Habitude et mémoire. Apprentissage. Témoignage - compte-rendu ; n°1 ; vol.38, pg 732-764

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1937 - Volume 38 - Numéro 1 - Pages 732-764
33 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1937
Lecture(s) : 22
Nombre de pages : 34
Voir plus Voir moins

VII. Habitude et mémoire. Apprentissage. Témoignage
In: L'année psychologique. 1937 vol. 38. pp. 732-764.
Citer ce document / Cite this document :
VII. Habitude et mémoire. Apprentissage. Témoignage. In: L'année psychologique. 1937 vol. 38. pp. 732-764.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1937_num_38_1_5587ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES 732
1283 RIGG Musical expression an investigation of the
théories Of Erich Sorantin musicale un examen
des théories ïE of exp Ps. XXI 1937 442-
455
Essai pour soumettre un contrôle expérimental analyse faite
dans un ouvrage récent de Sorantin des éléments de émotion
musicale On soumet une centaine de sujets 20 morceaux 14 pris
dans les exemples de Sorantin et compris après ses principes
interprétation on leur demande la première audition de
qualifier la tonalité affective du morceau la seconde de choisir
pour lui le plus convenable parmi qualificatifs proposés une
manière générale les expressions de la oie de la lamentation sont
bien reconnues celles de espérance de attente anxieuse de
amour le sont beaucoup moins et les jugements montrent une
dispersion considérable
VII Habitude et Mémoire
Apprentissage Témoignage1
1284 ELMGREN Le problème fonctionnel de la mémoire
de Ps. XXXIV 1937 712-722
La mémoire est pas une fonction générale ne représentant
un seul aspect de la vie mentale mais une fonction très vaste avec
une multitude aspects qui engagent la vie mentale dans sa totalité
mais qui convergent vers un seul point la reconstruction du passé
La rétention du système nerveux ou même du tissu vivant si elle
est une condition indispensable de la mémoire proprement dite
comme ailleurs de toutes les fonctions supérieures de esprit est
pas la mémoire
Les méthodes dont dispose actuellement la psychologie pour
étudier la mémoire sont principalement la psychologie pathologique
la statistique et une méthode génétique peu développée
Un cas amnésie antérograde aussi totale que possible révèle
que même dans ce cas limite il subsiste une fragmentation de la
mémoire une variabilité fonctionnelle des différents domaines des mots et des phrases des syllabes et des actes accomplis
Mais bien des formes supérieures de activité mnémonique passent
inaper ues dans la pathologie
Les recherches statistiques établissent une indépendance assez
manifeste entre la récognition et la reproduction et par contrer
malgré opinion de Neumann une corrélation notable entre la
reproduction immédiate et la reproduction différée Les corrélations
entre les divers domaines de la mémoire après le matériel fixer
et retenir indiquent une indépendance des capacités mnémoniques
entre elles sauf dans les cas où semble intervenir un facteur commun
de nature intellectuelle La corrélation entre la mémoire et intelli
gence est autant plus grande que les épreuves de mémoire sont
Voir aussi les nos 453 508 HABITUDE ET MEMOIRE APPRENTISSAGE 733
saturées intelligence Si la mémoire est pas intelligence elle
doit être considérée du moins sous sa forme humaine la plus déve
loppée comme un ensemble actes intelligents G.-H
1285 MATISSE Le mécanisme de la Mémoire Rev
gen Sci. XLVIII 31 mars 1937 157-160
Courte mise au point des mécanismes possibles qui peuvent expli
quer le fonctionnement de la mémoire M.-H
1286 CASON Thé concepts of learning and memory Les
concepts apprentissage et de mémoire Ps Rev. XLIV
1937 54-61
propose quelques définitions que nous nous bornerons
reproduire
apprentissage est établissement ou le renforcement de
connexions nerveuses entre des processus de stimulation et des
processus de réponse résultats activités psychiques accompagnant
ou précédant immédiatement ces
La rétention est la persistance partielle ou totale de connexions
apprises entre des processus de stimulation et des processus de
réponse
oubli est la perte partielle ou totale de connexions apprises
entre des processus de stimulation et des processus de réponse
La reproduction est la reviviscence de processus de réponse
résultat direct et immédiat de action des de stimulation
les connexions entre les deux espèces de processus ayant été précé
demment apprises
1287 BRITT The learning-remembering reply to
Professor Cason apprentissage et le souvenir réplique au
Pt Gas Ps Rev. XLIV 1937 462-469
oppose aux définitions données par Cason celles-ci il trouve
préférables
apprentissage est acquisition par un organisme vivant un
mode de réponse adapté une situation qui pose un problème
Le souvenir est la rétention par un organisme vivant un mode de
réponse antérieurement acquis
oubli est la non etc
1288 KATE GORDON Memory viewed as imagination La
mémoire considérée comme de imagination of gen Ps.
XVII 1937 113-124
passe en revue un certain nombre de caractères de la mémoire
mis en lumière par les auteurs de différents travaux Elle montre en
particulier le rôle de imagination dans la mémoire lorsque nous
rencontrons un objet nous permet de assimiler active
ment et de le traduire en quelque chose autre que des qualités
sensibles Elle en élimine des parties et le reste est transformé en
quelque chose aussi utile que possible pour notre vie propre
essence de la mémoire est de reconnaître les sources des matériaux
dont nous nous servons 734 ANALYSES BIBLIOGRAPHK ES
1289 CARLSON Factor analysis of memory ability
Analyse des facteurs de aptitude mnémonique of exp
Ps. XXI 1937 477-492
On constitué des listes avec des mots qui peuvent présenter des
ressemblances au point de vue graphique phonétique ou sémantique
on donc en définitive des mots qui diffèrent par deux de ces aspects
tout en étant identiques par le troisième ou inversement qui ne
diffèrent que par un des aspects les deux autres étant identiques
Les sujets apprennent une liste de mots et immédiatement après
on procède une épreuve de reconnaissance où on présente parmi
des mots nouveaux soit un des mots de la liste apprise soit un de
ceux qui lui ressemblent certains égards Le traitement mathéma
tique des résultats par la méthode analyse des facteurs permet de
reconnaître côté un facteur général commun toutes les séries
des facteurs spéciaux qui exercent leur influence sur une ou autre
Cependant interprétation psychologique de ces facteurs reste très
hypothétique et auteur ne peut affirmer il isolé une mémoire
logique et une mémoire brute une mémoire visuelle et
auditive et kinesthésique des mots
1290 IRWIN et SEIDENFELD The application
of the method of comparison to the problem of memory changes
Lapplication de la méthode de comparaison au problème des
changements dans la mémoire of exp Ps. XXI 1937
363-381
Les expériences de Wulf ont révélé une tendance des souvenirs
de figures altérer avec le temps dans certaines directions systé
matiques Les auteurs exposent pendant secondes une figure cercle
angle aigu ou obtus carré irrégulier triangle etc. Après minutes
10 minutes et jours des examens du souvenir sont pratiqués par la
méthode suivante On distribue des feuilles sur lesquelles des figures
en réalité identiques aux premières sont représentées mais on laisse
croire aux sujets elles sont légèrement différentes de celles-ci et
on leur demande quel est le sens de la différence figure plus petite
ou plus grande que la figure primitive)
On observe bien en fait des distributions systématiques des juge
ments certaines figures tendent être surestimées autres être
sous-estimées par la mémoire ces tendances accordent en général
avec la loi de la bonne forme des Gestaltistes du moins là où elle
permet des prévisions précises Mais ces différences ne accusent pas
avec le temps et la comparaison des épreuves successives ne révèle
pas de progrès de altération du souvenir
1291 IRWIN et KOVNER Further study of the
method of comparison applied to the problem of memory changes
Nouvelle étude de la méthode comparative appliquée au problème
des changements dans la mémoire of exp Ps. XXI 1937
533-544
Pour compléter les expériences faites sur la même question Irwin
et Seidenfeld) on demandé aux sujets aussitôt après la présentation
une figure pendant secondes en faire une description écrite HABITUDE ET MEMOIRE APPRENTISSAGE 735
ensuite de porter un jugement sur son caractère et apprécier le
degré de certitude subjective de ce jugement est des renseignements
ainsi obtenus que on cherche tirer des conclusions sur les transfor
mations que la figure pu subir dans le souvenir immédiat Cette
nouvelle méthode pas permis plus que la précédente affirmer
action un facteur de normalisation sur la mémoire ou du moins
de généraliser cette hypothèse
1292 MARIAN RYTAL La mémorisation et les schemes
conceptuels Travaux du Lab de Ps exp de Univ de Craco-
vie II 1938 158-218
Des figures plus simples ou plus complexes formées par des
découpures de papiers colorés sur carton étaient présentées au
tachistoscope et les sujets devaient reproduire ce ils avaient vu
par le dessin en désignant par des chiffres les couleurs Une série de
présentations successives était faite parfois en obligeant les sujets
effectuer simultanément une autre tâche
Les reproductions traduisent une représentation globale défec
tueuse au début avec formes simplifiées rendues régulières et symé
triques couleurs approximatives le plus souvent retenues unique
ment par notation verbale) et ce est que peu peu que établit
une différenciation rendant les reproductions plus précises et plus
exactes On retient au début ce qui peut se ranger dans le cadre des
données usuelles des dispositions préexistantes
assimilation mnémonique apparaît pas comme passive mais
comporte une véritable ré-création conclut auteur
1293 fi HENNING Die Zahl der datierbaren Erinnerungen
eines Menschenlebens Le nombre des souvenirs datés une vie
humaine Ps. CXL 1937 330-356
Henning possède une mémoire des dates extraordinaire Il
cultivée dès enfance et il pris habitude de noter au jour le jour
les événements de sa vie Agé de 63 ans il vient de procéder un
inventaire de tous les faits correctement datés dont il gardé le
souvenir article en cite un très grand nombre et rapporte la fa on
dont ils ont été retrouvés La date est quelquefois immédiate ailleurs
elle ne se précise que par des inferences mesure que les détails
reviennent et sont rapprochés les uns des autres
Le plus ancien souvenir daté avec précision remonte âge de
ans est surtout partir de 10 ans ils sont très nombreux
Entre et 10 ans on ne trouve que 32 souvenirs authentiques Pour
les 52 ans 1/2 qui suivent auteur possède 5.094 souvenirs datés
est-à-dire au moins un souvenir par jours ailleurs les souvenirs
sont plus denses pour certains moments privilégiés de la vie anni
versaires voyages)
Ces souvenirs datés ne sont une partie des connaissances Il
laut ajouter un millier de souvenirs date imprécise quant aux
événements historiques dont la date est connue de auteur il en
compte plus de 20.000
1294 AD CLARK YOUTZ further evaluation and tenta- 736 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
tive restatement ot first law Nouvelle évaluation et tentative
de rëëlaboration de la première loi de Jost Am Ps Assoe.
Ps Bul. XXXIV 1937 730
La première loi de Jost après laquelle pour un même taux de
rappel le profit une répétition nouvelle se montre plus grand quand
les associations apprises sont plus anciennes croissant comme le
logarithme du temps écoulé depuis acquisition cette loi est vérifiée
par auteur qui fait apprendre incomplètement 15 sujets des
séries de 12 syllabes avec reprises ultérieures
existence une forte corrélation positive 082 entre les diffé
rences des erreurs au milieu des séries et la cohérence des différences
de progrès de réacquisition pour les plus jeunes et les plus anciennes
acquisitions conduit auteur une interprétation non explicitée
dans cette note fondée sur les réponses conditionnées
1295 J.J GIBSON et RAFFEL technique for investiga
ting retroactive and other inhibitory effects in immediate memory
Technique pour étude des effets rétroactifs et autres effets inhibi
teurs dans la mémoire immédiate of gen Ps. XV 1936
107-115
formes géométriques de côtés évoquant aucun objet
aont présentées successivement puis une elle est désignée au sujet
par son no ordre) toujours sec après lui est apparue et il
doit la dessiner La rétention moyenne de 35 sujets croît régulière
ment avec le no ordre On ne constate aucun effet de la primauté
Avec des séries de formes la position pas influence effet
de récence éprouvé aussi avec des intervalles de et 12 sec au
lieu de dépendrait donc de la relative de la forme dans la
série plutôt que du temps écoulé
Les supposent au lieu des lois de primauté et de récence des
influences inhibitrices jouant lorsque les éléments successifs sont trop
nombreux pour être facilement groupés en un tout par le sujet
1296 WARD Reminiscence and rote learning Remi
niscence et mémoire brute Ps Mon. XLIX Whole no 220)
1937 1-64
La relation entre la rétention mnémonique et les valeurs des
intervalles temporels fut étudiée selon la tradition Ebbinghaus par
la méthode de syllabes privées de sens sur 30 étudiants non entraînés
Les moyennes obtenues montrent un accroissement notable de la
rétention pendant les intervalles de repos plus courts Dans les condi
tions expérimentales la courbe de la mémoire brute élève rapide
ment min après apprentissage un maximum puis après
min il une chute brusque et après 10 ou 20 min oubli est
complet
accord avec Luh les résultats du rappel et du réapprentissage
donnent deux mesures différentes de la rétention Au point de vue du
rappel le plus petit des deux niveaux apprentissage donne un taux
plus élevé de réminiscence tandis que le contraire est vrai pour le
réapprentissage HABITUDE ET MEMOIRE APPRENTISSAGE 737
On trouvé des différences typiques quant la difficulté appren
tissage par rapport la position de la syllabe dans la série le maxi-
ëïè de difficulté se trouve dans les parages de la 8e et de la
112e syllabe
Les associations éloignées semblent agir accord avec hypo
thèse de Leplay dans le sens de réactions conditionnelles différées
En résumé le type de réminiscence étudié dans ce travail peut
être expliqué par évanouissement rapide de tendances inhibitrices
créées pendant apprentissage et par le fait que les réponses cor
rectes se frayent le chemin de plus en plus facilement
1297 ERB The memorial forms of apprehension Les
formes mnémoniques de appréhension Am of Ps. XLIX
1937 349-375
étude faite sur cinq étudiants en psychologie avec un matériel
-mnémonique composé de mots substantifs adjectifs verbes)
questions scènes et objets familiers taches encre de Rorschach
et sélections musicales bruits et rythmes permis de dresser le
tableau suivant qui présente les relations intimes de la mémoire avec
perception et imagination
RAPPEL PERCEPTION IMAGINATION
Echos du passé Cours de la per Complètement de
-écent ception primordiale la perception par an
avec des coefficients ticipation
temporels
une date plus Extension du pré Anticipation plus
éloignée sent degrés variables éloignée
de spécifité entre les <a Défini et spécifique Définie et spécifi
parties Généralisé que
Généralisée Typique
Typique Région dans le
Régions dans le temps
temps
Sans date Sans date déta Perception géné
ralisée et abstraite chée imagination li Vague réminiscence bre créatrice fic Sentiment de fa
tions) miliarité
Compléments de Compléments mné
moniques de la per imagination la per
ception ception
Ainsi le souvenir se complique des degrés différents selon les
relations temporelles et les circonstances de mémorisation par les
formes variées de perception et imagination
1298 RAFFEL Grouping and the span of apprehension
Groupement et champ rehension Am of Ps. XLIX
1937 101-104
entreprend cette étude pour découvrir si le groupement
éléments augmente le champ appréhension Dans ce but on
ANN PSYCHOLOGIQUE XXXVin 47 738 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
présenté au tachistoscope soit des visages humains représentés par
quelques traits sommaires les mêmes traits mais arrangés une
fa on fortuite Les sujets devaient reproduire par le dessin les détails
et noter les impressions générales Pour un court temps exposition
il eut le même nombre de détails reproduits dans les deux cas Les
sujets furent souvent capables de se rappeler certains aspects des
visages sans pouvoir donner les détails Avec des temps exposi
tion plus longs les sujets réussirent analyser plus aisément les
éléments groupés et former des associations qui aidaient la mémo
risation
1299 SEAGOE Additional laboratory qualitative experi
ments With qualitative Wholes Nouvelles expériences qualitatives
de laboratoire sur des touts qualitatifs of exp Ps. XX
1937 155-168
Pour comparer la valeur des méthodes globale et analytique
apprentissage un acte emploie des exercices comme la repro
duction par le dessin contrôlée par la vision spéculaire un hexagone
régulier la transcription de symboles au moyen un code la cons
truction un modèle au moyen de cubes jeu de patience) la repro
duction de la distribution de pièces sur un échiquier etc Toutes ces
tâches peuvent être apprises emblée par la méthode globale ou
décomposées en parties on apprend abord séparément avant de
passer ensemble La méthode analytique est plus rapide au début
mais défavorable quand on arrive la maîtrise du problème total
et le souvenir acquis de même aussi moins stable avec la méthode
globale
1300 M.C BARLOW Transfer of training in reasoning Trans
fert apprentissage dans le raisonnement of ed Ps.
XXVIII 1937 122-128
Compte rendu un essai analyse par la méthode expérimentale
des effets du transfert sur les fonctions mentales
Cette étude porte sur la similarité de matériel et de méthode et
concerne des écoliers de 12 et 13 ans et des adultes Le travail proposa
aux sujets est de deux formes une part il agit de résoudre de
questions analogies et autre part de dégager la le on contenue
dans des fables sope Le groupe expérimental participe 12 études
portant sur ces sujets et con ues sur un même plan analyse abstrae
tion généralisation Un an plus tard une tâche semblable la pré
mière est proposée tous les sujets du groupe expérimental et di
groupe témoin
Dans tous les cas un gain considérable pu être constaté chez le
sujets qui an précédent avaient été entraînés au raisonnemen
abstrait même quand le matériel différait une expérience autre
Les enfants les mieux doués intellectuellement après les résultat
donnés dans des épreuves intelligence) profitèrent davantage
leur entraînement préalable que les moins intelligents Chez
adultes au contraire la moitié du groupe inférieure au point de
du niveau mental marqua les plus importants progrès HABITUDE ET MEMOIRE APPRENTISSAGE 739
1301 SCHOOLEY et HARTMANN The role of insight
in the learning of logical relations Le rôle de intuition dans
apprentissage des relations logiques Am of Ps. XLIX
1937 287-292
Les auteurs se posent les problèmes suivants de quelle fa on
des enfants ne connaissant pas les relations logiques-standard les
apprennent-ils Est-ce graduellement en accord avec la théorie des
essais-erreurs ou brusquement par intuition
On présenté des listes de dix mots pour chaque relation logique
énumérée ci-dessous 200 enfants entre et ans On vu que
apprentissage des relations logiques était pas un processus lent
graduel mais il était brusque et intuitif ordre probable de
difficulté dans apprentissage fut le suivant action-agent agent-
action attribut-substance substance-attribut genre-espèce ensem
ble-partie partie-ensemble et espèce-genre
Il 05 de probabilités pour que des enfants au même niveau
âge et mis dans les mêmes conditions entraînement apprennent
ces relations logiques-standard
1302 BUNCH et HAGMAN The influence of
electric shocks for errors in rational learning des
chocs électriques pour les erreurs dans apprentissage rationnel
of exp Ps. XXI 1937 330-341
Après avoir montré efficacité chez homme de la sanction du
choc électrique pénalisant les erreurs dans le cas un apprentissage
moteur comme celui du labyrinthe les auteurs font la même démons
tration pour un apprentissage intellectuel en utilisant le problème
des 10 lettres de Peterson 88 sujets apprenant dans des conditions
normales et 102 avec sanction du choc quand la réponse du sujet
par mouvement de la main est erronée)
La présentation visuelle des lettres étant faite dans ordre alpha
bétique les résultats étant ainsi meilleurs et plus cohérents) il
besoin de 135 de moins de répétitions dans la série où on emploie
la sanction et 202 de moins erreurs commises 1-
1303 TH EAMES study of the speed of word recognition
tude sur la rapidité de reconnaissance des mots of Ed
Res. XXXI 1937 181-187
se sert un tachistoscope dont il donne la description pour
examiner 90 sujets dont 50 ayant des difficultés lire Il trouve
ce 21 groupe un temps de reconnaissance constant pour des mots de
même longueur Médian 0145 sec. 0500 sec. 0025 sec
Cette rapidité pouvant être augmentée par apprentissage les sujets
du 1er groupe ont des temps qui oscillent autour de 0010 sec
nous donne quelques indications bibliographiques la suite de son
étude
1304 WEES et LINE The influence of the form
of presentation upon reproduction The principle of determina- 740 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
tion influence de la forme une présentation sur la reproduction
Le principe de la détermination Br of Ps. XXVIII
1937 167-189
En se basant sur les reproductions de textes de récits complets
de récits incomplets des phrases et des récits commen ant par la fin
par des enfants de école élémentaire les arrivent la mise en
relief de importance de la direction comme attitude psychique
enfant une fois lancé dans une certaine direction tâche de la
maintenir ce qui explique toute une variété de changements éla-
borations et abréviations du texte dans le sens de ce principe de
détermination
Ce principe pourrait avoir de grandes conséquences pratiques dans
enseignement par introduction de méthodes dynamiques et intelli
gentes dans apprentissage
1305 RASKIN et COOK The strength and direction
of associations formed the learning of nonsense syllables La
force et la direction des associations formées dans Vapprentissage de
syllabes dépourvues de sens of exp Ps. XX 1937 381-
395
Depuis les travaux Ebbinghaus la question de existence et de
importance des associations régressives et indirectes été très dis
cutée Pour la trancher on fait apprendre une série de syllabes pré
sentées sur un tambour plusieurs fois de suite et dans le même ordre
intervalle entre apparition de la dernière syllabe de la série et la
première syllabe de la même série répétée est le même entre deux
syllabes quelconques Les sujets exercent silencieusement anti
cipation ce que la série soit complètement sue On présente
alors ces syllabes dans un ordre quelconque en demandant au sujet de
dire la première syllabe qui lui vient esprit On admet que évo
cation dans ces conditions une syllabe ayant fait partie de la série
apprise est la preuve de existence une association formée lors de
apprentissage primitif et que la fréquence de son évocation par la
syllabe inductrice mesure la force de cette Grâce cette
hypothèse on peut démontrer existence associations régressives
aussi bien que progressives soit entre termes consécutifs soit entre
termes éloignés Leur force décroît avec la distance des termes dans la
série mais augmente de nouveau quand cette distance est supérieure
trois termes En effet les associations progressives et régressives
ajoutent leurs effets Le terme de rang par exemple est faiblement
lié par association progressive avec le terme de rang mais il lui est
lié fortement par association régressive dans la répétition immédiate
de la série
1306 NELSON GILBERT HANAWALT -- Memory trace for
figures recall and récognition La trace mnémonique de figures
dans le rappel et dans la reconnaissance Ar of Ps. no 216
1937 1-89
école de la Gestalt admet la suite des expériences de Wulf
il se produit dans la trace mnémonique des changements progres
sifs et autonomes qui se font dans le sens de la meilleure forme

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.