La mémoire haptique de la forme des objets chez les bébés âgés de 4 mois - article ; n°1 ; vol.103, pg 33-49

De
Publié par

L'année psychologique - Année 2003 - Volume 103 - Numéro 1 - Pages 33-49
Résumé
L'expérience avait pour but d'étudier la mémoire haptique de la forme des objets chez les bébés âgés de 4 mois. 128 bébés, répartis en quatre groupes, ont participé à l'expérience qui se déroulait en deux phases : une phase d'habituation haptique sans contrôle visuel et une phase test de reconnaissance. Le test de reconnaissance était précédé d'un délai court (30 s), d'un délai long (120 s), d'aucun délai (groupe de contrôle) ou d'une interférence (nouvel objet). Les deux mains des bébés étaient stimulées. Les résultats montrent qu'à l'âge de 4 mois les bébés peuvent s'habituer à la forme d'un objet aussi bien de la main gauche que de la main droite. Les bébés reconnaissent l'objet manipulé au cours de l'habituation dans les trois conditions (interférence, délai à court terme et délai à long terme) et aussi bien de la main droite que de la main gauche. Le développement de la latéralité et celui de la mémoire haptique sont discutés ainsi que la spécificité de cette mémoire comparée aux autres systèmes sensoriels.
Mots-clés : mémoire, perception tactilokinesthésique, nourrisson, latéralité.
Summary : Haptic memory of object shape in 4-month-old infants
The aim of this experiment was to study haptic memory of object shape in 4-month-old babies. One hundred and twenty eight infants participated in this experiment. Haptic habituation without visual control was used, followed either by a short delay (30 s), a long delay (120 s), no delay or a haptic interference. Infants' two hands were stimulated. Results showed that haptic habituation occurred for both hands in 4-month-old babies. In the three conditions, recognition memory was found with both hands and for both sexes. These results provide evidence of short-term and long-term haptic memory. Development of handedness and haptic memory are discussed, as well as the specific nature of this type of memory in comparison with other sensory modes.
Key words : memory, haptic perception, infancy handedness.
17 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 2003
Lecture(s) : 101
Nombre de pages : 18
Voir plus Voir moins

M. Lhote
Arlette Streri
La mémoire haptique de la forme des objets chez les bébés
âgés de 4 mois
In: L'année psychologique. 2003 vol. 103, n°1. pp. 33-49.
Résumé
L'expérience avait pour but d'étudier la mémoire haptique de la forme des objets chez les bébés âgés de 4 mois. 128 bébés,
répartis en quatre groupes, ont participé à l'expérience qui se déroulait en deux phases : une phase d'habituation haptique sans
contrôle visuel et une phase test de reconnaissance. Le test de reconnaissance était précédé d'un délai court (30 s), d'un délai
long (120 s), d'aucun délai (groupe de contrôle) ou d'une interférence (nouvel objet). Les deux mains des bébés étaient
stimulées. Les résultats montrent qu'à l'âge de 4 mois les bébés peuvent s'habituer à la forme d'un objet aussi bien de la main
gauche que de la main droite. Les bébés reconnaissent l'objet manipulé au cours de l'habituation dans les trois conditions
(interférence, délai à court terme et délai à long terme) et aussi bien de la main droite que de la main gauche. Le développement
de la latéralité et celui de la mémoire haptique sont discutés ainsi que la spécificité de cette mémoire comparée aux autres
systèmes sensoriels.
Mots-clés : mémoire, perception tactilokinesthésique, nourrisson, latéralité.
Abstract
Summary : Haptic memory of object shape in 4-month-old infants
The aim of this experiment was to study haptic memory of object shape in 4-month-old babies. One hundred and twenty eight
infants participated in this experiment. Haptic habituation without visual control was used, followed either by a short delay (30 s),
a long delay (120 s), no delay or a haptic interference. Infants' two hands were stimulated. Results showed that haptic habituation
occurred for both hands in 4-month-old babies. In the three conditions, recognition memory was found with both hands and for
both sexes. These results provide evidence of short-term and long-term haptic memory. Development of handedness and haptic
memory are discussed, as well as the specific nature of this type of memory in comparison with other sensory modes.
Key words : memory, haptic perception, infancy handedness.
Citer ce document / Cite this document :
Lhote M., Streri Arlette. La mémoire haptique de la forme des objets chez les bébés âgés de 4 mois. In: L'année psychologique.
2003 vol. 103, n°1. pp. 33-49.
doi : 10.3406/psy.2003.29622
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_2003_num_103_1_29622L'Année psychologique, 2003, 103, 33-50
Laboratoire Cognition et Développement
Université René- Descartes, Paris 5
CNRS UMR 86051
LA MÉMOIRE HAPTIQUE
DE LA FORME DES OBJETS CHEZ LES BÉBÉS
ÂGÉS DE 4 MOIS
Myriam LHOTE et Ariette StreR!2
SUMMARY : Haptic memory of object shape in 4-month-old infants
The aim of this experiment was to study haptic memory of object shape in
4-month-old babies. One hundred and twenty eight infants participated in this
experiment. Haptic habituation without visual control was used, followed either
by a short delay (30 s), a long delay (120 s), no delay or a haptic interference.
Infants' two hands were stimulated. Results showed that habituation
occurred for both hands in 4-month-old babies. In the three conditions,
recognition memory was found with both hands and for both sexes. These results
provide evidence of short-term and long-term haptic memory. Development of
handedness and haptic memory are discussed, as well as the specific nature of
this type of memory in comparison with other sensory modes.
Key words : memory, haptic perception, infancy handedness.
La mémoire du bébé a été étudiée selon plusieurs procédures.
Elles ont mis en évidence des capacités impressionnantes du
nouveau-né concernant le stockage, la rétention et le rappel ou
la reconnaissance des informations prélevées sur le monde
externe. La procédure la plus simple est Fhabituation suivie du
test de réaction à la nouveauté. Dans l'habituation visuelle, le
1. Institut de Psychologie, 71, avenue Edouard-Vaillant, 92774 Bou-
lougne-Billancourt, Cedex.
2. E-mail streri@psycho.univ-paris5.fr. 34 Myriam Lhote et Ariette Streri
degré d'attention à un stimulus est fonction de la durée du
regard portée à la cible. Chaque nouvelle présentation entraîne à
la fois la comparaison du percept actuel au modèle en construc
tion et l'enrichissement de celui-ci. Aussi longtemps que persiste
un désaccord entre le modèle et le percept, le stimulus attire
l'attention du bébé mais plus l'écart s'amenuise et moins est forte. Ce raisonnement suggère que le modèle est
stocké en mémoire, puisqu'il y a comparaison du percept au
modèle. L'habituation permet ainsi d'apprécier les capacités de
mémorisation du bébé (cf. Cohen, 1973 ; Oison et Strauss, 1984).
En tant que procédure, l'habituation définit une mémoire procé
durale. Le test de réaction à la nouveauté, présentation d'une
nouvelle cible comparée à la cible familière, évalue la mémoire
de reconnaissance du bébé appelée mémoire déclarative par
Pascalis (1993).
Plusieurs manifestations de la mémoire sensorielle à court et
long terme ont été mises en évidence chez les bébés dès leur nais
sance. Une habituation visuelle existe chez le nouveau-né
(cf. Slater, 1998). Une mémoire auditive à long terme, d'un délai
de vingt-quatre heures entre l'apprentissage et le test, de sylla
bes sans signification est attestée dès la naissance (Swain, Zelazo
et Clifton, 1993, Spence, 1996). Avec une procédure d'habi-
tuation / réaction à la nouveauté, Pascalis (1993) a testé l'exi
stence et le développement d'une mémoire à long terme des visa
ges chez les nouveau-nés et les bébés de 2, 3 et 6 mois. Ses
expériences ont révélé la capacité des nouveau-nés à reconnaître
la photographie d'un visage appris deux minutes auparavant.
En revanche, une discontinuité des performances, liée au sexe
des sujets, apparaît entre 2 et 3 mois. Les filles présentent une
reconnaissance du pattern appris tandis que les garçons sem
blent l'avoir oublié. A 6 mois, aucune différence liée au sexe
n'apparaît et la capacité à reconnaître la photographie d'un
visage familier est à nouveau établie. Ces recherches suggèrent
l'existence d'une mémoire déclarative dès la naissance et 2 min
semble le délai minimum pour tester une mémoire à long terme
visuelle chez le très jeune bébé.
La présente recherche tente d'estimer la capacité des bébés
de 4 mois à retenir des informations prélevées sur la forme
des objets par la modalité hap tique (tactilo-kinesthésique
manuelle). Le système haptique est une modalité qui permet,
comme la vision, d'appréhender la forme des objets et leur loca- La mémoire haptique chez les bébés 35
lisation dans l'espace ; elle partage aussi des caractéristiques
avec l'audition car c'est une modalité qui fait appel à un trait
ement séquentiel (Hatwell, 2000). Pour pouvoir restituer l'e
nsemble d'un stimulus tactile, un sujet doit stocker en perma
nence les informations prélevées séquentiellement. Cet aspect
séquentiel de la modalité haptique conduit très probablement à
postuler l'existence d'une mémoire à court terme couplée d'une
mémoire de travail qui doit intervenir, pendant cette brève
durée, pour recomposer les informations prélevées sur les pro
priétés des objets et conduire à leur représentation globale. Cette
recherche a pour objet d'évaluer et de tester la résistance de la
mémoire haptique de la forme des objets après un délai ou une
interférence.
LA MÉMOIRE HAPTIQUE CHEZ LES BÉBÉS
De récentes données expérimentales nous permettent d'es
timer l'évolution de la force de la mémoire haptique chez le
jeune bébé au cours de la première année. Une première forme de
mémoire, à partir de l'habituation haptique sans contrôle visuel
est mise en évidence dès la naissance, à la fois avec la main
gauche et la main droite du nouveau-né (Streri, Lhote et Dutil-
leul, 2000). Ainsi, quelques heures après la naissance le bébé est
capable d'extraire des informations sur la forme des objets et de
les encoder. Mais, l'expérience ne nous dit pas si cet encodage
résiste au délai ou à l'interférence. A 2 mois, le transfert inte
rmodal du toucher à la vision confirme l'existence d'une mémoire
haptique précoce mais montre sa fragilité. Streri (1987) a montré
que les bébés âgés de 2 mois reconnaissent haptiquement la
forme d'un objet manipulé au cours d'une habituation, après
une interférence visuelle de 39 s du même objet (test du transf
ert). Cependant, cette reconnaissance n'a pas lieu si l'objet
visuel interférant est un objet différent. Ainsi, un changement
de modalité accompagné d'un changement de forme de l'objet
fragilisent l'encodage des informations réalisé au cours de l'habi
tuation. Cette fragilité est confirmée au même âge, dans une
expérience de mémoire haptique dans laquelle, après un délai de
30 s à la fin de l'habituation haptique, le bébé doit reconnaître,
l'objet familier déposé à nouveau dans sa main (Lhote et Streri, 36 Myriam Lhote et Ariette Streri
1998). De plus, dans cette expérience, la reconnaissance est fonc
tion du sexe du bébé et de la main sollicitée. Une mémoire de
reconnaissance n'est observée que pour les garçons, après un
délai court, et sous certaines conditions après interférence. Les
filles âgées de 2 mois ne reconnaissent l'objet qu'avec leur main
gauche et après une interférence tactile (introduction d'un nou
vel objet).
Trois mois plus tard, les bébés de 5 mois, au cours d'une
expérience de transfert intermodal, ne sont plus capables de la
même performance que ceux de 2 mois (Streri et Pêcheux, 1986).
Ils échouent à reconnaître tactilement un objet familier après
une interférence visuelle du même objet (échec au transfert).
Plus récemment, Catherwood (1993) a testé la robustesse de la
mémoire intramodale haptique après un délai de 5 min et après
une interférence haptique (présentation d'un nouvel objet) chez
les enfants âgés de 8 mois. Ils reconnaissent l'objet familier après
le délai mais non après l'interférence.
Il semble que la mémoire haptique s'améliore au cours du
développement et résiste à des délais de plus en plus longs et à
des interférences. Cependant, dans toutes les études mentionn
ées, c'est souvent la main droite (Streri, 1987 ; Streri et
Pêcheux, 1986) ou les deux mains travaillant en coopération
(Catherwood, 1993) qui sont mobilisées. Nous ne savons pas si
chacune des mains étudiées séparément présente la même per
formance. Or de récentes études montrent que les performances
perceptives ne sont pas identiques pour les deux mains
(cf. Segond et Streri, 1995 ; Streri et Gouarir, 1996). De plus,
nous l'avons vu, la mémoire haptique n'est pas pareillement eff
icace, selon la main mobilisée, chez les nourrissons de 2 mois
(Lhote et Streri, 1998). Le problème de la latéralité manuelle,
encore peu étudié chez le bébé, fait l'objet de controverses chez
l'enfant et l'adulte. Certaines études attestent d'une bonne per
formance de la main gauche dans l'identification perceptive des
formes, l'habileté motrice étant dévolue à la main droite.
D'autres recherches, au contraire, ne confirment pas cette dicho
tomie. De plus, les différences dans la performance selon le sexe
des enfants ou des adultes ne sont pas non plus clairement éta
blies (cf. Streri, 2000 pour une synthèse). Ainsi, il apparaît inté
ressant de tester, par la mémoire haptique, l'établissement et
l'évolution du processus de latéralisation chez le bébé afin de
mieux comprendre la complexité du système haptique manuelle. La mémoire haptique chez les bébés 37
L'expérience présente a donc pour objectif d'étudier la
mémoire haptique chez les bébés âgés de 4 mois. Elle reprend en
grande partie le matériel et la procédure utilisés avec les bébés
de 2 mois (cf. Lhote et Streri, 1998) afin d'estimer l'évolution de
la mémoire haptique. Dans la mesure où la mémoire haptique
est déjà très fragile à 2 mois après un délai de 30 s, nous n'avions
pas testé sa résistance à un délai plus long. En revanche avec les
bébés âgés de 4 mois, il nous paraît intéressant d'étudier non
seulement le délai court de 30 s mais également la mémoire à
long terme après 2 min de délai. Cette étude nous permettra
aussi de comparer l'évolution des capacités de traitement des
informations haptiques et le développement des compétences
mnésiques entre 2 et 4 mois. La mémoire haptique sera évaluée
après une interférence haptique (de type changement de forme),
un délai court de 30 s (mémoire à court terme) et un délai
de 120 s (mémoire à long terme).
Cette expérience cherche donc à répondre à deux questions
principales :
1 / À l'âge de 4 mois, la mémoire haptique résiste-t-elle à une
interférence, un délai court (30 s) et un délai long (2 min) ? ;
2 / Existe-t-il des différences dans les capacités mnésiques en
fonction de la main qui manipule l'objet ou en fonction du
sexe des bébés ?
METHODE
SUJETS
128 bébés nés à terme et âgés de 121 jours à 137 jours (âge moyen :
129 jours) ont participé à l'expérience. 36 bébés supplémentaires n'ont pas
été retenus parce qu'ils se sont endormis (14), ont pleuré au cours de
l'observation (15), ou bien ont passé l'objet d'une main dans l'autre (9). Les
observations se sont déroulées au Centre Henri Piéron (Université René-
Descartes). Les bébés ont été répartis au hasard en 4 groupes de 32 bébés
équilibrés selon le sexe des enfants (16 garçons / 16 filles). Myriam Lhote et Ariette Streri 38
STIMULI
Les objets en bois (cf. fig. 1), adaptés aux capacités de manipulation
des bébés, consistaient en un disque (4 cm de diamètre et 1,1 cm
d'épaisseur), un carré (3,5 cm de côté et 1,1 cm d'épaisseur), un cône crénelé
(5 cm de hauteur et 3 cm de diamètre) et une coupelle (4 cm de diamètre et
1,1 cm de profondeur). Leur poids était sensiblement identique (en
moyenne : 8,75 g).
Fig. 1. — Objets présentés dans la main des bébés
Tactual objects
PROCÉDURE
Le bébé était assis sur un siège incliné situé dans un box expérimental.
Un grand écran de tissu blanc était attaché autour du cou du bébé et aux
bords latéraux du box expérimental de telle sorte que le bébé pouvait La mémoire haptique chez les bébés 39
manipuler librement les objets sans les voir. Une caméra placée sous l'écran
et face à l'enfant permettait de filmer ses activités manuelles. L'expé
rimentatrice, face à l'enfant déposait l'objet dans la main du bébé. Elle
enregistrait également les temps de tenue de l'objet en appuyant sur un
bouton relié à un ordinateur.
Pour trois groupes (groupes expérimentaux), la procédure se déroulait
en trois phases successives : une phase d'habituation, une phase de délai ou
d'interférence et une phase de reconnaissance. Pour le quatrième groupe
(groupe de contrôle), le bébé recevait une phase d'habituation suivie de
deux essais supplémentaires. Pendant toute la durée de l'expérience, les
bébés étaient stimulés haptiquement sans voir les objets manipulés.
Phase d'habituation commune à tous les groupes
La procédure utilisée était celle de l'habituation haptique contrôlée par
l'enfant, semblable à celle de Streri (1987) et Lhote et Streri (1998). Un
objet était déposé dans la main du bébé et le premier essai commençait. Dès
que le bébé lâchait l'objet, l'essai se terminait. L'expérimentateur redon
nait alors l'objet à l'enfant pour un nouvel essai. Un essai se terminait aussi
après une durée de tenue continue de 90 s. retirait alors
l'objet de la main du bébé puis le lui redonnait. Un autre essai commençait.
L'intervalle inter-essais était d'environ 1 s. La phase d'habituation se te
rminait lorsque la somme des deux derniers essais était égale ou inférieure à
la moitié de la moyenne des deux premiers (un critère sévère puisqu'il
exigeait une diminution de 75 % des durées de tenue de l'objet par rapport
aux essais de base). Tous les bébés recevaient une phase d'habituation puis
étaient répartis dans un des quatre groupes différents en fonction des
conditions particulières de test de reconnaissance.
Groupe de contrôle
Les bébés recevaient les deux essais tests de reconnaissance immédiate
ment après la phase d'habituation, sans délai ni interférence. Ce groupe
nous permettra d'attester, d'une part, que les bébés se sont bien habitués
aux objets et, d'autre part, que les bébés du groupe d'interférence différen
ciaient bien la forme des objets présentés.
Groupe interférence
L'interférence consistait en la présentation d'un nouvel objet pendant
deux essais successifs. Cette condition permettait aussi de tester la discrimi
nation entre deux objets estimée par le test de réaction à la nouveauté.
Après cette phase d'interférence, les bébés recevaient deux essais tests de
reconnaissance dans lesquels l'objet présenté en habituation était à nou
veau proposé au bébé. Les essais tests d'interférence et de reconnaissance se
déroulaient de manière similaire aux essais d'habituation. Myriam Lhote et Ariette Streri 40
Groupe délai court
Après la phase d'habituation, un délai de 30 s était imposé au bébé
suivi des deux essais tests de reconnaissance. L'objet familier lui était alors
proposé à nouveau.
Groupe délai long
Un délai de 120 s séparait la phase d'habituation de la phase test de
reconnaissance, selon la même procédure que précédemment.
Dans les deux conditions, délais court et long, les bébés ne recevaient
aucune stimulation particulière. Ils exploraient le plus souvent leur env
ironnement peu stimulant offert par le box expérimental.
Chaque bébé était testé avec la main droite et avec la main gauche.
L'ordre de stimulation des mains était contrebalancé entre les bébés. de présentation des objets (phase d'habituation, phase de recon
naissance, main gauche, main droite) était également entre
les sujets.
L'expérience commençait dès que le bébé était assis sur le siège.
L'expérimentateur disposait l'écran de tissu blanc autour du cou du bébé et
lui présentait le premier objet. La phase d'habituation commençait. Les
durées de chaque essai, d'habituation ou test, étaient enregistrées sur ordi
nateur qui calculait le critère d'arrêt d'habituation. Un faible signal sonore
indiquait la fin de cette phase à l'expérimentateur. Les phases d'inter
férence, de délai ou de reconnaissance selon les conditions présentées, débu
taient ensuite. L'expérimentateur surveillait aussi que le bébé n'effectuait
aucun transport de l'objet d'une main à l'autre (événement rare). Si tel
était le cas, le bébé poursuivait l'expérience mais son protocole n'était pas
inclus dans les analyses. Après l'expérience, un second expérimentateur
recalculait toutes les durées de chaque essai d'habituation et test. Une cor
rélation élevée (r(127) = .98) a été obtenue entre les deux observateurs.
RESULTATS
PHASE D'HABITUATION
Tous les bébés se sont habitués en moins de 15 essais. Aucun
effet statistique de l'ordre de stimulation des mains n'a été
observé. Afin de tester l'existence d'une préférence tactile pour
un ou plusieurs objets, nous avons également comparé les durées
des deux premiers essais d'habituation de chaque objet. Aucune
différence significative n'apparaît pour les durées des premiers mémoire haptique chez les bébés 41 La
essais d'habituation en fonction de l'objet manipulé. De même,
aucune différence significative entre le sexe des sujets n'apparaît
dans les analyses. Les analyses suivantes seront donc effectuées
avec les facteurs sexe et ordre confondus.
Le tableau 1 présente les différents paramètres de l'habi-
tuation (moyenne des premiers essais, temps total d'exploration,
nombre d'essais) selon la main stimulée et selon les conditions.
Une ANOVA a été réalisée avec les quatre conditions (délai
court, délai long, interférence, et contrôle) comme facteur inter
sujets, les 2 mains, gauche et droite, comme facteur intra-sujet
et pour chaque paramètre de l'habituation, exprimé en sec, pris
comme variable dépendante. Cette analyse ne révèle aucune dif
férence significative entre les groupes et entre les mains aussi
bien pour le temps total d'exploration, le nombre d'essais ou les
deux premiers essais d'habituation. Ainsi, les résultats trouvés
aux phases tests ne pourront donc pas être imputés à des diffé
rences dans la phase
TABLEAU I. — Moyennes en s (écarts types) des paramètres
de l'habituation :
temps total d'exploration (TTE), nombre d'essais (NE)
et deux premiers essais (PE) selon les mains
et les conditions expérimentales
Parameters of habituation : means (standard deviations)
of total holding time (TTE), number of trials (ne),
and mean of the two first trials in the four conditions
and for each hand
Main droite Main gauche
CONDITIONS
TTE NE PE PE TTE NE
Délai de 99.64 7.25 49.10 118.18 7.56 42.92
30 s (65.40) (4) (43.21) (98.11) (3.69) (36.37)
Délai de 109.78 7 53.06 82.62 7.37 36.89
120 s (62.83) (3.44) (44.58) (48.17) (3.67) (29.94)
82.76 6.43 39.45 88.46 6.53 42.92
Interférence
(58.9) (2.92) (36.28) (43.62) (73.27) (3.4)
49.20 119.21 7.59 51 93.10 6.21
Contrôle (83.01) (3.19) (41.12) (70.63) (2.73) (39.13)
Total 102.85 7.07 42.62 48.15 95.59 6.92
(n=128) (68.71) (3.4) (41.26) (75.03) (3.36) (37.39)

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.