Généralités - compte-rendu ; n°3 ; vol.84, pg 467-468

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1984 - Volume 84 - Numéro 3 - Pages 467-468
2 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : dimanche 1 janvier 1984
Lecture(s) : 42
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

C. Cloarec
Généralités
In: L'année psychologique. 1984 vol. 84, n°3. pp. 467-468.
Citer ce document / Cite this document :
Cloarec C. Généralités. In: L'année psychologique. 1984 vol. 84, n°3. pp. 467-468.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1984_num_84_3_29042GÉNÉRALITÉS
Krebs (J. R.), Davies (N. B.). — An introduction to behavioural
ecology, Oxford, Blackwell Scientific Publications, 1981, 291 p.
Basé sur des cours donnés à Oxford et à Cambridge, ce livre, fait le
point sur différentes théories néo-darwiniennes élaborées ces dernières
années autour des problèmes d'explications fonctionnelles du comporte
ment et de son évolution ; il devrait intéresser aussi des chercheurs de
disciplines voisines comme la génétique des populations, la psychologie
animale, Féthologie, etc., qui souhaitent se familiariser avec les appli
cations de ces théories.
Chaque chapitre présente clairement et brièvement les bases théo
riques d'un problème, en épargnant au lecteur les formules mathémat
iques si abondantes dans la littérature spécialisée, puis illustre chaque
point par des exemples concrets appropriés, tirés de travaux récents,
sans assommer le lecteur avec une revue exhaustive des études dans ce
domaine. Pour l'approfondissement de certaines questions traitées on
peut trouver à la fin de chaque chapitre, après un résumé, un paragraphe
conseillant des lectures complémentaires.
Le style, clair et direct, évite un certain jargon scientifique, mais peut
parfois sembler finaliste ou anthropomorphique malgré la mise en garde
des auteurs.
Le domaine d'études de cette « Ecologie comportementale » est
l'analyse de la manière dont le comportement contribuant à la survie
de l'individu et à sa reproduction dépend de contraintes écologiques. Les
théories et modèles présentés concernent le « gène égoïste », l'optimalisa-
tion, les conflits sexuels, les « courses aux armements », les stratégies
évolutionnaires stables » (ess), la théorie des jeux. Toute l'argumentation
est basée (chap. 1) sur le fait que des gènes déterminent le comportement
et que la sélection naturelle agit sur les gènes et sur les phénotypes. Les
animaux sont présumés être bien adaptés à leur environnement et l'on
cherche comment un comportement donné contribue à V inclusive fitness
d'un individu.
Pour comprendre l'influence des contraintes écologiques sur l'évolu
tion d'un comportement, les auteurs préconisent une démarche expéri
mentale et de multiples comparaisons intra- et interspécifiques (chap. 2).
L'idée de base — comportement interprété en termes économiques : coût
et bénéfices, investissement — permet d'élaborer des modèles d'optimali-
sation qui formulent des prévisions quantitatives testables. Les dévia- 468 Analyses bibliographiques
tions fréquentes entre observations et prévisions peuvent aussi aider à
comprendre comment le comportement évolue (chap. 3).
Les analyses en termes de budget-temps de la recherche de la nour
riture, de la défense des ressources, de la vie en groupe, illustrent les
applications de ce point (chap. 4). Les modèles issus de la théorie des
jeux et la notion d'Ess sont des outils utiles pour comprendre comment
les comportements agnostiques en particulier peuvent évoluer (chap. 5).
Les différences de comportement ou d'investissement parental constatées
entre individus de sexes différents (chap. 6) ou entre espèces (chap. 7)
peuvent être corrélées aux contraintes écologiques. La production de
descendants est seulement un des moyens pour contribuer aux généra
tions futures : aider des frères et sœurs est l'alternative la plus répandue
tant parmi les vertébrés supérieurs (chap. 9) que chez les insectes sociaux
(chap. 10). On parle alors de coopération, d'altruisme ou de mutualisme.
La plupart de ces interactions entre individus implique la présence
de communication. Les différents signaux sont soumis à de nombreuses
contraintes écologiques (chap. 11).
Des conflits entre les intérêts d'individus d'espèces différentes (coévo-
lution) sont décrits en termes de « course aux armements » (chap. 12).
Le dernier chapitre essaie d'évaluer la valeur et les limites des vues
du « gène égoïste » et d'optimalisation de l'évolution. La distinction
entre analyses causale et fonctionnelle du comportement est soulignée
et les auteurs essaient de montrer comment les différents types de
questions (fonction, cause, ontogenèse) devraient être liés dans toute
étude du comportement.
A. Cloarec.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.