Généralités. Symptomatologie. Syndromes divers. Caractérologie pathologique. - compte-rendu ; n°1 ; vol.45, pg 343-354

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1944 - Volume 45 - Numéro 1 - Pages 343-354
12 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : samedi 1 janvier 1944
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins

a) Généralités. Symptomatologie. Syndromes divers.
Caractérologie pathologique.
In: L'année psychologique. 1944 vol. 45-46. pp. 343-354.
Citer ce document / Cite this document :
a) Généralités. Symptomatologie. Syndromes divers. Caractérologie pathologique. In: L'année psychologique. 1944 vol. 45-46.
pp. 343-354.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1944_num_45_1_8199■
masculin vis-à-vis des femmes, le coefficient de corrélation foment
trouvé est de 0,79. J. St.
480. — JANE HARKIS SMITH. The relation of masculinity-
feminity scores of sorority girls on a free association test to those
Of their parents (La relation, des roles- de masculinité- féminité
tCétuxliontes avec celles de leurs parents dans un lest d associations
libres). .1. Soc Ps., XXII, 10',:.. p. 79- X5.
l'jti utilisant le lest, de « Vitesse d'Association » de ( ioodenougli
avec Jes étudiantes (te deux sororités, l'A., découvre quo los jeunes
filles les plus « féminines » tendent à avoir un père très « masculin »
et. une mère très « féminine ». 11 semble aussi que les hommes les
plus « masculins » tendent à. épouser les femmes les plus « féminines ».
J. St.
481. — FLORENCE L. GOODENOUG1L — Month of birth as
related to socio-economic status of parents (Le mois de naissance,
en relation avec le status socio-économique des parents). — J. of
genet. Ps., LIX, 1941, p. 65-76.
Blousset, Prutner. Forlano et d'autres, ont, déterminé à l'aide des
statistiques que les enfants nés dans les mois chauds ont un Q. T.
plus élevé que les nés les froids. L'explication,
d'après l'auteur, est la suivante : le Q. I. dépend du milieu social. si" Les parents appartenant au milieu social supérieur s'arrangent,
pour que les enfants naissent dans les mois plus avantageux possible,
pour le premier développement. AL S.
482. — G. HIRSCHBERG et A. H. GILLILAM). Parent-Child
relationships in attitude (Relation entre les altitudes des parents
et celles des enfants). — J. abnorm. Soc. Ps., 1, 1,942, p. 123-180.
Le problème de l'origine des attitudes est ici limité à un seul
facteur, l'influence des parents et du foyer familial, et à 3 attitudes
seulement : envers Dieu, envers la Nouvelle Politique Economique
de Roosevelt (New Deal), et envers la Crise Economique. On trouva
un rapport positif entre l'attitude des enfants et celles des parents,
aussi bien du père que de la mère : les coefficients de corrélation
sont 0,59 pour le New Deal, 0,42 pour la Crise, et 0,29 pour Dieu.
L'influence des mères est plus forte que celle des pères; pour les 3 att
itudes .l'ordre reste le même que précédemment. La grandeur (te cette
relation entre parents et enfants est variable et dépend : du foyer
familial (inlluonce la plus fnrle dans les familles catholiques), dos
sujets, des opinions étudiées. C. N.
5" l's YCUOI.Oi;] K I' ATI) OLOC !OI I1'
ai ( lénêralités. Si/m plomalologic. Syndromes divers
( 'aractérologie pathologique
483. .1. W. THIBAUT. The concept of normality in clinical
psychology (La notion de normalité en psychologie, médicale) . —
Ps. Rev., L, 1943, p. 338-3Vi.
La définition classique de la normalité comnn' adaptation à la
société s«1 heurte à diverses objections : ou particulier elle fait de ■
.i'ti A \ Al, Y S F. S til ULI (Hin A I'll I (v) I K S
la santé psychique une notion complètement différente do la santé
physique et doit ignorer une anomalie qui serait collective. L'auteur
propose l'adoption du point de vue de T. Burrow d'après lequel on
jugera en fonction de l'évolution historique de la culture humaine,
le psychiatre ayant ainsi à porter un jugement non seulement sur
un individu mais aussi sur une civilisation et la thérapeutique visant
à établir une communauté saine. P. O.
484. J. LH BLINEAU et S. FOLL1.V Le Bourreau domestique
et le couple conjugal (Bases cliniques d'une méthodologie « ges-
taltiste » en caractérologie). — An. Méd.-Ps., t. I, 1944, p. 20-50.
Le bourreau domestique est une occasion pour les A. d'aborder
un problème qui dépasse ce cas particulier de la clinique mentale,
l'introduction d'une dimension sociale en psychiatrie en ce qui
concerne aussi bien le diagnostic et la compréhension du malade que
la recherche de thérapeutiques nouvelles. D'où leur étude à côté de
celle du type isolé par lleuyer en 1923 sous le nom de bourreau
domestique de la psychologie du couple conjugal. C'est à l'intérieur
du « Tout » formé parle couple que se développent les incompréhens
ions réciproques verbales ou sexuelles. La faiblesse, la débilité,
le goût du drame de l'une permet à l'autre de réaliser dans ses con
duites son autoritarisme souvent sadique. H. 1!.
485. — L. BONNAFÉ, A. CHAl/RANL), F. TOSQUELLES et
A. CLÉMENT. — Gestalt-théorie et structures en psychiatrie :
la dialectique fond-figure dans la nosologie et la semeiologie.
An. Méd.-Ps., t, IL 1945, p. 275-279.
Les A. rappellent la signification philosophique de la théorie de la
Forme et son caractère réactionnel à certains aspects du scientisme.
Appliquant les notions gestaltist.es à la nosographie ils rapprochent
maladie et figure, personnalité du malade et. fond. En médecine
somatique les formes seraient le plus souvent prägnantes, en psychiat
rie nous aurions des figures ambiguës. Souvent nous ne savons plus
si la personnalité notamment est la figure ou le fond. Quelques illu
strations. Bref rappel des travaux de Goldstein et de la discussion
de Minkowski de la notion de fond mental. H. B.
486. — L. BONNAFÉ, A. CHAURAND, F. TOSQIELLES et
A. CLÉMENT. — Valeur de la théorie de la forme en psychiatrie :
la dialectique du moi et du monde et de l'événement morbide. —
An. Méd.-Ps., t. TJ, 1945, p. 279-284,
Considérations théoriques, souvent sommaires sur l'aliénation
mentale, les rapports du moi et du milieu, le rapprochement des thèses
gestaltistes et de certains aspects du behaviorisme, de l'existentia
lisme et souhait d'une psychopathologie concrète. R. B.
487. — K. OFTINGER. — Die rechtliche Zulässigkeit der Publika
tion von Kraukengeschichten zu psychiatrisch-wissenschaftlichen
Zweck (Sur In légalité de la publication dans un but scientifique
de la biographie des malades). ■— Ar. Suisses de Xeur., LIV, 1944,
p. 227-230.
La publication de l'histoire »run malade dans un but scientifique ■
.
I'N \ C Ü<>[.U(,I K f'.VTilOl.Otj ly I i; •>!•>
ne peut entrainer. selon Fauteur (d'après le droit suisse) de condamnat
ion juridique, si les precautions sont prises pour dissimuler le nom
et rendre l'identification aussi difficile que possible. P. O.
488. — H. BARUk. Le problème moral et le traitement moral
en psychiatrie (Les dérivations du sentiment de culpabilité,
conversion de la douleur morale en agressivité, en paranoïa ou en
délire de persécution. Hormones sexuelles et psychoses de haine.
Éléments de thérapeutique morale individuelle et sociale). —
An. Méd.-Ps., t. I, 1945, p. 385-414.
Cet article est en même temps une profession de loi, l'exposé
d'une théorie fondée sur les observations de l'auteur, une introduction
a son livre Psychiatrie morale, individuelle et sociale. Sur le plan
théorique l'auteur situe sa position par rapport à la psychanalyse
et aux psychologies du comportement qui excluent de leur vocabul
aire les termes de volonté, de bien ou de mal... Analyse intéressante
du complexe de culpabilité, de la réaction de présence. L'A. réaffirme
ses thèses sur la liaison du moral et du physiologique et de l'hormonal.
Rappel dans les conclusions thérapeutiques sur le rôle moral du
médecin et la nécessité de « comprendre ce qui se passe dans l'esprit
du malade » celui-ci n'étant pas pour l'auteur. et contrairement à la
thèse de Blondel, d'une nature différente. R. B.
489. - JEAN DR LAV et PAUL NEVEU. Morphologie et
Psychiatrie. Les profils de déviation proportionnelle. — An.
Med.-Ps., t. 1, 11J44. p. 278-280.
Les A. poursuivent l'exposé méthodologique préliminaire de leur
lechnique par la description des deux types de profil, qu'ils utilisent :
analytique et synthétique, qui leur permettraient non pas de mettre
en évidence des types hypothétiques, mais par le nombre des facteurs
qu'ils font intervenir de se rapprocher de la réalité par le nombre
considérable des combinaisons qu'ils peuvent réaliser. H. !>.
490. — JEAN DELAY H PAUL NEVEU. Morphologie et
Psychiatrie (2e note) (La méthode de déviation proportionnelle
et les rapports anthropométriques. -- An. Méd.-Ps.. t. f. 1944.
p. 165-167.
Les A. poursuivent l'expose des simplifications qu'ils recommand
ent dans la notation et l'interprétation des mensurations. De même
qu'is avaient propose de substituer aux mensurations brutes des
degrés de déviation proportionnelle ils substituent aux rapports
anthropométriques les degrés de deviation de ces rapports. Deux,
exemples concrets illustrent la méthode. R. T>.
491. — JACQUES VI É. Les Méconnaissances systématiques.
(Étude seméiologique.) — An. Méd.-Ps.. t. I. 1944. p. 2-29-260.
Dans cet article où il établit un inventaire descriptif des types
bien définis de méconnaissances systématiques l'A. fait part de
travaux qu'il a menés pendant 15 années. Après un bref rappel de
la littérature, il expose les themes les plus fréquents de méconnais
sance systématique. Méconnaissance des éléments sociaux de l'ident
ité, méconnaissance dos armoiries de Charles VU rejet du nom de \N\I,^SKS I! 1 IM.lUi; I! \ I'll I I,' ! l> Iv'll'l
l'époux, méconnaissance de la nationalité, etc. Mceoimaissauee de
certain« éléments de la personnalité, arrêt do refoulement du temps
à partir du choc affectif initial, allégation d'un changement de. la
personnalité, non poinl dédoublement niais négation que la pei'srmua
lilé actuelle soil la. .suite de la personnalité passer, hum on naissance
des phénomènes morbides notamment étudiée p;ir \ i j ! > i n chez, les
Sénégalais. Méconnaissance d 'éléments de l'en! ou rage, illusions
dérisoires ou syndrome de Capgras cl I.évy-Yalensi. méconnaissance
de la mort, méconnaissance d'événements contemporains, méconnais
sance des lieux. en! ière d'éléments de la personnalité
physique. R. H.
492. .1. DfliLlNEAL. Le terrain convulsiL An. Med.-Ps..
t. II, 19i4, p. 581-590.
Dans cet, article qu'on aimerait moins ramasse l'A. semble
rechercher un terrain qui serait, commun à toutes les crises hysté
riques, épilept iques ou atypiques. Discussion de MM. Marchand,
Delay. Bonhomme. Lhermitte. Dublineau. R. H.
493. !.. BONNAFK. A. GILUJRAND. K. TOSQLKLLES,
A. CLÉMENT. Structure et sens de l'événement morbide.
An. Med.-Ps., 1, 1945. p. 174-180.
Dans quelle mesure les perspectives phénoménologiques peuvent-
olles nous aider à comprendre cette autre «forme de vie » que réalise
la maladie ? Les A. insistent sur les deux points de vue auxquels
doit se placer le psychopal holog'ue » celui du malade et la maladie
venue subjectivement comme changement, et celui du soeius, la
maladie comme un troubh; de l'homme social ». 1!. i>.
494. J. VIE et lî. SliTTEL. Techniques morbides : exemples
empruntés à des travaux féminins spontanés. Au. Méd.-Ps..
t. L 1944. p. ;i57-:u;i.
Communication intéressante dans laquelle les A. veulent montrer
comment le processus morbide agit sur l'activité du sujet, en provo
quant soit de^ altérations durables ou passagères des techniques
normales soil l'apparition d'innovations considérées connue des
néo-techniques. Ces innovations peuvent èlre dans l'instrument, la
matière, ou le procédé employes : exemples de broderies, de panneaux
décoratifs. Cas d'une robe exécutée par une démente précoce ancienne
couturière, exécutée dans une couverture de force sans instruments
de couture, ni ciseaux, ni aiguille, ni tils. R. J!.
495. BRIAl et CLALDE POTT1ER. Curieuses conséquences
du goût de la nouveauté chez un débile mental. An. Méd.-Ps.,
t. f, JOi'i. p. ;{83-:>8C».
Le goût, de la qui est souvent chez le débile la cause de
fugues ou de vagabondages a été à l'origine, l'arriéré dont les A.
rapportent le cas d'un acte absurde et dangereux. I». P..
496. — C. WOLF. — The hand of the mental defective (La mam
du déficient menial)- — Br. .1. of Med. Ps.. XX, t944, p. 147-160.
L'autour décrit un certain nombre de traits caractérisant la main
e| qu'on ne trouve que cite/, les déficients mentaux. Les uns coneer- l'sv ciioi.mii i; i'ATiloi.oiiio i I-: .i'i y
i unit la structure de la main, les autres les lignes de la main. liUle décrit
aussi d'autres caractéristiques qu'on trouve à la fois chez les normaux
H, chez les déficients. Mais plus fréquemment chez ceux-ci, GLU'
insiste sur le l'ait que les anomalies de la main sont des signes qui
permettent d<> diagnostiquer le degré de débilité. Ils permettent
également If diagnostic différentiel dans certains cas de constitution
névrotique ou d'instabilité qui donnent des O. I. très bas chez des
sujets qui ne sont pas débiles mentaux. Kn el'IVI à l'inverse des divers
lests l'examen de la main ne nécessite aucune coopération de la
part du sujet. M. B.
497.— X. ABÉLY. LEROY et SUTTEL. Un cas spécial de glosso-
lalie. — An. Méd.-Ps.. t. II, 1944, p. îM-34.
Cénac avait distingué la glossolalie vraie avec emploi de néolo-
gismes de la schizophasie de la pseudo-glossolalie ou « glossoinanie ■>
avec jeu verbal et syllabique des maniaques. Les A. rapportent le cas
d'une forme hybride sur un terrain psyehopathique complexe.
H. B.
498. — P. L. HARR1MAN. — The experimental production of some
phenomena related to the multiple personality (Production expéri
mentale de quelques phénomènes liés à la personnalité multiple).
— J. abnorm. Hoc. Ps., IL 1942, p. 244.
Nouvelle évidence que les soi-disant « personnalités multiples ».
" dédoublements de la personnalité ». etc., ne sont que des phénomènes
artificiels créés par la suggestion des lignes d'écriture automatique
illisible, écrites en état de transe hypnotique, parviennent cependant
à être lues et traduites clairement par le sujet revenu à l'état normal,
si celui-ci a auparavant reçu la suggestion qu'il -avait écrit quelque
chose de compréhensible. En l'absence de cette suggestion il est
incapable de rien déchiffrer. C V
499. .1. U. Bl RREN. — Psychological examination of children who
later became psychotic- (Examens psi/chologiques d'enfants qui
furent plus lard atteints de psychoses). -- .1 . abnorm. Soc. Ps.,
I, 1944, p. 84-96.
Cette étude a été entreprise dans le but de verifier l'opinion de
certains psychologues ou psychiatres, selon laquelle Je pronostic
des psychoses serait plus favorable si l'on appliquait une thérapeut
ique précoce. L'auteur a donc comparé les résultats, dans les tests,
d'enfants (fui furent plus tard hospitalisés, avec un échantillon repré
sentatif de la population scolaire ; cette comparaison fut facilitée
par le l'ait que, sur G57 malades mentaux, M 8 avaient été examinés
»'tant enfants par le Bureau of Child Study.
Les deux groupes peuvent difficilement être distingués. Cepen
dant, on constate que, parmi les pré-psychotiques, ceux qui devinrent
schizophrènes étaient apathiques étant enfants, et aussi plus intell
igents que la moyenne du groupe pré-psychotique, qui sont en général
excitables et peu intelligents. Celle réaction d'apathie ou d'excitation
semble relativement permanente, Les cas excitables ou exagérément
actifs sont hospitalisées plus fard que le groupe apathique, dont le
pronostic est très mauvais. Ces résultats appuient l'opinion que les '!48
caractéristiques de la personnalité psychopathique sont stables et
peuvent être retracés depuis l'enfance. C. N.
500. — JEAN DELAY, PAUL NEVEU et PIERRE DESCLAUX.
- Sur les résultats concordants de la pneumo-encéphalographie
et de l'éleetro-encéphalographie dans quelques psychoses. —
An. Méd.-Ps.. t. I, 19'. 4, p. :570-o8L
Les A. examinent successivement un cas d'incohérence verbale
d'aspect sehizopliasique et une paralytique générale avec mise en
evidence par l'encéphalographie gazeuse de lésions importantes,
d'atrophie cérébrale, un demi-paranoïde avec schizophasie chez lequel
la ventriculographie manifeste une lacune pariéto-frontale considér
able, une paraphrénie d'évolution ancienne et un syndrome maniaque
dans lequel la ventriculographie a révélé une atrophie préfrontale
et déterminé une inversion de l'étal, thymique. R. B.
501. — M. OSTOW et OSTOW. — The frequency of blinking in
mental illness : a measurable somatic aspect of attitude (La
fréquence du clignement clans les affections mentales : un aspect
somatique mesurable de V attitude ). — J. of n. and in. D.. Cil,
1945, p. 294 -h! OU
Dans des conditions semblables, la fréquence, des clignements
chez un individu donné' est sensiblement constante. Chez les psycho-
siques la fréquence est moins uniforme, et plus basse. La fréquence
varie en proportion de l'intérêt apporté au milieu : les variations de
fréquence refléteraient le besoin de précision visuelle ou de compré
hension mentale, et le clignement pourrait faciliter la circulation
intraocuiaire. IL P.
502. — M. R. JONES. Measurements of spontaneous movements
in adult psychotic patients by a time-sample technique : a method
ological study (Mesures de mouvements spontanés chez les malades
mentaux adultes, par la, technique de V échantillon de temps), ■ —
J. of Ps., XI, 1941, p. 285-295.
L'auteur veut démontrer qu'il est possible et utile de mesurer la
fréquence et l'amplitude de certains mouvements nerveux (tics, etc.)
chez les malades mentaux, par une observation de chaque sujet
20 fois de suite pendant «"> minutes consécutives. Ces observations
(Mit été faites sur 150 malades, auparavant familiarisés avec la
présence des observateurs. Les mouvements étudiés ont été répartis
en 9 catégories comprenant divers des mains sur diffé
rentes parties du corps : visage, ensemble du corps, region génitale.
L'auteur ne dégage ici aucune conclusion définitive si ce n'est que la
technique employée est valable, qu'on doit seulement la préciser et
la systématiser. \. Ci.
503. ~~ VV. 11. VVIJLKECK. Motor function in the mentaly disor
dered : III. intra-individual consistency of expressive movement
in psychotics, psyehoneurotics and normals (La fonction motrice
dans les troubles mentaux : 111. la. stabilité individuelle du mouve
ment expressif dans les psychoses, la psychonécroses, et chez les XI,'
normaux). — J. of Ps.. p. 151-160. 1941,
Cent vingl-lrois sujets au total, des normaux, des schizophrènes, \ i .11 <n,< m; i i: i' \'i'iio mm, iu i I-: '.','1'.) i's
des maniaques-dépressifs, ri des névrosés, ont subi 'i jour-- de >ui1e
une ai' no, do. 8 lests do performances motrices . reproduction-, gra
phiques do formes et, grandeurs différentes, ergograplie, traçage,
rvthrnes réguliers et irréguliors, coordination motrice. 1/antenr a
établi des indices de stabilité moi rice |>;ir le calcul de la lidélite des
résultats obtenus aux tests les 2'' el 3(1 jours. Les maniaques-dépressifs
ont obtenu le plus liant degré de stabilité, avec un indice moyen de .81.
Les normaux ont un indice moyen de .80. les schizophrènes .71, et. les
névrosés .75. L'auteur pense que la difference entre les groupes est
suffisamment suggestive pour que l'expérience soit poursuivie sur
un pJus grand nombre de données. X. (i.
504. — A. iNARDl. — Ipertimismo e psiche (JJyperth/jmismc a
psyche). — Riv. di Psic, XXXVIIL 1942. p. 31-42.
L'A. examine un groupe d' >< Hyperthymiques ». L'intelligence
est médiocre, la mémoire, sutout la mémoire immédiate et visuelle,
est bonne, l'attention est faible, l'affectivité est normal»!, les émotions
sont excessives, la volonté est faible, le rendement scolaire est
insuffisant chez beaucoup de ces sujets.
L'A. explique par ces constatations que ces individus se classsent
souvent mal à l'école et dans la vie. M. R.
505. — R. BESSIÈRE, R, PUECII et J. MORICE. -- Les troubles
mentaux dans l'hypotension intracranienne. An. Méd.-Ps..
t. II, 1945, p. 550-554.
Les troubles notés sont une confusion mentale légère, une certaine
somnolence pouvant aller jusqu'à la narcolepsie. si l'on considère la
période prodromique. Troubles transitoires. A la période d'efat : étal
maniaque ou dépression mélancolique, parfois aphasie. Ces troubles
semblent bien liés à l'hypotension et non à des lésions associées, du
moins dans certains cas. R. B.
506.— X. ABÉLY. P. DESCLATX et R. SITTEL. —Erotomanie
bradypsychique. — An. Méd.-Ps., I, II. 1945, p. 271-275.
L'intérêt, de cette communication réside dans celle association
de l'érotomanie et d'un ralentissement psychique. li. 1!.
507. — H. BAItUK. — Les crises nerveuses généralisées (séméiologie,
diagnostic, conduite à tenir notamment en neuropsychiatrie
militaire). — An. Méd.-Ps., t. Il, 1941, p. 245-278.
Entre la crise épilepfique et la crise pithiatiqiie il existe toute
une gamme de crises nerveuses dont l'auteur entreprend une brève
description : la crise de fureur ou d'agitation automatique, la crise
d'onirisme. les crises si uporeuses. les crises cataleptiques et cafa-
leptohypertoniques, les crises d'énervomenl . R. B.
508. — X. ABELY. — Diminution des psychoses affectives pendant
la guerre. — Presse Médicale;, 5 août 194 4. n° 15, p. 227-228.
La diminution des maladies mentales pendant la guerre a porté sur
les états d'excitation, les mélancolies anxieuses, les confusions, les
délires aigus et chroniques (sans modification pour les formes hallu
cinatoires et les paraphréniesi. ■
I
.

.!.iU v \ \ I s s i:s i! t; Lien, is \ i-irii,»! !.s
Lc meute fail avail < 1 1 déjà • •nn.stal.é par Esquirol H pur Hail
larger pendant le siège dr. Paris.
C'est seulement an début des perturbations sociales qu'on obser
verait la recrudescence de« troubles mentaux. Ensuite certaines
causes pathogènes disparaissent (moins de conflits sociaux et l'ami
liauM. et il y a atténuation adaptative de la tonalité alïei'!i\c:
la sensibilité s'éniousse. Les suicides se réduisent aussi. Il y a un
envahissement d'une mentalité végétative avec sécheresse de cu-ur.
II. I'.
509. T. HIRROW. Neurosis and War : a problem in human
behavior (La névrose et la guerre : problème de com portement
humain). .) . of IN.. XII, 19'. 1, p. 2:i5-24(J.
I/auteur aborde tous les problèmes du comportement humain en
lermes biologiques. En ce sens le normal sera seulement ce (fui est
réaction biologique essentielle d'un organisme considéré comme un
tout dans sa relation au milieu. Le comportement normal çst alors,
pour l'individu comme pour les espèces, la santé, l'équilibre des
réactions entre organisme et milieu. Le moyen d'une
société peut être une déviation par rapport aux. normes biologiques.
Les hommes sont conditionnés à des systèmes secondaires, à des
images symboliques, affectives, en particulier au bien et au mal.
(les systématisations peuvent empêcher les relations primaires de
s'établir, et conduire les sociétés comme les individus, aux états de
névroses. La guerre ne peut pas être considérée comme donnant lieu à
des comportements objectifs ; chaque belligérant se targue d'être
dans le vrai, dans le bon droit, et dans cette attitude d'esprit chacun
cherche une paix juste et durable. Hin réalité, un nouvel ordre du
monde, qu'il devient urgent d'établir, ne pourra exister que si l'on fait-
appel aux hommes de science, aux spécialistes du comportement
humain, pour que cet ordre nouveau soit fondé sur les processus
biologiques essentiels, et non sur des idéologies partisanes.
X. G.
510. ■■-• FLORENCE M. YOUNG. — A juvenile case of war-connected
trauma (Cas juvénile de traumatisme de guerre). — .1. of Ps., XTX.
1945, p. :M-V2.
Analyse descriptive des séquelles émotives d'un enfant américain
de 15 mois survenues à partir du bombardement de Pearl Harbour
(7 dec. 1941). Ce cas a été suivi par l'auteur jusqu'en août 44, soit
pendant, près de U ans. Les principales étapes de ce traumatisme
affectif et ses répercussions sur l'ensemble de la personnalité furent
les suivantes : on constata : colères subites suivies d 'urination et de
défécation involontaires, carence de langage (diagnostic de mutisme
hystérique), incapacité motrice, refus d'alimentation autre que
lactée, etc. lin programme précis de réadaptation (tant à la maison
qu'au jardin d'enfant) diminua ces troubles : en particulier à partir
du printemps 44 le langage, quoique pauvre, réapparaît et les rela
tions sociales se normalisent. De l'ensemble des nombreux tests
administrés à cet enfant, il résulte que son retard est dans tous les
domaines (physiologique, mental, etc.) d'environ une année, mais que
de semaine en semaine, ce relard tend à se combler (les résultats à i
:
«. n ni. in; I i-, i' \TiIo i.im; Ig i: .'!."> I i'SY
i t'rtaiüb ttsl> ('ii août i't <. oi respondent a i agcVlinmologique,! Cette
acceleration des progrès constates altirniê a l'évidence la reponsabilile
manifeste (les circonstances de la guerre. I'. M.
511. - E. STENGEL. Air-raid phobia (Phobic des raids aériens).
Br. .!. oT Med. Ps.. XX, 194'.. ]». i:i5-14:i.
Étude basée sur :> cas. Dans Ions, celle phobie s'est développée
sut' un terrain d'agora el de elan s I rophohie al ten née. L'analyse mont re
en détail pourquoi ces patients réagissent de façon 1res différente
(Je (M;lle dont réagissent, la grande majorité des névrosés exposés aux
risques de guerre. On a trouvé à l'origine de cos troubles un certain
I vpe d'expérience traumatisante en même temps qu'une silualion
familiale al'l'ecfi veinent défavorable. M. I!.
512. — H. HÉCAEN. — L'influence des émotions de guerre sur
l'état mental des malades d'un service psychiatrique de Normandie.
- An. Méd.-Ps.. 1. 1, 1945. p. 71-74.
Quelques considérations statistiques qui soulignent, selon l'A.,
l'influence de l'émotion sur révolution de la schizophrénie par réac
tivation de l'affeelivité.
Conclusions pratiques ne pas laisser les malades vivre dans la
monotonie. H. R.
513. — G. ANDERSON. On certain conscious and unconscious
homosexual responses to warfare (Quelques réactions homosexuelles
conscientes et, inconscientes en temps de guerre). Br. .1. of Med.
Ps., XX, 1944, p. 161-174.
Ktude portant sur 5.000 malades entrant au centre pour névrosés
aux fins de traitement. Les tendances homosexuelles aussi bien
latentes qu'exprimées sont des facteurs déterminant l'éelosion de
désordres névropathiques dans 8 % des cas. Sur 5.000 névrosés.
4 % étaient des homosexuels conscients, instables et 4 % des homos
exuels latents. La conduite instable de l'homosexuel conscient est
provoquée en partie par l'attitude hostile du groupe et en partie par
le fait que l'homosexuel attend du groupe une satisfaction narcis
sique. Les mécanismes de défense s'expriment sous forme de réactions
anxieuses, hystériques et paranoïaques. La réactivation et l'inten
sification de tendances homosexuelles latentes sont dues à l'inclusion
dans un groupe masculin ; elles aboutissent à l'hystérie, à l'angoisse,
à des états paranoïaques, au prurit anal. La participation à des actions
militaires (combat) peut aboutir à la réactivation de tendances
homosexuelles sadomasochistes. La mort d'objets d'amour homos
exuel peut provoquer des troubles névrotiques prolongés.
M. I!.
513 bis. — E. VERPLANCK UN. — Enuresis nocturna in oorlogstijd
(L'incontinence d'urine en temps de guerre). - VI. Opv. Tijd.,
XXV, 1944, p. 97-101.
L'A. rappelle un travail antérieur (même revue. 1940) ou il
allirmait que le traitement de l'incontinence d'urine pose des pro
blèmes plus pédagogiques que médicaux. 11 y ajoute quoique« obser
vations et constate que celle affection est devenue plus fréquente

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.