Fécondité et limites du modèle protoindustriel : premier plan - article ; n°5 ; vol.39, pg 868-881

De
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1984 - Volume 39 - Numéro 5 - Pages 868-881
Prospects and Limits of the Proto-industrial Model : A First Assessment.
The International Congress of Economic History which took place in Budapest endeavored to present a survey of research inspired by the theory of proto-industrialization. A number of studies confirm F. Mendel's theories but propose a wider definition of the concept, pointing out that the agricultural regions affected by the diffusion of rural industry vary in their means of production, social structure and their laws of succession. Other studies emphasize the causes of industrialization and highlight the role of economic domination between countries. Still others attempt to apply the model to developing Asian Countries.
One of the most controversal issues concerns the social and demographic aspect of proto-industrialization. It undoubtedly played a part in the population growth of 18th century Europe, but its extent is difficult to measure as it depends on the age of the population, division of labour between sexes, migratory shifts and the conscious reaction of the working class to economic and structural fluctuations in industry.
Thus the very abundance of information calls for a clearer distinction between proto-industrialization and the Flemish model analyzed by Mendels which represents only one of its favoured aspects.
The initial model does, however, have three essential merits. It emphasizes the solidarity between agricultural and manufacturing sectors in the process of development. Secondly, it demonstrates that an economic analysis must always take into account demographic data relative to Man, the most important of all production factors. Thirdly, it is conducive to a comparative research, especially concerning the economy of development.
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : dimanche 1 janvier 1984
Lecture(s) : 29
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins

Pierre Deyon
Fécondité et limites du modèle protoindustriel : premier plan
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 39e année, N. 5, 1984. pp. 868-881.
Abstract
Prospects and Limits of the Proto-industrial Model : A First Assessment.
The International Congress of Economic History which took place in Budapest endeavored to present a survey of research
inspired by the theory of proto-industrialization. A number of studies confirm F. Mendel's theories but propose a wider definition of
the concept, pointing out that the agricultural regions affected by the diffusion of rural industry vary in their means of production,
social structure and their laws of succession. Other studies emphasize the causes of industrialization and highlight the role of
economic domination between countries. Still others attempt to apply the model to developing Asian Countries.
One of the most controversal issues concerns the social and demographic aspect of proto-industrialization. It undoubtedly played
a part in the population growth of 18th century Europe, but its extent is difficult to measure as it depends on the age of the
population, division of labour between sexes, migratory shifts and the conscious reaction of the working class to economic and
structural fluctuations in industry.
Thus the very abundance of information calls for a clearer distinction between proto-industrialization and the Flemish model
analyzed by Mendels which represents only one of its favoured aspects.
The initial model does, however, have three essential merits. It emphasizes the solidarity between agricultural and manufacturing
sectors in the process of development. Secondly, it demonstrates that an economic analysis must always take into account
demographic data relative to Man, the most important of all production factors. Thirdly, it is conducive to a comparative research,
especially concerning the economy of development.
Citer ce document / Cite this document :
Deyon Pierre. Fécondité et limites du modèle protoindustriel : premier plan. In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 39e
année, N. 5, 1984. pp. 868-881.
doi : 10.3406/ahess.1984.283106
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1984_num_39_5_283106LES FORMES PROTOINDUSTRIELLES
CONDIT ET LIMITES DU MOD LE
PROTOINDUSTRIEL PREMIER BILAN
En inscrivant La protoindustrialisation théorie et réalité au programme
du Congrès international Histoire économique de Budapest du mois
août 1982 le comité organisation souhaitait mettre épreuve une
grande consultation internationale les propositions de Franklin Mendels pré
sentées pour la première fois dans une thèse soutenue devant Université de
Wisconsin en 1969 et dans un article du Journal of Economie History de
mars 19721 Reprises ensuite et développées par Kriedte Medick et
Schiumbohm dans leur livre paru Göttingen les idées de Mendels avaient
suscité discussions et polémiques une mise au point paraissait nécessaire2
Pour donner cette confrontation toute sa signification scientifique on
effor de lui assigner un objet et des règles précis Il ne agissait pas de
reprendre et de prolonger les travaux que le congrès Aix-en-Provence avait
consacrés aux industries rurales mais de tester un concept et un modèle celui
avaient inspiré Mendels ses recherches sur la population et sur indus
trie rurale dans les Flandres au xvnie siècle Il fallait abord pour éviter que
les débats ne égarent définir de fa on limitative le terme attrayant mais
quelque peu équivoque de protoindustrialisation Un colloque préparatoire
réuni la Maison des Sciences de Homme lui attribua trois caractères essen
tiels Premièrement une industrie localisation rurale et participation de
petits paysans parcellaires ou de prolétaires campagnards deuxièmement une
production destinée des échanges extérieurs au marché local et régulée par des
intermédiaires et des marchands enfin insertion de ces activités dans un réseau
complexe de transferts de complémentarités et de services entre régions agri
coles voisines plus ou moins spécialisées et plus ou moins peuplées Mendels
avait analysé ce modèle en Flandre et avait vu fonctionner il en avait tiré une
théorie il convenait de vérifier Il lui avait semblé que la réunion de ces trois
critères avait souvent accéléré la genèse de la révolution industrielle et mécani
cienne Elle avait permis accumulation de la compétence et du capital mar
chand elle avait rompu le système autorégulateur de la démographie ancienne
impulsé la croissance démographique et constitué en campagne une réserve de
main-d uvre peu peu initiée au travail artisanal puis mécanique enfin elle
868 DEYON PREMIER BILAN
avait favorisé la spécialisation de agriculture condition indispensable lors de
la phase ultérieure de urbanisation industrielle
Il fallait en premier lieu chercher des confirmations cette théorie mais la
problématique proposée au Congrès comportait également deux séries de
contre-épreuves La première concernait le processus contradictoire de la désin-
dustrialisation ou plus exactement incapacité de certaines régions industries
rurales générer industrie concentrée la lente et misérabiliste décadence de
certains artisanats archaïques Les rédacteurs du programme avaient même
décidé de consacrer une des trois sessions du Congrès ces échecs de la proto-
industrialisation espérant sans doute que les comparaisons les écarts par rap
port certaines régularités statistiques permettraient de découvrir autres élé
ments non substituables du modèle autres préconditions de la révolution
industrielle La seconde contre-épreuve envisagée était relative aux pays en voie
de développement et histoire économique de Asie une part Inde la
Chine et le Japon avaient connu aux xvne et xvnie siècles des formes organi
sation et de production qui étaient pas sans rappeler le modèle flamand mais
autre part échec contemporain de certains grands projets de développement
semblait suggérer un emploi plus intensif de la main-d uvre artisanale ou
rurale pourrait économiser du capital mieux répartir les profits du progrès
sauvegarder la cohésion et faciliter évolution des sociétés traditionnelles
Nous espérions sur ce sujet une rencontre des historiens et des économistes du
développement
Pour donner plus de pertinence et de vigueur la discussion pour orienter
dans la phase préparatoire les travaux le comité avait encore rédigé une liste de
questions souvent provocantes par rapport aux hypothèses de départ suscitant
lui-même les objections sollicitant des confirmations ou des compléments
information Les réponses prirent la forme une soixantaine de communi
cations et articles venus la plupart des tats-Unis de Grande-Bretagne
Allemagne de Pologne Europe occidentale et méditerranéenne Il
conviendrait sans doute de interroger sur abstention de fait de la recherche
fran aise3 Traduit-elle un déclin de histoire économique chez les jeunes
Met-elle en évidence le peu de mobilité un dispositif dominé par les exigences
de la thèse tat et les handicaps un travail encore largement artisanal sinon
manuel Peut-être exprime-t-elle sa fa on ancienne méfiance de école
fran aise égard des modèles théoriques des concepts abstraits et sa répu
gnance contemporaine égard de la cliométrie Il est probable cependant
avec un temps de retard impulsion donnée par Mendels équipe de Göt
tingen et le Congrès suscitera chez nous aussi apparition de travaux impor
tants dont nous pouvons déjà suivre la prometteuse maturation4 En tout cas
tels ils résultent des travaux du Congrès le corpus des monographies et le
bilan provisoire des discussions méritent de retenir notre attention
Une question préalable aurait gagné être clairement posée et discutée
celle de la cohérence et de la pertinence chronologique du concept Des médié-
869 LES FORMES PROTOINDUSTRIELLES
vistes ne manquèrent pas de faire observer que de vastes régions des
gewerbliche Landschaften avaient existé aux xne et xine siècles en Flandre
et en Allemagne moyenne5 tandis que des spécialistes de économie contem
poraine remarquaient avec ironie que le textile italien ou flamand dispersait de
nouveau ses machines tricoter et tisser dans les granges des fermes Ces ana
logies ces comparaisons peuvent être stimulantes mais il est pas moins indis
pensable inscrire la protoindustrialisation dans une périodisation précise Il
convient donc de dire comme nos collègues de Göttingen que la protoindus
trialisation insère dans le processus de transition qui établit progressivement
en Europe les structures et les lois du capitalisme industriel Il est pas interdit
ajouter que cette étape coïncide avec élargissement et affermissement de
économie-monde au profit des Européens du Nord-Ouest Herbert Kisch
trop tôt enlevé notre amitié avait-il pas ailleurs dès 1959 montré en
comparant Rhénanie et Silésie que le pouvoir génétique et progressiste de la
protoindustrialisation dépendait de état des rapports sociaux et de la décom
position préalable des relations féodales de pouvoir et de production6 Si la
dialectique marxiste apportait sur ce terrain un renfort apprécié la théorie de
la sur une autre partie du front une objection sévère lui
était lancée au nom de orthodoxie la plus rigoureuse Kuczynski et quelques
collègues de la R.D.A. Takahashi7 et quelques-uns de ses disciples japonais
étonnaient du silence de Mendels sur le rôle de la Manufaktur et de la
division du travail ils regrettaient également le silence observé sur influence
du marché local et insistance trop exclusive leur avis sur le commerce loin
tain et extra régional Les rédacteurs du programme du Congrès prirent partiel
lement en compte ces remarques en écrivant
II agissait une industrie qui fournissait avant tout de emploi dans les
campagnes mais qui associait toujours dans des systèmes complexes et variables
artisanat rural certaines formes artisanat urbain et des manufactures
concentrées était souvent la ville étaient réalisées les dernières phases
élaboration du produit celles qui exigeaient le plus haut niveau de qualifi
cation est également la ville que résidaient généralement les marchands
et fabricants organisateurs du système
Ces précautions de style ne résolvaient pas pour autant la question fonda
mentale des rapports entre manufacture urbaine et manufacture rurale que les
insuffisances de notre information statistique nous empêcheront sans doute
élucider jamais de fa on définitive Incertitude autant plus irritante que les
travaux récents viennent sans cesse charger notre toile et nuancer nos couleurs
Stanley Chapman grâce aux contrats assurance mesure importance des
capitaux fixes engagés au xvnie siècle dans une foule de protofabriques
dont les expériences et les profits jouent sans doute dans essor ultérieur de la
révolution industrielle un rôle aussi important que le savoir-faire et les capi
taux du putting out system autre part les études de Thomson
et de Hohenberg nous révèlent que le balancement ville-campagne est bien plus
complexe que on ne pouvait imaginer Les alternances de cycles régionaux de
localisation urbaine puis rurale se sont parfois manifestées plusieurs fois et de
fa on contradictoire du xve au xixe siècle9 Enfin et surtout contre sa logique
initiale la protoindustrialisation parfois généré et très tôt de véritables
870 DEYON PREMIER BILAN
agglomérations para-urbaines dont les travailleurs coupés de économie rurale
tiraient essentiel de leurs revenus une activité artisanale continue et non plus
saisonnière Hondschoote Roubaix de Krefeld Verviers les exemples
abondent Ils ne sont pas dirimants pour la théorie de la protoindustrialisation
mais ils renvoient un examen minutieux des conditions de résolution du sys
tème Comment aux cycles contradictoires ville-campagne aux séquences
éphémères et concurrentielles des splendeurs urbaines succédé une phase
générale et accélérée urbanisation durable et de concentration usinière Nous
voici donc amené examiner le noyau dynamique du modèle nous analyse
rons en premier lieu son mécanisme économique puis ses corrélats démogra
phiques et sociologiques
Quelles ont été pour avenir les conséquences positives de la protoindustria
lisation ses effets impulsion et entraînement Dans quelle mesure exis
tence des formes activité correspondant au modèle défini plus haut ont-elles
favorisé installation de la grande industrie moderne On pense une part la
Ruhr la Flandre fran aise Alsace la Lombardie la région de Cra-
covie au Yorkshire et au Lancashire partout où ce sont les marchands-négo
ciants organisateurs du système protoindustriel qui ont installé les machines
vapeur et ma onné les premières usines Mais on ne peut négliger autre part
une série échecs et de contre-exemples la Bretagne le Languedoc ouest du
bassin de Londres les campagnes autour Exeter ou East Anglia Comment
ne pas interroger sur les raisons de ces évolutions contradictoires Sans
doute fait-on observer la phase protoindustrielle est nécessairement éphé
mère Elle appelle très vite la résolution de ses contradictions le dépassement
ou abandon Dans le premier cas la transition prend souvent un caractère
quasi automatique élargissement continu de la demande impose rapidement
une transformation des méthodes de production Les fabrications dans les cam
pagnes demeurent peu élastiques elles répondent mal et trop lentement aux
accélérations de la croissance Lorsque étend aire de distribution et de
ramassage les coûts de la collecte les risques de malfa on et de détournement
de la matière première élèvent dangereusement Enfin la main-d uvre dis
persée échappe toute discipline les contremaîtres itinérants ne intimident
guère et elle hésite pas fatiguer ses patrons de ses réclamations et de ses
négligences est en vain que certains de Roubaix et de Tourcoing ont
tenté de la mater par le contrôle du logement
Cette interprétation possède une certaine valeur explicative mais elle ne
nous donne pas la clef de ces évolutions divergentes qui nous interrogent En
absence de statistiques fiables et agrégatives pour le début du xixe siècle en un vaste corpus de généalogies consacrées aux familles entrepre
neurs on hésite conclure et on ressent davantage utilité un modèle théo
rique complet qui serait susceptible de rendre compte de la diversité souvent
contradictoire de nos exemples régionaux Malheureusement les économistes
étaient pas nombreux dans la section du Congrès de Budapest et appel
871 LES FORMES PROTOINDUSTRIELLES
que nous leur avions adressé ainsi aux spécialistes du développement
rencontré que peu échos Nos deux disciplines se sont trop écartées trop
ignorées éloignement réciproque des historiens et des économistes nui la
rigueur des travaux consacrés histoire du capitalisme et rendu opaque le
discours des spécialistes de la conjoncture contemporaine Notre collègue
Samuel Ho de Université de Colombie britannique est un des seuls
avec Hohenberg et Lyons avoir présenté une interprétation éco
nométrique de ensemble du processus protoindustriel appuyant sur
exemple une exploitation familiale il montre comment le morcellement du
patrimoine pouvait imposer un investissement supplémentaire en travail arti
sanal et comment une augmentation de la productivité agricole pouvait au
contraire dispenser de recourir cette source complémentaire de revenu Il
décrit ensuite le mécanisme selon lequel sous effet de élargissement des mar
chés la spécialisation sépare des régions où la terre est rare la productivité
marginale du travail agricole fléchissante et des régions où la terre abondante
permet une augmentation rapide de la production agricole commercialisée et
retarde la baisse des rendements et des produits marginaux Mais ce que nous
attendons encore appui de la théorie de la protoindustrialisation est une
analyse du passage de atelier dispersé atelier concentré et une description
des lois de équilibre instable entre les survivances protoindustrielles et la crois
sance triomphale des fabriques Cette transition réussie ou avortée dépend du
niveau relatif des salaires des productivités marginales du travail dans un et
autre secteur enfin de évolution de la demande
La désindustrialisation en effet mérite autant attention que la révolution
industrielle Nous savons hui que leur histoire est une incessante série
de substitutions adaptations de déplacements géographiques Les exemples
de Irlande de la Belgique du Languedoc de la Picardie de ouest du bassin
de Londres sont là pour nous rappeler le caractère éphémère de certaines
grandes réussites industrielles et les échecs de la protoindustrialisation Deux
séries de causes essentielles peuvent provoquer la mort sans appel une région
manufacturière Les unes relèvent de histoire politique quand une défaite
militaire un déplacement de frontière établissement une domination étran
gère provoquent effondrement un marché ou une demande spécifique
Les autres résultent de mutations technologiques le choix un tracé de
chemin de fer les substitutions de matières premières ou de sources énergie
Une innovation majeure élevant soudain la productivité marginale du travail en
usine abaissant les prix peut aussi ruiner définitivement la production domes
tique Heureux les tisserands et les taillandiers ruraux si les fabriques élèvent
au milieu des anciens villages autrement il faudra aux travailleurs domicile
après avoir enduré la misère affronter épreuve ultime de rémigration et du
déracinement
Mais si on veut bien se rappeler que industrialisation est un phénomène
de longue durée beaucoup moins brutal et moins rectiligne que ne imaginé
la rhétorique classique de la révolution dite industrielle si on veut bien
considérer que dans beaucoup de branches industrie domicile et industrie
en fabriques ont coexisté pendant de longues décennies il convient analyser
les conditions de leur complémentarité parfois durable autant que celles de leur
concurrence Ce sont souvent les marchands négociants qui ont organisé cette
872 DEYON PREMIER BILAN
collaboration transitoire autre fois les chefs ïouvroirs enhardis par leurs
performances de courtiers ou de mécaniciens Là où existaient ni concen
tration artisanale ni intermédiaire mais un face face périodique dans le cadre
du Verkauf system entre le fabricant domestique indépendant et les mar
chands évolution paraît avoir été plus lente et plus aléatoire De même plu
sieurs monographies ont signalé que les premiers capitaines industrie ont sou
vent entretenu un temps autour de leurs usines des centaines de travailleurs
fa on Cette répartition de la production et cette sous-traitance leur permet
taient amortir les irrégularités de la conjoncture et en mettre abri les
capitaux investis dans leurs premières installations fixes et leurs premières
machines autres travaux ont essayé apprécier effet des bas salaires de
industrie rurale sur le processus ensemble de industrialisation
Mokyr en 1976 avait estimé en Belgique le travail domicile avait
constitué une sorte armée de réserve dont la pression avait permis accumu
lation du profit et un rythme exceptionnel autofinancement10 inverse de
cette thèse inspirée de certains spécialistes de économie du Tiers Monde et for
tement contestée par ceux qui font observer que la main-d uvre rurale était
pas aussi mobile on imaginait et que les salaires industriels avaient évolué
indépendamment de ceux des travailleurs domicile Lyons pu montrer
que la baisse des salaires au-delà une certaine limite pouvait réduire néant
les gains de productivité liés innovation technique et ainsi retarder la révolu
tion industrielle11 Ces observations contradictoires soulignent simplement la
nécessité pour chaque région considérée un raisonnement économétrique
prenant en considération tous les paramètres relatifs aux coûts et la producti
vité marginale des différents facteurs de production Ainsi on constate hier
comme hui que tout processus de croissance prend nécessairement un
aspect tourbillonnaire relocalise les sites de redistribue les cartes
entre les compétiteurs aussi bien au niveau régional international Selon le
niveau de cette redistribution cette désindustrialisation prend des signifi
cations sociales différentes la Bretagne du xixe siècle est pas Irlande Car
cassonne et Lodève ne sont pas le Gundjerat les campagnes flamandes de la
Belgique perdent après 1840 leurs tisserands ruraux mais quelques dizaines de
kilomètres de là prospèrent Gand et Roubaix
il ait été bref ou lent il ait été précipité par la concurrence étrangère
ou par essor des manufactures nationales le déclin de industrie rurale
entraîné son cortège de souffrances et épreuves ce titre il focalisé atten
tion des contemporains et des historiens et inspiré une vision rétrospective
souvent très misérabiliste du sort des populations protoindustrielles Dans la
décennie 40 du siècle passé la détresse commune aux tisserands domicile de
Silésie Irlande ou de Flandre ne semblait-elle pas justifier le recours aux
thèses classiques de la paupérisation absolue Ici est noué un second grand
débat encore inachevé et qui concerne aussi bien la démographie que la socio
logie historique
Dans sa thèse soutenue en 1969 Mendels avait démontré que le dérègle-
873 LES FORMES PROTOINDUSTRIELLES
ment des équilibres démographiques anciens et la poursuite du morcellement
foncier fragilisaient la société villageoise de Flandre intérieure la fin du
xvine siècle Noircissant encore ce tableau Medick avait pu de son côté
avancer hypothèse une auto-exploitation de la famille ouvrière accep
tant des rémunérations inférieures au coût de reproduction de la force de tra
vail et cherchant un recours dans le labeur de ses nombreux enfants Ainsi se
serait amorcé un processus en spirale un cercle infernal et pervers qui ne pou
vait aboutir une catastrophe sociale12 Ce modèle qui assigne un aspect
quasi providentiel la révolution industrielle présente tous les caractères un
brillant exercice théorique Il rendu plus nécessaire une elucidation des prin
cipes sociaux et démographiques de la protoindustrialisation
Force est de constater que apport du Congrès de Budapest dans ce
domaine demeure limité la fois parce que les spécialistes de démographie his
torique jouèrent pas de rôle significatif et parce que les communications
souvent consacrées des descriptions monographiques apportèrent trop peu
analyses comparatives et trop peu informations sur les évolutions moyen
et long terme il est certain que offre faite aux artisans ruraux les incite des
mariages plus précoces il est certain aussi que ce facteur agit jamais seul
mais se combine avec autres paramètres relatifs aux structures foncières au
rôle respectif des sexes dans la production aux mouvements migratoires
influence des conditions de vie sur la mobilité et la mortalité Est-il prouvé
surtout que la population continuait croître quand la manufacture déclinait
dans une région de protoindustrie Rien est moins sûr13 De nombreuses
observations invitent imaginer que la crise suscite des réflexes malthusiens au
moins temporaires et idée selon laquelle le travailleur protoindustriel serait
partout et toujours engagé dans un processus de paupérisation auquel il réagi
rait seulement par une sorte de frénésie populationniste apparaît des plus
réductrices
Nous savons hui que la protoindustrialisation en Europe même
affecté des sociétés rurales de structures fort diverses non seulement des régions
de polyculture parcellaire orientées vers économie de subsistance comme la
Flandre intérieure et la région de Zurich mais encore des campagnes produi
sant et commercialisant des surplus céréaliers comme le pays de Caen ou est de
la Picardie14 Il ne agit plus cette fois de bipolarisation géographique entre
deux régions complémentaires comme dans la description désormais classique
de Mendels mais de bipolarisation sociale au sein du même village où les
plus pauvres cherchent dans la morte-saison des travaux agricoles un complé
ment de ressources dans des fa ons industrielles Parce que assimilation de la
protoindustrialisation la cottage industry est pas recevable un certain
nombre amendements doivent être apportés une théorie initiale dont la
fécondité fut la mesure de sa provocante et initiale rigueur Le modèle fla
mand avait immense avantage par sa netteté de susciter hypothèse et de
permettre la mise en évidence de corrélations essentielles mais de part et
autre de ce repère fondamental nous découvrons peu peu des modèles voi
sins mais différents est leur diversité sans doute qui expliqua évolution éco
nomique ultérieure si souvent divergente des régions protoindustrielles De
même en ce qui concerne histoire de la population abaissement de âge au
mariage relevé dans toutes les régions concernées ne constitue pas lui seul un
874 DEYON PREMIER BILAN
système démographique Ses effets peuvent être équilibrés par une réduction
volontaire ou involontaire de la fécondité des femmes qui constituent souvent
élément majoritaire de la main-d uvre des manufactures rurales Ils peuvent
ainsi être compliqués par les mouvements migratoires suscités par essor de la
production Gageons que nous ne tarderons pas découvrir au début du
xixe siècle chez certains artisans ruraux les premières manifestations du mal
thusianisme Didier Terrier en décèle déjà des traces dans le comportement de
cette aristocratie de la manufacture rurale que constituent les mulquiniers du
Saint-Quentinois
Aristocratie de la rurale car cette société industrielle
ancienne est également hiérarchisée La référence privilégiée aux tisserands de
toile grossière de Flandre ou de Silésie trop longtemps suggéré image unique
une société homogène laminée par une commune indigence Les tisserands de
toile fine forment au contraire dans les villages de Picardie orientale au
xvnie siècle une couche intermédiaire entre les gros fermiers et les man
vriers Les archives notariales et du centième denier révèlent même que certains
installent dans le rôle profitable intermédiaire entre le marchand fabricant
et le simple artisan rural et consolident leurs gains dans de nombreux achats de
terre15 Pierre Servais pour la région de Liège et Estier pour le Beaujolais
font des observations analogues16 Dans le pays de Hervé comme au-dessus de
Roanne et Tarare industrie domicile contribué stabiliser au moins pour
un temps de petites exploitations paysannes et les appelées au partage des
bienfaits un heureux xvnie siècle Il est difficile de nier que la protoindustria
lisation est traduite dans de nombreuses régions par une croissance écono
mique vraie par un élargissement des marchés une accélération de la circula
tion monétaire une amélioration des conditions de vie une large partie de la
population Ainsi exceptionnelle densité des protofabriques la large diffusion
du travail artisanal dans les campagnes ont contribué certainement élever le
niveau de vie de la population anglaise et élargir le marché britannique La
nécessité ne prend pas toujours en histoire le visage de la tragédie est même
parfois le jeu du hasard ou le mauvais usage de la liberté qui escortent de san
glots et de souffrances émergence de avenir
Nous voici donc en présence informations contradictoires sur les aspects
sociaux de la protoindustrialisation En attendant que des études prolongées
vers amont et aval nous apportent une meilleure connaissance des patri
moines et des niveaux de vie ne serait-il pas légitime de distinguer au moins
titre hypothèse dans histoire de cette formation sociale particulière deux
périodes On opposerait naturellement la phase conquérante de la protoindus
trialisation quand les métiers et les ateliers quittent les villes pour installer
dans les campagnes et époque où industrie rurale essaye de résister la
concurrence des fabriques porteuses de mutations technologiques décisives et
offensive commerciale du pays le plus avancé Angleterre La substitution
dans les campagnes de Aisne sous Empire et la Restauration du gazier
tisseur en coton au mulquinier en toile fine illustre cette opposition entre deux
phases successives de la protoindustrialisation Le mulquinier négociait le
prix de sa toile spéculait sur les fluctuations saisonnières du prix cherchait
enraciner dans la société villageoise Le gazier lui au contraire est soumis
son patron surveillé domicile par des contremaîtres relégué avec les journa-
875 LES FORMES PROTOINDUSTRIELLES
liers au bas de échelle des revenus et des patrimoines Alors et alors seule
ment est reconstituée unité tragique du destin protoindustriel Alors et alors
seulement on voit se constituer dans les campagnes un prolétariat véritable
réserve de main-d uvre pour la concentration minière et urbanisation
ultérieures Thompson immortalisé dans un livre classique la doulou
reuse et tumultueuse agonie de cette classe de handloom -weavers En
France où la transformation fut moins rapide on trouve encore au début du
xxe siècle en Cambrésis par exemple des représentants de ces ouvriers des
campagnes Même Santerre nous transmis ses joies ses peines ses chansons
Ce que on aimerait en effet mieux connaître est la lumière de nombreux
récits biographiques comme le sien et de généalogies cumulatives les rapports
entre cette main-d uvre de réserve et les flux de immigration urbaine Bien
des exemples passés empruntés Europe ou tirés des chroniques contem
poraines du Tiers Monde nous disent que ce passage est ni facile ni automa
tique et que la plupart des intéressés ont répugné Au Japon comme en Nor
mandie ou en Bavière on serait passé plus facilement de la condition de paysan
pauvre celle ouvrier que du statut artisanal indépendant et dignifié par une
culture originale la sujétion quasi militaire et muette du grand atelier
patronal
Le programme du Congrès de Budapest et le questionnaire qui accompa
gnait comportaient un autre enjeu Nous nous étions posé la question de savoir
si la discussion sur la protoindustrialisation était pas susceptible éclairer
certains problèmes contemporains des pays en voie de développement Ne
cherche-t-on pas depuis un demi-siècle souvent il est vrai de fa on aventureuse
rapprocher les analyses histoire économique relatives Europe et Amé
rique du Nord de celles que on applique au Tiers Monde Préalablement
industrialisation proprement dite la protoindustrialisation mis au travail en
Europe de nouvelles couches de la population mobilisé le labeur et la solida
rité familiale de la même fa on pour beaucoup de pays Afrique et Asie la
croissance ne passe pas nécessairement par le transfert des technologies les plus
avancées au coût investissement très élevé mais bien au contraire comme le
pensent beaucoup économistes la suite de Fritz Schumacher par des
méthodes de production exigeant emploi intensif une main-d uvre abon
dante Plusieurs programmes hui en cours de réalisation en Inde en
Chine ou au Ghana pour la fabrication des textiles du ciment des outils agri
coles reposent sur des matériels simples souvent de fabrication locale
Technologies intermédiaires ou technologies appropriées elles font
appel largement aux artisanats ruraux une hiérarchie diversifiée entre
prises dans une combinaison optimale de facteurs de production empruntés
un environnement où la main-d uvre est abondante et inemployée argent
rare et les marchés souvent réduits
Les spécialistes de économie de Inde et de la Chine aux xvne et
xvine siècles nous décrivent de vastes nébuleuses industries rurales utilisant
des millions ateliers familiaux dans le moulinage la filature et le tissage de la
876

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.