La mortalité infantile selon le mois de naissance. Le cas de la Belgique au XIXe siècle - article ; n°6 ; vol.33, pg 1137-1153

De
Publié par

Population - Année 1978 - Volume 33 - Numéro 6 - Pages 1137-1153
Vilquin Eric. — La mortalité infantile selon le mois de naissance, en Belgique au XIXe siècle. Les statistiques démographiques belges de 1841-1850 détaillent la mortalité infantile selon le mois d'observation du décès et selon l'âge en mois de l'enfant décédé. Cela permet d'étudier l'influence cumulée de l'âge et de la saison sur la mortalité des nourrissons de l'époque. On constate deux phases de surmortalité, l'une d'hiver (janvier-février), l'autre d'été (août) qui ont un effet inégal et sélectif sur les diverses générations : celles nées de mars à juillet les subissent aux âges qui y sont le plus sensibles, celle née en octobre les traverse aux âges les moins vulnérables.
Vilquin Eric. — Infant Mortality by Month of Birth in 19th Century Belgium. Belgian demographic statistics between 1841 and 1850 contain detailed information on infant deaths by month of registration of the death and by age (in months) of the deceased infant. This makes it possible to study the cumulative influence of age at death and season of death on the mortality of infant at the time. There are two periods of excess mortality : one in winter (January-February), and the other in summer (August). These have unequal and selective effects on infants born at different periods of the year : those born between March and July are subjected to excess mortality at the most sensitive stage of development; those born in October pass through the period of excess mortality at an age when are least vulnerable.
Vilquin Eric. — La mortalidad infantil según el mes de nacimiento, en Bélgica en el siglo XIX. Las estadísticas demográficas belgas, desde 1841 hasta 1850, proporcionan una información detallada acerca de la mortalidad infantil según el mes de ocurrencia del deceso y según la edad al morir en meses, del niňo fallecido. Estos datos permiten estudiar la influencia acumulada tanto de la edad como de la estación de ocurrencia de la muerte de los lactantes de la época. Se ponen en evidencia dos fases de sobremortalidad infantil, una en invierno (enero-febrero) y otra en verano (agosto), las que tienen un efecto desigual y selectivo en las diversas generaciones : las nacidas entre marzo y julio, pasan por estas fases en la edad más vulnerable; las nacidas en octubre en su edad menos vulnerable.
17 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : dimanche 1 janvier 1978
Lecture(s) : 26
Nombre de pages : 19
Voir plus Voir moins

Éric Vilquin
La mortalité infantile selon le mois de naissance. Le cas de la
Belgique au XIXe siècle
In: Population, 33e année, n°6, 1978 pp. 1137-1153.
Citer ce document / Cite this document :
Vilquin Éric. La mortalité infantile selon le mois de naissance. Le cas de la Belgique au XIXe siècle. In: Population, 33e année,
n°6, 1978 pp. 1137-1153.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pop_0032-4663_1978_num_33_6_16835Résumé
Vilquin Eric. — La mortalité infantile selon le mois de naissance, en Belgique au XIXe siècle. Les
statistiques démographiques belges de 1841-1850 détaillent la mortalité infantile selon le mois
d'observation du décès et selon l'âge en mois de l'enfant décédé. Cela permet d'étudier l'influence
cumulée de l'âge et de la saison sur la mortalité des nourrissons de l'époque. On constate deux phases
de surmortalité, l'une d'hiver (janvier-février), l'autre d'été (août) qui ont un effet inégal et sélectif sur les
diverses générations : celles nées de mars à juillet les subissent aux âges qui y sont le plus sensibles,
celle née en octobre les traverse aux âges les moins vulnérables.
Abstract
Vilquin Eric. — Infant Mortality by Month of Birth in 19th Century Belgium. Belgian demographic
statistics between 1841 and 1850 contain detailed information on infant deaths by month of registration
of the death and by age (in months) of the deceased infant. This makes it possible to study the
cumulative influence of age at death and season of death on the mortality of infant at the time. There
are two periods of excess mortality : one in winter (January-February), and the other in summer
(August). These have unequal and selective effects on infants born at different periods of the year :
those born between March and July are subjected to excess mortality at the most sensitive stage of
development; those born in October pass through the period of excess mortality at an age when are
least vulnerable.
Resumen
Vilquin Eric. — La mortalidad infantil según el mes de nacimiento, en Bélgica en el siglo XIX. Las
estadísticas demográficas belgas, desde 1841 hasta 1850, proporcionan una información detallada
acerca de la mortalidad infantil según el mes de ocurrencia del deceso y según la edad al morir en
meses, del niňo fallecido. Estos datos permiten estudiar la influencia acumulada tanto de la edad como
de la estación de ocurrencia de la muerte de los lactantes de la época. Se ponen en evidencia dos
fases de sobremortalidad infantil, una en invierno (enero-febrero) y otra en verano (agosto), las que
tienen un efecto desigual y selectivo en las diversas generaciones : las nacidas entre marzo y julio,
pasan por estas fases en la edad más vulnerable; las nacidas en octubre en su edad menos vulnerable.LA MORTALITE INFANTILE
SELON LE MOIS DE NAISSANCE.
Le cas de la Belgique au XIXe siècle
types d'études selon ou et plus non. L'étude l'âge de rarement des Mais recherches, de de variations l'enfant, on la âge n'a mortalité soit depuis âge guère saisonnières parce depuis la mené infantile conception. que la concurremment naissance de l'on la se ne mortalité, fait On le dispose plus généralement ces souvent, infantile pas deux aussi de
l'information nécessaire, c'est-à-dire à la fois le mois de décès
et l'âge en jours ou en mois de l'enfant décédé, soit parce que
si est recueillie elle n'est pas exploitée. Il se
trouve que dans une circonstance historique probablement
unique au XIXe siècle et encore très rare de nos jours, la
Belgique des années 1840, on dispose de cette information.
Cela justifie l'étude d'Eric Vilquin, chercheur à l'Université
catholique de Louvain, qui met en évidence — à l'époque et
dans ce pays — une phase de surmortalité en hiver et une
autre en été {dont les causes médicales sont évidemment
différentes), et qui montre comment les générations mensuelles
successives les affrontent différemment.
Présentation. Les statistiques démographiques belges de la période
1841-1850 (1) présentent une particularité probable
ment unique pour l'époque : elles détaillent la mortalité infantile à la
fois selon le mois d'observation du décès et selon l'âge (en mois) au
décès. Comme elles contiennent également l'effectif mensuel de nais
sances, beaucoup de conditions se trouvent réunies pour permettre d'étu
dier la mortalité par âge, entre 0 et 1 an, en relation avec le mois de
naissance et le mois de décès, et de déterminer ainsi l'influence des
d) Statistique de la Belgique. Population. Relevé décennal 1831 à 1840.
Mouvement de l'état civil de 1840, Bruxelles, 1842, et Statistique de la Belgique.
Population. Mouvement de l'état civil pendant l'année... (1841, 1842, 1843, 1844),
Bruxelles. Toutes ces données sont reproduites dans une première version de cet
article (Université Catholique de Louvain, Département de Démographie, working
paper n° 36, juillet 1977, p. 19-23).
Population, n" 6, 1978. 1138 LA MORTALITÉ INFANTILE
saisons sur la mortalité des nourrissons, à une époque où elle n'est pas
encore efficacement combattue par l'hygiène et la médecine.
En calculant des « tables de mortalité mensuelles par génération » (2>,
on va pouvoir observer le mouvement saisonnier de la mortalité, non
perturbé par celui de la natalité (principale faiblesse des études fondées
sur la comparaison des effectifs ou proportions de décès).
Il a fallu franchir quelques écueils. Tout d'abord, pour ne pas
avoir à manipuler des effectifs très faibles, on a cumulé les chiffres
homologues (3) des générations (mensuelles) nées en 1841, 1842 et 1843 :
■ 1842 +1843 + 1844
FMAMJJASONO
1841 + 1842 + 1843
Ainsi, quand on parle des « décédés à 1 mois révolu en mars »,
il s'agit de la somme des décédés à 1 mois révolu en mars 1841, mars
1842 et mars 1843; de même, quand on parle de la « génération
mars » (4), il s'agit de l'ensemble des enfants nés en mars 1841, mars
1842 et mars 1843. On n'a pas inclus dans ce cumul les années suivantes,
car en 1845 une crise économique eut un effet perturbateur important
sur la fécondité et la mortalité, lequel a pu se faire sentir encore les
deux ou trois années qui ont suivi, et en 1849 il y eut une épidémie de
choléra.
<2» On entend par là des tables où l'unité de temps est le mois dans toutes
les dimensions: l'âge est exprimé en mois, la durée d'observation (ou d'exposition
au risque) également; la génération est l'ensemble des enfants nés un même mois.
<s> Nombre de décès observés pendant un même mois au même âge (effectifs
des carrés du diagramme), et nombre de naissances survenues un même mois.
(*) Par souci de clarté, on désignera plutôt les générations par le numéro
du mois en chiffres romains : génération mars = génération III, réservant les
noms des mois pour désigner les mois d'observation. BELGIQUE AU XIXe SIÈCLE 1139 EN
D'autre part, on a dû réintroduire dans les effectifs de naissances et
de décès de moins d'un mois, les « faux mort-nés ». A cette époque,
selon le docteur Bertillon (5), les faux mort-nés représentent 23,2 % de
l'effectif enregistré sous le qualificatif de « mort-nés », lequel nous est
connu mois par mois (6).
Enfin, pour remédier à l'inégale durée des mois, erreur variable et
non négligeable, on a dû réaménager les effectifs de naissances et de
décès afin que, sans modifier la localisation de ces événements dans le
temps, le « mois » se trouve ramené à une dimension fixe (1/1 2e d'année).
On renvoie en annexe l'exposé du détail méthodologique et technique de
cette dernière opération.
L'hypothèse d'absence de mouvements migratoires (ou, au minimum,
d'absence de mortalité différentielle entre migrants et non-migrants) entre
0 et 1 an, sur laquelle repose le calcul des tables de mortalité, est
d'autant plus facile à poser qu'à cette époque, les nourrissons migrants
étaient certainement très peu nombreux.
Pour construire les tables de mortalité (« longitudinales ») par génér
ation, il nous faut scinder en deux l'effectif de chaque carré. L'hypot
hèse d'une répartition des décès d'un carré entre les deux générations
qui le traversent, proportionnelle aux effectifs de naissances de ces
deux générations, est très satisfaisante à partir de l'âge d'un mois. Mais,
pour le premier mois, la très forte concentration des décès dans les
premiers jours impose une pondération différente aux effectifs de nais
sances. On a adopté ici les coefficients 1/5 et 4/5 (7).
1er mois Mois suivants
x1 y x' X = x1 + x" /X X = x1 + x"
4N, — + 1 -+ 1
No No
(5| Dictionnaire Encyclopédique des Sciences Médicales, Paris, 1869, article
« Belgique » par le docteur Bertillon, p. 20-21. Voir aussi M. Poulain et D. Tabutin,
Mortalité aux jeunes âges en Belgique de 1840 à 1970, Université Catholique de
Louvain, Département de Démographie, working paper n° 34, avril 1977, p. 3-4.
(в) Seule exception : ayant besoin du nombre de « mort-nés » en décembre
1840 (non publié), on l'a estimé en supposant sa proportion, par rapport aux
« naissances vivantes » (au sens légal de l'époque), égale à la moyenne de cette
même proportion pour les mois de décembre des trois années suivantes.
<7' Les éléments statistiques qui permettraient de préciser la valeur de ces
coefficients manquent. Il est suffisant de recourir à des coefficients vraisemblables,
car le changement de pondérations n'introduit que des variations minimes dans les
quotients calculés ultérieurement. 1140 LA MORTALITE INFANTILE
Résultats. Les douze tables de mortalité mensuelles (quotients
ikx) (8) par génération, entre 0 et 1 an, sont présentées
au tableau 1. La dernière ligne de ce tableau (évolution du quotient
annuel de mortalité infantile, q0, pour chaque sexe, d'une génération à
l'autre) est illustrée par le graphique A. La mortalité infantile féminine
est toujours nettement inférieure à la mortalité infantile masculine. Et
les générations III à VII ont, quel que soit le sexe, une mortalité supé
rieure à celle des générations VIII à II (dans le cas du sexe féminin,
ce mouvement a même une certaine régularité proche de la sinusoïde).
Sous la faible amplitude de ces variations de q0 selon le mois de naissance
se cache, nous allons le voir, une évolution saisonnière très mouvementée
de la mortalité pendant la première année.
L'allure de la courbe des quotients de mortalité « moyens » (Jia)
(tableau 2), c'est-à-dire toutes générations confondues, qui constitue une
base de référence commune pour la comparaison des diverses géné
rations (9>, semble indiquer que, si la mortalité était insensible aux
Яо
190
180
-qo'
_L_1_L_L_L_L
Ill IV V VI VII VIII IX X XI XII I I! Génération (mois de naissance)
sexe masculin sexe féminin
Graphique A. — Quotients annuels de mortalité infantile par sexe et par mois
de naissance (q0).
<8> Dans toute cette étude, on désigne par гкх le « quotient mensuel de
mortalité à l'âge exact x •», c'est-à-dire le risque couru par les enfants d'une
certaine génération (nés un même mois), vivants x mois après leur naissance, de
décéder avant l'âge de x -f- 1 mois (en l'absence de mouvements migratoires).
On désignera, conformément aux conventions habituelles, par g0 le quotient
annuel de mortalité infantile d'une génération mensuelle de naissance.
<9> Ces deux tables « moyennes » sont basées sur le cumul des effectifs (de
naissances et décès) de même âge des douze générations. l
f
l
t
|
l
BELGIQUE AU XIXe SIÈCLE 1141 EN
ГЦ -н со OS oo о о со о чо dé- cemb м •ч- OS гц Os 174 о оо ЧО ЧО ЧО ЧО ЧО ЧО 143 гч - гч *
■ч- ■ч- Os ГЦ Os _ ГЦ Os ГЦ 00 Os OS OS g 00 ЧО 00 оо о о ЧО оо vo •о 00 Г- ЧО 169 Os ГО 00 ЧО со о «о ЧО ЧО о VO WO vo 143 i и -g Е r- X ГЦ -
r- г- ГЦ ГЦ ГЦ ^н Os OS OS Os о о ЧО о ЧО OS оо го г~ ГЦ Os 00 00 Os ЧО VO UO ЧО ЧО ГО оо ЧО ЧО -о 140 о _o X г-
о
r- ^. г- го го OS — 1 ■* го 09 ГЧ оо чо со OS ГО со s го ЧО 00 WO wo о о sep teml 00 го ГЦ 175 о оо ЧО чо 1О vo •л 138 X t— гч - -
■ч- 00 Os Os оо ^ гц ^^ со гч OS ГЦ го 00 Os Os ко чо ■о со го о го ГЦ го ГЦ OS 00 00 Os оо 00 ЧО ГЦ тг о о о ЧО о о о го OS VO UO •о "' ЧО > 2;
С w О ^. OS <л - оо ГЦ со 00 ЧО о го о ЧО H о 152 гч 182 с— 00 00 г- чо о о о ЧО 00 о — 00 ■ч- о гч m чо гц > д H
"сЗ о 2,1 0,2 8,8 1,1 8,6 1,6 6,6 8,4 9,9 8,4 6,0 "С о р~ ■ч- .S OS 00 О ЧО 00 ЧО о •ч- ОО W0 UO ~* -ч е w £ .5 о
тз ■ч- ^. г— •ч- ■ч- i со OS О ГЦ о о о со го OS гч os 00 о 00 OS J о ÉRATI о ma -ч- г- ■ч- г-~ Е ГЦ OS 00 ГЦ го 00 ГЦ ГЦ гч гч о <о о 180 о ЧО о о о ;nsue mnue Sex ~*
1 чч m Z 68,6 15,8 12,6 13,5 13,3 11,1 8,7 7,5 11,5 9,9 57,6 12,2 11,1 10,0 9,0 6,7 10,1 13,1 154,2 avril 180,4 10,4 00 и-> 00 с "о s т'тт со .SŽ H < о OTIE1 •7
О" •ч- г~ ЧО os oo >О «о «о ЧО OS о Os 00 VO гч гч ГЦ о ЧО OS оо •ч- ■ч- г- ~< -н О Os о ЧО ЧО OS Os 184 00 OS 00 00 Os 00 ЧО ЧО 00 00 гч OS a s W II E
а
février ■ч- ■ч- г— 00 о ЧО OS ОО о го о ^ ГЦ ГО о Os ГЦ ЧО со 1— "** *^ ЧО OS ГЦ OS 00 OS оо ЧО ЧО гц 174 ГЦ о оо Os ЧО ■о 145 - ЧО
vier on on Г-" Г-* ,J. (^ OS гц го 00 ЧО оо ГО 1Л 00 ЧО ЧО оо «о W0 оо со ■ч- ЧО Д
* a о ati 1 / с
« / Gén d г- r— ГЦ о /12 о го Ю ЧО 00 Os о о о ГЦ ГО ЧО 00 Os о «г
с / * / *
/ 1142 LA MORTALITÉ INFANTILE
Tableau 2. — Quotients « moyens ■» (toutes générations confondues)
de mortalité par age et par sexe : -jcx (p. 1 000)
(<70 zz quotient annuel moyen de mortalité infantile)
Age exact x lkx
Sexe masculin (en 1/12 d'année) Sexe féminin
70,8 55,7 0
1 20,3 16,5
15,0 12,6 2
3 13,5 10,3
8,7 4 10,6
5 9,4 7,7
9,2 7,5 6
7 8,2 7,2
7,9 7,3 8
9 8,1 7,3
10 7,3 7,0
11 10,3 9,5
176,2 147,2
saisons, donc identique pour toutes les générations, sa tendance au cours
de la première année serait probablement une chute continue, plus rapide
au début qu'à la fin.
Sur les graphiques В on a représenté, pour chaque génération et
chaque sexe {avec les mêmes conventions), les variations de l'indice
xkx/ikx • 100 selon l'âge (voir tableau 3). Ils rendent compte, pour un
âge x donné, de l'écart relatif entre le quotient observé d'une génération
et le quotient moyen toutes générations confondues, qui peut faire figure
de norme.
Commentaire. Partons de la génération XI, la plus proche de la
« moyenne ».
• Les générations XI, XII et I subissent une surmortalité d'hiver,
dont l'effet se fait sentir à un âge de plus en plus précoce quand on
passe d'une génération à la suivante : c'est donc, semble-t-il, plus une
caractéristique de la saison (l'hiver, centré grosso modo sur les mois de
janvier et février) que de l'âge.
• Avec la génération I apparaît un second accident dans la régul
arité des courbes : Y été apporte à son tour une remontée de la mortalité.
Cette deuxième phase de surmortalité subsiste chez les générations su
ivantes (jusqu'à la génération VIII, environ) et elle régresse peu à
peu vers le début des courbes, se montrant par là, elle aussi, davan- ,
BELGIQUE AU XIXe SIÈCLE 1143 EN
<_( p- p- Tf On vo Os О to 00 ГЛ Os VO VO vo О о VO О VO VO Os о vo ro vo со о vo р- p- P- Ю p- со vo vo vo vo VO о VO >O 00 es 00 vo о vo Os to X s P- P- p- p- P- VO ro *H 00 On ON Os Os Os 00 00 OS 00 00 VO vo OS
r- _ p- p- ON СО 00 VO VO .-H rt о vo Ю 00 о vo oo Tf vo rs Tf O vo p- p- 102 VO Os VO о 00 SO ON 114 VO p- p- p- -h О p- oo p- o> X CS ON ON 00 P- VO 00 VO ON о s о Os 00 VO
fH P- P- VO es oo vo vo ON о ro vo VO «о со OS CO со es VO Os. 00. oo co vo cs p- p- Os es es OS о vo oo Tf OO ON tO о vo VO vo VO Tf p» X p- p- p- p- -H Os 00 OS о 00 00 00 VO oo On ON о On VO 2Š
„. p- p- t Os Tf On o oo es es ON ro <o VO oo Tf о VO vo Tf Tf ^ Os 00 VO ON Os tO 00 о os es es о rs rs VO es Tf * Tf O1 p- p- p- p- 00 О es i-H 00 00 VO P- Os Os о ON OS ON ON 00 О S О о
„,. p- oo со ro 00 00 00 es vo VO Os VO 00 Os Ю Tf о •o Tf tO "1"*- ro VO On i-i i-c Ю 00 Os Os о ro to p~ 00 о VO Tf Tf Tf Ю VO o VO a p- es Tf p- p~ О -и Os Os о 00 OS Os 00 vo 00 On On о 00
p- p~ I_l 00 es On CO cs ON О О Tf P- vo es 00 о Tf VO о oo oo Tf cs ГО •0. p- P- P- a P- p- rt tO 1-й cs es о Tf VO es ON ГО es ro ro ro о 1-1 O Os oo 1-1 co ON o es On oo О Tf Tf О 00 со о os On с >
oo i— < p» О P- p- Ю о On —i es <O 00 VO «o Tf On U^ to, ГО. «О. ON to .H es es es p- p- ro «o es Os VO vo eo to vo Tf vo Os es es to О to Tf Tf i-l 00 Os vo ro »-< 00 oo es es Os 00 Tf Ю Tf о СЛ On 00 С asculin
on cs Os f r- r- p- S 00 es vo vo Os ro ON 00 !"H СО es VO vo vo со es 00 so ON о ro p- -h os oo es 00 On ro со Tf ю го О ro ON о CO Tf Tf CO о S
a
„. p- ON 00 .и о о oo 00 ( 00 ON i-H vo VO О cs ro О ro 00 Tf о es 00 Os VO r- p- p- vo Ю 00 00 vo eo es ro ГО 00 о es to Tf Tf p- es i-H p- 1-1 p~ 1—1 ON Os On о Tf CO Tf О о 00 Os On Tf Tf ro С >
P- p~ p-. p~ ON ON О os о СО VO ro vo Os 00 00 vo 00 О CO FH OS vo es III es •-и ro vo es 00 •-i vo 105 oo О VO vo oo ro VO 104 P- 00 p- 00 о es h oo 00 со со 00 s § 00 00 О es ro С >
p- es 120,6 rS On 00 os о со r> 00 va P- p- p- P" »H r- 00 Os VO 00 OS cs to 00 о «о о Tf 00 «о Tf p- P~ 00 Os On p- о ON 8 OS l> On es Os On i 00 o OS
-H es 114,3 °° 78,3 86,9 vo 79,6 °i "г П. p.. «1 n P-. O. -I P-;
P- 00 p- p- Os oo p. oo p- О On 00 OS ON vo 00 Os 00 On OS
éra 1 /
о s Л p* es eo 00 Os О *ч о 1—4 es ro Tf vo p- oo on о ^h О Tf vo vo VO ^H 1-4 "^ о / / 1 О I О
1
/ 1
1
i
I
1
1
1
1
i
1
1
1
i
I
1144 LA MORTALITÉ INFANTILE
tage liée à l'époque (l'été, culminant vers le mois d'août) qu'à l'âge. Elle
est également suivie d'une nouvelle chute au-dessous du niveau moyen.
• A partir de la génération II, la surmortalité d'hiver réapparaît
aux âges élevés. Son impact, jusqu'à la génération VIII, est spectaculaire
car elle fait monter les courbes très loin au-dessus du niveau moyen; il
semble s'atténuer quand elle touche les enfants plus jeunes.
• Dans les générations où la surmortalité d'hiver suit celle d'été,
la chute (compensatrice) de la mortalité entre ces deux époques critiques
JASONDJ 5 6 7 8 9 10 M
150
- Ill H0 Gén MARS
130
120
/1 10 Л
У / л 100
90
80 V / 1 1 i i i 1 1 70
- Gěn. MAI - V 7 О / N 8 i 9 D i i
/
i -
Г
! 1 ! J 8 1 9 F 1 I M 0 A I : F M 9 10 A I M I
Graphiques B. — Variation de l'indice i/c*A/c, x 100 selon l'âge, le sexe
et la génération.
sexe masculin i/r* = quotient mensuel de mortalité féminin Лг = moyen de mortalité
(toutes générations confondues)

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.