Etude des relations entre l'ordre dénonciation des objets et l'organisation temporelle de dessins d'actions simples, réversibles et non réversibles : les effets d'un délai de 24 heures - article ; n°3 ; vol.87, pg 363-380

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1987 - Volume 87 - Numéro 3 - Pages 363-380
Résumé
Le but de ce travail est, d'une part, de confirmer les relations antérieurement mises en évidence entre l'ordre d'énonciation des objets (un actant et un patient) impliqués dans une action simple, réversible ou non, et l'organisation temporelle de la conduite dessinant cette action, et, d'autre part, d'étudier les effets d'un délai de 24 heures sur ces relations.
L'hypothèse concernant ces effets s'appuie sur des données psycholinguistiques relatives à la mémoire des phrases. Elle consiste à prévoir que lorsqu'une action de cette nature qui a été énoncée à la forme passive, est dessinée après cet intervalle temporel, la réalisation du dessin dans l'ordre patient-actant, que favorise cette forme syntaxique en situation de dessin immédiat, tend à être remplacée par l'ordre actant-patient qui, lui, est favorisé par la forme active. L'effet attendu doit être plus important avec les dessin d'actions réversibles qu'avec ceux d'actions non réversibles. Par contre, de tels changements d'organisation temporelle de la conduite du dessin ne devraient pas se produire avec des énoncés à la forme active.
Les résultats confirment les relations déjà obtenues, ainsi que les nouvelles prévisions que l'on vient de faire.
Mots clés : organisation temporelle des dessins, dessin et langage.
Summary. — The relationship between the order of enunciation of objects and the temporal organization of drawings of simple reversible or non-reversible actions : the effects of a 24-hour interval.
This study concerns the effects of a 24-hour interval on the already established relationship, between the order of enunciation of objects (agent and patient) involved in a simple action, and the temporal organization of the act of drawing this action.
The hypothesis concerning these effects depends on psycholinguistic data relating to sentence memorization. According to these data (Flores d'Arcais, 1974), retention of syntax decreases with time whereas retention of semantic content is much more stable. In a delayed-recall situation, the subject reactivates this semantic content using a syntax that is more familiar than that of the original utterance ; notably, active forms replace passives.
Applied to the act of drawing, these findings suggest that when an action presented in passive form is drawn 24 hours later, drawings executed in the order patient-agent will be less frequent than when the action is drawn immediately ; they will tend to be replaced by drawings executed in the order agent-patient which is favorized by the active syntactic form. This effect should be more noticeable with empirically reversible actions (the girl pushes the boy) than with non-reversible ones (the horse jumps the fence). On the other hand, such changes in temporal organisation should not be observed when the utterance is in the active form.
Eight actions, four empirically reversible and four non-reversible, presented in active and passive form, were drawn by 128 subjects with average ages of 8;6 and 10;6, in situations of immediate drawing and delayed drawing with a 24-hour interval. Each action was draivn once by each subject. Comprehension of the passive form was checked.
Results confirm both the hypotheses suggested above and the previously-observed relationship. Age is not a statiscally significant factor.
Key words : figurative thinking, temporal organization of drawings, drawing and language.
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 1987
Lecture(s) : 27
Nombre de pages : 20
Voir plus Voir moins

César Florès
Laure Campagnola
Etude des relations entre l'ordre dénonciation des objets et
l'organisation temporelle de dessins d'actions simples,
réversibles et non réversibles : les effets d'un délai de 24 heures
In: L'année psychologique. 1987 vol. 87, n°3. pp. 363-380.
Citer ce document / Cite this document :
Florès César, Campagnola Laure. Etude des relations entre l'ordre dénonciation des objets et l'organisation temporelle de
dessins d'actions simples, réversibles et non réversibles : les effets d'un délai de 24 heures. In: L'année psychologique. 1987
vol. 87, n°3. pp. 363-380.
doi : 10.3406/psy.1987.29215
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1987_num_87_3_29215Résumé
Résumé
Le but de ce travail est, d'une part, de confirmer les relations antérieurement mises en évidence entre
l'ordre d'énonciation des objets (un actant et un patient) impliqués dans une action simple, réversible ou
non, et l'organisation temporelle de la conduite dessinant cette action, et, d'autre part, d'étudier les
effets d'un délai de 24 heures sur ces relations.
L'hypothèse concernant ces effets s'appuie sur des données psycholinguistiques relatives à la mémoire
des phrases. Elle consiste à prévoir que lorsqu'une action de cette nature qui a été énoncée à la forme
passive, est dessinée après cet intervalle temporel, la réalisation du dessin dans l'ordre patient-actant,
que favorise cette forme syntaxique en situation de dessin immédiat, tend à être remplacée par l'ordre
actant-patient qui, lui, est favorisé par la forme active. L'effet attendu doit être plus important avec les
dessin d'actions réversibles qu'avec ceux d'actions non réversibles. Par contre, de tels changements
d'organisation temporelle de la conduite du dessin ne devraient pas se produire avec des énoncés à la
forme active.
Les résultats confirment les relations déjà obtenues, ainsi que les nouvelles prévisions que l'on vient de
faire.
Mots clés : organisation temporelle des dessins, dessin et langage.
Abstract
Summary. — The relationship between the order of enunciation of objects and the temporal
organization of drawings of simple reversible or non-reversible actions : the effects of a 24-hour interval.
This study concerns the effects of a 24-hour interval on the already established relationship, between
the order of enunciation of objects (agent and patient) involved in a simple action, and the temporal
organization of the act of drawing this action.
The hypothesis concerning these effects depends on psycholinguistic data relating to sentence
memorization. According to these data (Flores d'Arcais, 1974), retention of syntax decreases with time
whereas retention of semantic content is much more stable. In a delayed-recall situation, the subject
reactivates this semantic content using a syntax that is more familiar than that of the original utterance ;
notably, active forms replace passives.
Applied to the act of drawing, these findings suggest that when an action presented in passive form is
drawn 24 hours later, drawings executed in the order patient-agent will be less frequent than when the
action is drawn immediately ; they will tend to be replaced by drawings executed in the order agent-
patient which is favorized by the active syntactic form. This effect should be more noticeable with
empirically reversible actions (the girl pushes the boy) than with non-reversible ones (the horse jumps
the fence). On the other hand, such changes in temporal organisation should not be observed when the
utterance is in the active form.
Eight actions, four empirically reversible and four non-reversible, presented in active and passive form,
were drawn by 128 subjects with average ages of 8;6 and 10;6, in situations of immediate drawing and
delayed drawing with a 24-hour interval. Each action was draivn once by each subject. Comprehension
of the passive form was checked.
Results confirm both the hypotheses suggested above and the previously-observed relationship. Age is
not a statiscally significant factor.
Key words : figurative thinking, temporal organization of drawings, drawing and language.L'Année Psychologique, 1987, 87, 363-380
Laboratoire de Psychologie expérimentale et comparée
Université de Nice1
ÉTUDE DES RELATIONS
ENTRE L'ORDRE DENONCIATION DES OBJETS
ET L'ORGANISATION TEMPORELLE
DE DESSINS D'ACTIONS SIMPLES,
RÉVERSIBLES ET NON RÉVERSIBLES :
LES EFFETS D'UN DÉLAI DE 24 HEURES
par César Florès et Laure Gampagnola
SUMMARY. — The relationship between the order of enunciation of
objects and the temporal organization of drawings of simple reversible
or non-reversible actions : the effects of a 24-hour interval.
This study concerns the effects of a 24-hour interval on the already
established relationship, between the order of enunciation of objects (agent
and patient) involved in a simple action, and the temporal organization
of the act of drawing this action.
The hypothesis concerning these effects depends on psycholinguistic
data relating to sentence memorization. According to these data (Flores
d'Arcais, 1974), retention of syntax decreases with time whereas retention
of semantic content is much more stable. In a delayed-recall situation,
the subject reactivates this semantic content using a syntax that is more
familiar than that of the original utterance ; notably, active forms replace
passives.
Applied to the act of drawing, these findings suggest that when an
action presented in passive form is drawn 24 hours later, drawings executed
in the order patient-agent will be less frequent than when the action is
drawn immediately ; they will tend to be replaced by drawings executed
in the order agent-patient which is favorized by the active syntactic form.
This effect should be more noticeable with empirically reversible actions
(the girl pushes the boy) than with non-reversible ones (the horse jumps
the fence). On the other hand, such changes in temporal organisation
should not be observed when the utterance is in the active form.
Eight actions, four empirically reversible and four non-reversible,
presented in active and passive form, were drawn by 128 subjects with
1, 98; boulevard Edouard-Herriot, bp 369, 06700 Nice Cedex. C. Florès el L. Campagnola 364
average ages of 8;6 and 10;6, in situations of immediate drawing and
delayed drawing with a 24-hour interval. Each action was drawn once
by each subject. Comprehension of the passive form was checked.
Results confirm both the hypotheses suggested above and the previously-
observed relationship. Age is not a statiscally significant factor.
Key words : figurative thinking, temporal organization of drawings,
drawing and language.
La conduite du dessin — l'acte qui consiste notamment à
représenter graphiquement un objet concret ou une composition
d'objets — possède une organisation temporelle inhérente à son
caractère séquentiel. Cette n'a guère été
étudiée. L'abondante bibliographie sur le dessin de l'enfant envi
sage essentiellement celui-ci à son étape de produit achevé et,
mis à part quelques rares exceptions (par exemple Osterrieth,
1944; Goodnow, 1977), elle néglige l'étude de l'acte lui-même. Or,
même dans ses manifestations les plus modestes, cet acte est
souvent l'expression d'un processus de création et mérite en tant
que tel l'attention du chercheur. Comme il a déjà été souligné
(Florès, 1985), son organisation temporelle est susceptible de nous
informer sur le déroulement des mécanismes d'un certain mode de
pensée : celle que les spécialistes des sciences de l'art qualifient
de figurative (Francastel, 1967).
Brièvement définie, la notion de pensée figurative désigne
l'ensemble des processus conceptuels, imagés, relevant de la
mémoire ou du langage, qui interviennent dans les activités de
production plastique de tout, individu, enfant ou adulte, artiste
ou non. Les conduites du dessin constituent une catégorie impor
tante de ces activités. L'étude expérimentale de l'organisation
temporelle de ces conduites implique que l'on recherche ses déte
rminants en établissant ses liens avec les variables concernant ces
processus mentaux.
Une première recherche (Flore, ibid.) a abordé la question en
mettant en relation dessin et langage envisagés l'un et l'autre sous
l'angle de leur déroulement temporel. Des enfants âgés de 5;7,
6;8, 8;9 et 10;9 avaient pour tâche de dessiner des actions réalisées
chacune avec 2 objets : un actant et un patient. L'expérimentateur
enregistrait l'ordre dans lequel étaient dessinés ces objets, et cet
ordre fut mis en relation avec l'ordre d'énonciation inhérent aux
phrases à la forme active ou passive qui exprimaient les actions
à dessiner. L'expérience fut réalisée avec 2 catégories d'actions : Enonciation des objets et organisation temporelle de dessins 365
des actions empiriquement réversibles telles que « le chat attaque
le chien », et des actions non telles que « le cheval
saute la barrière ».
Les résultats montrèrent que l'organisation temporelle de
l'énoncé influence l'organisation temporelle de la conduite du
dessin quels que soient l'âge des sujets, la forme syntaxique
employée, ou la nature réversible ou non réversible de l'action.
Autrement dit, un certain ordre d'énonciation des objets ayant
été exprimé, l'ordre correspondant devient le plus fréquent pour
l'élaboration du dessin : ordre adanl-patienl avec la forme active,
ordre patienl-adant avec la forme passive.
Mais cet effet est soumis à des variations. Ainsi dessiner une
action réversible constitue une conduite dont l'organisation
temporelle est relativement plus dépendante de l'ordre d'énoncia
tion que dessiner une action non réversible, et cela probablement
parce que les deux objets impliqués dans l'action réversible sont,
l'un et l'autre, susceptibles de remplir les fonctions d'actant et
de patient, d'où un risque de confusion qui peut être réduit en
évoquant l'énoncé dans sa forme syntaxique originale.
L'influence de l'organisation temporelle de l'énoncé sur l'orga
nisation temporelle du dessin est également subordonnée au
caractère singulier de chaque action, surtout lorsqu'il s'agit
d'actions non réversibles : le dessin de certaines d'entre elles est
de préférence effectué dans l'ordre actant-patient, celui d'autres
dans l'ordre patient-actant, quelle que soit par ailleurs la forme
syntaxique adoptée.
Enfin, dans cette expérience, qui ne concerne que les dessins
d'actions simples à 2 objets, l'âge n'a pas été un facteur modifiant
les résultats de manière statistiquement significative.
Ces données font apparaître un tableau complexe et s'agissant
d'une première expérience il convient d'en confirmer les princ
ipaux faits, mais aussi de les enrichir pour avancer dans la connais
sance des relations entre dessin et langage. La recherche que l'on
va exposer tente de dissocier l'influence de l'ordre d'énonciation
et celle de l'ordre d'évocation des objets en partant des considé
rations suivantes.
Depuis l'expérience de Binet et Henri (1894) sur la mémoire
des phrases, plusieurs travaux montrent que la rétention de la
syntaxe se détériore au cours du passage du temps alors que la
rétention du contenu sémantique est beaucoup plus stable.
Sachs (1967) a mis en évidence ce fait avec la méthode de recon- C. Florès el L. Campagnola 366
naissance et Flore d'Arçais (1974) avec la méthode de rappel ;
voir également les articles d'Anderson (1974), Begg (1971), Jar-
vella (1971) et Pias, Ségui et Kail (1977). En utilisant des situa
tions de rappel immédiat et de rappel différé, Flore d'Arçais
arrive à la conclusion qu'il n'existe pas de relation systéma
tique entre la forme syntaxique de la phrase énoncée et celle
de la phrase rappelée lorsque le délai atteint 48 heures. L'expli
cation qu'il avance suppose que la phrase entendue est textuel
lement retenue en mémoire à court terme pendant une durée
brève ce qui permet de lui appliquer un programme de décodage
afin d'en abstraire l'information sémantique pertinente. Au
moment du rappel, cette information est réactivée
et utilisée pour construire une phrase de même contenu sémanti
que la phrase originale, mais dont la syntaxe ne sera iden
tique ou similaire que dans la mesure ou elle correspond à celle
habituellement employée par le sujet pour produire des phrases.
Gomme le souligne Flore d'Arçais (ibid., p. 46), cette hypo
thèse rend compte de la plus grande fréquence des énoncés à la
forme active, observés dans le rappel de phrases, alors que la
phrase présentée est à la forme passive. Mais, à notre avis, elle
convient également pour prévoir certaines des modifications de
la conduite du dessin dans des situations où, après un certain
délai, le sujet évoque l'énoncé afin de dessiner l'action. En effet,
si en situation de dessin immédiat (DI), l'organisation temporelle
de cette conduite est influencée par l'ordre d'énonciation qui
vient juste d'être perçu, par contre en situation de dessin dif
féré (DD), cette organisation ne peut être influencée que par les
propriétés de l'énoncé tel qu'il est rappelé. En admettant que lors
de ce rappel à long terme, des changements de syntaxe intervien
nent favorisant la forme active au détriment de la passive et
affectant par là même l'ordre dans lequel sont évoqués les objets,
on doit s'attendre au renversement de l'organisation temporelle
Syntaxe Ordre Syntaxe Ordre
la plus de l'énoncé le plus le plus
probable &, o probable perçu probable
du dessin de l'énoncé du dessin 1
évoqué immédiat différé
'S Dél
Actant-Patient Active Active Actant-Patient
Patient-Actant Passive Enoncialion des objets el organisation temporelle de dessins 367
du dessin induite par la forme passive. Le même raisonnement
laisse prévoir sa conservation quand la forme active est utilisée.
Le processus peut être schématisé comme ci-dessus.
Enfin les effets observés devraient être plus accentués avec les
actions réversibles qu'avec les non réversibles.
MÉTHODE
Matériel. — II comprend les 8 énoncés d'actions indiqués dans
le tableau I : 4 actions réversibles (AR) et 4 actions non réversibles
(ANR). Avec ces 8 énoncés, partagés en 2 blocs a et ß de 4 énoncés
chacun, on a construit 8 protocoles en utilisant la procédure suivante.
Pour les deux premiers 1 et 1', le bloc a a été attribué à la
situation de dessin immédiat et le bloc ß à celle de dessin différé. Puis
aux énoncés successifs du protocole 1, on a appliqué l'alternance des
syntaxes active (A) et passive (P) ce qui donne, en colonne, la séquence
Tableau I. — ■ Organisation des protocoles expérimentaux
Organization of experimental protocols (x)
Protocoles
1' 2' 1 2 Nature
; Dessin Dessin de
Actions l'action immédiat différé
Bloc a :
Le chien attaque le chat AR Ai A P l2) P
Le garçon pousse la fille AR P A :2) a P{
L'avion lâche le parachutiste ANR A p A P
La voiture cogne l'arbre P A P A
Bloc ß :
Le cheval saute la barrière ANR A P A P
Le garçon lance le ballon P A P A
Le poisson rouge mange le
AR A A P vert P
La voiture dépasse la moto AR P A P A
i1) AR : action réversible ; ANR : action non réversible.
(2) A : syntaxe active ; P : syntaxe passive. 368 C. Florès el L. Campagnola
APAP pour chaque bloc. Aux mêmes énoncés du protocole 1' on
a appliqué l'alternance inverse PAPA pour chaque bloc.
Les protocoles 2 et 2' résultent de l'attribution des blocs ß ainsi
construits au dessin immédiat et des blocs a au dessin différé.
Les 4 derniers protocoles 3 et 3', 4 et 4', ont été construits à partir
des quatre premiers respectivement, en inversant à l'intérieur de
chaque bloc l'ordre séquentiel des énoncés.
Ces différents protocoles furent également répartis entre les sujets.
Enfin on prit la précaution d'énoncer les actions réversibles en attribuant
autant de fois à chacun des 2 objets les fonctions d'actant et de patient.
Par exemple : « le garçon pousse la fille » pour la moitié des protocoles ;
« la fille pousse le garçon » pour l'autre moitié.
Procédure. — Chaque sujet disposait d'un crayon feutre rouge et
d'un autre vert pour dessiner les poissons, et d'un feutre noir pour tous
les autres dessins.
Chaque dessin a été effectué sur une feuille blanche de format
21 x 29,5 placée sur la table avec la longueur disposée face au sujet.
Les examens eurent lieu au cours de 2 séances individuelles espacées
de 24 heures.
Première séance. — Elle commençait par une phase de mise en train
dans laquelle on demandait au sujet de dessiner un bonhomme. La
phase expérimentale de cette première séance suivait immédiatement et
comprenait 2 parties :
— Première partie : dessin immédiat. On disait au sujet : « Maintenant
on va faire d'autres dessins. Fais bien attention. Je voudrais que tu
dessines (énoncé de la première phrase, par exemple : "le chien
attaque le chat"). »
On enregistrait l'ordre dans lequel les 2 objets impliqués dans
l'action étaient dessinés. Le dessin une fois achevé, on demandait
à l'enfant de dire ce qu'il avait dessiné. Puis le dessin était retiré.
La même démarche était utilisée pour les 3 autres dessins immédiats.
— Deuxième partie : mémorisation de phrases. Dès la fin de la situation
précédente avait lieu la mémorisation de 4 phrases exprimant
autant d'actions différentes (bloc ß ou a selon les protocoles). Ces
actions étaient destinées à être dessinées 24 heures plus tard, mais
la consigne se bornait à présenter cette épreuve comme une simple
épreuve de mémoire : « Maintenant on va faire autre chose. Je
voudrais savoir si tu as une bonne mémoire. Je vais te dire des
phrases et tu vas les répéter après moi. Il faudra que tu t'en sou
viennes quand je viendrai une autre fois. » La lecture de chaque
phrase par l'examinatrice était immédiatement suivie de la répé
tition par le sujet. Enfin, les 4 énoncés furent présentés et répétés
une deuxième fois selon la même procédure. Enoncialion des objets et organisation temporelle de dessins 369
Deuxième séance : dessin différé de 24 heures. — La technique utilisée
pour obtenir les dessins à partir de l'évocation des actions est apparentée
à la méthode de soufflage employée par Florès d'Arçais (1974) pour
l'examen de la rétention de phrases. On dit au sujet : « Quand je suis
venu hier, je t'avais dit des phrases et je t'avais demandé de les répéter.
Tu t'en souviens ? Aujourd'hui je vais te demander de dessiner ce que
disaient ces phrases que tu as répétées. Pour cela je vais t'aider à te
rappeler. On commence. Il y avait une phrase où on parlait de "pousser"...
"Dessines". »
Puis après le dessin : « Maintenant dis-moi ce que tu as dessiné.
Explique-moi ton dessin. »
On procédait de la même manière pour obtenir les 3 autres dessins.
La sélection des dessins. — Pour éviter les malentendus sémantiques
résultant de l'incompréhension d'énoncés formulés à la forme passive,
tous les sujets ont été soumis à une épreuve de compréhension de
phrases du type de celle utilisée par Sinclair et Ferreiro (1970). Il
s'agissait de montrer avec de petits jouets « ce qui se passe » quand on
effectue 3 actions empiriquement réversibles et 3 autres non réversibles
énoncées à la forme passive. Les dessins des sujets ayant commis
plus d'une erreur devaient être éliminés. Tous les sujets réussirent
l'épreuve : aucun dessin ne fut rejeté.
Sujets. — 128 sujets, 64 filles et 64 garçons, normalement scolarisés
dans deux écoles primaires de la ville de Nice, ont participé à cette
expérience. Leur répartition est la suivante :
Cours élémentaire 2 N = 64 âge moyen : 8;6 moyen 2 N = 64 âge : 10;6
Précisons enfin que tous les calculs portent sur les dessins et non
sur les sujets et que toutes les comparaisons statistiques ont été faites
avec la méthode du chi carré.
ANALYSE DES RÉSULTATS
GÉNÉRALITÉS
Dans l'ensemble de l'expérience on a recueilli 925 dessins.
99 cas d'oubli de l'énoncé entraînant l'impossibilité de faire le
dessin furent enregistrés. 98 de ces cas se produisirent en situa
tion de dessin différé (DD) ; 46 concernent les ANR et 53 les AR.
10 dessins manifestement non concordants avec la signification
des énoncés furent éliminés. Parmi les 915 dessins restants, 829
soit 90,6 %, étaient corrects du point de vue de l'attribution des C. Florès el L. Campagnola 370
fonctions d'actant et de patient aux 2 objets impliqués dans
l'action : ils constituent la catégorie des dessins F +.
94,83 % des 503 dessins effectués en situation de dessin imméd
iat (DI) appartiennent à cette catégorie. Il en est de même
pour 85,43 % des 412 dessins obtenus dans la situation de dessin
différé (DD). L'attribution correcte des fonctions d'actant et de
patient tend donc à décroître lorsqu'on introduit un délai de
24 heures : la différence est significative au seuil de .0005.
La catégorie des dessins F — correspond aux cas d'inversion
des fonctions, l'actant dans l'énoncé devenant patient dans le
dessin et le patient devenant actant. 86 dessins, soit 26 DI et
60 DD, sont dans cette catégorie. Ces dessins F — ne concernent
exclusivement que des AR. Il en résulte que seulement 89,8 %
des 255 DI et 70,58 % des 204 DD de ces actions appartiennent
à la catégorie F +•
Dans cette expérience, comme dans la précédente (Florès,
op. cit.), l'âge n'a pas modifié significativement les résultats. Les
analyses qui vont suivre ne tiendront pas compte de cette
variable.
LES DESSINS IMMÉDIATS DE CATÉGORIE F +
Le tableau II contient les résultats concernant les dessins de
catégorie F + obtenus dans les situations de dessin immédiat
Un premier point est à souligner : les données quantitatives
sur l'organisation temporelle des DI obtenues ici confirment les
principales conclusions de la première expérience déjà publiée,
et particulièrement les suivantes :
— L'ordre d'énonciation exerce une influence sur l'ordre dans
lequel les objets sont dessinés : ainsi le premier objet énoncé est
aussi le plus probablement dessiné en : 63,52 % de la
totalité des 477 DI ont été faits dans l'ordre d'énonciation des
objets (1. 5 du tableau II). On constate le même effet en disti
nguant les formes syntaxiques : avec la forme active, 67,07 %
des DI sont réalisés dans l'ordre A-P, actant en premier suivi de
patient ; avec la forme passive, 59,82 % le sont dans l'ordre P-A.
Ces pourcentages diffèrent tous significativement de .50 à des
seuils variant de .05 à .0005.
— L'organisation temporelle de la conduite du dessin est
plus sensible à l'influence de l'ordre d'énonciation lorsqu'il s'agit

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.