Évaluation d'entraînements multi-sensoriels de préparation à la lecture pour les enfants en grande section de maternelle : une étude sur la contribution du système haptique manuel - article ; n°4 ; vol.103, pg 561-584

De
Publié par

L'année psychologique - Année 2003 - Volume 103 - Numéro 4 - Pages 561-584
Résumé
Cette recherche étudie chez les enfants en grande section de maternelle (5 ans) les effets de l'ajout de la modalité haptique (tactilo-kinesthésique) dans un entraînement destiné à favoriser la compréhension et l'utilisation du principe alphabétique. Deux entraînements qui se différencient par les modalités sensorielles sollicitées sont évalués. L'entraînement « HVAM » (Haptique-Visuel-Auditif-Métaphonologique) sollicite les modalités haptique, visuelle et auditive et l'entraînement « VAM » (Visuel-Auditif-Métaphonologique) les modalités visuelle et auditive. Ces deux entraînements proposent de façon commune des exercices destinés à développer la conscience phonologique (en particulier phonémique), la connaissance des lettres et des associations lettres/sons. Cependant, le travail sur l'identité des lettres est basé sur une exploration visuo-haptique et haptique dans l'entraînement HVAM et sur une exploration seulement visuelle dans l'entraînement VAM. Les performances sont mesurées avant et après les entraînements par deux épreuves destinées à évaluer la compréhension et l'utilisation du principe alphabétique (tests de lecture de pseudo-mots et de connaissance des lettres) et par trois épreuves de conscience phonologique. Les résultats révèlent une amélioration de la lecture de pseudomots plus importante après l'entraînement HVAM qu'après l'entraînement VAM. Par ailleurs, une amélioration similaire après les deux entraînements est observée dans les autres tests. L'ajout de la modalité haptique dans de tels entraînements semble amplifier leurs effets bénéfiques sur le niveau de lecture des enfants. Ces résultats peuvent s'expliquer par les différentes spécificités fonctionnelles des modalités sensorielles sollicitées.
Mots-clés : apprentissage de la lecture, haptique et métaphonologie.
Summary : Evaluating multisensory preparatory training for reading in hindergarten-age children : A study on the contribution of the manual haptic mode.
The effects of adding the haptic modality to train reading (aiming at developing phonemic awareness, letter identity and grapheme-phoneme knowledge) was investigated in children (in the last year of nursery school). Two types of training, which differed in the perceptual modality involved, were Metaphonological) involved the haptic, visual and auditory modalities and the « VAM » ( Visual-Auditory-Metaphonological) involved the visual and auditory modalities. The two types of training develop phonological awareness (in particular phonemic), letter identity and grapheme-phoneme knowledge. However, letter identity work is based on visual-haptic and haptic exploration (the shape of the letters were traced with the finger) in the HVAM training and on the visual exploration only in the VAPA training. Performance was assessed before and after training by means of pseudo-word reading, letter recognition and meta-linguistic tasks (rime and phoneme recognition). The results show improved performances in pseudo-word reading for both training conditions but the HVAM training was more effective than the VAM training. The results suggest that when the haptic modality is added to the training, reading acquisition is improved. The interpretation of these results is based on the functional specifie characteristics of the perceptual modalities involved.
Key words : reading acquisition, touch, phonological awareness, multisensory exploration.
24 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 2003
Lecture(s) : 61
Nombre de pages : 26
Voir plus Voir moins

Edouard Gentaz
Pascale Colé
Florence Bara
Évaluation d'entraînements multi-sensoriels de préparation à la
lecture pour les enfants en grande section de maternelle : une
étude sur la contribution du système haptique manuel
In: L'année psychologique. 2003 vol. 103, n°4. pp. 561-584.
Citer ce document / Cite this document :
Gentaz Edouard, Colé Pascale, Bara Florence. Évaluation d'entraînements multi-sensoriels de préparation à la lecture pour les
enfants en grande section de maternelle : une étude sur la contribution du système haptique manuel. In: L'année
psychologique. 2003 vol. 103, n°4. pp. 561-584.
doi : 10.3406/psy.2003.29652
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_2003_num_103_4_29652Résumé
Résumé
Cette recherche étudie chez les enfants en grande section de maternelle (5 ans) les effets de l'ajout de
la modalité haptique (tactilo-kinesthésique) dans un entraînement destiné à favoriser la compréhension
et l'utilisation du principe alphabétique. Deux entraînements qui se différencient par les modalités
sensorielles sollicitées sont évalués. L'entraînement « HVAM » (Haptique-Visuel-Auditif-
Métaphonologique) sollicite les modalités haptique, visuelle et auditive et l'entraînement « VAM »
(Visuel-Auditif-Métaphonologique) les modalités visuelle et auditive. Ces deux entraînements proposent
de façon commune des exercices destinés à développer la conscience phonologique (en particulier
phonémique), la connaissance des lettres et des associations lettres/sons. Cependant, le travail sur
l'identité des lettres est basé sur une exploration visuo-haptique et haptique dans l'entraînement HVAM
et sur une exploration seulement visuelle dans l'entraînement VAM. Les performances sont mesurées
avant et après les entraînements par deux épreuves destinées à évaluer la compréhension et
l'utilisation du principe alphabétique (tests de lecture de pseudo-mots et de connaissance des lettres) et
par trois épreuves de conscience phonologique. Les résultats révèlent une amélioration de la lecture de
pseudomots plus importante après l'entraînement HVAM qu'après l'entraînement VAM. Par ailleurs, une
amélioration similaire après les deux entraînements est observée dans les autres tests. L'ajout de la
modalité haptique dans de tels entraînements semble amplifier leurs effets bénéfiques sur le niveau de
lecture des enfants. Ces résultats peuvent s'expliquer par les différentes spécificités fonctionnelles des
modalités sensorielles sollicitées.
Mots-clés : apprentissage de la lecture, haptique et métaphonologie.
Abstract
Summary : Evaluating multisensory preparatory training for reading in hindergarten-age children : A
study on the contribution of the manual haptic mode.
The effects of adding the haptic modality to train reading (aiming at developing phonemic awareness,
letter identity and grapheme-phoneme knowledge) was investigated in children (in the last year of
nursery school). Two types of training, which differed in the perceptual modality involved, were
Metaphonological) involved the haptic, visual and auditory modalities and the « VAM » ( Visual-
Auditory-Metaphonological) involved the visual and modalities. The two types of training
develop phonological awareness (in particular phonemic), letter identity and grapheme-phoneme
knowledge. However, letter identity work is based on visual-haptic and haptic exploration (the shape of
the letters were traced with the finger) in the HVAM training and on the visual only in the
VAPA training. Performance was assessed before and after training by means of pseudo-word reading,
letter recognition and meta-linguistic tasks (rime and phoneme recognition). The results show improved
performances in pseudo-word reading for both training conditions but the HVAM training was more
effective than the VAM training. The results suggest that when the haptic modality is added to the
training, reading acquisition is improved. The interpretation of these results is based on the functional
specifie characteristics of the perceptual modalities involved.
Key words : reading acquisition, touch, phonological awareness, multisensory exploration.L'année psychologique, 2003, 104, 561-584
MEMOIRES ORIGINAUX
Laboratoire « Cognition et Développement »v*
Université René-Descartes, UMR CNRS 8607
Laboratoire de « Psychologie et Neurocognition »**
Université de Savoie, UMR CNRS 5105
EVALUATION D'ENTRAINEMENTS MULTISENSORIELS
DE PRÉPARATION À LA LECTURE
POUR LES ENFANTS
EN GRANDE SECTION DE MATERNELLE :
UNE ÉTUDE SUR LA CONTRIBUTION
DU SYSTÈME HAPTIQUE MANUEL
Edouard GENTAZ2*, Pascale COLÉ** et Florence BARA**
Remerciements : Ce travail a bénéficié du soutien du Centre National de la
Recherche Scientifique, de l'Université René-Descartes (Paris V), de l'Univers
ité de Savoie et du programme Cognitique du ministère de la Recherche. Nous
remercions deux experts pour leurs conseils sur la première version de cet
article, ainsi que Olivia Benoist, Nicole Kannapel et Evelyne Vittoz pour leurs
aides techniques.
SUMMARY : Evaluating multisensory preparatory training for reading in
kindergarten-age children : A study on the contribution of the manual
haptic mode.
The effects of adding the haptic modality to train reading (aiming
at developing phonemic awareness, letter identity and grapheme-phoneme
knowledge) was investigated in children (in the last year of nursery
school). Two types of training, which differed in the perceptual modality
involved, were compared. The « HVAM » (Haptic- Visual- Auditory-
1. 71, avenue Edouard-Vaillant, 92774 Boulogne-Billancourt Cedex.
2. E-mail: gentaz@psycho.univ-paris5.fr. Edouard Gentaz, Pascale Colé et Florence Bara 562
Metaphonological) involved the haptic, visual and auditory modalities and the
« VAM » ( Visual- Auditory- Metaphonological) involved the visual and
auditory modalities. The two types of training develop phonological awareness
(in particular phonemic), letter identity and grapheme-phoneme knowledge.
However, letter identity work is based on visual-haptic and haptic exploration
(the shape of the letters were traced with the finger) in the HVAM training and
on the visual exploration only in the VAPA training. Performance was assessed
before and after training by means of pseudo-word reading, letter recognition
and meta-linguistic tasks (rime and phoneme recognition) . The results show
improved performances in pseudo-word reading for both training conditions but
the HVAM training was more effective than the VAM training. The results
suggest that when the haptic modality is added to the training, reading
acquisition is improved. The interpretation of these results is based on the
functional specific characteristics of the perceptual modalities involved.
Key words : reading acquisition, touch, phonological awareness,
multisensory exploration.
INTRODUCTION
Cette recherche évalue chez les enfants prélecteurs en grande
section de maternelle (5 ans) les effets de l'ajout de la modalité
haptique (tactilo-kinesthésique) dans un entraînement destiné à
favoriser la compréhension et l'utilisation du principe alphabé
tique. La logique du principe alphabétique est de fournir un
moyen de représenter la structure phonologique des mots
(l'identité des sons les composant ainsi que leur combinaison) à
l'aide des symboles que représentent les lettres. Ainsi, les recher
ches relatives à l'apprentissage de la lecture se sont principal
ement focalisées sur la dimension phonologique impliquée dans
la compréhension du principe alphabétique. Un ensemble de
recherches a montré qu'un des facteurs de réussite en lecture
réside dans le développement de certaines capacités relatives au
langage parlé dénommées très généralement métapho-
nologiques (pour des revues récentes en anglais, cf. Ehri, Nunes,
Willows, Schuster, Yaghoub-Zadeh et Shanahan, 2001 ; Troia,
1999 ; pour une revue récente en français, cf. Gombert et Colé,
2000). Ces capacités sont définies comme celles qui permettent à
l'enfant d'identifier les composants phonologiques des unités li
nguistiques et de les manipuler intentionnellement (Liberman,
Shankweiker, Fisher et Carter, 1974). Parmi les capacités meta- Toucher les lettres 563
phonologiques, on distingue les capacités métasyllabiques,
métarimiques et métaphonémiques (respectivement, les capacit
és à manipuler les syllabes, les rimes et les phonèmes des mots
parlés). Ces trois composants métaphonologiques n'ont pas la
même incidence sur l'apprentissage de la lecture et il semble que
les capacités métaphonémiques soient le meilleur prédicteur des
performances en lecture pour les systèmes alphabétiques (pour
une revue récente, cf. Ehri et al., 2001).
Par ailleurs, si l'on considère très schématiquement que l'ap
prentissage de la lecture consiste, d'une part, à développer des
représentations phonologiques explicites et des représentations
orthographiques et, d'autre part, à établir des connexions, voire
une fusion entre ces deux types de représentation (cf. Metsala
et Ehri, 1998), très peu de recherches se sont intéressées à la
façon dont cette connexion ou fusion s'établissait, supposant
qu'elle s'effectuait « implicitement » sous l'impulsion de l'ap
prentissage des associations lettres/sons (e.g. Plaut, Mac Clel-
land, Seidenberg et Patterson, 1996). Les programmes d'entra
înement à la lecture obéissent à cette constatation en proposant
des exercices métaphonologiques et de discrimination de lettres
associés à un apprentissage des associations lettres/sons (cf. Bus
et Van Ijzendoorn, 1999).
La recherche de Byrne et Fielding-Barnsley (1991) illustre
parfaitement cette constatation. Ces chercheurs ont évalué un
entraînement proposant des activités métaphonologiques (en
partie métaphonémiques) et des de discrimination de
lettres associées à un apprentissage des associations lettres/sons
sur la lecture de mots chez des enfants prélecteurs de 5 ans.
Après douze semaines d'entraînement, le groupe expérimental a
des capacités métaphonémiques et une lecture de mots significa-
tivement plus importantes que celles d'un groupe contrôle d'en
fants, entraînés uniquement avec des activités sémantiques. Ce
type d'entraînement combine à la fois des exercices de cons
cience phonémique et de connaissance des lettres ainsi qu'un
apprentissage des associations lettres/sons et sollicite principa
lement les deux modalités sensorielles visuelle et auditive de
l'apprenti-lecteur. Toutefois, même si ce type d'entraînement a
indéniablement des effets positifs sur la préparation à la lecture,
on constate que cet apprentissage demeure en général encore
lent et difficile et plusieurs mois d'instruction formelle s'avèrent
nécessaires pour que les jeunes enfants saisissent la logique du 564 Edouard Gentaz, Pascale Colé et Florence Bara
principe alphabétique et l'utilisent (Colé, Magnan et Grainger,
1999 ONL, 1998 ; Sprenger-Charolles et Colé, 2003).
On peut supposer à la suite de Bryant et Bradley (1985)
qu'une des difficultés à apprendre à lire réside en partie dans le
travail d'établissement des connexions entre les représentations
orthographiques des lettres et les représentations phonologiques
correspondantes. C'est ce que suggèrent les travaux peu nom
breux sur la remédiation des difficultés en lecture. Plus précis
ément, selon Bryant et Bradley (1985), le problème de certains
apprentis lecteurs résiderait dans la difficulté à établir des liens
entre l'image visuelle des mots et leur image auditive. C'est pour
tenter de remédier à cette difficulté que ces auteurs ont préco
nisé l'utilisation d'une méthode « multisensorielle » d'apprentis
sage de la lecture qui ne sollicite pas uniquement les modalités
sensorielles visuelle et auditive comme c'est le cas habituelle
ment, mais également la modalité haptique (tactilo-kinesthé-
sique) manuelle. En effet, la main n'a pas seulement une fonc
tion motrice de transport ou de transformation des objets de
notre environnement mais elle possède également une fonction
perceptive très efficiente (cf. Hatwell, Streri et Gentaz, 2000).
Ainsi, les propriétés des objets peuvent être perçues à partir
d'une exploration volontaire et active d'une ou des deux
mains. Cette perception manuelle volontaire et active est alors
dénommée haptique.
Les recherches sur la remediation en lecture et les méthodes
multisensorielles semblent favoriser l'hypothèse selon laquelle le
recours à la modalité haptique manuelle fournirait un moyen de
favoriser la connexion entre l'image visuelle d'un mot et son
image auditive. Cette approche multisensorielle se situe dans la
continuité des principes pédagogiques proposés par Montessori
(1915, 1958) encore utilisés actuellement dans certaines écoles.
Curieusement, si cette approche de l'apprentis
sage de la lecture n'a pas été validée expérimentalement, celle-ci
a été exploitée dans le domaine de la remédiation d'enfants en
difficulté de lecture où quelques recherches anciennes montrent
les bénéfices de l'utilisation de la modalité haptique en complé
ment des modalités visuelle et auditive.
Ainsi, Fernald (1943) a proposé une technique « multisensor
ielle » (fortement inspirée des principes de Montessori, 1915,
1958) à des enfants présentant des retards de lecture. Cette tech
nique appelée le « tracé multisensoriel » consiste à tracer avec Toucher les lettres 565
son index un mot écrit tout en le prononçant et le regardant.
Chaque mot est tracé et prononcé préalablement par l'expér
imentateur afin de fournir à l'enfant un modèle. L'enfant est
invité à recommencer l'exercice jusqu'à ce qu'il soit capable de
se passer du modèle. Des auteurs se sont inspirés de cette tech
nique dans leurs travaux expérimentaux. C'est le cas d'Ofman et
Shaevitz (1963) qui comparent l'efficacité de la technique du
« tracé multisensoriel », du « tracé visuel » et de la « simple lec
ture » dans une tâche d'apprentissage de mots nouveaux. La
technique du « tracé visuel » consiste à demander à l'enfant de
suivre avec les yeux un mot qui s'écrit progressivement sous ses
yeux. Les résultats révèlent que les faibles lecteurs (âgés de
13 ans) sont significativement plus aptes à apprendre des mots
nouveaux avec les techniques du « tracé multisensoriel » et du
« tracé visuel » (qui ne différent pas entre elles) qu'avec la tech
nique de la « simple lecture ». Ainsi, les auteurs font l'hypothèse
que c'est l'induction d'un mouvement d'exploration (visuo-
haptique ou visuel) dans l'appréhension d'un mot écrit qui faci
literait son apprentissage chez ce type de lecteurs.
Dans le même sens, Hulme (1979) teste chez des enfants plus
jeunes (8-9 ans) l'hypothèse de Ofman et Shaevitz selon laquelle
une appréhension séquentielle de figures graphiques abstraites
facilite leur mémorisation. L'exploration des figures se fait soit
en regardant chacun des items (condition « Visuelle »), soit en et en traçant simultanément du doigt chacun d'entre
eux (condition « Visuo-Haptique »). Les résultats montrent que
les enfants après une présentation en condition Visuo-Haptique,
obtiennent significativement de meilleures performances en
reconnaissance que ceux ayant bénéficié d'une présentation en
condition Visuelle. L'induction d'une exploration séquentielle
d'une forme abstraite semble améliorer sa mémorisation. Hulme
(1981) observe des résultats similaires avec des lettres chez des
enfants en difficulté de lecture et des enfants normo-lecteurs
(âgés de 9 ans). Il n'existe pas à notre connaissance d'étude qui
évalue chez de jeunes enfants prélecteurs l'effet d'un entraîne
ment multisensoriel incluant la modalité haptique.
L'objectif général de la présente recherche tente donc d'éva
luer chez les enfants prélecteurs en grande section de maternelle
(5 ans) les effets de l'introduction de la modalité haptique dans
un entraînement destiné à développer la conscience phoné-
mique, la connaissance des lettres et des associations lettres/sons 566 Edouard Gentaz, Pascale Colé et Florence Bara
(du type de celui de Byrne et Fielding-Barnsley, 1991) sur la
compréhension et l'utilisation du principe alphabétique. Nous
formulons l'hypothèse générale selon laquelle l'introduction de
la modalité haptique dans les exercices de connaissance des let
tres et des associations lettres/sons faciliterait l'élaboration des
connexions entre les représentations orthographiques des lettres
et les représentations phonologiques des sons correspondants.
Cet effet positif de l'introduction de la modalité haptique pourr
ait s'expliquer par les spécificités fonctionnelles des différentes
modalités sensorielles sollicitées (Gentaz et Rossetti, 1999 ; Hat-
well, Streri et Gentaz, 2000 ; Lederman et Klatzky, 1987). En
effet, la vision, caractérisée par sa quasi-simultanéité, reste la
modalité la plus adaptée pour traiter et se représenter des st
imuli spatiaux tels que les lettres alors que l'audition, caracté
risée par sa plus grande séquentialité, est plus adaptée pour trai
ter des stimuli temporels tels que les sons de parole. Cette
différence de fonctionnement pourrait expliquer pourquoi l'a
ssociation entre la lettre, traitée visuellement, et le son, traité
auditivement, serait difficile à établir pour les jeunes enfants.
En revanche, la modalité haptique partage des caractéristiques
avec la modalité auditive mais également avec la modalité
visuelle. En effet, tout en ayant un fonctionnement très séquent
iel, la modalité haptique est également une modalité spatiale
car son exploration ne se déroule pas de façon linéaire et selon un
ordre imposé car la main peut revenir en arrière et effectuer ainsi
des allers-retours.
Dans cette perspective, les recherches qui étudient le déve
loppement de l'appréhension des objets en vision et en haptique
permettent de mieux cerner les caractéristiques de l'exploration
haptique chez les jeunes enfants et ainsi de mieux comprendre
son apport bénéfique dans les exercices sur la connaissance des
lettres et des associations lettres/sons. Les objets étant multidi-
mensionnels, ils possèdent une valeur sur plusieurs dimensions
telles que la texture, la localisation, l'orientation, la taille, la
forme, etc. Dans la vision, toutes les dimensions sont perçues de
façon quasi simultanée (à quelques millisecondes près). Ceci
n'est pas le cas dans la modalité haptique en raison de son mode
d'exploration rendant la perception très séquentielle. Lederman
et Klatzky (1987) ont montré que des mouvements spécifiques (appelés procédures exploratoires) doivent être
exécutés pour percevoir haptiquement chaque propriété des Toucher les lettres 567
objets. Ainsi, pour percevoir sa forme, la procédure exploratoire
la plus adaptée est le « suivi de contours », c'est-à-dire le traçage
par l'index des contours de l'objet. Ce traçage est nécessairement
séquentiel. Cette séquentialité est la raison pour laquelle la per
ception haptique semble moins « globale » et plus « analy
tique » que la perception visuelle. En vision, de nombreuses
dimensions sont traitées de façon globale par les jeunes enfants
(4-5 ans) puis deviennent séparées chez l'adulte, alors qu'en hapt
ique, c'est l'inverse qui est observé (d'analytique à global). Ber
ger et Hatwell (1993, 1996) expliquent cette différence par la
spécialisation des procédures exploratoires et du caractère part
iel de l'exploration des enfants qui rend l'accès aux différentes
propriétés, séquentiel et incomplet. Ainsi, en ce qui concerne
notre étude, l'ajout de la modalité haptique obligerait l'enfant à
traiter les lettres de manière plus séquentielle et donc plus analyt
ique, ce qu'il ne fait pas naturellement lorsque les lettres sont
présentées uniquement visuellement. De ce fait, l'exploration
haptique faciliterait le lien entre le traitement visuel de la lettre
et le traitement auditif du son correspondant.
Pour tester cette hypothèse, nous avons proposé deux
types d'entraînement respectivement dénommés « Haptique-
Visuel-Auditif-Métaphonologique (IIVAM) » et « Visuel- Auditif-
Métaphonologique (VAM) » qui se différencient par les modalités
sensorielles sollicitées. Ainsi, alors que l'entraînement HVAM sol
licite les modalités haptique, visuelle et auditive, l'entraînement
VAM sollicite uniquement les modalités visuelle et auditive. Ces
deux entraînements ont en commun de proposer des exercices de
conscience phonologique (en particulier phonémique) et des
exercices sur la connaissance des lettres et des associations le
ttres/sons qui s'inspirent du programme de sensibilisation à
l'écrit développé par Byrne et Fielding-Barnsley (1991). Cepend
ant, le travail sur l'identité des lettres repose sur une explora
tion visuo-haptique et haptique dans l'entraînement HVAM alors
qu'il repose sur une exploration exclusivement visuelle dans
l'entraînement VAM. Si notre hypothèse est valide, nous devrions
observer une amélioration des performances dans les deux
épreuves destinées à évaluer la compréhension et l'utilisation du
principe alphabétique (tests de lecture de pseudo-mots et de
connaissance des lettres de l'alphabet) après les entraînements
HVAM et VAM, mais avec une amplitude plus importante après
l'entraînement HVAM. En revanche, nous devrions observer une Edouard Gentaz, Pascale Colé et Florence Bara 568
amélioration similaire des capacités métaphonologiques (tests
d'identification de rimes, phonème initial et phonème final)
après les entraînements HVAM et VAM.
I. METHODE
1.1. PARTICIPANTS
Vingt-six enfants monolingues français d'une moyenne d'âge de 5 ans
et 7 mois (de 5 ans et 1 mois à 6 ans) ont participé à cette étude. Ces enfants
sont issus de deux classes de grande section de maternelle, situées en Rhô-
nes-Alpes. Ces enfants appartiennent à des classes socio-économiques
moyennes. Les des deux groupes d'entraînement ont été appariés le
plus strictement possible sur les critères suivants : âge, sexe, niveau de
vocabulaire (EVIP), niveau de performance non verbale (cube de Kohs de la
WIPSl) et capacités métaphonologiques, connaissance de l'alphabet et lec
ture de pseudo-mots (cf. tableau I ; tous les p > .25). Chaque groupe est
constitué de 13 enfants.
TABLEAU I. — Caractéristiques des enfants
des deux groupes avant le début des entraînements
Characteristics of children
in each group before the training programs
Entraînement
HVAM VAM
Age moyen 5 ans et 7 mois 5 ans et 6 mois
Genre 8 filles et 5 garçons 5 filles et 8 garçons
EVIP : M (a) 116 (10) 117 (12)
Cube de Kohs : M (a) 17,8 (9,8) 17,4 (9,6)
Alphabet : M (g) 14,5 (6,7) 13,8 (8)
1.2. MATÉRIEL
Les phonèmes choisis et leur ordre d'étude ont été déterminés en fonc
tion de leur fréquence d'apparition relative dans la langue française (Ron-
dal, 1997) et en fonction de certaines études d'entraînements phonolo
giques (Byrne et Fielding-Barnsley, 1991 ; Olofsson et Lundberg, 1983).

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.