L'enquête ACSF : élaboration d'un projet interdisciplinaire sur la sexualité - article ; n°5 ; vol.48, pg 1209-1227

De
Publié par

Population - Année 1993 - Volume 48 - Numéro 5 - Pages 1209-1227
Bajos (Nathalie), Spira (Alfred). - L'Enquête ACSF : élaboration d'un projet multi- disciplinaire sur la sexualité Pour aider à élaborer les stratégies de prévention du Sida et les modèles prévisionnels d'évolution de l'épidémie, l'Agence nationale de Recherches sur le Sida a demandé la réalisation d'une enquête sur les comportements sexuels en France. Dans une perspective de santé publique, une telle entreprise se devait d'être multidisciplinaire, conjugant une approche d'épidémiologie descriptive et une analyse psycholgique et sociologique des modalités et facteurs liés aux différents types d'activités sexuelles. Une équipe pluridisciplinaire comprenant des épidémiologistes, des sociologues, des démographes, des psychologues et des économistes fut constituée. L'approche multidisciplinaire fut mise en œuvre à toutes les étapes de la recherche : élaboration des problématiques, construction de la méthodologie, collecte des données. Force est de reconnaître que les analyses développées jusqu'à ce jour restent encore largement monodisciplinaires, même si les approches développées par chacun des membres de l'équipe ont été influencées par les nombreux débats pluridisciplinaires qui ont eu lieu lors de l'élaboration de la recherche. Une analyse globale et multidisciplinaire est en cours, qui vise à identifier les logiques sociales et psychologiques qui génèrent des situations relationnelles qui comportent des pratiques que les épidémiologistes définissent comme étant des pratiques à risque. Ces analyses doivent fournir des ressources pour l'intelligibilité des situations à risque permettant ainsi de mieux adapter les stratégies de prévention.
Bajos (Nathalie) and Spira (Alfred). - The ACSF survey. Setting up a niultidisciplinary study of sexuality In order to develop a strategy for AIDS prevention and to construct models of the epidemic's evolution, the National AIDS Research Agency requested that a survey of sexual behaviour in France should be undertaken. Such a project was bound to be multidis- ciplinary and combine a descriptive epidemiological approach with a psychological and sociological analysis of factors involved in different types of sexual activity. A multidisciplinary team was set up which included epidemiologists, sociologists, demographers, psychologists and economists. The approach at every stage of the research process was interdisciplinary : defining the issues, designing the method, collecting the data, and analising them. However, it must be noted that the analyses that have been made up to date are still mostly monodisciplinary, even though the approach of each member of the team may have been influenced by the many multidisciplinary discussions that took place at the beginning of the research. An overall multidisciplinary analysis is being undertaken with the object of identifying the social and psychological conditions that lead to relations which involve what the epidemiologists call unsafe practices. The results are expected to provide the instrument necessary for the understanding of unsafe situations and thus to develop more adequate prevention strategies.
Bajos (Nathalie) and Spira (Alfred). - La encuesta ACSF : elaboration de un proyeeto multidisciplinario sobre la sexualidad La Agencia Nacionál de Investigaciones sobre el Sida solicité la realización de una encuesta sobre los comportamientos sexuales en Francia, como ayuda para elaborar las es- trategias de prevención de la epidemia. Bajo una perspectiva de salud publica, un proyeeto de este tipo ténia que ser multidisciplinario, combinando un análisis de epidemologia des- criptiva y un análisis psicológico y sociológico de las modalidades y factores ligados a los distintos tipos de actividades sexuales. Para llevar a cabo la encuesta se constituyó un equipo pluridisciplinario compuesto por epidemólogos, sociólogos, demógrafos y economistas. La perspectiva multidisciplinaria se tuvo en cuenta en todas las etapas de la investigación : elaboración de las problemáticas, construcción de la metodologia, recogida de datos, análisis de datos. Es necesario seňalar que los análisis llevados a cabo hasta este momento son básicamente monodisciplinarios, aunque el trabajo realizado por cada miembro del equipo ha estado influido por los numero- sos debates pluridisciplinarios que tuvieron lugar al inicio de la investigación. Actualmente esta en curso un análisis global y multidisciplinario ; este tiene como objetivo identificar las lógicas sociales y psicológicas que generan determinadas situaciones relacionales las cuales comportan ciertas prácticas que los epidemiólogos definen como prácticas de riesgo. Estos análisis deben aportar el material necesario para la comprensión de las situaciones bajo riesgo, y permitir con ello una mejor adaptación de las estrategias de prevención.
19 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1993
Lecture(s) : 93
Nombre de pages : 22
Voir plus Voir moins

Nathalie Bajos
Alfred Spira
L'enquête ACSF : élaboration d'un projet interdisciplinaire sur la
sexualité
In: Population, 48e année, n°5, 1993 pp. 1209-1227.
Citer ce document / Cite this document :
Bajos Nathalie, Spira Alfred. L'enquête ACSF : élaboration d'un projet interdisciplinaire sur la sexualité. In: Population, 48e
année, n°5, 1993 pp. 1209-1227.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pop_0032-4663_1993_num_48_5_4099Résumé
Bajos (Nathalie), Spira (Alfred). - L'Enquête ACSF : élaboration d'un projet multi- disciplinaire sur la
sexualité Pour aider à élaborer les stratégies de prévention du Sida et les modèles prévisionnels
d'évolution de l'épidémie, l'Agence nationale de Recherches sur le Sida a demandé la réalisation d'une
enquête sur les comportements sexuels en France. Dans une perspective de santé publique, une telle
entreprise se devait d'être multidisciplinaire, conjugant une approche d'épidémiologie descriptive et une
analyse psycholgique et sociologique des modalités et facteurs liés aux différents types d'activités
sexuelles. Une équipe pluridisciplinaire comprenant des épidémiologistes, des sociologues, des
démographes, des psychologues et des économistes fut constituée. L'approche multidisciplinaire fut
mise en œuvre à toutes les étapes de la recherche : élaboration des problématiques, construction de la
méthodologie, collecte des données. Force est de reconnaître que les analyses développées jusqu'à ce
jour restent encore largement monodisciplinaires, même si les approches par chacun des
membres de l'équipe ont été influencées par les nombreux débats pluridisciplinaires qui ont eu lieu lors
de l'élaboration de la recherche. Une analyse globale et multidisciplinaire est en cours, qui vise à
identifier les logiques sociales et psychologiques qui génèrent des situations relationnelles qui
comportent des pratiques que les épidémiologistes définissent comme étant des pratiques à risque.
Ces analyses doivent fournir des ressources pour l'intelligibilité des situations à risque permettant ainsi
de mieux adapter les stratégies de prévention.
Abstract
Bajos (Nathalie) and Spira (Alfred). - The ACSF survey. Setting up a niultidisciplinary study of sexuality
In order to develop a strategy for AIDS prevention and to construct models of the epidemic's evolution,
the National AIDS Research Agency requested that a survey of sexual behaviour in France should be
undertaken. Such a project was bound to be multidis- ciplinary and combine a descriptive
epidemiological approach with a psychological and sociological analysis of factors involved in different
types of sexual activity. A multidisciplinary team was set up which included epidemiologists,
sociologists, demographers, psychologists and economists. The approach at every stage of the
research process was interdisciplinary : defining the issues, designing the method, collecting the data,
and analising them. However, it must be noted that the analyses that have been made up to date are
still mostly monodisciplinary, even though the approach of each member of the team may have been
influenced by the many multidisciplinary discussions that took place at the beginning of the research. An
overall multidisciplinary analysis is being undertaken with the object of identifying the social and
psychological conditions that lead to relations which involve what the epidemiologists call unsafe
practices. The results are expected to provide the instrument necessary for the understanding of
situations and thus to develop more adequate prevention strategies.
Resumen
Bajos (Nathalie) and Spira (Alfred). - La encuesta ACSF : elaboration de un proyeeto multidisciplinario
sobre la sexualidad La Agencia Nacionál de Investigaciones sobre el Sida solicité la realización de una
encuesta sobre los comportamientos sexuales en Francia, como ayuda para elaborar las es- trategias
de prevención de la epidemia. Bajo una perspectiva de salud publica, un proyeeto de este tipo ténia
que ser multidisciplinario, combinando un análisis de epidemologia des- criptiva y un análisis
psicológico y sociológico de las modalidades y factores ligados a los distintos tipos de actividades
sexuales. Para llevar a cabo la encuesta se constituyó un equipo pluridisciplinario compuesto por
epidemólogos, sociólogos, demógrafos y economistas. La perspectiva multidisciplinaria se tuvo en
cuenta en todas las etapas de la investigación : elaboración de las problemáticas, construcción de la
metodologia, recogida de datos, análisis de datos. Es necesario seňalar que los análisis llevados a
cabo hasta este momento son básicamente monodisciplinarios, aunque el trabajo realizado por cada
miembro del equipo ha estado influido por los numero- sos debates pluridisciplinarios que tuvieron lugar
al inicio de la investigación. Actualmente esta en curso un análisis global y multidisciplinario ; este tiene
como objetivo identificar las lógicas sociales y psicológicas que generan determinadas situaciones
relacionales las cuales comportan ciertas prácticas que los epidemiólogos definen como prácticas de
riesgo. Estos análisis deben aportar el material necesario para la comprensión de las situaciones bajo
riesgo, y permitir con ello una mejor adaptación de las estrategias de prevención.'\
L'ENQUETE ACSF : ELABORATION
D'UN PROJET MULTIDISCIPLINAIRE
SUR LA SEXUALITÉ
Nathalie BAJOS et Alfred SPIRA
Une particularité de l'enquête «Analyse des Comport
ements Sexuels en France » (ACSF) est d'avoir été préparée
et réalisée par une équipe de chercheurs nombreuse et mul-
tidisciplinaire. Nathalie Bajos* et Alfred Spira* reconstituent
l'élaboration de cette recherche. La perspective de santé pu
blique et le souci de contribuer à la prévention du Sida sont
à l 'origine de l 'enquête. Cependant la participation active de
chercheurs d'autres disciplines a été encouragée dès le début
et a contribué à la construction d'une enquête originale, fon
dée sur une définition très large du comportement sexuel. Bien
que la recherche ait été élaborée de manière collective, avec
de nombreux débats entre chercheurs, les analyses menées sont
plutôt restées « monodisciplinaires ».
Le développement de l'épidémie de Sida a placé les chercheurs dans
une situation inédite. L'émergence quasi fulgurante d'une nouvelle patho
logie imposait tout à la fois de comprendre ce dont il s'agissait, de prendre
en charge ce nouveau phénomène dans la société et de mettre rapidement
en place une «riposte».
Les analyses épidémiologiques ont contribué à l'identification du syn
drome, puis des voies de contamination, sexuelles en particulier, avant
même que le virus ne soit isolé et identifié en 1983. Elles ont permis de
mettre en évidence un certain nombre d'indicateurs de risque et de facteurs
de risque de la maladie. En ce qui concerne la transmission sexuelle du
VIH, un indicateur de risque désigne une caractéristique de l'activité
sexuelle d'un individu liée statistiquement à la probabilité de rencontrer
un partenaire porteur du virus, alors qu'un facteur de risque est une ca
ractéristique de la pratique sexuelle liée statistiquement, et éventuellement
de manière causale, au risque de survenue de la contamination (Aral, 1990).
Les premières études épidémiologiques ont consisté à comparer les
caractéristiques de sujets malades à celles de personnes indemnes de la
* INSERM, Santé publique, epidemiologie, reproduction humaine, U 292.
Population, 5, 1993, 1209-1228 1210 L'ENQUÊTE ACSF, ÉLABORATION D'UN PROJET
maladie (selon des protocoles d'études cas-témoins) et ont permis d'ident
ifier certains indicateurs de risque. Ces premiers résultats ont été à l'ori
gine de la définition, au début de l'épidémie, des «groupes à risque» :
les homosexuels masculins, les toxicomanes par voie intra-veineuse, les
personnes originaires de pays où se situaient les premiers foyers épidémi-
ques, les hémophiles.
D'autres études portant sur les pratiques sexuelles, et des études de co
hortes ont par la suite permis d'identifier des facteurs de risque d'acquisition
du virus et de passage du stade de séropositivité asymptomatique au stade
de maladie avérée et de décrire l'histoire naturelle de cette infection. Les
facteurs de risque mis en évidence sont essentiellement d'ordre biologique
(caractéristiques immunitaires, génétiques, etc.) mais ils sont également liés
aux comportements (pratiques de pénétration, antécédents de maladies sexuel
lement transmissibles, et plus récemment, l'allaitement maternel).
Parallèlement, des efforts très importants furent développés dans le
domaine de la recherche fondamentale, virologique notamment. A partir
de 1984-85 dans certains pays du Nord (Angleterre, Pays-Bas), à partir de
1986 en France, on prit réellement conscience que les voies thérapeutiques
étaient extrêmement difficiles (il n'existait en tout et pour tout dans la
panoplie thérapeutique qu'un seul médicament antiviral), et que la mise
au point d'un vaccin se heurterait à des difficultés considérables.
Le développement de stratégies de prévention, qui permettent de ra
lentir et éventuellement d'enrayer le développement de l'épidémie, n'en
était que plus indispensable. D'autant que la disponibilité de moyens thé
rapeutiques ou de vaccins ne permet pas, on le sait, de protéger l'ensemble
de la population. Il n'y a en effet aucune raison que les processus sociaux,
culturels et économiques en matière d'exposition aux facteurs de risque
et d'inégalité d'accès au système de soins ne se retrouvent pas à l'œuvre
dans la prise en charge et le traitement de cette nouvelle maladie.
Des stratégies de prévention avaient en fait déjà été adoptées au sein
de la communauté des homosexuels masculins, touchés très tôt par l'ép
idémie. Le recours au «safer sex» (utilisation du préservatif, abandon de
pratiques à risque, diminution du nombre de partenaires) a très rapidement
été prôné (Pollak, Schiltz, 1991).
C'est dans ce contexte que l'on vit apparaître en France, au milieu
de l'année 1986, la première campagne de prévention destinée à la popul
ation générale : «le Sida ne passera pas par moi». Cette action fut ensuite
relayée par d'autres campagnes, plus explicitement axées sur le recours
au préservatif, sans jamais mentionner nommément le Sida. Cette stratégie
de communication fut adoptée pour banaliser et valoriser le préservatif,
en le détachant du contexte de la maladie et de la mort.
Des enquêtes explorant les connaissances, attitudes, croyances et pra
tiques (KABP, de l'anglais knowledge, attitudes, beliefs and practices) face
à l'infection par le virus VIH ont été mises en place dans de nombreux
pays et notamment en France, où elles ont été réalisées à intervalles ré- L'ENQUÊTE ACSF, ÉLABORATION D'UN PROJET 1211
guliers depuis 1987 (Moatti, Pollak, Dab, Beltzer et al, 1992). Comme le
rappellent les responsables de ces enquêtes, «dans les politiques publiques
de prévention, le double souci d'incitation à la modification des compor
tements individuels à des fins de prévention et de maintien de la solidarité
collective à l'égard des personnes atteintes implique des arbitrages
complexes qu'une surveillance de l'évolution de la perception sociale et
des réactions à la maladie peut contribuer à éclairer». Mais les données
relatives aux comportements sexuels sont peu développées dans ce type
d'enquête. Comme le soulignait Claude Got dans son Rapport sur le Sida
remis au Ministre de la Santé en octobre 1988 (Got, 1989), la dernière
étude sur les sexuels en France remontant à 1970 (Simon
et al, 1972), on ne disposait d'aucune donnée récente sur les comporte
ments sexuels et notamment les comportements à risque d'infection et les
moyens de protection utilisés.
L'Agence Nationale de Recherches sur le Sida (ANRS), créée en
1988, a donc lancé en février 1989 un appel d'offres auprès de la commun
auté scientifique, pour des recherches dans le domaine des sciences de
l'homme et de la société. L'examen, par le comité scientifique «santé pu
blique et sciences humaines» de Г ANRS, des six projets reçus relatifs à
l'étude des comportements sexuels(l) montra qu'aucun d'entre eux ne per
mettait de recueillir des données suffisamment complètes pour atteindre
les objectifs fixés par Г ANRS, c'est-à-dire aider à élaborer les stratégies
de prévention et les modèles prévisionnels d'évolution de l'épidémie. De
vant cette situation, le comité de l'ANRS décida qu'il convenait de mettre
sur pied un projet global qui intégrerait, autant que faire se peut, les dif
férentes propositions reçues. Il chargea son président, Alfred Spira, médec
in épidémiologiste, d'assumer la direction de cette opération et Nathalie
Bajos, socio-démographe, fut recrutée pour en assurer la coordination.
La connaissance des indicateurs de risque et des facteurs de risque
est fondamentale pour la mise au point d'une prévention efficace, puis
qu'elle permet d'identifier des groupes de la population dans lesquels des
actions de prévention doivent être prioritairement engagées. Mais elle n'ap-
(|) Les projets suivants ont été adressés à l'ANRS :
— une recherche sociologique, proposée par Alexis Ferrand et Alain Degenne du La
boratoire d'Analyse secondaire et de Méthodes appliquées à la Sociologie (LASMAS) du
CNRS. Cette recherche, axée sur les réseaux de confidents, devait être précédée d'une pré
enquête pour tester la pertinence de la problématique ;
— une enquête sur les comportements affectifs et sexuels proposée par Alain Rochefort
et Sadi Lalhou du CREDOC ;
— une description des pratiques sexuelles dans une optique sexologique proposée par
Gilbert Tordjman ;
— une modélisation de la dynamique de l'épidémie de Sida en France en relation
avec l'étude des comportements sexuels proposée par l'équipe d'Alain Jacques Valleron de
l'INSERM ;
— une recherche sociologique, développant une démarche calquée sur celle utilisée
pour étudier les politiques, proposée par Guy Michelat et Janine Mossuz-Lavau
de la Fondation nationale des Sciences politiques ;
— une enquête socio-épidémiologique dans la région Rhône-Alpes proposée par Ber
nard Bouhet et Michel Zorman de l'association PROMST (Projet d'Observatoire Régional
des Maladies Sexuellement Transmissibles). L' ENQUÊTE ACSF, ÉLABORATION D' UN PROJET 1212
porte que peu d'éléments pour enrichir la réflexion sur le contenu des stra
tégies de prévention. Le but de l'étude n'est bien entendu pas d'analyser
les facteurs liés à l'appartenance à l'un ou l'autre de ces «groupes à ri
sque», mais de tenter de décrire et de comprendre quels sont les compor
tements effectifs des individus et comment ils gèrent le risque lié à
l'exposition à des facteurs de risque de transmission du VIH.
Il est donc rapidement devenu évident qu'une telle entreprise devait
obligatoirement situer cette recherche dans une perspective plus large, une
perspective de santé publique imposant de confronter la connaissance épi-
démiologique (connaissances concernant les modes et voies de transmission
du virus, moyens d'enrayer la progression de l'épidémie, caractéristiques
des personnes ayant des comportements potentiellement à risque) avec la
connaissance des modalités et facteurs liés aux différents types d'activités
sexuelles, domaine qui relève d'une approche sociologique et psychologi
que et qui concerne de façon plus large la sexualité humaine.
L'abord scientifique de la sexualité ne se fait habituellement pas en
référence à la santé. Les sciences sociales ont conceptualisé la sexualité
en termes de parenté, de mariage, de famille, prohibition de l'inceste
(Dayan-Herzbrun, 1991), dans une approche que Foucault qualifie de «ré
pressive et d'utilitariste» (Foucault, 1976). La psychanalyse en propose
une approche centrée sur la notion de plaisir et de libido, l'éthologie une
analyse descriptive s' inspirant des travaux de Kinsey (Kinsey et al., 1953),
enfin la médecine une étude physiologique dans la lignée des travaux de
Masters et Johnson (Masters, Johnson, 1979). Comme il est normal, on
assiste là à l'étude d'un même objet ayant de multiples facettes qui ne se
recoupent pas forcément.
En première analyse, on peut au moins suggérer que ceci témoigne
à la fois de la difficulté de pouvoir clairement définir l'objet auquel on
s'intéresse, la sexualité, et bien entendu aussi de l'impossibilité, par une
approche monodisciplinaire, de cerner un phénomène aussi complexe. Il
est en effet nouveau, du moins dans la période récente, que nos représen
tations de la sexualité humaine soient liées à la transmission d'une maladie
mortelle, et que des changements dans nos pratiques sexuelles soient né
cessaires pour prévenir la transmission du virus.
Il est donc d'emblée apparu évident qu'une étude scientifique de la sexual
ité dans une perspective de santé publique ne pouvait être que multidisciplinaire.
Après avoir rencontré les auteurs des différents projets, les coordon-
nateurs de l'enquête (Nathalie Bajos et Alfred Spira) ont souhaité intégrer
au dispositif des équipes de recherche ayant des compétences particulières
sur des thèmes connexes (reproduction, structures conjugales et famil
iales...) en méthodes d'enquête; FINED, en particulier, a accepté de par
ticiper activement à ce projet. Ils souhaitaient également que des équipes
ayant développé des problématiques psychologiques et psychosociologi
ques en matière de sexualité et de prévention puissent participer à la
recherche, de manière à pouvoir prendre en compte des aspects plus pul- L'ENQUÊTE ACSF, ÉLABORATION D'UN PROJET 1213
sionnels de la relation sexuelle. Un deuxième appel d'offres a donc été
lancér2). Trois nouveaux projets furent proposés'3'.
L'ensemble des projets recueillis fut soumis pour avis à un groupe
de consultants composé de sociologues et de psychosociologues, et un pro
jet d'ensemble fut élaboré pour réaliser une recherche qui allait s'appeler
«Analyse des Comportements Sexuels en France» (ACSF).
L'équipe ACSF fut ainsi constituée en novembre 1989. Elle compren
ait des épidémiologistes, des sociologues, des démographes, des économ
istes, des psychologues, des psychosociologues et des psychanalystes
appartenant à l'INSERM, l'INED, au CNRS et à des Universités d'Ile-de-
France, soit 22 personnes au total (voir note de présentation).
Elle allait s'attacher à harmoniser les différentes problématiques, à
construire le questionnaire et à affiner la méthodologie d'enquête, de façon
à disposer de résultats pouvant être utilisés pour l'élaboration de stratégies
de prévention et constituant un corpus de données utiles au développement
de nouvelles recherches sur la sexualité humaine.
I. - Élaboration d'une problématique
L'absence de modèle théorique pertinent pour expliquer les comport
ements de prise de risque et de protection dans le domaine de la sexualité
nous a conduits à juxtaposer d'emblée différentes problématiques, tout en
entreprenant parallèlement un travail conceptuel plus global. Ce choix r
épond à la nécessité d'une rupture avec les approches d'inspiration beha-
vioriste qui dominent la littérature internationale, notamment anglo-saxonne,
en matière de «déterminants» de la prévention de l'infection à VIH et
conduisent à privilégier des conceptions très mécanistes de la «causalité»
des comportements (Valdiserri, 1989). De telles approches ont montré leurs
limites pour expliquer les comportements de prise de risque (cf. l'article
de Nathalie Beltzer, Jean-Paul Moatti dans le même numéro).
Mais cette juxtaposition de modèles partiels, monodisciplinaires, mar
que aussi les limites de la méthode employée, qui laisse peu de place à
une véritable construction interdisciplinaire. On a pu cependant noter, pen
dant tout le processus d'élaboration de l'enquête, un rapprochement certain
entre les différentes approches conceptuelles et la construction d'une
pluridisciplinarité de l'objet de recherche qui est sûrement une étape i
ndispensable à une future interdisciplinarité.
(2) II a, notamment, été adressé à des équipes sélectionnées à partir de l'annuaire du
CNRS et du fichier de l'ANRS.
(3) Une équipe de psychosociologues (Hubert Touzard et Dominique Ludwig de l'Uni
versité Paris-V) proposait d'étudier les orientations temporelles des individus et les attitudes
de contrôle; un sociologue (Daniel Welzer-Lang du CNRS) proposait une recherche sur les
violences sexuelles; une équipe de psychologues (Alain Giami de l'INSERM et André Du-
randeau de l'Université de Bobigny) souhaitaient développer une analyse des attitudes à l'égard
de la mort et de la vie. L' ENQUÊTE ACSF, ÉLABORATION D'UN PROJET 1214
Les sociologues et les psychologues ont su convaincre les autres
membres de l'équipe qu'il importait de construire une problématique qui
dépasse le lien entre sexualité et Sida pour répondre aux objectifs fixés,
même si la commande de cette recherche provenait d'une agence de r
echerches sur le Sida.
Tout d'abord parce que l'activité sexuelle, qu'elle soit réelle ou su
blimée, est avant tout un des éléments essentiels du bien-être des individus.
Les significations que les individus attribuent habituellement à la sexualité
mettent plus en avant la notion de plaisir que celle de risque, ces deux
notions étant étroitement imbriquées de façon contradictoire et complém
entaire. Si risque et plaisir ont de tous temps été associés, les risques
en question n'étaient pas des risques pour la santé jusqu'à une période
récente. Le risque était plutôt social (le risque d'être découvert en cas de
relation sexuelle pré-maritale ou extra-maritale, le risque de recourir à des
pratiques socialement peu valorisées telles que la masturbation ou la pé
nétration anale, etc.), ou indirectement lié à la santé, tel que le risque de
grossesse non désirée. Le risque de contamination par le virus VIH n'est,
pour la plupart des individus, qu'un risque secondaire au regard du risque
de «ne pas être à la hauteur» dans la relation sexuelle, du risque de se
retrouver seul(e) ou de bien d'autres risques encore (Peto, 1992).
En second lieu, la perspective dans laquelle nous nous situons doit
nécessairement être dynamique, car les comportements sexuels évoluent
en fonction des expériences et événements qui jalonnent la vie des indi
vidus (premières sexuelles, mise(s) en couple, naissances, etc.).
Ces évolutions elles-mêmes sont très liées au contexte social et culturel.
Une enquête sur les comportements sexuels se doit donc d'appréhender ce
processus dynamique si l'on ne veut pas attribuer à tort les changements
observés à la seule crainte de la maladie.
On a donc postulé que l'adoption de précautions ne saurait découler
mécaniquement des connaissances de l'individu en matière de risque, ni même
de la perception des risques encourus du fait de son comportement; elle n'est
donc pas seulement l'expression d'une sorte de «rationalité» sanitaire. En
matière de risque de transmission de MST et de Sida, comme d'ailleurs dans
d'autres domaines, les mécanismes enjeu dans l'adoption d'un comportement
de protection font intervenir, outre les caractéristiques psychologiques de l'i
ndividu, la nature de la relation affective et sexuelle, et les représentations
sociales en matière de sexualité, etc. D'une manière générale, ces mécanismes
sont marqués par les caractéristiques du milieu social d'appartenance.
Ainsi, lorsqu'une personne modifie sa façon d'agir pour réduire les
risques, c'est un ensemble complexe de facteurs individuels et inter-per-
sonnels qui se trouve bouleversé, dans une dynamique qui est également
influencée par les stades de développement de l'épidémie dans la po
pulation (Cohen, 1991).
En d'autres termes, l'activité sexuelle n'est pas qu'une activité
sexuelle et comme le souligne D. Peto, le caractère « paradoxal » de certains L'ENQUÊTE ACSF, ÉLABORATION D'UN PROJET 1215
comportements (bon niveau de connaissance lié néanmoins à une prise de
risque) traduit «l'inscription de la relation sexuelle dans un cadre psycho
logique interpersonnel et social plus large et complexe à l'égard duquel
elle remplit des fonctions structurantes et intégratrices susceptibles de se
trouver en tension avec une gestion efficace du risque» (Peto, Van Cam-
penhoudt, Remy, Hubert, 1992).
Compte tenu de ces remarques, la recherche ne pouvait se contenter
de décrire les pratiques sexuelles à risque d'un point de vue purement
épidémiologique et les facteurs qui leur semblent directement liés. Des
axes d'analyse d'ordre sociologique, psychologique et psychosociologique
en relation avec les comportements sexuels dans leur ensemble, et plus
particulièrement avec la prise de risque, devaient aussi être développés.
L'approche multidisciplinaire a tout d'abord nécessité que l'on défi
nisse clairement le concept central de « comportement sexuel »(4), de ma
nière à ce qu'il puisse non seulement être utilisé par les différentes équipes
mais aussi refléter une approche théorique globale et assurer une certaine
cohérence au dispositif d'ensemble. Un groupe de travail, comprenant des
chercheurs de différentes disciplines (sociologie, démographie, psycholog
ie), a élaboré la définition suivante : « le comportement sexuel désigne,
pour chaque individu, une configuration qui comprend un répertoire de
pratiques sexuelles, un répertoire de scénarios et un répertoire de signifi
cations » (Bajos, Bozon, Giami, Ferrand, 1993, p. 33). Les pratiques
sexuelles désignent les types de contacts corporels, non nécessairement mut
uels, liés à l'excitation sexuelle d'au moins une personne. Un scénario
est une série de pratiques sexuelles, réalisées dans un contexte donné avec
un partenaire donné, que ceci se réfère au vécu ou à l'imaginaire. Enfin
par signification on entend les valeurs et fonctions attribuées, consciem
ment ou non, à l'activité sexuelle.
Les pratiques sexuelles sont étudiées par les épidémiologistes en tant
que facteurs de risque, et par les chercheurs en sciences sociales en tant
que constitutives des scénarios. Ces derniers intéressent plus particulièr
ement les psychologues car ils contribuent à déterminer les dispositions des
individus. Enfin, le domaine des significations fait plus spécifiquement
l'objet d'investigations psychosociologiques et sociologiques.
Les axes d'analyse Outre la description des pratiques sexuelles sur
de l'enquête l'ensemble de la vie, et lors du (ou des deux)
niers) rapport(s) sexuels survenus au cours des
douze derniers mois, les axes d'analyse suivants sont développés, des plus
psychologiques au plus sociologiques.
Une analyse des sentiments éprouvés à l'évocation de sa propre mort,
de souffrances importantes et de la mort des proches permet d'éclairer les
(4> Ce concept recouvre des définitions très différentes selon les recherches, et son
utilisation ne va pas sans poser nombre de problèmes comme le développe A. Giami dans
un article consacré à l'évolution de la construction de ce concept (Giami, 1991).

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.