L'intelligence des anormaux du caractère - article ; n°1 ; vol.34, pg 200-216

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1933 - Volume 34 - Numéro 1 - Pages 200-216
17 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : dimanche 1 janvier 1933
Lecture(s) : 32
Nombre de pages : 18
Voir plus Voir moins

R. Dellaert
VIII. L'intelligence des anormaux du caractère
In: L'année psychologique. 1933 vol. 34, n°1. pp. 200-216.
Citer ce document / Cite this document :
Dellaert R. VIII. L'intelligence des anormaux du caractère. In: L'année psychologique. 1933 vol. 34, n°1. pp. 200-216.
doi : 10.3406/psy.1933.29870
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1933_num_34_1_29870Travail du laboratoire de Psychologie pédagogique
de l'Université de Louvain
Directeur : Pr A. Fauville
VIII
L'INTELLIGENCE DES ANORMAUX DU CARACTÈRE
par le Dr R. Dellaert
Notre but était l'étude de l'intelligence des anormaux dût
caractère. Nous désirions savoir si cette intelligence présentait
des caractères distinctifs et nous espérions en perfectionner la
méthode d'examen.
Nous avons examiné 53 pensionnaires de l'Institut Médico-
Pédagogique Saint- Jozef des Frères de la Charité à Zwij-
naarde-lez-Gand. Ce sont des garçons d'âge chronologique
de 8,5 à 20 ans, avec un âge médian de 14,5 ans, arriéréa
pédagogiques ou débiles mentaux présentant tous des alté
rations plus ou moins marquées du caractère : 26 sont classés-
comme débiles moraux, 25 sont des instables, il y a 8 épilep-
tiques avérés, 1 myxœdémateux, 5 hémiplégiques, 6 estro
piés et 4 présentent des déviations de la colonne vertébrale.
Le tableau suivant fera mieux connaître ces sujets.
II II II II 1
morale chronologique Instabilité Epilepsie Stigmates organiques 1 Age Débilité autres Remarques sur le caractère ri 8 que l'épilepsie
— — 1 12 + Impulsif, perversions instincti
ves, brutal, mythomaniaque,
dangereux pour les autres en
fants.
— — Incontinence d'u2 11,5 Désobéissant, vagabond, ba+
rine intermittent tailleur, espiègle, inconscient
e. du danger.
— — 12 3 + Emotif, touche-à-tout, suscept
ible, vagabond. pleurnichard, bavard,
4 14,5 Doux, serviable, joue bien, + +
aime les jeux de mains, pré
cieux, prudent, attentif. R. DELLAERT. L'INTELLIGENCE DES ANORMAUX 201
Stigmates organique
autres Remarques sur le caractère
que l'épilepsie
14,5 Débilité motrice. Manque de discernement et de
Crises nerveuse; volonté, conduite exemplaire,
de nature incon généreux, bavard, entouré
nue. d'admirateurs, assez brutal,
Babinski -f. sans notion du danger, ne
prend part à aucun jeu or
ganisé.
11,5 Hémiplégie. Calme et appliqué en classe,
sournois et dissimulé, à sur
veiller dans ses rapports avec
les autres, lent dans son tra
vail.
12 Indiscipliné, tendance aux fu
gues, taquin et difficile, gail
lard, petit blagueur.
(Aurait eu 2 crise: Bienveillant, ponctuel, raiso10,5
nnement d'adulte avec dictons épileptiques.)
communs.
Infantilisme géni- 13 to-urinaire.
Orgueilleux, content de soi- Crises de spasme 14,5
du larynx sans même, irréfléchi.
raptus.
Stigmates S. Visage fermé, expressions brè14 ves et brutales, regard méf
iant, fait mal avec intention
et ironie.
12 Doux, reconnaissant, charitab12
le, risée des autres, quelques
impulsions colériques, pa
resse, négligence pour ses ef
fets, fugues et vagabondage,
antérieurement tendance à
voler.
13 11,5 Grande débilité
organique.
14 Déséquilibre mental et moral. 8,5
TÊT Asymétrie cra- 13,5 Tendance au vagabondage, sus
ceptible, sensitif, aide plus les nio-faciale ; très
autres qu'il ne fait d'effort nerveux ; Ba
pour lui-même, inattentif. binski -f- ; débil
ité motrice.
A domicile eut 16 9,5 Doux et émotionnable, loquace,
irréfléchi. des crises de co
lère avec casse
d'objets et i
nconscience con-
sécutive,très ner
veux, strabisme. 202 MEMOIRES ORIGINAUX
1
morale chronologique d'ordre Instabilité Epilepsie Stigmates organiques Age Débilité autres Remarques sur le caractère
N°» que l'épilepsie
17 10 Crises de colère quand on le + +
contrarie, grossier, vagabond,
insulteur, violent, jaloux, mé
chant.

| Fausse cryptor- 18 15 Travaille sans enthousiasme +
ni discernement. chidie double.
— ■ 19 14 + + Débilité motrice. Pervers, maltraite les an
imaux, méchant pour les au
tres.
11 20 + + Irritable, très malpropre, fu+
gues à grande distance, ser-
viable mais insupportable, ta
quine beaucoup ses camar
ades.
13,5 Déviation de co21 + + Air important, dignité, grand
lonne vertébrale. parleur.
22 13,5 + + Méchant, indocile, bizarre,
prend plaisir à tourmenter les
bêtes, tendance à détruire vo
lontairement ses vêtements et
objets de literie, bavard, exu
bérant en jouant.
9 12 23 + Étourdi, tendance aux fugues,
accès de fureur, dangereux,
très suggestible, fortement
soumis aux tendances per
verses d'autres.
Hydrocéphalie. Recherche la société, appliqué, 24 14,5
Bégaiement. attentif, persévérant, parfois
taquin et obstiné, aime à ren
dre service.
— — 14,5 25 +
Parole dysarthri- Grand garçon stupide, d'une al26 16
que. lure grotesque faisant rire,
Réflexes faibles. bradyphrénie.
Babinski +. ■
— + + Stigmates S. 27 16 Entêté, vagabond, mendiant,
Cryptorehidie. s'efforce à exciter la pitié sur
Asthme. son état maladif.
Myxoedème fruste
Hémiplégie -post - Recherche la société, est ba28 14 + +
polyomyel. vard, taquin, querelleur, ba
tailleur vif, se formalise pour
un rien, cause souvent le dé
sordre. ;
'
:
:
DELLAERT. L INTELLIGENCE DES ANORMAUX 203 R.
II II II
morale chronologique d'ordre Instabilité Epilepsie Stigmates organiques Age Remarques sur le caractère Débilité autres
N°» que l'épilepsk
— — 15 Heredo — S. 29 + Indiscipliné, vindicatif, têtu,
Babinski +. brutal, insupportable, vaga
bond, parfois très serviable.
11,5 30 Petit doucereux, flatteur.
31 11 + Bienveillant, pointilleux.
— Hemiplégie-post- 10,5 32 Troubles du caractère.
polyomyel.
.— 16,5 33 Émotionnable, intuitif, anxieux Cyphotique.
de mal faire, hésitant mais i
rréfléchi.
Estropié. 34 17 + Récalcitrant, colérique, mauv
aise tête.
35 Sujet calme, type allongé, bo- 17
nace, suggestible.
— — 16,5 Plusieurs accès de Très nerveux, méchant, déso36 +
convulsions de béissant, vagabond, aime so
puis jeune âge. ciété, accès de colère violents.
— — 18 Imaginatif, indécis, parfois co37
lérique.
17,5 Vagabond, emporté, ignorance 38 + + +
du danger.
— 17,5 — 39 Nain myxoedème.
— — — 20 40 Grand naïf, bon garçon,, aime
la société et s'y complaît.
— — 15,5 41 Garçon déprimé et engourdi, +
recherche la société.
18 42 Étourdi, s'amuse à faire des
farces, communicatif et rieur. — -
— 16,5 Paralysie infant43 Faible, chagrin, aime la so+
ile. ciété.
44 19 Rire et mouveAgressif vis-à-vis des compag
ments désordonn nons, recherche l'isolement,
és. parle peu et mal, parfois exci
tabilité anormale.
— — — 17,5 45 Apathique, s'adapte en société,
politesse excessive.
— 16 46 + +
— {47 18 — Infantilisme. Apathique, joue peu, irritable
et difficile. ■
MEMOIRES ORIGINAUX 204
II II II
morale chronologique d'ordre Instabilité Epilepsie Stigmates organiques Age
Débilité autres Remarques sur le caractère
N°" que l'épilepsie
M. Pott, parole dy- Sujet à surveiller au point de 48 18 +
sarthrique, mauv vue discours et manières d'a
aise audition. gir, trouble souvent l'ordre,
dissimulé, sournois, accusat
eur. ■
Apathie, certain degré de néga49 18,5 + ±
tivisme et kleptomanie, porté
" au mensonge, aime courir les
rues et passe les nuits dehors,
recherche société.
Se laisse aller à la volonté des 50 17,5 +
autres, mou, naïf, serviable.
— — 51 16 Accès de colère, coups, ten+
dance à l'exagération, superf
iciel et satisfait de lui-même.
52 Traits de caractère analogues 19
à ceux du précédent.
— — 53 18 Mauvais penchants, mythoman
ie, défaut de rectitude, klep
tomanie, fugues, faux juge
ments et raisonnements.
Nous avons soumis ces sujets à divers tests d'intelligence :
l'échelle Pintner et Paterson — l'échelle Binet — un test
d'images à compléter de Healy (Pictorial completion test II) —
les labyrinthes de Porteus — deux tests d'images de l'échelle
Vermeylen.
l'échelle pintner et paterson
Cette échelle- de tests de performance ou sans langage se
compose de 15 testsi Nous avons utilisé l'échelle réduite qui ne
contient que 10 tests. Nous nous sommes tenus aussi strict
ement que possible aux instructions des auteurs1. Voici quel
ques détails concernant notre technique.
Nos examens ont eu lieu pendant les mois d'hiver, l'après-
1. Rudolf Pintner et Donald G. Paterson, A scale of performance
tests. New- York et Londres, Appleton, 1921, chap. II, p. 25-69. DELLAERT. — L'INTELLIGENCE DES ANORMAUX 205 R.
midi de 13 h. 1 /2 à 16 heures, dans la salle de consultation du
médecin de l'Institut. Nous étions en blouse blanche, tenue
habituelle du médecin et bien connue des enfants : nous avons
remarqué que tous se trouvaient bien à l'aise.
Les tests étaient présentés successivement et tout préparés
sur une petite table en pleine lumière, l'examinateur étant
placé vis-à-vis de l'enfant. Nous avons employé le matériel
fabriqué par C. H. Stoelting de Chicago.
A part les paroles de circonstance, appropriées à l'enfant
qui se présentait, nos instructions furent toujours identiques.
Nous croyons utile de les donner ici, puisque nous avons dû
les adapter de l'anglais.
1. Mare & foal test : « Kijk eens hier : met deze stukjes moet
■ge die teekening daar vol zetten en schoon maken ; zoo rap
aïs ge kunt hoor, en zonder fouten. »
2. Seguin form board : Pour exécuter ce test, nous faisons
lever l'enfant en nous levant nous-mêmes, en disant : « Nu
gaan wij eens kijken hoe rap ge kunt zijn, kom », et le menons
à la table d'examen médical, sur laquelle on trouvait assez de
place pour disposer le form board à l'avance (voir le schéma
•ci-contre1). Pour exécuter les 3 répétitions du test, il reçoit
les instructions :
1° « Toont nu eens hoe rap gij die blokjes daarin op hun
plaats kunt leggen » ;
2° « Kunt gij dat niet rapper ? Kom doe het eens rapper » ;
3° « Nog eens ? Nu heel rap, zoo rap als ge kunt ».
3. Five figure board : A la place du form board allongé
(cf. photo p. 36 dans A scale of Performance tests), nous avons
•employé le modèle carré. La présentation des pièces détachées
fut de ce fait également plus tassée, en gardant les proportions
prescrites.
« Nu gaat gij die stukjes daar in de openingen bijeen
brengen dat het allemaal schoon toeligt ; zoo rap als gij
kunt hoor. »
4. Two figure board : « Nog zoo iets ? — hier zie, daar
weer bijeenbrengen zoo rap als ge kunt. »
5. Casuist board : « Nu eens iets met rondeke's — die
stukjes daar bijeenbrengen zoo rap als ge kunt. »
6. Manikin test : « Maak daar nu eens iets van. »
]. A remarquer que les auteurs laissent une certaine latitude dans le
mode de présentation. 206 MÉMOIRES ORIGINAUX
7. Feature Profile test : « En maak met deze stukjes, daar
eens iets mêe, zoo rap als ge kunt hoor J »
8. Ship test : « Nu gaat gij met deze blokjes in dat bakje
eens iets schoons maken hé ? hollé ! en rap hoor. »
9. Picture completion test1 : « Nu heb ik hier iets schoon
hoor. Zie dat is een heel schilderij waar van ailes op gebeurt.
Maar gij ziet dat er overal stukjes uit zijn ? Ziet gij het ?
Welnu die stukjes liggen daarin. Maar daar liggen er veeï
te veel, die kunnen hier allemaal niet in. Gij moet er die
stukjes uitkiezen die 't best zijn om de schilderij heelemaal
schoon te maken. Zal 't gaan ? Willen we eerst een stukje-
samen doen ? — ■ Kijk eens hier (on montre la scène du camion)
wat gebeurt er daar ? (dès que l'enfant fait allusion à la roue
manquante on répond) : Natuurlijk is er een wiel van dien
wagen ; en waar is het wiel ? (l'enfant trouve la roue) eh !
wel, en waar moet dat wiel liggen ? (l'enfant place la roue à
l'endroit voulu) — Goed — ■ ziet ge, het wiel is van dien wagen
losgegaan, en daar gevallen ! — Nu gaat ge voor die andere-
ook zoo doen hé ? — dat heel de teekening schoon wordt.
Begin nu maar, en een beetje rap zijn. »
10. Cube test : « Nu moet ge eens goéd kijken. Met dit
blokje ga ik bewegingen maken op de andere blokjes, en
achter mij zult gij juist hetzelfde doen als ik gedaan heb.
Goed kijken. » Avant chaque nouveau mouvement nous
fixons l'attention par « Goed kijken » — Après exécution du
modèle, nous excitons par « Nu gij ».
Comme on le constate, nous ne nous sommes pas tenus à
une traduction servile des instructions américaines. Nous,
avions essayé de le faire au début, au cours d'essais prél
iminaires sur d'autres sujets ; nous avons souvent échoué à
nous faire comprendre : les enfants restaient indécis. Nos-
traductions sont de petites causeries au niveau de la mentalité
des sujets, sans cependant être très différentes des textes-
originaux.
Nos sujets ont tous manifesté un vif intérêt pour l'échelle-
P. P. : intérêt soutenu, même croissant, jusqu'à la fin.
Pour les form-boards 3, 4 et 5, il y a des sujets qui, au lieu
1. Pour notre propre facilité, et afin d'avoir des situations toujours
identiques, les pièces furent présentées dans le couvercle de la boîte (comme-
dans le test Healy II), et y possédaient une place fixe. Nous ne décrirons-
pas en détail cette disposition, vu que les auteurs eux-mêmes n'y attachent
aucune importance : ils dispersent les pièces pêle-mêle devant le sujet. DELLAERT. L'INTELLIGENCE DES ANORMAUX 207 R.
de placer les pièces immédiatement dans les espaces prévusr
essayent de composer les formes en dehors de ceux-ci, et
souvent en tenant les blocs en main ; ils ne placent dans les
encastra tions que des figures toutes faites. Les auteurs ne
signalent pas ce cas : ils ne considèrent comme faute que toute
mise dans une ouverture erronée, et toute fausse position
dans une ouverture correcte (voir p. 35 du livre de Pintner et
Paterson). — • Quand le sujet faisait des accollements absurdes
de pièces en dehors des encastra tions, nous les avons marqués
comme fautes.
Parfois on observe, pour les form-boards, des sujets qui
s'acharnent sur un placement erroné, et poussent éperdument
sur la pièce pour la faire pénétrer dans une ouverture trop
étroite ou d'une forme entièrement différente. Quand ils ne
faisaient pas d'essais répétés (tourner et retourner la pièce),
nous n'avons marqué qu'une faute, quelle que fût la durée de
cet acharnement.
Dans le Manikin test, quand l'enfant tournait la face
dessinée à l'envers, nous n'avons décompté aucun point,
pourvu que les membres fussent ajustés dans les jointures
appropriées. Les auteurs ne prévoient pas non plus ce cas.
Dans le Cube test nous sommes restés maintes fois per
plexes, quand l'enfant renversait entièrement l'ordre des
frappes à imiter (comme vu dans un miroir) : par exemple au
lieu de frapper 1234, donnait 4321. Cette façon d'agir fut
considérée comme fautive. — Le sujet 21 est un exemple
typique de ces cas : il a persisté durant toute l'épreuve,
bien qu'on lui ait ordonné, en cours de route, de commencer
au même endroit que l'examinateur.
Un autre fait qui nous a paru extraordinaire dans ce Cube
test, c'est que plusieurs sujets (16 sur 53, soit 30 %), ont
échoué de la même manière au mouvement C : au lieu de
reproduire 1432, ils faisaient 1423, ce qui est le mouvement D
suivant. La série de mouvements 1423 est bien plus facile que
1432, et devrait donc logiquement précéder cette suivante.
11 est naturel que les enfants, ayant exécuté la série 1324 (B)
fassent après plus facilement 1423, que 1432.
l'échelle binet-simon
Fut employée : l'a traduction flamande utilisée depuis
longtemps par les Frères de la Charité de Gand. Les examens .
208 MEMOIRES ORIGINAUX
•ont été faits par le R. F. Ebergiste, directeur de l'établissement.
Le procédé de calcul de l'âge mental est un peu différent
■du procédé habituel. Aux 3 premiers tests d'un âge on accorde
une valeur de 2 mois, aux 4e et 5e une valeur de 3 mois.
Aux tests de 12 ans, on attribue une valeur de 5 mois et à
■ceux de 15 ans une valeur de 7 mois. Quand un enfant manque
un ou plusieurs tests d'un âge, on les remplace par des tests
•d'âges supérieurs qui ont été réussis et auxquels on attribue la
valeur qui correspond, non à leur place dans l'échelle, mais à
M valeur des tests manques qu'ils remplacent.
Pour 25 sujets nous avons les résultats de 2 examens ; le
second a été fait en 1932, le premier 2 ans, 3 ans, 4 ans, 5 ans
ou 6 ans auparavant.
Voici les résultats de ces 2 examens.
2e examen. — 1er examen Différence
Intervalle entre JNJOS 1932 Arrié A. M. QGS 1« entre et 2« Age en 1932 Age Age sujets Date examens et A. M. mental ration mental ration logique au 1er examen
1,5 5 1 1927 6 12 10 2 4
2 1929 7 2 11,5 9 2,5 3 2
3 1929 7,5 1,5 12 9,5 2,5 3 2
4 7 5 14,5 8,5 6 3 1,5
— . 5,5 2 5 1930 9 3 9 10 0 11 0,5 2 1 6 11,5
7 1929 7 2 12 8 4 3 1
10 11,5 0,5 14,5 9,5 3 3 2
12 1930 8,5 1,5 12 11 1 2 2,5
15 1929 7,5 3 13,5 11 2,5 3 3,5
10,5 Arrié16 1929 6 1 9,5 9 0,5 3 3
1930 6,5 1,5 10 7,5 2,5 2 1 17
18 5,5 2 9 6,5 2,5 2 3
19 1929 10 1 14 11,5 2,5 3 1,5
20 6,5 1,5 11 7,5 3,5 3 1
23 5 1 12 10,5 1,5 6 5,5 1926
11 3,5 25 7,5 1,5 14,5 6 3,5
29 1929 7 5 15 8,5 6.5 3 1,5
— - 32 1929 7,5 10,5 10 0,5 3 2,5
34 10,5 4 17 12 5 3 1,5
35 1930 9,5 5,5 17 9,5 7,5 2
37 1929 4,5 18 10 8 3 10
46 1928 10,5 2 16 11,5 4,5 4 1
47 11 4 18 11 7 3 1929
48 4 18 11,5 6,5 3 1
Comparaison, résultats antérieurs et actuels de B. S. (25 sujets)
On observe une grande constance des âges mentaux. Une
•exception : le sujet 10 qui en 3 ans perd 2 années d'âge mental.
Jl s'agit d'un taré, atteint d'une grave épilepsie. Déjà

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.