La population de l'Iran au recensement de 1986 - article ; n°3 ; vol.43, pg 537-553

De
Publié par

Population - Année 1988 - Volume 43 - Numéro 3 - Pages 537-553
Amani Medhi. — La population de l'Iran au recensement de 1986. Les 4 recensements de l'Iran (1956, 1966, 1976, 1986) nous donnent les éléments nécessaires pour connaître la démographie de ce pays. Sa population 18 955 000 en 1956, est passée à 49 857 000 en 1986, avec un taux d'accroissement parmi les plus forts du monde. A l'heure actuelle l'Iran est plus peuplé que la Turquie; il est à noter pourtant que l'immigration afghane a joué le rôle principal dans cette accélération démographique. La population de l'Iran est déjà urbaine à 50 %, avec à l'heure actuelle plus de 54 %, d'autant plus que le taux d'accroissement annuel de la population urbaine de l'Iran est de 5,49 % contre 39,9 % pour la population totale. La taille moyenne des ménages ordinaires a connu une hausse considérable : 4,76 en 1956 et 5,10 en 1986. Pour ce qui est de la nuptialité on peut citer la précocité et l'universalité. En effet 43 % des hommes et 75 % des femmes ont été (en 1986) mariées au groupe d'âge 20-24 ans, avec 1 % de non-mariés (célibat définitif) chez les hommes et les femmes au groupe d'âge 50-54 ans. Le taux d'alphabétisation (pour l'ensemble de la population ayant 10 ans et plus ou 7 ans ou plus) est passé de 14,9 % en 1956 à 61,7 % en 1986 avec une tendance de rapprochement entre ville et campagne. L'examen des différentes projections et des taux d'accroissement intercensitaires montre l'existence d'une grande immigration de l'ordre de 3 millions vers l'Iran très probablement afghane.
Amani Medhi. — The population of Iran according to the census of 1986. Information contained in the four censuses of Iran, taken in 1956, 1966, 1976 and 1986, is sufficient for an analysis of the country's demographic situation. The increase in population from 19 million to 50 million in 1986 makes the Iranian rate of growth one of the highest in the world. Iran's population exceeds that of Turkey, though it should be borne in mind that part of the boom may have been caused by immigration from Afghanistan. More than half of Iran's population live in towns, the proportion urban is 54 per cent, and is increasing rapidly, for the urban growth rate amounts to 5.5 per cent per year, compared with 4.0 per cent for the population as a whole. The average size of household has increased from 4.8 to 5.1 during the same period. Marriage occurs at an early age and is virtually universal. 43 per cent of the men and 73 per cent of the women between the ages of 20 and 24 are married, and the proportion ever-married in the age group 50-54 is 99 per cent for both sexes. Literacy rates have also been rising sharply from 15 per cent in 1956 to 62 per cent in 1986 in the population aged 10 and over, and the gap between rural and urban populations in this respect has narrowed. A comparison of population projections with inter-censal growth rates suggests that there has been large-scale immigration to Iran, of the order of three million persons, most probably from Afghanistan.
Amani Medhi. — La población de Iran en el censo de 1986. Los cuatro censos de Iran (1956, 1966, 1976, 1986) nos proporcionan la base necesaria para conocer la demografia de dicho pais. Su población, 18 955 000 en 1956 alcanzó 49 857 000 en 1986 con una tasa de crecimiento que es una de las mas fuertes del mundo. Hoy en dia Iran tiene una población mayor que la de Turquia. Sin embargo hay que tener en cuenta que la inmigración procedente de Afganistan desempeňó el papel mas importante en ese crecimiento. Mas de la mitad de la población es urbana. Puede ser que ahora sobrepase el 54 %, tanto mas que el crecimiento de la población urbana alcanza 5,49 % y 39,9 % el de la población total. El tamaňo promedio de los hogares aumentó mucho (4,76 en 1956 y 5,10 en 1986). En cuanto a la nupcialidad se deben notar la precocidad y la universalidad del matrimonio. En el grupo de edades 20-24 aňos el 43 % de los hombres y el 75 % de las mujéres en 1986. Solamente el 1 % de los hombres y de las mujéres no se han casado nunca en el grupo de edades 50-54 anos. La tasa de alfabetización (en la población de 10 aňos, o mas de 7 aňos) subio del 14,9 % en 1956 al 61,7 % en 1986. La diferencia a este axpecto entre la ciudad y el campo va desapareciendo. El análisis de las diversas projecciones y de las tasas de crecimiento entre los censos demuestra que la inmigración, nan probablemente procedente de Afganistan, alcanza los 3 millones.
17 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1988
Lecture(s) : 30
Nombre de pages : 19
Voir plus Voir moins

Medhi Amani
La population de l'Iran au recensement de 1986
In: Population, 43e année, n°3, 1988 pp. 537-553.
Citer ce document / Cite this document :
Amani Medhi. La population de l'Iran au recensement de 1986. In: Population, 43e année, n°3, 1988 pp. 537-553.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pop_0032-4663_1988_num_43_3_17122Résumé
Amani Medhi. — La population de l'Iran au recensement de 1986. Les 4 recensements de l'Iran (1956,
1966, 1976, 1986) nous donnent les éléments nécessaires pour connaître la démographie de ce pays.
Sa population 18 955 000 en 1956, est passée à 49 857 000 en 1986, avec un taux d'accroissement
parmi les plus forts du monde. A l'heure actuelle l'Iran est plus peuplé que la Turquie; il est à noter
pourtant que l'immigration afghane a joué le rôle principal dans cette accélération démographique. La
population de l'Iran est déjà urbaine à 50 %, avec à l'heure actuelle plus de 54 %, d'autant plus que le
taux d'accroissement annuel de la population urbaine de l'Iran est de 5,49 % contre 39,9 % pour la
population totale. La taille moyenne des ménages ordinaires a connu une hausse considérable : 4,76
en 1956 et 5,10 en 1986. Pour ce qui est de la nuptialité on peut citer la précocité et l'universalité. En
effet 43 % des hommes et 75 % des femmes ont été (en 1986) mariées au groupe d'âge 20-24 ans,
avec 1 % de non-mariés (célibat définitif) chez les hommes et les femmes au d'âge 50-54 ans.
Le taux d'alphabétisation (pour l'ensemble de la population ayant 10 ans et plus ou 7 ans ou plus) est
passé de 14,9 % en 1956 à 61,7 % en 1986 avec une tendance de rapprochement entre ville et
campagne. L'examen des différentes projections et des taux d'accroissement intercensitaires montre
l'existence d'une grande immigration de l'ordre de 3 millions vers l'Iran très probablement afghane.
Abstract
Amani Medhi. — The population of Iran according to the census of 1986. Information contained in the
four censuses of Iran, taken in 1956, 1966, 1976 and 1986, is sufficient for an analysis of the country's
demographic situation. The increase in population from 19 million to 50 million in 1986 makes the
Iranian rate of growth one of the highest in the world. Iran's population exceeds that of Turkey, though it
should be borne in mind that part of the boom may have been caused by immigration from Afghanistan.
More than half of Iran's population live in towns, the proportion urban is 54 per cent, and is increasing
rapidly, for the urban growth rate amounts to 5.5 per cent per year, compared with 4.0 per cent for the
population as a whole. The average size of household has increased from 4.8 to 5.1 during the same
period. Marriage occurs at an early age and is virtually universal. 43 per cent of the men and 73 per
cent of the women between the ages of 20 and 24 are married, and the proportion ever-married in the
age group 50-54 is 99 per cent for both sexes. Literacy rates have also been rising sharply from 15 per
cent in 1956 to 62 per cent in 1986 in the population aged 10 and over, and the gap between rural and
urban populations in this respect has narrowed. A comparison of population projections with inter-censal
growth rates suggests that there has been large-scale immigration to Iran, of the order of three million
persons, most probably from Afghanistan.
Resumen
Amani Medhi. — La población de Iran en el censo de 1986. Los cuatro censos de Iran (1956, 1966,
1976, 1986) nos proporcionan la base necesaria para conocer la demografia de dicho pais. Su
población, 18 955 000 en 1956 alcanzó 49 857 000 en 1986 con una tasa de crecimiento que es una de
las mas fuertes del mundo. Hoy en dia Iran tiene una población mayor que la de Turquia. Sin embargo
hay que tener en cuenta que la inmigración procedente de Afganistan desempeňó el papel mas
importante en ese crecimiento. Mas de la mitad de la población es urbana. Puede ser que ahora
sobrepase el 54 %, tanto mas que el crecimiento de la urbana alcanza 5,49 % y 39,9 % el de
la población total. El tamaňo promedio de los hogares aumentó mucho (4,76 en 1956 y 5,10 en 1986).
En cuanto a la nupcialidad se deben notar la precocidad y la universalidad del matrimonio. En el grupo
de edades 20-24 aňos el 43 % de los hombres y el 75 % de las mujéres en 1986. Solamente el 1 % de
los hombres y de las mujéres no se han casado nunca en el grupo de edades 50-54 anos. La tasa de
alfabetización (en la población de 10 aňos, o mas de 7 aňos) subio del 14,9 % en 1956 al 61,7 % en
1986. La diferencia a este axpecto entre la ciudad y el campo va desapareciendo. El análisis de las
diversas projecciones y de las tasas de crecimiento entre los censos demuestra que la inmigración, nan
probablemente procedente de Afganistan, alcanza los 3 millones.LA POPULATION DE L'IRAN
AU RECENSEMENT DE 1986
disparition 1986 ont La entouré est publication un des d'un événement statistiques voile des premiers mystérieux considérable. iraniennes, résultats les effets qui du La ont recensement de raréfaction, suivi l'émigration la révolution, iranien voire politi de la
que, de l'afflux de réfugiés afghans, et surtout de la guerre avec
l'Irak et de l'arrêt du planning familial. Mehdi Amani *, fondateur
du département de démographie de l'Université de Téhéran,
commente ici ces premiers résultats qui nous montrent à la fois
l'impact du retour de l'islam (âge au mariage, fécondité), mais aussi
l'inéluctable évolution des mœurs (poursuite de l'alphabétisation et
de l'urbanisation).
Le recensement iranien de 1986 est le quatrième recensement effectué
dans ce pays. Ces recensements ont lieu tous les dix ans, nous présentons
ici les principaux résultats du dernier d'entre eux.
Population totale Les chiffres de la population totale d'après ces 4
recensements sont les suivants (en millions d'ha
bitants) :
Novembre 1956 18,955 1966 25,781 1976 33,709
Novembre 1986 49,857
La population a été multipliée par 2,63 en 30 ans, ce qui place la
République Islamique d'Iran parmi les pays à fort taux d'accroissement
démographique.
Il est probable que le déroulement du recensement de 1986 dans les
régions du sud-ouest et de l'ouest du pays s'est effectué dans des
conditions difficiles mais, compte tenu de l'organisation et de la prépa
ration des opérations du recensement, on pourrait dire que seule une partie
négligeable de la population de ces régions est touchée par des événements
capables de perturber l'énumération des habitants.
* Expert de l'ONU (1984-1986).
Population, 3, 1988, 537-554. 538 LA POPULATION DE L'IRAN
Compte tenu des circonstances, le traitement et la diffusion des
premiers résultats ont été réalisés dans un délai relativement court. La
conduite des opérations et la publication des résultats de ces 4 recense
ments ont été réalisées par le même organisme responsable, avec une
quasi-continuité technique et administrative de l'ensemble du système
statistique depuis déjà plus de 30 ans : le Centre des Statistiques de l'Iran.
La population des pays voisins ou proches de l'Iran est estimée au
tableau 1 (source ONU).
Tableau 1. — Population et densité des pays voisins ou proches de l-Iran en 1988
Pop./Km2 Pays Pop. en millions
13 URSS 286,2
Afghanistan 17,4 28
Pakistan 108,6 134
Émirats Arabes Unis 1,5 18
Bahrein 0,5 763
Koweït 2,0 112
Qatar 0,332 30
Arabie Saoudite 12,6 6
Irak 17,3 39
53,5 68 Turquie
Iran en 1988* 53,8 33
* (Estimation de l'auteur selon le taux d'accroissement observé entre 1976 et 1986).
La République Islamique de l'Iran occupait, selon les estimations de
1987 (avant la publication des résultats du recensement de 1986), le 21e
rang parmi les pays les plus peuplés du monde, après la Turquie
(51,4 millions) et avant l'Ethiopie (46 millions) l'Angleterre-Galles et la
France étant respectivement aux 16e et 17e rangs (avec 56,8 et 55,6
millions).
Mais, en se fondant sur le taux d'accroissement observé entre 1976
et 1986, on est fondé à dire que, d'ores et déjà, l'Iran est passé devant la
Turquie.
Répartition par sexe et âge Le rapport de masculinité est supérieur
à 100 pour les 4 recensements, avec un
maximum de 107,3 au 2e recensement en 1966. A l'origine de cet état de
chose, on pourrait citer la surmortalité féminine aux âges féconds et,
d'autre part, une survie plus forte chez les garçons en bas âge, comme dans
la plupart des pays du Tiers-Monde.
Il n'existe pas d'écart considérable entre cet indicateur en Iran et
dans les pays voisins (1985) :
Afghanistan 105,0
Irak 102,9
Pakistan 107,6
Turquie 105,6 AU RECENSEMENT DE 1986 539
Conformément aux observations, le rapport de masculinité, dans les
régions urbaines, est nettement plus grand à cause d'un exode rural
constant. Le tableau 2 donne la valeur de ce rapport pour les 4 recense
ments par régions urbaine et rurale.
Tableau 2. — Rapport de masculinité
1956 1966 1976 1986
107,3 106,2 104,6 Iran entier 103,6
109,9 105,7 Régions urbaines 106,5 108,5
106,6 103,0 103,4 rurales 102,3
En raison de sa forte fécondité, la population iranienne est très jeune,
sans différence significative d'un recensement à l'autre ou entre ville et
campagne (tableau 3).
Tableau 3. — Répartition (en %) par grands groupes d'âges
1966 1986 1956 1976
Âge
Urbain Ens. Urbain Ens. Urbain Rural Ens. Urbain Rural Ens. Rural Rural
40,3 43,1 42,2 44,0 47,4 46,1 40,9 47,6 44,4 42,8 48,6 45,5 0-14 ans
48,7 54,3 15-64 ans 56,2 52,7 53,8 52,5 48,5 50,0 55,8 52,1 48,2 51,5
2,9 3,2 3,0 65 ans et plus 3,5 4,2 4,0 3,5 4,1 3,9 3,3 3,7 3,5
100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 Tous âges 100,0
L'estimation de l'ONU, pour la structure par âge de la population
iranienne en 1985, est très proche de celle fournie par les recensements :
0-14 ans = 43,1% 15-64 ans = 53,5% 65 ans et plus = 3,4%
Selon cette source, ce n'est qu'à partir de 1995 que l'importance
relative de la population jeune (0-14 ans) descendra en-deçà du seuil
classique de 40 % pour s'établir, en 2000, de la manière suivante :
0-14 ans = 36,9% 15-64 ans = 59,5% 65 ans et plus = 3,6%
Les pays voisins de l'Iran (sauf la Turquie) ont presque la même
structure par âge (tableau 4).
Tableau 4. — Structure par Ages des pays voisins de l'Iran
Age Afghanistan Pakistan Irak Turquie
0-14 ans 46 45 49 37
15-64 ans 50 51 47 59
65 ans et plus 4 4 4 4
Tous âges 100 100 100 100
II est à noter que les Républiques soviétiques musulmanes d'Asie,
Azerbaïdjan et Turkménistan, ont une structure par âge assez jeune 540 LA POPULATION DE L'IRAN
(semblable à celle de l'Iran) représentant un écart marqué par rapport aux
autres Républiques telles que : RSFSR, Ukraine, Biélorussie et Républi
ques soviétiques européennes.
Urbanisation Le taux d'urbanisation de la population de l'Iran
s'accroît d'une manière considérable d'un recensement
à l'autre. Voici l'évolution du taux d'urbanisation depuis 1956 :
Année du recensement Taux d'urbanisation (%)
1956 31,4
1966 39,1
1976 46,9
1986 54,2
Le seuil de 50% aurait été franchi en 1980, pour donner une
population urbaine de 27 millions en 1986, sur une population totale de
50 millions.
Le taux d'accroissement annuel de la population urbaine dépasse
largement le taux naturel. Voici, en effet, les taux
d'accroissement de la population urbaine en Iran :
Période intercensitaire Taux d'accroissement annuel
1956-1966 5,41 %
1966-1976 4,59%
1976-1986 5,49%
En 1986, sur un nombre de près de 400 villes, 40 comptaient plus de
100 000 habitants et regroupaient 17,9 millions de personnes, c'est-à-dire
plus de 66 % de la population urbaine. On peut classer ces 40 villes, par
dimension, comme suit :
6 millions 1 Plus de ville
1 à 1,5 million 2 villes
à 1 million 500 000 5
300 000 à 500 000 1 ville
100 000 à 300 000 31 villes
Total 40 villes
Parmi les 24 provinces de l'Iran, la plus urbanisée est celle de
Téhéran (englobant la capitale), avec un pourcentage de population
urbaine de 86,5 %. La province de Kohkiluyé/Boveyrahmad (à prédomi
nance tribale) présente le taux le plus bas : 27,3 %.
Le tableau 5 indique le taux d'urbanisation des 24 provinces (Estan)
de l'Iran.
Comme on le constate, la province de Khuzistan connaît une baisse
du taux d'urbanisation. Ce fait est lié à la proximité du front : les
principales villes de cette province (notamment Abadan, Ahvaz et ex-
Khoramchahr) fortement endommagées par la guerre, ont été en partie
évacuées par leurs résidents. AU RECENSEMENT DE 1986 541
Tableau 5. — Taux d-urbanisation (%) des 24 provinces « Estan >
d'Iran en 1976 et en 1986
Estan 1976 1986
1 — Markazi (central) 80 44
2 — Guilan 29 38
3 — Mazandaran 33 38
4 — Azerbaïdjan Est 49 36
5 — Ouest 32 46
6 — Bakhtaran 4j Л1 j / (ex Kermanchahan)
7 — Khuzistan 58 56
8 — Fars 43 52
9 — Kerman 32 44
10 — Khorassan 38 48
1 1 — Ispahan 63 64
12 — Sistan-Balutchistan 42 25
13 — Kurdistan 24 40
14 — Hamédan 30 37
15 — Tcharmahal-Bakhtiari 36 36
16 — Luristan 32 47
17 - Ilam 20 42
18 — Kohkiluyé-Boverahmad 13 27
19 — Bouchir 34 49
20 — Zandjan 25 43
21 — Semnan 39 59
22 - Yazd 61 66
23 — Hormozgan 27 40
24 - Téhéran 98 86
IRAN 47 54,4
« Estan » à part Téhéran a été détaché pour former un
Les dix premières ville d'Iran englobent, à elles seules, une grande
part de la population urbaine, et la population de chacune d'elles connaît
un fort taux d'accroissement (tableau 6).
Tableau 6. — Taux d'accroissement des 10 principales villes de l'Iran
Taux d'accroissement annuel Villes Population en 1986 moyen (%) 1976-1986
1 - Téhéran 6 022 079 2,9
2 - Méchède 1466 018 8,2
3 — Ispahan 1 001 248 4,2
4 — Tabriz 5,2 994 377
5 — Chiraz 7,1 848 011
6 — Ahvaz 589 529 5,9
7 — Bakhtaran 565 544 6,9
(ex Kermanchah)
8 — Oroumieh 304 823 6,4
(ex-Rézaïeh)
9 — Racht 293 881 4,5
10 — Zahédan 288 613 11,9
12 374 123 542 LA POPULATION DE L'IRAN
Turquie
Habitant par Km2
Г 1 1- 9,9
ПТГП ю-19,9
20-29,9
F=* 30-39,9
ШШ чо-Ч9,
50-59,
60-99,
lu0 et
Centre d'Estan Muscat Oman *\ Mer d'Oman
Carte 1. — Carte de densité de la population de l'Iran par Estan (province) 1976
et population des dix premières villes de l'Iran selon les premiers résultats du
recensement 1986 (en carreaux noirs, surface de chacun en proportion avec la
population de la ville. Ex : Téhéran = 6 022 079).
La population de ces dix premières villes représente 46% de la
population urbaine totale de l'Iran.
Il est intéressant, sur la base des données publiées par l'ONU, de
comparer le degré d'urbanisation de l'Iran avec celui des autres pays du
Moyen-Orient. Le tableau 7 en donne quelques éléments statistiques de
1985 et 2000 (projections).
Avec 55 % de population urbaine, l'Iran est moins urbanisé que les
autres pays pétroliers ayant leur population plus concentrée dans les villes,
notamment l'Irak (71 %), l'Arabie Séoudite (73 %), les Émirats (78 %) mais
il l'est davantage que la Turquie et, surtout, le Pakistan. AU RECENSEMENT DE 1986 543
Tableau 7. — Taux d-urbanisation des pays voisins ou proches de l'Iran
Pop. urbaine % 1985 Pop. urbaine % 2000 Pays
66,0 74,0 URSS
28,9 Afghanistan 18,5
Bahrein 81,7 85,3
Irak 70,6 79,3
93,7 97,2 Koweït
29,8 37,8 Pakistan
81,8 Arabie (Saoudite) 73,0
Turquie 48,1 58,5
Émirats Arabes Unis 77,8 77,8
Iran 55,0 66,3
Taille moyenne des ménages Le recensement iranien de 1986 fait
état de 9 756 503 ménages, contre
6 709 068 en 1976, soit un accroissement de 45 % en dix ans, avec une
augmentation correspondante de 48 % pour la population.
Il est possible de dresser un tableau regroupant la taille moyenne des
ménages ordinaires lors des 4 recensements pour les régions urbaines et
les régions rurales (tableau 8).
Tableau 8. — Taille moyenne des ménages ordinaires de la population de l'Iran
1956 1966 1976 1986
Ensemble 4,76 4,98 5,01 5,10
Régions urbaines 4,72 5,00 4,86 4,84 rurales 4,77 4,98 5,17 5,45
Selon ces résultats, la taille moyenne des ménages iraniens est passée
de 4,76 en 1956 à 5,10 en 1986, soit en trente ans une hausse de 7,14%
ce qui s'expliquerait par une relative constance de la fécondité et une
baisse de la mortalité.
Autre observation importante, le clivage qui apparaît entre la taille
des ménages urbains et des ménages ruraux à partir du recensement de
1976 : l'écart est alors de 0,31 individu, au profit du ménage rural et il
s'accentue pendant les dix années suivantes, pour doubler et passer à 0,61
individu en 1986.
Le concept de ménage est très proche de celui de la famille; nous
pouvons donc essayer d'obtenir une statistique des familles en partant du
fait que la famille exige au moins 2 membres (normalement conjoints). En
déduisant les ménages d'une seule personne de l'ensemble des ménages
ainsi que de la population totale (numérateur), on aura un chiffre plus
proche de la taille moyenne des familles.
avec P = population totale
P- M, ]_= F EM = ensemble des ménages
M, = ménage d'1 seule personne ZM- M, F = taille moyenne de la famille LA POPULATION DE L'IRAN 544
Tableau 9. — Écart entre la taille moyenne des ménages et celle de la famille
Année Taille moyenne des ménages Taille moyenne de la famille
1956 4,76 4,97
1966 4,99 5,18
5,01 5,20 1976
5,29 1986 5,10
Nous pouvons mesurer au tableau 9 la différence provenant de cette
distinction entre les deux notions.
L'évolution est parallèle, l'écartement demeurant constant au profit
des familles pour les 4 rencensements :
Recensement 1956 1966 1976 1986
Écart Famille-Ménage 0,21 0,19 0,19 0,19
La taille moyenne des ménages et des familles de l'Iran et leur
évolution sont analogues à celles des Républiques asiatiques de l'URSS
de tradition musulmane, très proches ou voisines de l'Iran.
En Iran, aussi bien que dans les soviétiques d'Asie, la
taille moyenne des familles est nettement supérieure à 5 personnes. Cette s'est agrandie depuis 1956, avec une augmentation qui, à partir de
1970, devient également très sensible dans les Républiques d'URSS d'Asie
(tableau 10) avec un écart grandissant entre les campagnes et les villes,
exactement comme en Iran (comparer avec la taille des ménages urbains
et ruraux dans les 4 recensements de l'Iran).
Tableau 10. — Taille des ménages dans 4 Républiques soviétiques socialistes
d'Asie
1970 1979
Républiques (a)
Ens. Urbaine Rurale Ens. Urbaine Rurale
Ouzbékistan 5,3 4,5 5,3 5,5 4,6 6,2
5,1 5,7 5,1 4,5 6,8 Azerbaïdjan (b) 4,5
Tadjikistan 5,4 4,5 6,0 5,7 6,6 4,5
5,2 4,6 6,0 4,6 Turkménistan (b) 5,5 6,5
(a) Le suffixe « estan » ou « istan » est un mot persan qui veut dire « pays » ou « lieu »,
comme Kurdistan (ou plus exactement Kordestan), qui signifie « le des Kordes ».
(b) En Iran, 2 provinces (ou estan) : l'Azerbaïedjan de l'Ouest et l'Azerbaïedjan de l'Est,
touchent toutes les deux Г Azerbaïdjan soviétique et l'Arménie. Une région au nord
de l'Iran (sud-est de la Mer Caspienne), qui porte le nom de Plateau des Turkmènes,
touche le Turkménistan soviétique.
Nuptialité En Iran, la nuptialité est basée sur deux principes : la
précocité et l'universalité des unions. Ces deux caractéris
tiques se faisant toujours sentir plus fortement chez les femmes que chez
les hommes.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.