Existe-t-il un « effet de l'oblique » dans la perception tactile des orientations ? - article ; n°1 ; vol.100, pg 111-140

De
Publié par

L'année psychologique - Année 2000 - Volume 100 - Numéro 1 - Pages 111-140
Summary : Is there an oblique effect in the tactual perception of orientation ?
This paper surveys studies on the anisotropic perception of orientation in the tactual (cutaneous/'passive touch or haptic/active touch) system. In the visual system, the vertical and horizontal orientations are known to be perceived more accurately than oblique orientations. This anisotropy is called the oblique effect. The interest ofexamining the oblique effect in the tactual system stems, in part, from the fact that even its existence is debated in the literature. The aim of the present work was to show that : 1/ the study of factors that induce a tactual (cutaneous or haptic) oblique effect makes it possible to understand more easily the nature of the tactual underlying processes ; 2/ the study of the cutaneous, haptic and visual oblique effects allows comparisons in the three perceptual systems of the nature of the respective processes that underlie the processing of orientation. The first part of this article presents the data on the oblique effect in the cutaneous system. The second part concerns the data on the oblique effect in the haptic system. We examine the hypothesis that the nature of task would influence the oblique effect in the different perceptual systems. When the task induces low-level processing, the presence of an anisotropy and its forms seems to depend on the properties of orientation-selective neurons existing at an early stage in the perceptual hierarchy. Thus, an oblique effect is present in the visual system, an effect of proximo-distal orientation (i.e. along the length ofthefinger) is present in the cutaneous system and no oblique effect is observed in the haptic system. In contrast, when the task induces high-level processing, an oblique effect seems to be present in the cutaneous, haptic and visual systems.
Keys words : orientation, oblique effect, tactual, haptic and cutaneous perception, gravity, perceptual development.
Résumé
Ce travail présente une synthèse des principaux résultats sur la perception tactile (passive ou active) des orientations. Dans le système visuel, il est établi que nous percevons systématiquement avec une plus grande précision les stimulus dont l'orientation est verticale ou horizontale que ceux dont l'orientation est oblique. Ce phénomène est appelé l' « effet de l'oblique ». L'intérêt d'examiner cet effet de l'oblique dans le système tactile (cutané ou haptique) réside dans le fait que son existence même est débattue dans la littérature. L'objectif de cette revue est de montrer que : 1/ l'étude des facteurs qui participent à la manifestation de l'effet de l'oblique tactile est un moyen de mieux connaître la nature des processus tactiles responsables de cet effet ; 2/ l'étude des effets de l'oblique cutané, haptique et visuel permet de comparer dans ces systèmes perceptifs la nature des processus respectifs qui sous-tendent le traitement des orientations.
Mots-clés : orientation, effet de l'oblique, perception tactile, cutanée et haptique, gravité, aveugle, développement perceptif.
30 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : samedi 1 janvier 2000
Lecture(s) : 29
Nombre de pages : 32
Voir plus Voir moins

E. Guentaz
Existe-t-il un « effet de l'oblique » dans la perception tactile des
orientations ?
In: L'année psychologique. 2000 vol. 100, n°1. pp. 111-140.
Citer ce document / Cite this document :
Guentaz E. Existe-t-il un « effet de l'oblique » dans la perception tactile des orientations ?. In: L'année psychologique. 2000 vol.
100, n°1. pp. 111-140.
doi : 10.3406/psy.2000.28630
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_2000_num_100_1_28630Abstract
Summary : Is there an oblique effect in the tactual perception of orientation ?
This paper surveys studies on the anisotropic perception of orientation in the tactual
(cutaneous/'passive touch or haptic/active touch) system. In the visual system, the vertical and
horizontal orientations are known to be perceived more accurately than oblique orientations. This
anisotropy is called the oblique effect. The interest ofexamining the oblique effect in the tactual system
stems, in part, from the fact that even its existence is debated in the literature. The aim of the present
work was to show that : 1/ the study of factors that induce a tactual (cutaneous or haptic) oblique effect
makes it possible to understand more easily the nature of the underlying processes ; 2/ the study
of the cutaneous, haptic and visual oblique effects allows comparisons in the three perceptual systems
of the nature of the respective processes that underlie the processing of orientation. The first part of this
article presents the data on the oblique effect in the cutaneous system. The second part concerns the
data on the oblique effect in the haptic system. We examine the hypothesis that the nature of task would
influence the oblique effect in the different perceptual systems. When the task induces low-level
processing, the presence of an anisotropy and its forms seems to depend on the properties of
orientation-selective neurons existing at an early stage in the perceptual hierarchy. Thus, an oblique
effect is present in the visual system, an effect of proximo-distal orientation (i.e. along the length
ofthefinger) is present in the cutaneous system and no oblique effect is observed in the haptic system.
In contrast, when the task induces high-level processing, an oblique effect seems to be present in the
cutaneous, haptic and visual systems.
Keys words : orientation, oblique effect, tactual, haptic and cutaneous perception, gravity, perceptual
development.
Résumé
Ce travail présente une synthèse des principaux résultats sur la perception tactile (passive ou active)
des orientations. Dans le système visuel, il est établi que nous percevons systématiquement avec une
plus grande précision les stimulus dont l'orientation est verticale ou horizontale que ceux dont
l'orientation est oblique. Ce phénomène est appelé l' « effet de l'oblique ». L'intérêt d'examiner cet effet
de l'oblique dans le système tactile (cutané ou haptique) réside dans le fait que son existence même est
débattue dans la littérature. L'objectif de cette revue est de montrer que : 1/ l'étude des facteurs qui
participent à la manifestation de l'effet de l'oblique tactile est un moyen de mieux connaître la nature des
processus tactiles responsables de cet effet ; 2/ l'étude des effets de l'oblique cutané, haptique et visuel
permet de comparer dans ces systèmes perceptifs la nature des processus respectifs qui sous-tendent
le traitement des orientations.
Mots-clés : orientation, effet de l'oblique, perception tactile, cutanée et haptique, gravité, aveugle,
développement perceptif.L'Année psychologique, 2000, 100, 111-140
REVUES CRITIQUES
Laboratoire Cognition et Développement
UMR 8605 CNRS
Université René- Descartes, Paris V1
EXISTE-T-IL UN « EFFET DE L'OBLIQUE »
DANS LA PERCEPTION TACTILE DES ORIENTATIONS ?
par Edouard GENTAZ2
SUMMARY : Is there an oblique effect in the tactual perception of
orientation ?
This paper surveys studies on the anisotropic perception of orientation in
the tactual (cutaneous/passive touch or haptic/active touch) system. In the
visual system, the vertical and horizontal orientations are known to be perceived
more accurately than oblique orientations. This anisotropy is called the oblique
effect. The interest of examining the oblique effect in the tactual system stems,
in part, from the fact that even its existence is debated in the literature. The aim
of the present work was to show that : 1 I the study of factors that induce a
tactual (cutaneous or haptic) oblique effect makes it possible to understand
more easily the nature of the tactual underlying processes ; 2 I the study of the
cutaneous, haptic and visual oblique effects allows comparisons in the three
perceptual systems of the nature of the respective processes that underlie the
processing of orientation. The first part of this article presents the data on the
oblique effect in the cutaneous system. The second part concerns the on the in the haptic system. We examine the hypothesis that the nature of
task would influence the oblique effect in the different perceptual systems.
When the task induces low-level processing, the presence of an anisotropy and
its forms seems to depend on the properties of orientation- selective neurons
existing at an early stage in the perceptual hierarchy. Thus, an oblique effect is
1. Centre Universitaire de Boulogne, 71, avenue E. -Vaillant, 92774 Bou
logne-Billancourt Cedex. E-mail : edouard.gentaz@psycho.univ-paris5.fr.
2. Ce travail a bénéficié du soutien du Laboratoire de Psychologie expéri
mentale de l'Université Pierre-Mendès-France (CNRS, EP 617) de Grenoble, de la
Fondation Fyssen, et de la Faculté de psychologie et des sciences de l'éducation
de l'Université de Genève. Je tiens à remercier très sincèrement Yvette Hat-
well, Marion Luyat et Barbara Jolly-Pottut pour leurs précieux conseils. 112 Edouard Gentaz
present in the visual system, an effect of proximo-distal orientation (i.e. along
the length of the finger) is present in the cutaneous system and no oblique effect
is observed in the haptic system. In contrast, when the task induces high-level
processing, an oblique effect seems to be present in the cutaneous, haptic and
visual systems.
Keys words : orientation, oblique effect, tactual, haptic and cutaneous
perception, gravity, perceptual development.
1. INTRODUCTION
Cette revue s'intéresse aux processus de traitement des orientations
spatiales dans le système perceptif tactile à travers l'étude d'un phénomène
anisotropique, appelé 1' « effet de l'oblique ». L'existence d'une anisotropie
signifie que la perception d'une orientation diffère selon sa valeur. En
vision, il est établi que nous percevons avec une plus grande précision les
stimulus dont l'orientation est verticale ou horizontale que ceux dont
l'orientation est oblique. C'est ce phénomène qui est nommé par Appelle
1' « effet de l'oblique ». (1972)
Dans le système visuel, l'examen de la littérature révèle que l'effet de
l'oblique est observé systématiquement : il est présent chez les adultes, les
enfants et les bébés, quelle que soit la nature de la tâche demandée aux
sujets (détection, discrimination, identification, reconnaissance, ou rappel).
Le débat porte sur les explications de cet effet. Avant la revue d'Appelle
(1972), de nombreuses ont été proposées et rejetées : astigma
tisme (Emsley, 1925), facteurs optiques, et même mouvements oculaires
(Brown, 1949). L'évolution de ces interprétations se caractérise par des
hypothèses de moins en moins rétiniennes. Le travail d'Appelle (1972) a
fait émerger un consensus parmi les chercheurs : les causes de l'effet de
l'oblique visuel ne se situent pas au niveau du système oculomoteur lui-
même, mais à un niveau plus élevé dans la hiérarchie du traitement visuel,
c'est-à-dire à un sous-cortical ou cortical.
Cependant, à ce niveau, aucune explication globale ne fait l'unanimité
aujourd'hui. L'examen de la littérature révèle que la question qui structure
les recherches concernant l'effet de l'oblique visuel porte sur le niveau ana-
tomo-fonctionnel du système visuel où agissent les processus responsables
de cet effet (Gentaz et Ballaz, sous presse). Deux réponses sont données. La
première situe les processus à un bas niveau, dès les premières étapes du
traitement visuel, c'est-à-dire au niveau du corps genouillé latéral (CGL) ou
de l'aire visuelle primaire (Vl). Les partisans de cette première réponse
s'appuient sur les caractéristiques neurophysiologiques de ces aires comme
la sélectivité à l'orientation des neurones de Vl pour expliquer l'effet de
l'oblique visuel. Ainsi, cet effet s'expliquerait par le fait que Ie6 neurones
accordés sur les orientations verticale ou horizontale sont plus sensibles et
plus nombreux que ceux accordés sur les orientations obliques (De Valois, Perception tactile des orientations 113
Yund et Hepler, 1982 ; Mansfield, 1974 ; Orban et Kennedy, 1981 ; Orban,
Vandenbussche et Vogels, 1984 ; Rose et Blakemore, 1974 ; Saarinen et
Levi, 1995).
La deuxième réponse situe les processus responsables de l'effet de
l'oblique visuel à un plus haut niveau, au niveau des aires extra-striées,
c'est-à-dire à partir de l'aire visuelle secondaire (V2). Les partisans de cette
interprétation s'efforcent de montrer que les caractéristiques neurophysiol
ogiques sont insuffisantes pour expliquer l'effet de l'oblique visuel et que,
par conséquent, d'autres facteurs indépendants du stimulus doivent être à
l'œuvre (Heeley, Buchanan-Smith, Cromwell et Wright, 1997) comme
l'environnement (Ross, 1992), les modèles internes (Morgan, 1991), la recon
naissance (Heeley et 1990) ou encore l'attention (Shiu et
Pashler, 1992). L'existence de données expérimentales en faveur de chacune
de ces deux hypothèses générales ne permet d'en exclure aucune, et suggère
plutôt que les processus qui sous-tendent l'effet de l'oblique visuel peuvent
être de bas ou de haut niveau selon les cas ou agir conjointement.
Comme l'orientation est une propriété spatiale amodale, elle peut être
traitée par différents systèmes perceptifs. Nous pensons que l'étude de
l'effet de l'oblique dans les systèmes perceptifs visuel et tactile peut donc
être utilisée pour comprendre et comparer dans ces deux systèmes les pro
cessus respectifs qui sous-tendent le traitement des orientations et qui
génèrent cet effet. Cette comparaison est pertinente pour une raison
majeure : alors que l'effet de l'oblique visuel est toujours mis en évidence
dans la littérature, l'existence même de l'effet de l'oblique tactile est
débattue chez les chercheurs contemporains. Ce résultat est assez para
doxal, car il est généralement admis dans la littérature que les processus de
traitement des informations spatiales mis en œuvre par les systèmes visuel
et tactile sont en partie similaires et vicariants (Hatwell, 1994 ; Ohlmann,
1990 ; Streri, 1991).
Cette discussion sur l'existence d'un effet de l'oblique tactile présente
un intérêt théorique intéressant pour la compréhension de l'effet de
l'oblique en général. En effet, la présence d'un effet de l'oblique dans le sys
tème tactile permettra de rejeter les explications de l'effet de l'oblique
visuel exclusivement rétiniennes. En revanche, l'absence d'un effet de
l'oblique dans le système tactile relativisera la tendance à généraliser les
résultats obtenus dans le système visuel aux autres systèmes perceptifs.
Cette absence sera un indicateur de l'existence de processus spécifiques au
système tactile et donc différents des processus visuels correspondants.
Ce débat concerne la perception tactile manuelle aussi bien passive
qu'active. Il est en effet classique de distinguer deux formes de perception
tactile. La première est la tactile passive ou cutanée. C'est la st
imulation d'une partie de la peau alors que le segment corporel qui la porte
est immobile. Tel est le cas lorsque le dos de la main repose sur une table et
qu'un objet pointu est appliqué ou déplacé sur sa paume. Dans ce cas, seule
la couche superficielle de la peau est soumise à des déformations mécan
iques. La deuxième forme est la perception tactile active ou haptique 114 Edouard Gentaz
(tactilo-kinesthésique). C'est la stimulation résultant des mouvements
actifs d'exploration de la main entrant en contact avec des objets dans les
trois plans de l'espace. C'est ce qui se produit quand, par exemple, la main
et les doigts suivent le contour d'un objet pour en apprécier la forme ou
l'orientation. Dans ce cas, s'ajoutent aux déformations mécaniques de la
peau celles des muscles, des articulations et des tendons. De plus, ces réaffé-
rences sensorielles ne constituent pas les seules sources informations issues
de l'activité d'exploration que le système peut utiliser pour effectuer un
mouvement. En effet, la lecture de la copie interne de la commande motrice
(par exemple, les copies d'efférences) peut jouer un rôle important dans
l'exécution d'un mouvement. Cependant, l'utilisation relative au cours
d'un mouvement d'exploration des réafférences sensorielles et de la com
mande motrice fait l'objet d'une discussion dans la littérature et semble liée
à la nature de l'acte moteur. Ainsi, étant donné la nature des mouvements
examinés par la suite (des mouvements intentionnels, pluriarticulaires et
sans contrainte temporelle), il est vraisemblable que si la lecture de la com
mande motrice peut jouer un rôle non négligeable, celui des réafférences
sensorielles est non seulement essentiel (pour une revue, voir Massion,
1997) mais il est aussi le seul étudié. C'est pour cela que nous évoquerons
par la suite uniquement le rôle des réafférences sensorielles.
Dans cette revue, nous nous intéresserons principalement à l'effet de
l'oblique tactile et nous verrons que le débat est différent selon qu'il s'agit
de la perception cutanée (passive) ou de la perception haptique (active). En
effet, les chercheurs qui étudient la cutanée des orientations
admettent unanimement l'existence d'une anisotropie, mais sont en désac
cord sur sa forme : certains travaux ne révèlent pas un effet de l'oblique
mais un effet de l'orientation proximo-distale (l'orientation parallèle à
l'axe de l'index indépendamment de la position du doigt dans l'espace). En
revanche, les chercheurs qui s'intéressent à la perception haptique des
orientations sont en désaccord sur l'existence même d'un effet de l'oblique
haptique et sur les facteurs qui l'expliquent.
L'étude de l'effet de l'oblique haptique est particulièrement intéres
sante car elle permet d'examiner le rôle des spécificités du système hap
tique par rapport au système visuel. En effet, le système haptique présente
des caractéristiques anatomophysiologiques qui lui sont propres. Ces carac
téristiques imposent ainsi des conditions particulières d'exploration et
d'action sur l'environnement du système haptique qui diffèrent par rap
port à celles du système visuel par plusieurs aspects. Le champ perceptif
haptique (la portion d'espace appréhendée au cours d'une seule fixation)
étant plus exigu que le champ visuel, de nombreux mouvements d'explo
ration dans les trois plans de l'espace sont nécessaires pour l'appréhension
perceptive des objets et rendent ainsi les perceptions très séquentielles. La
taille du champ perceptif d'un système épaule-main est modifiable selon
que le sujet utilise un seul doigt, une main entière et fait ou non participer
significativement le bras ou l'épaule aux mouvements d'exploration. Lors
qu'elle est présente, cette participation du bras met alors en jeu des forces tactile des orientations 115 Perception
antigravitaires susceptibles d'organiser l'espace haptique autour du réfé-
rentiel gravitaire. Cette taille du champ perceptif tactile peut encore se
modifier si le sujet fait intervenir les deux systèmes épaules-mains. Dans ce
cas, cette intervention nécessite une forte intégration bimanuelle complexe
car, d'une part, l'organisation symétrique des systèmes épaules-mains,
autour de l'axe Z du sujet (l'axe corporel céphalocaudal), induit des pat
terns de mouvements qualitativement différents et, d'autre part, les mou
vements de chacun de ces systèmes peuvent être indépendants (pour une
revue, voir Swinnen, Heuer, Massion et Casaer, 1994). Ainsi, nous examiner
ons si ces caractéristiques peuvent induire pour traiter les orientations des
processus spécifiques et/ou similaires aux processus visuels correspondants.
Pour ces raisons, notre revue s'organise de la manière suivante. Nous
présenterons dans un premier temps les recherches concernant l'effet de
l'oblique cutané, et dans un second temps celles de haptique. Dans chaque cas, nous résumerons d'abord les princ
ipaux résultats de la littérature, puis nous discuterons de leurs conséquences
théoriques en les comparant aux processus visuels correspondants.
2. EXISTE-T-IL UN EFFET DE L'OBLIQUE CUTANÉ ?
Les recherches psychologiques sur la perception cutanée des orienta
tions sont récentes et peu nombreuses. Leur analyse révèle un débat
complexe et étonnant entre deux équipes. Celles-ci sont d'accord sur
l'existence d'un traitement anisotropique des orientations, mais elles ne le
sont pas sur sa forme, à savoir sur la présence d'un effet de l'oblique. La
première position est de Lechelt (1988, 1992) qui montre qu'il existe un
effet de l'oblique cutané, analogue à l'effet de l'oblique visuel. La deuxième
position est défendue par Essock et ses collègues (1992, 1997), qui obser
vent un traitement anisotropique favorisant seulement l'orientation
proximo-distale (c'est-à-dire l'orientation parallèle à l'axe de l'index).
Nous discuterons ces points de vue après la présentation des résultats
expérimentaux de ces différents auteurs.
2.1. UN EFFET DE L'OBLIQUE
Lechelt (1988) est le premier à avoir étudié l'effet de l'oblique dans le
système tactile passif, et veut mettre en évidence sa présence quel que soit
le « statut visuel » des sujets. Il teste ainsi des adultes voyants, amblyopes
et aveugles complets. La main gauche des sujets repose sur une table (plan
horizontal) et l'orientation de leur index se confond avec leur axe sagittal.
L'auteur applique sur la portion ventrale de la dernière phalange de leur
index gauche deux paires de lignes pendant une seconde. Seule une ligne
sur les quatre présente une orientation différente (les trois autres ont la 116 Edouard Gentaz
même orientation standard). Les sujets, sous occlusion visuelle moment
anée, doivent indiquer la paire qui contient la ligne déviante. Quatre
orientations standard sont testées : 0° (verticale : le long de l'axe proximo-
distal du doigt), 45°, 90° et 135°. Les orientations déviantes, déterminées
lors d'un prétest, varient autour de chaque orientation standard de 5° à 20°
(5° ; 7,5° ; et 10° pour les orientations verticale ou horizontale et 5°, 10", 15°,
et 20" pour les orientations obliques). Les stimulus sont dynamiques et ils
sont construits avec l'aide d'un OPTACON (une aide visuelle pour les aveug
les) : une ligne est matérialisée par un alignement de points vibrants. Le
champ tactile de l'OPTACON utilisé (1 cm X 2,7 cm) est constitué d'un
ensemble de points sur 6 colonnes et 24 rangées. Une phase de familiarisa
tion au dispositif est proposée à chaque sujet (avant cette recherche, seuls
les aveugles complets connaissaient l'OPTACON). Les résultats révèlent un
effet de l'oblique significatif : bien que l'orientation horizontale soit mieux
perçue que l'orientation verticale, cette dernière est mieux perçue que les
deux autres orientations obliques. Une déviation de 15° est nécessaire pour
percevoir les obliques alors qu'une de 2° à 5° est suffisante
les orientations verticale ou horizontale. Enfin, l'effet du statut visuel n'est
pas significatif et n'interagit pas avec l'orientation : l'amplitude de l'effet
de l'oblique cutané est significative et similaire chez les voyants et les
aveugles.
Lechelt (1992) reproduit ensuite la recherche précédente chez des adul
tes voyants travaillant sans voir, mais il remplace les stimulus dynamiques
par des stimulus statiques. Au niveau neurophysiologique, nous savons que
si tous les types de mécanorécepteurs sont actifs lorsque la peau est st
imulée, leur niveau de décharge varie en fonction du type de présentation
du stimulus : statique ou dynamique (pour une revue, voir Roll, 1994).
Ainsi, l'auteur peut tester la stabilité de l'effet de l'oblique cutané et son
indépendance relative à l'activité sous-jacente des mécanorécepteurs. Les
résultats, en révélant un effet de l'oblique significatif, confirment ses
hypothèses.
2.2. UN EFFET DE L'ORIENTATION PROXIMO-DISTALE
Essock (1992) et Essock, Krebs, et Prather (1997) réalisent cinq expé
riences dont l'objectif est de montrer l'existence d'un traitement anisotro-
pique qui favorise l'orientation proximo-distale. Les auteurs utilisent un
matériel et une procédure expérimentale différents de ceux utilisés par
Lechelt (1988, 1992). D'abord, ils utilisent deux types de stimulus circulai
res de 1 cm de diamètre et positionnés dans le plan horizontal : un premier
avec une surface plate uniforme appelé « disque blanc » et un second com
posé de 5 lignes droites parallèles (de 2 mm de largeur), appelé « disque
rayé » (2 en relief en alternance avec les 3 lignes creuses qui ne tou
chent pas la peau). Ensuite, ils utilisent une tâche de détection du signal :
les sujets doivent indiquer verbalement le type de disque qui est appliqué Perception tactile des orientations 117
sur l'index, i.e., « blanc » ou « rayé ». Les auteurs proposent à des sujets
adultes travaillant sans voir quatre orientations du disque rayé : verticale
(le long de l'axe proximo-distal de l'index), 45", horizontale (perpendicul
aire à l'axe proximo-distal), et 135". Les résultats montrent un effet de
l'orientation : l'orientation verticale ou proximo-distale est la mieux
détectée, suivie des deux orientations obliques, et puis de l'orientation hori
zontale. Cet effet ne se limite pas à l'index droit des sujets puisqu'il se
retrouve sur les autres doigts des deux mains. Les auteurs montrent que
l'amplitude de cet effet diminue avec la largeur des rayures et augmente
avec l'intensité de la pression des disques.
2.3. CONSÉQUENCES THÉORIQUES DE LA PRÉSENCE
D'UN EFFET DE L'ORIENTATION PROXIMO-DISTALE
OU D'UN EFFET DE L'OBLIQUE CUTANÉ
Les résultats concernant la présence d'un effet de l'orientation
proximo-distale dans les expériences de Essock et al. (1992, 1997) ou d'un
effet de l'oblique les de Lechelt (1998, 1992) ont des consé
quences théoriques, car ils permettent de préciser la nature des processus
engagés par le système cutané pour traiter les orientations.
La présence d'un effet de l'orientation proximo-distale est un argument
en faveur de processus perceptifs cutanés spécifiques. En effet, au niveau
neurophysiologique, des travaux effectués chez des macaques éveillés révè
lent une sélectivité à l'orientation des neurones du cortex somesthésique
primaire. Warren, Hamalainen, et Gardner (1986) appliquent sur la partie
ventrale du doigt, ou de la paume, ou encore la partie ventrale de l'avant-
bras des macaques, une barre-stimulus qui peut prendre deux orientations :
verticale (le long de l'axe proximo-distal du système épaule-main) et hori
zontale (perpendiculaire à cet axe proximo-distal). Les auteurs observent
que les neurones sélectifs aux orientations déchargent davantage lorsque la
barre est verticale que lorsqu'elle est horizontale. Cette différence qualita
tive reste présente quelles que soient les zones stimulées. Ces résultats
confirment ceux trouvés par Pubols et Leroy (1977). Ce lien entre les don
nées comportementales et neurophysiologiques permet de situer ces proces
sus spécifiques à un bas niveau et fournit un sérieux argument en faveur
d'une explication fondée sur les propriétés des neurones sélectifs à
l'orientation des premières étapes du traitement somesthésique, c'est-à-dire
au niveau de l'aire somesthésique primaire (Si).
La présence d'un effet de l'oblique, lorsqu'une épreuve de choix forcé
(expériences de Lechelt) est proposée à la place d'une de détection
du signal (expériences d'Essock et al.), suggère d'attribuer à la nature de la
tâche un rôle important (Essock et al., 1997). Dans les expériences de
Lechelt, les sujets effectuent une comparaison entre plusieurs orientations
présentées simultanément alors que dans celles d'Essock et al., ils sont con
frontés à un seul stimulus. Ainsi, la tâche de Lechelt serait plus « coû- 118 Edouard Gentaz
teuse » que celle d'Essock et al., car elle nécessite de maintenir simultané
ment en mémoire plusieurs orientations. Essock et al. (1997) suggèrent que
c'est l'intervention de ces processus de mémorisation qui induirait la pré
sence d'un effet de l'oblique cutané. Néanmoins, ces auteurs ne précisent
pas davantage la nature des processus sous-jacents responsables de l'effet
de l'oblique cutané.
En conclusion, ces deux résultats suggèrent que le niveau anatomo-
fonctionnel du système somesthésique où agissent les processus responsa
bles des anisotropies cutanées est déterminé en partie par la nature de la
tâche. Ainsi, une tâche de détection induirait des processus de bas niveau
alors qu'une tâche de comparaison, des processus de plus haut niveau.
Voyons maintenant comment l'effet de l'oblique haptique peut nous aider
à discuter cette hypothèse.
3. EXISTE-T-IL UN EFFET DE L'OBLIQUE INTRINSÈQUE
AU SYSTÈME HAPTIQUE ?
Si, comme nous venons de le voir, le débat relatif à la perception
cutanée porte sur la forme du traitement anisotropique des orientations,
celui relatif à la perception haptique est structuré par une autre question :
existe-t-il un effet de l'oblique intrinsèque au système haptique ou bien cet
effet dérive-t-il seulement des représentations visuelles ? Trois réponses
sont données à cette question dans la littérature. La première est celle de
Lechelt et ses collègues (1976, 1980) qui affirment qu'il existe bien un effet
de l'oblique intrinsèque au système haptique. La seconde est celle
d'Appelle et ses associés (1985, 1986) qui rejettent les conclusions de
Lechelt et al. et qui suggèrent que les représentations visuelles jouent un
rôle important dans les anisotropies haptiques. Enfin, la troisième réponse
est celle proposée par Gentaz et Hatwell (1995, 1996, 1998) pour qui la pré
sence ou l'absence d'un effet de l'oblique dans le système haptique dépen
draient des conditions d'exploration et de reproduction de l'orientation.
3.1. UN EFFET DE L'OBLIQUE INTRINSÈQUE AU SYSTÈME HAPTIQUE
La publication de Lechelt, Eliuk, et Tanne (1976) a été la première à
s'intéresser à l'effet de l'oblique dans le système haptique. L'objectif des
auteurs est de montrer qu'il existe un effet de l'oblique dans le système
haptique, analogue à celui observé dans le système visuel. Pour cela, ces
auteurs comparent la perception des orientations par les systèmes visuel et
haptique en utilisant un même paradigme expérimental applicable aux
deux systèmes. Les stimulus (visuel et haptique) sont des baguettes
(30 cm X 0,6 cm) pouvant prendre six orientations : 0°, 45", 90", 135°, 225",
315°. Les auteurs signalent aux sujets verbalement et préalablement que les

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.