L'empire des Bacwezi. La construction d'un imaginaire géopolitique - article ; n°6 ; vol.40, pg 1335-1377

De
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1985 - Volume 40 - Numéro 6 - Pages 1335-1377
The Empire of the Bacwezi : the Construction of an Imaginary Geopolitics
According to contemporary historiography the kingdoms of the great lakes of East Africa are to be derived from the former empire of the Kitara governed by the Bacwezi dynasty. A careful rereading of the written oral and archeological sources enables this interpretation to be called into question. The legendary cycle of the Bacwezi, kept up notably by the initiation cult of the Kunbandwa which was common to all the cultures of the region, gave rise to the ethnic and racial hypotheses of the first European explorers and was utilized by local ruling groups who felt themselves victims of the political transformations of the 19th century (particularly in the former State of the Bunyoro). The archeological proofs equally appear as questionable extrapolations. The history of this empire is that of the construction of an imaginary political space within an African culture.
43 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 1 janvier 1985
Lecture(s) : 116
Nombre de pages : 44
Voir plus Voir moins

Jean-Pierre Chrétien
L'empire des Bacwezi. La construction d'un imaginaire
géopolitique
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 40e année, N. 6, 1985. pp. 1335-1377.
Abstract
The Empire of the Bacwezi : the Construction of an Imaginary Geopolitics
According to contemporary historiography the kingdoms of the great lakes of East Africa are to be derived from the former
empire of the Kitara governed by the Bacwezi dynasty. A careful rereading of the written oral and archeological sources enables
this interpretation to be called into question. The legendary cycle of the Bacwezi, kept up notably by the initiation cult of the
Kunbandwa which was common to all the cultures of the region, gave rise to the ethnic and racial hypotheses of the first
European explorers and was utilized by local ruling groups who felt themselves victims of the political transformations of the 19th
century (particularly in the former State of the Bunyoro). The archeological proofs equally appear as questionable extrapolations.
The history of this "empire" is that of the construction of an imaginary political space within an African culture.
Citer ce document / Cite this document :
Chrétien Jean-Pierre. L'empire des Bacwezi. La construction d'un imaginaire géopolitique. In: Annales. Économies, Sociétés,
Civilisations. 40e année, N. 6, 1985. pp. 1335-1377.
doi : 10.3406/ahess.1985.283241
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1985_num_40_6_283241ESPACES POLITIQUES
ET MYTHIQUES
JEAN-PIERRE CHRETIEN
EMPIRE DES BACWEZI
LA CONSTRUCTION UN IMAGINAIRE OPOLITIQUE
laires La africaines construction historiographie espaces imaginaires et ethnographie est pas réservée modernes aux cultures intersection popu
des traditions orales et de écriture savante ont même été des lieux privilégiés
de la cristallisation des mythes comme dans la Grèce archaïque selon les ana
lyses récentes de Marcel Détienne est ainsi que des lignages des ethnies des
potentats locaux ont pu se voir attribuer sous des plumes autorisées des ancê
tres prestigieux localisés tantôt dans des tats lointains mais réels Ethiopie
le Mali la Perse...) tantôt dans des royaumes autant plus merveilleux ils
avaient été forgés avec un grand flou artistique Nous entreprenons de démon
trer ici que est le cas du fameux empire des Bacwezi qui re une sorte
de label historicité force de peupler toutes les synthèses sur histoire
ancienne de Afrique orientale1
Un seul auteur Christopher Wrigley eut audace en 1958 de contester cette
vision et de décrire les Bacwezi comme des héros ou des dieux de Antiquité
classique époque même un anthropologue comme Luc de Heusch se fit le
militant de historicisme hui affaire semblait classée historien
ougandais Karugire peut écrire en 1980 II est maintenant généralement
accepté par les historiens que les Bacwezi existèrent effectivement et avaient un
empire lâche dans cette région encore que son étendue précise est pas et ne
sera sans doute jamais connue affirmation répétée de existence de cet
tat semble avoir été convaincante malgré le brouillard qui entoure son organi
sation sa durée exacte et ses limites spatiales
Cette conviction enracina également sur le terrain chez les populations
concernées par le jeu dialectique entretenu depuis un siècle entre traditions
écrites et traditions orales entre le regard étranger mettant en uvre schémas
raciaux et hypothèses archéologiques et les réinterprétations opérées dans la
Annales ESC novembre-décembre 1985 no pp 1335-1377
1335 J.-P CHR TIEN EMPIRE DES BACWEZI
conscience historique africaine celle des nouvelles générations héritières la
région fois splendeur de revendiquèrent la culture de ses cités-capitales de leurs leur ancêtres tour pour et de empire reprendre instruction médiéval des coloniale expressions des Bcwezi Les des lettrés historiens et de la
britanniques Mathew et Ingham)
hypothèse Légendes cwezi populaires re urent ou comme idéologies un renfort politiques de cohérence les éléments et constitutifs un surcroît de
réalité par la cartographie Dans ses différentes éditions livrées depuis 1958 un
célèbre Atlas histoire africaine2 représente sur une carte consacrée au
Nord-Est de Afrique du xne au xvne siècle un empire du Kitwara
fondé par les Bachwezi Les royaumes des grands lacs fétichisés par les
administrations coloniales de la première moitié du xxe siècle se voyaient ainsi
créditer une tradition impériale
Dans la littérature existante que nous avons dépouillée de manière exhaus
tive le terme Bacwezi3 fait référence quatre réalités les héros un cycle de
légendes les souverains un tat appelé en général Kitara les esprits incarnés
par les médiums du culte du kubandwa répandu dans toute la région dite inter
lacustre enfin les représentants une race supérieure au teint clair qualifiée
volontiers de hamitique Entre les lieux symboliques récupérables dans des
schémas de type structuraliste et espace plus abstrait encore des grandes
hypothèses ethnohistoriques de type racial le retour au cadre géographique
concret celui compris entre le Haut-Nil et le sud du lac Victoria permet de
dégager les niveaux et les étapes de la construction de cet horizon impérial
Un espace chtonien la fixation de la geste des Bacwezi
Les sources
Comme souligné Pierre Smith4 les traditions orales disponibles sur les
Bacwezi sont très rares est un paradoxe vu importance historiographique
du sujet Les auteurs se sont en fait contentés de recopier les récits recueillis et
publiés au début du siècle est-à-dire avant ère du magnétophone Ces der
niers ne sont donc en général que des résumés de ce avaient raconte des
informateurs rencontrés dans les cours princières ou dans les centres européens
Les éditeurs de ces versions sont des missionnaires protestants ou catholiques et
des administrateurs coloniaux La version la plus étoffée est celle une mis
sionnaire de la Church Missionary Society Ruth Fisher publiée en 1911 Le
récit publié avant elle par le commissaire Johnston est plus sommaire5 On
relève ensuite les variantes publiées dans les années 1920 par le père Julien
Gonu et par le révérend John Roscoe6 puis les écrits du père Joseph Nicolet
édités seulement en 1972 Dans les années 1930-1950 des intellectuels locaux
livrèrent le fruit de leurs propres enquêtes le roi Tito Winyi du Bunyoro et
dans le même pays les notables Petero Bikunya et John Nyakatura au Nkore
le chef Lazare Kamugungunu et les lettrés Katate et Mungonya
Au sud de la Kagera nord-ouest de la Tanzanie actuelle) nous disposons
avec ouvrage de Hermann Rehse sur le Kiziba de la publication exception
nelle pour époque 1910) de récits transcrits en ruhaya accompagnes une
1337 POLITIQUES ET ESPACES MYTHIQUES ESPACES
traduction juxtalinéaire en allemand7 Des extraits traduits en fran ais figurent
dans les traditions publiées ultérieurement par le père Edmond Césard8 Les
archives laissées par les Pères blancs en mission dans cette région durant la pre
mière moitié du siècle Georg Hautmann Jean-Baptiste Lapioche Otto
Mors... contiennent plusieurs récits de la geste cwezi mais on aper oit que
leur source est généralement la même en la personne de Francisco Rwamugira
ou Lwamgira) un notable de la cour du Kiziba qui avait déjà servi informa
teur Hermann Rehse On retrouve les mêmes continuités dans les sources bri
tanniques origine administrative District Book de Bukoba papiers laissés
par Hans ry9
Les compilations synthèses et études qui présentent en les résumant ce cycle
de récits sont nombreuses On les retrouvera citées en notes10 Mais si on fait
le compte exact des narrateurs qui ont effectivement nourri ce corpus on sera
étonné de découvrir il ne dépasse sans doute pas la dizaine de personnes
Cette priorité accordée interprétation sur la collecte des sources nous paraît
significative de la fonction jouée par ces légendes dans le contexte intellectuel
colonial avant elles ne viennent nourrir le discours anthropologique
interlacustre mais une telle étroitesse été déplorable pour la recherche
historique en tant que telle11 En outre nous ne disposons pratiquement jamais
du texte original dans la langue avec le vocabulaire et le style des détenteurs de
cette culture mais seulement de résumés de récits réécrits expurgés et polis
selon les normes de la rationalité et de la morale des transcripteurs au mieux de
narrations notées au fil de la traduction un interprète
La tradition mythique
Nous allons pas reprendre notre tour la narration de la geste des Bac-
wezi Mais en partant de son déroulement le plus classique celui de la ver
sion du Bunyoro dont le texte de Ruth Fisher fait figure édition princeps lar
gement reprise par Gorju et par Nicolet) nous pouvons dégager les moments
les plus significatifs Cette chronologie interne est faite de départs de retours
ou expéditions de chasse et de guerre qui marquent apparemment une
simple succession de dynasties les héros bacwezi se situent entre les mystérieux
Batembuzi et les très historiques rois babito dont les derniers descendants ont
régné au Bunyoro sous le protectorat britannique Mais le récit va au-delà de
événementiel il se noue comme une tragédie antique autour de ascension et
de la chute une étrange famille princière fig action se déroule sur une
durée de deux règnes précédée il est vrai un prélude aussi long sur la fin de
ère des Batembuzi
Le décor général en est horizon de plateaux de Ouest ougandais Mais les
localisations spatiales se présentent avec le même flou et les mêmes distorsions
fantastiques que les articulations temporelles Les lacs les vallées marécageuses
et au cours hésitant voir la Katonga ou le réseau Nkusi-Kafu) les cratères
morts disséminés aux pieds du Ruwenzori les inselbergs rocailleux ou les termi
tières géantes qui coupent le paysage dégagé des savanes acacias semblent
avoir inspiré aux anciens habitants de la région la perception autres horizons
inquiétants reflets un monde souterrain La brousse sauvage dans ces
contrées est moins incarnée par la forêt subsistant vers la rive sud-est du lac
1338 J.-P CHR TIEN EMPIRE DES BACWEZI
saza
Bukuku
bimbwa
Nyabiryo Nyinamwiru
Labongo ==
Kyomya
Ndahura
Kacubya
AA
Rukidi Kinwa Kiiza Kagoro ibona Kiro Mugenyi Mulindwa Mugasha
Wamara ô=
Ruhinda
kas du
Bug nda RoisBahind
FIG Généalogie des héros de la légende des Bacwezi
En rete les filiations controversées
Lutanzige ex-Albert et sur les montagnes du sud-ouest donc la péri
phérie occidentale que par les bas-fonds fréquentés par la faune et par les
esprits
Cinq épisodes essentiels illustrent ce contexte la lin du dernier roi des
Batembuzi la naissance et avènement de Ndahura le premier roi cwezi)
le départ de Ndahura les malheurs de la fin du règne de Wamara successeur du
précédent la disparition des Bacwezi
Le roi Isaza est attiré par les charmes un au-delà souterrain le roi de
ces Enfers fascinants Nyamiyonga le gagne en lui offrant sa fraternité de
sang puis sa fille Nyamata et enfin de belles vaches Isaza installe cette
Cour mystérieuse où il un fils nommé Isimbwa En son absence son royaume
terrestre est géré par son portier Bukuku
Isimbwa aimait aller chasser la surface de la terre Après un détour par
le pays des Bakidi au nord du Nil il passe chez Bukuku Celui-ci avait relégué
1339 POLITIQUES ET ESPACES MYTHIQUES ESPACES
sa fille Nyinamwim une étrange personne qui avait un sein et un il les
devins lui avaient en effet prédit que celle-ci pourrait enfanter un gar on qui le
tuerait On devine la suite Isimbwa séduit la fille enfant né de cette union
élevé en cachette par le potier Rubumbi tue son grand-père maternel occa
sion une rixe de bergers autour un abreuvoir Sous le nom de Ndahura il
reprend donc le royaume de son grand-père paternel et installe sa capitale
Muhende Nyakatura précise que Bukuku aurait résidé Kisengwe au
Bugangaizi près de la future mission catholique de Bukumi)
Après avoir placé toute sa famille sur ses conquêtes Ndahura subit un
grave revers Il disparaît un jour certains le disent prisonnier en lhangiro sur
la rive ouest du lac Victoria) autres englouti sous terre travers une termi
tière chez Nyamiyonga Sauvé par son demi-frère Kyomya il doit néan
moins abdiquer la suite de cette souillure et il part avec sa mère Nyinamwiru
vers le Busongora au nord du lac Rweru ex-Edouard)
Son fils Wamara lui succède et installe au sud de la Katonga au Bwera
épopée se transforme alors en une litanie pathétique de calamités abattant
sur ce souverain Le Mucwezi Mugasha enlève une de ses filles et déclenche un
véritable déluge pour manifester sa puissance Kantu un de ses vieux amis
meurt de faim sa cour Sécheresses et épidémies frappent le pays Le prince
Mugenyi perd sa belle vache Bihogo et menace de se suicider La mère de ce der
nier tente de tuer son demi-frère Mulindwa dont elle est jalouse en le faisant
tomber dans une fosse remplie eau bouillante Des voleurs de bétail atta
quent les troupeaux royaux leur chef Misango est présenté comme venant du
sud du Nkore du Karagwe voire du Burundi dans les versions nyoro comme
venant du nord du Bunyoro ou du Buganda dans les haya nord-
ouest de la Tanzanie Chacun ses adversaires préférentiels. Dans tous les
cas le fougueux Kagoro fils de Kyomya essaie de sauver la situation ou de
venger ses frères Le coup de grâce est donné par les prédictions tirées des
entrailles un uf par deux devins venus du Bukidi Nyakoka et Karongo
par Kakara venu du Buha dans les traditions recueillies au Nkore)
Les Bacwezi décident alors de partir en laissant quelques insignes de leur
pouvoir leurs successeurs babito présentés comme autres fils de Kyomya
élevés au Bukidi Les directions les plus variées ont été attribuées cette fuite
le lac Victoria le nord du Nil le sud de la Katonga un puits mais surtout vers
ouest soit des cratères du Toro soit le lac Lutanzige Rubindi dans le
Bugoma) soit même la région du Ruwenzori et ensuite au sud au lac Tan
ganyika
Variantes régionales
Des variantes sensiblement différentes apparaissent dans les traditions des
royaumes méridionaux Au Nkore Nyamiyonga le maître des cendres des
brûlis au sens littéral devient le roi Ruyonga qui aurait régné jadis sur ce
pays et sur le Gomba ouest du Buganda moderne uvre de Ndahura
aurait donc été unification de deux royaumes celui Isaza au nord et celui
de Ruyonga au sud Son fils Wamara aurait encore eu une capitale au Nkore
itaba
En pays haya au sud de la Kagera) les sources mettent en valeur Bukuku
appelé aussi Nyamugira personnage quasi divin aux côtés de Nyamuhanga et
1340 J.-P CHR TIEN EMPIRE DES BACWEZI
de Rugaba autres désignations un dieu suprême) alors que Nyamiyonga et
Isaza sont ignorés Isimbwa devient un simple berger muhima venu du nord-
ouest Ensuite on retrouve le récit classique mais il se prolonge avec le cycle de
Ruhinda un fils bâtard de Wamara et de la servante Njunaki Chacun des
royaumes du sud place ce héros en tête de sa tradition mais selon des modalités
variées au Nkore et au Karagwe il hérite du tambour dynastique de son père
naturel en lhangiro et au Buzinza au sud-ouest du lac Victoria) il devient le
fils du forgeron Kayango et une servante origine hima ailleurs il est issu de
Rugaba ou Igaba présenté comme un ancien roi du Bunyoro Le déroulement
de ses expéditions les raisons de ses succès et organisation de sa succession
donnent lieu de nombreuses variantes12
Mais horizon des termitières des lacs et des grottes reste présent Mugasha
devient un pêcheur un maître des eaux du lac Victoria devenu boiteux la
suite une dispute avec Kagoro non sans avoir rendu bègue ce dernier un
coup de rame Wamara accompagné de Mugasha et de Irungu descend dans
une grotte qui le conduit au royaume souterrain de Kintu celui-ci leur
distribue semences et bétail mais plus tard devant leur ingratitude leur
retour il leur envoie la mort Les Bacwezi disparaissent un jour dans un puits13
Partout où cet ensemble de traditions orales était connu on voit donc inter
férer deux niveaux de imaginaire collectif On observe une part des struc
tures mythiques récurrentes reflétant des conceptions de la parenté des rap
ports entre hommes et femmes ou entre culture et nature du bâtard Ndahura
au bâtard Ruhinda des Enfers de Nyamiyonga ceux de Kintu nos héros chas
seurs sont des personnages de légende Mais ces figures entrent aussi dans
un héritage historique régional dont les horizons sont parfaitement
terrestres la périphérie du nord et de est le lointain Nil et immense
Victoria la de ouest et du sud les eaux miroitantes des lacs les
contreforts du Ruwenzori le coude de la Kagera au ur de leur histoire une
chaîne de hauts-lieux Mubende Bwera sud du Nkore...)
Néanmoins les toponymes présentent parfois une ubiquité inquiétante
Gisozi nom courant dans les langues bantu de la région)l4 capitale de Ruyonga
au Gomba selon les traditions du Nkore mais aussi après Apollo Kaggwa
historien du Buganda)15 est placé au Nkore par Nyakatura tandis que
autres le situent près de Mubende voire même comme ancien nom de ce haut-
lieu du Bunyorol6 Pourrait-on se contenter de la Chanson de Roland pour
définir espace carolingien ou de Odyssée pour délimiter la présence grecque
en Méditerranée âge du bronze Pour mieux situer les Bacwezi dans his
toire de cette région Afrique âge du fer et justifier une telle inscription
dans espace on cherché autres preuves sur le terrain
Empire ou constellation clanique Ie Kitara
Les récits des explorateurs
Les européens en quête des sources du Nil qui visi
tèrent la région avant le partage colonial durant la deuxième moitié du
xrxe siècle rapportent tous la tradition un ancien empire du Kitara censé
1341 POLITIQUES ET ESPACES MYTHIQUES ESPACES
avoir contrôlé ensemble de Uganda actuel En décembre 1861 John
Speke recueille la cour royale du Karagwe ouest du lac Victoria des
précisions sur cet ancien tat17 Fondé par la dynastie des Wawitu venus
selon lui de la région de Mombasa il se serait finalement morcelé sous effet de
querelles princières Le nom de Kittara en voie de disparition époque
était plus appliqué une région occidentale de Uganda18 mais son sou
venir prestigieux était toujours vivant dans les royaumes créés au sud de la
Kagera du Karagwe au sud du lac Victoria par le héros Ruhinda un
conspirateur en fuite selon Speke celui que nous avons déjà rencontré dans
les légendes haya au titre de fils bâtard de Wamara
La tradition du Kitara allait rester vivace également dans la curiosité des
voyageurs Dès février 1862 Speke confie Samuel Baker il rencontre sur
le Haut-Nil le soin de poursuivre enquête Ce dernier interroge le roi du
Bunyoro en personne le mühama Kamurasi qui lui confie que ses ancêtres
avaient effectivement conquis tout le pays allant du lac Albert Lutanzige au
Victoria et du Nil la Kagera constituant un royaume très étendu appelé
Kitwara 19 En 1875 Linani de Bellefonds recueille la version de la cour du
Buganda20 ancien Kittara se serait scindé la suite de la dispute de deux
frères qui auraient fondé respectivement le Bunyoro et le Buganda On retrouve
ici un écho de la légende des jumeaux Mpuga Rukidi et Kato Kimera les fils de
Kyomya élevés au Bukidi au nord du Nil que les traditions vues plus haut pré
sentent comme les héritiers des Bacwezi en fuite
Cependant époque aucun lien était établi entre histoire de cette
ancienne entité politique et les chanteurs-magiciens ambulants souvent des
femmes appelés Wichwezi que Speke et Grant rencontrèrent la cour du
Karagwe en 1861 et Allemand Emin Pacha celle du Bunyoro en 188l)21
Les maîtres du légendaire Kitara apparaissent plutôt comme les ancêtres des
dynasties régnantes du xixe siècle Babito Wawitu au Bunyoro Bahinda
au sud de la Kagera les descendants de Ruhinda et même les rois du Buganda
issus de Kimera le troisième kabaka de leur liste dynastique
Les écrits des années 1880-1890 développent même idée que les
Witchwezi représentaient autrefois la masse de la population noire de la
région des lacs assujettie des conquérants wahinda et wawitu Cette
synthèse fut notamment proposée par Emin Pacha et par Franz Stuhlmann
après les informations ils avaient pu recueillir du nord au sud de la région
et en fonction de unité linguistique constatée du lac Lutanzige au sud de Vic
toria Selon eux les invasions de pasteurs wahuma assimilés aux Wahinda
et aux Wawitu auraient été la cause de la démultiplication des royaumes au
nord et au sud de la Kagera partir des noyaux représentés par le Bunyoro
berceau du Kitara et par le Karagwe Emin imagine éclatement un
ancien empire noir Stuhlmann une reproduction vers le sud un modèle poli
tique déjà élaboré au nord22
On voit donc ébaucher cette époque partir des traditions royales bito
et hinda le rapprochement entre Bacwezi Kitara et pasteurs bahuma non
sans réminiscences venues de la culture européenne division de Empire
romain émergence des Carolingiens ou crises du Saint-Empire..
1342 J.-P CHR TIEN EMPIRE DES BACWEZI
Les rois du Kitara
historisation des Bacwezi leur identification en tant que souverains du
Kitara absente on vu des premiers témoignages est cristallisée au
début du xxe siècle dans les synthèses de Johnston Czekanowski et Gorju Le
commissaire Johnston fondateur du protectorat britannique en Uganda
reprend les hypothèses de Speke sur origine galla de empire du Kitara
nous reviendrons) mais inspiré par les missionnaires de la C.M Feikin et
Wilson il assimile les créateurs de cet empire avec les Bacwezi23 Le père Julien
Gorju missionnaire en Uganda depuis 1895 va dans le même sens après deux
décennies enquêtes et de réflexions il écrira en 192024 Ce nom de Ba-
chwezi est un nom strictement ethnographique Les habitants du plateau inter
lacustre qui vivent de la mémoire des conquérants ainsi dénommés et qui
depuis lors ont basé sur eux tout leur culte ont pas inventé un commun
accord les traits du moins les plus généraux de leur histoire. Il ne saurait donc
être aucunement question identifier nos héros avec un ordre quelconque de
diabolisants comme sont les Waswezi. et les Wawandwa. La nature reli
gieuse du phénomène cwezi patente dans les premiers récits de voyage est donc
réduite ici un épiphénomène
Paradoxalement ces auteurs ont pourtant été les premiers identifier claire
ment les Babito Jan Czekanowski en particulier un ethnologue membre une
expédition scientifique au Rwanda en 1907 montre ils appartenaient
vague récente immigration nilotique proche des Acholi25 Mais alors que
Speke avait fait eux sous le nom de Wawitu les fondateurs du Kitara ils
apparaissaient dès lors comme les fossoyeurs de cet ancien empire Les Bacwezi
se trouvèrent donc investis une fonction dynastique celle de souverains
pré-bito On assiste au début du xxe siècle émergence dans une chronologie
prétention événementielle un empire des Bacwezi extrapolé un amal
game des premières traditions recueillies un demi-siècle plus tôt sur le Kitara et
la religion cwezi
Même Ruth Fisher se croit obligée de rectifier impression mythique que
pourrait laisser le corpus de récits elle édite en 191l26 les Bacwezi prévient-
elle sont manifestement une tribu migrante. qui appris aux Banyoro
forger le fer sic). et les rudiments de leur religion Si elle admet que de son
temps ces Bacwezi sont vus comme des esprits malfaisants un point de
vue chrétien pour le jugement de valeur est dans une perspective
évhémériste les dieux des païens ne peuvent avoir été que anciens rois divi
nisés Cette tendance présente chez tous les missionnaires du début du siècle se
prolonge étrangement dans certains écrits scientifiques contemporains Le meil
leur exemple en est le traitement réservé Nyamuhanga une des dénominations
de la divinité suprême en pays de langues haya/nyoro en qui on voit parfois le
souverain un autre empire plus ancien encore que le Kitara27
Des tentatives de reconstitution territoriale du Kitara se sont poursuivies sur
la base des traditions attribuées aux règnes de Ndahura et de Wamara
considérés comme les piliers de la dynastie des Bacwezi Au Bunyoro le
père Nicolet le roi Tito Winyi et le notable John Nyakatura répartissent
1343

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.