La rétention différentielle des composants de la phrase : rôle fonctionnel ou catégorie syntaxique ? - article ; n°1 ; vol.74, pg 171-178

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1974 - Volume 74 - Numéro 1 - Pages 171-178
Résumé
La fonction grammaticale d'un mot peut-elle déterminer sa probabilité de rétention ?
Afin de répondre sur ce point, nous avons étudié la rétention de deux noms appartenant soit au SN1 soit au SN2 d'un énoncé. Les noms en question sont dans un rapport modifiant-modifié ; il s'agit d'un nom nucléaire (sujet ou objet) et de son complément.
Les résultats indiquent d'une part que le nom modifié est toujours mieux retenu que son modificateur, et d'autre part que le rappel du modificateur est étroitement lié au rappel du modifié. Le rappel du modificateur semble bien impliquer, au préalable, celui du modifié, tandis que l'inverse n'est pas vrai.
Summary
Does the grammatical function of a word determine its probability of retention ?
In an attempt to answer this question, we have studied the retention of two nouns belonging either to the NP1 or to the NP2 of an utterance. These nouns have the relation modifier-modified : one is a nuclear noun (subject or object), the other its complement.
The results reveal, on the one hand, that retention is better for the modified than for the modifier, and on the other hand that recall of the modifier is strongly related to recall of the modified. While recall of the modifier seems to imply a preliminary recall of the modified, the converse is not true.
8 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 1 janvier 1974
Lecture(s) : 8
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins
Juan Segui
La rétention différentielle des composants de la phrase : rôle
fonctionnel ou catégorie syntaxique ?
In: L'année psychologique. 1974 vol. 74, n°1. pp. 171-178.
Résumé
Résumé
La fonction grammaticale d'un mot peut-elle déterminer sa probabilité de rétention ?
Afin de répondre sur ce point, nous avons étudié la rétention de deux noms appartenant soit au SN1 soit au SN2 d'un énoncé.
Les noms en question sont dans un rapport modifiant-modifié ; il s'agit d'un nom nucléaire (sujet ou objet) et de son complément.
Les résultats indiquent d'une part que le nom modifié est toujours mieux retenu que son modificateur, et d'autre part que le rappel
du modificateur est étroitement lié au rappel du modifié. Le rappel du modificateur semble bien impliquer, au préalable, celui du
modifié, tandis que l'inverse n'est pas vrai.
Abstract
Summary
Does the grammatical function of a word determine its probability of retention ?
In an attempt to answer this question, we have studied the retention of two nouns belonging either to the NP1 or to the NP2 of an
utterance. These nouns have the relation modifier-modified : one is a nuclear noun (subject or object), the other its complement.
The results reveal, on the one hand, that retention is better for the modified than for the modifier, and on the other hand that recall
of the modifier is strongly related to recall of the modified. While recall of the modifier seems to imply a preliminary recall of the
modified, the converse is not true.
Citer ce document / Cite this document :
Segui Juan. La rétention différentielle des composants de la phrase : rôle fonctionnel ou catégorie syntaxique ?. In: L'année
psychologique. 1974 vol. 74, n°1. pp. 171-178.
doi : 10.3406/psy.1974.28031
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1974_num_74_1_28031
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.