Etudes sur les fonctions corticales. - compte-rendu ; n°1 ; vol.37, pg 227-238

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1936 - Volume 37 - Numéro 1 - Pages 227-238
12 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 1936
Lecture(s) : 20
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins

f) Etudes sur les fonctions corticales.
In: L'année psychologique. 1936 vol. 37. pp. 227-238.
Citer ce document / Cite this document :
f) Etudes sur les fonctions corticales. In: L'année psychologique. 1936 vol. 37. pp. 227-238.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1936_num_37_1_5401FONCTIONS CORTICALES 227 LES
planes Les elf ets de lésions de la moelle épinière sur aptitude
chez le rat distinguer les différences entre des plans inclinés
of Ps. XXII 1936 319-323
On pratiqué chez des rats des lésions transversales des faisceaux
ascendants ou descendants de la moelle Ils ont été exercés ensuite
dans un appareil de choix deux allées une horizontale autre
pente variable La courbe de apprentissage en fonction de angle
de la piste variable par rapport horizontale est exactement la
même chez les rats opérés et chez les témoins
tudes sur les fonctions corticales
107 K.M.NOYONSN.v.WESTENRIJKet JONGELOED
Recherches sur la régulation du débit circulatoire du cerveau.
Ar néerl de Ph. XXI 1936 377-432
étude du débit circulatoire encéphalique au moyen de sondes
thermo-électriques sur des chiens des lapins et des chats montré
un parallélisme entre la circulation du cerveau et celle de la rate
se manifeste fréquemment en particulier quand un refroidissement
cutané entraîne une augmentation du débit et un échauffèment
entraîne une réduction par un mécanisme qui doit être passif car
le phénomène se produit encore après section de la moelle des nerfs
axillaires et des nerfs sympathiques cervicaux)
Une petite dose adrénaline provoque une vaso-constriction
cérébrale qui disparaît aux plus fortes doses
De fa on générale les résultats mettent hors de doute existence
une vasomotricité propre au cerveau
108 ADRIAN The spread of activity in the cerebral
Cortex panouissement de activité dans le cortex cérébral
of Ph. LXXXVIII 1936 127-161
Les expériences de auteur sont faites dans le but suivant
Rechercher le genre activité corticale révélée par un changement
de potentiel donné en étudiant le genre activité possible les
structures responsables des changements de potentiel le nombre
excitations qui épanouissent un neurone un autre Le cerveau
est excité électriquement et son activité est décelée non par les
mouvements des jambes mais par les potentiels action développés
sa surface
Le but final de cette recherche est de connaître davantage sur
les réactions cellulaires qui se passent normalement dans le cerveau
et les relations qui existent entre elles et les changements de potentiel
qui sont observés Pour conclure on se reporte aux faits suivants
activité évoquée par un stimulus doit être ce qui se passe
la suite un mouvement normal et les conclusions que on peutA
tirer la suite de excitation sont entièrement analogues ce que
on peut conclure évidences cliniques histologiques même
pathologiques 228 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
Expérience conduite sur lapins chats et singes anesthésiés
Hémisphère cérébral gauche mis nu
Description de appareil excitation
Résultats Réponse électrique du cortex la suite excitations
répétées
tude de la réponse due aux couches superficielles du cortex de la due aux profondes
tude de étalement de la réponse profonde Les after dis
charges
Réponses corticales chez les chats et les singes de la zone motrice enregistrement des mouvements
des jambes correspond la réponse profonde galement analogue
pour les after discharges un état de mouvements cloniques corres
pondant des after discharges groupées
Les conclusions sont que activité déterminée par excitation
électrique chez un animal anesthésié est sans aucun doute anormale
mais elle démontre néanmoins des réactions qui probablement
existent dans le cerveau normal
109 et CHAUCHARD et DRABOVITCH La chro-
naxie de écorce cérébrale aux divers temps du réflexe conditionné
Isochronisme des neurones corticaux et périphériques
CXXII 1936 57-59
Excitation unipolaire percutanée et mesure de chronaxie entre
la sonnerie réflexogène et la réponse de la patte ou bien pendant
le mouvement ou bien après
Il apparaît une augmentation de chronaxie se produit avant
le diminution pendant et une élévation après
Dans une séance les valeurs ont été déterminées pour excitation
de écorce et excitation périphérique pendant le réflexe montrant
le parallélisme des variations et isochronisme accru Les centres
de la subordination assureraient accord chronaxique de écorce
et du nerf au moment du réflexe
110 BARTLEY Temporal and spatial summation of
extrinsic impulses with the intrinsic activity of the cortex Som
mation temporelle et spatiale inf lux extrinsèques avec activité
intrinsèque du cortex of cell and Ph. VIII
1936 41-62
tude systématique des réponses corticales de aire visuelle
chez le lapin lorsque des stimulations brèves successives sont
appliquées périphériquement Les résultats montrent essentiellement
que il soit stimulé par des éclats lumineux ou le nerf optique
par des chocs électriques que le stimulus initial synchronise acti
vité un nombre plus ou moins grand éléments et un certain
cycle excitabilité prend place dans ces Ce cycle comprend
une période de non-réponse de 80 100 suivie une autre de 200
3u cours de laquelle la réponse produite par un nouveau stimulus
varie en passant par un maximum au milieu de la période une
deuxième oscillation excitabilité occupant aussi 200 apparaît
souvent la suite de la première FONCTIONS CORTICALES 229 LES
Le cortex peut répondre une suite de stimulations rapidement
répétées après une courte période ajustement différentes unités
se relaient chacune répondant sur une fréquence sous-multiple
de la fréquence imposée
Les expériences utilisant les éclats lumineux permettent étudier
interaction spatiale de deux influx engendrés en des points différents
de la rétine Elles montrent une interaction importante lieu
analogue celle qui se produit entre influx successifs empruntant
les mêmes voies Comme les points corticaux correspondants sont
largement séparés il agit vraisemblablement une convergence
sous-corticale
Une autre donnée fort intéressante est indépendance des ondes
corticales résultant un éclairement brusque une part et de la
cessation de autre off effect tout se passe comme si des fibres
différentes répondaient et obscuration
111 BAGGHI The adaptation and variability of response
of the human brain adaptation et la variabilité de réponse
du cerveau humain Am Ps Assoe 34e Meet. Ps Bul.
XXXIII 1936 771-772
tude du temps adaptation est-à-dire nécessaire la récupé
ration après stimulation de plus de la moitié de la valeur de la
îï primitive avec des stimuli très variés chez sujets auditi-
vement adaptation plus rapide au son continu de 500 un
tel son répété chaque seconde moins une seconde au lieu de
avec des mots on des différences individuelles avec une
stimulation lumineuse continue adaptation lente environ minutes
appel de attention jouerait un rôle important dans la dépression
de et la récupération adaptative Données bien hété
rogènes
112 BARTLEY Temporal and spatial summation of
peripheral impulses with activity of the Brain Sommation tempo
relle et spatiale des influx périphériques avec Inactivité du Cerveau
Am Phys Soc. Am of Ph. CXVI 1936
Deux ou plusieurs chocs électriques sont appliqués au nerf
optique et on recueille les potentiels action de écorce occipitale
si les réponses rythmiques spontanées du cortex ont une période
longue les incitations des influx du nerf entraînent une fréquence
des réponses plus élevée Avec deux chocs modérés la réponse au
second apparaît pour un écart minimum de 80 réponse faible
mais augmentant avec écart un maximum pour 200
pour diminuer au delà)
La réponse un 3e choc dépend des deux intervalles précédents
Avec des stimuli répétés au rythme de 20 par seconde il
une forte réponse au premier des réponses quelques autres et
enfin des petites réponses tous les stimuli probablement parce que
des éléments différents répondent alors
Avec des excitations adéquates par stimulation lumineuse brève
on obtient aussi des réponses pour un rythme assez rapide si les
éclats successifs se projettent en des points différents de la rétine 230 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
Quand les éclats atteignent deux points déterminés on peut observer
sur un point intermédiaire des phénomènes opposés de facilitation
ou inhibition suivant intervalle de ces éclats
113 DUSSER DE BARENNE et MC CULLOCH
Extinction as cortical phenomenon extinction comme phéno
mène cortical Problems of Nervous Physiology and of Beha
vior Symposium Beritov Tiflis 1936 15-18
extinction diminution ou disparition une réponse musculaire
la 2e stimulation corticale une région motrice peut être provoquée
par une antécédente pourtant inefficace infraliminaire
et se manifeste même en absence anesthésie Par thermo-coagula
tion laminaire il apparaît que extinction qui persiste après des
truction des trois couches externes est conditionnée par les deux
couches profondes du cortex moteur probablement surtout par la
couche des pyramidales géantes la quatrième de Brodmann
114 HASRATIAN Das dynamische Stereotyp in der
Arbeit der Grosshirnhämisphären Le stéréotype dynamique dans
le travail des hémisphères cérébraux Pf A. CCXXXVIII
1936 187-199
ün chien est dressé des stimuli conditionnels dont les uns
sont fortement les autres faiblement renforcés et on fait intervenir
un stimulus inhibiteur On présente ensuite ces stimuli en série
déterminée inconditionnel abord et inhibiteur au milieu avec
intervalles de minutes Après quelques jours on constate que
un des stimuli on situe une place ou autre dans la série
son action réflexogène propre modifiée en fonction de la place
occupée est il fixation un stéréotype dynamique
dit auteur une structuration une Gestaltung
115 SAGER Le comportement un chien décortiqué
unilatéralement et décérébellé CXXII 1936 502-504
ablation unilatérale de écorce est pratiquée chez un chien
préalablement privé du cervelet On continue observer de hyper-
métrie mais la réaction dite de aimant est abolie seulement du
côté opposé ablation corticale et dépend donc du cortex Quant
la réaction de soutien aux quatre membres elle est peine
diminuée de ce côté Opposé la décortication tandis que après
Rademaker après ablation totale de écorce elle disparaît entiè
rement elle est probablement origine sous-corticale
116 MARQUIS et HILGARD Conditioned lid
responses to light in dogs after removal of the visual cortex
Réponses conditionnelles de la paupière la lumière chez les
chiens après ablation du cortex visuel of Ps. XXII
1936 157-178
Chez quatre chiens opérés des lobes postérieurs un côté ou
des deux côtés) on constaté la survivance un réflexe conditionnel LES FONCTIONS CORTICALES 231
établi avant opération excitant inconditionnel était un souffle
air sur la paupière le signal conditionnel un éclat lumineux Le
réflexe un temps de latenee légèrement allongé il est présent
quelques jours après opération et exige pas de nouvelle confir
mation Dans un autre cas le réflexe pu être établi après opération
dans les mêmes conditions que chez les chiens normaux Les auteurs
discutent diverses hypothèses ils penchent pour celle de la persis
tance un mécanisme sous-cort cal primitif
117 SPENGE et FULTON The effects of occipital
lobectomy on vision in chimpanzee Les effets de la lobectomie
occipitale sur la chez le chimpanzé Brain LIX 1936
35-50
Un chimpanzé est dressé prendre sa nourriture dans un compar
timent désigné par une plage circulaire striée distinguée une plage
homogène et acuité est mesurée par la striation la plus fine encore
reconnue avec un ingénieux dispositif dû Ivés Cette acuité
avec brillance de 398 milli amberts 75 cm de distance corres
pondait 50 Il fut alors pratiqué une lobectomie occipitale une
ablation totale de aire striée gauche la suite outre hémianopsie
une baisse faible acuité fut enregistrée le seuil discriminatif cor
respondant sensiblement
Une deuxième opération fut alors pratiquée comportant abla
tion de la pointe du lobe occipital droit de la région striée où paraît
bien se projeter la macula
Or la suite le pouvoir discriminateur fut trop diminué pour
permettre une mesure même des stries de 13 14 angle étaient
pas distinguées
En examinant la réponse oculaire des mouvements objets
dans le champ visuel il est apparu que la vision était conservée
que dans un croissant la partie périphérique gauche
Ces résultats confirment donc existence une projection du
centre de la rétine de la macula la pointe du lobe occipital confor
mément aux indications de la pathologie humaine
113 SMITH The postoperative effects of removal of
the occipital cortex upon visual intensity discrimination in the
eat Les effets post-opératoires de Vablation de occipitale
sur la discrimination intensité visuelle chez le chat Am Phys
Soc. Am of Ph. CXVI 1936 145
Trois chats dressés la discrimination de brillances lumineuses
rapprennent après ablation de la région striée bilatéralement faire
ceLte discrimination pour deux niveaux dans une pièce où éclai-
rement général est très faible mais non si cet éclairement général
est intense et un seul réussit en éclairement moyen)
Dans toutes conditions éclairement un animal témoin ayant
une aire striée détruite réussit bien cette discrimination
119 POLJAK et HAYASHI The cerebral representation
of the retina in the Chimpanzee La représentation cérébrale de 232 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
la rétine chez le chimpanzé Brain LIX 1936 51-60
Examen histologique du cerveau un chimpanzé étudié par le
Pr Fulton après ablation totale de aire striée de hémisphère gauche
et de la pointe seulement du lobe occipital dans autre hémisphère
Cette lésion caudale de aire striée avait engendré une dégénération
très délimitée dans le segment intermédiaire du corps genouillé
latéral où passent les fibres maculaires de la rétine ce qui montre
bien que la projection maculaire corticale est limitée ce territoire
postérieur et ne se distribue pas comme le soutenait Monakow
dans toute aire striée
120 -CH AN TSANG Vascular changes in the lateral
geniculate body following extirpation of the visual cortex Chan
gements vasculaires dans Ie corps genouillé latéral consécutifs
extirpation du cortex visuel Ar of N. XXXVI 1936
569-577
Recherches sur le rat sous la direction de Lashiey Il accrois
sement de la vascularité élargissement des vaisseaux épaississement
des capillaires dans le noyau dorsal du corps genouillé latéral du
côté où on détruit le cortex visuel ablation un il est sans effet
121 KIRK Extra-striate functions in the discrimination
of complex visual patterns Fonctions de discrimination de modèles
visuels complexes en dehors de écorce striée ïé Ps.
XXI 1936 145-159
Des rats sont abord entraînés distinguer les deux signaux
et inversé en miroir On pratique ensuite des lésions du cortex
cérébral puis on reprend le dressage Contrairement aux idées de
Lashiey il existerait en dehors de la zone striée des parties de
écorce qui joueraient un rôle dans cette discrimination En effet le
déficit correspond étendue de la lésion générale mais non celle
de la zone striée visuelle Il faut noter que toutes les lésions
étaient unilatérales
122 SMITH The effect of extirpation of the striate cortex
upon visually controlled palpebrai reactions compensatory eye-
movements and placing reactions of the fore limbs in the cat
effet de extirpation de écorce striée sur les réactions palpé-
brales visuellement contrôlées les mouvements des yeux compensa
teurs et les réactions de placement des membres antérieurs chez
le chat East Br Am Ps Ass.) Ps Bul. XXXIII 1936
606-607
Chez chats dont le cortex visuel été enlevé en totalité bilaté
ralement la réaction palpebrale approche de la main qui était
bien abolie initialement reparu dans tous les cas mais seulement
en très forte lumière Les mouvements latéraux des yeux de nature
compensatrice en face une surface hétérogène striée en rotation
ont été bien conservés tandis que les réactions des pattes antérieures
origine visuelle ont été définitivement abolies FONCTIONS CORTICALES 233 LES
II donc des mécanismes distincts origine des réactions
du corps ou des yeux aux stimulations visuelles
Pour les réactions oculaires il existe une certaine vision des
mouvements et des formes une certaine vision réflexe pourrait-on
dire
123 PETERSON et CARTER Thé local appli
cation of drugs to the motor cortex of the rat application
locale de drogues au cortex moteur du rat of Ps.
XXII 1936 123-130
application locale de sulfate de strychnine cyanure de potas
sium sulfate de caféine sur la région corticale dont dépendrait usage
ordinaire ou privilégié du membre antérieur un côté dans acte
de préhension produit aucune modification appréciable dans
50 épreuves de préhension consécutives Les seuls effets apparents
ont été notés dans des cas où la technique opératoire avait entraîné
quelques lésions locales
124 KENNARD Age and other factors motor
recovery from precentrai lesions in monkeys Influence de âge
et autres facteurs dans la récupération motrice chez le singe
après des lésions précentrales Am of Ph. CXV 1936
138-146
Ablation des zones motrices et prémotrices chez des singes
adultes ou presque Influence sur la récupération motrice en fonction
de âge de étendue de la lésion de lésions de hémisphère
cérébral de autre côté de intervalle séparant les ablations
dans les hémisphères opposés
Ablation des zones motrices et prémotrices chez de jeunes
singes tude de influence sur la récupération motrice de lésions
unilatérales et de lésions bilatérales
125 RSTER The motor cortex in Man the light of
HughiïngS doctrines Le moteur chez homme
la lumière des doctrines de J. Brain LIX 1936 135-
159
F. utilisant son expérience de chirurgie cérébrale montre combien
les vues de Jackson ont été prophétiques en ce qui concerne le
fonctionnement du cerveau chez homme ses écrits dit-il sont la
Bible de la Neurologie
cette occasion relate avec illustration par quelques obser
vations état de nos connaissances sur les fonctions des régions
du cortex dont excitation électrique entraîne des réactions motrices
chez homme Il envisage les effets des excitations directes moteurs
et sensitifs chez les sujets opérés sous anesthésie locale et les
conséquences des ablations La circonvolution précentrale comporte
une aire pyramidale 4) cellules de Betz et une aire extrapyrami
dale si excitation de celle-ci comme celle de la circonvolution
post-centrale pariétale ascendante provoque les mêmes mouvements
que dans la zone pyramidales géantes est par transmission de
excitation cette dernière par les couches superficielles de écorce) 234 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
et ablation de aire pyramidale supprime ces réponses motrices
Dans épilepsie provoquée si est la zone extrapyramidale frontale
il pas aura sensit alors que celle-ci se manifeste quand
la pariétale ascendante est en jeu et excitation électrique de cette
dernière provoque des sensations dont le siège dépend du lieu
excité)
Une aura auditive se produit dans épilepsie ayant pour point
de départ le champ temporal 22 partie postérieure de la Iré tempo
rale dont excitation électrique produit des mouvements généraux
du corps du côté opposé irradiant du côté ipsilatéral et des sensa
tions ordre acoustique bruits sifflements voix obscures se préci
sant parfois en des mots donnée particulièrement intéressante au
point de vue du mécanisme des hallucinations)
Les mêmes effets moteurs rotation du tronc de la tête et des
yeux du côté opposé mouvements combinés des membres sont
réalisés par excitation du champ frontal la partie postérieure
juxtacentrale des frontales supérieures mais sans effets sensitifs
et épilepsie qui rattache est sans aura) et aussi par excitation
un champ pariétal situé dans le lobe pariétal supérieur avec
accompagnement de sensations qui au lieu être localisées comme
dans excitation de la pariétale ascendante concernent tout en
semble du corps du côté opposé avec irradiation ipsilatérale)
sensations pénibles et même douloureuses Une petite région donne
des impressions de vertige très marquées
Une des vues de Jackson qui se trouve actuellement confirmée
est existence une certaine bilatéralité dans la représentation
projective du corps Non seulement excitation de certains points
un côté ou de autre donne des mouvements bilatéraux emblée
contraction des masséters et temporaux avec mouvements de
mastication du larynx cordes vocales muscles du palais dans les
mouvements vocaux) ou avec un petit décalage le mouvement étant
unilatéral au seuil dans les paupières les parois abdominales les
épaules etc.) mais en importe quel point une excitation forte
entraîne des mouvements ipsilatéraux alors même que le corps cal
leux est sectionné et il donc pas transmission de excitation
aux centres de autre hémisphère
La notion du chevauchement des centres moteurs celle de Téten-
<lue des surfaces de projection proportionnelle la variété et la
complexité des mouvements et non la grosseur des muscles sont
encore des vues de Jackson pleinement confirmées
126 WILBUR SMITH Alterations of respiratory move
ments induced by electrical stimulation of the cerebral cortex
of the dog Altérations des mouvements respiratoires chez le chien
provoquées par excitation électrique du cortex cérébral Am
of Ph. CXV 1936 261-267
Les résultats apportés par des expériences de différents auteurs
faites sur le même sujet sont si divergentes que reprend la question
en définissant parfaitement les zones corticales qui sont excitées
Description avec schéma de ces différentes zones
De plus auteur montre que altération des mouvements respi- FONCTIONS CORTICALES 235 LES
Tatoires du fait de excitation électrique du cortex est pas modifiée
par section des nerfs vago-sympathiques et phrénique
127 SARAH TOWER Extrapyramidal action from the
cerebral cortex Motor and inhibitory Action extrapyramidale
exercée par le cérébral du chat motrice et inhibitrice
Brain LIX 1936 408-444
Après section des voies pyramidales motrices étude systéma
tique des effets des excitations corticales ou du comportement
chez le chat permet de constater on obtient encore en somme
toutes les réactions qui étaient dejs obtenues avec les voies intactes
il diminution de initiative plus de lenteur de la stereotypie
sans aucune manifestation activité soit détruite
La voie pyramidale qui abaisse les seuils excitabilité conduit
les influx corticaux aux neurones moteurs directs peut-être
avec un neurone internuncial proche les voies extrapyramidales
sont indirectes et se rendent dans les mécanismes des centres moteurs
de la base du cerveau jouant le rôle essentiel dans les phénomènes
inhibition inhibition du mouvement est la fonction la plus
répandue la plus diffuse sur le cortex du chat et peut représenter
une fonction générale primitive du cortex
La pyramidale du cortex est de faciliter et de moduler
les activités systématisées patterned des centres inférieurs au
niveau segmentaire la fonction totale du cortex comportant une
intégration générale se projetant sur les trois niveaux dominés
du thalamus du tronc cérébral et des centres segmentaires en réglant
le jeu de activité par inhibition et facilitation cette dernière valant
seule pour les centres segmentaires dans action directe inhibition
comportant intervention un niveau interposé
128 FR BREMER Action de différents narcotiques sur les
activités électriques spontanée et réflexe du cortex cérébral
CXXI 1936 861-866
Les anesthésiques comme éther et le chloroforme ont présenté
une action dépressive très marquée sur les activités spontanées
et réactionnelles du cortex cérébral du chat après oscillogramme
Les corps de la série barbiturique réalisent par contre une déaffé-
rentation peu près complète de écorce ce qui entraîne une activité
électrique spontanée semblable celle du cortex isolé ou plongé
dans le sommeil
129 DUSSER DE BARENNE et Me CULLOCH
Functional boundaries in the sensory-motor cortex of the Monkey
Limites fonctionnelles dans le cortex sensori-moteur du singe
Pr of exp XXXV 1936 329-331
action de la strychninisation locale sur les potentiels action
corticaux permet analyser cert?ines relations fonctionnelles entre
des territoires définis Par exemple une application de strychnine
sur mmq de la zone motrice du bras entraîne des modifications
pointes de potentiel strychniques dans les zones précentrale et post-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.