L'image de Lénine dans l'iconographie révolutionnaire et postrévolutionnaire - article ; n°2 ; vol.44, pg 223-249

De
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1989 - Volume 44 - Numéro 2 - Pages 223-249
The Image of Lenin in Revolutionary Iconography.
In destroying effigies of the tzar and symbols of autocracy, the February 1917 revolution created a void which would have to be filled sooner or later. October 1917: intending to make art serve the revolution the new Soviet leaders hastened to launch a huge monument propagandaprogram to commemorate revolutionary celebrities of the past, and later of the present as well. The President of the new Soviet government, indifferent for a long time to any form of personal publicity, couldn 't indefinitely escape the attention of artists; thus right from the first months of the October revolution, photographers, drawers, poster artists and sculptors adopted the image of the number one Bolshevik, portraying him in a wide variety of ways. This article sets out to analyze the different competing representations from which emerged, in the end, the figure of the prophet guiding humanity in its march towards a radiant socialist future. A few years later, camarade Il'ic's death, along with the tenth anniversary of the October revolution, gave definitive form to this emblematic image which synthesized in its own way the many roles filled by the founding hero of the new Soviet State. The time was right for a massive distribution of realist effigies of Lenin, whose cult was less than ever fortuitous.
27 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : dimanche 1 janvier 1989
Lecture(s) : 50
Nombre de pages : 28
Voir plus Voir moins

François-Xavier Coquin
L'image de Lénine dans l'iconographie révolutionnaire et
postrévolutionnaire
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 44e année, N. 2, 1989. pp. 223-249.
Abstract
The Image of Lenin in Revolutionary Iconography.
In destroying effigies of the tzar and symbols of autocracy, the February 1917 revolution created a void which would have to be
filled sooner or later. October 1917: intending to make art serve the revolution the new Soviet leaders hastened to launch a huge
"monument propaganda"program to commemorate revolutionary celebrities of the past, and later of the present as well. The
President of the new Soviet government, indifferent for a long time to any form of personal publicity, couldn 't indefinitely escape
the attention of artists; thus right from the first months of the October revolution, photographers, drawers, poster artists and
sculptors adopted the image of the number one Bolshevik, portraying him in a wide variety of ways. This article sets out to
analyze the different competing representations from which emerged, in the end, the figure of the prophet guiding humanity in its
march towards a radiant socialist future. A few years later, "camarade Il'ic's death, along with the tenth anniversary of the October
revolution, gave definitive form to this emblematic image which synthesized in its own way the many roles filled by the founding
hero of the new Soviet State. The time was right for a massive distribution of realist effigies of Lenin, whose cult was less than
ever fortuitous.
Citer ce document / Cite this document :
Coquin François-Xavier. L'image de Lénine dans l'iconographie révolutionnaire et postrévolutionnaire. In: Annales. Économies,
Sociétés, Civilisations. 44e année, N. 2, 1989. pp. 223-249.
doi : 10.3406/ahess.1989.283591
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1989_num_44_2_283591DE URSS HISTOIRE
IMAGE DE LENINE DANS ICONOGRAPHIE
VOLUTIONNAIRE ET POSTR VOLUTIONNAIRE
FRAN OIS-XAVIER COQUIN
II est pas de sauveurs suprêmes
Ni Dieu ni César ni tribun
POTTEER Internationale
Paris 1871 strophe
peine leur victoire assurée et les prisons emportées au cri de Vive la
Liberté les révolutionnaires de février 1917 étaient aussitôt attaqués aux
symboles du régime déchu Non contente de mettre le feu aux bâtiments offi
ciels de la Sûreté Okhrana ou du ministère de Intérieur la foule victorieuse
avait rien eu de plus pressé que de marteler ou de brûler les emblèmes impé
riaux et de jeter bas les symboles de oppression tsariste Trônant la veille
encore en plein centre de la capitale la statue de Nicolas II avait la première
mordu la poussière et rien ne symbolisait mieux effondrement du régime que
ce gisant décapité dont orgueilleuse couronne jonchait le sol de ses débris
Massive et inesthétique la statue équestre Alexandre III plus connue sous le
nom hippopotame avait son tour subi le même sort et le grand portrait
officiel de Nicolas II par Repine qui dominait la salle des séances de la Douma
était également parti en lambeaux Une page était tournée et la monarchie des
Romanov qui avait quatre ans plus tôt célébré avec éclat son troisième cente
naire ne faisait déjà plus figure que de pièce de musée ou de curiosité
historique comme le proclamait la caricature vengeresse de Moor qui préve
nait sa fa on toute tentative de restauration autocratique1 Même si la Répu
blique tardait être proclamée et inspirer les artistes cette joyeuse passion
iconoclaste traduisait une exigence de liberté trop longtemps contenue mais
elle creusait également un vide qui ne pouvait manquer être tôt ou tard
comblé
Personne vrai dire songeait encore et moins que personne les bolche
viks qui avaient mis fin après huit mois impuissance gouvernementale au
régime de février et inscrit ordre du jour édification de ordre socia-
223
Annales ESC mars-avril 1989 n0 pp 223-249 HISTOIRE DE URSS
liste Comme on le sait la social-démocratie russe avait été marquée sa nais
sance par une polémique avec les populistes dont les plus impatients avaient
misé sur le terrorisme individuel et exalté les vertus du héros accoucheur de la
révolution inverse les marxistes russes avaient jamais cessé quant eux
de considérer les masses populaires comme le véritable acteur et moteur de
histoire et le seul héros collectif digne de ce nom2 De plus les idéaux
socialistes égalité internationalisme et émancipation du travail se prê
taient mal la glorification individualités si prestigieuses fussent-elles et les
bolcheviks étaient en conséquence réfractaires toute forme de personnalisa
tion un pouvoir voué par surcroît dépérir Qui plus est auteur de
tat et la Révolution était toujours effacé derrière ses idées et montré hos
tile par principe toute forme de vedettariat et il cultivait une simplicité de
bon aloi qui contrastait heureusement avec la pompe et le cérémonial du pou
voir déchu
Modestie personnelle de Lenine scrupules idéologiques ou réaction bien
venue contre le régime tsariste rien de tout cela ne favorisait de toute évidence
la glorification des nouveaux dirigeants De fait les artistes avaient tout
abord été invités dès janvier 1918 mettre leur talent au service de la cause
révolutionnaire et illustrer les nouveaux idéaux de la Russie bolchevique3
en exprimant les idées et les sentiments de la Russie révolutionnaire des
travailleurs comme le disait le décret bien connu du 12 avril sur les monu
ments de la République Adopté en prévision du premier Premier Mai de la
Russie soviétique ce décret de propagande monumentale prévoyait on le sait
le démontage ou la destruction des idoles les plus repoussantes de ancien
régime et leur remplacement par des monuments nouveaux destinés com
mémorer les grandes journées de la révolution socialiste engagement sera
tenu déjà mémorable par son éclat la célébration du 1er Mai 1918 se verra
encore surpassée par les fêtes du premier anniversaire de la révolution
Octobre4 Sous impulsion une commission spéciale Moscou et Petrograd
étaient couvertes de slogans de banderoles ou affiches exaltant le nouveau
régime soviétique qui célébrait déjà dans la liesse et contre toute attente son
premier anniversaire Parmi cette profusion de décors où se mêlaient fraternel
lement décoration traditionnelle et art avant-garde on remarquait notam
ment des allégories de la Révolution de la Liberté de la Constitution ou du
Travail émancipé destinées représenter dans esprit du décret du
12 avril les nouveaux idéaux de la Russie soviétique
cela ne se bornaient pas toutefois les festivités et ce premier anniversaire
Octobre 1917 avait également fourni occasion de célébrer les grands an
cêtres de la révolution et du socialisme international est ainsi que la stèle
commemorative érigée en 1913 dans le jardin Alexandre au pied du Kremlin
pour le troisième centenaire de la dynastie des Romanov avait été grattée et les
noms des tsars remplacés par ceux des précurseurs du socialisme russe et
européen et la journée du novembre avait en outre été marquée par appo
sition sur les murs du Kremlin une plaque en honneur des héros tombés pour
la révolution dont les noms se répétaient sur les banderoles écarlates brandies
par les manifestants Enfin ces journées avaient également vu inauguration
de nombreux bustes de célébrités révolutionnaires du passé5 parmi lesquels le
premier monument jamais élevé en honneur de Marx et de Engels) dont 1918
224 Fr.-X COQUIN LIMAGE DE LENINE
marquait précisément le centenaire Comme on le voit effigie des grands
ancêtres de la révolution Octobre avait fait cette occasion une entrée solen
nelle dans imagerie révolutionnaire et imaginaire collectif Ainsi commen ait
se combler le vide creusé par élimination des idoles tsaristes les plus
repoussantes
Quant Lenine constamment sur la brèche depuis plus un an et présent
bon nombre de ces inaugurations ses traits commen aient déjà être popula
risés au sein de la population russe qui ne le connaissait guère jusque-là que de
nom Longtemps en effet les artistes étaient plus ou moins désintéressés de
sa personne et la seule pièce mémorable verser au dossier consistait en un
dessin satirique bien connu de 1903 croqué par Lepesinskij la suite du
congrès de Londres de la même année6 Représenté sous les traits un matou
inerte dont les souris mencheviques célébraient sans vergogne enterrement
Lénine-mistigri sortait soudain ses griffes et égratignait sa fa on les plus
hardis de ses adversaires. Si on excepte deux tableaux del913etl9167 sans
grand intérêt de notre point de vue il avait fallu attendre la révolution
Octobre pour voir Lenine capter peu peu attention des artistes et des
contemporains un des premiers intéresser était autre que le photo
graphe bien connu Moïse Nappelbaum qui avait tiré dès le début de année
1918 un portrait-photo du leader bolchevik frappant de vie et de vérité psycho
logique8 instar des meilleurs Nadar Dédaignant toute héroïsation bon
marché ce portrait qui révélait homme Lenine marqué par le surmenage les
épreuves et les interrogations rendait un son neuf et même émouvant mieux
que les photographies contemporaines par Otsup du dirigeant Lenine éner
gique et sûr de lui qui orneront par la suite la jaquette de ses uvres
complètes9 les études de Nappelbaum prenaient le contrepied du portrait
apparat officiel et guindé et paraissaient de nature donner du nouveau diri
geant soviétique une image plus familière aux antipodes des portraits hiéra
tiques des potentats du passé était là une voie qui méritait être explorée
De fait cette photo de Nappelbaum fig servira illustrer au même
moment de pair avec un portrait de Marx une affiche-réclame invitant les
citoyens soviétiques lire et abonner aux Izvestija10 et est encore une
photo du même Nappelbaum que recourra vers le même moment affichiste
S.A Pavlov pour confectionner une affiche en noir et blanc effigie de
Lenine la seule ou presque de toute la période révolutionnaire11 Loin inau
gurer on ne sait trop quel culte de Lenine ces premiers documents contri
buaient faire connaître sur un mode plus ou moins réaliste la figure du fon
dateur du nouveau régime soviétique était là une nécessité une époque et
dans un pays où les médias restaient encore dans enfance rien était plus
légitime que de permettre au simple citoyen de mettre un visage sur le nom du
plus illustre des bolcheviks dont la presse faisait jour après jour mention12
De information la propagande et la vénération la marge était toutefois
bien étroite et la répétition constante du nom de Lenine destinée galvaniser
les énergies révolutionnaires ne tardait pas hisser peu peu le leader de la
révolution bolchevique sur le pavois Dès le mois août 1918 et les débuts de la
guerre civile qui allait donner affiche révolutionnaire essor que on sait13
les premiers trains de propagande agitpoezdd avaient fait leur apparition
et le premier entre eux affecté du 13 août au 1er septembre la ligne Moscou-
225 DE URSS HISTOIRE
Kazan alors plaque tournante de la résistance aux volontaires de la Légion
tchèque portait précisément le nom de Lenine14 tendue par la suite aux trains
blindés cette invocation de Lenine dont le nom est donné dès automne 1918
aux premières maisons de la Culture va connaître une nouvelle extension avec
le premier anniversaire de la révolution Octobre dont la célébration avait
donné lieu nous avons vu des festivités exceptionnelles chappé comme
par miracle trois mois plus tôt attentat de Fanny Kaplan le dirigeant du
prolétariat mondial ne pouvait manquer être tout particulièrement hon
neur15
Déjà une plaque de marbre commemorative en honneur du grand diri
geant yozdr des ouvriers russes avait été apposée début novembre sur la
maison natale de Lenine Simbirsk16 Qui plus est anniversaire de la révolu
tion Octobre coïncidait avec offre de capitulation de Autriche-Hongrie
suivie de abdication de Guillaume II et de effondrement des Empires cen
traux dont Lenine est alors donné pour le principal responsable Rien éton
nant dans ces conditions voir le 10 novembre 1918 deux quotidiens sovié
tiques présenter sur deux colonnes en première page et sous le titre Le
camarade Lenine uvre un dessin humoristique du peintre Ceremnykh17
qui constituait sans doute la première image de Lenine
quelques détails près ce dessin incisif formait le prototype de affiche en
couleurs bien connue fig 3) parue deux ans plus tard novembre 1920) pour
le troisième anniversaire Octobre sous le titre Le camarade Lenine purge
la terre de la vermine 18 Mais alors que cette dernière affiche représente un
globe terrestre stylisé et muet où Lenine expulsait sans ménagement la
vermine capitaliste orthodoxe et monarchique le dessin de novembre 1918
mentionnait expressément les noms de Allemagne et de Autriche-Hongrie
sous les pas des deux souverains dont un Guillaume II enfuyait les bras en
air et la mine effarée tandis que le second empereur Charles-Fran ois était
déjà plus moitié arraché de son trône et que la croix flottant dans le dos
du pope en accentuait pour ainsi dire la chute Comme on le voit ce premier
dessin en style affiche était la fois mieux localisé et daté déjà responsable
de la victoire de la révolution en Russie Lenine se voyait présent attribuer le
mérite avoir renversé le régime impérial de Guillaume II et Autriche-Hon
grie En autres termes cette caricature sarcastique aboutissait pratiquement
déposséder les Alliés de leur victoire sur Allemagne et en faire en réalité
uvre de la propagande révolutionnaire de Lenine De là la silhouette du
leader bolchevik trônant en casquette et le balai la main sur le globe terrestre
oeuvre dans une tenue de demi-prolétaire tandis que sa barbichette et
ses yeux plus bridés que de coutume traduisaient une jubilation mal contenue
Arrêtons-nous quelques instants sur cette casquette appelée devenir un
des attributs inséparables de image de Lenine ce propos on notera que
Lenine avant 1917 allait le plus souvent nu-tête ou encore coiffé un cano
tier ou même un chapeau mou comme encore lors de son passage par Stock
holm le 31 mars 1917 trois jours avant son arrivée Petrograd19 et on ne
trouve guère avant cette date exemple de Lenine en casquette comme en fait
foi notamment le récent album photographique publié en 1985 intitulé
Lenine sa vie et son uvre Or avec un sens très sûr des symboles Lenine
avait peine de retour en Russie adopté cet emblème de ouvrier européen et
226 Fr.-X COQUIN LIMAGE DE LENINE
plus encore du prolétariat fran ais de 1848 ou de la Commune sa fa on
cette casquette laquelle il restera désormais fidèle incarnait la révolution
démocratique et populaire et figurait pour ainsi dire face aux souverains
déchus la nouvelle couronne prolétarienne tandis que son balai lui tenait en
quelque sorte lieu de glaive et comme de sceptre20
heure donc où la Russie apprêtait dénoncer les clauses léonines du
diktat de Brest-Litovsk le dessinateur Ceremnykh attribuait sa fa on le
mérite de la capitulation allemande au metteur en scène de la révolution prolé
tarienne et faisait ainsi des Alliés accusés de vouloir retourner contre la Russie
bolchevique les forces allemandes les obligés ingrats de Lenine Quoi
il en soit cette silhouette gouailleuse et subversive de Lenine qui survivait
encore deux ans plus tard là fin de la guerre civile apportait une solution ori
ginale et bien différente des photographies officielles ce problème auquel les
artistes soviétiques se trouvaient confrontés comment représenter dignement
et véridiquement le dirigeant bolchevik dont les différentes casquettes leur
compliquaient singulièrement la tâche
Cette figure incisive du chef de file du prolétariat mondial cédait la place
deux jours plus tard en première page de la Pravda une illustration plus offi
cielle et solennelle de Lenine ou mieux de un de ses divers personnages Sous
le titre le leader yozdr de la révolution prolétarienne mondiale inaugu
ration du monument de Marx et Engels 21 Lenine était figuré de profil
debout en chapka et en manteau col de fourrure au revers orné un ud
enrubanné et dans une pose pleine assurance la tête légèrement redressée et
le regard tendu en avant vers la gauche tandis une banderole demi mas
quée par son buste reproduisait la maxime alors honneur La révolution
est un tourbillon qui rejette en arrière tous ceux qui lui résistent Sans grande
originalité mais non sans vigueur ce dessin contribuait sa fa on enrichir
une iconographie naissante Seul debout surélevé au-dessus une foule invi
sible le Lenine qui faisait ici son entrée dans les colonnes de la Pravda était
cette fois le théoricien disciple et continuateur de Marx et de Engels dont il
prolongeait et couronnait uvre Même en absence de tout bras levé ce
dessin constituait ébauche du prophète du marxisme-léninisme qui pla ait la
Russie bolchevique sous invocation des grands ancêtres de la Révolution et
inaugurait ainsi une ère nouvelle
Photographies plus ou moins artistiques amorce de photo-montage sil
houette humoristique ou image réaliste mais demi symbolique du dirigeant
bolchevik bien des pistes offraient on le voit ceux qui entendaient
donner une image conforme aux multiples visages du numéro un bolchevik
Là était précisément la difficulté majeure défaut de pouvoir donner de
Lenine une image obraz synthétisant ensemble de ses différents personnages
nulle représentation ne était tout abord imposée aux artistes désireux de
donner une figuration adéquate de Vladimir Ilitch
Ainsi en allait-il encore en 1919 où le Soviet de Moscou commandait le
19 février un buste de Lenine par Alekseev qui constituait la première
sculpture officielle du leader communiste De facture réaliste ce buste de
Lenine au crâne bossue de Socrate et dont toute la vie se concentrait dans
son regard légendaire était aussitôt retenu par la Commission des monuments
du Soviet de Moscou et placé dans la salle honneur de la Maison des Syndi-
227 HISTOIRE DE URSS
cats22 ainsi en divers autres bâtiments officiels Réalisé en plâtre patiné en
simili-bronze partir des croquis faits par artiste dans le cabinet de travail de
Lenine ce buste de 98 cm de haut était commandé quelques jours plus tard par
le soviet de la ville voisine de Venev avec des attendus révélateurs
Considérant érection un buste du chef du prolétariat russe le camarade
Lenine non seulement souhaitable du point de vue de la décoration artis
tique du bâtiment du Soviet ou de la ville mais également indispensable pour
permettre aux masses populaires de contempler sozercanié celui qui les fait
entrer dans le royaume de la Liberté de la Fraternité et de Amour com
mander immédiatement Moscou auprès de la commission compétente un
buste du Président le camarade Lenine I. expédier par voie ferrée la sta
tion Venev23
Cet exemple ne devait pas tarder être imité sous impulsion du Soviet de
Moscou le buste de Lenine par Alekseev sera ainsi dressé en moins de sept mois
du août 1919 au 24 février 1920 dans 29 villes différentes parmi lesquelles
Smolensk Ufa ev et Alexandrov24 Que pensait le principal intéressé de
ces hommages trop bien intentionnés il est difficile de le dire Mais il était trop
sensible aux vertus de la communication et de la propagande25 pour négliger la
force mobilisatrice que son effigie ne pouvait manquer exercer sur des masses
sevrées de leurs idoles traditionnelles il en soit Lenine se trouvait
donc le premier dirigeant bolchevik ainsi statufié de son vivant occasion de
son 50e anniversaire
Sans doute Lenine se refusait-il par tempérament plus encore que par prin
cipe poser comme modèle mais il en avait pas moins admis le sculp
teur Alekseev travailler un des tout premiers au Kremlin dans son cabinet
de travail de même laissera-t-il Lunacarskij organiser un concours entre les
artistes désireux de fixer ses traits avant admettre en sa présence au cours de
année 1920 les heureux lauréats Altman Maljavin et plus encore
Andreev dont les croquis devaient ultérieurement lui servir réaliser son buste
de Lenine écrivant qui est donc pas contrairement ce que on admet trop
souvent le premier buste du président du sovnarkom
Ce portrait sculpté et réaliste du théoricien Lenine assis sa table de
travail son porte-plume la main ne saurait toutefois éclipser les représenta
tions plus facétieuses et moins compassées un Ceremnykh Le fondateur des
premières feuilles satiriques de Rosta avait en effet publié dans les premiers
mois de 1919 une des périodes les plus difficiles de la guerre civile deux
affiches de propagande sous forme de petits tableautins successifs où figu
raient un bolchevik et un brave homme qui étaient autres que Lenine
La première de ces deux affiches26 met en scène trois capitalistes qui juchés sur
un globe terrestre se disputent le monde par ouvriers-soldats interposés
fig Surgit alors sans crier gare un bolchevik qui les détrompe
aussitôt scène Tirant familièrement par la manche un soldat qui déjà jeté
son fusil terre le bolchevik invite alors le ramasser car ce fusil lui
servira scène puis il repart aussi vite il était arrivé se manifester
dans autres pays scène 6) tandis que le soldat retourne son arme contre ses
oppresseurs capitalistes Cette historiette en images tout entière appliquée
228 Fr.-X COQUIN LIMAGE DE LENINE
démythifier la guerre impérialiste pour mieux la transformer en guerre
civile ne mériterait guère être évoquée si elle ne mettait en scène précisé
ment le bolchevik Lenine sous une forme digne de retenir attention27
Prestement croqué en vareuse et en gilet trapu et de petite taille sans rien
de compassé ni de solennel le bolchevik Lenine semble un acteur parmi
autres sans aucun autre attribut que son inévitable casquette Mais son bras
tendu son autorité personnelle efficacité de son verbe le distinguent peu
peu de la foule des acteurs où il paraissait tout abord perdu En quelques
traits pétris humour et de familiarité bon enfant artiste campé là un
Lenine inhabituel remuant et persuasif de plain-pied avec ses auditeurs mais
les dominant de toute la force de sa parole qui déclenche elle seule la tempête
révolutionnaire En dépit de la petitesse des personnages ce mini-Lénine
décontracté et sans fa ons mi-chemin entre la charge bon enfant et la
caricature héroïque qui caractérise les vitrines de Rosta impose
attention et cette figure presque banale et facilement abordable qui prend
le contre-pied du dirigeant classique fait de notre bolchevik un leader
une autre espèce sans rien de figé ni de hiératique une sorte anti-héros
dédaigneux de tout apparat mais dont la parole transforme le monde Bref un
Lenine pris sur le vif et plus conforme original que bien des représentations
futures où sera bannie cette touche familière et désinvolte du bolchevik
agitator et improvisateur qui est pas encore saisi par sa légende
Telle était également la silhouette parfaitement conforme notons-le
tat et la Révolution qui revient dans une autre affiche contemporaine du
même Ceremnykh où on voit le brave homme Lenine encourager les
paysans pauvres organiser et tenir tête aux koulaks 28 Seul jusque-
là faire intervenir Lenine sur des affiches et auteur de ces premières sil
houettes incisives Ceremnykh ouvrait une voie originale égale distance du
portrait officiel un réalisme sans imagination ou de héroïsation bon
marché contre quoi cet auteur mettait pour ainsi dire en garde Mais cette voie
qui obligeait repenser et recomposer le modèle pour en donner une équi
valence graphique bien supérieure toute ressemblance purement extérieure
était pas celle de la facilité et du conformisme Faut-il étonner elle ait
guère été suivie
Les rigueurs de la guerre civile et les affiches anti-soviétiques des forces
blanches ne favorisaient guère il est vrai une approche nuancée du sujet Car
les forces contre-révolutionnaires ne se faisaient pas faute de en prendre aux
bolcheviks et les caricaturaient cruellement Pour autant on le sache les
affiches blanches vouaient enfer et aux gémonies les leaders bolcheviks
Lenine en tête sur qui elles appelaient la vengeance céleste et on pouvait voir
sur certaines entre elles un cosaque embrocher selon un schéma bien connu
les dirigeants de la Sovdépie 29 parmi lesquels gageons-le Lenine figurait en
bonne place ces attaques personnelles les artistes soviétiques préféraient
répondre en dénon ant les méfaits de ancien régime auxquels ils opposaient
antithétiquement selon une composition binaire les vertus du nouveau régime
soviétique sans chercher personnaliser le débat Fait significatif de toutes
les affiches et vitrines de Rosta répertoriées par Butnik-Siverskij on en
compte guère en effet une dizaine où intervienne le nom de Lenine et quatre
seulement où il figurait personnellement sous les traits que nous avons décrits
229 HISTOIRE DE URSS
Malgré la diffusion progressive des bustes Alekseev et bientôt Andreev
on était encore bien éloigné cette date un culte quelconque du Premier bol
chevik dont on se plaisait au contraire souligner la simplicité directement
opposée toutes ces epaulettes dorées qui peuplaient les affiches de armée des
Volontaires Et iconographie révolutionnaire préférait alors exalter le Travail
émancipé les grandes fêtes révolutionnaires et Internationale présentée
comme la renaissance une humanité enfin libérée Tous thèmes qui ne
commen aient peine incarner dans les traits du fondateur de la nou
velle République des travailleurs janov-Lénine comme il conti
nuait encore signer cette époque De fait le communiste Lenine ne per ait
encore incomplètement sous les traits du bolchevik janov
Un pas nouveau était franchi en 1920 où le IXe congrès du Parti venait de
décider pour la première fois la publication des uvres complètes de Lenine
destinées servir de directive rukovodstvà pour le Parti et ses responsa
bles30 Cette année du cinquantième anniversaire de Lenine avait vu la sortie
une affiche qui pourrait bien faire date en dépit de sa facture plus que
médiocre fig uvre un artiste anonyme mais proche comme le prouve
le souci décoratif du dessin du Monde de Art cette affiche intitulée Un
spectre hante Europe le spectre du communisme offrait en réalité un cer
tain nombre de caractéristiques nouvelles et significatives31 Agrippé au ruban
légende comme une tribune sur un fond usines et de cheminées surmontées
de glorieux panaches de fumée Lenine présente un mélange singulier de traits
réalistes et symboliques Seul avant-scène penché impétueusement vers
avant apôtre de la révolution communiste internationale paraît sortir du
cadre et dans une pose appelée devenir familière pointe la main et index
vers un paysage invisible sur lequel se lève le rideau écarlate de Histoire
Prenons la peine examiner cette figure de plus près le visage énergique et
même impérieux peine encore stylisé mais déjà inspiré la houppelande singu
lière où il se drape et surtout le bras tendu en avant tel un prophète moderne
prenant la tête de Humanité en marche vers un avenir radieux symbolisé
par un soleil levant et la conduisant vers un monde nouveau il est seul
encore apercevoir rien de tout cela obéit au hasard Nonobstant sa médio
crité artistique cette uvre en constituait pas moins une étape révélatrice
sans même parler de la symbolique habituelle des couleurs cette figure sur-
dimensionnée de Lenine seul nu-tête au-dessus et en avant une foule invi
sible médiateur un avenir perceptible lui seul annon ait sa fa on héroï-
sation future dont elle esquissait les premiers linéaments
Tout la fois vigie prophète et conducteur de peuples cette image mi-
réaliste mi-allégorique ne figurait plus seulement le bolchevik Lenine cher
Ceremnykh mais un leader hors série en cours de transformation le guide
du Parti communiste avant-garde lui-même de avant-garde ouvrière et
comme un nouveau Moïse qui un geste demi messianique inaugurait le
Royaume de la Liberté bref Lenine dont effigie rendait déjà inutile
toute autre mention de son nom
défaut de pouvoir représenter Lenine cheval ou en uniforme dans une
pose naturellement majestueuse les artistes avaient inventer des équivalents
plastiques même de se substituer aux symboles du passé et de frapper les ima
ginations Développant et amplifiant les premières esquisses de novembre 1918
230 Fr.-X COQUIN LIMAGE DE LENINE
artiste avait ainsi campé un Lenine qui dominant la scène de toute sa hauteur
et distan ant de plusieurs longueurs la foule de ses fidèles crevait la toile et fai
sait déjà irruption dans un futur encore naître mi-distance entre présent et
avenir et comme entre ciel et terre Lenine commen ait déjà entrer vivant
dans la légende et le mythe un leader omniscient et infaillible prendre
naissance
Naturellement cette vision un Lenine demi surnaturel et précurseur
une ère nouvelle dans histoire de Humanité ne pouvait imposer emblée
et supplanter aussitôt des figurations moins ambitieuses et il en fallait de
beaucoup que Lenine fît déjà objet une vénération assez peu conforme au
marxisme Un pas nouveau en venait pas moins être franchi qui ne pouvait
manquer en entraîner autres comme on le voit par une autre affiche réa
lisée deux ans plus tard pour le cinquième anniversaire de la révolution par
Sokolov et intitulée Que les classes dominantes tremblent devant la
révolution communiste fig 6)
une facture soignée et monumentale cette affiche32 qui mettait cette fois
en uvre le rapporteur au IVe congrès du Komintern nous donnait son tour
une nouvelle variante du chef de la révolution Debout solidement planté
sur le sommet du globe terrestre derrière lequel se lève un soleil de parade un
Lenine monumental en casquette et cravate pois étend le bras horizontale
en direction de avenir qui se révèle lui du haut de sa position dominante En
dépit de la similitude apparente du bras tendu vers avant cette figure ne sau
rait toutefois se confondre avec celle de 1920 comme suffirait attester la cas
quette qui surmonte son visage traité en pointillé Tout comme chez Cerem-
nykh cette casquette signale ici le Lenine bolchevik celui de exil et des luttes
clandestines le combattant de la révolution Octobre et le leader internatio
naliste toujours sur la brèche Bref un Lenine théâtral et triomphant qui lance
un nouveau défi aux classes dirigeantes pour combien de temps désormais
de Europe non soviétique et dont la silhouette massive et familière ne cédait
que lentement la place au prophète extralucide de avenir
Comme on le voit la stylisation et héroïsation du void soviétique ne
progressaient irrégulièrement et la silhouette de Sokolov pouvait même
paraître en retrait sur celle de 1920 Malgré sa taille surhumaine le rapporteur
au IVe congrès restait le camarade Lenine le vieux bolchevik prési
dent du sovnarkom qui entrait contre-c ur dans sa légende héroïque
la différence du tableau de 1920 animé un dynamisme évident cette nou
velle incarnation de Lenine les pieds solidement enracinés dans le sol et le poing
fermé au bout un bras inerte manquait même indéniablement de souffle et de
lyrisme malgré envolée du pan de sa veste
Plus frappant encore il se pouvait était le réalisme de ce portrait en
pied dont le visage énergique et la pose conquérante contrastaient avec la styli
sation décorative de arrière-plan une époque où art russe foisonnait sous
influence des Kandinskij Malevic et autres Kustodiev des expérimen
tations les plus diverses et les plus novatrices rien de tout cela ne transparaissait
dans cette affiche en honneur du stratège de la révolution Octobre qui la
guerre civile surmontée orientait maintenant le continent européen vers de
nouveaux horizons Ignorant effervescence créatrice de la peinture russe
contemporaine cette composition de facture décorative et pré-révolutionnaire
231

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.