Latence des réponses en mémoire immédiate : noms et figures géométriques - article ; n°2 ; vol.77, pg 325-342

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1977 - Volume 77 - Numéro 2 - Pages 325-342
Résumé
Quand on présente au tachistoscope une série de noms ou de figures géométriques à nommer, la latence de la première réponse croît selon une fonction linéaire, quand le nombre des réponses est égal à celui des stimulus. Cette latence est plus longue pour les figures géométriques que pour les noms. La cadence des réponses successives est aussi plus lente pour les figures que pour les noms.
Pour les deux types de matériel, si le nombre des réponses est inférieur à celui des stimulus, la latence augmente. Ces résultats conduisent à développer un modèle de la mémoire immédiate où les latences s'expliqueraient par les durées de codage des stimulus et des réponses et par la recherche de stimulus détectés mais non identifiés.
Summary
When a series of nouns or of geometrical figures that are tachistoscopically presentee, are to be named, the first response latency increases as a linear function when the number of responses is equal to the number of stimuli. Response latency to geometrical figures is longer than response latency to nouns. The rate of successive responses with geometrical figures is lower than with nouns.
With both types of material, when the number of responses is smaller than the number of stimuli, an increase in latency is observed.
On the basis of these results, the author proposes a model of immediate memory in which lalencies are explained by the coding times of stimuli and responses and by the search for stimuli that the subject detected but could not identify.
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : samedi 1 janvier 1977
Lecture(s) : 16
Nombre de pages : 19
Voir plus Voir moins