La sociobiologie et son explication de l'humanité - article ; n°4 ; vol.36, pg 531-571

De
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1981 - Volume 36 - Numéro 4 - Pages 531-571
Sociobiology and its explanation of humanity
Sociobiologists claim to explain human social behavior in terms of genetic evolution. The claim demands serious consideration by social scientists, for biological evolution unquestionably formed human beings, who are the components of social phenomena In this article, three characteristic sociobiological explanations are cited and analysed. In terms of these examples, and of some principles of evolutionary biology which are reviewed, an attempt is made to bring out some peculiarities of sociobiological reasoning, to determine to what extent they are inherent in the method, and to show how they affect the scope of its applicability.
The author argues that evolutionary explanations have validity in social science only subject to some conceptual precautions not currently observed by sociobiologists. In particular, he tries to show how such an explanation can be vitiated by defining the trait to be explained in simplistic, post facto terms, or by failing to set the postulated change in the period of prehistory when it must have occurred.
41 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 1981
Lecture(s) : 45
Nombre de pages : 42
Voir plus Voir moins

Chandler Davis
La sociobiologie et son explication de l'humanité
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 36e année, N. 4, 1981. pp. 531-571.
Abstract
Sociobiology and its explanation of humanity
Sociobiologists claim to explain human social behavior in terms of genetic evolution. The claim demands serious consideration by
social scientists, for biological evolution unquestionably formed human beings, who are the components of social phenomena In
this article, three characteristic sociobiological explanations are cited and analysed. In terms of these examples, and of some
principles of evolutionary biology which are reviewed, an attempt is made to bring out some peculiarities of sociobiological
reasoning, to determine to what extent they are inherent in the method, and to show how they affect the scope of its applicability.
The author argues that evolutionary explanations have validity in social science only subject to some conceptual precautions not
currently observed by sociobiologists. In particular, he tries to show how such an explanation can be vitiated by defining the trait
to be explained in simplistic, post facto terms, or by failing to set the postulated change in the period of prehistory when it must
have occurred.
Citer ce document / Cite this document :
Davis Chandler. La sociobiologie et son explication de l'humanité. In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 36e année,
N. 4, 1981. pp. 531-571.
doi : 10.3406/ahess.1981.282766
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1981_num_36_4_282766-SCIENCES INTER
LA SOCIOBIOLOGIE
ET SON EXPLICA TION DE HUMANIT
Un phénomène certainement la publication du livre de Edward
Wilson en 1975 la sociobiologie fut accueillie comme une science nouvelle et
révolutionnaire importants articles dans le New York Times2 le Time3
Psychology Today et le Figaro-Magazine pour ne mentionner que ceux-là en
firent une description dithyrambique et acquirent ses promoteurs comme ses
théories de très nombreux lecteurs La doctrine nouvelle est même enseignée
hui dans les établissements secondaires sous une forme simplifiée
Certains se font une très haute idée de son importance et de sa pertinence en ce
qui concerne la socialite humaine Tel Wilson le porte-parole de la nouvelle école
pour qui
Une des fonctions de la sociobiologie est donc de reformuler les fondements des
sciences sociales pour intégrer ces matières dans la Nouvelle Synthèse c.a.d. la
théorie evolutionniste néo-darwinienne
ou encore plus audacieux Robert Trivers
Tôt ou tard la science politique le droit économie la psychologie la psychiatrie
et anthropologie seront autant de branches de la sociobiologie8
ou encore David Barash pour qui évolution est
Non seulement la manière dont la vie est apparue et le mécanisme de ses
changements futurs mais aussi. le principe directeur qui permet de comprendre
pourquoi les êtres vivants sont comme ils sont9
La riposte des spécialistes de sciences sociales ne est pas fait attendre particulière
ment celle de Marshall Sahlins qui réfute idée que les sciences sociales puissent
jamais être intégrées dans le schéma biologique
La culture est pas organisée par les émotions primitives de hypothalamus ce
sont les émotions qui sont organisées par la culture et pour prendre un exemple
célèbre ce sont les conflits sociaux qui déterminent agression et non inverse 10
531 INTER-SCIENCES
Plus significative encore la cinglante réfutation parue sous le titre Sociobio-
logy new biological determinism Cet ouvrage été écrit par un groupe de trente-
cinq biologistes 11 dont Stephen Jay Gould Ruth Hubbard et Richard Lewontin
qui par ailleurs ont écrit indépendamment importantes critiques
La plupart des scientifiques restent sceptiques Lorsque American Association
for the Advancement of Science préparait sa première session sur la sociobiologie
organisateur un sociobiologiste annon ait comme devant être un débat sur la
controverse 12 Le Figaro-Magazine 13 quant lui va comparer Wilson
Galilée et voir en lui le fondateur une grande science nouvelle persécuté pour
ses innovations
énorme intérêt suscité par la question et la véhémence de la critique
explique clairement par utilité apparente de la sociobiologie pour idéologie
conservatrice Rien de plus naturel donc que de commencer par traiter ce
problème ce que nous ferons dans la Section trop brièvement pour un tel sujet
Cependant le présent article avant tout pour objet exposer et évaluer le
contenu scientifique de la sociobiologie ainsi que ce elle peut offrir la
sociologie Dans la Section II nous présenterons trois des modèles explicatifs les
plus typiques de la sociobiologie savoir les raisonnements portant sur la
différenciation sexuelle Sous-section 2) la sélection dep rente Sous-section
et la sélection de groupe Sous-sections Dans la Section III nous
examinerons les particularités méthodologiques de la science en question en
nous référant plus spécialement aux exemples donnés la section précédente
ainsi que sa relation ambiguë avec la biologie evolutionniste proprement parler
Dans la Section IV nous essayerons de répondre au défi de la sociobiologie et de
réexaminer interaction des processus biologiques et sociaux dans le développe
ment du comportement humain et de la culture 14
est soc/a et est du darwinisme mais est-ce du darwinisme soda
Certaines des maximes présentées hui comme une science nouvelle ont
été énoncées peu près dans les mêmes termes il cent ans Anatole France disait
déjà en 1886
homme est soumis aux fatalités de son origine Sa nature est être violent15
Et Paul Bourget en 1900
Que dit encore la Science une autre loi du développement de la Vie est la
sélection est-à-dire hérédité fixée Quoi de plus contraire ce principe dans
ordre social que égalité Que dit encore la Science un des facteurs les plus
puissants de la personnalité humaine est la race 16
Et Anatole France encore un tantinet ironique
Les vertus militaires Elles ont enfanté la civilisation tout entière Industrie arts
police tout sort elles 17
Durant toute la fin du xixe siècle nous retrouvons constamment ces quatre
prétendues conséquences suivantes du darwinisme
532 Ch DAVIS LA SOCIOBIOLOGIE UN BAT
les hommes sont par nature hostiles les uns aux autres
inégalité sociale est une conséquence nécessaire raciale est également naturelle
la guerre stimule le progrès
positions qui sont peut-être parmi les plus caractéristiques du darwinisme
social
Cette doctrine été attaquée par un certain nombre de critiques qui lui
reprochent être une pure apologie des dirigeants capitalistes et notamment par le
socialiste Emile Gautier
Le livre de Darwin va devenir la bible des nouveaux exploiteurs ce sera par et au
nom de la science que le sacrifice des faibles accomplira En autres termes la
défaite est toujours méritée parce elle est indice une défectuosité une
infirmité. Tout est donc pour le mieux dans la meilleure des sociétés 18
Au moment de la première guerre mondiale les critiques semblaient avoir
emporté Et en 1944 pour Richard Hofstadter le chapitre était clos encore une
résurgence du darwinisme social parût toujours possible aussi longtemps exis
terait un fort élément de prédation dans la société 19 La prédation nous avons
toujours et nous retrouvons sous la bannière nouvelle de la sociobiologie les
quatre thèses qui la justifient Pour les deux premières reportons-nous ce
écrivait Alain de Benoist en 1979
la sociobiologie. implique. la rivalité et la compétition entre les individus et
par suite la stratification sociale
ou comme exprime le titre Les lois de la vie condamnent le nivellement
mondial.20
Alain de Benoist revigore aussi la troisième thèse il cite en approu
vant le sociobiologiste Hamilton
Certains traits souvent considérés comme purement culturels par exemple la
discrimination sociale ont de profondes racines dans notre passé animal et
reposent donc très probablement sur des fondements nettement génétiques 21
Quant aux effets salutaires de la guerre Richard Alexander soutenu dans
plusieurs articles que était grâce elle en fin de compte que nous étions devenus
des humains que
la guerre été le véhicule principal de la sélection inter-gro upes et que la sélection
inter-groupes eu plus importance dans explication du changement rapide des
hommes vivant en bandes et de la divergence si grande de homme par rapport
ses parents vivants les plus proches 22
Comment expliquer le réveil de la droite intellectuelle au cours de la dernière
décennie et pourquoi a-t-elle repris le motif biologique est là une question
cruciale mais je ne la traiterai pas dans cet exposé Mon propos étant avant tout
étudier les aspirations scientifiques de la sociobiologie je me contenterai de
débarrasser le sujet des slogans que optique droitière fait dériver de la théorie mais
qui en découlent nullement Ainsi il existe aucun argument evolutionniste sur
lequel étayer la notion de stratification sociale qui dispense les privilégiés de
533 INTER-SCIENCES
épreuve de la compétition) pas plus on ne peut déduire de la réussite
commerciale un homme un quelconque mérite moral ou biologique 23 Nous
rencontrerons autres conclusions arbitraires de ce genre
Plus généralement laissons donc tomber idée fallacieuse que la sociobiologie
puisse apporter un fondement scientifique aux affirmations relatives la nature
humaine Les articles de vulgarisation sur la sociobiologie pourraient intituler
Les gènes égoïstes poussent un comportement égoïste 24 ou avenir est la
famille traditionnelle 25 mais ces assertions ne reposent sur aucun argument
scientifique Comme je le montrerai Section V.I) le raisonnement sociobiolo-
gique ne conduit pas ce genre de conclusions
Pas plus ailleurs il ne démontre ni ne suppose que les causes génétiques
prédominent dans la détermination de nos actions Wilson donne hui un
champ très large ce qui est caractéristiquement humain26 Et de même Richard
Dawkins dans un livre précédé une introduction enthousiaste écrite par Trivers
restreint lui aussi influence des causes génétiques sur les humains porteurs de
culture27 Certains adeptes conservateurs de la sociobiologie ont également
renoncé au déterminisme biologique simpliste La déclaration suivante Alain de
Benoist est on ne peut plus claire sous ce rapport
homme est un animal. Mais il est pas un animal contrairement ce
que prétendent les adeptes des diverses variétés de biologisme darwinisme
social etc.)..
homme est donc loin être intégralement programmé Sa nature est
une base un socle sur lequel il est sans cesse amené construire et
reconstruire. homme ne naît pas avec une culture idée une culture
surgissant tout armée des chromosomes est un fantasme raciste) mais avec la
faculté assimiler une culture28
Le but de explication evolutionniste doit être de décrire interaction du
biologique et du culturel comme nous le verrons plus en détail la Section IV
Bien que le problème ne se réduise pas simplement opposition Nature
Nurture* il reste il bien un problème La sociobiologie se distingue par une
explication evolutionniste particulière du comportement humain La question est
de savoir exactement ce elle explique
Quelques paradigmes de explication sociobiologique
La toile de fond
abord que doit offrir toute explication evolutionniste darwinienne
Tout trait possédé par un animal se retrouvera plus largement répandu la
génération suivante il agit un trait hérité et si celui-ci accroît les chances de
survie et le taux de reproduction des sujets qui le possèdent Pour une
explication evolutionniste de existence de tel ou tel trait dans une population
Le mot anglais nurture correspond au mot fran ais nourriture dans son acception
ancienne de soins éducation formation On nourrit et cultive un être vivant pour lui permettre de
se développer Nature versus nurture est opposition de inné et de acquis N.d.T.)
534 DAVIS LA SOCIOBIOLOGIE UN DEBAT Ch
actuelle soit complète elle doit comporter les éléments suivants la vérification
un facteur nouveau du matériel héréditaire est apparu un quelconque moment
dans le passé son apparition initiale pas besoin être expliquée établisse
ment un rapport entre ce matériel nouveau et le trait expliquer et
la mise en évidence de la chaîne causale conduisant du trait en question une
supériorité en ce qui concerne les chances de survie et le taux de reproduction
Développons ce dernier point en nous référant pour simplifier une espèce dont la
population totale demeure peu près constante On parle de aptitude un type
génétique ou génotype Dire un génotype AA une de tandis
un génotype aa une aptitude de 09 signifie un individu de type aa aura en
moyenne 09 fois autant de descendants la génération suivante que individu de
type AA en sorte que dans le cas excessivement simplifié où un serait
suffisamment caractérisé par sa classification dans un ou autre de ces deux types
et en supposant il ait pas de croisements le type AA augmentera sa
population au détriment de autre type suivant une loi facilement calculable et la
limite finira par le supplanter Le succès du type qui emporte peut résulter de
diverses stratégies de reproduction soit il produise un plus grand nombre de
descendants ayant un taux de survie identique soit il produise des descendants
moins nombreux mais possédant un taux de survie supérieur etc Le naturaliste
evolutionniste efforce de montrer pourquoi les conditions de vie une espèce
favorisent telle stratégie plutôt que autres qui étaient également possibles pour
espèce On essaie par exemple de voir pourquoi dans certaines circonstances une réussit mieux en se reproduisant abondamment et vite et dans autres en
élevant des descendants moins nombreux et présentant une longue période
immaturité et dans certains cas exceptionnels en étant capable des deux moyens
de alternative 29
La sociobiologie étend ce type explication aux traits comportementaux classés
en tant que traits sociaux Pour bien voir ce il de caractéristique dans cette
approche considérons quelques exemples de raisonnement sociobiologique en ai
choisi trois qui me paraissent représentatifs par leur démarche théorique par
importance que les sociobiologistes eux-mêmes leur accordent et par leur rapport
évident même quand ils sont appliqués autres espèces avec les relations sociales
humaines
Le maître du harem30
on soutient notamment en ce qui concerne les mammifères qui ont une
longue période de gestation et de lactation31 que la stratégie optimale de
reproduction peut être différente pour les mâles et pour les femelles une même
espèce Le mâle parce que son rôle dans la procréation est bref et que le nombre de
descendants il est potentiellement capable avoir est très grand peut escompter
une rémunération plus haute en nombre de rejetons survivants de effort il
investit pour avoir de nombreuses partenaires la femelle qui moins gagner
dans cette direction accroîtra davantage son aptitude en orientant ses efforts vers le
soin de sa progéniture laquelle existe déjà et une manière générale en effor ant
accroître les chances de survie de ses petits Les mâles se font concurrence parce
il est besoin que de quelques gagnants pour engendrer la génération
suivante tandis un grand nombre de mères est nécessaire en sorte que les
femelles ont moins gagner rivaliser entre elles Un schéma de différenciation
535 INTER-SCIENCES
sexuelle est donc censé se développer Conformément cet argument on pourrait
donc considérer comme un archétype de la différenciation des rôles sexuels chez les
mammifères le comportement espèces telles que celle de éléphant de mer où un
mâle victorieux occupe avec plusieurs femelles un territoire de reproduction où il
exclut violemment les autres mâles adultes ou encore celle du lion Afrique où le
mâle peut aller tuer les petits un autre mâle dont il usurpe le territoire et le
harem)32
utilité un paradigme est de suggérer au chercheur autres régularités que
on peut alors efforcer de retrouver dans la nature On peut par exemple inférer
une mère faible assurera plus sûrement des descendants de la deuxième
génération en mettant au monde des filles qui toutes ont des chances avoir des
petits) alors une mère forte aura des chances avoir des petits-enfants plus
nombreux en enfantant des fils dont les plus forts engendreront plus de
descendants que ne le ferait aucune fille où on pourrait attendre ce que la
proportion des sexes parmi les descendants dépende de la vigueur de la mère 33
De nombreux auteurs ont prétendu déduire de la même manière une raison
génétique la différenciation sexuelle dans le comportement humain traditionnel
Pour David Barash par exemple investissement plus grand des femmes dans la
reproduction et incertitude de paternité des hommes expliquent que
Les hommes se sentent plus menacés par les activités sexuelles de leur femme
que les femmes ne devraient se sentir menacées par infidélité sexuelle de leurs
hommes En termes aptitude darwinienne les hommes sont menacés plus que
les femmes par les copulations extra-conjugales de leur partenaire En fait je suis
en train de suggérer un fondement biologique possible la double norme34
Ces justifications biologiques de la double norme apparaissent très clairement
dans la présentation populaire qui est faite de la sociobiologie 35 et ont donné lieu
des critiques incisives 36
La tante stérile
Charles Darwin est intéressé particulièrement ce il considérait comme
une difficulté spéciale
qui tout abord est apparue insurmontable et même fatale toute ma théorie
Je fais allusion aux sujets neutres ou femelles stériles dans les communautés
insectes Ces neutres sont souvent très différents tant dans leur instinct que dans
leur morphologie des mâles et des femelles fertiles de leur espèce et cependant
étant stériles ils ne peuvent pas se reproduire en tant que genre37
Comment la sélection naturelle peut-elle donner un animal un comportement
et une structure qui ne pourront jamais conduire cet animal se reproduire Pour
Darwin le problème ne réside pas dans le nombre important individus stériles si
leur stérilité jouait avantage de la reproduction globale de leur famille les
tendances produisant de nombreux rejetons stériles seraient préférées par la
sélection) mais dans le développement chez les ouvrières de traits spécialement
adaptés au soin de leurs urs plutôt au soin elles-mêmes et de leur
progéniture La solution lucide apportée par Darwin cette difficulté demeure
hui encore incontestée Pour employer la terminologie moderne nous
536 DAVIS LA SOCIOBIOLOGIE UN DEBAT Ch
présenterons les choses comme suit les parents féconds peuvent porter et
transmettre un gène qui ne exprime que chez les descendants stériles Si le trait qui
en résulte chez le descendant stérile profite suffisamment la colonie le gène aura
alors une haute valeur adaptative autrement dit les descendants féconds de ces
mêmes parents tendront survivre parce que la colonie survivra
Bien plus récemment Hamilton soutenu que cette forme de sélection
est plus susceptible agir chez les hyménoptères guêpes fourmis abeilles) que
chez les autres animaux en vertu une particularité de leur reproduction Le mâle
un seul jeu de chromosomes et donc deux urs ont en commun de leur
héritage au lieu de 1/2 comme est le cas dans la plupart des espèces sexuées
est un héritage commun plus large que celui elles partageraient avec leurs
enfants quand elles en ont ce qui accroît avantage darwinien potentiel du soin
apporté aux urs 38
Cependant pour le mode plus courant de transmission héréditaire il reste vrai
que les germains ont en commun de nombreux gènes parce ils sont germains
en moyenne la moitié Donc le raisonnement de Darwin applique aux oiseaux
aux canins aux primates et toutes les autres espèces où on rencontre le
comportement de maternage collatéral ou comportement alloparental le
plus souvent cette sollicitude maternelle est le fait une ur aînée ou une tante
Wilson fait observer 39 ce que ne font pas les exposés moins consciencieux il
peut avoir autres avantages discernables cette propension occuper de frères
et urs ou petits qui ne sont pas les vôtres explication la plus
sociobiologique est celle de Hamilton tout gène tendant induire en vous un
comportement favorisant la survie de votre germain aura une certaine valeur
adaptative car votre germain portera aussi le gène dans un rapport de probabilité de
et tirera de votre comportement une potentialité accrue le transmettre et la
même chose applique vos neveux et vos nièces en rempla ant le coefficient
par le coefficient etc Cet effet que on appelle la sélection de parenté est
invoqué pour expliquer toute une variété de comportements 40
Prenons par exemple le cas de homosexualité masculine chez les humains et
voyons explication qui en est donnée Pour le sociobiologiste qui explique ce
comportement par une différence génétique et qui admet un tel comportement
diminue les chances de reproduction il là un défi pourquoi évolution ne a-
t-elle pas éliminé La réponse spéculative apportée par Wilson fait appel la
sélection de parenté après lui les membres homosexuels des sociétés
primitives peuvent avoir joué un rôle auxiliaires familiaux soit la chasse avec
les autres hommes soit dans des occupations plus domestiques sur les sites
habitation Libérés des obligations spécifiquement parentales ils peuvent avoir
apporté une aide particulièrement efficace leurs proches De ce fait les gènes
favorisant homosexualité pourraient être maintenus un niveau équilibre
assez élevé en vertu de la seule sélection de parenté En supposant que les
familles produisant trop peu homosexuels aient eu moins de chances de survie
cause du manque auxiliaires familiaux et que les familles produisant trop
homosexuels aient eu un taux de reproduction plus faible que les autres un
équilibre peut être instauré dans incidence des gènes en question41
537 INTER-SCIENCES
altruiste et le chauviniste
une manière plus générale que dire un animal qui porte secours un autre
en exposant lui-même un risque ou une perte Un homme ou un loup peuvent
en faire autant indépendamment de tout lien de parenté avec ceux ils assistent
Quand les individus appartiennent pas la même espèce nous ne pouvons que
nous demander ce que le donneur re oit en échange Peut-être rien Dans ce cas décrivons la relation comme parasitaire et nous disons aussi éventuellement
que le donneur est fait avoir par le parasite La même conclusion pourrait
appliquer deux individus de la même espèce mais là nous parlons de
comportement social et éventuellement nous regardons cela comme de
abnégation ou de altruisme Cependant si les termes sont plus sympathiques la
question demeure de savoir comment le fait de porter assistance un autre peut
améliorer aptitude adaptative un organisme et partant nous devons nous
demander comment ce type de comportement peut se développer Les donneurs ne
sont pas tous des dupes
Voyons par exemple habitude auraient les dauphins aider un congénère
blessé revenir la surface pour respirer 42
Pouvons-nous supposer que cette pratique soit le résultat une évolution
autrement dit elle explique par la présence un ou de plusieurs gènes de
sauveteur qui seraient devenus plus répandus dans espèce que certains al eles
non-sauveteurs et ce uniquement parce ils rendaient possible la pratique du
sauvetage arrivait-il époque peut-être lointaine ou le gène sauveteur
était présent mais non général Au sein une même école de dauphins les
individus privés du gène en question devaient réussir mieux que ceux qui en étaient
porteurs car ils profitaient quand ils étaient blessés de avantage avoir des
compagnons sauveteurs sans avoir eux-mêmes payer le prix il en coûte de
sauver les autres Expliquer les choses en termes échange de bons procédés est
pas non plus convaincant car les occasions de rendre ce même service sont très
rares Partant ne doit-on pas conclure que le gène sauveteur serait désavanta
geux et il devrait tendre disparaître Ce raisonnement paraît première vue
réfuter existence un gène sauveteur
Le sociobiologiste accepte pas volontiers cette restriction applicabilité de la
théorie En fait certaines présentations de la sociobiologie caractérisent précisé
ment cette théorie par son effort pour faire entrer altruisme dans le champ de
explication génétique Des exemples comme celui du dauphin sauveteur parais
sent bien difficiles inclure dans explication génétique Les sociobiologistes
essaient appliquer tous ces cas un petit nombre de mécanismes communs En
partie ils visent simplifier et étendre la compréhension du comportement
animal Mais leur motivation est aussi partiellement idéologique comme nous
pouvons le voir dans introduction un article de Trivers
Les modèles qui efforcent expliquer la conduite altruiste en termes de
sélection naturelle sont des modèles con us pour vider altruisme de altruisme 43
Nous en inférons il cherche non pas expliquer altruisme mais trouver
une explication qui en débarrasse est-à-dire détecter des mobiles intéressés de
peur peut-être que on trouve quelque réconfort Mais quelle que soit la
538 Ch DAVIS LA SOCIOBIOLOGIE UN BAT
motivation les modèles ont tout de même de intérêt Je présenterai ici celui qui me
paraît avoir la portée la plus générale
Il agit de ce on appelle la sélection de groupe Dans le cas des dauphins
le raisonnement est le suivant bien que le compagnon blessé ait guère de chances
avoir un lien particulier de parenté avec son sauveteur il agit néanmoins un
compagnon qui nagé dans la même école depuis sans doute assez longtemps En
moyenne le taux de consanguinité entre deux de ces sujets sera plus élevé entre
deux dauphins pris au hasard dans océan Ceci peut tout comme le mécanisme
plus facile analyser de la sélection de parenté favoriser aptitude globale du
gène sauveteur par rapport aux alternatives ce gène44
Notons que selon ce modèle la fréquence du gène sauveteur tend décroître
dans chaque école mais accroître pour ensemble de la population des
dauphins en raison du taux de survie plus élevé des populations des écoles où ce
comportement de sauvetage est habituel Si la migration entre écoles est trop
fréquente la sélection de groupe ne pourra pas se produire car alors les différences
entre écoles estompent En supposant que la migration entre écoles soit peu il semblerait que la sélection de groupe ne puisse pas non plus se produire
en raison de infériorité aptitude du gène sauveteur dans chacune des écoles
infériorité qui conduira finalement élimination du gène dans toutes les
Considérons cependant le cas extrême où il aucune migration inter-groupes
nos groupes sont alors des populations reproductrices isolées Il peut fort bien
arriver notamment il beaucoup de petits groupes que la distribution au hasard
des chromosomes lors de accouplement élimine dans un groupe qui de la
chance tous les gènes non-sauveteurs et que ce groupe qui bénéficie de
avantage du comportement de sauvetage ait des chances de survie supérieures
celles des autres groupes où ce comportement est resté rare La modification
évolutive due aux fluctuations de hasard intérieur de petites populations isolées
est ce on appelle la dérive génétique dans le cas extrême où une population
est issue un petit nombre individus accidentellement isolés et trop peu
nombreux pour pouvoir représenter tous les al eles présents dans une
plus large on parle effet fondateur On considère parfois que ces mécanismes
sont très largement responsables des transformations observées dans les espèces 45
Si ceci est vrai la sélection de ce que les sociobiologistes appellent des traits
altruistes explique plus aisément mais seulement pour les petites popula
tions isolées et non dans les populations nombreuses et bien adaptées
on accordera autant plus importance la sélection de groupe dans le
développement du comportement coopératif que on considérera ce comportement
comme ayant une valeur adaptative non seulement de fa on directe en augmentant
les chances de survie du congénère assisté et partant les chances de survie du
groupe mais aussi de fa on indirecte en élaborant une socialite du groupe qui
présente autres avantages Certains sociobiologistes semblent aveugles cet
aspect de la question 46
Le mécanisme agira beaucoup plus rapidement si animal prête assistance de
fa on préférentielle ceux de ses congénères qui se trouvent être porteurs du même
gène Il est ailleurs pas nécessaire de supposer pour cela que le gène altruiste
en question soit un gène dont la présence chez autre puisse être reconnue par
animal On peut imaginer par exemple que le dauphin qui porte secours un
compagnon familier refusera son aide un inconnu qui passe Ou encore un
quelconque gène sans rapport avec celui qui nous intéresse fournisse un signe
539

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.