déroulement de l'enquête. Avant le lancement de l'enquête, les recteurs
et inspecteurs d'Académie ont été informés
des objectifs de la recherche par une circulaire du Directeur général de l'o
rganisation et des programmes scolaires au ministère de l'Education nationale.
\JLN.E.D. a ensuite adressé aux inspecteurs d'Académie la liste des établiss
ements relevant de leur autorité et figurant dans l'échantillon, ainsi que toutes
précisions sur les modalités du travail. Il a été procédé de même en ce qui
concerne l'enseignement privé.
Pour le premier temps de l'étude, toutes les explications et les documents
nécessaires ont été envoyés aux directeurs et directrices des écoles tirées au
sort par lettre du 11 mai 1962. Trois rappels ont été envoyés les 4, 14 et
26 juin, portant successivement les réponses à 57, 80, 92 et 96 % de l'e
nsemble. Le nombre d'écoles ayant répondu s'est élevé finalement à 1.176
sur 1.230.
Parmi ces 1.176 écoles, 91, soit 7,4 °/o, n'ont aucun élève susceptible
d'être observé : 22 d'entre elles ne fonctionnaient plus au jour de l'enquête;
d'autre part, 69 directeurs ou directrices ont précisé que leur école ne comport
ait pas ou ne comportait plus de classes de cours moyen 2e année ou de 7e,
ou bien ont envoyé un état « néant ».
Très souvent, de telles réponses concernent des écoles rurales, à très faible
effectif; dans les grandes agglomérations, il s'agit de lycées, dont les classes
primaires viennent d'être supprimées, ou bien d'écoles privées qui ne fonc
tionnent plus. C'est donc parmi les 1.085 écoles (1.176 — 91) ayant au moins
un élève en cours moyen 2e année, que la recherche s'est poursuivie au mois
d'octobre 1962.
Pour le deuxième temps de la recherche, un nouvel état a été adressé aux
directeurs et directrices le 11 octobre. Sur ce document figurait la liste nomin
ative des élèves (nom et prénoms) fournie quelques mois plus tôt, et il suffisait ET LA DÉMOCRATISATION DE L'ENSEIGNEMENT 15
_ Я J -ф Ф
со 00 СЗ Li ю СЗ <N СЗ СО о СО оз сэ СЗ со со СО СЗ СО 'о íhnrch 'о
"" о
с о t- ^, ^. £^ t- ^, СЗ СЗ со ее СЗ с: С) о IN to & 00 с> о оз сэ со со со СЗ со со со s Г; -S о _£ А
ТЗ S О
g
- о и ф 3 с А г- ^_ t- ■4* о со о 00 ЬО о о о о о о о о о о д сс со со -* 6 сч "о 2 i О 2 О dépoi о JÍ11 1) К гсеп< ьв «1 tj -Ь de
с С se 0
Z 3 S ce CJ ф 0 с 3 c о. in Л si" si" _ rt со ся СО со _ 00 IN 00 о 1С СЯ О со СЭ réf st" СЗ de dar СО со CS СО 1.17 О СЗ СЗ СЗ Е phase СО о
ou de lace
■s ; >■ eu -4! s> Я ТЗ ф T3 СО о о со ем ОС ся о о о О о о о о о "о Р-1 ř~ СЗ о ю СО со сг о с с о со * со s S û. о a, ^_ "Ь p. я *-* С M о
"a "fi sort ibre I'5 О 3 СЗ CN Irt со со о > 1> о со со со а 30 S ■g Q се -с ■Ф -S JS ТЗ ТЗ ^; С « ^, S СЭ £ £3 Л
о !^ Ф
a О
T3
с ф с ш о
IB ft rdi ф 01 О) m И1 W и (Я m m с ce [П с с С С с С с с С С ТЗ се се се се се се се се M S » te m аз А А л д л А нЭ А ■о ф СИ со се се ее се се а А Я са я с "с А J3 А я А А А я я се *-> се се ф о о О о О о 2 О о О о .£ ей 1 о *(Я о о о '-; о о О ' о со о о о *2 200. 100. 200. 100. h« 50. 20. 10. ■§ haines aines pa h pa h о о сок о CN Œ .000 .000 X 000 ion ion А о 1а a о С ш à à -es -се •ев à я à à à à « р b <н о о - о о о о о ю s S о о о о о . ce о ce о ь ф I* ф CN (N ф ф хп о о о о СО о о о" о о 50. 20. о о 10. nité ^ ТЗ rois в fe се о о о IÍ5 о с S 1» ■О ■о (N о 1 о о с ф й "я с ■*■" "и а с: 3 s P С eu ф ф ф ф "о ф а ф о 'о сб Ф* W С Е д Д д Д д S о Д Д Д < s д д í. -i> «я
° •ti ф les се _ >< tra ï> > > "а h- > £ Is > > > со ENQUÊTE NATIONALE SUR L'ENTRÉE EN 6e 16
aux personnes pressenties d'indiquer en face de chaque nom un renseignement
simple : dans quel établissement et dans quelle classe il se trouve à la rentrée <
scolaire 1962.
Deux rappels ont été expédiés, les 29 octobre et 9 novembre, portant les
proportions de réponse de 88 à 96 et 99 °/o. Il a été recueilli ainsi 1.072 réponses,
soit la presque totalité, très exactement 98,8 °/o.
En définitive, sur 1.230 écoles, des renseignements ont été obtenus pour
1.163 d'entre elles, représentant 94,5 % de l'ensemble. Cette proportion, à
peu près la même dans les neuf groupes définis par le plan d'enquête, demeure
le plus souvent comprise entre 90 et 95 °/o-
Le tableau В rassemble tous ces éléments d'information.
Enfin, les 1.163 écoles observées sont très dispersées sur l'ensemble du
territoire. Tous les départements sont représentés, à une seule exception près,
le Territoire de Belfort. Mais ils le sont avec des fréquences très variables :
par exemple, on passe d'une école dans la Nièvre, à 60 dans le Nord pour
atteindre 74 dans la Seine (34 à Paris et 40 en banlieue), soit, en moyenne,
et pour l'ensemble, un peu plus d'une dizaine par département. Dans 55 dépar
tements, toutes les personnes sollicitées ont répondu; dans 25 autres, le plus
souvent une et quelquefois deux réponses seulement n'ont pu être obtenues;
pour les 9 autres, les réponses manquantes sont comprises pour chacun entre
trois et six. On voit donc que l'exploration a porté sur toutes les régions de
France, les plus urbaines comme les plus rurales, les petites localités proches
des grands centres, comme les campagnes isolées 'ЛК
II est possible d'avancer que le déchet, si peu important, et très largement
dispersé, ne saurait constituer une source d'erreur susceptible de fausser le
sens des résultats. Une telle remarque se trouve encore renforcée par le fait
que les proportions de réponses sont également voisines pour l'enseignement
public et pour l'enseignement privé d'une part, pour les écoles de garçons,
les écoles de filles et les écoles mixtes d'autre part.
L'échantillon d'élèves. Le tableau С présente, pour chaque strate, et aux
deux moments de l'enquête, le nombre d'élèves sur
lesquels ont été recueillis des renseignements : 21.534 à l'issue de la première
phase et 20.770 à l'issue de la deuxième, soit 96,4 °/o- La différence, 764,
concerne 315 élèves dont le directeur n'a pas répondu lors de la seconde phase
au mois d'octobre, et, en outre, 449 élèves, qui ont changé d'établissement
et pour lesquels le directeur d'école n'a pu connaître la situation à la rentrée.
Finalement, l'observation et les résultats portent sur 20.770 élèves de
cours moyen 2e année ou de 7e en 1961-1962, y compris les candidats à la 6e
provenant d'autres classes, en très faible proportion. La répartition par sexe
est de 10.485 garçons et 10.285 filles.
(1J L'I.N.E.D. tient à la disposition des personnes qui désireraient les consulter les listes
des villes et des cantons figurant dans l'échantillon, ainsi que la répartition, par département,
des écoles tirées au sort et des écoles observées, publiques ou privées.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.