La croissance de l'alphabétisation en France (XVIIIe-XIXe siècle) - article ; n°3 ; vol.29, pg 714-737

De
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1974 - Volume 29 - Numéro 3 - Pages 714-737
24 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 1 janvier 1974
Lecture(s) : 645
Nombre de pages : 25
Voir plus Voir moins

François Furet
Wladimir Sachs
La croissance de l'alphabétisation en France (XVIIIe-XIXe
siècle)
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 29e année, N. 3, 1974. pp. 714-737.
Citer ce document / Cite this document :
Furet François, Sachs Wladimir. La croissance de l'alphabétisation en France (XVIIIe-XIXe siècle). In: Annales. Économies,
Sociétés, Civilisations. 29e année, N. 3, 1974. pp. 714-737.
doi : 10.3406/ahess.1974.293505
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1974_num_29_3_293505croissance La
de alphabétisation en France
XW/r-X/Xe s/èc/e*
Fleury présentée principale chronologiques Pour et Valmary qui du ou dossier veut décrite rétrospectifs faire Rappelons est elle constituée histoire 1686-1690 donc par de pour fait alphabétisation enquête mémoire objet 1786-1790 Maggiolo de il article 1816-1820 agit en qui France de fondamental cinq plus sondages la 1872- pièce être de
1876 opérés dans les actes de mariage et recensant la capacité des futurs
époux hommes et femmes signer Comme ces sondages ont été faits béné
volement la demande de Maggiolo par les instituteurs fran ais des débuts
de la Troisième République ils présentent des lacunes neuf départements ne
sont pas couverts par enquête) souffrent une grande inégalité dans les
dimensions des échantillons départementaux et masquent enfin derrière le
calcul de moyennes départementales la sous-représentation des villes Il reste
que si on accepte par hypothèse de considérer les données Maggiolo comme
essentiellement rurales les recherches locales effectuées depuis dix ou vingt ans
ce niveau sont largement confirmatives de celles qui ont été réunies il
bientôt cent ans
Les cartes présentées en 1957 par Fleury et Valmary et qui opposaient
dès la fin du xviie siècle une France du Nord/Nord-Est un haut niveau
Communication la Conférence Uppsala sur historien et ordinateur
juin 1973)
FLEURY et VALMARY Les progrès de instruction élémentaire de Louis XIV
Napoléon III après enquête de Louis Maggiolo 1877-1879 Population janvier-
mars 1957
Je pense notamment MEYER Alphabétisation lecture et écriture essai sur
instruction populaire en Bretagne du xvie siècle au siècle Communication au
Congrès annuel des sociétés savantes 1971 inédit VOVELLE Maggiolo en Provence
peut-on mesurer alphabétisation au début du xvnie siècle dans Le XVIIIe siècle et
éducation supplément au no 88 de la revue Marseille Ier trimestre 1972 divers travaux
inédits menés au Centre de Recherches Historiques de la VIe Section de cole pratique
des Hautes tudes notamment par Mmes Jeorger Nahoum Netter Ces sondages concer
nant la Normandie la Champagne est de la région parisienne Seine-et-Mame ils
confirment les scores départementaux de enquête Maggiolo pourvu on en exclue
ceux des villes nettement supérieurs
714 FURET ET SACHS ALPHAB TISATION EN FRANCE
alphabétisation une France méridionale la fois celtique Bretagne et
occitane largement analphabète conservent donc toute leur valeur Quelles
que soient les imperfections des données leur évidence est trop massive pour
être révoquée en doute et elles continuent constituer le point de départ de
toute analyse du phénomène de alphabétisation en France Mais nous vou
drions suggérer une part que les données Maggiolo telles elles sont permet
tent autres types de tests statistiques que la simple comparaison de sondages
échelonnés dans le temps et autre part elles conduisent poser des
questions auxquelles les seules moyennes départementales ne permettent pas
de répondre où trois séries de remarques
On discute depuis des années de la valeur de indicateur signature
de quel niveau alphabétisation réel est-il représentatif expérience
actuelle de apprentissage un enfant suggère que aptitude signer est-à-
dire reproduire quelques lettres soigneusement sélectionnées et apprises
précède largement la capacité écrire et même lire couramment elle ne
constitue un stade tout fait élémentaire de alphabétisation le choix de ce
critère auquel nous contraint état des sources avant le xixe siècle tendrait
de ce fait surestimer le niveau instruction des populations de ancienne
Europe Comme beaucoup autres indicateurs historiques la capacité
signer faute de pouvoir être objectivement décomposée en niveaux de plus ou
moins grande aisance manier écriture mêlerait les quasi-analphabètes et
ceux qui sont vraiment alphabétisés
Le problème se complique du fait avant le milieu du xixe siècle ensei
gnement de la lecture et de écriture était pas simultané ni même forcément
donné dans la même école Lawrence Stone écrit en Angleterre en plein
xixe siècle the two capacities to read and to write were distributed in unequal
amounts for they were taught in different schools This hardly needs to be
demonstraded at length and one may note that in the the ratio between
the two varied between one to two and two to three 98 En France
une date tardive dans le xixe siècle les types écoles élémentaires
les taux de fréquentation scolaire les pédagogies pratiquées sont trop divers
pour on puisse facilement connaître les performances ils autorisent
dans la population scolarisée De plus le curriculum classique de enseignement
élémentaire très longtemps disposé les apprentissages en ordre successif
lire abord puis écrire enfin compter Chaque stage comportait plusieurs
années et comme beaucoup enfants quittaient école avant en avoir
parcouru tous les cycles il est diff cile de mesurer précisément ce ils avaient
appris
Reste enfin le problème de savoir si dans bien des cas acquisition un
minimum instruction ne opérait pas travers autres institutions que
école la amule par exemple et dans cette hypothèse quel type alpha
bétisation minimale avait priorité lire signer écrire On peut imaginer
sans il soit actuellement possible de le prouver que la hiérarchie des connais
sances était la même école et que la lecture constituait le premier
enseignement avant écriture
est cette hiérarchie traditionnelle de apprentissage qui conduit Scho-
STONE Literacy and education in England 1640-1900 Past and Present
1969 no 42
715 CULTURE ET SOCI
neid suggérer que la capacité signer est un indicateur alphabétisation
intermédiaire entre la maîtrise de la lecture et celle de écriture incluant
moins de gens que ceux qui sont capables écrire mais plus que ceux qui
savent lire
if therefore measure of minimum standard of reading is required then the
measure based on ability to sign will be low and will need inflating by almost
50 per cent But if measure of ability to read fluently is required the evidence
of the surveys would seem to corroborate the opinion of an educational inspector
of the time thad since ability to sign was roughly equivalent to being able to
read fluently measure of the former provides good indication of the latter
For the early nineteenth century therefore measure based on the ability to
sign probably overestimates the number able to write underestimates the number
able to read at an elementary level and gives fair indication of the
able to read fluently
Paradoxalement la signature serait ainsi un bon indicateur non de écri
ture mais de la lecture courante
Il se trouve que les données fran aises permettent de tester cette corres
pondance partir de la deuxième moitié du xixe siècle très exactement
partir de 1866 En effet est cette date que nous possédons le premier
recensement démographique qui fasse état de données sur instruction la
population fran aise dont ont été exclus les enfants de moins de cinq ans
supposés analphabètes est répartie en quatre catégories ne sachant ni lire
ni écrire sachant lire seulement sachant lire et écrire enfin les non-réponses
Ces dernières sont en nombre négligeable 450 ooo sur 38 millions habitants
Les pourcentages départementaux et nationaux sont établis par sexe une
fois faite la soustraction des enfants de moins de cinq ans et des non-réponses
ils permettent donc de cerner le difficile problème du rapport entre la capacité
lire seulement et alphabétisation complète comportant écriture
côté de ce document nous possédons pour la même année et dans les
mêmes cadres géographiques national et départemental) deux autres statis
tiques sur instruction des Fran ais Le premier est celui qui figure dans les
tableaux Maggiolo et qui probablement été tiré de la Statistique générale
de la France depuis 1845 en effet le ministère de Intérieur fait relever tous
les ans sur les actes de état civil le nombre des époux et des épouses qui
avaient signé leur acte de mariage Il suffit donc de reprendre ces données
pour année 1866 dans la Statistique générale de la France elles ont été
publiées au complet par département et par sexe dans un volume rétrospectif
de 1880
Enfin nous disposons une dernière série de données celle qui indique
le degré instruction des conscrits systématiquement demandé chaque
classe âge partir de 1827 Dans les années ce degré instruction est
ScHOFiELD The measurement of literacy in pre-industrial England dans
Literacy in traditional societies edited by Jack Goody Cambridge University Press 524
Sur origine des données de 1866 dans les tableaux Maggiolo cf FLEüRY-V bMARY
77 note 15
Cf Statistique comparée de Enseignement primaire 1829-1877 Paris 1880
Ces statistiques sont établies partir des déclarations des conscrits mais il existe
au moins une occasion dans laquelle la valeur de ces déclarations été vérifiée et
confirmée Il agit des conscrits de année 1862
716 FURET ET SACHS ALPHAB TISATION EN FRANCE
recensé en quatre catégories sachant lire sachant lire et écrire ne sachant ni
lire ni écrire absents enfin dont on pu vérifier instruction Les données
sont distribuées par départements
Trois sources donc diverses mais convergentes Les données et recense
ment général et conscrits sont constituées de la même fa on déclarations des
intéressés) et distribuées en catégories identiques La répartition par sexes
dans le recensement donne la possibilité de comparer le degré instruction
entre les hommes puisque les conscrits par définition sont du sexe masculin
Comme les populations considérées ne sont pas les mêmes les conscrits consti
tuant une seule classe âge le recensement donnant au contraire le degré
instruction de tous les Fran ais hommes au-dessus de cinq ans) les différences
entre les scores alphabétisation sont évidemment liées aux différences entre
les deux stocks de populations le recensement de 1872 où le degré instruc
tion est grossièrement distribué en trois classes âge avant ans entre
et 20 ans après 20 ans montre que les générations anciennes sont moins
alphabétisées que les jeunes ce qui explique en 1866 les données du
recensement soient inférieures celles de la conscription La source signature
des époux est elle une nature différente il agit non pas une déclaration
de intéressé en réponse des questions établies par administration mais un
indice objectif et une autre nature la signature de acte de mariage Les
classes âge sont mêlées mais relativement proches de âge scolaire dans la
mesure où les mariages tardifs peuvent être considérés comme statistiquement
exceptionnels Il est évident que la comparaison la plus intéressante doit
établir entre une part les données et de autre les données est
un test fondamental pour apprécier la valeur de indicateur signature
On examiné toutes les données concernant instruction des Fran ais en
1866 contenues dans ces trois sources selon la technique statistique de analyse
factorielle Deux représentations graphiques ont été ainsi construites
La première regroupe par département les variables suivantes hommes
ne sachant ni lire écrire femmes ne sachant ni lire ni écrire hommes sachant
lire seulement femmes sachant lire seulement hommes sachant lire et écrire
femmes sachant lire et écrire hommes dont on pu vérifier le niveau ins
truction femmes dont on pu vérifier le niveau instruction ensuite
hommes ayant signé leur acte de mariage femmes ayant signé leur acte de
mariage enfin le nombre de conscrits illettrés Le tableau montre que 75 de
information contenue dans les différentes sources est regroupée le long un
premier axe horizontal et 15 seulement le long un deuxième axe vertical
ce qui constitue une première bonne surprise Il indique par ailleurs la proxi
mité spectaculaire des variables capacité signer acte de mariage et
sachant lire et écrire aussi bien pour les hommes que pour les femmes Les
deux variables féminines sont sensiblement plus gauche du tableau que leurs
homologues masculines ce qui signifie dans la mesure où axe horizontal
organise les données de droite gauche dans un ordre de développement
croissant de instruction que alphabétisation féminine constitue cet égard
la performance la plus caractéristique autre extrémité de axe ce sont
ailleurs les conscrits illettrés qui ferment la marche ce qui est normal
puisque analphabétisme une population masculine proche encore de âge
scolaire constitue une contre-performance maximale Mais la variable ne
sachant ni lire ni écrire qui indique le pourcentage illettrés masculins par
rapport la population globale reste très proche
717 SACHANT URE SEU LEMENT
Hérault Aveyron SACHANT LIRE SEULEMENT
Haute Loiry
Halites Pyrenees
DONT ON PU RIFIER
L-INSTRUCTION QS
Basses Pyrénées Atdèche
DONT ON PU RI.FIER Lozère INSTRUCTIONKHy Ile Vilaine Hautes Alpes
Isère Loi.re Inférieure Manche Ain Mayenne
Gard Hante Garonne
Cotes du Nord Rhône Tarn et Garonne Deux Sèvres CONJOINTS AYANT SIGN Drome LEUR ACTE DE MARIAGE Ariège Vosees Haute Saône Tarn Saône et Loire Cote Or SACHANT LIRE Creuse Morbihan IET CRIRE H)ï Basses Alpe iMame ct l- Vaucliise CONJOINTES AYANT 11LL UR OO EXAMIN Jura . Var SlA Son Calais seine Inférieure Lot et Garonne Doubs Aube Aude* NE SACHANT NI CRIRE NI LIRE Pyrénées Orientales Gironde Meuse Seine et Marne iET CRIREtFl.ï Charente Inférieure NE NI SACHANT CRIRE NI LIRE Aisne Bouches du Rhône lru Charente Indre et Loire Seine et Oise Vienne Eiire.et Loir Loiret
Loir et Cher Allier
Ger.s
Analyse factorielle
Hommes et Femmes séparés. FURET ET SACHS ALPHAB TISATION EN FRANCE
li 5S
So zS
-3
û- Ss
719 CULTURE ET SOCI
On retrouve ainsi sans surprise sur axe horizontal rangés de gauche
droite par ordre décroissant alphabétisation les départements fran ais
extrême gauche de axe la France du Nord-Est Haute-Marne Jura
Vosges Meurthe Doubs Meuse Aube et extrême droite les lanternes
rouges de instruction la Bretagne le versant occidental du Massif Central
quelques départements du Midi Côtes-du-Nord Pyrénées-Orientales Allier
Landes Cher Ariège Morbihan Finistère Haute-Vienne
Deux variables de ensemble ne sont pas organisées le long de cet axe
horizontal ce sont deux catégories du recensement de 1866 hommes et
femmes sachant lire seulement hommes et femmes dont on pu vérifier
le degré instruction Regroupant 15 de information elles ordonnent
selon un axe vertical dont la signification semble être la capacité lire seulement
hommes et femmes Ce talent intermédiaire entre analphabétisme total et
alphabétisation complète lire et écrire pas de corrélation avec les autres
indicateurs et notamment pas avec celui des signatures Il est indépendant
eux parce il obéit probablement autres règles dépend autres facteurs
et établit entre départements une autre hiérarchie
On constitué un deuxième tableau partir une deuxième analyse
factorielle en reprenant toutes les données des trois sources sous deux formes
nouvelles en agrégeant les hommes et les femmes une part en établissant
le rapport entre le pourcentage masculin et le pourcentage féminin de autre
Ce qui donne ne sachant ni lire ni écrire sachant lire seulement
sachant lire et écire etc On retrouve sur ce deuxième
Fy
tableau un axe horizontal 79 de information hiérarchisant les perfor
mances alphabétisation de droite gauche et regroupant très nettement les
différents indicateurs hommes et femmes sachant lire et écrire sont très
proches des conjoints ayant signé leur acte de mariage autre bout les
conscrits illettrés restent peu éloignés des analphabètes des deux sexes compta
bilisés par le recensement toutefois la présence des femmes dans cette dernière
agrégation rend la corrélation moins nette que dans la première analyse
factorielle
Par ailleurs le rapport I- constitue un ensemble de variables proches et
relativement centrales les phénomènes décrits par ces comportent
en gros les proportions identiques entre hommes et femmes Remarquable
TT
corrélation notamment entre sachant lire et écrire et ayant signé leur
VF
acte de mariage
F
Enfin comme dans le premier tableau les variables sachant lire seulement
et dont on pu vérifier instruction sont portées sur un deuxième
axe 13 de information) particulièrement net pour la première de ces
variables
Ainsi la signification essentielle de ces analyses est établir étroite
corrélation qui existe entre la signature au mariage et alphabétisation com
plète comportant lecture et écriture Confirmation en est donnée par le calcul
720 ET SACHS ALPHAB TISATION EN FRANCE FURET
des coefficients de corrélation entre les signatures 1866 et les quatre variables
du recensement de la même année 091 entre signatures et capacité lire
et écrire 090 entre signatures et incapacité lire et écrire 012 entre
signatures et capacité lire seulement 001 entre signatures et cas invéri-
ûables
Seuls les deux premiers scores ont une signification positive indiquant
en positif et en négatif la corrélation Le troisième montre clairement il
existe aucun lien contrairement ce on aurait pu imaginer entre savoir
signer et savoir lire seulement
Ces résultats indiquent pas pour autant que les pourcentages des individus
sachant signer leur nom et sachant lire et écrire en 1866 sont identiques
comment pourraient-ils être ailleurs puisque les populations sur lesquelles
ils ont été établis sont incomparables et il pas de rapport entre les
mariés une année et la totalité des Fran ais De fait comme le montre le
tableau suivant ces pourcentages diffèrent effectivement selon les diviseurs
choisis Ce établit analyse factorielle et le calcul de corrélation est pas
une identité dans les chiffres mais une co-variation dans les mouvements de
ces différentes données la variable signature et la variable lire et écrire orga
nisent le corpus des départements fran ais sur le même axe et dans le même
ordre hiérarchique La capacité signer renvoie donc bien ce que nous
appelons hui alphabétisation et qui comporte lecture et écriture
Est-ce vrai aussi des périodes antérieures où école séparait dans le temps
les deux apprentissages Aucune source ne permet de le vérifier Mais le test
victorieux subi indicateur signature pour 1866 entraîne une présomption
favorable son utilisation pour des périodes plus anciennes
Comparaison des scores instruction en 1866
Recensement de 1866
Scores par rapport la
Scores rapport population de plus de
ans moins les non- la population
totale Sources Maggiolo réponses
ne sachant ni lire ni écrire 2900 3689 3284 35.79 4252 lire seulement 77 973 47
sachant lire et écrire 4990 5564 5440 4500
Il8 122 indéterminés
signatures au mariage 7179 5548
Les non-réponses représentent 450 ooo individus sur 38 ooo ooo
II Nantis de cette contre-épreuve favorable la signification et la
valeur des données Maggiolo nous pouvons probablement les utiliser une
manière plus complète il été fait ici
Fleury et Valmary dans article cité en ont établi la cartographie
721 CULTURE ET SOCI
statique pour chaque tranche chronologique de enquête et on sait que on
retrouve chacune de ces périodes de la fin du xvne siècle au deuxième tiers
du xixe la coupure de la ligne Saint-Malo/Genève séparant les deux France
sous le rapport de alphabétisation Mais ces cartes ne nous disent rien par
rapport la dynamique du phénomène ni intérieur des coupes chronolo
giques disponibles ni sur ensemble de la durée couverte par enquête un
département ou un groupe de départements par exemple peuvent très bien
rester la traîne par rapport la moyenne nationale tout en enregistrant
des progrès relatifs supérieurs au progrès moyen ou celui de départements
plus alphabétisés en valeur absolue La dynamique plus ou moins rapide
du rattrapage ne peut être mesurée partir de ces données relatives De la
même fa on peut être établie histoire comparée de alphabétisation masculine
et féminine le processus de rattrapage des hommes par les femmes achevé
seulement la fin du xixe siècle débute-t-il très tôt dès le xvine siècle ou
plus tardivement est pour répondre ces questions que les données rassem
blées par Maggiolo ont été soumises une élaboration statistique destinée
mesurer les progrès de alphabétisation par départements Les nouveaux scores
établis partir de ces données sont de plusieurs sortes
la distribution de la croissance alphabétisation par périodes et un
bout autre de la durée de enquête
Cette résulte un calcul très simple si on appelle période les
années 1686/1690 période les années 1786/1790 période les années 1816
i820 période année 1866 on fera successivement les opérations suivantes
Score période Score période Score période Score période
Score période Score période
Score période Score période Score période Score période
Score période Score période
On aura ainsi successivement la distribution des progrès de alphabétisation
par départements au xviii siècle puis entre la fin du xvine siècle et les débuts
du xixe puis entre le premier et le troisième tiers du xixe enfin entre la fin
du xvne siècle et la fin du Second Empire
Les résultats cartographies montrent plusieurs choses essentielles9
abord que dans bien des départements du Midi le rattrapage relatif
de alphabétisation masculine commence dès le xvine siècle Sur les 19 dépar
tements qui entre la fin du xvne et la fin du xvine siècle font plus que doubler
leur pourcentage 12 sont situés au-dessous de la fameuse ligne Saint-Malo
Genève Ariège les Pyrénées-Orientales les Basses-Pyrénées le Rhône
le Lot-et-Garonne la Haute-Garonne la Haute-Loire la Corrèze Ardèche
le Finistère le Var les Hautes-Pyrénées Très grossièrement la carte de ces
progrès en pourcentages relatifs au cours du xvine siècle forme un croissant
le long des frontières orientales et méridionales du royaume de la Lorraine
la bordure orientale du Massif Central puis des Cévennes la bordure langue
docienne et pyrénéenne
Ces calculs ont été effectués Université de Pittsburgh en collaboration avec le
professeur Shapiro
Cf cartes des taux accroissement linéaire de conjoints ayant signé leur acte
de mariage
722

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.