L'orientation, la formation et la sélection professionnelle - compte-rendu ; n°1 ; vol.64, pg 263-267

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1964 - Volume 64 - Numéro 1 - Pages 263-267
5 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 1964
Lecture(s) : 24
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

L'orientation, la formation et la sélection professionnelle
In: L'année psychologique. 1964 vol. 64, n°1. pp. 263-267.
Citer ce document / Cite this document :
L'orientation, la formation et la sélection professionnelle. In: L'année psychologique. 1964 vol. 64, n°1. pp. 263-267.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1964_num_64_1_27220XVI. — La psychologie du travail
Généralités.
Crawford (A.). — The Overtaking driver (Le comportement de
dépassement sur la route). — Ergonomics, 1963, 2, 153-170.
Cette recherche a pour but l'analyse du comportement de dépasse
ment. Elle comprend une étude expérimentale sur une route d'essai
avec des véhicules permettant à l'expérimentateur de réaliser les situa
tions désirées. Elle est complétée par une étude sur une route normale.
Différentes variables susceptibles de caractériser la situation de dépas
sement sont définies et évaluées dans les diverses situations. Les résultats
obtenus, dans les deux conditions expérimentales sur le terrain, s'avèrent
très semblables. Ils sont essentiellements les suivants :
a) La longueur de route nécessaire pour accomplir un dépassement est
considérable et a pu être établie ;
b) Le temps de décision du conducteur est plus grand quand le dépas
sement est délicat ce qui rend celui-ci encore plus dangereux. D'où la
conclusion que le dépassement ne devrait être exécuté que lorsqu'il
ne soulève aucun doute ;
c) Lorsque la vitesse du véhicule à dépasser est élevée, l'intervalle
nécessaire est estimé avec une exactitude moindre ; en outre la
performance du véhicule est relativement plus faible à cette vitesse
élevée et l'expérience du conducteur moins grande étant donné la
moindre fréquence de ces situations.
J. L.
L'orientation, la formation et la sélection professionnelle.
Cambon (J.), Léon (A.). — Stéréotypes et conscience objective du
métier chez des préadolescents. — B.I.N.O.P., 1963, 19, 147-163.
Les auteurs définissent ainsi le but de leur enquête : « D'une part,
analyser les significations attribuées par des élèves des classes de fin
d'études primaires à quelques aspects physiques, économiques, sociaux
et psychologiques de la réalité professionnelle, d'autre part, rendre
compte des résultats d'une action éducative visant à faire acquérir une
représentation plus objective de cette réalité. »
L'enquête a été faite au moyen d'un questionnaire appliqué, au début
de l'année scolaire, à 127 garçons des classes de fin d'études primaires
du 5e arrondissement de Paris, dont 41 se trouvaient en première année
(âge moyen : 12 ans 3 mois) et 86 en deuxième année (âge moyen :
13 ans 8 mois). Le groupe a été fractionné en groupe expérimental
(87 élèves) et groupe témoin (40 élèves). En outre, 38 élèves de 2e année
ont subi un entretien.
Les élèves du groupe expérimental ont bénéficié d'un programme 264 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
d'information comprenant 8 causeries sur les principales familles de
métiers, l'apprentissage et la vie professionnelle, des visites d'écoles
techniques et d'entreprises et divers exercices faisant appel aux méthodes
actives. Le même questionnaire a été appliqué aux élèves des deux
groupes à la fin de l'année et les 38 élèves déjà interviewés ont subi un
nouvel entretien.
Le dépouillement et la comparaison des réponses au questionnaire
ont conduit aux résultats suivants :
II semble que les enfants soient surtout sensibles à l'influence des
parents lorsque ceux-ci adoptent une attitude négative ou formulent
des objections.
La hiérarchie des métiers, et particulièrement l'opposition entre
métiers manuels et intellectuels, semblent liées à certaines déterminat
ions familiales dominées par des stéréotypes.
Les auteurs ont précisément cherché, par leur action éducative,
à neutraliser l'influence du stéréotype de l'opposition entre métiers
manuels et intellectuels. Ils constatent, à l'issue de l'expérience et
d'après les résultats de recherches antérieures, que les effets d'un
programme d'information comme celui qu'ils ont pratiqué semblent
plus nets quand il s'agit de choix professionnels ou de préférences
qu'en ce qui concerne les aspects subjectifs de la vie professionnelle.
Cependant, ajoutent-ils, un tel programme « a pour résultat d'ébranler
les stéréotypes, d'engendrer une incertitude plus ou moins profonde et
durable et de préparer ainsi les conditions d'une prise de conscience
réfléchie ».
Ils estiment qu'en invitant les préadolescents à réfléchir sur leurs
goûts ou leurs capacités et à penser à leur avenir, on doit pouvoir les
amener à une conception plus réaliste des rapports entre les aspects
objectifs et subjectifs du monde du travail.
S. L.
Cavanagh (P.), Drake (R. L), Taylor (K. F.). — Youth employ
ment service interviews. Part 3 : Interview performance and indi
vidual differences (Les entretiens du service d'emploi de la jeunesse ;
3e partie : Réussite de l'entretien et différences individuelles). —
Occup. Psychol, 1963, 37, 122-129.
Les auteurs avaient déjà publié dans Occupational Psychology
(vol. 36, p. 132-139 et p. 232-242), deux articles sur les entretiens du
service d'emploi de la jeunesse. Le premier décrivait le cadre général
de la recherche et discutait de la mise en œuvre d'un critère satisfai
sant ; le deuxième traitait des principales différences entre des entre
tiens de différents modèles. Le troisième et dernier article concerne
l'information recueillie à la fois sur les interviewers et les interviewés
et la relation entre les différences individuelles et la réussite de l'entre
tien. Les auteurs tirent les conclusions de l'ensemble et discutent les
résultats obtenus. Ces études suggèrent que : PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL 265 LA
1° Pour faire un bon entretien, l'intérêt pour les personnes est moins
important que l'intérêt pour le travail d'un type principalement
bureaucratique ;
2° Les sujets « brillants » n'ont pas d'entretiens utiles avec les personnes
du bureau de l'emploi qui sont peut-être moins brillants qu'ils ne le
sont eux-mêmes.
La seconde conclusion est naturellement moins surprenante que la
première qui ne va pas dans le sens des notions habituellement acceptées.
Elle rappelle les questions soulevées par Rodger (1955-1961-1962) à
propos du groupement des tâches de l'emploi de la jeunesse avec le
travail du bureau d'autres catégories, dans un but de structuration des
carrières.
Cet essai de conclusion semble tendre à faire considérer de telles
tâches non comme une spécialisation plus ou moins permanente, mais
comme faisant partie d'un ensemble de métiers ouverts aux bureauc
rates changeant d'orientation. Cependant il se peut que ce soit simple
ment par les circonstances des entretiens qu'un esprit ordonné soit plus
important que l'intérêt pour les personnes. Cette conclusion peut sembler
sujette à caution. Les résultats sont fondés sur un échantillon de per
sonnes du service de l'emploi qui au moment de l'étude étaient rel
ativement non expérimentées et qui opéraient sous la pression d'une
surveillance dans une situation contraignante. La correspondance des
comportements en apprentissage et dans le travail n'est pas établie.
En outre l'échantillon utilisé est insuffisant pour permettre une géné
ralisation des résultats.
Il reste que l'examen systématique de l'interview de « guidance
vocationnelle » est réalisable et peut-être utile.
A. F.
Jansen (M. J.), Stolurow (L. M.). — An Experimental study of
role playing (Étude expérimentale du jeu des rôles). — Psychol,
Monogr., 1962, 76, n° 550, 32 p.
Cette étude examine l'efficacité de la technique de « jeu des rôles »
en tant que méthode de formation professionnelle d'auxiliaires psychiat
riques, dans une maison pour débiles mentaux. Les auxiliaires ainsi
formées sont partagées en quatre groupes, soumis à des conditions
différentes :
1. Improvisation, le rôle à jouer étant toujours celui d'une auxil
iaire engagée dans différents types de contacts sociaux (avec un patient,
la mère d'un patient, un supérieur hiérarchique, etc.) ;
2. Imitation du rôle joué par une collègue, le rôle étant toujours
comme précédemment celui d'une auxiliaire ;
3. Improvisation, le rôle variant (tantôt auxiliaire, tantôt patient,
parent, etc.) ;
4. Imitation, le rôle variant. 266 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
Deux facteurs sont donc contrôlés, improvisation-imitation, et
unicité-multiplicité des rôles. Les auxiliaires étudiées restent affectées
au même groupe pendant toute la série des séances de formation. En
outre, un contrôle d'auxiliaires exerçant dans la même institution
n'est soumis à aucune formation par le jeu des rôles. Pour contrôler
l'efficacité de cette procédure, qui vise à assouplir les attitudes et
conduites sociales au sein de l'institution, on soumet les sujets, avant,
puis après la formation, à trois épreuves. Ce sont :
— une échelle de différences sémantiques, type Osgood, demandant la
notation sur divers couples d'adjectifs de 30 situations profes
sionnelles constituant un problème de relations sociales ;
— ■ une seconde échelle de principe analogue, demandant la notation
de 12 « concepts professionnels », tels que : mes malades, les autres
auxiliaires, les récompenses, etc. ;
— un questionnaire visant à faire expliciter les opinions sur le « compor
tement de l'auxiliaire idéale ».
L'efficacité de la procédure de formation professionnelle est évaluée
en calculant les différences test-retest sur ces trois instruments, L'exa
men des résultats montre que l'imitation d'un rôle constitue une procé
dure plus efficace que son improvisation ; d'autre part, la centration sur
le rôle de l'auxiliaire est plus efficace que l'adoption de plusieurs rôles
successivement. L'efficacité va donc décroissant pour les quatre groupes
dans l'ordre : imitation d'un seul rôle ; imitation de plusieurs rôles ;
improvisation d'un seul rôle ; improvisation de plusieurs rôles. Les
sujets préfèrent cependant les techniques d'improvisation, moins
contraignantes.
L'étude est intéressante ; mais on aimerait plus de détail sur le
contenu concret, la structure, les méthodes, la durée des séances de jeu
des rôle, dont la nature reste très floue. Par ailleurs, les efforts des
auteurs pour rattacher leurs résultats à une grande théorie (théories
l'imitation-iden-"
de la communication, de l'anxiété selon Mowrer, de
tification selon Miller et Dollard, du transfert d'apprentissage, du
champ, de la difficulté de la tâche) sont peu convaincants.
R. P.
Ron an (W. W.). — A Factor analysis of eleven job performance
measures (Analyse factorielle de onze mesures de
professionnelle). — Pers. Psychol., 1963, 16, 255-267.
Étude comparative de critères pour la sélection et l'évaluation dans
les métiers qualifiés. Onze variables — notes d'atelier, notes d'école,
capacité en mathématiques, indice d'absence, indice de blessure, temps
perdu pour cause d'accident, plaintes, mesures disciplinaires, promotions,
notes des supérieurs, incidents pathologiques de la personnalité — ont
été obtenues pour 199 sujets pendant 10 ans. L'analyse factorielle de
ces données a permis de dégager quatre facteurs intitulés : « sécurité »,
« succès scolaire », « évaluation par les cadres », « adaptation au travail ». LA PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL 267
II existe donc bien, à ce niveau professionnel, des dimensions du compor
tement au travail qui sont indépendantes et posent, chacune, des
problèmes de sélection et de prédiction.
C.-L. L.
Psychologie industrielle.
Fleishman (E. A). — Some observations of industrial psychology
in the U.S.S.R. (Quelques sur la psychologie industrielle
en U.R.S.S.). — Pers. Psychol., 1963, 16, 115-125.
Compte rendu d'une visite de l'auteur en Russie et de ses impressions
concernant la psychologie industrielle. Les universitaires ne semblent
pas s'intéresser aux problèmes de motivation, changement d'attitude,
commandement, dynamique de groupe : dans ces domaines, les prin
cipes sont considérés comme « donnés », extérieurs au domaine scienti
fique. Au contraire, un effort important est consacré aux recherches
sur la formation à tous les niveaux — étude de laboratoire,
sur le terrain, analyse des processus de l'apprentissage. Les
d'ergonomie — méthodes de travail, monotonie, milieu de travail — se
développent mais aucun intérêt n'est soulevé par les tests et les méthodes
de sélection du personnel ; les tests sont considérés comme non scienti
fiques puisque le milieu joue un rôle dominant.
C.-L. L.
Psychologie des professions.
Gonyea (G. G.), and Lunneborg (C. E.). — A Factor analytic
study of perceived occupational similarity (Une étude factorielle
des ressemblances entre professions telles qu'elles sont perçues).
— J. appl. Psychol., 1963, 47, 166-172.
Les représentations que se font des professions certains sujets et les
stéréotypes jouent un rôle important dans beaucoup de théories actuelles
du choix professionnel. C'est ainsi qu'on a fait un certain nombre
d'études dans le but de rechercher selon quelles « dimensions » on se
représente généralement les professions. Les auteurs du présent article
ont utilisé à cette fin la méthode des comparaisons par triades.
Vingt-deux professions ont été choisies, dont 8 étaient fortement
saturées dans certains des facteurs de premier ordre trouvés à l'issue
d'une analyse factorielle réalisée antérieurement sur 30 professions. Les
autres professions ont été tirées des listes de choix professionnels expri
més par des étudiants, ou correspondent à des professions types des
clusters d'intérêts définis par l'analyse des intercorrélations du question
naire de Shong.
Pour combiner 22 item de toutes les manières possibles, il a fallu
construire 1 540 triades. Celles-ci ont été réparties en 20 questionnaires
comportant chacun 77 triades. Ces 20 formes différentes ont été admin
istrées à 2 424 étudiants (1 491 hommes et 933 femmes) de l'université
du Texas, suivant une répartition au hasard.
Chaque triade comprenait 3 professions parmi lesquelles les sujets

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.