Etats maniaco-dépressifs. - compte-rendu ; n°1 ; vol.37, pg 461-465

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1936 - Volume 37 - Numéro 1 - Pages 461-465
5 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 1936
Lecture(s) : 26
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

e) Etats maniaco-dépressifs.
In: L'année psychologique. 1936 vol. 37. pp. 461-465.
Citer ce document / Cite this document :
e) Etats maniaco-dépressifs. In: L'année psychologique. 1936 vol. 37. pp. 461-465.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1936_num_37_1_5427PSYCHOLOGIE PATHOLOGIQUE 461
dans le déterminisme des psychoses postinter vallaires An
Méd.-Ps. XV 94 II 1936 595-608
Il faut distinguer entre les troubles psychiques dus une intoxi
cation oxycarbonée chronique et les troubles chroniques qui suivent
une intoxication aiguë Parmi ces derniers il en qui sont immé
diatement consécutifs intoxication et autres qui apparaissent
après un intervalle de plusieurs semaines au cours desquelles une
amélioration était produite Le pronostic est meilleur pour les
troubles postintervallaires Ils consistent en inertie aspect pseudo
démentiel et en fabulation Leur uniformité ne permet pas de suppo
ser que intoxication réveille des dispositions latentes On ne peut
pas croire non plus une intoxication directe du parenchyme ner
veux les cultures des divers tissus dans une atmosphère haute
concentration en oxyde de carbone ne présentent aucune altération
Ce sont des phénomènes circulatoires il faut sans doute mettre
en cause Non pas des spasmes vasculaires comme on supposé
cette hypothèse ne accorderait pas avec la longue durée des troubles
observés Mais sans doute des hémorragies On sait quelle en est la
fréquence au cours de intoxication oxycarbonée
696 DAUMEZON Amnésie retardée dans une intoxication
oxycarbonée An Méd.-Ps. XV 94 1936 742-746
Habituellement la période de latence entre intoxication et le
début des troubles mentaux ne dépasse pas 15 jours Elle été
ici un mois Ce cas est pas sans exemples
697 TRILLOT Troubles mentaux survenus la période
incubation une infection paludéenne Guérison par la
quinine An Méd.-Ps. XV 94 II 1936 698-702
existence de troubles mentaux au cours de accès paludéen
est bien connue intérêt de cette observation est de montrer ils
peuvent apparaître dès la période incubation alors que hyperther-
mie fait encore défaut
698 ROGER CREMIEUX ALLIEZ Syndrome
catatonique post-typhique curable An Méd.-Ps. XV 94
1936 810-816
Le syndrome catatonique appartient pas la démence
précoce Il se rencontre aussi dans les affections colibacillaires et
après la typhoïde Conséquence une intoxication il peut présenter
des alternatives aggravation et amélioration et il est susceptible
de guérison
tats maniaco-dépressifs
699 TITLEY Prepsychotic personality of patients
with involutional melancholia Personnalité prépsychosique de
malades atteints de mélancolie invotutive Ar of N. XXXVI
1936 19-33
la différence des maniaques dépressifs dont la personnalité 462 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
approche de celle des normaux avant les manifestations morbides
chez les mélancoliques involutifs dont dix cas sont rapportés pour
ce qui est des données anamnestiques on observe une constitution
assez spéciale étroitesse des intérêts difficulté adaptation aux
changements sociabilité limitée adhérence rigide une moralité
élevée et intolérance tendance économie réticence méticulosité
disposition anxieuse
700 DUPO et NEVEU tat de confusion maniaque
en rapport avec les événements sociaux actuels An Med.-Ps.
XV 94 II 1936 253-254
Accès de confusion maniaque qui paraît avoir été déterminé par
le surmenage au cours une occupation usine chez un sujet de
24 ans présentant des antécédents psychopathologiques et ayant
un frère interné depuis âge de ans
701 RONDEPIERRE Cyelothymie et dysendocrinie
Essai de traitement un cas An Méd.-Ps. XV 94 1936
429-434
Des injections du lobe antérieur hypophyse ont suspendu
pendant 14 mois les crises excitation maniaque un malade qui
en présentait tous les mois Ce fait paraît en contradiction avec
la thèse de et bely qui attribuent excitation maniaque
hyperfonctionnement de hypophyse Mais peut-être opposition
est-elle apparente hyper et hypofonctionnement une glande
se succédant souvent périodiquement
702 DAVIDSON Concerning schizophrenia and manic-
depressive psychosis associated with pregnancy and child-birth
Sur la schizophrénie et la psychose maniaque-dépressive associées
la grossesse et accouchement Am of P. mai 1936
XCII 1331-1346
examiné 60 cas dont 33 primapares et 27 multipares
Dans cas la psychose accompagné la grossesse dans 52 cas
elle suivi accouchement constaté certaines différences dans
les manifestations cliniques de ces deux psychoses durant la grossesse
et après et dans les cas indépendants des processus
enfantement élément somatique surajouté rend souvent le
diagnostic difficile Cependant dès que les syndromes se cristallisent
il existe pas de différences essentielles dans les manifestations
cliniques Le pronostic une schizophrénie survenue la suite
une grossesse est meilleur que celui des cas ordinaires peut-être
cause des réactions catatoniques prédominantes dans le premier
cas Aucun cas de simple affaiblissement hébéphrénique été
observé Le fait que la psychose peut se déclencher après le premier
accouchement seulement ou la suite accouchements successifs
fait supposer on est en présence de facteurs qui ont leur origine
dans des crises de la vie instinctive ou de la vie affective des malades
ou dans les deux sphères combinées PSYCHOLOGIE PATHOLOGIQUE 463
703 DICKMEISS Les facteurs étiologiques exogènes dans les
psychoses maniaco-mélancoliques particulièrement en connexité
avec encéphalite épidémique chronique An Med.-Ps. XV
94II 1936 769-778
Maladie essentiellement constitutionnelle la psychose maniaco
dépressive peut-elle être aussi provoquée par des causes exogènes
On fait remarquer elle apparaît souvent au moment de la puberté
ou de la ménopause et que par conséquent elle pourrait être sous
la dépendance de modifications endocriniennes on également
invoqué action possible de traumatismes crâniens mais le fait est
pas démontré encéphalite épidémique qui produit si fréquemment
des troubles dans le domaine affectif ne pourrait-elle être aussi
origine de certains cas de psychose maniaco-dépressive
cite deux cas où des alternances humeur rappelant cette affection
ont été la conséquence une encéphalite épidémique
704 BOUDAREFF propos des rapports des epilepsies
héréditaires et de la psychose maniaque-dépressive Ene.
XXXI 1936 343-350
Crises épileptiques et états maniaco-dépressifs paraissent avoir
pour condition des troubles de la circulation cérébrale en rapport
avec les fonctions endocrines Cette similitude de mécanisme expli
querait que hérédité maniaque-dépressive puisse se manifester par
de épilepsie essentielle
705 HOVEN Les psychoses dépressives de la ménopause
de N. XXXVI 10 1936 639-644
après H. certains caractères cliniques sont particuliers ces
psychoses et permettent de les différencier des affections dépressives
ordinaires Ce sont surtout Négativisme très marqué dans de
nombreux cas) symptômes hystériques rétropulsions ou chutes en
avant sans blessures crises nerveuses avec clonisme) puérilisme
et maniérisme langage petit nègre paroles théâtrales dans autres
cas) phénomènes de stereotypie plus exceptionnels Il aurait donc
une certaine parenté clinique avec les troubles de la explique
par le fait que les deux affections apparaissent lors de stades impor
tants de la vie sexuelle puberté pour une ménopause pour autre
Malgré la netteté des symptômes cliniques hésite affirmer
il agisse une maladie spécifique nettement caractérisée
706 et BELY ANGLADE RONDEPIERRE
Psychose maniaque-dépressive et hyperplasie hypophysaire
Med.-Ps. XV 94 II 1936 255-257
examen une morte asile âge de
54 ans montre nette hyperphasie hypophysaire H.W
707 BLITZSTEN Amphithymia Some syndromes of
depression and elation Amphithymie Quelques de
dépression et elation Ar of N. XXXVI 1936 1021-1036
auteur sans donner observations cliniques distingue dans 464 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
le cadre de la psychose maniaque-dépressive un type il qualifie
amphithymique Dans la dépression les malades de ce type
présentent une expression plutôt impertinente et hostile que mélan
colique et ont pas de troubles végétatifs dans agitation hy-
peractivité reste adaptée sans fuite des idées ni troubles du jugement
Ces malades relèveraient tout particulièrement du traitement
psychanalytique
708 MARIE CAHANE et CAHANE Sur un cas de mélan
colie associé un syndrome truste de Simmonds Le rôle de hypo
physe dans certaines dépressions An Med.-Ps. XV 94 II
1936 798-805
hypophyse qui tient sous sa dépendance le métabolisme hydri
que glucidique lipidique ainsi que la fonction sexuelle ne serait-elle
pas responsable de certains cas de mélancolie Les rappellent
les observations de différents aliénistes qui ont relevé la coïncidence
de la cachexie hypophysaire et de la Ils relatent eux-
mêmes un cas du même genre
709 ALFRED ROLL et JOSEF ENTRES Zum Problem
der Erbprognosenbestimmung Die Erkrankungsaussichten der
Neffen Nichten von Manisch-Depressiven Sur le problème
de la possibilité de déterminer un pronostic héréditaire Les possi
bilités eclosi de la psychose maniaque-dépressive chez les neveux
et nièces de ces malades fur N. CLVI 1936 169-202
953 neveux et nièces de 83 maniaques-dépressifs ont été examinés
afin de compléter étude de Bause qui portait sur les cousins de ces
malades La fréquence de la psychose maniaque-dépressive élève
234 Elle est donc plusieurs fois plus élevée que dans la popu
lation moyenne où on ne compte que 04 de cas Cette fréquence
dépend dans une large mesure de état psychique des parents
Elle se rencontre le plus souvent dans les cas où un des malades
été maniaque-dépressif ou supposé tel ou cycloïde il avait pas
de cas où les deux parents eussent été atteints Dans le premier
cas la fréquence de la psychose élève contre 1806 chez
les frères et urs de ces malades Dans le deuxième cas probabilité
une psychose maniaque-dépressive) le pourcentage des psychoses
est de 333 contre 1032 chez les frères et urs Chez es
cycloïdes le pourcentage des maniaques-dépressifs élève encore
pour les neveux et nièces contre 517 pour les frères et
urs Si aucun des parents été atteint de psychose maniaque-
dépressive mais un eux eu une psychose ou une anomalie
quelconque le pourcentage élève chez les cycloïdes 408 pour les
neveux et nièces aucun cas de psychose maniaque-dépressive dans
ce groupe Dans les cas où aucun des parents été atteint de
psychose maniaque-dépressive les pourcentages sont encore assez
élevés chez les neveux et nièces pour la psychose maniaque-
dépressive pour la psychose probable
et 267 pour la cycloïdie contre et 050 chez les
frères et urs pas pu prononcer en se basant sur ses
documents si ce fait était dû au caractère récessif de la prédisposition PSYCHOLOGIE PATHOLOGIQUE 465
la psychose ou autre chose De toute fa on il se croit
autorisé conclure que les cas de psychose maniaque-dépressive
qui sont fréquents chez les descendants des parents non atteints
de cette psychose doivent être ramenés la psychose maniaque-
dépressive comme leur source
Démences et psychopathies origine organique
Encéphalites Arrêts de développement
710 DAUM ZON Maladie de Parkinson et paraphrénïe
An Méd.-Ps. XV 94 II 1936 629-634
encéphalite épidémique ne produit pas que des troubles neuro
logiques des troubles mentaux en particulier des délires hallucina
toires en sont souvent la conséquence Il peut avoir comme dans
le cas présent combinaison des deux les troubles parkinsoniens sont
interprétés par la malade comme étant le fait de ses ennemis
711 WREDA Uber hereditären Parkinsonismus Sur
le Parkinsonismo héréditaire N. 1936 vol 104
597-610
Il agit une femme de 51 ans qui présente de nombreux symp
tômes un parkinsonisme état actuel été précédé un stade
prodromal de réactions psychopathiques sous forme de manifesta
tions hystériques et paranoïaques Ce il intéressant dans
ce cas est que trouvé dans quatre générations qui se succé
daient de mère fille des symptômes parkinsoniens sous forme une
paralysie agitante De plus il dans la famille deux cas de mariages
consanguins La mode étant actuellement aux interventions eugé
nique envisage déjà la possibilité de mesures prophylactiques
Il trouve cependant le nombre de cas insuffisant pour une appli
cation de la loi du 14 juillet 1933 concernant les maladies degenera
tives héréditaires
712 HEUYER et CH DURAND Une forme particulière
de délire chez un Parkinsonien et sa mère An Méd.-Ps.
XV 94 1936 415-425
Délire en collaboration un Parkinsonien présentant de auto
matisme mental et de sa mère qui interprète les troubles du malade
en fonction de ses propres croyances la sorcellerie et des consulta
tions elle demande aux radiesthésistes métapsychistes et fakirs
713 A.-P.-L BELEY et CH.-H NODET Sept cas de paralysie
générale avec confusion et excitation prolongées An Méd.-Ps.
XV 94 II 1936 55-62
Les formes confusionnelles de la paralysie générale peuvent soit
évoluer rapidement vers la mort soit être parmi les plus curables
AITN PSYCHOLOGIQUE XXXVII 30

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.