L'alternance de l'activité des deux hémisphères cérébraux - article ; n°1 ; vol.8, pg 107-149

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1901 - Volume 8 - Numéro 1 - Pages 107-149
43 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 1 janvier 1901
Lecture(s) : 23
Nombre de pages : 44
Voir plus Voir moins

Ch. Féré
L'alternance de l'activité des deux hémisphères cérébraux
In: L'année psychologique. 1901 vol. 8. pp. 107-149.
Citer ce document / Cite this document :
Féré Ch. L'alternance de l'activité des deux hémisphères cérébraux. In: L'année psychologique. 1901 vol. 8. pp. 107-149.
doi : 10.3406/psy.1901.3309
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1901_num_8_1_3309Ill
L'ALTERNANCE DE L'ACTIVITE DES DEUX
HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX
Depu is que Wigan 1 a proposé sa théorie de la dualité de
l'esprit, plusieurs auteurs ont apporté des faits propres à l'a
ppuyer, tels Wilks2, Hughlings Jackson3, Brown-Séquard '\
Bail s, Luys 6, Maudsley 7, Pierret 8, etc. Les troubles psychiques
qui ont été le plus souvent utilisés pour la défense du dualisme
cérébral, sont les délires avec, conscience, les délires émot
ifs de Morel, les contradictoires, le dédoublement de la
personnalité 9, les reviviscences du souvenir et aussi les rev
iviscences dans le sommeil des souvenirs effacés à l'état de
veille. On a cité des faits de destructions complètes d'un hémis
phère cérébral, sans trouble intellectuel10. Mais les faits dé
montrant la possibilité de la suppléance des hémisphères céré
braux par son congénère restent au moins douteux.
Il existe des faits qui ont moins besoin de la complicité des
hypothèses.
1. A.-L. Wigan, The duality of mind, proved by the structure, functions
and diseases of the brain, and the phenomena, of menial derangements, etc.
London, 1844.
2. S. Wilks, Cases of diseases of nervous system (Guy's llosp. Reports, 1872,
t. XVII, p. 161).
3. Hughlings Jackson, On the nature of the duality of the brain (Med.
Press and Circular, 1874, XVII, p. 19, 41, 63).
4. G. Brown-Séquard, Introductory lecture to a course on the physiolo
gical pathology of the brain (The Lancet, 1876, II, p. 75).
5. B. Ball, le Dualisme cerebral (Revue scientifique), 1884, XXXIII, p. 33).
(i. J. Luys, Elude sur le dédoublement des opérations cérébrales et sur le
rôle isolé de chaque hémisphère dans la pathologie mentale (Encéphale,
p. 404, 516).
7. Maudsley, The double brain (Mind, 1889, XIV, p. 161).
8. Pierret, le Dualisme cérébral (la Province médicale, 1895, p. 268) ; —
Bérillon, De l'indépendance fonctionnelle des deux hémisphères cérébraux
(th. 1884).
9. .luranville, Un cas de dédoublement de la personnalité (V Encéphale ,
1882, p. 472).
10. V. Parent, De la possibilité des suppléances cérébrales (th. 1875); —
Magnin, Du fractionnement (tes opérations cérébrales, et en partie de leur
dédoublement dans les psychopathies (th. 1882). 108 MÉMOIRES ORIGINAUX
Dans leur Rapport fait à la Société de Biologie sur la méta1-
loscopie de Burq, Cliarcot, Luys et Dumontpallier ont constaté
que, sous l'influence del'sesthésiogène, le côté sain perdait une
partie de ce que gagnait le côté malade en sensibilité généra 'e
et spéciale, en température et en force musculaire, et Cliarcot a
fait cette remarque ' : « II semble que chez ces hystériques le
fluide nerveux, qu'on me pardonne l'expression, ne se transporte
d'un côté qu'après avoir abandonné l'autre en partie2. »
D'autres faits de même ordre se retrouvent dans divers tr
avaux 3.
J'ai observé plus tard que, lorsqu'on applique l'sesthésiogène
du côté sain ou du moins réputé sain, il se produit de ce côté
avant tout phénomène de transfert une exaltation de la sensibil
ité et de la force musculaire '.
Marie de Manacine a aussi rapporté des faits intéressants à
ce point de vue;i. L'hémisphère gauche étant le plus actif doit
être le plus profondément plongé dans le sommeil. Si on cha
touille légèrement le visage d'un individu pendant le sommeil
le plus profond, pendant la deuxième ou la troisième heure, on
observe constamment que, quelle que soit sa position, il fait
des mouvements propres à chasser une mouche avec sa main
gauche, si c'est un droitier, avec sa main droite, si c'est un
gaucher. Si l'irritation cutanée était produite à droite chez les
droitiers, à gauche chez les gauchers, le résultat était encore le
même que si elle portait de l'autre côté, c'est-à-dire que quel
que fût le côté chatouillé, c'était toujours le côté le moins actif à
l'état de veille qui réagissait. L'auteur conclut que ces faits
« prouvent d'une façon bien nette la suppléance d'un hémisphère
cérébral par l'autre pendant un sommeil profond ». D'autre
part, dans des recherches sur l'influence d'une insomnie abso-
1. Comptes rendus et mémoires de la Société de Biologie, 1877, p. 8 ; —
Gellé, la Métallo! hérapie ; la Tribune médicale, 1877, p. 88 ; — Du trans
fert ou transport de la force nerveuse (la Tribune médicale, 1901, p. 945).
2. Comptes rendus de la Société de Biologie 1877, p. 54.
:i. Dumontpallier, De l 'indépendance fonctionnelle de chaque hémisphère
cérébral, etc. (Comptes rendus de la Société de Biologie, 1882, p. 519) ; —
Dumontpallier et Bérillon, Indépendance des hémisphères
cérébraux, etc. (ibid., 1884, p. 408) ; — Bérillon, de l'indépendance fonc
tionnelle des deux hémisphères cérébraux (th. 1884).
4. Sensation, et mouvement; — Contribution à l'élude dit transfert de la
force musculaire [Comptes rendus de la Société de Biologie, 1885, p. 590; —
Sensation et mouvement, études expérimentales de psycho-mécanique,'!'' éd.,
1900, p. 76.
5. Marie de Manacine, Suppléance d'un hémisphère cérébral par Vautre
[Archives italiennes de Biologie, 1894, t. XXI, p. 326). FÉRÉ. ACTIVITÉ DES DEUX HÉMISPHÈRES CEREBRAUX lOÔ CH.
lue sur la santé des jeunes chiens, elle a remarqué que les
réflexes disparaissaient et apparaissaient périodiquement, tan
tôt dans les membres d'un côté, tantôt dans ceux de 1 autre ; la
sensibilité subissait des transferts analogues. Elle a observé en
outre que, lorsqu'on fait écrire une personne simultanément
des deux mains, il se produisait des alternatives dans l'écriture
régulière de la main droite et dans l'écriture en miroir de la
main gauche : comme si les fautes de la main droite étaient
corrigées par la main gauche et réciproquement. Enfin elle a
observé que chez les migraineux qui éprouvent de la gêne de la
parole et de l'écriture pendant l'accès, l'écriture en miroir de la
main gauche devient alors plus facile qu'à l'état de santé.
On peut constater chez l'homme, au cours de la fatigue, des
oscillations de l'activité motrice qui ne sont pas sans analogie
avec les oscillations de la sensibilité et de l'excitabilité réflexe
observées chez les jeunes chiens privés de sommeil, c'est-à-dire
très fatigués 1 .
En étudiant sur moi-même les modifications de l'excitabilité
et de la suggestibilité au cours de la fatigue dans des expé
riences de longue durée, j'ai observé un fait qui m'a paru digne
d'intérêt.
Si on travaille à l'ergographe de Mosso alternativement avec
chaque main en faisant des séries d'ergogrammes séparées
par des intervalles de 1 minute, chaque série séparée de la
précédente par un repos de o minutes (.'î kilogrammes chaque
seconde), on voit d'abord que le travail préalable d'un médius
donne une plus-value au travail suivant de l'autre médius ; puis
le travail des deux médius diminue. Au bout d'un temps va
riable, la fatigue s'accuse très rapidement dans le médius qui a
commencé à travailler. Cette accumulation rapide de la fatigue
dans la main qui a travaillé la première coïncide avec un rel
èvement du travail de l'autre main, et ce relèvement peut se
manifester par un travail qui dépasse de beaucoup le travail
initial. Si on continue l'expérience, on voit que, lorsque la main
qui s'est fatiguée la première n'a plus donné qu'un travail insi
gnifiant, elle reprend de l'énergie. Le travail de l'autre main
commence à diminuer graduellement pour se relever ensuite.
Ces oscillations inverses continuent et s'accélèrent si le travail
se prolonge.
1. Ch. Féré, Oscillations inverses du travail îles deux mains au cours de
la fatigue {Comptes rendus de la Société de Biologie, 1901, p. 899). .
MÉMOIRES ORIGINAUX 110
Le phénomène se produit si on travaille sans excitation, mais
il paraît s'accentuer si on fait intervenir une excitation sensor
ielle ou un exercice préalable d'une main, qui détermine une
exaltation du travail. Les expériences me paraissent mériter
d'être exposées en détail.
Expérience I {fig. 1). — Travail alternatif des deux médius
SANS EXCITATION
HAUTEUR NOMBRE TRAVAIL HAUTEUR RAPPORT
totale des en moyenne du travail
au travail normal soulèvements kilogrammètres (en centimètres) (en mètres)
e Série. — Médius droit
3,16 67 9,48 4,71
1,65 36 4,95 4,58
30 4,50 1,35 4,05
27 4.66 1,26 2,78
22,26 100
2° Série. — Médius gauche*
2,47 52 /,44 4,75
1,20 30 3,60 4,00
0,90 21 2,70 4,28
0,83 20 2,49 4,15
104,24' 16,20
3" Série. — Médius droit
2,52 56 7,56 4,50
1,64 36 4,55 4,92
1,36 31 4,38 4,08
1,22 28 3,66 4,35
20,22 90,83
4e Série. — Médius gauche
2,13 44 6,39 4,84
1,15 27 3,45 4,25
1,03 25 3,09 4,12
0,85 21 2,52 4,04
15,48 99,61
1. Le rapport est établi avec le travail de la dernière expérience au repos
sans intervention, 15,54 (le travail de l'expérience suivante est plus élevé
de 1 kilogrammètre). I
i
.
1
1
1
FÉRÉ, ACTIVITÉ DES DEUX HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX 111 CH.
HAUTEUR NOMBRE TRAVAIL HAUTEUR RAPPORT
totale des en moyenne du travail
(en mètres) soulèvements kilogrammètres (en centimètres) au travail normal
5e Série. — Médius droit
2 52 7 ,59 4,86 ,53
1 ,61 35 4 ,03 4,60
1 ,27 30 3 ,81 4,23
1 ,21 26 3 ,63 4,65
19,86 89,21
s
20 - — - *-• £ z S. ._ - \
s h -1 Î5 ». V f \] - r s /l\ A 1 w \ -
il \ 10 w
_ -
\ \ ._. v \ 5
~~ - _

- - il ■.- - - - - - 1 To 20 25
Fir,. 1. — Représentation graphique du travail des 2 médius dans l'expé
rience I. — La colonne verticale représente le travail des séries. — La
colonne horizontale, la succession des séries. — La ligne continue
représente le travail du médius droit, la ligne pointillée le travail du
médius gauche.
6e Skkie. - - Médius (jauche
98 40 94 4,95 i, 5,
12 25 36 4,48 1, 2 3, 86 22 58 3,90 o,
72 18 2 16 4,00 o,
14,04 90,34
7e Skkie. — Médius droit
52 2,44 7,32 4,68
.1 ,58 34 4,64 5,75
1,03 23 1,09 4,47
1,06 23 3,18 4,60
18,34 82,38 112 MÊMOIftËS
hauteur Nombre travail hauteur rapport
totale des en moyenne «lu travail
(en mètres) soulèvements kilograinmètres (en centimètres) au travail normal
8° Série. — Médius gauche
1,74 5,22 5,27 33
2,40 4,21 0,80 19
2,37 4,38 0,79 18
0,62 2,86 15 4,13
12,85 76,31
9e Série. — Médius droit
1,82 38 0,46 .4,78
1,20 24 3,60 5,00
4,82 1,11 23 3,33
2,67 0,89 19 4,68
15,06 67,65
10e Série. — Médius gauche
1,41 30 4,23 4,70
4,34 1,00 23 3,00
4,44 0,80 18 2,40
0,55 13 1,65 4,23
11,28 72,58
11e Série. — Médius droit
3,31 1,11 25 4,44
0,90 20 2,70 4,50
0,83 19 2,49 4,36
0,63 15 1,89 4,20
10,41 45,76
12e Série. — Médius gauche ■
2,55 55 7,65 4,63
1,49 34 4,47 4,:i8
1,28 29 3,84 4,60
1,02 25 3,06 4,08
19,02 122,39
13° Série. — Médius droit
0,35 8 1,05 4,37
0,22 6 0,66 3,66
6 6,60 0,20 3,33
5 0,57 0,19 3,80
2,88 12,93 ■
,
CH. FÉRÉ. ACTIVITÉ DES DEUX HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX 113
HAUTEUR NOMBRE TRAVAIL HAUTEUR RAPPORT
totale des .en moyenne du travail
(en mètres) soulèvements kilogrammètres (en centimètres)- au travail normal
14° Série. — Médius gauche
• 5,55 2,55 7,65 56
1,52 40 4,56 3,80
1,17 31 3,51 3,77
1,01 27 3,03 3,74
18,75 120,25
15e Série. — Médius droit
0,25 0,75 3,57 4 7 3,75 0,15 0,45
0,14 4 0,42 3,50
0,15 5 0,45 3,00
2,07 9,29
16e Série. — Médius gauche
6,24 4,72 2,08 44
1,21 27 4,48 3,63
0,99 21 2,97 4,71
0,88 19 2,54 4,63
15,38 98,97
17'' Série. — Médius droit
2,13 46 6,39 4,63
1,75 38 5,25 4,60
1,38 30 4,14
1,06 22 3,18 4,81
I' 18,96 85,
18e Skiiie. — Médius gauche
0,76 *,47 17 2,28
0,39 1,17 3,90 10
0,29 0,87 3,62 8
0,25 7 3,57 0,75
5,07 32,62
19e Série. — Médius droit
4,65 2,56 55 7,68
4,31 1,90 44 5,70
4,16 1,25 30 3,75
4,43 1,02 23 3,06
20,19 90,70
I." >N\ÉF pRvr.nni.flf Unf'F VTTI 8 MÉAJOlUliS OKNilNAlJX 114
HAUTEUR NOMBRE TRAVAIL HAUTEUR RAPPORT
totale des en moyenne du travail
(en mètres) soulèvements kilogrammètres ■ (en centimètres) au travail normal
20e Skrie. — Médius gauche
0,33 8 . 0,99 4,12
0,20 6 0,60 3,33
0,13 4 0,39 3,25
0,09 - 4 0,27 2,25
2,25 14,47
21° Skrie. — Médius droit
25 3,39 1,13 4,52
2,19 ' 17 0,73 4,28
12 1,44 0,48 4,00
0,87 0,29 8 3,62
7,89 35,44
22° Skkik. — Médius gauche
2,18 45 6,54 4,84
1,40 37 4,20 3,78
1,07 27 3,21 3,96
23 2,76 2,00 0,92
107,52
23e Si': «IE. — Médius droit
7 0,63 0,21 3,00
0,57 0,19 6 3,16
0,13 5 0,39 2,60
4 0,24 0,08 2,00
1,83 8,22
24e Série. — Médius (jauche
47 5,70 4.04 1,90
23 2,97 4,30 0,99
17 2,31 4,52 0,77
13 1,35 3,46 0,45
12,33 79.34
Le travail tolaldes 12 séries du médius droit est de 159,96;
celui de 12 séries du médius gauche, de 158,36. Dans le travail
alternatif, il y a une tendance évidente à l'égalisation des deux
mains : dans les expériences antérieures, nous avons vu que 9
séries du médius droit avec les mêmes repos donnent de 143
à 150 et 9 séries du médius gauche de 90 à 95. Ici les 9 premières
séries du médius droit sont inscrites avec des intervalles doubles 1
FÉRÉ. — ACTIVITÉ DES DEUX HÉMISPHÈRES CÉRÉRRALX 115 CH.
de ceux des séries ordinaires mais avec un travail intermédiaire
du médius gauche donnent 130,05, et les 9 séries du médius
gauche 127,07.
Expérience II {flg. 2). — Travail alternatif des deux médius,
SANS EXCITATION
HAUTEUR NOMBRE TRAVAIL HAUTEUR RAPPORT
totale des en moyenne du travail
(en mètres) soulèvements kilogrammètres (en centimètres) au travail normal
lre Série. — Médius gauche
50 7,08 4,72 2,36
31 3,96 4,25 1,32
3,88 26 3,03 1,01
3,95 21 2,49 0,83
16,56 100
i5i - -
+ S t - \ /
\ /
20 -
\ \ /
— \ f
15 - t\ I
- Ä ;
\ 10 z f \\ \ \ _ - \ \ -
1
- 5 -
1 A -
- 5 10 15
Fig. 2. — Représentation grapliique du travail des 2 médius dans l'expé
rience [I. — La ligne continue représente le travail du médius droit, la
ligne pointillée celui du médius gauche.
2e Skrie. — Médius droit
4,57 3,16 69 9,48
4,86 1,75 36
4,78 1,53 32 4,59
5,00 1,50 30 4,50
23,82 107,00 (<•)
1. Le rapport est établi avec le travail de la dernière expérience au repos,
22,26.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.