L'année 1954 : un cas de sortie de crise. Temps court et temps long en histoire économique contemporaine - article ; n°2 ; vol.42, pg 347-367

De
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1987 - Volume 42 - Numéro 2 - Pages 347-367
1954: A Case of Crisis Egression. Short and Long Term in Contemporary Economic History.
The study of crises—in which we see the shock-paroxysm characteristic of middle-length cycles and a fifteen year depression—has advanced more than the analysis of crisis egression. Reconstitution of the way which led out of the 1930's crash allows us to sketch out the remodelling of the mode of growth which assured the continuation of the stimulation (which was almost artificial) begun by Reconstuction; the stimulation was, in part, financed by American aid, and it laid down the bases for further self-sustained expansion. The short cycle crisis (1952-53) was a crucial tool for decision-makers; this can be seen in the lucid and modernist discourse of the Mendesists. Five phenomena converged: first and foremost, changes in the capacity and productivity of modernization/reconstructive investments; (2) the push from entrepreneurs starting up in the slots of anticipated growth and in the niches of industrial, financial and commercial innovation; then, (3) from 1953 to 1955, the turnabout in the world situation which accentuated governmental stimulation of growth, in particular through the taxation of businesses; (4) the State's expansionistic choice edifying a deliberate and coherent strategy of support of public andprivate investment, through the introduction in France of Keynesian methods of operating; and lastly, (5) the parallelism between increased supply, due to investment in productivity and capacity, and increased demand due to the simultaneous agreement by the government and company heads to distribute buying power by applying, in a more or less systematic way, rules of social Fordism. Along with the growth sectors erected by the Reconstruction's mixed industry, with the building-blocks ofthe industries producing intermediary goods and equipment, one could henceforth count as growth sectors—i.e. creators of factories and jobs—the industries of consumption whose growth rates jumped markedly and then steadied in the second half ofthe 1950's.
21 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 1987
Lecture(s) : 44
Nombre de pages : 22
Voir plus Voir moins

Hubert Bonin
L'année 1954 : un cas de sortie de crise. Temps court et temps
long en histoire économique contemporaine
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 42e année, N. 2, 1987. pp. 347-367.
Abstract
1954: A Case of Crisis Egression. Short and Long Term in Contemporary Economic History.
The study of crises—in which we see the shock-paroxysm characteristic of middle-length cycles and a fifteen year
depression—has advanced more than the analysis of "crisis egression". Reconstitution of the way which led out of the 1930's
crash allows us to sketch out the remodelling of the mode of growth which assured the continuation of the stimulation (which was
almost artificial) begun by Reconstuction; the stimulation was, in part, financed by American aid, and it laid down the bases for
further "self-sustained" expansion. The short cycle crisis (1952-53) was a crucial tool for decision-makers; this can be seen in the
lucid and modernist discourse of the Mendesists. Five phenomena converged: first and foremost, changes in the capacity and
productivity of modernization/reconstructive investments; (2) the push from entrepreneurs starting up in the slots of anticipated
growth and in the niches of industrial, financial and commercial innovation; then, (3) from 1953 to 1955, the turnabout in the world
situation which accentuated governmental stimulation of growth, in particular through the taxation of businesses; (4) the State's
expansionistic choice edifying a deliberate and coherent strategy of support of public andprivate investment, through the
introduction in France of Keynesian methods of operating; and lastly, (5) the parallelism between increased supply, due to
investment in productivity and capacity, and increased demand due to the simultaneous agreement by the government and
company heads to distribute buying power by applying, in a more or less systematic way, rules of "social Fordism". Along with the
"growth sectors" erected by the Reconstruction's mixed industry, with the building-blocks ofthe industries producing intermediary
goods and equipment, one could henceforth count as "growth sectors"—i.e. creators of factories and jobs—the industries of
consumption whose growth rates jumped markedly and then steadied in the second half ofthe 1950's.
Citer ce document / Cite this document :
Bonin Hubert. L'année 1954 : un cas de sortie de crise. Temps court et temps long en histoire économique contemporaine. In:
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 42e année, N. 2, 1987. pp. 347-367.
doi : 10.3406/ahess.1987.283389
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1987_num_42_2_283389HISTOIRE CONOMIQUE
HUBERT BONIN
ANN 1954 UN CAS DE SORTIE DE CRISE
TEMPS COURT ET TEMPS LONG
EN HISTOIRE CONOMIQUE CONTEMPORAINE
historien de économie peut-il consacrer un article surtout dans une
revue attachée une certaine valeur du Temps étude une année sans
sombrer dans le récit-catalogue peut-il donner une signification événement
face aux exigences du temps long et de la rétro-macroéconomie Son objectif
est abord de proposer une chronologie propre sa discipline au-delà des sec
tions traditionnelles puisées dans histoire politique ou militaire analyse de
la situation conjoncturelle de année 1954 sert de révélateur plus en 1944-
1945 malgré les réformes de la Libération et la poussée de économie mixte ou
en 1947-1949 malgré le plan Mayer) une inflexion surgit elle enclenche
une mutation du système de production et du système de régulation éco
nomique La lecture micro-économique de année 1954 débouche sur le
constat que écrit une nouvelle histoire celle du néo-capitalisme et du
keynésianisme-fordisme Soyons honnête La coupure que représente
année 1954 est le fruit une reconstitution où le lecteur vigilant déniche sans
peine artifice Il est évident que année 1954 est ici la moyenne des années
1953-1955 des impulsions esquissent déjà en 1953 ou seulement en 1955 des
tendances longues ont pu infléchir pour certaines branches dès la fin des
années 40 ou le début des années 50 en une maturation dont évidence est lente
se faire jour les décisions de modernisation de nationalisation investisse
ment en capital et en productivité en particulier selon les schémas du plan
Monnet de socialisation des risques individuels de choix de produits la CV
ou de secteurs Bouygues et les travaux publics en 1951 ont vu leurs applica
tions étaler et amplifier en une demi-douzaine années Suivre cette trace
Annales ESC mars-avril 1987 n0 pp 347-367
347 HISTOIRE CONOMIQUE
micro-économique conduit reconstituer peu peu les forces macro-économi
ques qui montent en puissance Pourtant orée de année 1954 leur vigueur
semble encore incertaine ou fragile comme si alternative préservait le hasard
de leur étouffement précoce autre part année 1954 se place au ur des
bouleversements comme Bouvines Duby) exacerbe une bataille
qui symbolise un nouveau bond de la modernité
Cette année-charnière semble intéressante parce elle ouvre deux décen
nies de croissance Alors que les historiens se sont surtout intéressés entrée
dans la Crise1 sa persistance il paraît séduisant de capter les éléments qui bri
sent la fatalité une dépression qui avait englué économie fran aise en 1930-
1945 où les pousses de renouveau étaient étiolées et de contribuer la
réflexion sur la notion de sortie de Crise Quand éclôt la prospérité comment
expliquer que les montées de sève soient comprimées par la stagnation2 comme
si la greffe du neuf ne prenait pas sur une France enracinée dans le traditionnel
les conservatismes et le malthusianisme
La France vacillante et frileuse
Le rétablissement approximatif de la santé économique fran aise par
équipe Schuman-Mayer-Petsche en 1947-1950 est effrité dans la surchauffe
inflationniste causée par le boom coréen le plan Pleven de réarmement le
financement de la guerre Indochine et le laxisme pré- et post-électoral de
1951 Antoine Pinay rétabli ni les grands équilibres budget
commerce extérieur balance des paiements ni épargne il seulement sta
bilisé les prix leur haut niveau sans pouvoir les comprimer la baisse Quel
ques mois avant que les mesures désinflationnistes de Pinay prennent effet
économie fran aise subit le repli de la conjoncture occidentale et la stagnation
du commerce mondial en 1951-1953 Atteintes dans leurs marges exporta
tion dans leur trésorerie tendue excès par le financement un sur-stockage
répondant aux anticipations de inflation et de la poursuite du boom et par le
bond des charges intérêt dues la vague de crédit les entreprises commencent
spontanément comprimer leurs stocks leurs achats intermédiaires leurs
emprunts La production industrielle se replie en 1952 puis fluctue entre les
indices 132 et 150 sur base 100 en 1938 de janvier 1953 février 1954 le Pro
duit intérieur ralentit sa croissance qui passe de 79 en 1950 et 64
en 1951 23 en 1952 et en 1953 La durée hebdomadaire du tra
vail affaisse légèrement le chômage enfle 217 000 demandeurs emploi en
mars 1953 et 193 000 en janvier 1954
Le déficit commercial reste en 1953 le double du montant de 1950 même il
été réduit de moitié par rapport 1952 cause du repli des importations dû
la récession et de la baisse des cours mondiaux où un déficit de la balance
des paiements élevé La peur plane une petite France face la montée en
puissance économique de la R.F.A La production industrielle fran aise tient le
cinquième rang en 1953 mais la richesse globale révèle des disparités cruelles
la croissance du P.N.B allemand entre 1950 et 1954 suivi un rythme double
38 au lieu de 17 en France le volume du P.N.B par habitant
grossi de 33 en R.F.A au lieu de 13 en France3 Sur le long terme
348 BONIN ANN 1954 EN FRANCE
un retard est creusé de 1929 1954 industrie accru ses livraisons de 18
en France mais de 86 en R.F étroitesse du niveau de vie fran ais se
mesure la faiblesse relative de ses consommations de produits industriels par
habitant par rapport la R.F.A Or la C.E.C.A est devenue réalité depuis
février-avril 1953 brisant un demi-siècle de protectionnisme comment sup
porter une telle ouverture La France peut-elle aller plus loin ouvrir au libre-
échange la compétition des productivités et des prix de revient En 1953
954 la France se sent agressée les débats de 1944-1946 ou 1947-1949 ressur-
gissent sans que illusion de aide américaine de la Reconstruction ou du
boom coréen puisse aveugler les décideurs il leur faut choisir un modèle de
développement Nous avions pas pris conscience la Libération que nous
étions un pays << nouveau pauvre Le risque est effondrement entre
prises fran aises incapables de supporter une concurrence brutale une
réflexion sur la compétitivité engage avec idée envisager branche par
branche les perspectives ouverture des frontières affronter la concurrence
européenne Devenu président du Conseil Pierre Mendès-France forme une
commission économique animée par Claude Gruson chargée entre autres
établir la programmation un désarmement douanier et une restructuration
des secteurs menacés financée par tat Les négociations indochinoises mobi
lisent opinion et la mémoire elles dissimulent ce grand débat année 1954
apparaît une année de tous les dangers Un Dien Bien Phu conjoncturel ne
menace-t-il pas Sommes-nous la veille une crise économique
interroge Mendès-France en février 1954
Quand le parti communiste engage en 1955 une campagne dénon ant la
paupérisation absolue qui engloutirait la classe ouvrière dans la misère a-t-il
tort sur le fond ou son erreur est-elle seulement de se tromper de date avoir
tardé de deux ans pour lancer son offensive En effet en 1953-1954 il est
encore difficile de constater une uniformisation des revenus et des genres de vie
par une montée en aisance des couches populaires Si la production
avant-guerre est récupérée au sortir du premier Plan cela pas grossi le
surplus distribuable partager entre Fran ais car la France pas réelle
ment entamé sa révolution de la consommation et du pouvoir achat elle
reste divisée en blocs sociaux éloignés les uns des autres rigides sans vive mobi
lité sociale ascendante sans promotion des combatifs de la production de
innovation ou du Savoir sans stimulation des initiatives par la
récompense du pouvoir de consommer Le révélateur des inégalités le plus
manifeste est fourni par la fa on de se loger la Reconstruction avait écarté la
possibilité financière de soutenir un essor massif de construction immobilière
familiale déjà suspendu par la Crise et la Guerre celui-ci en est retardé de dix
ans Si le nombre de logements terminés double de 1950 1954 162 000) la
France ne construit guère plus de logements que la Pologne deux fois moins
que le Royaume-Uni et quatre fois moins que la R.F.A Comment entrer dans
la société de consommation sans local où entreposer les biens durables
convoités Les mal logés sont trop nombreux quatre millions et demi de Fran
ais vivraient en baraquements ou hôtels nombre de logements sont surpeu
plés mal équipés insalubres Le scandale éclate en janvier-février 1954 quand
hiver rigoureux tue un bébé vivant dans une carcasse autocar en banlieue
parisienne et une femme expulsée de son appartement Paris Henri Grouès
349 HISTOIRE CONOMIQUE
abbé Pierre animateur avec deux cents militants-chiffonniers des Commu
nautés Emmaus créées en 1949 en appelle le 1er février 1954 une insur
rection de la bonté les dons affluent des cités urgence sont édifiées La
charité peut-elle se substituer un système de régulation économique et social
déficient
En effet depuis les grèves de 1947-1948 des barrages psychologiques et
idéologiques se dressent face organisation un système de distribution
de pouvoir achat et protègent un quasi-vide de la négociation collective Le
durcissement une C.G.T majoritaire lors des élections sociales mais alignée
sur le P.C.F de la Guerre Froide explique le creusement un fossé entre les
partenaires sociaux La loi de 1950 assouplit le cadre des discussions qui peu
vent se développer au niveau local et régional sans plus nécessairement débuter
au niveau national Or la C.G.T condamne ses syndicats de base ils
concluent des accords entreprise et fournit ainsi un bon alibi au patronat
Celui-ci pas profité de la loi de 1950 pour rompre le dialogue de sourds
animateur de la Commission sociale du C.N.P.F. Marcel Meunier admet
guère la légitimité syndicale et grogne contre intervention de tat dans les
rapports sociaux le C.N se retire de la Commission nationale des conven
tions collectives en décembre 1953 quand celle-ci veut établir un budget-type
pour mieux apprécier le salaire minimum année 1953 été tendue seule
ment deux cents accords salariaux ont été signés alors un fort mouvement de
grève éclaté en été dans la Fonction publique et que la C.G.T est victime de
poursuites judiciaires
Tandis que la Reconstruction essouffle on peine concevoir la mise en
place impulsions propres soutenir la reprise de expansion Les décideurs
en tiennent au rétablissement des grands équilibres les prix cause de
inflation du différentiel avec les prix étrangers le budget en particulier
a-t-il de changé par rapport aux préoccupations de leurs prédécesseurs des
années 1930 Les pensers neufs se réduisent-ils au simple ravalement du
poincarisme Peut-on aller penser que la Reconstruction été
une parenthèse elle dopé économie en une croissance artificielle que
on rétabli équipement au niveau de avant-guerre et de avant-Crise mais
que la révolution culturelle de pas eu lieu Substituer en
partie tat aux patrons pour reconstruire et moderniser était changer le
mode de régulation de économie Mais dès lors que le système économie
centralisée communiste était rejeté en 1947 et que le plan Mayer définissait une
économie mixte décentralisée il convenait organiser la circulation des flux
créateurs de croissance reconstruire et moderniser appareil de production et
échange de base ne permettait une offre de moyens de communication et
de biens intermédiaires il fallait exploiter La décennie 1944-1954 avait
comblé le gap inflationniste entre la demande et offre mais rétablir
équilibre du funambule est pas lui assurer sa progression La modernisa
tion par en haut devait être relayée par une modernisation en profondeur
donc se répandre parmi les entreprises qui constituaient le tissu de appareil
productif Il fallait aussi que offre équipement moderne débouche sur une
dilatation de la demande pour ne pas alimenter les schémas traditionnels confir
més par effondrement de 1931-1934 et réhabilités en 1948-1949 et 1952-1953
qui faisaient de investissement une cause de surcapacité de production
350 BONIN ANN 1954 EN FRANCE
Le rétablissement des équilibres était au mieux le retour équilibre de
avant-guerre aux valeurs économiques dominantes parmi une majorité de
patrons même si le bloc modernisateur tenait au sein du patronat une place
plus importante dans les années 1950 Malgré institution de la Sécurité sociale
et la poussée des transferts sociaux la France serait encore la recherche une
demande la modernisation exige élargissement de la reproduction du sys
tème capitaliste est-à-dire extension sociale de la demande Des indices
révèlent impasse où se trouve économie la production des biens de
consommation aurait crû de 28 de 1938 1954 alors que celle des biens
équipement et énergie aurait gagné 65 on rejoint ainsi argumenta
tion selon laquelle pendant la Crise des années 30 une désarticulation
serait apparue au sein du système productif entre un amont en surcapacité et
un aval en friche où la croissance de la productivité par tête ne serait pas
accompagnée une poussée parallèle du salaire réel par tête6 affaire Domi
nici révèle la coupure entre deux France le procès du patriarche de Lurs
accusé du meurtre de touristes en 1952 se tient en 1954 les journalistes en
décrivant les mentalités et la sociabilité de ce village proven al rappellent que
parmi les 200 000 agriculteurs actifs soit selon la base statistique 27 ou
31 de la population active les paysans maintenus dans une économie de
quasi-auto-consommation traditionnelle restent une majorité que leur rapport
au monde moderne est pas un rapport échanges entre producteurs et
consommateurs Entre les mal-loges et les Dominici comment construire la
sortie de Crise
Tout affairée la lutte contre inflation la France semble négliger sa stra
tégie économique La Reconstruction est presque achevée ainsi que la moder
nisation des économies lourdes de base le rôle moteur de tat du Plan le
premier Plan se termine en 1952 dans animation de la guerre des capacités
qui suivi la bataille de la production est remis en cause dès lors que ini
tiative revient aux patrons pour conduire la guerre de la compétitivité Depuis
1944 les firmes étaient surtout préoccupées de satisfaire les besoins immé
diats des secteurs lourds et des familles la demande était facilement cernée
offre pouvait suivre selon des flux clairs Or économie des besoins du
besoin succède économie des désirs et de la productivité où impalpable
domine comment recréer une mentalité de marché pour courtiser la demande
des ménages ou apprécier la réalité de la concurrence La simplicité rectiligne
du plan Monnet devient inadaptée cette nouvelle donne ce que prouve le
retard de la mise au point du deuxième Plan de 1952 1954 la France vit sans
Plan le projet de deuxième Plan est remis au gouvernement en 1953 il
est discuté ce niveau en 1954 puis devant les commissions parlementaires
avant être voté seulement en 1955 Ce est pas la personnalité moins mobili
satrice tienne Hirsch7 qui est au ur du débat mais plutôt la capacité un
plan définir des stratégies de branche au sein une économie dont les schémas
de développement deviennent décentralisés
Le doute emporte en 1953 investissement reste incertain Exprimé en
francs 1970 investissement industriel recule de 10 en 1952-1954 le niveau
de 1954 est inférieur celui de 1950 productif réduit sa part
de P.I.B de 139 en 1951 12 en 1953 et 116 en 1954 tandis que
investissement global F.B.C.F. stagne 19 de la P.I.B en 1951 188
351 HISTOIRE CONOMIQUE
en 1952 181 en 1953 et 185 en 19548 Monnet évoquait la Libération le
risque un déclin ibérique un gaspillage des dollars Marshall comme
les hidalgos espagnols avaient gâché les métaux précieux des Indes ou une
stagnation réactionnaire selon les schémas de pensée salazariste année 1954
sonnerait-elle le retour de la Dépression Le grand sommeil de économie
fran aise titre le magazine Réalités en 1953
Le choix une stratégie satrice
La modernité mendésiste dépasse en 1953-1954 la querelle du dirigisme et du
libéralisme
Il avait pas de fatalité dans immobilisme ... la transformation de la
société fran aise pouvait se faire sans la révolution marxiste ...] était une
affaire de volonté au sommet de méthode enlèvement des bandelettes et de
transfert des ressources publiques non point leur gonflement)9
Le programme de paix indochinoise de Mendès-France inscrit aussi dans une
stratégie économique de réduction des dépenses militaires 41 des dépenses
budgétaires en 1953 au profit un réamor age de la pompe civile car un
grand pays ne saurait fonder son effort militaire sur une économie décadente
Il faut choisir entre les tâches qui sollicitent économie et les finances car
on ne peut pas tout faire la fois la reconstruction équipement le logement
le réarmement de la métropole le niveau de vie la guerre Indochine10
tudiant la situation de la France partir des postes observation où étais
placé ...] je venais toujours buter sur la question Indochine agissait-il
équilibrer le franc investir dans équipement industriel ... toujours on
vous répondait Mais il Indochine
année 1954 marque allégement de cette chape qui pesait sur les dépenses le
budget retrouve quelque souplesse ce qui sert le dessein de modernisation
tat peut amplifier ses initiatives
La rigidité des structures et mentalités économiques devient ennemi
esprit nouveau exprimé en particulier par les experts du service des tudes
économiques et financières E.E.F. du ministère des Finances scrute les
structures permanentes de économie fran aise
Définir hui la crise fran aise par celle des finances publiques ou des
changes serait voiler celle qui les commande la crise de appareil de produc
tion et de distribution des richesses12
Alors que les multiples rapports du E.E.F étaient restés sans écho en
1952-1953 que le discours investiture de Mendès-France en juin 1953 avait
pas permis son auteur accéder Matignon année 1954 permet la conjonc
tion entre les intellectuels experts hauts fonctionnaires mendésistes
et action par le biais du gouvernement Patronat moderni-
sateur nouvelles classes moyennes salariées aspirant au rajeunissement de
352 BONIN ANN 1954 EN FRANCE
la France lecteurs de Express hauts fonctionnaires sociaux-libéraux
convergent dans le mendésisme ils ne lui offrent pas une base sociale très
large mais fournissent élan au changement de cap économie fran aise
prospérité ou décadence titre Simon Nora dans Le Monde en juin 1953
effet P.M.F indique que partir de 1954 la dérive vers la décadence est
enrayée la France ébroue après une longue hibernation 13 année 1954
est abord la victoire une pédagogie de la modernisation On le constate
dans le deuxième Plan le slogan est plus la de capacité mais
la modernisation de productivité en introduisant les calculs de rentabilité
efficience économique dans la programmation des investissements Les
thèmes lancés en 1948-1949 autour des missions de productivité 14 sont
désormais érigés en préceptes ensemble sous égide du Commissariat la
Productivité créé en 1953 exemple en est fourni par la politique énergétique
la Commission du Plan peut débattre sans tabou des compromis nouer entre
les centrales thermiques et les centrales hydrauliques entre le pétrole et le
charbon15 la notion de meilleur prix macroéconomique de gain économique
global progresse
effort pédagogique et la recherche de la productivité épaulent pour
convaincre les décideurs et opinion de la nécessité des restructurations de
détruire des morceaux de appareil de production pour le moderniser ailleurs
introduire la mobilité des facteurs de
Ce qui est en cause est la structure actuelle de la production fran aise
et par conséquent bien moins le niveau général que les écarts de prix et de
salaires Pour une tentative de correction de ces écarts fût efficace il fal
lait elle puisse entraîner une large redistribution des services producteurs
entre les diverses branches activité et que les nouveaux rapports de prix agis
sent dans le sens une heureuse sélection Or on était heurté au diagnostic
souvent formulé trop faible mobilité du travail dans notre pays16
Pour réduire le différentiel des prix fran ais avec étranger il fallait non seule
ment le baume une dévaluation mais éliminer les surcoûts de production
reconvertir appareil de production est objectif de la note directive remise
par Mendès-France au ministre des Finances le 18 juillet 1954
On peut imaginer une reconversion brutale ou bien par une libéralisation
soudaine des échanges est-à-dire par le heurt de notre économie avec des éco
nomies plus productives et partant plus fortes ou bien encore par un diri
gisme et un planisme rigoureux Mais ces deux méthodes doivent être écartées
une comme imposant des souffrances et impliquant des réactions sociales
intolérables la seconde comme supposant un contexte politique et adminis
tratif qui existe pas Finalement une seule procédure est concevable qui
consiste appliquer les deux méthodes mais de fa on dosée et progressive ...
La reconversion accentuera le rythme de élimination des entreprises mar
ginales Elle devra prendre une forme propre rendre le processus moins dou
loureux17
Le processus de reconversion de appareil productif ne débute pas en 1954
La reconstruction et le rééquilibrage de 1947-1949 avaient déjà soutenu dès
353 HISTOIRE CONOMIQUE
février 1951 une convention collective nationale est signée dans le textile qui
accorde des garanties contre les licenciements des indemnités de chômage une
retraite complémentaire un reclassement et qui aurait pu être un modèle du
traitement social de la reconversion puisque la C.G.T adhère accord en
octobre 1951 On saisit la crise au sens de recomposition des structures18
de économie au travers du cas de industrie lainière soumise au choc de la
compétition ce qui semblait récession avec un recul de la production du
tissage lainier pour habillement au-dessous du niveau de 1938 de 29 en
1953 et 26 en 1954 devient secousse structurelle la production est infé
rieure au niveau de 1938 de 30 en 1955 de 26 en 1956 de 14 en 1957
La mutation globale de industrie est déjà en branle celle-ci gagné 700 000
salariés de 1946 1954 soit un bond de 11 mais certaines branches subissent
une érosion forte de leurs effectifs habillement liquidé 219 000 emplois
32 ) les cuirs et peaux 44 000 le charbon 16 000 soit elles trois
279 000 travailleurs et 22 de leurs effectifs globaux Aux 700 000 postes
créés nets ajoutent donc ces 279 000 postes remplacés dans autres branches
soit 28 des créations brutes industrielles19 année 1954 révèle accélération
des mutations elle voit le secteur tertiaire devenir majoritaire dans la popula
tion active et au sein de celui-ci pour la première fois depuis 1945 les ferme
tures de boutiques emportent sur les ouvertures de 000 unités dont 600
dans alimentation et 300 dans le textile et habillement aux 43 000 unités
nettes gagnées en 1951-1953 succède une tendance longue de fermeture nette de
000 unités partir de 1955 On comprend pourquoi en novembre 1954
Pierre Poujade crée Cahors U.D.C.A pour défendre les tondus des
valeurs effondrent publiquement pendant cette année celles une France
immuable dans ses structures traditionnelles année 1954 est une année
de crise des consciences La modernisation mendésiste ou conduite par
autres décideurs avant et après Mendès-France ne crée pas la reconver
sion elle la fait assumer par les responsables de économie et si possible par
opinion pour supprimer les freins psychologiques apport de P.M.F
pas tant été dans les réformes institutionnelles il soutenues que dans son
talent persuader les autres agir ou accepter ses priorités 20 Il faut inter
préter ainsi la décision de Laniel-Faure en septembre 1953 engager la réno
vation de la viticulture et de créer en avril 1954 un Institut des vins de consom
mation courante et un Cadastre viticole Préparer ouverture européenne est
faire admettre les changements imposés par la compétition et ouverture des
frontières
Le volontarisme officiel fait de année 1954 le pivot de la conduite du remo
delage des structures Muni des pleins pouvoirs économiques en août 1954 le
gouvernement crée en septembre le Fonds de conversion industrielle le Fonds
de décentralisation industrielle et le de reclassement de la main-d uvre
chargés apporter des prêts ou de bonifier les intérêts emprunts entreprises
en réadaptation Un Comité adaptation de industrie du reclassement de la
main-d uvre et de la décentralisation industrielle présidé par Bloch-Lainé
se met en place en décembre pour faciliter le recyclage des travailleurs et leur
reclassement Ces trois Fonds et le Fonds de modernisation et équipement de
1948 fusionnent en 1955 dans le Fonds de développement économique et social
Claudius-Petit reste ministre de la Reconstruction et de Urbanisme dans le
354 BONIN ANN 1954 EN FRANCE
gouvernement Mendès-France mais amplifie son action Le Fonds national
aménagement du territoire de 1951 peut partir de septembre 1954 accorder
des prêts directement aux entreprises il dispose une surface financière
élargie pour mieux aider conversion et décentralisation industrielles objectif
est de substituer en province des industries en croissance aux usines condam
nées incitation ajoute la contrainte toute implantation en région pari
sienne un établissement de plus de cinquante salariés ou 500 m2 est soumise
partir de janvier 1955 une autorisation un agrément pour amplifier le
desserrement de industrie parisienne Edgar Faure complète ces mesures
en instituant les régions administratives et les super-préfets régionaux en juin
1955 les Comités expansion économiques régionaux les Sociétés de dévelop
pement régional les zones critiques prioritaires avec fort sous-emploi où
les entreprises candidates installation bénéficient une exonération fiscale
de la bonification de ses emprunts par le F.D.E.S intérieur même des bran
ches des efforts de rationalisation des restructurations esquissent ainsi le
Syndicat général de Industrie cotonnière lance en mars 1953 un service spécial
de reconversion et en juillet 1954 une caisse professionnelle assainissement
une association pour la reconversion de industrie cotonnière un centre de pro
ductivité de industrie cotonnière qui entament la réduction des capacités le
riblonnage la mise la casse du matériel vétusté et amélioration de la
productivité
Il convient de rester lucide les efforts ainsi déployés ne sont pas tous
efficaces les chiffres manquent pour mesurer la portée des décisions prises en
1954 sur la mobilité du travail et la sélection des établissements rentables en
1954-1955 sur les aides dispensées au titre de la reconversion sur la constitu
tion des équipes parisiennes ou régionales Les cotonniers ne semblent pas se
mobiliser avec intensité dans la guerre de la modernisation aménagement du
territoire doit être relancé par les gaullistes dix années plus tard encadrement
rationalisateur et social de la reconversion est vite effrité on en parle guère
entre 1956 et 1963 est la crise de emploi en 1964-1968 qui interpelle les déci
deurs et les incite reprendre uvre mendésienne apport essentiel de cette
année 1954 réside dans le message modernisateur qui contribue largement au
bouleversement des mentalités parmi les hauts fonctionnaires les patrons et
une partie de opinion un sondage indique que 62 des Fran ais approuvent
idée selon laquelle il est nécessaire de fermer ou de transformer les usines
qui travaillent dans de mauvaises conditions techniques ou économiques
tandis que 15 lui sont hostiles21
Quand on saisit la vanité récurrente des suggestions des modernisateurs
dans les années 1944-194822 les divisions des décideurs en 1948-1951 face aux
choix rationnels qui imposent comme lors des clivages surgis de orientation
de certains crédits bancaires vers de gros investissements industriels ou le finan
cement du déficit budgétaire de reconstruction on impression mis part
la campagne pour la productivité de polémiques limitées une fine couche
de responsables sans que opinion se mobilise année 1954 élargit le champ
de débats la conscience de alternative entre la fatalité du retard fran ais la
Gerschenkron et le coup de collier productiviste avive travers effort
démocratique de persuasion de conducteurs opinion expansionnistes ou au
travers de éclatement et de expression violente de mentalités et de sociétés
355

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.