L'autre côté du miroir : mythes sataniques et réalités culturelles aux XVIe et XVIIe siècles - article ; n°2 ; vol.40, pg 288-305

De
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1985 - Volume 40 - Numéro 2 - Pages 288-305
Behind the Mirror : Satanic Myths and Cultural Realities during the Sixteenth and Seventeenth Centuries
The sabbat is quite a myth. It was forged by the élites of Europe, on the basis of a mixture of popular cultural realities herein linked together as satanic practices. Woman is placed at the heart of a so-called religion of the devil. She stands behind the mirror, occupying a place in this counter-world which is exactly the same as that occupied by the -witch-hunters in their own world.
However, a witch-craze requires two other conditions : that the myth be spread by zealous local officers, and above all that the middling sort, i.e the local notables, play an active role. The last condition makes all the difference between open and closed villages, regions, districts or states. In the first case people (or a part of them) agree with the Law, which comes from outside. In the second they maintain the old internal balance achieved by large-scale indulgence in private revenge.
This model explains, I think, important contrasts among witch-hunts all over Europe. Such a persecution occurs not only as a part of a religious evolution but mainly of a political movement : the villagers are gradually forced to tie their communities firmly to modernity and progress.
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 1 janvier 1985
Lecture(s) : 26
Nombre de pages : 19
Voir plus Voir moins

Robert Muchembled
L'autre côté du miroir : mythes sataniques et réalités culturelles
aux XVIe et XVIIe siècles
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 40e année, N. 2, 1985. pp. 288-305.
Abstract
Behind the Mirror : Satanic Myths and Cultural Realities during the Sixteenth and Seventeenth Centuries
The sabbat is quite a myth. It was forged by the élites of Europe, on the basis of a mixture of popular cultural realities herein
linked together as "satanic" practices. Woman is placed at the heart of a so-called religion of the devil. She stands behind the
mirror, occupying a place in this "counter-world" which is exactly the same as that occupied by the -witch-hunters in their own
world.
However, a witch-craze requires two other conditions : that the myth be spread by zealous local officers, and above all that the
"middling sort", i.e the local notables, play an active role. The last condition makes all the difference between "open" and "closed"
villages, regions, districts or states. In the first case people (or a part of them) agree with the Law, which comes from outside. In
the second they maintain the old internal balance achieved by large-scale indulgence in private revenge.
This model explains, I think, important contrasts among witch-hunts all over Europe. Such a persecution occurs not only as a
part of a religious evolution but mainly of a political movement : the villagers are gradually forced to tie their communities firmly to
modernity and progress.
Citer ce document / Cite this document :
Muchembled Robert. L'autre côté du miroir : mythes sataniques et réalités culturelles aux XVIe et XVIIe siècles. In: Annales.
Économies, Sociétés, Civilisations. 40e année, N. 2, 1985. pp. 288-305.
doi : 10.3406/ahess.1985.283162
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1985_num_40_2_283162ROBERT MUCHEMBLED
L/AUTRE DU MIROIR
MYTHES SATANIQUES ET ALIT CULTURELLES
AUX XVIe ET XVIIe SI CLES
La chasse aux sorcières est une liturgie de la peur Elle diffuse des obses
sions qui appartiennent pour essentiel aux représentants de la culture savante
mais qui en créent pas moins des angoisses et des inquiétudes réelles au sein
des masses paysannes Tendant ces dernières un miroir satanique et sabba
tique les démonologues et les juges élargissent des fractures sociales internes
la société rurale en leur donnant une justification culturelle morale et
religieuse chaque villageois peut reconnaître ses propres croyances et pra
tiques bien réelles mais diabolisées aux yeux des élites chacun doit alors
choisir image de lui-même il entend faire valoir intensité et la continuité
des persécutions nées de la volonté des gouvernants dépendent ainsi de la
capacité adhésion une partie des paysans au message qui leur est proposé
il est de ce fait possible de définir des communautés ouvertes ou
fermées la persécution et plus généralement de proposer un modèle expli
catif global valable dans divers pays Europe aux xvie et xvne siècles La
chasse aux sorcières est-elle pas un simple épisode parmi autres malgré son
aspect spectaculaire une conquête des campagnes occidentales par la Loi et
par ordre En autres termes ne agit-il pas partout et toujours de la péné
tration du pouvoir contre les particularismes et contre les habitudes des ruraux
de régler généralement leurs problèmes entre eux en ayant le moins possible
recours aux tribunaux extérieurs Le mythe diabolique en ce sens débouche
sur une sociologie de autorité
Mythes sataniques et peurs réelles
Le sabbat est-à-dire la réunion nocturne et démoniaque des sorciers et des
sorcières est mon avis une pure et simple construction de théologiens qui
Annales ESC mars-avril 1985 n0 pp 288-306
288 MUCHEMBLED MYTHES SATANIQUES
bâtissent la fin du Moyen Age imaginaire des élites sociales européennes
Puisant dans le fonds composite de la persécution contre les juifs les premiers
chrétiens et diverses sectes hérétiques comme magistralement montré
Norman Cohn1 ils réactivent des stéréotypes qui ont rien de populaire pour
montrer existence et les progrès un vaste complot satanique destiné faire
triompher le mal sur la terre Ils traduisent en fait un désarroi certain des gou
vernants et spécialement des hommes glise confrontés aux craquements qui
préparent la rupture de unité chrétienne au xv siècle Persécuteurs et héri
tiers des inquisiteurs les démonologues naissants imaginent persécutés dans
un monde saturé de diabolisme où les adeptes secrets du démon préparent la
ruine de leurs efforts Le sabbat ils imaginent est une liturgie chrétienne
envers qui copie trait pour trait la messe en affectant chaque élément un
coefficient négatif une coloration noire et morbide
Cette construction mentale acquiert cependant une grande efficacité que
plus tard et en particulier dans les tats profondément influencés par la
Contre-Réforme tridentine comme les Pays-Bas espagnols La chasse aux sor
cières atteint ses formes les plus épidémiques et sa plus grande intensité entre
1590 et 1620 par suite de la publication édits princiers spécifiques en 1592 et
en 1606 qui déclenchent une terrible répression conduite par les cours de justice
laïques
Il me paraît peu utile dans le cadre de cet article de reprendre les argu
ments ce sujet que ai abondamment développés ailleurs2 Pour aller
essentiel il suffit de rappeler que le sabbat est une catégorie de pensée étran
gère aux acteurs paysans de ces drames Les témoins qui se présentent contre les
prétendues sorcières en parlent jamais Quant aux accusés ils en font état
en avouant sous la torture et généralement en étant guidés par les questions
très précises de leurs juges lesquels leur fournissent les précisions démono-
logiques nécessaires pour pouvoir rédiger une sentence de facture classique
Celle-ci contient on le sait le rappel de initiation diabolique concrétisée par
une marque insensible aux piqûres et par la copulation avec le démon puis elle
décrit le sabbat et elle se termine par la liste des principaux torts ou maléfices
commis dans la vie courante en utilisant les poudres et onguents re us pendant
la cérémonie nocturne
Que le satanisme soit une production directe de la demonologie et de la pra
tique judiciaire qui en découle est ailleurs corroboré par le cas exceptionnel de
certains pays dont la procédure en matière de procès de sorcellerie est pas
axée sur la recherche des faits diaboliques Tel est le cas de Angleterre3 ou
celui du Danemark présenté par Johansen4
Dans ces conditions les auteurs qui soutiennent la thèse de la réalité du
sabbat sous quelque forme que ce soit sont devenus rares Certains croient
toujours au diable et son action instar de Pierre Chaunu en France ce qui
les pousse conserver une hypothèse aucun élément concret jamais
réussi prouver autres discernent une couche de culture folklorique dans le
sabbat Mais pour éviter être accusés de vouloir rendre vie la théorie inac
ceptable de Margaret Murray sur le culte pratiqué par les sorcières en
Europe ils en sont réduits parler de pratiques orgiaques imaginaires reflétant
le rêve du retour une phase ancienne de culture comme Mircea liade ou
postuler existence un rituel après une structure mythique très composite
289 EUROPE MODERNE
repérée en comparant des descriptions de sabbat comme Carlo Ginzburg5
Plus subtile que les autres la dernière démarche est néanmoins méthodologi-
quement fautive car elle opère des regroupements arbitraires hors de toute
donnée chronologique et surtout sans référence aucune aux structures sociales
des groupes qui sont censés conserver ce rituel dans les mythes ils confient
aux juges Le risque est grand dans une telle histoire des idées totalement désin
carnée de voir le sujet pensant se définir plus que éclairer son objet de
recherche en mettant un sens arbitraire sa collection de très courtes citations
entièrement extraites de leur contexte et en appliquant ainsi surtout la méthode
structuraliste son propre inconscient Sans oublier le fait que les exceptions
sont nombreuses des Pays-Bas au Danemark et Angleterre or ne devrait-
on pas beaucoup mieux saisir une véritable couche folklorique le thème de la
procession des morts dans les deux derniers pays par exemple où la culture
savante pas réussi imposer image du sabbat démoniaque et compliquer
ainsi notre perception du problème Au Danemark des croyances populaires
ou issues une recomposition entre la culture savante et celle des masses sont
aisément identifiables telle entrée des sorciers dans église par le trou de la
serrure absence complète de forme rituelle comparable au sabbat en est
que plus saisissante Mais au fond réduire assemblée nocturne quelques
structures conduit Carlo Ginzburg décrire existence de pratiques humaines
universelles dont fait partie le culte des morts sans en discerner essentiel
leurs formes culturelles spécifiques un groupe donné dans une époque
donnée
Tout mythe ailleurs des formes sociologiques précises et existe jamais
comme une simple catégorie de esprit Le sabbat en est un exemple car il crée
des réalités et des enchaînements évolutions qui peuvent modifier ses consé
quences Non seulement parce il est une liturgie de la peur et il cause la
multiplication des procès selon la théorie des dominos un bûcher en appelle
de nombreux autres car la sorcière dénonce ses complices du prétendu sabbat6
Mais aussi et surtout parce que onde de peur se propage dans le monde rural
où elle déclenche des phénomènes angoisse voire même de panique qui ont
deux séries de conséquences différentes une fureur exterminatrice contre les
sorcières qui exprime dans le cadre légal et une montée en flèche des antago
nismes sociaux des brutalités et des vengeances privées notamment contre de
prétendus magiciens mais aussi contre autres individus
Une véritable folie répressive peut en effet emparer de toute une région
Le juillet 1612 le lieutenant de la châtellenie de Bouchain en Hainaut écrit
au Conseil privé des Archiducs des Pays-Bas que ceste contrée se trouve
estrangement infectée de gens abandonnez et subjectz au diable de tout eaige et
des deux sexes de manière que depuis deux ans en ay convaincu plus de
quattre vingtz en ceste ville et en six villaiges oultre grand nombre de suspectez
et banniz et aultres quattorze présentement prisonniers propos de la
demande de grâce formulée par une des suspectes il conseille au tribunal
suprême est le Conseil privé de ne pas la lui accorder pour éviter les mur
mures et désordres du peuple par trop esmeu contre semblables personnes
suspectées
Les comptes du domaine royal permettent de vérifier exactitude de ces
données Les procès pour sorcellerie sont rares dans la châtellenie de Bouchain
290 MUCHEMBLED MYTHES SATANIQUES
avant la fin du xvie siècle ils résultent alors de application de ordonnance
royale de 1592 Puis une accalmie se marque de 1601 1608 bien une
deuxième ordonnance contre les sorciers ait été publiée en 1606 Un procès
lieu en 1608 et celui un couple marié en 1609 explosion des poursuites est
brutale par la suite 22 cas en 1610 59 en 1611 22 en 1612 21 en 1613 12 en
1614 15 en 1615 On note ensuite un retour plus de modération avec
12 procès de 1616 1619 dont en 1617) seul exemple de 1620 1647 et
autres de 1648 16528 Les 175 accusés de 1608 1652 sont représentés par
123 femmes 18 hommes et 34 enfants
Le lieutenant de Bouch fait donc un rapport exact en 1612 Il est person
nellement responsable de cette frénésie de persécutions en décidant une
application stricte de ordonnance de 1606 puis en assurant efficacement les
poursuites contre les complices dénoncés par les premiers condamnés Mais les
épidémies de persécution ne prennent une telle ampleur que par suite une
véritable phobie qui empare des habitants des lieux prétendument infectés
lesquels viennent témoigner en masse contre les magiciens qui résident sur leur
sol De ce fait les poursuites sont limitées deux villes Bouchain et Denain et
six villages La chronologie permet en suivre le déroulement Rieux et Lieu-
Saint-Amand sont au point de départ en produisant 15 des accusés de 1610
Vient ensuite Bouchain avec 43 des cas de 1611 Lieu-Saint-Amand reparaît
avec 20 accusés en 1612 Neuville-sur-Escaut est touché en 1613 cas)
Féchain enl615(15 cas et Villers-en-Cauchie en 1617 cas)
La sévérité des sentences est comparable ce que on trouve souvent en ce
domaine 45 des accusés sont exécutés mais un seul individu est acquitté
les autres étant bannis parce ils ont pas avoué ils sont fugitifs ou mis
en séquestre ils sont trop jeunes pour être exécutés En effet sur 34 enfants
tous mis en cause entre 1611 et 1619 13 sont mis mort sans égard leur âge
avant la publication de ordonnance du 30 juillet 1612 qui enjoint empri
sonner leur puberté les gar ons de moins de quatorze ans et les filles de
moins douze ans Le fait applique 12 enfants dont trois subissent la peine
capitale par la suite Anne Hauldec ur par exemple est séquestrée du pre
mier septembre 1614 au 11 juillet 1619 jour où le bourreau fait son office Elle
avait donc peine plus de sept ans lors de son emprisonnement
Comme leurs aînés les enfants-sorciers de Bouchain sont les victimes de la
convergence un triple phénomène la législation sabbatique le zèle un
petit officier royal la châtellenie étant le plus petit ressort judiciaire dans la hié
rarchie des tribunaux princiers la poussée purificatrice venue des commu
nautés elles-mêmes compris contre de très jeunes enfants qui sont simple
ment fils et filles de prétendus sorciers
Une comparaison avec Artois voisin de Bouchain et du Hainaut montre
mieux encore importance une conjonction de ce type pour expliquer la
fureur des chasseurs de sorcières Dans la très vaste Gouvernance Arras qui
compte des centaines de villages et qui appartient au même tat les mêmes
edits ont déclenché au même moment Bouchain que quelques dizaines
de poursuites Un seul exemple de propagation épidémique peut être décelé
dans la châtellenie Oisy-le-Verger la pointe est de la Gouvernance. et au
voisinage immédiat de celle de Bouchain9 Ce contraste spectaculaire est de
toute évidence lié la fois une certaine modération des juges artésiens dans
291 EUROPE MODERNE
application de la loi et des freins internes au monde rural de cette province
qui empêchent le modèle sabbatique déclencher des réactions de peur
panique et de dénonciations multiples des sorcières Artois ne fournit ail
leurs pas équivalent des documents signés par la plus saine partie des
habitants de certains villages du Cambrésis ou du Hainaut qui exigent des
poursuites contre les magiciennes locales et qui proposent même de payer une
partie des frais de justice10
La différence de réceptivité des communautés au mythe satanique diffusé
par les autorités me paraît fondamentale pour expliquer le succès ou échec de
la répression ordonnance de 1617 au Danemark enjoint bien de mettre
mort les complices du diable et exiler les simples coupables de maléfices
Près de 300 procès ont lieu au Jutland de 1617 1625 mais ils se rapportent
surtout au deuxième cas comme si le premier était une idéologie purement
étrangère opposé le décret de 1593 en Norvège re oit une application qui
rapproche ce pays de exemple des Pays-Bas ou autres tats du continent12
En Suède la répression la fin des années 1660 explique la fois par la pro
pagation du modèle continental dans la classe moyenne éduquée et par une
immense poussée des gens du peuple une demande presque unanime pour que
des actions légales étendues exercent contre les sorcières 13
Un tel recours la loi qui on demande de protéger les gens contre des
peurs elle elle-même déclenchées est pourtant pas la seule attitude ima
ginable Nombreux sont ceux qui cherchent autres solutions plus tradition
nelles et plus brutales pour lutter contre les magiciens La multiplication des
bûchers la propagation des rumeurs créent en effet les conditions une
angoisse intense Celle-ci débouche même sur des paniques localisées qui
entraînent des enfants Bouchain comme en Suède dénoncer importe qui
des parents soup onner leurs proches des voisins redoubler de méfiance
entre eux ère du soup on est née encore aggravée dans les Pays-Bas par
exemple par la propension des autorités récompenser les dénonciateurs
auteurs de crimes graves sous Charles Quint déjà une partie des biens
confisqués aux protestants est promise ceux qui les font prendre de telles
pratiques ne font que se développer par la suite dans un monde où les forces de
police sont peu nombreuses afin de donner une relative efficacité la justice du
souverain
Les horreurs imputées aux sorciers renforcent donc la mentalité obsidionale
des contemporains Une poussée de vengeance privée se produit ainsi contre les
prétendus suppôts de Satan parallèlement la montée de la persécution offi
cielle après 1606 dans plusieurs provinces des Pays-Bas espagnols Le pardon
princier qui est accordé par une lettre de rémission montre que leur acte est
pas considéré comme un crime des plus horribles par les autorités En 1607 le
portier une ville du Luxembourg bat mort une femme il accusée de sor
cellerie contre laquelle il est porté partie formée mais qui été relaxée
homme est ruiné pour cette procédure ce qui explique dit-il son geste
meurtrier14 Le 15 octobre 1607 deux frères de Wissegem un village du Franc
de Bruges expédient dans autre monde un tavernier qui vient chez eux leur
réclamer une somme impayée Ils expliquent ils ont perdu trois chevaux peu
auparavant Désespérés ils se sont fermement persuadez il avoit quelque
ensorcelerie Un devin brugeois leur dit que est exact et que le coupable
292 MUCHEMBLED MYTHES SATANIQUES
réside près de église de leur village sans le nommer mais en ajoutant il
une maigre tendre femme Leur victime correspond ce signalement...15
Chacune de ces histoires est reliée indirectement ordonnance de 1606
contre les sorciers et directement des croyances très enracinées dans la paysan
nerie La relation est encore plus marquée dans le cas de Claude Ausseau
laboureur dans un village du Hainaut Vers 1607 il est totalement ruiné par la
mort étrange de ses bestiaux Or le bruit court dans les environs une veuve
est accusée de sorcellerie et emprisonnée la demande de son propre fils Un
jour de ducasse dans le village Claude accompagne deux hommes qui se
vantent de pouvoir faire avouer intéressée et qui la font mourir sous leurs
coups Bien il se prétende simple complice Claude Ausseau exile et obtient
son pardon sept ans plus tard Rien ne dit il impute ses propres malheurs la
victime mais effet de la chasse officielle aux sorcières sur les paysans se
marque dans ses attitudes16
Les procès imprègnent les mentalités des paysans attisent leurs craintes ou
même leur permettent de donner libre cours leurs haines en taxant de sorcel
lerie leurs ennemis Que la chose soit vraie ou non une telle insulte met en
danger de mort celui qui en est objet ce qui oblige réagir brutalement Jean
Bring qui habite un village du comté de Bourgogne hait Antoine Tournier
un de ses concitoyens et lui fait un procès Quelques années plus tard le
17 janvier 1614 il insulte son ennemi dans église du lieu le nommant
loup est-à-dire sourcier et malfacteur Tournier le tue la sortie et
obtient sa grâce17 Dans un village du même comté le 25 mars 1615 le curé
sire Pierre Paris tente de dissuader un de ses paroissiens de fréquenter un
autre personnage est-ce que tu as affaire de accoster de ce sorcier et
érigé il faisoit mourir les bestes que tu tiens de moy comme les payerois
tu Il ne veult pas faillir cesser de te faire quelque mal Ne scait tu pas bien
que sa mère esté brusiée La querelle dégénère et le prêtre est tué par celui
il met en garde18
Le dernier exemple montre un ecclésiastique propageant la rumeur de sor
cellerie contre un la suite de exécution de la mère du personnage Il
est certain que la multiplication des bûchers dans une région frappe les imagina
tions et crée une véritable maladie du soup on Le 17 octobre 1610 un manou-
vrier de Vendegies-sur-Ecaillon dans la prévôté du Quesnoy en Hainaut tue
une femme de cinquante ans il soup onne avoir causé la mort étrange de
plusieurs de ses chevaux et qui est suspectée de sortilège comme le sont sa ur
et sa mère19 Aurait-il agi de la sorte il avait connu exemple de la chasse
aux sorcières qui débute Lieu-Saint-Amand en 1610 et dure plus de deux
ans En effet Lieu-Saint-Amand dans la châtellenie de Bouchain se situe
quelques kilomètres ouest de Vendegies
Méfiance réciproque et peur se généralisent dans de telles conditions ce qui
pousse les paysans chercher eux-mêmes les preuves de la culpabilité des sus
pects par épreuve de eau ou par autres méthodes ainsi en
décembre 1618 dans une taverne de Saint-Sylvestre-Cappel dans la châtellenie
de Cassei en Flandre un censier ordonne-t-il un autre censier avec lequel il
vient de boire pendant de longues heures de pisser dans les cendres ce qui
prouvera il est pas sorcier homme refuse et le blesse mortellement un
coup de couteau20
293 EUROPE MODERNE
II arrive aussi que on accuse mutuellement des pires crimes comme le
font deux paysans de Rumegies près de Saint-Amand le 18 avril 1620 un
disant autre Täyt toy traistre Juda Ton père diet que faisons mourir
les chiens est luy quy faict mourir les nostres Aussy porte tu les jeulx de
vauldoix les yeux de sorciers Un coup de houe mortel lui répond21
Les antagonismes traditionnels entre les villages voisins qui expriment
souvent on le sait par des surnoms injurieux collectifs aggravent de la même
manière Le janvier 1626 dans une paroisse des environs de Vesoul un jeune
homme adresse au père une fille il souhaite épouser individu refuse
son consentement Un autre personnage présent propose au célibataire de le
conduire la Grange du Val un village voisin pour lui présenter une demoi
selle Le père de la précédente écrie alors que les femmes et filles du Val
estoient des sorcières ce qui lui vaut de mourir de la main de intermédiaire
dont la mère est originaire du Val22
De multiples autres témoignages de ce type pourraient être présentés Tous
vont dans le même sens le mythe satanique et sabbatique est étranger aux men
talités populaires mais sa féroce expression travers les bûchers détermine
des comportements sociaux spécifiques Certains paysans cherchent exorciser
leur peur et se protéger des magiciens par la dénonciation ce qui aboutit la
multiplication des proces autres utilisent les méthodes traditionnelles de la
vengeance privée Et en fin de compte équilibre mental des populations
rurales est profondément perturbé comme en témoigne notamment extraor
dinaire progression des homicides et des crimes de sang dans les Pays-Bas espa
gnols pendant les trois premières décennies du xvne siècle23 au moment où la
chasse aux sorcières atteint sa plus grande intensité
Le malaise dans la civilisation paysanne est autant plus grand que le
miroir des démonologues il ne contient pas pour eux une vérité sabbatique
reflète en les diabolisant des pratiques des coutumes et des croyances réelles
des campagnards Il nul besoin imaginer une couche folklorique
ancienne transformée en vagues structures mythiques la description du sabbat
appuie sur observation une culture populaire alors bien vivante en affec
tant simplement chacun des traits retenus un coefficient négatif
II autre côté du miroir la culture populaire vivante
La construction démonologique mélange intimement de pures obsessions
des élites européennes auxquelles Norman Cohn fait un sort et des frag
ments de la réalité sociale et culturelle populaire Seuls ces derniers me retien
dront ici
Ils ont rien voir avec un culte non chrétien organisé même résiduel ou
mythique Du moins est-il pas possible mon sens de formuler de telles
questions aventureuses sur origine des pratiques et des croyances en question
faux problème il en est après un millénaire de christianisme et au minimum
de syncrétisme entre les anciennes traditions païennes et celles des catholiques
important est de considérer la vision du monde et les attitudes au moment
précis où exerce la répression de la sorcellerie pour tenter de saisir travers
un conflit culturel une crise ce qui est vécu par les uns et rejeté par les autres
294 MUCHEMBLED MYTHES SATANIQUES
Le sabbat permet de faire un catalogue commode des faits principaux qui
sont en cause le corps humain travers la marque diabolique la nuit du
sabbat la femme la richesse la réputation et les rapports humains que
cherchent détruire les maléfices Chacun de ces phénomènes possède une face
normale que les démonologues et ceux qui les inspirent refusent accepter
Pour les juges la marque diabolique est une demi-preuve en justice et maté
rialise la prise de possession un corps humain par Satan Cette idée trouve un
écho certain dans la paysannerie car elle reflète une perception magique mais
non pas obligatoirement démoniaque du corps humain Les villageois
Artois par exemple considèrent leur enveloppe charnelle comme une sorte
de microcosme directement relié au monde extérieur et capable agir sur lui
inverse étant également vrai En autres termes une symétrie existe entre les
pleurs versés par un individu pour prendre ce cas et la pluie ou le brouillard
Les sorcières peuvent donc déclencher des orages en agitant eau une mare
avec une baguette et des paroles mystérieuses est-à-dire en prolongeant dans
le macrocosme leur pouvoir sur leur propre corps La croyance efficacité des
forces contenues dans chaque être humain est ailleurs si répandue que les gens
évitent le contact un inconnu baissent les yeux pour ne pas rencontrer son
regard se défendent même armes la main si un qui est pas un fami
lier tente de les toucher ou approche eux une distance inférieure celle
une épée tendue bout de bras24 Le mauvais il ou les yeux de vaudois
évoqués par un paysan de Rumegies on vu sont censés faire mourir les
chiens et donner toutes sortes de maladies Le mythe satanique transpose ces
croyances qui sont loin avoir disparu au xxe siècle dans univers
diabolique il invite ainsi les ruraux superstitieux cesser de croire au pouvoir
des êtres humains et condenser leurs peurs sur la figure unique du diable
auquel répond image également unique un Dieu capable de sauver les
hommes En autres termes une explication monothéiste est ainsi fournie
des gens qui admettent plutôt existence une pluralité de forces autour eux
et qui sont de ce fait la fois chrétiens et polythéistes
Le processus de diabolisation de la nuit travers le sabbat est encore plus
net obscurité est en effet le domaine du diable que pour les théologiens
Car elle est peuplée et très animée dans les campagnes du temps Elle est le
domaine privilégié des bandes de jeunesse qui se promènent en armes après la
fin de la journée de travail pour rechercher des combats rituels mais bien réels
contre autres groupes adolescents en particulier contre ceux des paroisses
voisines Les célibataires font aussi la cour aux filles en emmenant des musi
ciens donner des sérénades sous la fenêtre des parfois très tard dans la
nuit pénétrant même parfois dans la maison avec le consentement tacite du
père de famille en Artois et en Flandre notamment25 Sur le chemin du retour
ivresse et exaspération des passions donnent fréquemment des combats noc
turnes qui ont rien imaginaire et que décrivent des centaines de lettres de
rémission accordées aux coupables homicides commis dans ces conditions
Lors des grandes fêtes comme la Saint-Jean et les dimanches des danses ont
lieu au centre des villages mais aussi dans espace nocturne extérieur Les
retours de procession ou de pèlerinage joyeux appartiennent la même caté
gorie de faits danses musique jeux et amour agrémentent le Retour de
pèlerinage peint par Pieter Aertsen fig avant le dernier quart du
295 EUROPE MODERNE
Illustration non autorisée à la diffusion
FIG Retour de pèlerinage de Pieter Aertsen
avec autorisation des Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique
xvie siècle26 Bien que événement soit représenté en plein jour il est probable
il se poursuivra la nuit autres sources le prouvent compris en pleine
période de Contre-Réforme le octobre 1622 des gens reviennent une
noce dans la région de Beaune Arrivés un moulin distant un coup
arquebuse un village ils se mettent danser dans le noir vers deux heures
dans nuict 27 Un démonologue aurait-il pas vu coup sûr un sabbat alors
il agissait de divertissements courants des paysans
Les procès de sorcellerie contiennent des accusations qui sont directement
liées une volonté interdire les divertissements la nuit et même le jour Les
résistances des populations qui refusent abandonner leurs coutumes ne font
que renforcer aux yeux des autorités aspect diabolique des pratiques incrimi
nées Un jeune homme de Récourt dans la châtellenie Oisy en Artois est
accusé de sorcellerie en 1613 Il serait allé au sabbat où il estoit siffeloteur
avecq ung if elet aulne Est-il besoin imaginer autre chose que les ébats
nocturnes des célibataires avec leurs musiciens pour comprendre cette scène
autant plus un placard des Archiducs interdisant les danses des jeunes
gens dans les villages est appliqué dans la région comme dans les autres pro
vinces des Pays-Bas partir de 1609-1610 de lourdes amendes sont enregis
trées contre ceux qui transgressent interdiction dans la Gouvernance Arras
dont dépend Récourt28 Les procès de sorcellerie prolongent sur ce point les
effets une législation mal acceptée en peuplant la nuit de démons pour mieux
dissuader les célibataires et les autres de se promener et agir comme ils en
avaient habitude jusque-là
296

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.