Études sur les centres infra-corticaux. - compte-rendu ; n°1 ; vol.39, pg 326-336

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1938 - Volume 39 - Numéro 1 - Pages 326-336
11 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : samedi 1 janvier 1938
Lecture(s) : 24
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins

e) Études sur les centres infra-corticaux.
In: L'année psychologique. 1938 vol. 39. pp. 326-336.
Citer ce document / Cite this document :
e) Études sur les centres infra-corticaux. In: L'année psychologique. 1938 vol. 39. pp. 326-336.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1938_num_39_1_5648326 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
reste savoir si les auteurs ont le droit appliquer analyse
de Fourier un système où il évidemment aucune compo
sante de forme sinusoïdale ni dans électro ni dans le mécanogramme
nous ne trouvons cette forme activité et il paraît plus simple
de voir dans les fréquences analyse de la forme âne contraction
unique indépendante de la rythmicité du processus Ainsi expli
querait aussi le fait que le bruit global montre une fréquence domi
nante inférieure celle de la composante la plus lente
137 KAISER small contribution to the knowledge of
muscle sound man Une petite la connaissance
du bruit musculaire de homme Ar néerl de Ph.
1938 27-33
auteur rappelle quelques anciennes expériences non publiées
dans le temps mais qui par suite des recherches de Bouman et Yân
Rijnberk peuvent devenir intéressantes En enregistrant le bruit
musculaire provenant de contractions volontaires aide un
microphone carbone et un galvanomètre cordes il constate
que le bruit se compose de groupes ondes env 7-12 par seconde
composés chacun de plusieurs ondulations de manière arriver
une fréquence totale de ordre de 60-80 vd Ces discontinuités
doivent être en rapport avec irrégularité des influx moteurs car
en stimulant le muscle directement par des chocs induction ryth
miques on observe des ondes acoustiques synchrones avec le
stimulus
tudes sur les centres infra-corticaux
138 ALFRED SCHWEITZER et SAMSON WRIGHT
Action of nicotine on thé spinal cord Action de la nicotine sur la
moelle épénière of Ph. XGIV 1938 136-147
Suite de travaux antérieurs où les auteurs avaient étudié action
de divers poisons autonomes adrénaline acétylcholine ésérine etc
Cette fois action de la nicotine sur le système nerveux central
utilisant le réflexe rotulien en tant que réflexe spinal typique
Courte bibliographie avec surtout rappel des travaux de Langley
Expériences faites sur des chats endormis au chloralose Injection
du poison dans la veine jugulaire Dans un certain nombre expé
riences les sinus carotidiens sont énervés et les vagues coupés
La nicotine diminue ou abolit le réflexe rotulien du chat anesthésié
ou bien du chat spinal ou décérébré
Elle diminue ou abolit les convulsions dues la strychnine Des
effets excitants ont pas été observés même avec des doses minimes
0005 mg.)
Cette action est indépendante des changements dans la respi
ration et dans la pression artérielle Elle est encore obtenue après
enervation des sinus carotidiens section des vagues et exclusion
des surrénales
effet déprimant de la nicotine sur le réflexe rotulien est pas dû
dès changements dans la réponse des muscles périphériques
excitation des nerfs moteurs Il est obtenu sur des préparations CENTRES INFRA-CORTICAUX 327
ischémiques chez lesquelles le poison ne peut atteindre les membres
postérieurs
Les résultats obtenus contradictoires avec les vieilles théories de
action excitante de la nicotine sur les ganglions autonomes per
mettent de penser des effets excitants possibles de cette substance
sur le système nerveux central les auteurs concluent que effet
dépressif de la nicotine sur les réflexes spinaux abolition de convul
sions strychniques exerce par action directe sur la moelle épinière
139 DONALD BARRON et BRYAN MATTHEWS
The interpretation of potential changes in the spinal cord Inter
pretation des variations de potentiel dans la moelle épinière
of Ph. XCII 1938 276-321
Cet article trait la nature de certains potentiels lents appa
raissant au niveau de la moelle et se propageant le long des racines
dorsales Ces potentiels de nature électrotonique sont mis en relation
avec certaines fonctions de la moelle Les résultats expériences
faites sur des chats des grenouilles et quelques singes sont identiques
ces potentiels sont dus un étalement électrotonique des change
ments de potentiel existant dans la substance grise de la moelle Ils
sont déterminés dans une racine dorsale quand les influx entrent
dans la moelle par cette même ou par les racines dorsales
voisines un même côté ou contro-latérales Dans ce dernier cas la
latence est plus grande Le signe de ces changements de potentiel
est toujours le même quelle que soit excitation faite du côté
périphérique il est négatif électrode la plus voisine de la moelle
Aucune excitation quelle elle soit ne peut cacher ou empêcher
le développement de ces potentiels lents dans la racine dorsale
potentiels qui suivent arrivée des influx venant de la périphérie
Des lents peuvent enregistrer aussi dans la racine ven
trale ils sont électrotoniques aussi mais contrairement ceux de
la racine dorsale ils être réduits ou cachés par certains
stimuli Des salves influx antidromiques au travers des racines
ventrales ne produisent que de faibles changements de potentiel
dans ces racines et affectent que très peu le développement des
potentiels lents qui précède la décharge un neurone moteur
Comparaison du comportement des neurones moteurs et des
organes sensoriels dont beaucoup de propriétés communes sont
attribuées un mécanisme commun
Les potentiels des racines dorsales sont indice un processus
analogue celui des positive intermediary potentials que Hughes
et Gasser enregistrent partir de la surface dorsale de la moelle
Dans la 5e partie discussion des résultats les auteurs font appel
la théorie de la membrane et attirent attention sur le fait elle
doit être prise en considération pour interpréter des processus nerveux
origine centrale
140 TRURNIT Zur Methodik der thermo elektrischen
Wärmemessung am überlebenden Kaltblüterrückenmark La 328 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
méthode de mesure thermoélectrique de la chaleur dans la moelle
survivante des poïkilothermes für XCVIII 1938
408-420 Weitere Untersuchungen über die Wärmebildung
des Kaltbluterrückenmarks Die technischen Hilfsmittel
Die Wärmebildung bei reflektorischer Erregung und die
Verteilung der auf die einzelnen Rückenmarks
abschnitte Die Komponenten der Wärmebildung Erregung
und Reizung Das einseitige Ueber wiegen der gebildeten
Wärme Nouvelles recherches sur la production de chaleur dans la
moelle des poïkilothermes Les accessoires techniques La
production de chaleur par une stimulation réflexe et sa répartition
sur les différentes parties de la moelle Les composantes de la de chaleur Excitation et stimulation La prédomi
nance unilatérale de la chaleur formée Id. XCIX 1938
97-107 108-114 115-131 et 132-140
Par la méthode de Hill modifiée selon la description donnée
dans les deux premiers articles auteur étudie le comportement
thermique de moelles de grenouille laissées en connexion avec une
partie de leur appareil sensoriel et effecteur Il constate abord
en comparant les courbes obtenues par excitation électrique du nerf
afférent et par la stimulation chimique de la région cutanée corres
pondante que excitation électrique des nerfs peut être -considérée
comme équivalent des excitants biologiques quant leur action
sur la moelle fait contesté par Winterstein qui voulut voir une
différence qualitative entre les stimuli physiologiques et artificiels
En se servant de la méthode électrique excitation il constate
un maximum de production de chaleur dans la partie recevant le
nerf excité avec toutefois une induction de chaleur dans les régions
voisines qui serait plus facile dans le sens descendant au cas de
stimulation des ernes ventrales
Une excitation des nerfs afférents par de brèves décharges de
condensateurs fréquence de 20 80 Hz. maintenue pendant un
temps prolongé montre que la première phase accroissement de
la chaleur est suivie par une décroissance et un niveau équilibre
est atteint après env demi-heure Cette activité irréductible
est considérée en accord avec les données de Hill comme la chaleur
action et de rétablissement des voies médullaires
La comparaison entre évolution des processus thermiques par
suite de stimulations portées directement sur la moelle ou sur les
nerfs afférents montre des différences caractéristiques en parti
culier un nouveau relèvement du niveau thermique par la stimula
tion nerveuse après que le niveau équilibre est atteint pour
excitation directe Tout ceci porte croire que si les idées de Win
terstein ne se confirment pas pour les fibres nerveuses des processus
de nature différente peuvent être déclenchés dans les centres selon
le mode excitation un nerf sectionné provoque toujours une action
moindre que celle un nerf en connexion avec une patte intacte
Comme la curarisation de cette patte réduit la différence il faudrait
attribuer intervention influx proprioceptifs
Une stimulation bilatérale détermine dans la production ther- CENTRES INFRA-CORTICAUX 329
mique un blocage initial de quelques secondes de durée qui disparaît
progressivement
141 BONNET et BREMER tude des potentiels élec
triques de la moelle épinière faisant suite chez la grenouille
spinale une ou deux volées influx centripètes Relation des
potentiels réactionnels spinaux avec les processus inhibition et
de sommation centrale CXXVII 1938 806-812
et 812-817
Les potentiels dérivés par les racines antérieures ou postérieures
comportent après influx afférent une onde négative de latence plus
grande dans les racines motrices très diminuée par addition un
second stimulus amplitude et de durée plus longue) et un potentiel
positif traduisant sans doute activité des neurones de la substance
grise médullaire neurones intercalaires et moteurs pour
la dérivation par les racines antérieures la stimulation antidro-
mique des fibres motrices donne les mêmes potentiels on observe des
phénomènes dus la période réfractaire un côté un processus de
sommation contrôlé de autre La longue phase de potentiel positif
consécutif pourrait rendre compte des processus inhibition centrale
142 LLENSPERGER et SCHEMINZKY Der
galvanische Krampt bei aufsteigender Durchströmung von Frö
schen La crampe galvanique par passage de courant ascendant
chez les Grenouilles Bildung erregbarkeitssteigernder Stoffe
im Rückenmark des Frosches während elektrischer Durch
strömung Formation dans la moelle de Grenouille de substances
excitatrices pendant le passage de courant électrique Pf A.
CCXLI 1938 38-53 et 54-70
action tétanisante un courant ascendant parcourant une
grenouille cathode céphalique comme action paralysante du
courant inverse galvanonarcose relèvent une influence sur les
centres médullaires sans action sur les nerfs périphériques ou sur les
racines
En traitant par une solution de chlorure de sodium la moelle de
grenouilles ayant subi le passage prolongé du courant galvanique
on extrait des substances qui par injection autres grenouilles se
montrent excitatrices ou inhibitrices suivant le sens de passage du
courant
Quand on emploie le courant alternatif il plus formation de
telles substances
143 WAGNER et KREIENBERG Zur Physiologie
intrazentraler Hemmungen Mitteilung Ueber Erscheinungen
latenter Hemmung Contribution la physiologie inhibitions
intracentrales 3e communication Sur des manifestations inhi
bition latente fur XCIX 1938 217-229
En excitant successivement les deux pattes postérieures une
grenouille médullaire on constate une action inhibitrice de la patte
excitée la seconde sur activité de la première effet inverse de 330 ANALYSES BIBLIOGKAPHIQUES
blocage de la deuxième patte par la première est également possible
Comme dans ce cas le centre intéressé est abord touché par les
influx inhibiteurs et plus tard seulement par les stimulants il doit
exister un état inhibition latente qui devient manifeste au moment
-de arrivée de excitation inhibition est donc pas une action
qui tend ramener vers état de repos un centre excité mais une
action indépendante qui peut exister en dehors de toute excitation
Il paraît donc un centre en état de repos peut subir deux évolu
tions une vers activité autre latente vers une diminution de
sa sensibilité
144 HARRISON MAGOUN et RANSON
Some determinations ot thresholds to stimulation with the
faradic and direct current in the brain stem Quelques détermina
tions de seuils pour excitation au moyen du courant faradique et
rectangulaire du tronc cérébral Am of Ph. CXXI
1938 708-718
Les parties explorées sont hypothalamus la commissure posté
rieure le nerf oculo-moteur le tronc sympathique cervical le nerf
sciatique le cortex moteur et la capsule interne
Ces expériences ont été entreprises dans le but de rechercher si
les résultats apportés antérieurement par les mêmes auteurs mais en
employant des chocs induction sous-maximaux étaient bien
valables et étaient pas dus une diffusion du courant Il est conclu
que les excitations faradiques employées alors sont parfaite
ment convenables et présentent en outre avantagé éviter la
polarisation des électrodes ou des dommages électrolytiques causés
aux tissus
145 LORENTE DE Limits of variation of the synaptic
delay Of motoneurons Limites de variation du retard synoptique
des neurones moteurs of Neuroph. 1938 187-194
tude sur la préparation oculo-motrice du lapin avec enregistre
ment des réponses nerveuses Le retard synaptique moyen est de
07 msec. il peut être raccourci par facilitation allongé par diminu
tion intensité de la stimulation la marge très étroite étant
comprise entre 05 et 09 msec
146 LORENTE DE Synaptic stimulation of moto-
neurones as local process Analysis of the activity of the chains
Of internuncial neurones Stimulation synoptique des neurones
moteurs comme processus local Analyse de Inactivité des chaînes de
neurones internunciaux of Neuroph. 1938 195-206
et 207-244
Recherches histologiques et physiologiques enregistrement de
réponses musculaires et nerveuses) sur la commande des muscles
oculo-moteurs du lapin par les voies afférentes cérébrales conduisant
admettre que les neurones moteurs qui re oivent de multiples
boutons synaptiques des fibres qui les mettent enjeu doivent exiger
action combinée un ensemble de fibres certaines fibres ont un
parcours comprenant des nombres variables de synapses au niveau CENTRES INFRA-CORTICAUX 331
de neurones internunciaux et un retard variable arrivée en sorte
un choc stimulateur unique sur les fibres entraîne un bombarde
ment prolongé des neurones moteurs par les influx inégalement
retardés où un processus prolongé de facilitation que auteur
assimile état central excitation de Sherrington
147 THAUER et PETERS Sensibilität und Motorik
beilange überlebenden Zwischen-Mittelhirntauben Sensibilité et
motricité chez des pigeons réduits au thalamo-mésencéphale longue
survie Pf A. CCXL 1938 503-526
Survie de deux ans obtenue chez des pigeons ayant subi ablation
du télencéphale hémisphère et corps strié)
Certains manquaient de spontanéité ne se nourrissaient pas seuls
avaient une cécité psychique mais on reconnut ils présentaient
des lésions thalamo-mésencéphaliques
Un des pigeons avait le thalamus et le mésencéphale intacts or
chez lui le retour des fonctions avait été si complet que observa
tions les plus précises avaient pas permis de distinguer un
pigeon normal
148 GRIAKER et SEROTA Studies oncortico-
hypothalamic relations in the Cat and Man tudes sur les relations
cortico-hypothalamiques chez le chat et chez homme of
Nèuroph. 1938 573
Chez le chat anesthésié et chez homme des enregistrements de
potentiel hypothalamiques ont été obtenus travers les os laissés
intacts
Chez homme électrode pour atteindre os sphénoïde est
introduite par la narine localement anesthésiée la paroi
pharyngée
On vérifié la localisation par des stimulations préalables
Chez homme les potentiels hypothalamiques se montrent souvent
en correspondance avec des potentiels corticaux du rythme alpha
mais moins amples et moins nombreux en sorte que le normal
est lent par seconde) avec ondulations générales une durée
de 06 08 seconde
excitation électrique de hypothalamus augmente les potentiels
au niveau de écorce augmentation des ondes et grands
potentiels lents Les effets de stimulations émotionnelles sont tout
fait analogues
La fermeture ou ouverture des yeux peu effet sur les poten
tiels hypothalamiques et plutôt inverse de celui qui se constate au
niveau de écorce
Chez le chat le rythme lent de hypothalamus par seconde est
très caractéristique avec un rythme assez rapide et peu ample
13-15 par seconde et des ondes très lentes une durée de 09 sec.)
Les faits sont très analogues chez le chat et chez homme
effet des poisons étudiés le adrénaline ésérine
ergotaminê pilocarpine nembutal métrazol) se montre tantôt
parallèle tantôt divergent sur les potentiels de écorce et de hypo
thalamus 332 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
est ainsi que ergotamine est excitatrice pour les derniers et
dépressive pour les premiers ralentissement ou par seconde
des ondes alpha et diminution amplitude
149 MAGOUN Excitability ot the hypothalamus
atter degeneration of corticifugal connections from the frontal
lobes Excitabilité de hypothalamus après dégénérescence des
connexions corticifuges des lobes frontaux Am of Ph.
CXXII 1938 530-532
Un certain nombre de recherches ont déjà montré activité
propre des neurones hypothalamiques en absence de toute influence
venant du cortex cérébral le présent mémoire apporte une preuve
de plus de excitabilité de la région hypothalamique du chat après
dégénérescence des connexions corticifuges venant des lobes fron
taux Excitation électrique de la région préoptique de hypothalamus
chez six chats après ablation des lobes frontaux de chaque hémisphère
cérébral
tude des activités parasympathique sympathique respiratoire
qui sont semblables celle de animal intact
150 EARL WALKER et FULTON The thalamus of
the Chimpanzee III Metathalamus normal structure and
cortical connexions Le thalamus du chimpanzé III Méta-
thalamus structure normale et connexions corticales Brain
LXI 1938 250-268
Les auteurs ont pratiqué chez un chimpanzé une lésion du pôle
occipital de hémisphère droit puis une ablation du lobe occipital
gauche ayant comporté une petite lésion de la circonvolution
temporale supérieure Environ deux mois après animal fut sacrifié
et examen systématique du système nerveux montré une dégé
nérescence de la portion mediale du corps genouiiïé latéral un
côté et une dégénérescence très accentuée des corps genouillés latéral
et medial de autre
Chez un second animal une incision linéaire du cortex strié
gauche suivit ablation des deux premières circonvolutions tempo
rales droites le corps genouiiïé latéral gauche présentait une dégé
nérescence dans sa portion mediale et droite une dégénérescence
marquée se rencontrait dans les corps genouillés latéral et medial
Des données anatomiques obtenues il paraît bien ressortir que
la moitié mediale du corps genouiiïé latéral se projette sur la lèvre
supérieure de la scissure calcarme en outre les parties plus posté
rieures du corps genouiiïé se projettent vers des postérieures
du cortex strié
Quant aux voies auditives le fait une petite lésion localisée
de la surface supérieure du lobe temporal pu entraîner une zone
étendue de dégénérescence dans le corps genouiiïé medial correspon
dant conduit les auteurs admettre une zone de projection auditive
focalisée limitée une très petite surface corticale
151 FERRARO et BARRERA Differential features
of cerebellar and vestibular phenomena in Macacus rhesus CENTRES INFRA-CORTICAUX 333
Traits différentiels des phénomènes cérébelleux et vestibulaires
chez Ar of N. XXXIX 1938 902-918
Exposé succinct des résultats de recherches comportant des lésions
délimitées vestibulaires cérébelleuses ou associées chez 300 Maca
ques au cours de années avec contrôle anatomique post mortem
Les lésions cérébelleuses pures comportent des symptômes liés
incoordination musculaire une partie du corps dépendant du
siège de la lésion ataxie et la symétrie sont inconstantes on
observe jamais hypotonie dans les lésions étendues et bilatérales
mais seulement dans de petites atteintes un seul côté
Les lésions vestibulaires comportent des asymétries de la posture
et de la motricité du nystagmus des changements inconstants dans
le tonus et les réflexes jamais ataxie
Les lésions associées comportent une symptomatologie complexe
par superposition des symptômes et intervention de processus
nouveaux tels que le tremblement
152 MOR ZZI Action inhibitrice du paléo-cervelet sur les
réflexes circulatoires et respiratoires origine sino-carotidienne
CXXVIII 1938 533-548
Une cocaïnisation superficielle du cortex cérébelleux excitable
entraîne inhibition-dés ondes vaso-motrices spontanées du 3e ordre
et des réflexes vaso-moteurs provoqués par une excitation des nerfs
sciatique laryngé ou vago-dépresseur
Chez le chat décérébré la faradisation légère du lobe antérieur
du cervelet inhibe effet hypertenseur provoqué par occlusion caroti-
dienne avec effet de rebound consécutif ainsi que hyperpnée
par pincement de la carotide ou excitation chimique du sinus
cyanose)
de décérébration Le cervelet agit hypertension sur un ensemble et hyperpnée activités réflexes végétatives rigidité
153 MAGOUN HARRISON BROBECK et
RANSON Activation of heat loss mechanisms by local
heating Of the Brain des mécanismes de déperdition
thermique par échauffement local du cerveau of Neuroph.
1938 101-114
chauffement chez le chat par courant de haute fréquence
au moyen électrodes placées avec appareil HorsIey-Clarke
Quand on atteint la portion mèdio-caudale du télencéphale
central la partie dorsale de hypothalamus et ventrale du thalamus
la substance grise entourant la paroi du 3e ventricule régions qui
présenteraient une réceptivité thermique) il mise en jeu de
mécanismes régulateurs de défense contre hyperthermie sudation
des pattes accélération respiratoire
154 DEN RTOG JAGER On the central
pheroUS action ot bulbocapnine Sur action centrale ou périphé
rique de la bulbocapnine Ar néerl de Ph. XXIII 1938
254-255
Une injection de 40 mgr de bulbocapnine provoque chez la 334 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQJJES
grenouille des spasmes rythmiques qui se manifestent dans élec-
tromyogramme comme dans le mécanogramme des pattes La section
du nerf sciatique fait cesser les spasmes électriques du muscle
gastocnémien tandis que les mouvements de la patte commandés
par autres muscles persistent Par contre une ligature de artère
iliaque externe avant injection qui bloque pratiquement toute la
circulation dans la patte intéressée agit aucune manière sur les
réponses électriques du muscle Il faut donc admettre une action
centrale de la bulbocapnine et comme le phénomène décrit se
retrouve aussi bien sur la grenouille normale que sur animal spinal
elle agit pas exclusivement sur encéphale
Avant que la provoque les spasmes spontanés
on peut les déterminer artificiellement en frottant ou pin ant
légèrement les extrémités de animal Elle paraît donc agir en
baissant le seuil des décharges motrices des centres spinaux
155 BROWN et GHISELLI Subcortical mecha
nisms learning II The maze Mécanismes sous-corticaux
dans apprentissage II Le labyrinthe of Ps.
XXVI 1938 27-44
aide un thermocautère spécial qui ne produit que des lésions
superficielles négligeables on détruit chez des rats des centres
sous-corticaux dans diverses régions du cerveau Ces animaux ont
été ensuite dressés au parcours un labyrinthe et comparés cet
égard aux rats normaux Le retard varie avec les régions détruites
les lésions prétectales sont les moins graves puis viennent celles de
la région préthalamique et enfin celles du thalamus Cependant
aucune structure sous-corticale ne paraît indispensable pour ap
prentissage du labyrinthe On peut admettre que le retard est dû
la réduction des bases sensorielles celle de la masse du tissu
sous-cortical ou isolement partiel qui en résulte pour certaines
parties de écorce
156 GHISELLI et BROWN Subcortical mecha-
nisms in learning III Brightness discrimination Les mécanismes
sous-corticaux dans apprentissage III Discrimination des clar
tés of Ps. XXVI 1938 93-109
Continuant leurs études sur les mécanismes sous-corticaux
impliqués dans différentes fonctions mentales au moyen de lésions
qui ne produisent dans écorce elle-même aucun dommage appré
ciable et montrent que les lésions du cerveau antérieur ne
déterminent aucune diminution de aptitude distinguer des clartés
tandis que celles de la région thalamique et prétectale retardent
apprentissage Aucune structure sous-corticale est cependant
essentielle pour la formation de cette habitude la destruction du
système géniculo-strié est compensée par une fonction vicariante
autres centres
157 -- BROWN et GHISELLI Subco tieal mecha
nisms in learning IV Olfactory discrimination Les mécanismes

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.