L'élément affectif à la base du réflexe psycho-galvanique - article ; n°1 ; vol.36, pg 119-136

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1935 - Volume 36 - Numéro 1 - Pages 119-136
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 1 janvier 1935
Lecture(s) : 22
Nombre de pages : 19
Voir plus Voir moins

Louis S. Copelman
VII. L'élément affectif à la base du réflexe psycho-galvanique
In: L'année psychologique. 1935 vol. 36. pp. 119-136.
Citer ce document / Cite this document :
Copelman Louis S. VII. L'élément affectif à la base du réflexe psycho-galvanique. In: L'année psychologique. 1935 vol. 36. pp.
119-136.
doi : 10.3406/psy.1935.30649
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1935_num_36_1_30649(Travail du Laboratoire de Psychologie physiologique de la Sorbonne)
VII
L'ÉLÉMENT AFFECTIF
A LA BASE DU RÉFLEXE PSYCHO-GALVANIQUE
Par Louis Copelman
« Longtemps tenue en suspicion, la réalité de ce qu'on
appelait le phénomène psycho-électrique, est aujourd'hui
hors de conteste » (H. Piéron1). Elle constitue une méthode
importante d'analyse fonctionnelle du système végétatif chez
l'homme2. En effet, la transpiration de la paume de la main
•est un mécanisme indicateur d'une très grande sensibilité.
Les sujets qui ont la peau sèche présentent une sensibilité
tactile et thermique moins aiguisée.
Une personne normale, qui dort, a des paumes sèches ;
et c'est seulement lorsque le sujet est complètement éveillé
que nous pouvons trouver la même humidité sur toute la
surface de son corps.
On sait maintenant que l'émotion est capable de produire
aine sécrétion sudorale à odeur spéciale.
Ainsi, un chien policier, reconnaît parmi plusieurs indivi
dus, celui qui est le plus ému.
Le mécanisme nerveux est intimement lié au mécanisme
contrôlant le réflexe sudoripare. Les dernières recherches
ont montré que ce réflexe correspondait à la même région corti
cale que le réflexe de posture et le contrôle inhibiteur du
maintien3.
- Sur des portions de peau à glandes sudoripares peu déve-
1. H. Piéron, Sur les variations de la résistance des corps d'origine
affective. Société de biologie, 11 juillet 1914. C. R. T., 77, p. 232-4.
2. L'appareil a été construit par la Maison Boulitte sur les plans de
M. Pessard.
3. Psychological Bulletin. Chester W. D arrow, The Galvanic Skin Reflex,
February 1936. MÉMOIRES ORIGINAUX 120
loppées, on n'obtient que des déviations à peine perceptibles
du galvanomètre ; sur des parties de la peau plus riches en
glandes sudoripares, on observe un courant secrétoire des de la peau.
« Les phénomènes affectifs entraînent dans un galvano
mètre très sensible, directement lié à l'individu chez qui se
passent ces phénomènes, des déviations qui paraissent dues
aux forces électro-motrices développées peut-être par l'acti
vité musculaire. En outre, ces mêmes phénomènes, lorsque
l'individu est traversé par un courant peu intense, entraînent
une déviation galvanométrique. Cette augmentation d'intens
ité est peut-être due à un affaiblissement momentané de la
réaction électro-motrice, qui s'oppose au courant traversant
l'organisme. »
L'étude de la déviation galvanométrique provoquée par
des états affectifs passagers peut fournir en certains cas une
méthode d'appoint pour la psychopathologie1. Nos recherches
ont porté sur la modification de la résistance psycho
galvanique :
a) Pendant l'accomplissement du test d'attention de
M. et Mme H. Piéron ;
b ) A la suite des bruits provoqués ;
c ) A la des changements d'attitude.
Elles nous ont montré l'influence prépondérante de l'él
ément affectif du sujet, dans le réflexe psycho-galvanique.
A
LE SUJET DOIT ACCOMPLIT! LE TEST D'ATTENTION DISTRIBUTIVE
DE M. ET Mme H. PIÉROX
On commence par noter la résistance initiale du sujet.
Au début du travail la résistance diminue. Elle revient tout
de suite vers l'état normal, mais au cours du travail elle
a une forte tendance à diminuer de nouveau. Ces diminutions
doivent être attribuées à un état affectif spécial, et non
pas à un effort intellectuel. En faveur de cet argument nous
devons mentionner le fait que les sujets qui ont accompli
déjà plusieurs fois le test, ne présentent plus aucune diminut
ion de résistance.
1. H. Piéron, La question du mécanisme des variations psycho
galvaniques émotives. Revue de Psychiatrie, septembre 1912. COPELMAN. l'ÉLÉMEXT AFFECTIF ' 121 L.
Voici maintenant les protocoles de 20 sujets (28 expér
iences).
Mlle Anne, 23 ans (17-111-1936).
" Résistance initiale : 5.500 ohms.
1) 5.500-4.900 ohms
2) 4.800-4.700 —
3) 4.600-4.700 —
4) 4.650-4.680 —
5) 4.700-4.650 —
6) 4.600-4.500 —
7) 4.500-4.550 —
8) 4.550-4.550 —
La diminution de la résistance au début du travail est
de 450 ohms (8,18%). A la fin du travail elle est de 950 ohms
Mlle Auz. (17-111-1936).
Résistance initiale : 12.900 ohms.
12.100-12.750 ohms 1)
12.850-12.750 — 2)
12.850-12.900 — 3)
12.900-12.600 — 4)
12.800-12.600 — 5)
12.300-11.900 — 6)
12.000-11.900 — 7)
11.900-12.000 — 8)
La diminution de la résistance est de 800 ohms au début
du travail (6,04 %) et de 1.000 ohms à la fin (7,05 %).
Mme Ber., 30 ans (20- II M 936).
Résistance initiale : 7.150 ohms.
1) 6.400-6.500 ohms
2) 6.750-6.700 —
3) 6.600-6.500 —
4) 6.500-6.600 —
5) 6.55Ö-6.500 —
6) 6.700-6.750 —
7) 6.650-6.700 —
8) 6.400-6.500 —
La diminution de la résistance est de 750 ohms au début
du travail et de 650 ohms à la fin. R = 10,48 % — 9,23 %. ' MEMOIRES ORIGINAUX 122
M. Resc, 34 ans, hypervagotonique (20-111-1936).
Résistance initiale : 6.500 ohms.
1) 5.900-5.700 ohms
2) 5.800-5.750 —
3) 5.700-5.700 —
4) 5.750-5.650 —
5) 5.600-5.600 —
6) 5.500-5.500 —
7) —
8) 5.500-5.400 —
La diminution de la résistance est de 600 ohms au début
du travail (9,23 %), et de 1.100 ohms à la fin du test (17 %).
Mlle Joss., 21 ans (16-111-1936).
Résistance initiale : 6.400 ohms.
1) 5.800-6.000 ohms
2) 6.100-6.050 —
3) 5.800-5.700 —
4) 5.600-5.500 —
5) 5.550-5.500 —
6) 5.300-5.450 — /
7) 5.400-5.200 —
8) 4.900-4.900 —
La résistance diminue de 600 ohms au début du travail
«t de 1 .500 ohms à la fin. R = 9,37 % — 23,43 %. •
Mlle Lech., 23 ans (18-111-1936).
Résistance initiale : 4.600 ohms.
1) 4.200-4.500 ohms
2) 4.550-4.500 —
3) 4.500-4.500 —
4) 4.450-4.430 —
5) 4.450-4.400 —
6) 4.400-4.450 —
7) —
8) 4.350-4.250 —
La diminution de la résistance est de 400 ohms au début
l$,68 %) et de 350 ohms à la fin du travail (7,62 %). COPELMAN. L'ÉLÉMENT AFFECTIF 123 L.
Mlle Marg., 25 ans (19-111-1936).
Résistance initiale : 5.630 ohms.
1) 5.400-5.500 ohms
2) 5.450-5.500 —
3) —
4) 5.400-5.350 —
5) 5.550-5.550 —
6) 5.500-5.500 —
7) 5.450-5.450 —
8) 5.400-4.300 —
La résistance diminue de 230 ohms au début (4,08 %) et
de 330 ohms à la fin du test (5,80 %).
M. Rez., 28 ans (19-111-1936).
Résistance initiale : 12.400 ohms.
1) 12.050-12.100 ohms
2) 12.000-12.050 —
3) 12.300-12.100 —
4) 11.900-12.000 —
5) 12.050-12.150 —
6) 12.200-12.000 —
7) 11.950-12.000 —
8) 11.900-11.900 —
La diminution de la résistance au début du travail :
350 ohms (2,81 %). La diminution à la fin du travail : 500 ohms
(4,03 %).
M. E. Stad., 24 ans (4-III-1936).
Résistance initiale ( 7.050 ohms.
1) 6.050-6.400 ohms
2) 6.500-6.700 —
3) 6.600-6.400 —
4) 6.500-6.650 —
5) 6.400-6.200 —
6) 6:200-6.000 —
7) 6.000-5.900 —
8) 5.900-5.950 —
La résistance diminue de 1.000 ohms au début du tra
vail (14,18 %) et de 1.150 ohms à la fin du test {16,31 %). 124 MÉMOIRES ORIGINAUX
Mlle Régine D..., 28 ans (21-111-1936).
La résistance initiale du sujet : 10.600 ohms.
1) 9.950-10.500 ohms
2) 10.400-10.300 —
3) 10.000-10.150 —
4) 10.000-10.050 —
5) 10.150-10.150 —
G) 9.850- 9.900 —
- 1) 9.800- 9.800 —
8) 9.750 —
La diminution au début du travail = 650 ohms = 6,12 %.
La à la fin du = 850 = 8,01 %.
M. B. A..., 25 ans, psychopathe (17-111-1936).
Résistance initiale = 13.800 ohms.
1) 12.700-13.050 ohms
2) 13.250-14.400 —
3) 13.400-13.200 —
4) 13.200-13.100 —
5) 13.100-12.950 —
6) 12.900-12.950 —
7) 12.800-12.800 —
8) 12.700-12.600 —
Le sujet présente des troubles émotionnels. D'ailleurs
une semaine après ces examens, il a tenté de se suicider. Nous
constatons chez lui une forte diminution de la résistance au
début du travail (1.100 ohms) et cette dimunition persiste
pendant les premières minutes. La diminution à la fin est de
1.200 ohms. R = 7,80 % — 8,60 %.
M. D..., 33 ans (2-III-1936).
Résistance initiale : 6.100 ohms.
1) 5.400-5.750 ohms
2) 5.650-5.500 —
3) 5.400-5.450 —
4) 5.450-5.550 —
5) 5.600-5.400 —
6) 5.300-5.400 —
7) 5.400-5.500 —
8) 5.400-5.300 —
La diminution de la résistance est de 700 ohms (11,46 %)
au début du travail et de 800 ohms à la fin (13,11 %). COPELMAN. L'ÉLÉMENT AFFECTIF 125 L.
Dr Léon I..., 25 ans (10-111-1936).
Résistance initiale : 10.500 ohms.
1) 10.300-10.450 ohms
2) 10.400-10.350 —
3) 10.250-10.200 —
4) 10.200-10.150 —
5) 10.050-10.100 —
6) 10.000-10.025 —
7) 10.000-10.050 —
8) 10.025-10.000 —
Au début du travail, le sujet présente une diminution
de résistance, de 200 ohms (1,90 %). A la fin du travail, la
diminution est de 500 ohms (4,76 %).
Dr Sach., 27 ans (14-11-1936).
Résistance initiale : 16.650 ohms.
1) 16.450-16.630 ohms
2) 16.600-16.600 —
3) 16.500-16.550 —
4) 16.550-16.450 —
5) 16.400-16.300 —
6) 16.300-16.250 —
7) 16.200-16.250 —
8) 16.250-16.200 —
La diminution de résistance au début du travail est
de 200 ohms (1,20 %) et à la fin de 450 ohms (2,10 %).
Mlle B..., 50 ans.
I (28-II-1930)
Résistance initiale : 7.250 ohms.
1) 0.75O-6.800 ohms
2) 6.850-6.900 —
3) 6.500-6.400 —
4) 6.100-6.050 —
5) 6.000-6.950 —
6) 6.000-6.200 —
7) 6.300-6.000 —
8) 6.050-6.000 — MÉMOIRES ORIGINAUX 126
II (3-III-1936)
Résistance initiale : G.600 ohms.
1) 6.400-6.380 ohms
2) 6.400-6.300 —
3) 6.300-6.35Ö —
4) 6.100-6.000 —
5) 6.000-6.050 —
6) 6.200-6.300 —
7) 6.150-6.100 —
8) 6.100-6.050 —
La résistance diminue de 500 ohms au début du tra
vail (6,88 %) et de 1.250 ohms à la fin, pendant la première-
expérience (17,30 %).
Elle ne diminue que de 200 ohms au début (3,33 %) et
de 550 ohms à la fin du travail, pendant la deuxième expé
rience (8,33 %).
Mme Fe., 32 ans, sujet émotif, nerveux.
I (28-II-1936)
Résistance initiale : 10.900 ohms.
1) 10.300-10.400 ohms
2) 10.500-10.600 —
3) 10.450-10.550 —
1) 10.600-10.500 —
5) 10.300-10.000 —
6) 10.200-10.150 —
7) 10.400-10.200 —
8) 10.300-10.100 —
II (4-III-1936)
Résistance initiale : 7.100 ohms.
1) 7.000-7.050 ohms
2) 7.025-7.075 —
3) 7.090-7.080 —
4) 7.085-7.070 —
5) 7.050-7.065 —
6) 7.100-7.050 —
7) 7.050-7.000 —
8) 7.020-7.030 —
Pendant la première expérience, la résistance diminue de coPELMAN. — l'élément affectif 127 L.
600 ohms (5,50 %) au début du travail et de 800 ohms à
la fin (7,33 %).
Pendant la deuxième expérience, la résistance diminue
de 100 ohms (1,40 %) seulement au début et 70-80 ohms
à la fin du travail (1,11 %}.
Mlle A. H..., 23 ans.
I (28-II-1936, 10 heures)
Résistance initiale : 11.800 ohms.
11.300-11.400 ohms 1)
11.200-10.900 — "2)
10.900-11.000 — 3)
10.850-11.000 — 4)
11.200-10.950 — 5)
11.000-10.900 — 6)
10.900-10.800 — 7)
10.850-10.800 — 8)
II (3-II-1936)
Résistance initiale : 8.700 ohms.
8.400-8.G00 ohms 1)
8.G50-8.700 — 2)
8.650-8.600 — 3)
8.600-8.650 — 4)
8.500-8.600 — 5)
8.500-8.550 — 6)
8.400-8.500 — 7)
8.300-8.400 — 8)
%
Dans la première expérience, la diminution de résistance
est de 500 ohms au début du travail et de 1.000 ohms à la fin.
Dans la deuxième la est de 300 ohms
au début du travail et le même chiffre se trouve à la fin.
I = 4,24 % — 8,48 % ; II = 3,45 % — 3,45 %.
M. Kof., 19 ans, étudiant.
I (29-II-1936)
Résistance initiale : 10.800 ohms.
1) 9.850-10.300 ohms
2) 10.450-10.400 —
3) 10.450-10.450 —

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.