L'espace sémantique temporel à différents âges de la vie et sa déstructuration lors d'une crise suicidaire - article ; n°2 ; vol.72, pg 353-377

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1972 - Volume 72 - Numéro 2 - Pages 353-377
Résumé
En utilisant comme médiateur le langage, à l'aide d'une adaptation de la technique du différenciateur sémantique d'Osgood, nous avons essayé de montrer comment varient les significations connotatives de concepts de temps. Les sujets adultes d'âges différents donnent des significations différentes aux trois directions du temps ; il se manifeste cependant un certain type de relation entre passé et avenir dont nous faisons l'expression d'un bon équilibre temporel, lié à l'équilibre de la personnalité. Chez des sujets suspects de troubles de la personnalité tels les suicidants, on montre la rupture de ces relations entre le passé et l'avenir.
Summary
We have tried to show, through verbal mediators in an adaptation of Osgood's semantic-differential technique, how connotative meanings of concepts of time vary.
Although there are different meanings for past, present and future in adult subjects of different ages, there remains a stable relation between past and future. What we call a good temporal equilibrium is associated with a personality equilibrium or balance. Among subjects with personality problems for example in persons who attempt suicide, this relation between past and future is very different.
25 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : samedi 1 janvier 1972
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 26
Voir plus Voir moins

R. Menahem
L'espace sémantique temporel à différents âges de la vie et sa
déstructuration lors d'une crise suicidaire
In: L'année psychologique. 1972 vol. 72, n°2. pp. 353-377.
Résumé
En utilisant comme médiateur le langage, à l'aide d'une adaptation de la technique du différenciateur sémantique d'Osgood, nous
avons essayé de montrer comment varient les significations connotatives de concepts de temps. Les sujets adultes d'âges
différents donnent des significations différentes aux trois directions du temps ; il se manifeste cependant un certain type de
relation entre passé et avenir dont nous faisons l'expression d'un bon équilibre temporel, lié à l'équilibre de la personnalité. Chez
des sujets suspects de troubles de la personnalité tels les suicidants, on montre la rupture de ces relations entre le passé et
l'avenir.
Abstract
Summary
We have tried to show, through verbal mediators in an adaptation of Osgood's semantic-differential technique, how connotative
meanings of concepts of time vary.
Although there are different meanings for past, present and future in adult subjects of different ages, there remains a stable
relation between past and future. What we call a good temporal equilibrium is associated with a personality equilibrium or
balance. Among subjects with personality problems for example in persons who attempt suicide, this relation between past and
future is very different.
Citer ce document / Cite this document :
Menahem R. L'espace sémantique temporel à différents âges de la vie et sa déstructuration lors d'une crise suicidaire. In:
L'année psychologique. 1972 vol. 72, n°2. pp. 353-377.
doi : 10.3406/psy.1972.27953
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1972_num_72_2_27953Laboratoire de psychologie expérimentale et comparée
de la Sorbonne
associé au C.N.B.S.
L'ESPACE SÉMANTIQUE TEMPOREL
A DIFFÉRENTS AGES DE LA VIE
ET SA DÉSTRUCTURATION
LORS D'UNE CRISE SUICIDAIRE
par Ruth Menahem
SUMMARY
We have tried to show, through verbal mediators in an adaptation of
Osgood's semantic-differential technique, how connotative meanings of
concepts of time vary.
Although there are different meanings for past, present and future in
adult subjects of different ages, there remains a stable relation between
past and future. What we call a good temporal equilibrium is associated
with a personality equilibrium or balance. Among subjects with personality
problems for example in persons who attempt suicide, this relation between
past and future is very different.
Quelle signification a le temps pour une personne à un
moment donné de son existence, comment sont intégrés dans
l'action présente les expériences passées et les projets d'avenir ?
Pour répondre à de telles interrogations nous avons utilisé
le langage comme médiateur. Nous faisons l'hypothèse que les
significations connotatives de mots se rapportant au temps
peuvent témoigner des attitudes des sujets ; de plus, la similitude
de ces significations pour des concepts relatifs aux différentes
directions du temps, passé, présent et avenir est le signe d'un
bon équilibre temporel.
L'importance qu'a le langage pour l'expression du temps peut
A. PSYCHOL. 2 12 354 MÉMOIRES ORIGINAUX
justifier son emploi pour atteindre nos objectifs. En effet, des
conceptions différentes quant au temps, vont donner lieu à des
moyens d'expression verbaux variés ; ainsi, les différentes langues
utilisent des formes variables pour exprimer une action future
ou passée ou encore pour marquer la continuité d'une action ou
son aspect punctiforme.
On sait aussi (Fraisse, 1967) que l'ordre d'apparition des
termes temporels n'est pas quelconque chez l'enfant et qu'on
peut en dresser la chronologie.
Le langage nous fournit ainsi une trame culturelle dans
laquelle vont s'inscrire les conceptions individuelles. Notre
objectif est double : d'une part, validation de l'instrument pour
tester sa pertinence quant à la vérification de nos hypothèses,
d'autre part, analyse qualitative et quantitative des profils
obtenus afin de montrer comment se répartissent dans l'espace
sémantique les significations des concepts temporels à l'intérieur
des groupes et comment varient ces constellations d'un groupe
à l'autre.
I
L'ESPACE SÉMANTIQUE TEMPOREL
La technique
La technique du différentiateur sémantique, qui mesure les signi
fications affectives des mots, nous a paru adéquate pour servir de
révélateur aux distorsions que l'on fait subir à ce mode d'expression
culturellement fixé. Les jugements portés sur des concepts de temps
permettront alors de connaître l'organisation de l'espace sémantique
temporel.
Le rationnel. — Osgood (1957) fonde la technique du différentiateur
sémantique sur une théorie de la médiation : les liaisons associatives
de signe à signifié sont nécessairement médiatisées par une réaction
représentative médiatrice, que nous appellerons avec Jodelet (1965)
« impression sémantique ». Cette impression sémantique est liée à un
ensemble de mots stimulus et conditionne à son tour un ensemble de
mots réponses. C'est l'existence d'une telle médiation qui fonde la
possibilité d'une mesure de la similitude connotative des mots.
Le modèle métrologique est celui d'un espace de type euclidien,
dont chaque échelle est une dimension passant par l'origine. La signi
fication d'un « concept » est représentée par un vecteur dont la longueur
à partir de l'origine correspond à sa richesse en signification, et la
direction à sa qualité. La mesure de la distance entre les terminaisons R. MËNAHËM 355
des vecteurs donne la mesure de leur plus ou moins grande similitude.
Nous avons apporté quelques modifications à la technique classique
d'Osgood :
— dans la présentation des échelles, nous avons supprimé l'échelon
central dont nous avons montré l'hétérogénéité par rapport aux
autres échelons (Menahem, 1968) ;
— nous avons sélectionné des adjectifs se rapportant au temps ; la
condition d'indépendance des échelles n'est plus alors réalisée mais
dans notre univers de mesures qui est homogène, cela perd de son
importance ; si l'on travaille sur des distances intercorrélées cela
revient à donner un poids plus grand à des dimensions plus fr
équentes que l'on peut supposer être plus importantes.
Choix des concepts et des échelles. — Ces choix sont le résultat de
sondages préliminaires ; pour les concepts à juger, nous avons retenu
dans chacune des directions temporelles, un terme désignant le temps
proche et un concept plus général et plus abstrait ; ces six termes
constituent la série des concepts que nous appelons « notionnels ». A
ceux-ci nous ajoutons les « personnels ». Le tableau I comporte
l'ensemble des concepts étudiés.
TABLEAU I
Série des concepts temporels
Passé Présent Avenir
Hier Aujourd'hui Demain Temps proche G A D
Le passé Le présent L'avenir Temps rationnel E H B
Mes souvenirs Mes pensées Mes projets
actuelles Temps personnel
G F I
Les échelles se composent d'adjectifs choisis par des juges comme
qualifiant le temps ; pour le choix de leurs antonymes nous avons
soumis à deux groupes de sujets les adjectifs retenus leur demandant
d'en donner l'opposé et nous en avons sélectionné 16 pour lesquels
l'accord des juges était estimé suffisant (voir en annexe la liste des
adjectifs).
La tâche du sujet consiste à placer une croix entre les deux pôles
des échelles ; chaque concept est jugé sur les 16 échelles ; l'ordre des
concepts et des échelles est maintenu constant ; les pôles des échelles
sont contrebalancés. 356 MEMOIRES ORIGINAUX
Population
II s'agit de sujets adultes entre 17 et 53 ans dont on attend des
performances identiques dans une telle épreuve verbale. Nous avons
constitué quatre groupes :
TABLEAU II
Nombre Numéro Ages Dénomination du groupe de sujets
T 63 17-21 Adolescents.
TT 36 22-29 Jeunes adultes.
TTT 20 30-39 Adultes.
IV 19 40 et plus Age mûr.
Les sujets du groupe I sont soit des étudiants en psychologie, soit
des élèves d'une école d'infirmiers (ières). Pour les autres groupes, le
seul critère retenu est une bonne adaptation socio-professionnelle, gage
d'une certaine normalité psychique.
HYPOTHÈSES
L'hypothèse centrale concerne les modifications de l'espace
temporel d'un individu en fonction de l'écoulement du temps ;
pour permettre, malgré cela, la conservation de l'identité personn
elle, il est nécessaire que se trouvent maintenues certaines
relations stables ; dans les cas de crise de personnalité, ces rela
tions seront modifiées, les perturbations temporelles seront donc
considérées comme des symptômes des troubles de la personn
alité. Les hypothèses de travail s'énoncent ainsi :
— Les profils au difîérenciateur sémantique des concepts du
présent, du passé, du futur, diffèrent selon l'âge des sujets.
— Les distances entre les concepts relatifs au passé et au
futur seront faibles chez les sujets bien équilibrés.
— Des sujets ayant fait une tentative de suicide présenteront
des profils différents de ceux de sujets de même âge non suicidants.
RÉSULTATS
L'exploitation des résultats (144 réponses par sujet, puisqu'il
y a 16 échelles et 9 concepts) peut se faire selon trois dimensions :
les concepts, les échelles, les sujets. MENAHEM 357 R.
VALIDATION DE L INSTRUMENT
II ne s'agit pas pour nous de tester la validité du différencia-
teur sémantique en tant que telle, ce qui a été fait par Osgood
et coll. (1957) et bien d'autres chercheurs à leur suite, mais bien
de montrer que nos concepts, nos échelles et nos groupes de
sujets sont réellement susceptibles de mettre en évidence les
différences attendues. L'âge, dont nous faisons ici une variable
indépendante, n'a jamais été considéré comme tel dans les
recherches utilisant le différenciateur et, s'il apparaît des varia
tions entre les groupes de sujets nous pourrons en inférer l'exis
tence de modifications de l'horizon temporel avec l'âge.
Pour ce faire, nous avons employé une méthode d'analyse
de la variance pour la comparaison entre traitements, consistant
à décomposer le résidu global parallèlement à la décomposition
entre traitements.
La décomposition se fait ainsi :
T = G X G
Cm T
E X T Cm E
Cm E x T résidu global
Cm G
Cm G Cm G -> F" = Cm T
F' Cm E x T Cm G X G
Cm E X G
Cm E x T Cm E x G
Cm G X G
ou :
T = traitement
E = échelles
Cm = carré moyen
G = groupes
G = concepts
Utilisant toujours cette méthode d'analyse, nous nous sommes
posé quatre types de questions :
— Les jugements, à l'intérieur de chacun des groupes sont-ils
homogènes ?
— Existe-t-il des différences significatives entre les groupes
jugeant les concepts ? 358 MÉMOIRES ORIGINAUX
— Est-ce que les différents types de concepts inter et intra-
directions temporelles sont bien différenciés ?
— Les échelles bipolaires peuvent-elles être discriminantes
selon l'âge et la dimension temporelle envisagée ?
Homogénéité des groupes
Nous avons choisi comme indices pour caractériser les
groupes, les médianes et les écarts interquartiles, préférables aux
moyennes, puisqu'on sait que les réponses au D.S. ne se répar
tissent pas normalement.
L'analyse de la variance des dispersions, pour chaque concept
en sommant les échelles, montre un F très significatif aussi bien
entre groupes qu'entre concepts, ainsi qu'une forte interaction.
Les analyses spécifiques montrent que les comparaisons
entre groupes d'adultes gr. Il/gr. III + IV, gr. Ill/gr. IV ne
donnent pas lieu à un F significatif, alors que les adolescents
comparés aux trois groupes d'adultes s'en distinguent nettement.
On peut considérer les groupes comme suffisamment homogènes
pour que les médianes soient représentatives des jugements.
Analyse des médianes de groupe pour tous les concepts
L'analyse globale (over-all analysis) faite sur l'ensemble des
groupes et des concepts en sommant les échelles, donne un F
très significatif (.0005) pour les groupes, les concepts et leur
interaction.
Les deux comparaisons spécifiques, à savoir :
Adolescents/adultes I/II, III, IV
Adultes entre eux II/III/IV
mettent aussi en évidence des valeurs de F très significatives
(.0005).
Ceci nous permet d'affirmer que les concepts choisis donnent
lieu à des jugements bien différenciés selon les groupes et qu'à
l'intérieur de chaque groupe les jugements varient selon les
concepts.
Si nos groupes de sujets diffèrent de façon statistiquement
significative dans leurs jugements des concepts temporels, il faut
bien admettre qu'il existe une modification des significations
connotatives liée à l'âge. Ce résultat nous paraît très important
car nous n'avons pas trouvé dans la littérature, pourtant abon- ■
MENAHEM 359 R.
dante, portant sur l'utilisation du différenciateur sémantique,
la notion d'une variation des significations dans la tranche d'âge
qui nous concerne (17 à 55 ans). Peut-on en conclure pour autant
que cet effet se manifeste sélectivement pour les concepts de
temps ?
Analyses entre concepts
Les concepts que nous faisons juger concernent différents
aspects du temps.
Nous allons présenter trois comparaisons entre concepts :
Cj : le passé, le présent, l'avenir ;
aujourd'hui, demain, hier — l'avenir, le passé, le présent ; G2
mes souvenirs, mes pensées actuelles, mes projets — • le C3
passé, le présent, l'avenir.
Le tableau ci-dessous indique les seuils de signification des
valeurs de F résultant de ces diverses analyses de la variance
dans trois conditions : l'ensemble des groupes, le groupe I, et les
trois groupes II + III -f- IV.
TABLEAU III
Globale Groupe 1 Groupes II, III, IV
.0005 .0005 .0005 d
c .... .05
c, .005 .005 NS
— La comparaison C: montre que les trois directions du
temps, passé, présent et avenir sont fortement différenciées aussi
bien pour l'ensemble des groupes, que dans le groupe des ado
lescents et les trois groupes d'adultes réunis.
— La comparaison C2, entre les concepts notionnels des trois
directions temporelles et les concepts relatifs aux temps plus
proches, plus concrets, est fortement significative pour les adoles
cents mais beaucoup moins pour les adultes.
— La troisième comparaison qui oppose les concepts notion
nels aux concepts personnels, n'est plus du tout significative
pour les trois groupes d'adultes. Elle le reste pour les adolescents.
Pour résumer ces analyses, on peut dire que le facteur le plus
important est la directionnalité dans l'espace temporel, c'est-à-
dire l'orientation vers le passé, le futur ou le présent ; que les 360 MEMOIRES ORIGINAUX
concepts se réfèrent aux temps proches ou plus éloignés, au
temps personnel ou au temps notionnel n'est plus très important
pour les adultes, mais joue un rôle non négligeable chez l'adoles
cent. Les notions de passé, présent et futur ont chacune leur
signification propre que le différenciateur sémantique met bien
en relief ; quant aux distinctions plus fines à l'intérieur de
chacune de ces directions, notre technique ne nous permet pas
de les apprécier, si ce n'est par leur présence chez les adolescents
seulement.
Analyses par échelles
Dans ce qui précède, les échelles étaient toujours traitées
comme facteur aléatoire ; nous allons maintenant analyser les
variances pour chacune des 16 échelles, en nous limitant à trois
concepts : « le passé », « le présent », « l'avenir » ; ce choix est la
conséquence des analyses sur les concepts.
Pour ces trois concepts, nous avons fait les comparaisons
suivantes :
1° Analyse globale (ensemble des groupes) ;
2° Adolescents/adultes, soit les groupes I/II, III, IV ;
3° Adultes entre eux, soit II/III/IV.
Dans le tableau IV les analyses donnant au moins une
valeur de F significative (à .02) sont indiquées par une croix.
TABLEAU IV
Concepts
Echelles Passé Présent Avenir
1° 2° 3° 1° 2° 3° 1° 2° 3°
+ + + + Varié
+ Dilaté
Clair + + +
+ + + + + Plein
+ + + Organisé
Plein d'espoir . . .
Vivant + +
Aimé + +
Grand
Apaisant +
Aimant le risque .
Heureux + +
Rapide +
Important + +
Bon + +
Périlleux MENAHEM 361 R.
La lecture de ce tableau montre très nettement les différences
entre les trois concepts.
On constate que le nombre de F significatifs est très variable
selon le concept ; on a en effet :
Pour le passé 21
valeurs de F atteignant le seuil le présent 6
de signification. Pour le futur 1
Si l'on considère les trois types de comparaison, on constate
que les adultes entre eux sont très peu différenciés. On retrouve
l'opposition entre le groupe des adolescents et les trois groupes
suivants. L'analyse qualitative des profils, que nous ferons plus
loin, montre certes des modifications des significations entre les
trois groupes d'adultes, mais sans la rupture que l'on trouve dans
toutes les analyses entre le groupe I et tous les autres.
Il est intéressant de noter la quasi-absence de discrimination
des échelles en ce qui concerne l'avenir ; c'est un résultat que nous
retrouverons souvent au cours de ce travail, comme si nos sujets
pouvaient donner des significations différentes à leur passé, mais
qu'imaginer l'avenir c'est se conformer à un modèle dont nous
verrons que le contenu est toujours favorable, et il ne se modifie
guère au cours des ans.
Pour conclure sur la pertinence de notre instrument pour
vérifier nos hypothèses, nous pensons que le type d'analyses
réalisées et les résultats qui en découlent nous permettent
d'affirmer que les concepts et les échelles sont susceptibles de
différencier nos groupes de sujets qui ne se distinguent par
aucun autre facteur systématique que l'âge ; pour que les signi
fications mesurées par les médianes de groupe varient de façon
significative, il faut que les différences liées à l'âge soient plus
importantes que les différences individuelles et c'est bien là le
résultat que nous obtenons.
Par conséquent, nous avons à la fois un instrument donnant
des résultats homogènes intragroupes et des profils différents
d'un groupe à l'autre. Ce sont ces profils types dont nous ferons
l'analyse qualitative, et qui nous serviront de référence pour
l'étude de groupes de sujets chez lesquels nous postulons l'exi
stence de perturbations de l'horizon temporel.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.