Inférences et compréhension de texte - article ; n°3 ; vol.99, pg 493-527

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1999 - Volume 99 - Numéro 3 - Pages 493-527
Résumé
Lors de la compréhension de textes, les lecteurs sont amenés à produire des inférences nécessaires à la construction de la cohérence de la représentation et des inférences dites « élaborations optionnelles ». Les élaborations optionnelles sont regroupées en trois catégories : les particularisations, les prédictions et les informations sur-ordonnées. Les théories globalistes (Singer, Graesser et Trabasso, 1994) et minimalistes (McKoon et Ratcliff, 1992) prédisent que les élaborations optionnelles sont rarement générées pendant la compréhension du texte. Une revue des études expérimentales fait apparaître que la génération de ces inférences est favorisée par : a) la présence dans le texte d'informations associées au contenu de l'inférence, la typicalité de l'inférence, le statut d'information sur-ordonnée ; b) les facteurs liés à des processus de construction de la cohérence de la représentation : mention explicite de l'instrument, men- tion d'informations causalement liées à la prédiction, focalisation de l'attention du lecteur par reprise d'informations liées à l'inférence, rôle de l'information sur-ordonnée. La génération de ces inférences correspondrait à un processus d'activation graduel qui n'aboutirait pas toujours à l'encodage de propositions spécifiques, mais entraînerait des modifications partielles et transitoires de la représentation construite par le lecteur.
Mots-clés : compréhension de texte, élaboration, prédiction, cohérence, inférence.
Summary : Inferences and text comprehension.
Two types of inferences are produced during text comprehension : inferences that are necessary to construct the coherence of the representation and optional inferences. Optional inferences are elaborative and depend on world knowledge. They are regrouped in three categories : particularization, prediction and superordinate information. Globalist (Singer, Graesser and Trabasso, 1994) and minimalist theories (McKoon and Ratcliff, 1992) predict that optional inferences are rarely generated while comprehending a text. A review of experimental studies shows that their generation is favored by the following factors : the semantic associations provided by the text, the inference's typicality, and the superordinate status of the inference. Other factors do not only favor the generation of optional inferences, but also contribute to building the coherence of the representation : explicit mention of an instrument, text information causally linked to the inference, focalization of readers attention on information related to the inference, causal explanatory status ofthe superordinate inference. Recent studies suggest that the generation process begins with a transitory, and sometimes partial, activation of the inference content and ends with the integration of this activated information at different levels of the representation built from the text. Furthermore, the generation process could only reach the first activation stages for the optional inferences. This partial generation would facilitate complete generation, when additional factors intervene. Thus, beyond the controversy that opposed the globalist and minimalist views of inference generation, a more graduai view of inference processes in text comprehension is proposed.
Key words : text comprehension, elaborative inference, prediction, coherence.
35 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1999
Lecture(s) : 124
Nombre de pages : 37
Voir plus Voir moins

N. Campion
Jean-Pierre Rossi
Inférences et compréhension de texte
In: L'année psychologique. 1999 vol. 99, n°3. pp. 493-527.
Citer ce document / Cite this document :
Campion N., Rossi Jean-Pierre. Inférences et compréhension de texte. In: L'année psychologique. 1999 vol. 99, n°3. pp. 493-
527.
doi : 10.3406/psy.1999.28518
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1999_num_99_3_28518Résumé
Résumé
Lors de la compréhension de textes, les lecteurs sont amenés à produire des inférences nécessaires à
la construction de la cohérence de la représentation et des inférences dites « élaborations optionnelles
». Les élaborations optionnelles sont regroupées en trois catégories : les particularisations, les
prédictions et les informations sur-ordonnées. Les théories globalistes (Singer, Graesser et Trabasso,
1994) et minimalistes (McKoon et Ratcliff, 1992) prédisent que les élaborations optionnelles sont
rarement générées pendant la compréhension du texte. Une revue des études expérimentales fait
apparaître que la génération de ces inférences est favorisée par : a) la présence dans le texte
d'informations associées au contenu de l'inférence, la typicalité de l'inférence, le statut d'information sur-
ordonnée ; b) les facteurs liés à des processus de construction de la cohérence de la représentation :
mention explicite de l'instrument, men- tion d'informations causalement liées à la prédiction, focalisation
de l'attention du lecteur par reprise d'informations liées à l'inférence, rôle de l'information sur-ordonnée.
La génération de ces inférences correspondrait à un processus d'activation graduel qui n'aboutirait pas
toujours à l'encodage de propositions spécifiques, mais entraînerait des modifications partielles et
transitoires de la représentation construite par le lecteur.
Mots-clés : compréhension de texte, élaboration, prédiction, cohérence, inférence.
Abstract
Summary : Inferences and text comprehension.
Two types of inferences are produced during text comprehension : inferences that are necessary to
construct the coherence of the representation and optional inferences. Optional inferences are
elaborative and depend on world knowledge. They are regrouped in three categories : particularization,
prediction and superordinate information. Globalist (Singer, Graesser and Trabasso, 1994) and
minimalist theories (McKoon and Ratcliff, 1992) predict that optional inferences are rarely generated
while comprehending a text. A review of experimental studies shows that their generation is favored by
the following factors : the semantic associations provided by the text, the inference's typicality, and the
superordinate status of the inference. Other factors do not only favor the generation of optional
inferences, but also contribute to building the coherence of the representation : explicit mention of an
instrument, text information causally linked to the inference, focalization of readers attention on
information related to the inference, causal explanatory status ofthe superordinate inference. Recent
studies suggest that the generation process begins with a transitory, and sometimes partial, activation
of the inference content and ends with the integration of this activated information at different levels of
the representation built from the text. Furthermore, the generation process could only reach the first
activation stages for the optional inferences. This partial generation would facilitate complete
generation, when additional factors intervene. Thus, beyond the controversy that opposed the globalist
and minimalist views of inference generation, a more graduai view of inference processes in text
comprehension is proposed.
Key words : text comprehension, elaborative inference, prediction, coherence.L'Année psychologique, 1999, 99, 493-527
Équipe cognition humaine CNRS-LIMSI1
Université Paris- Sud
INFERENCES ET COMPREHENSION
DE TEXTE
par Nicolas CAMPION
et Jean-Pierre ROSSI
SUMMARY : Inferences and text comprehension.
Two types of inferences are produced during text comprehension :
inferences that are necessary to construct the coherence of the representation and
optional inferences. Optional inferences are elaborative and depend on world
knowledge. They are regrouped in three categories : particularization,
prediction and superordinate information. Globalist (Singer, Graesser and
Trabasso, 1994) and minimalist theories (McKoon and Ratcliff, 1992)
predict that optional inferences are rarely generated while comprehending a
text. A review of experimental studies shows that their generation is favored by
the following factors : the semantic associations provided by the text, the
inference's typicality, and the superordinate status of the inference. Other
factors do not only favor the generation of optional inferences, but also
contribute to building the coherence of the representation : explicit mention of
an instrument, text information causally linked to the inference, focalization of
readers attention on related to the inference, causal explanatory
status of the superordinate inference. Recent studies suggest that the generation
process begins with a transitory, and sometimes partial, activation of the
inference content and ends with the integration of this activated information at
different levels of the representation built from the text. Furthermore, the
generation process could only reach the first activation stages for the optional
inferences. This partial generation would facilitate complete generation, when
additional factors intervene. Thus, beyond the controversy that opposed the
globalist and minimalist views of inference generation, a more gradual view of
inference processes in text comprehension is proposed.
Key words : text comprehension, elaborative inference, prediction,
coherence.
1. BP 133, 91403 Orsay Cedex. E-mail : campion@limsi.fr et
rossi@limsi.fr. 494 Nicolas Campion et Jean-Pierre Rossi
L'étude des inferences que le lecteur génère lorsqu'il comprend un texte
continue de susciter d'abondantes recherches. Aux études concernant des
compétences spécifiques (linguistique, dialogique, logique) se sont ajoutées
de nombreuses recherches concernant les inferences que le lecteur génère à
partir de ses connaissances du monde. Le but de cet article est d'analyser
les principales questions théoriques soulevées par ce type d'inférences.
Dans la première partie, seront présentés les résultats acquis à propos des
inferences qui établissent la cohérence entre informations explicites du
texte. Cette présentation permettra de faire apparaître des problèmes théo
riques liés à la notion de cohérence globale de la représentation. Ce pro
blème sera repris à l'occasion de la présentation des recherches étudiant les
elaborations dites optionnelles, c'est-à-dire des inferences qui ne servent
pas à combler des failles dans la cohérence du texte, mais complètent une
représentation de son contenu. Leur caractère optionnel, défini par rapport
à la cohérence, confère un intérêt particulier à l'étude de leurs conditions de
génération. Elle met en question la fonction de ces inferences et fait appar
aître les facteurs qui interviennent dans le processus de génération d'une
inference à partir des connaissances du monde.
1. DEFINITION ET CATEGORISATIONS
DES INFERENCES
1.1. DÉFINITION
La notion d'inférence renvoie aux informations1 que le lecteur ajoute
au contenu explicite du texte pour le comprendre. Leur génération est un
élément fondamental de la conception constructionniste de la compréhens
ion de texte, qui est aujourd'hui dominante (Bransford, Barclay et
Franks, 1972 ; Singer, Graesser et Trabasso, 1994). Selon cette conception,
la compréhension d'un texte repose sur la mise en œuvre d'un ensemble de
processus cognitifs qui intègrent les informations lues et les connaissances
du lecteur pour construire une représentation cognitive du contenu du
texte. Cette intégration repose fondamentalement sur la possibilité de
générer des inferences.
1. Dans cet article, le terme d' « inference » désignera l'information inférée
tandis que les processus qui l'engendrent seront désignés par le verbe « inférer »
et les expressions « génération d'inférence » ou « production d'une inference ». Inferences et compréhension de texte 495
1 . 2. LES DIFFÉRENTES CATÉGORIES D'INFÉRENCES
Un premier courant de recherches, caractéristique des années 1970, a
consisté à étudier les inferences dont la génération ne sollicite en principe que
la compétence linguistique des lecteurs. Dans ce cadre, a été confirmée
l'aptitude des lecteurs à traiter correctement deux catégories d'inférences :
les présuppositions et les implications linguistiques (Just et Clark, 1973).
Pour une revue de ces recherches, on pourra consulter les articles de Harris et
Monaco (1978), de Dubois et Kekenbosch (1979) et de Bert-Erboul (1979).
Un second courant de recherches, qui s'intéresse principalement aux
dialogues, consiste à étudier comment les contraintes régissant la situation
de communication et la reconnaissance de l'intention du locuteur peuvent
être le support d'inférences pertinentes de type pragmatique. Ces facteurs
permettent d'expliquer, par exemple, que la question : « Avez-vous du
feu ? » soit généralement interprétée de manière complète, c'est-à-dire en
inférant que : « Le locuteur veut qu'on lui donne du feu. » L'ouvrage de
Caron (1989) contient une synthèse des travaux réalisés dans le cadre de
cette approche initiée par des auteurs comme Grice (1975) et Clark (1977).
Un troisième courant de recherches étudie les inferences logiques,
c'est-à-dire celles dont la génération pourrait ne solliciter que la compétence
logique des lecteurs. Ainsi, Lea, O'Brien, Fisch, Noveck et Braine (1990) ont
vérifié que les lecteurs pouvaient effectuer correctement des inferences
déductives élémentaires dont les prémisses étaient incluses dans les textes
narratifs traités. De même, les résultats de Hudson et Salkman (1990) sug
gèrent que des enfants d'environ cinq ans sont capables d'effectuer à la
demande des déductions correctes à partir d'un texte contenant des prémiss
es conditionnelles du type : « Si John mange tout son repas alors il aura un
dessert. » Cependant, les travaux sur les inferences logiques utilisent rare
ment une tâche de lecture de textes car ils ne concernent pas directement la
compréhension de texte. Les questions qu'ils soulèvent concernent davant
age la rationalité humaine : les humains sont-ils naturellement aptes à ra
isonner conformément aux préceptes de la logique standard ? Le font-ils au
moyen de règles formelles d'inférence ? Le but de ces recherches est l'étude
de la génération des inferences logiques dans les tâches de raisonnement.
L'ouvrage de George (1997) aborde ces questions avec précision. En
revanche, dans les recherches sur la compréhension de textes, la question de
la forme logique des inferences produites par le lecteur n'est pas centrale.
Les inferences étudiées sont généralement simples, extrêmement plausibles,
lorsqu'elles ne sont pas logiquement valides. La question n'est alors pas de
savoir si les lecteurs sont capables de générer ces inferences, mais elle est de à quelles conditions ils vont être amenés à les générer spontanément.
Le problème de la validité logique des inferences s'efface donc devant des
problèmes tels que la récupération en compréhension des connaissances
nécessaires pour inférer ou la fonction de l'inférence par rapport au but de la
compréhension. Nicolas Campion et Jean-Pierre Rossi 496
Une mise en œuvre caractéristique de cette dernière approche dans les
travaux sur la compréhension de texte consiste à dresser l'inventaire de
toutes les inferences que le lecteur peut être amené à générer. Les inventai
res font nettement apparaître la place prépondérante qu'occupent les infe
rences que le lecteur peut générer en utilisant des connaissances relatives au
monde de référence du texte. Cela se vérifie lorsque les inferences sont iden
tifiées par des questions du type : « Pourquoi ? », « Comment ? », « Que se
passe-t-il ensuite ? », qui sont posées de façon répétitive pour chaque nou
velle partie du texte présentée aux sujets (Graesser et Clark, 1985). Cela se
vérifie également lorsque l'on demande aux sujets de verbaliser à voix
haute ce qu'ils comprennent en lisant chaque nouvelle partie du texte (Suh
et Trabasso, 1993). La plupart de ces inferences sont décrites dans les théor
ies et modèles de la compréhension. Bien entendu, le problème central est
de déterminer, parmi ces inferences potentielles, lesquelles sont effectiv
ement générées pendant la compréhension du texte, comment elles sont infé
rées et dans quel but. L'étude expérimentale de ces questions est effectuée
en utilisant divers indicateurs comportementaux : temps de lecture, temps
de réaction à un mot ou à une phrase cible représentant l'inférence. Les
tâches effectuées sur les cibles sont diverses : question, décision lexicale,
dénomination, reconnaissance de mot, Stroop... Dans cet article, nous
n'aborderons que ponctuellement, dans le cadre de la description
d'expériences, les problèmes méthodologiques que posent la détection et
l'analyse d'une génération d'inférence. Pour une revue de ces problèmes, on
pourra consulter les articles de Keenan, Potts, Golding et Jennings (1990),
McKoon et Ratcliff (1990), ainsi que Campion (1996). Le problème métho
dologique est de mettre au point des indicateurs qui témoignent de la géné
ration des inferences. En bref, il faut s'assurer que ces indicateurs révèlent
que la génération a eu lieu pendant la lecture et non pas durant
l'accomplissement d'une tâche expérimentale postérieure, que les effets
observés correspondent bien à une génération d'inférence, que la tâche est
suffisamment sensible et, lorsqu'elle se répète, qu'elle n'incite pas à faire
des inferences non spontanées.
En résumé, le point essentiel de l'approche qui vient d'être décrite est
qu'elle place au centre de la compréhension les inferences que le lecteur ne
peut générer qu'en ayant recours à ses connaissances du monde de référence
du texte.
2. DETERMINANTS DES INFERENCES BASEES
SUR LES CONNAISSANCES DU MONDE
Une vérité évidente et néanmoins fondamentale a été mise en relief par
les sciences cognitives : les lecteurs disposent en commun d'une grande
quantité de connaissances diverses pour comprendre un texte. Cette culture
de base, que l'on nomme : « Les connaissances du monde », inclut notam- Inferences et compréhension de texte 497
ment les informations les plus banales concernant notre cadre de vie1. Ces
connaissances du monde sont une source incontournable d'informations
pour la plupart des inferences susceptibles d'être générées pour comprendre
un texte (Schanck, 1975 ; Graesser et Kreuz, 1993). On peut considérer
avec Kintsch (1993) qu'elles correspondent, au moins partiellement, à des
connaissances récupérées en mémoire, puis particularisées ou instanciées en
fonction des contraintes propres à la situation occurrente décrite dans le
texte.
2.1. ACTIVATION DE CONNAISSANCES DU MONDE
La génération des inferences basées sur les connaissances du monde
nécessite, d'abord, l'accès aux connaissances appropriées en mémoire à long
terme. Cet accès est généralement conçu comme la mise en œuvre de pro
cessus activateurs qui, lors du traitement d'une information du texte, acti
vent en mémoire permanente les connaissances associées à cette informat
ion dans des structures sémantiques telles que les schémas de connaissance
(Denhière et Baudet, 1992) ou les réseaux conceptuels et propositionnels
(Costermans et Elosua, 1988)2.
L'activation des connaissances du monde qui permettent la génération
d'une inference dépend de la présence dans le texte d'informations associées
à ces connaissances. Elle dépend aussi de la « force » des associations en
jeux, c'est-à-dire des propriétés de la structure de connaissance activée en
mémoire permanente. Ainsi, par exemple, dans les schémas d'actions routi
nières que sont les scripts définis par Schanck et Abelson (1977), on peut
distinguer des concepts centraux et périphériques. Les concepts « table » et
« parking » sont respectivement centraux et périphériques pour le script
« aller au restaurant ». Les résultats des recherches de Walker et Yekovitch
(1984, 1987) indiquent que lorsqu'un texte narratif décrit une situation à
laquelle correspond un script, les concepts centraux sont activés indépe
ndamment des caractéristiques du texte. Inversement, l'activation des
concepts périphériques requiert la présence dans le texte de plusieurs info
rmations directement associées à ces concepts. L'interprétation des auteurs
est que les concepts centraux sont associés fortement à de nombreuses
informations du script, alors que les concepts périphériques ne sont que fai-
1. Le partage de ces connaissances n'est pas toujours parfait puisqu'il
dépend d'une certaine homogénéité de culture et d'époque, ou, à défaut, d'une
connaissance des différences culturelles en cause.
2. A propos des schémas, qui correspondent à des ensembles structurés de
connaissances liées à un objet, un événement, une action ou une situation, il
faut noter que les modèles de compréhension dans lesquels leur contenu était
entièrement activé et pilotait la par des processus Haut-Bas,
tendent aujourd'hui à être abandonnés au profit de modèles dans lesquelles
l'activation de leur contenu s'opère progressivement, à partir des entrées tex
tuelles, par des processus Bas-Haut (Denhière et Baudet, 1992). 498 Nicolas Campion et Jean-Pierre Rossi
blement ou pas associés à la plupart des informations du script. Ainsi, un
premier facteur déterminant pour la génération des inferences basées sur les
connaissances du monde est la facilité avec laquelle les connaissances néces
saires à la génération des inferences vont être activées en mémoire perman
ente, pendant la lecture.
2 . 2. COHÉRENCE LOCALE OU GLOBALE DE LA REPRÉSENTATION
ISSUE DE LA COMPRÉHENSION
Une propriété essentielle de la représentation construite au cours de la
lecture est qu'elle doit être cohérente (Charolles et Ehrlich, 1991). Tant que
ce but n'est pas atteint, la compréhension n'est pas parfaite. Les inferences
qui établissent la cohérence de la issue de la compréhension
sont donc de première importance.
Il est établi que les inferences indispensables à la cohérence referentielle
entre informations situées à proximité dans le texte sont générées pendant
la compréhension (Haviland et Clark, 1974). Il en est de même pour les
inferences indispensables à la cohérence causale entre informations situées
à proximité dans le texte, même lorsque le texte est référentiellement cohé
rent. Cela se vérifie pour des événements que nos connaissances permettent
de relier directement (Singer, Halldorson, Lea et Andrusiak, 1992). Cela se
vérifie aussi lorsque la connexion entre événements est moins directe, mais
que nos connaissances permettent d'inférer les elaborations intermédiaires
manquantes (Keenan, Baillet et Brown, 1984 ; Myers, Shinjo et Duffy,
1987 ; Singer et Ferreira, 1983 ; Keefe et McDaniel, 1993).
Mais la compréhension d'un texte nécessite généralement qu'un niveau
plus global de cohérence soit construit. A ce niveau, les informations du
texte sont resituées dans une représentation structurée qui, idéalement, les
intègre dans une structure causale globale. C'est ce que cherchent à carac
tériser les modèles qui conçoivent la représentation issue de la compréhens
ion comme un modèle de situation (van Dijk et Kintsch, 1983), un modèle
mental (Johnson-Laird, 1983), un schéma instancié (Schänk et Abelson,
1977), ou un réseau causal (Trabasso, van den Broek et Suh, 1989 ; van den
Broek, 1990). Dans le cas des récits, les relations de cohérence globale qui
ont été principalement étudiées sont de nature causale. La cohérence spa
tiale a elle aussi été à l'origine de recherches développées par les tenants de
la théorie des modèles mentaux (Glenberg, Myers et Lindem, 1987 ; de
Vega, 1995).
Toutefois, la construction régulière de ce niveau global de cohérence est
controversée. McKoon et Ratcliff (1992) considèrent que les relations de
cohérence globale ne sont généralement pas construites. Ils étayent cette
position minimaliste par des données qui suggèrent que des relations de causale entre des informations situées à distance dans le texte ne
sont pas inférées lorsque le texte est localement cohérent. Mais plusieurs
recherches ont été conduites en réplique à cette position minimaliste et Inferences et compréhension de texte 499
donnent des résultats qui la contredisent directement. Il serait trop long de
détailler ici les arguments qui animent cette controverse et nous renvoyons
le lecteur aux articles de McKoon et Ratcliff (1992) et de Singer, Trabasso
et Graesser (1994)1. On pourra également consulter la revue de ces ques
tions par Martins et Le Bouedec (1998).
Cependant, les fondements de cette dispute théorique permettent
d'éclairer les enjeux des recherches sur les inferences et en particulier les
elaborations optionnelles. En résumé, ce qui constitue le cœur du débat est
la possibilité de concevoir la compréhension comme un raisonnement guidé
par la nécessité d'établir, à tous les niveaux, l'ensemble des relations de
cohérence possibles entre les informations du texte ou au moins les princi
pales. D'un côté, Singer, Graesser et Trabasso (1994) conçoivent la compré
hension du texte comme un processus de nature explicative : tout se passe
comme si le lecteur cherchait en permanence à répondre à la question :
« Pourquoi ? » Cela le conduit donc à construire une représentation globa
lement cohérente, en particulier, du point de vue causal. Les tenants de
cette hypothèse sont amenés à considérer que le coût des processus cogni-
tifs mis en œuvre n'est pas un point critique. De l'autre, McKoon et Ratc
liff (1992) considèrent que la construction de la cohérence globale n'est pas
envisageable, car les inferences générées régulièrement pendant la compré
hension ne peuvent être qu'automatiques, c'est-à-dire rapides (générées en
moins de 450 ms), peu coûteuses et non conscientes. C'est pourquoi, dans
leur conception, le principal facteur gouvernant la génération de l'inférence
est l'accessibilité de leur contenu en mémoire à long terme, pendant la comp
réhension. Ainsi, les relations de cohérence causale locale ne seraient infé
rées que si leur contenu est aisément accessible, c'est-à-dire associé à au
moins deux informations présentes simultanément en mémoire de travail.
La controverse peut finalement se résumer à un débat autour du rôle de
l'accessibilité ou de l'activation par associations des connaissances du
monde constituant les inferences. Ce facteur serait nécessaire et suffisant
pour McKoon et Ratcliff (1992), il serait seulement nécessaire, dans cer
tains cas, pour Singer, Graesser et Trabasso (1994). L'étude des conditions
de génération des elaborations optionnelles apporte précisément des info
rmations sur ce point.
1. L'article de McKoon et Ratcliff (1992) donne une revue détaillée des
arguments théoriques et expérimentaux en faveur de leur conception minima-
liste de l'activité inférentielle du lecteur. L'article de Singer, Graesser et Tra
basso (1994) contre-argumente point par point la position minimaliste et fait la
synthèse des arguments théoriques et expérimentaux qui plaident en faveur
d'une conception plus globaliste. 500 Nicolas Campion et Jean-Pierre Rossi
3. LES ELABORATIONS OPTIONNELLES
Les elaborations optionnelles correspondent aux inferences qui ne se
rvent pas à établir la cohérence entre deux informations du texte. Le terme
d' « élaboration » indique que ce sont des nouvellement cons
truites sur la base de connaissances du monde qui sont ajoutées à la repré
sentation du contenu du texte. Elles ne se réduisent donc pas à
l'établissement d'une relation conceptuelle entre deux informations du
texte, comme c'est souvent le cas pour les inferences établissant la cohé
rence du contenu du texte. Cependant, le terme d' « élaboration » n'est pas
discriminant puisque certaines failles dans la cohérence d'un texte peuvent
nécessiter des elaborations complexes sollicitant les connaissances du
monde du lecteur (Myers et Duffy, 1990). Pour éviter la confusion, nous
préférons qualifier d'optionnelles les elaborations qui ne servent pas à éta
blir la cohérence entre informations explicites du texte, contrairement à
l'usage habituel, qui les désigne simplement par « elaborations » ou elabo-
rative inferences.
Appliquée aux elaborations optionnelles, la théorie de Singer, Graesser
et Trabasso (1994) est plus limitative a priori que la conception de McKoon
et Ratcliff (1992). Selon Singer et al. (1994), les inferences qui contribuent à
l'établissement de la cohérence du contenu du texte sont prioritaires et sont
généralement les seules inferences produites. En conséquence, les elabora
tions optionnelles ne seront pas inférées pendant la compréhension, sauf
dans le cas particulier où elles contribuent indirectement à la cohérence glo
bale du contenu du texte. Cela vaut même pour les elaborations optionnell
es les plus immédiates, car dans cette théorie, l'accessibilité de l'inférence
est tout au plus une condition nécessaire de la génération des inferences,
mais en aucun cas une suffisante.
Sur ce dernier point, la théorie de McKoon et Ratcliff (1992) est exacte
ment contraire car elle conçoit que toute inference, quelle que soit sa fonc
tion cognitive, peut être générée, pourvu que les connaissances qui forment
son contenu soient aisément activables. Cette seconde théorie n'est donc
pas limitative a priori vis-à-vis des elaborations optionnelles. Une seule
condition est déterminante : la facilité avec laquelle les constituants de
l'inférence peuvent être activés. Toutefois, sur cette base, ils prédisent que
les elaborations optionnelles seront rarement inférées. Finalement, les théo
ries globalistes (Singer et al., 1994) et les théories minimalistes (McKoon et
Ratcliff, 1992) prédisent l'une et l'autre que les elaborations optionnelles
seront inférées en quantité très limitée pendant la compréhension de texte.
On constate, cependant, que les raisons théoriques de ce résultat sont
divergentes et seul l'examen des conditions de génération des elaborations
optionnelles va permettre de trancher en faveur de l'une de ces théories.
Trois types d'élaborations optionnelles ont été étudiées : les particularisa-
tions, les prédictions et les informations sur-ordonnées.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.