Généralités - compte-rendu ; n°1 ; vol.34, pg 249-293

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1933 - Volume 34 - Numéro 1 - Pages 249-293
45 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : dimanche 1 janvier 1933
Lecture(s) : 15
Nombre de pages : 46
Voir plus Voir moins

I. Généralités
In: L'année psychologique. 1933 vol. 34, n°1. pp. 249-293.
Citer ce document / Cite this document :
I. Généralités . In: L'année psychologique. 1933 vol. 34, n°1. pp. 249-293.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1933_num_34_1_30458ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
I. — Généralités
1° Traités, manuels et recueils généraux
1. — G. DUMAS. — Nouveau Traité de Psychologie. T. III, Le»
Associations sensitivo-motrices. — In-8° de 462 pages. Paris,
Alcan, 1933. Prix, relié : 100 francs.
Le Nouveau Traité poursuit sa marche avec une sage lenteur.
Le troisième volume, entièrement rédigé par G. Dumas lui-même
et par André Ombredane, comprend quatre parties, sur l'équilibr&
et l'orientation, l'expression des émotions, les mimiques et le lan
gage.
La première et la dernière ont été rédigées par Ombredane, avec
beaucoup de clarté et de bon sens.
La mise au point de la question anatomo-pathologique du lan
gage, en particulier, inspirée par les enseignements du regretté Foix,_
rendra grand service. Le petit paragraphe de la première partie,
sur l'orientation prochaine, aurait pu être supprimé, comme trop
succinct et incomplet, ou dû être alors beaucoup plus
développé.
Quant aux deux questions traitées avec une large ampleur par-
G. Dumas, et qui occupent les deux tiers du livre, elles forment un
magnifique exposé, tel qu'il n'en avait pas encore été réalisé, des-
problèmes psychophysiologiques d'expression, faisant suite aux
chapitres relatifs à l'affectivité si magistralement traités déjà dans:
le volume précédent.
Dans une série de chapitres sur l'expression des émotions,
G. Dumas envisage l'historique et la méthodologie, groupe, comme
« expressions préalables » l'étonnement, l'attention (sous ses diverses
formes sensorielles), la surprise, puis traite des expressions spéciales
de la joie, de la tristesse, de la peur et de la colère (avec une monog
raphie du nerf facial, et une discussion des derniers travaux de
Cannon sur les centres d'expression émotionnelle, conduisant à une
vue générale du mécanisme de l'émotion) et enfin des réactions
émotionnelles communes (sueur, rougeur et pâleur, horripilation,
tremblement, rire et pleurs), sous une forme vraiment exhaustive.
Le chapitre des mimiques est particulièrement original (avec sa
division en mimiques motrices et sécrétoires et mimique vocale).
Un grand nombre d'illustrations intéressantes et bien choisies» 250 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
appuient l'exposé d'exemples concrets avec une présentation matér
ielle très convenable (bien que certaines des figures eussent beaucoup
gagné à être présentées sur des planches hors-texte).
Voici trois volumes sur les dix que doit comprendre le Nouveau
Traité ; ils constituent déjà un fort bel ensemble donnant une haute
idée du monument que l'on devra à l'action persévérante de
G. Dumas. H. P.
2. — H. DELGADO et M. IBERICO. — Psieologia. — In-8° de
285 pages. Lima, 1933.
Dans ce manuel destiné aux Péruviens, les auteurs accusent cette
idée dominante que le tout est antérieur aux parties, que la forme
l'emporte sur la matière. L'influence des courants modernes de psy
chologie « comprehensive » allemande, de Dilthey, Scheler, etc.,
s'y montre très grande. C'est dire que les auteurs n'acceptent pas
la psychologie de la conduite et veulent se fonder entièrement sur
la vie intérieure.
Le premier chapitre, après l'introduction méthodologique, est
effectivement consacré aux caractères de l'activité consciente.
Chaque chapitre est précédé d'une courte bibliographie où
dominent les oeuvres françaises. H. P.
3. — L. SLOCK. — Précis de Psychologie pédagogique. T. I. — In-8°
de 284 pages. Anvers, éd. de Sikkel, 1933. Prix : 35 francs belges.
Ce précis est fondé sur les données acquises par la science moderne,
et l'auteur fait preuve de connaissances très larges, qu'il rend facil
ement assimilables, avec des indications bibliographiques exactes
permettant au lecteur de compléter les données, claires mais suc
cinctes, qui lui sont fournies par l'auteur.
Personnellement je ne puis qu'éprouver beaucoup de sympathie
pour l'attitude de S., car elle coïncide avec la mienne, et l'auteur
s'est souvent appuyé sur mes livres ; il admet une psychologie qui
soit line science du comportement, pour en envisager les applications
à l'éducation et à l'enseignement. Mais S. est au courant des grands
mouvements, très variés de la psychologie contemporaine, il sait
leur rendre justice et les utiliser, et entend toujours combiner les
résultats obtenus par la psychologie de réaction et par l'autopsycho-
logie, invoquant aussi neuro-physiologie, biologie, psychologie ani
male et sociale.
Les psychologues français sont fort bien connus et souvent cités
(en particulier Binet, Janet, Dumas, Blondel, Wallon, Meyerson, etc.).
Un exposé des conditions organiques de la vie mentale est très
correct, s'appuyant sur les exposés de Lapicque, d'Adrian, de
Tournay. Et l'on doit noter qu'il est rare de voir des manuels de
psychologie qui soient au courant de l'état des connaissances de
neuro-physiologie au moment de leur publication.
Dans ce premier volume, il y a trois chapitres de psychologie
proprement dite : Perceptions et sensations ; acquisition mnémonique
et élaboration de l'expérience ; imagerie mentale et création ima
ginative. TRAITÉS, MANUELS ET RECUEILS GÉNÉRAUX 251 •GÉNÉRALITÉS.
Tous les exposés, nourris de faits, suivis de conclusions pédagog
iques, sont excellents. Le manuel, quand il sera complet, consti
tuera pour les éducateurs, un précieux instrument de travail.
H. P.
4. — B. N. JHA. — Modem educational Psychology (Psychologie
éducative moderne). — In-8° de 448 pages. Allahabad, Indian
Press, 1933. Prix, relié : 6 sh.
C'est son ancien maître à Edimbourg, James Drever, qui a écrit
la préface de ce livre du maître indou du Collège d'Éducateurs
-d'Allahabao*, livre qui offre à la pédagogie les éléments d'une psy
chologie moderne, essentiellement scientifique, l'auteur montrant
le bénéfice éducatif de la psychologie de comportement, applicable
à l'enfant comme à l'animal, mais sans se rallier au behaviorisme
■extrémiste de Watson, et n'éliminant pas toute possibilité d'appel
à l'introspection,
J. adopte la définition de la psychologie de son maître Drever,
{étude du comportement des organismes vivants dans la mesure où
il est conditionné mentalement ou psychiquement et peut être
interprété en termes mentaux ou psychiques), et, comme Drever
le souligne dans sa préface, ne prétend pas que la psychologie, science
biologique, puisse constituer à elle seule la science de l'éducation,
qui est science sociale ; ce n'est que dans la mesure où sont fixées les
fins éducatives que la psychologie intervient pour assurer la réali
sation de ces fins.
Les chapitres du livre, suivis d'une courte liste de références
bibliographiques exclusivement de langue anglaise (l'auteur ne
paraissant pas connaître de travaux publiés en d'autres langues),
•concernent l'hérédité ; le comportement instinctif ; les tendances
.générales ; les sentiments, le caractère et la volonté ; la sensation
«et la perception ; l'attention ; la mémoire et l'association des idées ;
l'imagination ; la pensée et le raisonnement ; l'apprentissage et les
habitudes, les tests d'intelligence et l'adolescence.
Le plan qui, malgré l'effort de modernisation, reproduit l'ordre
■des questions traditionnel, en y ajoutant seulement deux chapitres,
l'un de psychotechnique, l'autre d'évolution mentale, plaqués sur
■l'exposé, n'est pas très original ; et le livre pourrait s'intituler manuel
•de psychologie générale aussi bien que de psychologie éducative.
Il ne réalise pas d'adaptation particulière aux éducateurs et aux
problèmes pédagogiques.
Mais c'est un bon manuel psychologique. H. P.
5. — F. ALENGRY. — Psychologie descriptive et appliquée. —
In-16 de 664 pages. Paris, Librairie d'Éducation nationale, 1933.
Ce manuel, très clair, est destiné aux éducateurs, à qui il apporte
une présentation élaborée des données psychologiques qui leur sont
utiles, la psychologie étant présentée comme la « méthode directrice
de l'éducation », située entre biologie et sociologie, étant donné que
« les faits biologiques sont la condition matérielle des faits psycholo
giques, et ceux-ci les éléments composants des faits sociologiques ».
Très utilement, A. commence par rappeler que si l'on parle 252 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
d'intelligence, de sensibilité, de volonté, c'est à titre d'étiquettes
recouvrant des catégories de phénomènes, comme les termes d'élec
tricité ou de chaleur, mais qu'il n'y a pas de réalité isolable qui puisse
y correspondre, et que la vie humaine est une. Aussi la formation
éducative doit-elle être une formation complète de l'homme.
Toute une série d'excellents chapitres concernent des problèmes
concrets de psychologie de l'enfant, traitant en particulier de l'enfant
peureux, triste, nerveux, sournois, de la paresse, de la colère, etc.,
avec d'utiles conseils, l'auteur rappelant le rôle des transmissions
héréditaires, des caractères innés, et des influences éducatives, qui
rencontrent des limites mais ont une indéniable efficacité.
Sur l'éducation sensorielle, sur l'utilisation de la curiosité, le
rôle de la mémoire, la formation des habitudes, la discipline, etc.,
on trouve des données qui répondent toujours au soiici d'une péda
gogie positive, indépendante de toute métaphysique, et solidement
fondée sur la psychologie scientifique. H. P.
6. — H. PIÉRON. — Conferencias de Psicologia (reconstruidas y
traducidas par G. Anzola Gomez et G. Ruiz). Publication de Ja
revue Educacion, — In-8° de 63 pages. Bogota, 1934.
La série des leçons faites à la Faculté d'Éducation de Bogota en
août 1933 et résumées avec soin dans ce fascicule comporte les six
rubriques suivantes : Les fondements de la vie mentale ; les sens et
la perception ; la mémoire ; l'attention et la régulation affective ;.
le problème de l'intelligence ; le développement mental. H. P.
7. — W. HELLPACH. — Elementares Lehrbuch der
logie (Manuel élémentaire de psychologie sociale). — In-8° de
165 pages. Berlin, Springer, 1933. Prix : 7,80 R. M.
Dans ce manuel élémentaire, il n'y a guère de données positives,,
et l'effort a porté uniquement sur l'élaboration des concepts géné
raux (présentés souvent sous forme de loi) et la présentation ordonnée
des problèmes, qui est assez originale.
Les problèmes posés par la psychologie sociale sont au nombre
de cinq, d'après H. Le premier concerne les voies des relations spi
rituelles entre les hommes, les voies d'action que l'auteur qualifie
de « mitseelische », et qui sont divisées en une voie directe (télépa-
thique, parapsychique, qui, bien que non définitivement démontrée,,
ne doit pas être exclue et paraît de nature à avoir une importance
considérable en psychologie sociale, selon H.), une voie d'expres
sion (mimique, physiognomique, avec intervention du tempérament
propre des individus), une voie de participation (par appels, manif
estations verbales, suggestion), et une voie d'action (avec définition
de types « actomoteurs »).■
Le second problème est celui des tendances, des forces en jeu
(forces sociales et antisociales, avec distinction de types « synthyme »
et « dysthyme », affinités) ; le troisième, celui des formes, des « mit-
seelischen Gebilde », des catégories collectives en somme (formes
d'extensité, d'intensité, de temporalité, d'existentialité, de modalité
et de qualité), en y comprenant les structures sociales ; le quatrième,
celui des unités spirituelles communes (gemeinseelische) ou de l'inté- GÉNÉRALITÉS. TRAITÉS, MANUELS ET RECUEILS GÉNÉRAUX 253
gration « mitseelische » (point de vue de la psychologie dite collec
tive) ; et le dernier, celui de la structuration individuelle par les
relations mitseelische, ou de la caractérologie sociale du moi, ce qui
représente un aspect général intéressant de cette psychologie socis e
avec' la sociologie pro(constituée sans aucun rapport, semble-t-il,
prement dite). H. P
8. — HAVELOCK ELLIS. — Précis de Psychologie sexuelle. Trad.
Bouvier. — In-8° de 432 pages. Paris, Alcan, 1934. Prix :
35 francs.
On connaît toute la série des études de psychologie sexuelle de
l'auteur (15 volumes traduits par Van Gennep) qui possède, sur ces
problèmes, une documentation considérable et variée.
La rédaction d'un ouvrage plus succinct était évidemment dési
rable, et l'on doit se féliciter que H. E. l'ait écrit et qu'il ait été traduit
en français.
Les divers chapitres du Précis ont trait à la physiologie de la
sexualité (impulsion sexuelle, zones érogènes, courtisation, sélection
sexuelle), à l'impulsion sexuelle dans la jeunesse, aux déviations et
symbolismes erotiques, à l'homosexualité, au mariage, à 1' « art de
l'amour », à la sublimation.
Un glossaire et un index complètent le manuel qui, étranger aux:
dogmes psychanalytiques, fournit les grandes lignes d'une document
ation objective. H. P.
9. — GIL HARTSHORNE. — The philosophy and psychology of
Sensation (La philosophie et la psychologie de la sensation). —
In-8° de 288 pages. University of Chicago Press, 1934. Prix,
relié : 3 $.
L'auteur trouve que les théories courantes de la sensation consti
tuent une anomalie dans le système des sciences par défaut d'une
« simplicité inhérente de structure ». Aussi a-t-il souci d'unification,
plus philosophique à coup sûr que psychologique. Un des rares auteurs
qui trouve grâce à ses yeux, est, tout naturellement, Pikier.
Les qualités sensorielles apparaissent à H. comme des valeurs
de variables communes à toutes les modalités, à toute expérience
actuelle pu possible, représentées dans la théorie à la fois affective
et géométrique comme des dimensions de sensations (intensité,
activité-passivité, joie-chagrin, durée, extension spatiale).
Théorie du « continu affectif », la conception générale de l'auteur
implique que toutes les qualités existantes peuvent être mises en
relation comme valeurs de variables en intersection dans le même
système, et que les qualités de l'expérience humaine correspondent
(panpsychisme) à des des expériences cellulaires somatiques
et nerveuses, la relation psychophysique se ramenant à une sympat
hie! Nous voilà loin des problèmes positifs de la science. H. P.
10. — S. FREUD. — Essais de Psychanalyse appliquée (traduction
de Mmes Marty et Marie Bonaparte). — In-16 de 255 pages.
Paris, Gallimard, 1933.
Ce volume des « Documents bleus » de la N. R. F., donne une série
d'essais de Freud, sur des sujets très divers. 254 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
Le premier, consacré au Moïse de Michel-Ange, date de 1914..
et témoigne d'une intéressante analyse de cette œuvre d'art puis
sante : contrairement à la tradition, Michel-Ange représente un
Moïse qui n'a pas brisé les Tables de la Loi, mais qui se retient de
les briser, triomphant du geste que lui inspire sa colère ; et cette
transformation sur le monument funéraire du pape Jules II, repré
senterait un symbole de l'abandon du pape à ses propres colères,,
dont l'artiste, ambitieux et violent de son côté, avait souffert,
symbole aussi de l'obligation pour Michel-Ange, de se surmonter
soi-même.
Une conférence sur l'emploi de la psychanalyse dans la pratique
judiciaire, dans le « Tastbestandsdiagnostik », un rapport sur des
oppositions de sens dans des mots primitifs (même en latin altus
signifie haut et profond, sacer, saint et maudit), un article sur la
création littéraire et le rêve éveillé (1908), l'étude du thème des
trois coffrets du marchand de Venise, l'examen des types de carac
tère dégagés par la psychanalyse (1916), forment l'objet des chapitres-
suivants.
Citons encore, dans ce recueil varié, l'examen de la difficulté que
rencontrerait la psychanalyse du fait qu'elle humilie de diverses
manières l'amour propre humain, l'analyse d'un souvenir d'enfance
de Gœthe (dont la force est venue de ses rapports à sa mère), l'étude
du mécanisme de ce qui apparaît « unheimlich », c'est-à-dire étrange
et inquiétant, enfin l'examen de l'histoire d'une névrose démoniaque
au xvne siècle.
On ne peut, à lire ces essais, écrits dans la maturité, qu'admirer
l'intelligence si souple et si variée dont fait preuve le vieux maître
Viennois. H. P.
11. — G. H. ROGER et L. BINET. — Traité de Physiologie normale
et pathologique. T. I, Physiologie générale. T. IX, Système ner
veux (Première partie). — 2 vol. in-8° de 1140 et 566 pages. Paris,
Masson, 1933. Prix, relié : 165 francs et 100 francs.
L'important traité publié avec soin par la librairie Masson
s'achève.
Le tome I comporte entre autres, un grand chapitre de G. H. Roger
sur la vie et la matière vivante, des données générales sur la physio
logie cellulaire de A. Policard, une étude physiologique et physico
chimique de la cellule par Henry Cardot et A. Chevallier ; l'action
des agents physiques sur les organismes est l'objet d'une mise au
point de Fr. Vlès, avec un chapitre annexe de A. Lacassagne sur les
rayons X et les radiations des corps radio-actifs, et l'action des
agents chimiques est rédigée par G. H. Roger.
Le tome IX, le premier volume consacré au système nerveux,
débute par un excellent exposé général sur le neurone, de Jean
Verne, complété par deux chapitres sur la dégénérescence wallé-
rienne (E. Couvreur) et les processus de désintégration nerveuse
(Ivan Bertrand).
Nerfs et réflexes sont l'objet de la solide étude de Cardot et
II. Laugier. La question des tropismes est traitée par G. Bohn, qui
se montre fidèle à ses conceptions lœbiennes. TRAITÉS, MANUELS ET RECUEILS GÉNÉRAUX 255- GÉNÉRALITÉS.
»Sensibilité et motricité en général constituent un chapitre clair
ement rédigé par Lévy-Valensi, en ce qui concerne les voies et les
centres.
Le problème des localisations cérébrales corticales est étudié
par Th. Alajouanine et L. Cornil, dont l'exposé appuyé de nom
breuses figures et schémas représente une utile mise au point.
F. Lhermitte a abordé avec sa grande compétence la physiologie
des ganglions centraux, en pleine élaboration.
Une série de chapitres sur la circulation cérébrale, par L. Binet
et Pierre Gley, sur les convulsions, par Gh. Richet fils, sur le sommeil,
magistralement traité par R. Legendre, et sur l'anesthésie générale
par M. Nicloux, terminent ce volume, qui fait grand honneur à la
publication. H. P.
12. — CASIMIRO FRANK. — II proeesso fine délia Coscienza.
Principi di Biopsicologia, Biopsicopatologia e Biopsicoterapia
(Le processus de la Conscience. Principes de Bio psychologie,
Biopsychopathologie et Biopsychothérapie). — Gr. in-8° de-
384 pages. Rome, 1931.
Dans ce gros volume, l'auteur pense avoir réussi à élever la
biopsychologie « à la dignité suprême d'une science non moins exacte
que la mathématique, avec détermination des principes généraux
de cette biopsychologie, avec exposé, appuyé de planches emprunt
ées à Edinger et von Economo, de la morphologie centrale et de la
structure architectonique de l'écorce, puis esquisse d'une biopsy
chologie expérimentale et héréditaire centrée autour de l'étude
de la suggestibilité, facteur capital de phylogénèse et d'ontogenèse,
et même de vie, individuelle ou collective ; ensuite revue des
maladies du « proeesso fine » de la conscience (dont on ne sait au
juste ce que l'auteur entend par « fine »), maladies fonctionnelles
ou « corticoses » et organiques ou « corticites », enfin, complétant
une esquisse pédagogique initiale, une théorie de «biopsychothérapie »
(ou « corticothérapie ») et de « biopsychagogie » (ou « corticagogie »),
conçue comme une arme vraiment miraculeuse de la science pour la
défaite des charlatans.
L'auteur traite les sujets les plus variés avec une solide confiance
en lui. Il envisage tous les problèmes du point de vue de la conscience
et de son organe cortical. Divisant les « biopsychotypes » de la per
sonnalité intégrale humaine, il les lie à des types superconscient,
subconscient, supersubconscient et subsuperconscient (chacun avec
formes superconsciente et subconsciente). Ces types sont décrits
par Fr. dont les descriptions concrètes sont préférables aux dési
gnations ! H. P.
13. — J. BEAUVERIE, T. ROMAN, CL. GAUTIER, L. COR-
MAN, R. COLLIN, L. CUÉNOT, L. JACQUIN-CHATELLIER,
R. P. DE MONTCHENIL, J. VIRET, P. MERLE, MONCHA-
NIN, A. THOORIS et M. ARON. — Formes, Vie et Pensée. —
In-16 de 422 pages. Lyon, Groupe lyonnais d'études, 1934.
Dépôt chez Lavandier. Prix : 20 francs.
Dans son effort de synthèse — avec une certaine orientation 256 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
philosophique et religieuse — le groupe lyonnais d'études médic
ales, philosophiques et biologiques, réunit dans ce volume une
série d'études centrées autour des problèmes de la vie.
Une première partie concerne des de biologie générale,
relatifs aux relations des formes cristallines et corps organisés (Viret),
aux formes inférieures de la vie (Roman), à la systématique des
formes (Beauverie), aux formes embryonnaires (Aron), à la mor
phologie et l'adaptation (Cuénot), aux formes et endocrines (R. Collin) ,
aux formes et fonctions (P. Merle).
Certains de ces chapitres, dus à des savants de haute valeur,
apportent une excellente documentation et de très intéressantes
conceptions. La deuxième partie n'est pas au niveau de la première.
Elle comporte trois chapitres sur la morphologie humaine, les phases
du développement (Mme Jacquin-Chateilier), les travaux de l'école
française (Thooris), et un exposé de la doctrine personnelle de Louis
Gorman sur la typologie du caractère (physiognomonie surtout).
Enfin une troisième partie, limitée aussi à trois chapitres, prétend
envisager les problèmes sociologiques, philosophiques et religieux.
En réalité la sociologie est bien incomplètement représentée par une
étude des « conditions biologiques essentielles des formes des Sociétés
animales » limitée en fait aux Insectes sociaux, et pour la philoso
phie et la religion, il y a en tout deux études essentiellement catho(formes*
liques, de l'abbé Monchanin vie et pensée) et du R. P. de
Montchenil (attaches biologiques et sociales des formes de la vie
religieuse), la dernière, particulièrement intéressante s'attachant
tout spécialement à l'exposé et à la discussion de la théorie de Berg
son, dont Fauteur accepte la distinction fondamentale d'une religion
statique et d'une religion dynamique. H. P.
14. — Krise der Psychologie. Psychologie der Krise (Crise de la
Psychologie. Psychologie de Crise). — Editions de psychologie
matérialiste dialectique. Berlin, 1932 ; 144 pages.
Un recueil de douze articles d'auteurs ;ïè^fférents dont onze
appartiennent au groupe d'éditeurs ; un supplément contenant
quelques comptes rendus d'expériences de jeux enfantins ; enfin un
questionnaire employé dans des foyers d'enfants et des consulta
tions pédagogiques pour la constitution d'une documentation
pédologique.
Les circonstances sociales qui conduisirent à la naissance de ce
livre s'expriment dans les travaux de Hanna Lubinsky (« Zur Frage
der sozialpädagogischen Beratung » : Contributions à l'orientation
pédagogique) et de Edith Cohn (« Spielversuche für Kinder und Erzie-
hungsberater » : Expériences de jeux enfantins dans la consultation : désagrégation sociale et économique des couches
moyennes ; chômage des jeunes. Dans de telles circonstances la
pédagogie ne peut pas cesser avec l'école. Les masses de jeunes gens
déracinés et leurs parents se tournent vers les consultations péda
gogiques et psychologiques. Ils se rendent, compte que la question
du placement n'est pour ainsi dire plus à l'ordre du jour. En même
temps que l'existence physique, le sens de la vie individuelle est mis
en question. La jeunesse veut se défendre contre l'abandon corporel GÉNÉRALITÉS. TRAITÉS, MANUELS ET RECUEILS GÉNÉRAUX 257
«t spirituel auquel elle se voit condamnée. Les conseillers doivent
seconder ces efforts. Ce qui représente pour eux — psychologues et
pédagogues — une crise professionnelle. Car les examens des apti
tudes et les consultations usuelles perdent leur signification, puisque
des aptitudes d'aucune espèce ne sont réclamées et que presque aucune
profession n'est plus ouverte. Il en est de même pour un grand nombre
d'adultes. La psychothérapie donc en arrive à un moment critique.
Car des états d'angoisse et de doute, des pensées de persécution
surgissent à l'échelle massive, en outre, déterminés socialement et
non par les constitutions individuelles.
La crise dans la pratique pédagogique et psychothérapeutique
conduit à une crise dans la psychologie et la pédagogie théoriques :
quelle est leur contribution à la solution en masse des nouvelles
tâches ? A ce point de vue l'analyse de ces sciences vient elle-même
au premier plan.
Mânes Sperber (« Der gegenwärtige Stand der Psychologie» : L'état
actuel de la psychologie) trace un plan des positions les plus faibles
de la psychologie expérimentale allemande,' de la psychologie psy
chothérapeutique et spéculative et fonde ces faiblesses sur la dépen
dance de la psychologie à l'égard de la classe dominante. Il déve
loppe la marche d'une analyse plus profonde de ces sciences et de
la construction psychologie selon la méthode du matérialisme
dialectique. Cet article, comme la plupart des travaux de ce livre,
prévoyant d'éventuelles objections, est caractérisé par son allure
d'ébauche. Ainsi d'ailleurs que sa préface le suggère, l'ouvrage, pour
des raisons extérieures, a été publié plus tôt que les auteurs ne le
souhaitaient (octobre 1932). Ceux-ci ont accepté les inconvénients
d'une publication prématurée afin d'assurer du moins la conti
nuité de la discussion théorique alors que leur activité pratique
commençait déjà à être entravée.
Des onze auteurs qui restent, dix exposent la façon dont ils se
représentent l'application de la méthode du matérialisme dialec
tique dans Ja psychologie, tantôt par un examen critique, tantôt par
des propositions positives sur différents thèmes : suppression radi
cale de toute contradiction entre la théorie et la pratique ; refus
impitoyable de tout dualisme mecaniste et de toute métaphysique.
Otto Muller-Main («Möglichkeiten und Grenzen der Praxis derBewuszt-
machung » : Possibilités et limites d'une influence sur la construction
de conscience) recherche les conditions sociales qui président à la
représentation du monde extérieur dans le cerveau de l'individu
(recherches idéologiques). Il examine comment les préjugés social
ement approuvés, en particulier ceux qui concernent les rapports
des hommes entre eux, s'enchaînent en un système d'erreurs qui
désormais sont conçues par l'individu comme la simple vérité.
L'auteur discute, dans la conscience de ne donner qu'une ébauche,
les possibilités limitées de lever la contradiction entre la réalité
sociale et l'image que s'en fait la conscience individuelle.
Kate Busch (« Die Gestalttheorie vom Standpunkt des dialek
tischen Materialismus » : La théorie des structures du point de vue
du matérialisme dialectique) analyse le processus de formation
d'idéologie dans les sciences en montrant comment des recherches
l'année psychologique, xxxiv 17

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.