Généralités. L'écolier. Développement et intelligence. Caractère. Goûts. Aptitudes. Anormaux et surnormaux. Le surmenage scolaire. Méthodologie pédagogique. - compte-rendu ; n°1 ; vol.45, pg 711-726

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1944 - Volume 45 - Numéro 1 - Pages 711-726
16 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : samedi 1 janvier 1944
Lecture(s) : 10
Nombre de pages : 17
Voir plus Voir moins

a) Généralités. L'écolier. Développement et intelligence.
Caractère. Goûts. Aptitudes. Anormaux et surnormaux. Le
surmenage scolaire. Méthodologie pédagogique.
In: L'année psychologique. 1944 vol. 45-46. pp. 711-726.
Citer ce document / Cite this document :
a) Généralités. L'écolier. Développement et intelligence. Caractère. Goûts. Aptitudes. Anormaux et surnormaux. Le surmenage
scolaire. Méthodologie pédagogique. In: L'année psychologique. 1944 vol. 45-46. pp. 711-726.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1944_num_45_1_8260PÉDAGOGIQUES 711 APPLICATIONS
nelle, le reclassement des ouvriers accidentés, et les facteurs psychol
ogiques secondaires provoquant des accidents. C. N.
1576. — MANUEL BORRAS PARIS. — La psicotecnia del objeto
en relaeiôn con la prevention de accidentes e hygiene (La psy
chotechnique de Va objet » en relation avec Vhygiène et la prévention
des accidents). — Anales del Institute psicotécnico de Barcelona,
mars 1945, p. 14-38.
Le but de cet article est de susciter en faveur de la psychotech
nique un mouvement tel que non seulement on se consacre à l'étude du
travailleur mais encore que le facteur technique soit considéré dans
toute son importance. Il faut, dit l'A., tendre en définitive à une
réglementation du travail qui irait de la sphère officielle pour les dispo
sitions essentielles, aux règlements de régime intérieur des entreprises.
L'A. étudie successivement et d'une façon succincte les causes
des accidents et les préjudices dus à un défaut d'hygiène, l'ambiance
du travail en relation avec l'hygiène personnelle de l'ouvrier, l'outil
lage, — où l'on voit si souvent la cause des accidents parce qu'il est
mal adapté à l'ouvrier — , la formation professionnelle dont l'impor
tance est mise en lumière par un graphique montrant que le pourcen
tage d'accidents pour 100 ouvriers s'accroît sensiblement quand le
pourcentage de nouveaux augmente ; et enfin, l'organisation
et la rationalisation du travail avec ses bases psychotechniques.
L'article est illustré et complété par de nombreux croquis et
par des graphiques.
L'A. conclut sur la nécessité, pour les organismes officiels d'aider
à former un grand nombre de psychotechniciens et pour les Instituts
psychotechniques de coordonner leurs recherches.
« L'objet », dans son sens le plus général doit donner lieu à de
sérieuses études en vue de le réviser et de l'adapter à l'ouvrier, de
telle sorte que le rendement industriel soit amélioré ainsi que l'hygiène
et la sécurité du travailleur. J.. Pé.
1577. — A. K. BRINTNALL. — A study of some driving habits of
commercial drivers (Étude de quelques habitudes de conduite
automobile, chez des conducteurs commerciaux). — J. Soc. Ps.,
XIV, 1941, p. 159-164.
Un travail antérieur de Schriver suggère l'existence d'une dispo
sition à l'accident chez les conducteurs qui maltraitent leur véhicule.
L'A. a réalisé un appareil qui enregistre, à l'insu du chauffeur, les
accélérations et les ralentissements excessifs, et a testé 20 chauffeurs,
ayant eu des nombres variables d'accidents dans le passé. Aucune
différence n'a été notée. J. St.
2° Applications pédagogiques
a) Généralités. L'écolier. Développement et intelligence'. Caractère
Goûts. Aptitudes. Anormaux et surnormaux
Le surmenage scolaire. Méthodologie pédagogique
1578. — L. L. RALYA. — Some conceptions and beliefs concerning
abilities mental processes and learning and changes in the numbers
entertaining them during a year of courses in education (Quelques 712 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
concepts et croyances au sujet des aptitudes mentales, des processus
mentaux et de l'instruction et leurs changements au cours d'une
année d'enseignement pédagogique). — J. of Ed. Res., XXXVIII,
3, 1944, p. 182-192. '.*■•.
La prédominance de certains concepts et croyances concernant
les aptitudes mentales, les processus mentaux et l'instruction a pu
être déterminée avec une certaine objectivité pour 129 étudiants
au commencement et à la fin de leur première année de travail
pédagogique.
Les résultats obtenus ne permettent de prévoir ni l'évolution
de ces concepts ni le succès de l'enseignement pédagogique. Ils
peuvent tout juste offrir des termes de comparaison pour des groupes
analogues d'étudiants observés dans des conditions identiques. •
H. G. A.
1579. — JOHN N. WASHBURNE. — Factors related to the social
adjustment of college girls (Les facteurs de l'adaptation sociale
des étudiantes). — J. Soc. Ps., XIII, 1941, p. 281-289.
Les étudiantes les mieux adaptées socialement et émotionnelle-
ment sont celles qui ont les meilleurs résultats universitaires, viennent
de foyers unis, travaillent pour payer une partie de leurs dépenses,
ont des activités sociales dans le collège, et sont (Jans le quartile
supérieur de l'intelligence du collège. J. St.
1580. — SAMUEL HAIG JAMESON. — Adjustment problems of
University girls arising from the urge for recognition and new
experience (Problèmes d'adaptation chez les étudiantes, provoqués
par le besoin de recognition et d'expériences nouvelles). — J. Soc.
Ps,. XIV, 1941, p. 129-144.
Étude par interviews des problèmes personnels d'adaptation
qui se posent aux étudiantes dans différents domaines : 1) Désir de
plaire aux garçons; 2) Le rendez- vous ; 3) Les expériences répu
gnantes ; 4) L'amour ; 5) L'insuffisance de l'information sexuelle ;
6) L'humiliation sociale. L'Université a une mission à remplir dans
cet ordre d'idées. J. St.
1581. _ C. D. FLORY, E. ALLEN et M. SIMMONS. — Clas
sroom teachers improve the personality adjustment of their pupils
(Des professeurs apprécient l'adaptation de leurs élèves). — J. of
Ed. Res., XXXVIII, 1, 1944, p. 1-8.
Vingt-trois élèves d'une école publique de Appleton (Wisconsin)
furent examinés par le test de personnalité California qui permet
d'apprécier les possibilités d'adaptation individuelle.
Il s'agissait de savoir si le professeur habituel de ces élèves
pouvait améliorer leur adaptation médiocre. Les résultats furent
concluants. Par le seul effet du traitement indiqué par le professeur
de la classe sans l'aide d'aucun spécialiste les sujets déficients rega
gnèrent rapidement leur retard et atteignirent un niveau moyen.
H. G. A.
1582. — L. WOODRUFF et H. K. MÛLL. — The relation of home
adjustment to social adjustement in northern and in southern APPLICATIONS PÉDAGOGIQUES 713
college students (Rapport de V adaptation familiale et de V adaptat
ion sociale chez les étudiants du Nord et du Sud). — Am. J. of Ps.,
LVII, 1, 1944, p. 86.
Trente et un étudiants 'Se chaque origine, choisis parmi les plus
récemment arrivés au collège, sont soumis au questionnaire de Bell
(« Bell Adjustment Inventory »).
La corrélation entre les 2 formes d'adaptation est plus forte chez
les étudiants du Sud (0,34 contre 0,16). Dans une précédente étude,
ceux-ci s'étaient déjà montrés plus extravertis. Ces différences
paraissent en rapport avec les caractères de la vie sociale dans le
Sud (relations familiales plus intenses, hospitalité plus grande, etc.).
P. J.
1583. — H. B. READ. — Why do some colleges reach a higher level
Of achievement than Others ? (Pourquoi certains collèges attei
gnent-ils un plus haut niveau de rendement que d'autres ?). — J. of
Ed. Res., XXXVIII, 3, 1944, p. 161-172.
Pour déterminer certaines des causes de ces différences on procède
à une comparaison entre deux collèges aux élèves desquels on applique
le Michigan Vocabulary Profile test et le Graduate Record Examin
ation.
On peut constater d'après les résultats statistiques obtenus que
les occupations des parents,« le nombre d'heures de travail hebdomad
aire et l'éducation familiale sont sans rapports avec le rendement
du collège mesuré par les tests ; mais que la moyenne d'intelligence
et la moyenne des points ont avec le rendement une corrélation
significative. Un seul élément se révèle véritablement caractéris
tique : l'intelligence.
Il est d'ailleurs possible qu'interviennent également d'autres
facteurs qui n'ont pas été mesurés ni même cités : différences dans
la qualité de l'enseignement, règlements et traditions du collège,
zèle pour l'étude, niveau des salaires et direction. H. G. A.
1584. — R. M. HUGUES. — The relative educational standing of
the 48 States (Le niveau relatif d'éducation des 48 États). — S. and
S., LX, 1551, 1944, p. 190-192.
L'auteur présente, d'après des rapports de 1937-1938 un tableau
de classement des niveaux d'éducation atteints dans chacun des
48 États d'U. S. A.
Sur les 11 États les plus cultivés intellectuellement, 10 sont
situés dans l'ouest du pays. Les États les moins cultivés sont ceux
où la proportion des nègres est la plus forte et le revenu des habitants
le plus faible. H. G. A.
1585. — T. "H, PEAR. — Social differences in english education
(Différences sociales dans V éducation anglaise). — Br. J. of Ed.
^s., XIV, 3, 1944, p. 113-128.
Les profondes différences sociales qui existent entre les différentes
écoles et universités anglaises sont un des traits caractéristiques de
l'éducation dans ce pays. L'auteur envisage ces différences du point
de vue du psychologue et en fait une description détaillée et critique.
J.-M. F. ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES 714
1586. — J. K. MOULTON. — Liberty, Equality and subservience
(Liberté, Égalité et utilité). — S. and S., LIX, 1520, 1944, p. 97-100.
Dans le domaine de l'éducation il faut élargir le point de vue.
L'école est l'institution du peuple, créée pour le bien du peuple et
développée pour répondre aux besoins du peuple. Les écoles des
U. S. A. sont publiques par leur structure mais non pas leur idéologie.
Et un professeur d'Université, E. H. Carr peut à, juste titre écrire :
« II est incontestable qu'une des raisons de l'indifférence contempor
aine à l'égard des institutions démocratiques est que ces institutions
n'ont pas été pleinement adaptées aux besoins de la masse démoc
ratique. » H. G. A.
1587. — L. FOLEY. — Declaration of Educational indépendance
(Déclaration d'indépendance éducative). — S. and S., LIX, 1517,
1944, p. 49-52.
Le grand nombre de discours inutiles sur la « démocratie dans les
classes » n'a abouti qu'à semer la confusion dans l'esprit de bien
des gens.
« Démocratie » ne signifie pas : laisser les enfants confiés à votre
autorité faire ce qui leur plaît. Le contraire de la démocratie c'est
de remettre l'autorité à des élèves qui ne sont manifestement pas
préparés à l'exercer avec justice ou intelligence. C'est seulement point'
lorsque nous comprendrons à quel l'instruction est matière ä
imitation x que nous pourrons apprécier la terrible responsabilité 'qui pèse sur le maître. H. G. A.
1588. — L. P. TODD. — Atomic energy and the coming revolution
in education (L'énergie atomique et la proche révolution en éducat
ion). — S. and S., LXII, 1609, 1945, p. 257-259.
Apparemment la bombe atomique a aidé à terminer la guerre.
Il reste à voir si elle unira les hommes de toutes les nations.
La révolution en éducation se produira la jour où nous enseigne
rons à la jeunesse à apprécier une vie « bonne » en termes de rapports
sociaux et non avec des relations algébriques ou le symbole
dollar.
L'injustice sociale existe en abondance. La science sociale est
encore à naître. Et elle naîtra lorsque les écoles enseigneront à la
jeunesse non seulement à étudier la matière, mais à agir avec intel
ligence, à désirer le bien et à vouloir le réaliser. H. G. A.
1589. — D.OROTHY W. BARUGH. — Mental hygiene counseling
as a part Of teacher education (La part de l'hygiène mentale dans
l'éducation du maître). — J. of Ps., XIII, 1942, p. 69-108.
Rapport détaillé sur 47 cas de jeunes instutrices ou élèves-insti
tutrices suivies pendant une année scolaire par un conseiller d'hygiène
mentale. L'étude des inadaptations et le diagnostic psychiatrique
sont basés sur Y Adjustment Inventory de Bell et le Personnality
Rating de Thurstone. L'A. arrive évidemment à cette conclusion
que le contrôle d'Hygiène mentale est nécessaire pour les futurs
maîtres et qu'il devrait être organisé dans toutes les institutions de
formation pédagogique. R. Z. PÉDAGOGIQUES 715 APPLICATIONS
-1590. — A. PINSENT. — The psychology of teaching and Teacher
Training (La psychologie de l'enseignement et la formation des
maîtres). — Br. J. of Ed. Ps., XV, 1, 1945, p. 5-18.
Considérations sur un projet de réforme de l'enseignement en
Angleterre, tendant en particulier à unifier le statut des professeurs
et à intensifier surtout leur formation psychologique et pédagogique.
J.-M. F.
1591. — G. BURT. — The reliability of teachers assessments of their
pupils (Valeur des jugements de professeurs sur leurs élèves). — Br.
J. of Ed. Ps., XV, 2, 1945, p. 80-92.
Estimant qu'il est au moins aussi important d'apprécier la relia-
bilité d'un test que sa validité, Burt expose le moyen d'obtenir une
estimation satisfaisante de cette reliabilité, par l'analyse de variance,
un procédé qui à l'avantage de ne pas demander une double applica
tion du test. Burt applique la méthode pour la recherche de la relia
bilité des jugements personnels. (Exemples cités et démonstration
des formules.) J.-M. F.
1592. — S. J. F. PHILPOTT. — Fallacious arguments from experi
ments on methods Of teaching (Fausses interprétations d'expé
riences sur les méthodes d'enseignement). — Br. J. of Ed. Ps.,
XV, 2, 1945, p. 56-69. •
L'auteur réfute et explique une commune erreur dans l'usage
de l'interprétation des résultats statistiques tirés des expériences de
comparaison des méthodes pédagogiques, erreur qui consiste à
démontrer que certaines méthodes seraient particulièrement efficaces
pour les enfants retardés. J.-M. F.
1593. — PAUL BODIN. — L'adaptation de l'enfant au milieu
scolaire. — In-16 de 156 pages (Nouvelle Encyclopédie pédagog
ique). Paris, Presses Universitaires, 1945.
L'auteur, qui a une expérience de la pratique pédagogique à divers
échelons de l'enseignement, a cherché à faire le point sur la question
de l'adaptation de l'écolier à son milieu, en se préoccupant surtout
des causes d'inadaptation, causes intrinsèques (insuffisances fonc
tionnelles maladies affectives ou organiques) et extrinsèques.
Il dégage de son étude des conclusions pratiques ; ayant constaté
la forte corrélation entre l'intelligence et l'adaptation, il affirme à
juste titre qu'il faut répartir les écoliers suivant leur niveau mental et
non leur âge, en soumettant d'emblée à un régime spécial les enfants
ayant un quotient inférieur ä 80 ; en outre il faut un régime pédago
gique spécial pour les enfants retardés par des troubles humoraux
et végétatifs, et pour ceux qui sont en proie à des complexes affectifs.
D'une manière générale, ce qu'il faut c'est adapter à l'enfant le
régime scolaire car c'est ainsi que l'écolier sera réellement bien adapté
à l'école. H. P.
1594. — BENAIGES. — Étude de la croissance des écoliers de
là ville de Toulouse. — Biot., VII, 4, 1939, p. 264-280.
L'A. a repris le plan et les méthodes statistiques utilisés par
A.-B. et A. Fessard, J. Laufer et H. Laugier dans leur travail 716 . ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
1935).' Nouvelles tables de croissance des écoliers parisiens (Biot.,
L'enquête de B. porte sur 3.567 enfants de 6 à 15 ans. Elle fournit
des tables et graphiques indiquant les moyennes et dispersions de la
taille et du poids suivant l'âge et le sexe.
Ces résultats sont comparés à ceux des auteurs parisiens.
L'A. donne des tableaux d'étalonnage en quartiles et déciles,
qu'il présente également sous forme d'abaques. Il étudie les relations
entre le poids, la taille et l'âge, et les variations du poids en fonction
de la taille (âges réunis) pour les 2 sexes. G. B.
1594 bis. — J. DE VENTER. — De lengtegroei van jongens tusschen
14 en 20 jaar (La croissance en taille des jeunes gens entre 14 et
20 ans). — VI. Opv. Tijd., XXV, 1944, p. 102-117.
Après avoir rappelé quelques généralités physiologiques sur la
croissance, l'A. reproduit et commente les courbes de croissance
(de 0 à 20 ans) données par de Lange et Stratz, ainsi que celles qui
ont été obtenues, en 1934, sur la population scolaire belge, de 3 à
18 ans. Il fait également état des constatations de Whipple et Smedley
aux États-Unis, de Koch en Allemagne. Enfin, il mentionne les
résultats de ses propres mensurations sur des jeunes gens flamands
de 14 à 19 ans. Il a trouvé une légère augmentation moyenne de la
taille par rapport aux chiffres de 1934, à l'époque de la puberté :
4 cm. à 15 ans, 2 cm. à 16 ans.
En conclusion, l'A. estime qu'il faut replacer la croissance en
taille dans le cadre du développement général : une accélération
de cette croissance est, pour les jeunes gens, une source de difficultés
que l'éducateur doit prendre en considération. R. P.
1595. — FRANK J. LEE et CLAUDE L. NEMZEK. — Relation
between certain physical defects and school achievement (Rela
tions entre certains défauts physiques et les succès scolaires). —
J. Soc. Ps., XIII, 1941, p. 385-394.
Presque aucune différence n'a été trouvée chez les garçons. Chez
les filles, l'avantage est aux sujets qui n'ont pas de défauts physiques.
J. St.
1596. — LOUIS N. GILLES et CLAUDE L. NEMZEK. — The
effect of part-time employment on scholastic achievement (Effet
du travail à temps partiel sur le succès scolaire). — J. Soc. Ps.,
XIII, 1941, p. 419-422.
Les A. ne trouvent pas de différence entre les écoliers qui ne
travaillent pas et ceux qui ont une activité à temps partiel.
J. St.
1597. — BETH L. WELLMAN. — I. Q. changes of preschool and
nonpreschool groups during the preschool years : a summary of
the littérature (Les changements du Q. I. des groupes des écoles
maternelles et des autres pendant les années préscolaires : sommaire
de la littérature). — J. of PS..-XX, 1945, p. 347-368.
L'auteur donne un résumé complet des résultats des recherches
sur des groupes d'enfants de 2--4 ans, visant à un éclaircissement des
opinions sur les variations du Q. I., des enfants suivant ou non l'ensei- .
.
.
APPLICATIONS PÉDAGOGIQUES 717
gnementdes écoles maternelles. Il ressort des tableaux comparatifs
que les changements du Q. I. (échelles B. S., Merrill-Palmer et autres)
sont plus importants chez les enfants fréquentant* les écoles matern
elles que chez ceux qui ne les fréquentent pas. 1VL, K. S.
1598. — JEAN D. CUMMINGS. — The incidence of emotional
symptoms in school Children (Fréquence des symptômes émotionn
els chez les écoliers).— Br. J. of Ed. Ps., XIV, 3, 1944, p. 151-161.
L'auteur passe en revue tous ces symptômes parmi lesquels
l'agitation, le manque de concentration apparaissent les plus fré-,
quents. Il étudie la variation de fréquence avec l'âge, l'influence de
l'attitude des parents.
Les résultats d'une' seconde enquête, faite 6 mois après, seront
bientôt publiés. (Nombreux tableaux de résultats.) J.-M. F.
1599. — D. HOWIE. — Aspects of personality in the classroom. A
study of ratings on personal qualities for a group of school boys
(Aspects de la personnalité à Vécole. Une étude du classement des
qualités personnelles d'un groupe d'écoliers). — Br. J. of Ps.,
XXXVI, 1945, p. 15-28.
Sur une dizaine de traits de personnalité observables dans la vie
scolaire (activité physique, persévérance, excitabilité, rapidité de
l'intelligence, gaîté, activité mentale, bon sens, continuité de l'intérêt,
initiative, confiance en soi) les maîtres après une semaine d'obser
vations de leurs élèves pour chaque trait devaient les classer en
respectant la dispersion d'une courbe normale. De plus les élèves
devaient classer leurs camarades au point de vue de la popularité,
de la tendance à être peureux et la tendance à se mettre en
colère.
L'analyse factorielle a été faite par cinq méthodes différentes
(Hotelling, Thurstone, Burt) et a permis de dégager quartre facteurs
qui peuvent être caractérisés de la manière suivante :
1) .Un facteur reflétant le jugement du maître sur l'habileté
générale de l'individu en relation avec les aptitudes scolaires ;
2) Un facteur impliquant une qualité sthénique et d'affirmation
de soi ;
3) Un facteur les qualités qui font approuver un
individu par son groupe ;
4) Un facteur qui oppose l'excitabilité à la placidité. P. F.
1600. — W. D. LEWIS. — A comparative study of the personalities,
interests and home backgrounds of gifted children of superior
and inferior educational achievement (Étude .sur la personnalité
et les intérêts des enfants doués qui ont des résultats inégaux du
cours de l'enseignement). — J. of genet. Ps., LIX, 1941, p. 207-218.
L'auteur compare deux groupes d'enfants doués, les uns en avance,
les autres en retard dans leurs études. Il constate T les enfants avancés
ont plus de personnalité, plus d'intérêts de nature intellectuelle, et
sont d'un milieu supérieur. Les retardés ont moins de personnalité,
des intérêts plutôt de nature motrice, et sont d'un milieu inférieur.
- . . M. S. ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES 718
1601. — G. A. FEINGOLD. — Newspaper tastes of high school
pupils (Goûts pour les journaux des élèves d'une école secondaire). —
S. and S., LIX, 1531, 1944, p. 316-319.
L'enquête a porté sur 722 élèves de 1.5 à 18 ans — 330 garçons
392 filles — appartenant à des familles de mécaniciens, pompiers,
chauffeurs, policiers, -petits commerçants, etc. Les filles sont moins
superficielles dans leur lecture des journaux que les garçons et lisent
plus et mieux qu'eux les éditoriaux et les informations politiques.
Les garçons préfèrent les nouvelles financières, cinématographiques,
théâtrales, sportives, les faits divers et les pages humoristiques. Ils
s'attachent particulièrement à ce qui a trait à la science, l'aviation
et l'industrie. De leur côté les jeunes filles sont trois fois plus inté
ressées que les jeunes gens en ce qui concerne l'éducation. Il serait
curieux de voir si les goûts des adultes sont les mêmes dans leur
principe et leur proportion que ceux de ces adolescents.
H. G. A.
1602. — CHARLES J. MARSH. — The worries of the college woman
(Les ennuis des étudiantes). — J. Soc. Ps., XV, 1942, p. 335-339.
Étude ayant porté sur 370 étudiantes. Les ennuis les plus fr
équents sont relatifs aux domaines de la personnalité, des choses
scolaires, de la société ; les moins fréquents sont relatifs à la maison,
à la vie physique, aux problèmes financiers. J. St.
1603. — W. H. HAMMOND. — An analysis of youth centre interests
(Analyse des intérêts manifestés dans les centres de jeunesse). —
Br. J. of Ed. Ps., XV, 3, p. 122-126.
Bref compte rendu d'une enquête sur les activités préférées des
jeunes gens d'un centre de jeunesse. Deux types se dégagent : l'un
manifestant des intérêts d'ordre sportif, l'autre d'ordre plus intel-.
lectuel et artistique. J.-M. F.
1604. — KEY L. BARKLEY. — Relative influence of commercial
and liberal arts curricula upon changes in students attitudes
(L'influence relative de l'enseignement commercial et de l'enseigne
ment littéraire sur les changements dans les attitudes des étu
diants). — J. Soc. Ps., XV, 1942, p. 129-144.
Étude faite dans un collège féminin du Sud, au début et à la fin
de l'année scolaire,'en utilisant les échelles d'attitudes de Thurstone.
Peu de différences furent enregistrées entre le groupe des étudiantes
littéraires et le groupe commercial. Le cours de l'année, cependant,
a apporté des changements d'attitudes (sur la guerre, la loi et la
Constitution) ; ces ne doivent donc pas être attribués
à ia différence des enseignements, mais à d'autres facteurs. Il appar
aît aussi qu'on ne peut généraliser les processus qui se produisent
dans un collège déterminé. J. St.
1605. — W. D. WALL. — The educational interests of a group of
young industrial workers (Intérêts scolaires chez un groupe de
jeunes ouvriers d'industrie). — Br. J. of Ed. Ps., XV, 3, p. 127-132.
' Enquête auprès des jeunes ouvriers fréquentant un jour par
semaine une classe de perfectionnement" scolaire. Il en ressort une. APPLICATIONS PÉDAGOGIQUES 719
nette différence entre les intérêts des garçons et ceux des filles d'une
part, d'autre part une préférence marquée des deux sexes pour les
activités pratiques, jointe à une aversion égale pour tout ce qui
rappelle le programme d'enseignement primaire. J.-M. F.
1606. — F. T. WILSON. — Reading interests of young children.
(Intérêts pour la lecture chez les jeunes enfants). — J. of Genet. Ps.,
LVIII, 1941, p. 363-389.
L'A. a posé aux parents de 150 enfants de jardin d'enfants et des
premières classes d'école primaire une série de questions sur l'intérêt
que leurs enfants portaient à la lecture. En général ils s'intéressaient
à la lecture avant d'entrer à l'école, aimaient apprendre à lire et
possédaient un certain nombre de livres. J. P.
1607. — I. H. ANDERSON et W. F. DEARBORN. — Reading
ability as related to college achievement (L'aptitude à la lecture en
tant qu'elle est liée au succès scolaire). — J. of Ps., XI, 1941, p. 387-
396.
On trouve une relation positive entre l'aptitude à la lecture et
le succès scolaire, même quand on essaye d'éliminer ce que ces
2 facteurs ont de commun avec l'intelligence. Ceci justifie l'attention
que l'on doit porter aux problèmes de la lecture chez les écoliers.
Pour les besoins du diagnostic les auteurs recommandent le Test
de Nelson Denny. * N. G.
1608. — P. G. DIEZ. — Ricerca premilinare sulla eonoscenza dei
mestieri e délie professioni in rapporte alla mentalita dei ragazzi
délie scuole elementari e medie (Recherche préliminaire sur la
connaissance des métiers et des professions en rapport avec la ment
alité des enfants des écoles élémentaires et moyennes). — Riv. di
Psic, XXXIX, 1943, p. 35-55.
L'A. demande aux enfants d'écrire la liste alphabétique de tous
les métiers et professions dont ils connaissent le nom ; de souligner
le métier qu'ils aimeraient le mieux, celui qu'ils aimeraient le moins ;
de dire tout ce qu'ils savent sur les deux métiers soulignés.
On s'aperçoit que les enfants connaissent un très grand nombre
de noms de métiers, mais que leur connaissance de ces métiers est
tout à fait fantaisiste. Leurs préférences ou leurs répugnances ne
sont pas dictées par des motifs objectifs. M. R.
1609. — P. G. DIEZ. — Immagini collettive e eonoscenza dei
mestieri e délie professioni nei ragazzi délia scuola media inferiore
(Images collectives et connaissances des métiers et des professions
■ chez les enfants de V école moyenne inférieure). — Riv. di Psic,
XXXIX, 1943, p. 258-277.
Un dessin, un commentaire écrit et un entretien ont été les moyens
employés par l'A. pour déterminer quelle pouvait être la connaissance,
par les enfants, des métiers de vendeur et d'employé.
Il constate que les enfants se font des métiers une idée très con
ventionnelle, se créent des images collectives qui se substituent à la
connaissance concrète de la réalité du travail.
Les dangers de ce fait pour le choix d'une profession sont évidents.
M. R.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.