Etudes sur les fonctions corticales - compte-rendu ; n°1 ; vol.38, pg 258-271

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1937 - Volume 38 - Numéro 1 - Pages 258-271
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1937
Lecture(s) : 23
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins

f) Etudes sur les fonctions corticales
In: L'année psychologique. 1937 vol. 38. pp. 258-271.
Citer ce document / Cite this document :
f) Etudes sur les fonctions corticales. In: L'année psychologique. 1937 vol. 38. pp. 258-271.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1937_num_38_1_5524ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES 258
130 WARD HAL8TEAD GEORGE YACORZYNSKI et
FRANKLIN FEARING Further evidence of cerebellar
influence the habituation of atternystagmus pigeons Nouvelle
preuve de influence cérébelleuse dans extinction de after-
nystagmus chez les pigeons Am ot Ph. CXX 1937
350-355
Déjà un des auteurs montré que des pigeons ayant des lésions
cérébelleuses chroniques ne peuvent plus présenter le phénomène
habitude aussi bien que des pigeons normaux De plus des
pigeons auxquels on fait des lésions cérébelleuses après le déclenche
ment du phénomène habitude montrent après opération une
diminution de ce phénomène Les résultats du présent article sont la
confirmation et extension des premières observations Hals-
tead 1935
131 -- ALLEN KELLER RAYMOND ROY et WILTON
CHASE Extirpation of the neocerebellar cortex without
eliciting SO-Called Cerebellar Signs Ablation du cortex néocérébelleux
sans détermination des signes appelés cérébelleux Am of
Ph. CXVIII 1937 720-733
Les auteurs adoptent expression de Ingrar qui sous le nom de
cortex cérébelleux désigne la totalité du lobe moyen consistant lui-
même en lobules lunéaire ansiforme paramédian et tubéreux
De plus les auteurs ont le soin enlever les lobules parafloceulus et
le noyau cérébelleux qui repose latéralement dessous Les expé
riences sont entreprises sur le chien et le singe Il résulte de ces ablation que les parties ci-dessus désignées ne sont pas
essentielles pour les fonctions attribuées au cervelet On trouve dans
le texte de très belles photographies du des animaux opérés
montrant les parties qui ont été enlevées
tudes sur les fonctions corticales1
132 LOO The functions of the cerebral cortex Att
interpretation Les fonctions du cortex cérébral Une interpréta
tion Chin of Ps. 1937 181-191
Si les diverses régions du cortex cérébral sont bien différenciées
fonctionnellement les fonctions sont certaines localisées certaines
non et certaines qui le sont chez les mammifères supérieurs ne le
sont pas dans les espèces inférieures
Les fonctions psychologiques trop complexes ne sont pas locali
sées et sur la dynamique du cortex dans son ensemble Lashley
apporté les éléments un nouveau problème
133 BEACH The neural basis ot innate behavior
La base neurologique du comportement inné of Ps.
XXII 1937 393-440
Certaines théories attribuent les instincts des mécanismes Sous-
Voir aussi les nos 227 231 232 341 342 LES FONCTIONS CORTICALES 259
corticaux Les animaux privés écorce cérébrale conservent-ils leurs
instincts
Cent rats femelles sont employés dans ces expériences les unes
subissent des lésions corticales plus ou moins étendues deux semaines
avant accouplement autres sont aveuglées sans lésions céré
brales autres sont trépanées sans lésions le reste sert de contrôle
On observe la construction du nid la parturition la recherche et le
regroupement des petits dispersés dans la cage exposition du nid
la lumière la chaleur rayonnante un courant air violent etc
En général il diminution des activités instinctives autant plus
marquée que les lésions sont plus étendues mais indépendante de leur
localisation Le nid est construit plus tard et plus grossièrement les
bords sont moins relevés et moins épais les opérées soignent mal leurs
petits les retrouvent plus lentement quand ils sont dispersés Les
stimuli perturbateurs provoquent des réactions plus émotionnelles
adaptées aux circonstances Très peu de petits survivent finale
ment dans les nids des mères opérées Ces effets ne peuvent être
attribués la suppression de fonctions sensorielles générales Les
mères aveuglées par lésions périphériques se comportent normale
ment sauf dans éclairage du nid) tandis que la cécité corticale
entraîne des anomalies Les instincts sont donc touchés dans les
lésions cérébrales qui respectent les centres sous-corticaux
134 BARD et MC RIOCH study of four cats
deprived of neocortex and additional portions of the forebrain
tude de quatre chats privés de néo-cortex et autres parties du
cerveau antérieur John Hopkins Hospital Bulletin LX
1937 73-147
Chez ces animaux ont été observées diverses réactions affectives
de colère de peur excitation sexuelle
Avec stimulations nociceptives les réactions de colère ne diffèrent
de celles des animaux normaux en ce elles ne sont pas dirigées
et adaptées
Les expressions de peur suscitées par des bruits intenses se sont
montrées chez trois des animaux très semblables celles des chats
normaux aboiement un chien proche suscité une rétraction
de la tête et des crachements mais pas de réaction de peur
Enfin un des animaux est entré spontanément en chaleur pré
sentant le comportement typique
135 GIRNDT et LEMPKE Ueber optomotorische
Reaktionen von Katzen ohne Neocortex Sur les réactions opto-
motrices des chats sans néo-cortex SCHARRER Mikros
kopische Untersuchung der von Girndt und Lempke benutzten
Katzen Ohne Neocortex tude microscopique des chats sans néo
cortex utilisés par et L. Pf A. CCXXXIX 1937 544-
565 et 566-577
Survie de mois chez trois chats opérés en deux temps
Une variation éclairement provoquait chez eux un ralentisse
ment de la marche avec élévation anormale des pattes antérieures 260 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
les obstacles tranchant bien sur le milieu étaient évités enfin il
avait inarche en direction une tache lumineuse se détachant bien
du fond Il donc des réactions optomotrices nettes chez ces chats
privés du néo-cortex qui en outre manifestent progressivement
un réveil affectivité et un retour de réceptions sensorielles commen
ant par odorat se continuant par ouïe et la vue
Les deux mâles des trois animaux opérés entrèrent en chaleur au
printemps Tous miaulèrent
La vérification anatomique montra ablation presque totale du
néo-cortex et totale en tout cas de aire striée La corne Ammon
était conservée ainsi que les voies optiques infracorticales
136 KRECHEWSKY Brain mechanisms and variability
Variability within means-end-readiness Mécanismes céré
braux et variabilité Variabilité dans une orientation moyens-
fin of Ps. XXIII 1937 121-138 et 139-164
Au début un problème animal peut montrer une certaine
variabilité attitudes parmi celles-ci il en apparaît de plus spé
ciales qui sont autant hypothèses Or la variabilité du compor
tement initial est beaucoup plus faible chez les animaux qui ont
subi des lésions cérébrales expérimentales On peut le montrer en
utilisant appareil de Dashiell constitué par une enceinte carrée
subdivisée par des rangées de blocs laissant entre eux vingt chemins
égaux différents entre deux sommets opposés du carré Le nombre
des itinéraires différents corrects suivis et le nombre de variations
de ces chemins dans les jours consécutifs sont plus faibles chez les
animaux opérés que chez les normaux
Un autre appareil se compose un chemin constant et un che
min offrant plusieurs possibilités secondaires de variations Le pre
mier est un peu plus court On familiarise les rats avec ces deux sortes
de chemins par quelques épreuves de parcours forcé Les animaux
opérés dans les choix libres qui suivent tendent fixer le chemin
constant tandis que les animaux normaux conservent une proportion
environ 50 de parcours de itinéraire variable
137 KRECHEWSKY Brain mechanisms and variability
III Limitation the effect cortical injury upon
Mécanismes cérébraux et variabilité III Limitation de Veffet
des lésions corticales sur la of Ps. XXIII
1937 351-364
Est-il vrai en général comme auteur montré les lésions
cérébrales diminuent la variabilité du comportement Dans de
nouvelles expériences le manque de variabilité est pénalisé la
branche constante du labyrinthe est plus longue que la branche
variable Il plus aucune différence dans le nombre des choix du
côté variable entre les opérés et les normaux Il cependant chez
les premiers diminution de la variabilité réelle car un grand nombre
de leurs choix de la branche constante le caractère de perse vération LES FONCTIONS CORTICALES 261
138 MAIER et SABORN The effect of the shape
of cortical lesion on reasoning in rats effet de la forme des lésions
corticales sur le raisonnement chez le rat of Ps.
XXIV 1937 21-48
Maier montré en 1934 superficie égale les lésions cérébrales
de forme arrondie étaient plus graves au point de vue du comporte
ment dans les problèmes que les lésions de forme elliptique grand
axe longitudinal Il compare hui des lésions elliptiques de
différentes formes et orientations est la forme et non orientation
qui est décisive Ces résultats sont défavorables la théorie qui
attribue effet des lésions interruption des connexions ils sont au
contraire en harmonie avec les conceptions dynamiques de la
Gestalttheorie
139 RALPH BARRIS Cataleptic symptoms following
bilateral cortical lesions in cats Symptômes cataleptiques la
suite de lésions corticales bilatérales chez le chat Am of Ph.
CXIX 1937 213-220
Description un syndrome particulier résultant de ablation des
régions corticales bilatérales du cortex cérébral Analogie avec les
signes de catalepsie suspension soudaine des mouvements volon
taires sensibilités diminuées plasticité très grande de la musculature
somatique Observations de animaux de semaines après opé
ration de de semaines de pendant une période de 10
12 semaines
Description de la méthode Observations détaillées sur le compor
tement général de animal sur sa plasticité musculaire sur initiative
de son comportemeJit moteur etc
Dans sa discussion auteur rappelle la similitude de ses observa
tions avec celle de Ingram et Ranson de lui-même avec Ranson obser
vations faites la suite de lésions de la région rétro-mamillaire
La seule différence consiste en de la somnolence absente dans les
expériences rapportées au cours de cet article Puis il parallelise ses
observations avec celles rapportées en 1932 par Fulton Jacobsen et
Kennard relatives des singes dont on avait enlevé tout le tissu
cortical antérieur par rapport aire motrice excitable est-à-dire
antérieur par rapport aire de Broadmann
Enfin prévoyant on pourrait peut-être lui objecter que les
symptômes cataleptiques il décrit seraient dus des hémorragies
et la présence de sang intérieur du ventricule se défend de cette
objection Il fait les autopsies des animaux Les 13 opérés ont mon
tré le même symptôme il avait que de légères différences quanti
tatives autres expériences sont en cours pour essayer de délimiter
une manière plus précise les surfaces corticales intéressées au cours
de symptômes caractéristiques décrits
140 RALPH BARRIS Deficiencies in the righting reflexes
of cats following bilateral cortical lesions Déficiences dans les
réflexes de posture chez les chats la suite de lésions corticales
bilatérales Am of Ph. CXX 1937 225-231
auteur 1937 déjà signalé brièvement les déficiences dans 262 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
certains réflexes de position la suite de ablation des parties ros
trales du néo-cortex
Le présent article se rapporte une manière plus détaillée état
anormal des réflexes de posture chez de tels animaux
Magnus et son école ont montré que les réflexes de posture
avaient comme point de départ des récepteurs labyrinthiques réti
niens de intérieur des muscles du corps et du cou de la peau
Ces réflexes sont désignés sous le nom de réflexes de posture labyrin
thiques optiques corporels et cervicaux auteur démontre la
suite de ablation des parties rostrales du néo-cortex il déficience
dans les réflexes de posture suivants labyrinthiques corporels du
corps et corporels de la tête
Des 11 chats opérés ont été suivis de semaines de
15 semaines
Après la description de la technique les résultats sont donnés avec
de belles photographies appui Ces résultats accordent mal
le point de vue de Magnus pour qui tous les réflexes de posture
exception des optiques sont très bien conservés chez animal
thalamique Discussion des présents résultats et de ceux de Magnus
141 TSANG Maze learning in rats hemi-decorticated
in infancy apprentissage du labyrinthe chez des rats hémi-
décérébrés dans leur enfance of Ps. XXIV 1937
221-254
On pratique âge de 32 jours une décortication cérébrale par
tielle chez des rats en respectant les noyaux sous-corticaux Trois
mois plus tard les animaux apprennent un labyrinthe 15 allées
Tous présentent une augmentation du temps et des erreurs Mais elle
est bien moins sensible que chez des rats opérés âge adulte même
quand la perte de substance cérébrale est deux ou quatre fois plus
grande La lésion frontale bilatérale est la moins grave la lésion
croisée la plus grave celle-ci semble agir en diminuant la possibilité
une action commune des parties restantes Le comportement des
Jeunes rats opérés dans la vie courante est normal cependant le
comportement dans le labyrinthe montre une réduction notable de
aptitude ce qui prouve il ne faut pas trop se fier aux vieilles
observations dans lesquelles les fonctions des animaux opérés sont
présentées comme normales
142 CH TSANG Visual sensitivity of rats deprived of
visual cortex in infancy Sensibilité visuelle de rats privés de cortex
visuel pendant enfance of Ps. XXIV 1937 255-
262
Deux groupes sont opérés un est privé de tout le cortex occipi
tal autre que des lésions superficielles de aire visuelle striée
opération lieu 32 jours expérience mois On emploie
appareil de Lashiey dans lequel le rat saute sur une ou autre des
deux plates-formes signalées par des figures différentes La différen
ciation est facile entre un écran blanc et un écran noir entre un grand LES FONCTIONS CORTICALES 263
et un petit cercle mais elle est impossible entre une rayure horizon
tale et une rayure verticale Les faits sont analogues ceux on
observe chez les rats opérés âge adulte
143 LASHLEY The mechanism of vision XIV Visual
perception of distance after injuries to the cerebral cortex colliculi
Optic thalamus Le mécanisme de la vision XIV La perception
visuelle de la après lésions du cortex des colliculi ou du
thalamus optique of genet Ps. LI 1937 189-207
La précision de la perception visuelle de la distance été testée
par la méthode du saut chez des rats avant et après la lésion expéri
mentale des couches optiques et des colliculi La plus grande partie
de ces structures exception des marges latérales des colliculi été
détruite par des opérations bilatérales Chez plusieurs animaux le
tract optique un coté été complètement sectionné dans la région
des couches optiques Bien que quelques animaux aient montré une
réduction importante de précision dans la discrimination visuelle de la
distance il été impossible de rattacher leur comportement une
caractéristique quelconque des lésions Car autres animaux avec
des lésions de ces mêmes structures et des lésions plus graves et plus
étendues se sont comportés correctement Ces expériences prou
veraient que le thalamus optique ou les colliculi ne jouent aucun
rôle dans la discrimination visuelle de la distance
144 SMITH The postoperative effects of removal of the
striate cortex upon certain unlearned visually controlled reactions
the Cat Effets post-opératoires chez le chat de ablation de aire
striée sur certaines réactions innées contrôlées par la vue
of genet Ps. 1937 137-156
Par réactions innées entend des réactions présentes au
moment de opération âge des chats opérés est ailleurs pas
indiqué ablation complète du cortex visuel chez chats été
suivie une disparition de aptitude éviter des obstacles locali
ser la nourriture escalader un escalier et descendre de plans
surélevés en riposte des stimuli visuels Cette disparition persisté
tout le temps mois ont duré les observations Sous des condi
tions normales illumination le réflexe de fermeture des paupières
en réponse au mouvement une carte ou de la main de expérimen
tateur pu être déclenché mais il est produit pour les mêmes
stimulations sous une illumination rétinienne extrêmement intense
Chez des animaux opérés des réflexes latéraux des yeux ont été
observés en riposte la rotation autour du chat de bandes verticales
La réaction consistant poser la patte sur un objet qui se présente
très près dans le champ visuel été abolie chez les animaux
interprète les faits comme suit la persistance du réflexe occlusion
des paupières sous une illumination rétinienne intense serait la
preuve un type rudimentaire de perception objet chez le chat
la persistance des mouvements latéraux des yeux prouverait il
existe une vision de mouvement et de configuration objets indé
pendante du cortex visuel Enfin abolition des mouvements de la
patte consistant toucher un objet indiquerait sortes de voies ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
nerveuses visuellement stimulées les unes aboutissant aux muscles
de la patte et du tronc dépendraient étroitement de aire striée
les autres concernant la perception visuelle objet la vision du
mouvement et appréhension visuelle des configurations en seraient
relativement indépendantes
145 WALLER et RALPH BARRIS Pupillary
inequality in the cat following experimental lesions of the occipital
cortex Inégalité pupillaire chez le chat la suite de lésions expéri
mentales du cortex occipital Am of Ph. CXX 1937-
144-149
Ablation unilatérale de la zone corticale pupillo-constrictrice
extrémité inférieure du groupe latéral postérieur Il résulte une
inégalité pupillaire la pupille du côté opposé la zone opérée étant
plus large de plus elle est plus sensible la lumière et aux excitants
sensibles que autre
Les auteurs croient que les influx appropriés atteignent le noyau
oculo-moteur en suivant les tractus cortico-pretectal excitation de
celui-ci comme ont montré Hâre Magoun et Ranson déterminant
une contraction pupillaire
146 HEINRICH KL VER Certain effects of lesions of the
occipital lobes in macaques Effets de lésions dans les lobes occi
pitaux chez les of Ps. IV 1937 383-401
se sert des réponses motrices pour obtenir des indications
sur le système visuel de singes après leur avoir fait des lésions laté
rales et bilatérales dans le lobe occipital La description de divers
comportements lui permet de justifier sa méthode et de conclure
sur les interrelations existant entre les facteurs visuels et moteurs
Les propriétés de la situation visuelle peuvent être telles elles
changent activité motrice dans certaines directions et autre part
activité motrice détermine ce qui est visuellement présent ou ce qui
peut devenir visuellement effectif En fait conclut A. en un certain
sens on peut dire que activité motrice crée les propriétés visuelles
147 MARQUIS et HILGARD Conditioned
responses to light in monkeys after removal of the occipital lobes
Réponses conditionnées la lumière chez les singes après ablation
des lobes occipitaux Brain LX 1937 1-12
Recherches poursuivies chez macaques et un Ateies ater Après
ablation bilatérale des lobes occipitaux les singes se comportent
comme des aveugles complets et ont même plus de réflexes de
clignement
Mais sur trois cas où un réflexe conditionné la lumière avait été
établi avant opération ce est trouvé maintenu dans un cas
et rapidement réacquis dans les deux autres
Dans trois cas où avait pas été établi préalablement un tel
réflexe il pu être absolument comme chez des singes normaux
après opération cette seule différence près une latence un peu
plus longue des réactions de 30 sec environ) LES FONCTIONS CORTICALES 253
Ainsi le cortex nécessaire pour les identifications objets les
reconnaissances de formes et de relations spatiales pas de rôle
essentiel pour les habitudes réactionnelles la lumière
Il donc un saut important entre le singe et homme au point
de vue du stade de encéphalisation des fonctions
148 METTLER The present status of the frontal lobe
Létat actuel de la question du lobe frontal of gen Ps.
XVII 1937 203-233
Revue générale bibliographie de 169 titres de nos connaissances
sur les fonctions physiologiques du lobe frontal Dans une première
partie sont envisagées les fonctions motrices incito-motrices et
inhibitrices du cortex frontal avec une confrontation des diverses
interprétations concernant notamment le rôle surtout inhibiteur de
aire prémotrice aire de Brodmann La seconde partie est relative
au contrôle des fonctions végétatives par le lobe frontal Ce contrôle
déjà bien vu par les anciens auteurs apparaît comme une grande
importance Rappelons seulement quelques données parmi les plus
frappantes la stimulation du cortex moteur chez un animal curarisé
élève sa pression sanguine ralentit son rythme cardiaque produit
une sécrétion de salive et de sueur peut changer la température péri
phérique accroître la motilité intestinale etc on sait que certains
individus possèdent un contrôle volontaire sur leur rythme cardiaque
leurs muscles pilo-moteurs les ulcères gastriques résultent de lésions
corticales la réaction psycho-galvanique est abolie par ablation de
aire prémotrice
Le mécanisme action des centres frontaux sur les fonctions auto
nomes est encore interprétation difficile conclut auteur En gros
on peut admettre que les voies corticales exercent la fois un contrôle
excitateur et inhibiteur sur le système sympathique et seulement sur le parasympathique ablation du cortex produisant
des actions complexes dont la résultante se traduit par une hypertonie
parasympathique
149 MESSIMY et FINAN Les effets chez le singe de
ablation des lobes prétrontaux Modifications de activité et
du mode réactionnel Modifications des réflexes notamment des
réflexes de posture du système autonome
CXXVI 1937 201-206
Ablation préfrontale bilatérale aires 91011 et 12 de Brodmann
chez Cercocebus torquatus On note chez ces singes une augmentation
activité surtout automatique au bout de ou mois avec défi
cience initiale corrélative de la perte initiative)
On note des réactions excessives aux stimulations cutanées de
types divers aux pressions musculaires aux bruits éblouissement
dans trois cas des mouvements brusques de la tête et du front
Comme dans les strychninisations thalamiques légères il paraît se
produire des paresthésies entraînant des grattages et des morsures
Il exagération générale des réflexes tendineux périostes
cutanés pectoraux des troubles sympathiques se manifestent sous
forme des expressions de colère érection pilomotrice dilatation 266 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
pupiiïaire tendance mordre) avec des réactions vaso-motrices
brusques de la sudation des extrémités
On note des phases apathie et des troubles digestifs
une fa on générale la symptomatologie paraît relever une
libération de centres sous-corticaux
150 PUECH et BARUK Lobe préfrontal et catatonie
expérimentale An Méd.-Ps. XV 95 1937 319-323
imprégnation des lobes préfrontaux par la bulbocapnine ne
provoque pas la catatonie imprégnation du cortex par la bulbo
capnine après ablation des lobes détermine une catatonie
qui paraît plus accentuée que chez les animaux ayant gardé leurs lobes
préfrontaux
Dans un cas ablation unilatérale un lobe préfrontal la cata
lepsie prédominait du côté opposé la lésion et présentait une dispo
sition segmentaire avec apparent oubli du membre qui rappelait
certains aspects delà catatonie humaine
151 BARUK et PUECH Catatonie et catalepsie expéri
mentale par imprégnation corticale ou par lésions chirurgicales
corticales chez le lapin et le singe Discussion des facteurs de
localisation et de diffusion dans la pathogénie delà catalepsie
An Méd.-Ps. XV 95 1937 309-319
imprégnation du cortex par la bulbocapnine détermine chez le
lapin et chez le singe un syndrome catatonique imprégnation de la
base du cerveau provoque du sommeil sans catatonie
du cortex par la toxine colibacillaire détermine chez le lapin les
mêmes effets que la bulbocapnine mais seulement après une impré
gnation plus prolongée abrasion superficielle du cortex cérébral
peut aussi causer de la catatonie mais de fa on moins constante
152 JACOBSEN et NISSEN Studies on cerebral
functions in primates IV The effect of frontal lobes lesions on the
delayed alternation habit in monkeys tudes sur les fonctions
cérébrales chez les primates effet des lésions des lobes frontaux
sur Vhabitude alternance différée chez les singes inférieurs
of Ps. XXIII 1937 101-112
Les auteurs ont montré par des expériences antérieures que abla
tion du lobe frontal rend le singe incapable apprendre la réaction
différée Ils étudient hui par la même méthode la
alternante dans laquelle appât est successivement placé droite
puis gauche abord sous les yeux de animal ensuite hors de sa
vue en cas erreur il reste dans la même boîte la prochaine
épreuve correcte
Chez animal normal on peut arriver 100 de résultats
corrects on introduit alors entre les épreuves des délais de plus en
plus longs ablation unilatérale du lobe frontal ne diminue pas
aptitude une fa on appréciable au contraire ablation bilatérale
la supprime définitivement bien que animal se montre plus patient

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.