Georges Gurvitch ou la discontinuité du social - article ; n°3 ; vol.8, pg 347-361

De
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1953 - Volume 8 - Numéro 3 - Pages 347-361
15 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 1953
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins

Fernand Braudel
Georges Gurvitch ou la discontinuité du social
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 8e année, N. 3, 1953. pp. 347-361.
Citer ce document / Cite this document :
Braudel Fernand. Georges Gurvitch ou la discontinuité du social. In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 8e année, N.
3, 1953. pp. 347-361.
doi : 10.3406/ahess.1953.2187
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1953_num_8_3_2187■
LES SOCIOLOGUES CHEZ
GEORGES GURVITGH
OU LA DISCONTINUITÉ DU SOCIAL
L'amitié ne saurait m'empêcher, au contraire, de parler avec équité et
impartialité — j'aurais dit hier, avec objectivité — de la pensée compliquée,
théorique mais riche de contenu concret, révolutionnaire mais en même temps
catégorique' et cependant nuancée de Georges Gurvitch. constructive,
J'ai l'avantage, depuis des années, de vivre de plain-pied dans ce monde
de pensées hérissées de difficultés, ouvert sur des spéculations étrangères
souvent, sinon toujours, à l'historien — dans cet univers que Georges Gurvitch
a fabriqué à l'image de son esprit vif, batailleur, volontiers algébriste, ennemi
jusqu'aux dernières conséquences de la formule poétique ou de l'image qui
peut cacher souvent d'insuffisantes exigences ou des erreurs de raisonnement.
Systématique aussi (quoiqu'il s'affirme hostile à tout système), peut-être
dans la mesure où le goût du système reste la marque indélébile du philo
sophe? Il est mutile de dire qu'un historien est invinciblement tenté, dans un
tel univers, de bousculer ces trop claires déductions, toutes ces verreries et ces
cristaux, tant d'affirmations successives et de trop longs enchaînements. Que
dire, au premier abord, de ces onze formules ramassées en quelques lignes,
par quoi Georges Gurvitch précise un instant les caractéristiques de ce groupe
ment à part qu'est une classe sociale? Onze remarques reprises d'ailleurs de
quinze critères généraux exposés préalablement. Une colère vengeresse nous
saisit.... Surtout ne nous gênons pas ! L'hôte de la maison est de ces esprits
très rares, qui, de façon presque perverse, aiment la discussion, l'échange des
idées, les chocs brutaux ; il en vit, il les provoque et ne garde jamais mauvais
souvenir des coups qu'il reçoit, pas plus, soyons juste, que de ceux qu'il
porte.
- C'est bien entendu parce que, à ce jeu, verrerie et cristaux s'avèrent plus
solides qu'on ne le craignait ou qu'on ne le souhaitait a priori, qu'il en sera
longuement question dans les lignes qui vont suivre. Elles ne prétendent
d'ailleurs saisir et discuter qu'un seul aspect de la pensée de Georges Gurv
itch. Je ne veux mettre en cause que son excellente Vocation actuelle de la
sociologie (1950) x et encore considérée exclusivement dans sa première partie,
1. Paris, Presses Universitaires de France; in-8°, 607 p., 1 200 francs. • ANNALES 348
jusqu'à sa page 348. Je laisserai de côté la seconde partie, elle reprend des
études anciennes sous un titre un peu trop commode, « Antécédents et
perspectives»1 ; mieux eût valu, à mon avis, ne pas les accoler à ce livre neuf
et dynamique qui en eût été allégé. Quoi qu'il en soit, aujourd'hui, pour un
historien, la littérature actuelle n'offre rien d'aussi ferme, d'aussi nourris
sant que ces quatre cents pages tendues, bourrées d'idées et d'intelligence....*
Même si, finalement, nous ne voulons pas en suivre toujours les leçons péremp-
toires, le dialogue s'engage fructueux, comme hier avec François Simiand,
Maurice Halbwachs ou Marcel Mauss.
I
Georges Gurvitch adore détruire. Il le fait avec une sorte d'enthousiasme.
Trop vite, sans doute. Tels ces professeurs de philosophie dont le jeu est de
passer en revue la longue théorie des prédécesseurs, heurtés aux mêmes éter
nels problèmes. Exécuter ces philosophes les uns par les autres, puis achever
les survivants....
Le livre de Georges Gurvitch commence donc par une série de meurtres
que nous considérerons comme bénéfiques, même s'ils ont déjà été perpétrés
par d'autres que notre auteur. Il y a des morts qu'il faut tuer deux fois. Ces
morts, en l'occurrence, ce sont tous les faux problèmes de la sociologie du
xixe siècle. Il fallait, sans doute, mettre en lumière ces perspectives d'hier
pour que puisse se créer une sociologie neuve, libérée de discussions aujour
d'hui stériles.
Georges Gurvitch, pas plus que nous, ne croit à la valeur d'une philoso
phie de l'histoire qui serait l'essence d'une sociologie appliquée à dégager et
à fixer, au delà de l'accidentel, l'évolution de l'humanité, et donc science au
sens habituel du mot, puisqu'elle prévoirait l'essentiel, sinon le détail de
cet avenir. A condition, évidemment, que l'on accepte comme postulat le
développement unilinéaire de la société, que demain soit, fonctionnellement,
une conséquence d'aujourd'hui, un devenir prémédité, comme biologique,
qu'il n'y ait donc ni rupture, ni discontinuité, nLinnovation,ni « scandale »
comme s'amuse à l'écrire Claude Lévi-Strauss..., à condition de croire « au
principe sacro-saint de la .continuité ». Pour ne pas y avoir cru hier, en 1938r
Marc Bloch, à la Société d'Histoire moderne, reçut un accueil dont il vaut
mieux (pour la Société) ne pas parler. Libre aux partisans du continu — il
en reste (récit continu ou évolution continue) — de ne pas parler de Downfall
of Evolutionism avec A. Goldenweiser, et de continuer à expliquer la Révolu
tion par la Pré- Révolution, la Réforme par la Pré-Réforme, le Capitalisme
par le Pré -Capitalisme.... Libre à des sociologues attardés d'expliquer les
sociétés évoluées par les sociétés archaïques comme si elles étaient des points, même'
éloignés certes, mais rigoureusement situés sur une courbe.... Libre
enfin, aux journalistes, de discourir sur le retour éternel de l'histoire — oui,
1. En fait, trois études : Le problème de la conscience collective dans la sociologie de Dur-
kheim ; — La magie, la religion et le droit ; — La science des faits moraux et la morale théorique
chez Durkheim. GEORGES GURVITGH OU LA DISCONTINUITÉ DU SOCIAL 349
mais quelle histoire? Nous n'épuiserons pas le débat en ces quelques lignes....
Il y aurait beaucoup à dire, à la suite de Georges Gurvitch, sur le « monisme »
social qu'implique cette « philosophie de l'histoire ».... Mais au delà de cette
vigoureuse critique, dégageons bien cette idée de discontinuité à laquelle
Georges Gurvitch adhère si fortement, sur quoi il bâtira presque toute sa
maison. Pour lui, le social, aux réalités diverses, multiples, disjointes, accepte,
dans le temps, des coupures multiples, légères celles-ci, profondes,, presque
totales, celles-là.... Or, si l'histoire est ainsi discontinue, fragmentée, toutes
les sciences sociales préoccupées de saisir l'actuel sentent, derrière cet ins
tant présent qu'elles observent, tant de ruptures et de failles précédentes
qu'elles sont comme isolées dans la brève réalité vivante.... Cloîtrées en elle.
Prisonnières. Le présent est une réalité presque autonome. Tout un anti-
historicisme guette et frappe les sciences sociales. Les voilà dans l'impossib
ilité d'utiliser le passé, de s'en nourrir. Nous retrouverons cette idée, qui
certes ne peut nous laisser insensible. Chez Georges Gurvitch, elle commande
une série de démarches, d'engagements, de conclusions.
Philosophie de l'histoire, première victime. Celles qui suivent ont moins
de poids, sinon en elles-mêmes, du moins pour le croquis que nous crayon
nons de la pensée de Georges Gurvitch. Il s'agit, en fait, .d'assassinats encore
plus rapides, et certes peu dramatiques. Du travail vite expédié. Nous vou
lons bien, nous aussi, qu'il n'y ait, en vérité, ni sociologies du progrès, ni
sociologies de l'ord^ (selon les classifications de Léon Brunschvicg), qu'il
n'y ait pas, en somme, un mouvant social ininterrompu qui emporterait
tout vers un idéal unique ou, à l'inverse, une structure sociale ou plutôt
une « cristallisation » définitive que rien n'userait au cours des âges de l'his
toire. Nous acceptons plus aisément encore, malgré quelques affirmations ou
illusions d'Auguste Comte, qu'il n'y ait pas de conciliation possible entre cet
ordre et ce progrès....
Même problème ou presque : il n'y a pas dans la vie sociale, si complexe,
de facteur dominant ; sa quête s'avère un leurre. Ici, à nouveau, nous nous
réjouissons en connaissance de cause. Non, pas de force prépotente par défi
nition, et à longueur de siècles — que ce soit le jeu puissant et mêlé des
facteurs économiques, ou plus étroitement la circulation des hommes et de
leurs biens matériels et non matériels, voire les grands impératifs de la
production, les contraintes de la technique, ou les discordances si essentielles
soient-elles du social et de la vie économique, ou les réalités démographiques....
Et nous ne chercherons pas davantage à défendre les lois sociologiques.
Georges Gurvitch n'y veut pas croire, mais ne les abandonne qu'à moitié
pour se retirer sur des positions préparées minutieusement à l'avance, celles
des « régularités tendancielles » : à l'avance, puisque l'expression est de Gaston
Richard, et minutieusement puisque, ici, une fois de plus, la casuistique de
Georges Gurvitch multiplie les précautions. « En bref, écrit-il, le centre
d'intérêt de la sociologie du xixe siècle, c'est-à-dire la recherche des lois 350 . ANNALES
sociologiques régissant le fonctionnement et la marche générale de lasociété,
n'est plus celui de la sociologie' d'aujourd'hui. Les recherches détaillées [c'est
moi qui souligne] auxquelles elle se consacre n'aboutissent point et ne se
proposent pas d'aboutir à des lois causales ou à des lois de développement.
Le concept de type social qualitatif et discontinu a éliminé le concept de loi»
(p. 48). Cette dernière phrase, à elle seule, mériterait bien des discussions.
L'accent mis sur le qualitatif, le discontinu et aussi le détail (par détail
entendez, en particulier, la « microréalité » sociale) n'ira pas sans inquiéter
les hommes de notre génération, habitués à, rechercher avant tout le général
et, le disant ou non, à construire leurs enquêtes en fonction d'un détermi
nisme assez rigoureux, même s'il s'agit d'en retrouver les failles. C'est dire
que j'hésite et ne suis pas sûr de bien comprendre notre guide en ce point de
son discours.... «En bref», dit-il. Et c'est justement là que l'on voudrait
s'arrêter pour l'interroger et s'interroger....
Sur la dernière démolition — la fausse opposition entre individu et
société — pas d'hésitation au contraire. Nous portons la société en nous, elle
est notre substance et nous sommes sa substance. L'individu ne s'oppose pas
à la société. Rien de plus juste, en ce débat, que la réciprocité des perspectives,
ce mélange du Moi, du Nous et de V Autrui... pour parler, un instant, le
langage des sociologues. Disons cependant qu'historiens nous le savions depuis
longtemps déjà. Les biographies elles-mêmes nous l'ont appris dès nos premiers
pas. Il n'y a pas un personnage qui ne soit à saisir dans son temps et son
milieu, à restituer dans l'éclairage des douze ou quinze livres-maîtres qui,
Lucien Febvre aime à le dire, représentent et forment, assez régulièrement,
la mentalité d'une époque -dans ce qu'elle a d'essentiel — enfin et surtout
comment le camper hors de son entourage, hors de Y Autrui et du Nous?
Mais, résumons. La sociologie sort d'une crise — elle aussi. Il faut,
déclare Georges Gurvitch, qu'elle en profite pour « s'épurer », reviser ses
méthodes et ses concepts. Sinon, « doit-elle céder la place à quelque autre
science humaine plus féconde et qui réussirait à présider avec plus d'effi
cacité à la coopération des sciences sociales et à leur • intégration dans un
ensemble cohérent » (p. 48) ?
***
Avant d'aller plus loin, qu'on me permettre quelques réflexions, voire
quelques critiques. En fait, ces démolitions à quoi, d'entrée de jeu, nous
sommes conviés, sont-elles complètes ? Nous les donne-t-on à titre d'exemples,
en nous laissant le soin de les étendre? Pourquoi, de cette vieille controverse
déterminisme-liberté, n'est-il pas largement question alors que Georges
Gurvitch a écrit sur ce thème majeur la première ébauche d'un livre serré,
alors qu'il pense, si je ne fausse pas trop son explication, que chaque science,
chaque tentative scientifique découpe dans le réel, un monde particulier —
celui de la physique ne rejoignant pas celui de l'astronomie, ni celui de la
chimie, ainsi de suite ; alors qu'il pense qu'il n'y a pas un monde scientifique
déterminé,- un mais bien des mondes entre quoi s'étendent nos ignorances et
s'installent nos rares libertés? GEORGES GURVITCH OU LA DISCONTINUITÉ DU SOCIAL 351
Pourquoi rien, aussi, ou presque rien, sur les sciences humaines rénovées
du xxe siècle (géographie, ethnologie, "économie politique) ? Rien non plus
sur l'histoire, ou si peu.... Or, la sociologie ne peut être construire et enfermée
en elle-même. Elle n'est pas autarcique. De même, pourquoi rien, ou presque
rien, en dehors de tant de pensées sous-jacentes, sur les sciences exactes et
expérimentales, dont l'idéal, les méthodes nous tourmenteront' toujours,
même lorsque nous devinons que nos regrets ou nos imitations s'adressent
à la science d'hier, beaucoup plus encore qu'à celle d'aujourd'hui? Georges
Gurvitch, lors de ses très rares comparaisons, puise volontiers dans les
exemples de la microphysique, pour opposer ses équations d'incertitude aux
lois, ou soi-disant lois, de la physique macroscopique. La pensée qui s'ex
prime dans le livre de Pierre Auger, Uhomme microscopique1, est présente
ici, comme elle l'était dans tant de remarques et d'écrits de ces vingt der
nières années. Alors, n'était-il pas nécessaire de la dire avec netteté au seuil
de ce livre révolutionnaire, de rattacher ou d'opposer la neuve sociologie
aux neuves sciences expérimentales? Gros problème que discutait tout der
nièrement encore, avec beaucoup d'intelligence, Francesco Vito2, à propos
de l'économie politique et de ses méthodes.
N'y aurait-il pas lieu aussi de tenir compte tout pareillement, en ces
domaines méthodologiques, [du livre Jsi novateur de Johan von Neumann et
Oskar Morgenstern, cette Theory of Games and Economic Behavior3 parue
en 1944 et sur quoi Jean Fourastié4 vient de publier un article enthous
iaste? Leurs remarques sur le prévisible, l'imprévisible et le conditionné
en matière sociale, méritent attention. Elles rompent le cercle ensorcelé du
déterminisme social.
Plus encore, le vieux débat du subjectivisme et de l'objectivité en sciences
sociales, ce boulet, n'avions-nous pas le droit d'en être délivrés enfin, nous
spécialement, les historiens — que certains philosophes à peu près au courant
de l'histoire telle qu'elle se pensait]il y a soixante-quinze ans enferment toujours
dans ce dilemme stérilisant? Il n'y a pas plus d'histoire ou de sociologie
objective, entièrement objective, dirait Georges Gurvitch, qu'il n'y a, même
à la limite, de physique objective. Le physicien ou le sociologue, l'historien,
les observateurs du social, tous travaillent en eux-mêmes, et hors d'eux-
mêmes, ils créent autant qu'ils recueillent ou enregistrent. Lucien Febvre
a su dire, mieux qu'un. autre, combien l'historien ajoutait et devait ajouter
à la matière brute de l'histoire, aux documents et aux faits. « II n'y a pas
d'histoire objective», au sens courant de l'expressfon5. Ce qui ne veut pas
dire que l'historien ait le droit de s'abandonner sans plus, à ses passions, à ses
simplifications ou, qui pis est, à ses prudences. Il fera bien, au contraire, de
s'astreindre à une problématique décidée, de formuler nettement ses desseins,
1. Paris, Flammarion, 1952 ; in-8°, 240 p. (Coll. «Philosophie scientifique»).
2. Vers un renouvellement des méthodes de l'économie politique, dans Bull. Intern, des Sciences
Sociales, Paris, U.N.E.S.C.O., 1950, vol. II, n° 3.
3. Princeton University Press, 1944.
4. Critique, octobre 1951.
A' propos d'une prétendue liberté de l'historien, dans Mélanges Georges 5. Jean de Sturler,
Smets, Bruxelles, 1952. 352 ANNALES
ses questions, puis vigoureusement d'attaquer le- réel. L'histoire-problème :
un beau programme....
Oui, pourquoi en ce débat préliminaire, Georges Gurvitch n'a-t-il pas
signalé et reconnu qu'il ne peut pas y avoir de sociologie neuve tant que per
siste une histoire pareille à celle qui continue de s'enseigner imperturbable
ment dans tant de Facultés, en France comme à l'étranger ; et pas non plus,
tant que tâtonne une géographie qui serait géologie déguisée, ou tourisme
naïf, éternelle et puérile découverte de l'Amérique ou compendium rival
du Petit Larousse illustré ; ajoutons encore : tant que survit une économie
qui serait toujours, par inadvertance, celle de Robinson Crusoe dans son île,
voire de cet écureuil prévoyant de Charles Gide, amassant des réserves aliment
aires, pour l'hiver?... Tout se tient dans l'étude du social, et d'abord les
sciences sociales elles-mêmes.
Dernière remarque, non la moindre. Cette opposition constante d'un
xixe siècle qui penserait mal et d'un xxe assagi qui penserait mieux, n'est-elle
pas souvent assez factice? S'il y a discontinuité d'une époque à l'autre, ne
venons-nous pas seulement de la traverser, il y a quelques instants, de la
vivre tant bien que mal, sans avoir la certitude que la houle soit derrière
nous? L'opposition n'est pas tant de part et d'autre de l'année 1900, que de
part et d'autre des années 1920-1930. Alors un nouveau siècle aura commencé.
C'est le sentiment que laisse deviner notre guide lui-même, par instants,
quand nous sentons, sans qu'il l'indique clairement, au hasard des mots et
des images, combien il a, lui-même, rompu avec Bergson, Scheler, ou Dur-
kheim.... Dire sociabilité, là où Durkheim disait solidarité, n'est pas simple
fantaisie de vocabulaire. Alors ne serait-il pas juste de nous en prévenir —
d'entrée de jeu ?
II
Détruire, puis reconstruire. La partie positive s'affirme, chez Georges
Gurvitch, plus large, plus complexe que son préambule destructeur. Mais
ici, historiens de bonne volonté, nous risquons de perdre pied assez souvent.
Certes tout est clair, ordonné, précisé ■ — et pourtant la topographie générale
du livre se saisit mal, au premier abord, et l'artifice géométrique de la pré
sentation « pluridimensionnelle » (plans verticaux et plans horizontaux, nous
dit-on) finit par être peu rassurant. S'il faut, pour comprendre, s'y reprendre
à cinq ou six fois, c'est peut-être que toute initiation se paie ? C'est peut-être
aussi que Georges Gurvitch s'est engagé dans une tâche surhumaine. Il
aura tenté une sorte de reconstitution d'ensemble à l'image de celles que
tente et réussit la chimie organique : recréer une substance à formule complexe,
à partir d'éléments assez simples, avec l'espoir secret, au terme de l'expé
rience, de retrouver la vie — ou du moins, avec le ferme propos de pousser
cette reconstruction jusqu'aux abords mêmes de la réalité vivante. Ainsi
procède, notons-le, une économie politique préoccupée, elle aussi, de façonner
des « modèles » déduits de l'expérience, puis replacés dans la réalité. Tout
navire ne doit-il pas être lancé dans son élément ? Le « modèle'» de Georges GEORGES GURVITCHVOU LA DISCONTINUITÉ DU SOCIAL 353
Gurvitch est-il vivant, flotte-t-il ? Seul le recours au concret, à l'expérience,
à la chaleur de la vie peut justifier son entreprise' obstinée. Ou plutôt ses
entreprises, car il s'y reprend à plusieurs fois pour construire son « modèle ».
Deux fois au moins, à la verticale tout d'abord, ensuite à l'horizontale. Mais
ces images sont plus simples, a priori, qu'après expérience.
* *
Premier chemin : la sociologie en profondeur. Pour un philosophe d'ori
gine, comme notre guide, la formule n'est pas, j'en suis sûr, sans se ressentir
des résonances du « Moi profond » chez Bergson, voire de « l'inversion ou de
la réduction » des phénoménologues dont il se reconnaît coupable, une fois
au moins, d'avoir abusé (p. 51, note 1). Mais qui, aujourd'hui, dans les sciences
de l'homme, ne se tourne pas vers les profondeurs, vers « le plus caché » ?
Question de mode, ou nécessité ? « II n'y a de science que de ce qui est »,
selon le mot de Gaston Bachelard.... Le caché, le profond, ce n'est pas, dit
notre guide précautionneux, désireux d'échapper à tout dogmatisme et à
toute échelle illégale des valeurs — ce n'est pas le plus important. C'est, sans
préjuger de son importance réelle, le plus difficile à atteindre pour l'enquêteur.
Car c'est de lui qu'il faut partir. Ainsi se présentent au sociologue qui les
observe, des nappes de réalité sociale de plus en plus malaisées à prospecter
et à reconnaître, des «sphères», des franges, des cercles, des «paliers» success
ifs. Le plus simple à saisir est encore la surface écologique et morphologique
de cette société — nous dirions, un peu vite, le géographique, en entendant
par là, à la fois, la scène géographique, le jeu que les hommes y mènent, leur
nombre aussi, ce qui est plus large et plus net (au moins pour nous) que cette
surface dite écologique et morphologique dont trop de sociologues ou ethno
graphes pensent que l'on pourrait ensuite éplucher le social comme, de son
écorce, un fruit.... Mais passons et, non sans sourire, signalons à nos amis
géographes ou démographes la facilité qu'il y aurait à appréhender cette
simple écorce. Autre écorce, ou autre sphère, celle des superstructures
organisées, des architectures sociales, avec leurs lourdes contraintes.
Pourrait-on , dire, au sens que leur donnent les historiens, les institutions ?
Ce serait infléchir et dévier l'observation du sociologue qui, plus qu'aux
institutions, songe, ici, aux consentements, aux obligations, aux habitudes
collectives qui les sous-tendent et les nourrissent de réalité sociale.... Ce sont
les manuels d'institutions des historiens et des juristes qui réduisent et simpli
fient le réel, le vident de son contenu humain. Autre sphère, les modèles
sociaux — les patterns : tous les gestes préfabriqués par la société, proposés aux
individus, les plats régionaux, les politesses, les fêtes nationales, les formes de
l'éducation, de la vie politique, tous gestes qui modèlent « non seulement les
comportements mais encore la vie mentale ... collective ou individuelle ». Un
peu plus loin, voici ces régularités des conduites, hors des institutions, entendez
aussi les genres de vie, les mœurs, les routines, les modes, même les engouem
ents.... Au delà se saisiraient les rôles sociaux dont la première idée est à
chercher chez G. M. Mead, enfin les attitudes collectives, les symboles sociaux.
Annales (8e année, juillet-septembre 1953), n° 3. 23 A N-N ALES- 354
Sur cette dernière « sphère » symbolique (mystique, mythologique et parfois
rationnelle), Georges Gurvitch insiste beaucoup, chemin faisant. Enfin voici
les « conduites collectives effervescentes, novatrices ou créatrices ». Le lecteur,
historien comme moi-même, ne comprendra pas toujours cet itinéraire sous
le signe du pragmatisme (mais un pragmatisme qui n'est pas le nôtre) :
sphères, franges, paliers, profondeurs ne se présentent pas nettement à nos
yeux. Je laisse de côté les dernières stations du voyage (les idées et valeurs
collectives, les états mentaux, les actes psychiques collectifs)....
J'avoue avoir repris souvent les marches de cet escalier (mais Georges
Gurvitch n'a-t-il pas agi de même?) sans bien saisir les raisons du classement.
J'aurais compris plus aisément un ordre où l'on serait parti de l'enveloppe
morphologique pour aboutir à ce palier des « conduites effervescentes » qui
m'aurait semblé un terme excellent pour clore la série. On serait' passé, selon
un processus qui, cette fois, nous est familier et compréhensible, de réalités
lentes à s'écouler à d'autres réalités, comportements, actes ou gestes de plus
en plus brefs, de la société en somme plus ou moins immuable, ou « structurée »,
des premiers gradins, à la société effervescente en train de se désagréger et
de se recréer, qui est un des sujets essentiels de la sociologie nouvelle, cette
société au delà ou en deçà des institutions, si peu aimées de Georges Gurvitch,
pour qui le stabilisé, le cristallisé en matière sociale, ne sont que des objets
trop tentants d'études faciles et donc peu fructueuses. « Le concept néfaste
de l'institution », écrit-il, « a joué ici son rôle en servant de justification à
toutes les paresses et à toutes les carences intellectuelles ». Jugement trop
catégorique, assurément, pour que l'on s'y trompe un seul instant ; mais
nous voilà sur une des lignes de prédilection de la pensée de Georges Gurvitch.
Cette société effervescente, novatrice, révolutionnaire est bien celle qu'il
recherche comme la plus révélatrice, la plus riche de conséquences et donc
d'avenir, à supposer, pour lui retourner un instant ses arguments, qu'entre
cette société en préparation et l'avenir, une discontinuité \ ne tende pas
brusquement ses barrages.
Puis-je dire, pour égayer un instant ce compte rendu, que la « sociologie
en profondeur » me fait penser à la sociologie des voyageurs, à leurs descrip
tions qui vont du paysage aux institutions et aux mœurs curieuses ? A condi
tion, penserez-vous, que le voyageur soit lucide, ce qui n'est pas souvent le
cas, mais il y a toujours des exceptions. Ainsi Michel de Montaigne gagnant
l'Italie du Nord par la Haute-Allemagne en 1580. Alors ne faudrait-il pas,
plus que de « nappes » ou de sphères, parler d'« horizons » sociaux ? Mais
cette querelle de mots ou d'images ne changerait rien au vrai débat. Au risque
de le déformer plus encore, je voudrais essayer, un instant, de revenir au
cadre et au vocabulaire de notre métier.
Au vrai, ce qu'affirme Georges Gurvitch, après quelques autres — disons
après Marx comme après Proudhon ou Bergson, ou Hauriou, c'est que la
société n'est pas unilinéaire, d'une seule et simple coulée, qu'elle admet des
étages, des infra et des swpra-stcuctures. De même, pensons-nous, l'histoire
n'est pas unilinéaire. C'est ce que j'ai essayé, pour mon compte, de dire et
d'appréhender en parlant d'histoire semi-immobile, d'histoire lente, d'his- GEORGES GURVITGH OU LA DISCONTINUITÉ DU SOCIAL 355
toire événementielle, ou mieux, de surface. Ce qui* traduit, moins que de géo
métrie dans l'espace, le souci de mouvements de durée différente. De même;
les économistes parlent des saisonniers, du court .terme et du
long terme. Mais, une fois de plus, peu importent ces images qui traduisent
avant tout nos difficultés à, philosopher ! Donc l'histoire, elle non/ plus, ne
nous apparaît pas unidimensionnelle. Il y a aussi, plus ou moins rapides dans
leur mouvement, des nappes d'histoire. Entre ces. nappes je vois, comme
Georges Gurvitch, des tensions, des antinomies, des contradictions, et sinon
tout le drame, le plus aigu du drame de la vie des hommes.
Notez que Georges Gurvitch, en fait, renverse l'ordre qui est le mien et que
ses préférences vont à la surface, à la société en train de se faire, à ce qui
bout, à ce qui change, innove ou essaie d'innover, en forçant le sens du mot,
il va à l'événementiel, à ses hautes températures, non pas aux larges mouvem
ents, aux institutions, pour lui sclérosées, ou à la lourde enveloppe de
plomb ou de fonte qu'est l'écorce morphologique et écologique, « la croûte
extérieure » (p. 7). Cette contradiction ne m'échappe pas et j'y reviendrai.
*
Premier effort, la saciologie en profondeur, « à la verticale ». Second effort,
la sociologie différentielle, cette fois à l'horizontale. Par sociologie différent
ielle, entendez une recherche typologique, à égale distance de la méthode
généralisante des sciences naturelles et de la vocation. individualisante de
l'histoire traditionnelle (je souligne, car j'ajoute ce mot traditionnelle ; est-il
besoin de dire que je n'accepte pas sans récriminer pour l'histoire cette seule
fonction individualisante ?). Entreprise . moyenne, la typologie consiste à
définir un cas non pas général, mais destiné cependant à se reproduire, plus
ou moins fréquemment selon sa nature — très souvent s'il s'agit des groupes
ténus et étroits de la « microsociologie », rarement par contre quand on sera
en face de groupements larges, très rarement, pour ne pas dire jamais, quand
seront en cause des sociétés globales. Ainsi, plus le type social est complexe,
plus il s'affirme original et particulier. Les sociétés globales ne se répètent
qu'exceptionnellement. (Oui, . sans doute, mais à nous de philosopher :
qu'est-ce, au juste, que se répéter ou ne pas se répéter — n'y a-t-il pas, tout
à la fois, répétitions et novations ?) Nous trouvons donc, à l'horizontale, trois
groupements : les infiniment petits, les corps moyens, les sociétés globales.
A chacun correspond une étude particulière. En tout cas, cette triple échelle
# — microsociologie, typologie différentielle des groupes, études des sociétés
globales — ne prétend pas, pour autant, disloquer l'ensemble social, qu'il
faut toujours considérer comme un tout. Ces réalités diverses coexistent,
s'imbriquent l'une dans l'autre, « leur rapport effectif est dialectique, chacune
des trois présuppose les autres » (p. 99). Elles ne sont que trois vues, d'un
même objet.
Ces définitions et affirmations acceptées, on s'étonnera un peu, au premier
abord, qu'à l'opposé de nos réaction spontanées Georges Gurvitch mette
l'accent sur la réalité microsociologique, en somme sur l'infiniment petit.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.