Le mouvement dans le monde en faveur de la limitation des familles (1945-1954) - article ; n°2 ; vol.10, pg 277-294

De
Publié par

Population - Année 1955 - Volume 10 - Numéro 2 - Pages 277-294
Dans de nombreux pays se poursuivent des efforts en vue de modifier la législation, soit pour instituer un véritable enseignement des pratiques contraceptives accompagné de propagande, soit tout au moins pour faire lever les interdictions existant à ce sujet. L'article du Dr Jean Sutter ne vise à porter aucun jugement de valeur sur ces pratiques, ni sur ces mouvements qui soulèvent de vives controverses d'ordre économique, social, psychologique, moral, religieux, politique. L'objectif n'est pas non plus, pour le moment, d'estimer les conséquences de ces efforts. Il s'agit ici d'une description des principaux faits, sous forme d'éphémérides.
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : samedi 1 janvier 1955
Lecture(s) : 20
Nombre de pages : 19
Voir plus Voir moins

Jean Sutter
Le mouvement dans le monde en faveur de la limitation des
familles (1945-1954)
In: Population, 10e année, n°2, 1955 pp. 277-294.
Résumé
Dans de nombreux pays se poursuivent des efforts en vue de modifier la législation, soit pour instituer un véritable enseignement
des pratiques contraceptives accompagné de propagande, soit tout au moins pour faire lever les interdictions existant à ce sujet.
L'article du Dr Jean Sutter ne vise à porter aucun jugement de valeur sur ces pratiques, ni sur ces mouvements qui soulèvent de
vives controverses d'ordre économique, social, psychologique, moral, religieux, politique. L'objectif n'est pas non plus, pour le
moment, d'estimer les conséquences de ces efforts. Il s'agit ici d'une description des principaux faits, sous forme d'éphémérides.
Citer ce document / Cite this document :
Sutter Jean. Le mouvement dans le monde en faveur de la limitation des familles (1945-1954). In: Population, 10e année, n°2,
1955 pp. 277-294.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pop_0032-4663_1955_num_10_2_4355MOUVEMENT DANS LE MONDE LE
EN FAVEUR
DE LA LIMITATION DES FAMILLES
(194.J-1954)
enseignement de propagande, Dans modifier de nombreux soit la des législation, tout pratiques au pays moins se soit contraceptives poursuivent pour faire instituer des lever accompagné efforts un les véritable interdicen vue de
tions existant à ce sujet.
L'article du Dr Jean Sutter ne vise à porter aucun juge
ment de valeur sur ces pratiques, ni sur ces mouvements qui
soulèvent de vives controverses d'ordre économique, social,
psychologique, moral, religieux, politique. L'objectif n'est
pas non plus, pour le moment, d'estimer les conséquences
de ces efforts. Il s'agit ici d'une description des principaux
faits, sous forme d'éphémérides.
Depuis cent cinquante ans, l'adjectif dérivé du nom de Malthus
a servi de qualificatif en tant d'occasions diverses que, bien
souvent, l'on ne sait plus exactement ce qu'il veut désigner.
Depuis plus d'un siècle, le néo-malthusianisme a gardé, cependant,
son sens initial. C'est un phénomène historique bien défini, d'origine
anglo-saxonne, qui poursuit son évolution sans désemparer et sou
lève, à l'heure présente, de graves problèmes au sein de nombreuses
nations. Son importance est d'autant plus grande qu'il se trouve
avoir, pour le moment, une incidence politique indéniable : les deux
grands « blocs » qui inspirent la mondiale, ayant, à son
égard, des attitudes violemment opposées.
Longtemps confondu avec la recherche systématique et la diffu
sion publique de tous les moyens propres à éviter la grossesse, le
néo-malthusianisme a pris, depuis vingt-cinq ans, une attitude plus
souple et plus complexe, dont nous avons ailleurs décrit les carac
téristiques et l'évolution historique (1). A l'heure actuelle, le
1950. (1) Cahier Sutter n° J., 11 L'Eugénique. de la coll. « Travaux Problèmes, et documents méthodes, résultats. », 1 vol. in-8°, I.N.E.D., 255 Paris, p. P.V.F., LE MOUVEMENT DANS LE MONDE 278
domaine du néo-malthusianisme se limite aux mesures sociales
suivantes : diffusion de tous les moyens capables de favoriser le
« Birth control » (В. С.) (2), ou mieux la parenté planifiée (P. P.) (2),
dont l'instrument le plus efficace semble être la création de « cl
iniques » spécialisées; lutte contre toutes les formes de stérilité
physiologique; établissement d'une éducation sexuelle dans les
écoles; création de dispensaires « d'orientation matrimoniale »
(marriage counselling) pour lutter contre le divorce et la mésent
ente conjugale; avortements légaux pour cause eugénique ou
sociale; stérilisations eugéniques ou pour causes sociales. L'argu
ment principal du néo-malthusianisme actuel demeure la dispro
portion entre l'augmentation de la population et celle des subsis
tances. D'autre part, la parenté doit être entièrement consciente;
seul devrait naître l'enfant voulu, seules devraient se créer des
familles de dimension parfaitement adaptée aux possibilités éc
onomiques des parents.
Quelle que soit l'opinion qu'on peut avoir sur lui, le néo-mal
thusianisme mérite grande attention. Les données qui s'y rapportent
étant très dispersées, nous avons rassemblé, sous forme de ces
éphémérides, les faits saillants du néo-malthusianisme, au cours
des dix dernières années.
I. EUROPE
Allemagne. Depuis 1945, la législation sur le В. С est assez
chaotique. Harmsen (3) a donné des précisions sur
elle.
L'ordonnance nazie de 1941, fortement anti В. С, n'a pas été
rapportée d'une manière uniforme. Dans l'Allemagne de l'Est, une
circulaire du 26 août 1946 abolit la loi de 1941, rendant licite la
production et la vente des produits contraceptifs (3). Mais la loi
du 27 septembre 1950, intitulée : loi pour la protection de la mère
et de l'enfant et des droits de la femme, vint interdire les avorte
ments pour cause sociale; seuls restent légaux ceux pour cause
médicale ou, plus rarement, eugénique. A Hambourg, la loi du
12 mai 1948 a aboli l'ordonnance de 1941 et celle du 28 juillet 1949
a permis la vente des contraceptifs. Quatre autres Etats allemands
ont aboli, en partie, de 1941 : Nord Wurtemberg-
Bade, Basse-Saxe, Schleswig-Holstein et Brème. Dans les six autres
Etats, il n'y avait rien de changé en 1952.
En mai 1950, se tint à Detmold, une réunion sur la jeunesse et
la préparation au mariage; trois propagandistes y parlèrent de
la P. P.
En mars 1951, la Dresse Durand- Wever publie dans Paracelsus,
un article sur la P. P. Réimprimé à Vienne sous forme d'une petite
(2) Pour plus de commodité, nous utiliserons dorénavant ces initiales B.C. et P.P.
(3) Harmsen H., W. Germany. The 3rd Int. Conf. P.P. Proc. Bombay F. P. A. India,
1952, pp. 209-213. EN FAVEUR DE LA LIMITATION DES FAMILLES 279
brochure, 20.000 exemplaires en furent distribués dans l'Allemagne
de l'Est.
Le 14 novembre 1952, le ministre de l'Intérieur considère que
la diffusion de la méthode Ogino ne peut être punie par la loi.
A Kassel, le 19 mai 1952, un comité allemand pour la P. P. est
fondé, rattaché immédiatement à Г1.Р.Р.С. (International Planned
Parenthood Committee). A la même époque, Mme Lederer fonde
« Deutsche Gesellschaft fur Ehe und Familie », qui se propose
d'unir toutes les cliniques de В. С
En 1952, un important organisme d'Assurances sociales établit
cinq cliniques de В. С à Berlin-Ouest et quatre à Berlin-Est. Les
contraceptifs y sont habituellement distribués gratuitement.
En Bavière (1952), réapparition d'une société d'eugénique sup
primée par le nazisme : Ligue pour la santé publique et le B. G.,
qui compte quinze groupes locaux et 2.000 membres, publie un
bulletin mensuel « Die Neue Familie ».
Le 3 novembre 1953, un cours sur le В. С à l'usage des médec
ins s'ouvre à Berlin. Le 1er avril 1953, une clinique s'ouvre à Hamb
ourg et trois centres de P. P. y fonctionnent, couplés à des services
de gynécologie. Brème dispose d'un centre à cette époque; Kiel et
Lubeck sont sur le point d'en ouvrir un.
Le 24 avril 1953, la Medizinische Klinik publie le rapport de
Harmsen à la conférence de Bombay (4), donnant ainsi une vaste
audience médicale aux problèmes de la P. P.
En juin 1953, le Bundestag autorise la vente des objets contrac
eptifs, sans propagande. Sur les 4.242 consultants des quatre cen
tres de Berlin-Ouest, 72 % des femmes ont un enfant ou plus, 18 %
consultent pour stérilité.
En 1953, à la suite de la publication de Sieve (voir plus loin,
Etats-Unis), W. Schultz expérimente le phosphate d'héspéridine,
pour stériliser provisoirement 17 couples; il observe deux échecs.
Le 19 juin 1953, Buchner, Herbrand et Rôckl publient dans la
Deutsche Medizinische Wochenschrift, le résultat de leurs recher
ches sur un polysaccharide qui inhibe le système enzymatique de la
hyaluronidase et contrôle la vitesse du spermatozoïde. Cette méthode
semble supérieure localement à l'application de produits chimiques.
Autriche. Le 17 octobre 1951, le Wiener Kurier annonce un projet
de loi sur la P.P., qui se substituera à la législation
germanique. La loi fédérale du 3 juillet 1952 abolit l'ordre all
emand; produits et objets contraceptifs sont sujets au même contrôle
sanitaire que les drogues, les sérums, les préparations bactériolo
giques : ils peuvent être achetés, vendus et prescrits. L'avortement
(4) Harmsen H., The Planned Parenthood Movement in Western Germany. The 4th
Int. Conf. P.P. Proc. Londres. I.P.P.F., 1953, pp. 174-176. LE MOUVEMENT DANS LE MONDE 280
n'est toujours autorisé que pour causes médicales (5). A la même
époque, le parti socialiste dispose de quarante centres sanitaires,
dont certains distribuent des produits contraceptifs. En avril 1953,
22* édition du livre du Dr. H. Knaus, sur la stérilité périodique.
Angleterre. Du 23 au 27 août 1948, à Cheltenham, deuxième con
férence internationale sur la parenté planifiée (la pre
mière eut lieu à Stockholm en 1946). Thème : Population et res
sources du monde, en relation avec la famille; 225 participants et
21 nations (6).
En 1949, la Royal Commission on Population déclare dans son
mémoire : « La politique gouvernementale devrait s'efforcer de
répandre les principes de la parenté planifiée, et les services de
santé devront donner avis sur la contraception volontaire aux époux
qui le désirent ».
En 1952, plus de la moitié des 201 autorités locales sanitaires
existant sur le territoire, avaient passé un arrangement en ce sens,
avec la Family Planning Association (F.P.A.). Celle-ci, dont l'i
nfluence a crû d'année en année, est soutenue à la fois par les
autorités civiles et religieuses. L'archevêque d'York a, par exemple,
récemment déclaré : « L'éducation morale et religieuse doit avoir
comme but l'enseignement de la restriction de la parenté, la qualité
des enfants est plus importante que leur nombre ».
En 1952, la F.P.A. avait 94 succursales et 112 cliniques en
Angleterre, Ecosse, Pays de Galles; en 1951, 44.000 clients nouveaux
ont fréquenté ses centres et il a été répondu à 9.000 lettres. En
1953, elle avait 120 succursales et 145 cliniques. Son budget est
passé de 7.000 £ en 1948 à 16.000 en 1952. Elle subventionne un
centre d'études séminologiques et divers laboratoires de recherche
scientifique. Des dispensaires d'orientation matrimoniale fonction
nent dans toutes les villes importantes sous les auspices de la
British Association for the Advancement of Science; leur nombre
pouvait être estimé en 1954 à plus de 200 (7).
Belgique. La loi du 23 juin 1923 interdit toute diffusion de la P.P.
Un seul mouvement néo-malthusien existe : Helios,
dirigé par le Dr. Marc Lanval. Son action est fatalement limitée
par cette loi (8). En 1951, le Centre belge pour l'étude de l'opinion
(5) Traun H., Austria. The 4th Int. Conf. P.P. Proc. Londres. I.P.P.F., 1953, pp. 159-
162.
(6) Proc. Int. Cong, on Population and world Resources in relation to the Family.
Londres, F.P.A. and Levis, 1948, 1 vol. in-8°, XVIII, 246 p.
(7) Pour tous renseignements complémentaires, consulter les brochures de la F.P.A.
et The Eugenics Review.
(8) Lanval M., Belgium. The 3rd Int. Conf. P.P. Proc. Bombay, F.P.A., India, 1952,
pp. 208-209. EN FAVEUR DE LA LIMITATION DES FAMILLES 281
publique (INSOC) fait une enquête par sondage : « Pour ou contre
la limitation des naissances » (9). Les résultats montrent combien
l'opinion vis-à-vis de la contraception varie suivant la classe sociale,
les catégories professionnelles, la zone habitée, rurale ou urbaine,
flamande ou wallonne. Document original et intéressant.
Danemark. En 1950, on estimait au Danemark que les avorte-
ments légaux (3.909) constituaient environ le quart de
tous les cas; la moitié était d'origine médicale, le tiers socio-médic
ale, le huitième eugénique et le reste de diverses origines, part
iculièrement économique (10). Une clinique de démonstration pour
la P.P. s'est ouverte à Copenhague en 1948-1949, sous l'égide de
Y Association des femmes médecins. Le succès fut tel que la munic
ipalité a pris ses dispositions pour ouvrir d'autres cliniques. Une
clinique a été aussi établie à Aarhus. Des cours sur le B.C. et la
P.P. sont donnés aux médecins. Les résultats de la législation eugé
nique ont fait l'objet de quelques publications (11).
Finlande. Depuis 1947, l'Association pour la population a main
tenu l'existence de dix centres d'orientation matrimon
iale dans les plus grandes villes. Les examens prémaritaux sont
ainsi encouragés et les personnes, mariées ou non, reçoivent des
conseils intéressant la vie conjugale, l'hygiène sexuelle, la P.P., etc..
En 1950, 2.850 individus ont reçu des avis dans ces centres. Dans
un centre spécial, les femmes mariées ou non reçoivent de l'aide,
pour prévenir un avortement criminel éventuel. L'Eglise de Finlande
comprend, dans ses activités, l'orientation de la vie sexuelle. L'Etat
a aussi décidé de pratiquer une éducation sexuelle à l'école.
En avril 1953, trois importantes organisations s'occupent d'orien
tation matrimoniale : la Ligue finnoise de la population, YUnion
centrale pour le travail paroissial, enfin, le Conseil suédois de
l'orientation matrimoniale. La première, qui groupe 24 organisations
civiques et sociales, s'occupe du bien-être des familles; une branche
s'occupe spécialement de sujets médicaux, contraception, stérilisa
tion, désordres sexuels, avortements, etc.. La loi finnoise permet
l'avortement légal qui représente environ 24 % des cas. Les trois
quarts des patientes sont des femmes mariées. Le dispensaire
d'orientation matrimoniale de l'Eglise traite environ 300 cas par
an à Helsinki. Les causes principales de la rupture des ménages
sont l'infidélité et l'alcoolisme. Environ 2.000 personnes par an
(9) Jacquemyns G., Pour ou contre la limitation des naissances. Institut universitaire
d'information sociale et économique. INSOC, Bruxelles, Parc Leopold, 1952, 1 vol. in-8°,
66 p.
(10) Braestrup A., Denmark. The 4th Int. Conf. P.P. Proc. Londres. I.P.P.F., 1953,
pp. 169-170.
(11) Voir entre autres Kemp T., Arvehygiejne. Opera n° 25. Copenhague, Munksgaard,
1951, 1 vol. in-8°, 95 p., et Les législations progénésiques, pp. 617-629 de : La Progenèse.
C.I.E., Paris, Masson, 1955, 1 vol. in-8°, 704 p. 282 LE MOUVEMENT DANS LE MONDE
suivent les cours de préparation au mariage. Toutes les églises
paroissiales envoient une invitation à chaque couple au moment
où les bans sont publiés. On estime que 20 à 25 % des gens mariés
ont fréquenté ces cours (12).
France. La loi du 31 juillet 1920 oppose une barrière sévère à
toute manifestation néo-malthusienne. Il n'existe que
quelques mouvements sporadiques, inorganisés, se manifestant sur
tout sous forme d'opinions émises ouvertement par certains écri
vains (13). Le 18 mars 1947, sur l'initiative de M. Naegelen, ministre
de l'Education nationale, est créé un comité officiel chargé d'étudier
« dans quelle mesure et sous quelle forme une éducation sexuelle
pouvait être introduite dans les établissements d'instruction publi
que ». Ce comité, dont le recrutement fut éclectique, fit l'objet, en
1949, d'un rapport de M. L. François. La situation fut bien expri
mée par P. Archambault (14). Cette éducation devait, selon l'accord
général, être menée simultanément au sein de la famille et à
l'école. Depuis lors, les cours d'éducation sexuelle sont restés le
fait de quelques pionniers. Il n'existe rien d'officiel, ou tout au
moins d'organisé à l'échelle nationale. Le meilleur tableau du néo
malthusianisme en France, depuis la guerre, est dû à une étudiante
anglaise, Mrs. C. Watson, en 1952 (15).
Plusieurs indices laissent à prévoir des attaques contre la loi
de 1920. En dehors d'articles parus dans des hebdomadaires de
grande vente, signalons surtout celui de la Dr. Lagroua Weil-
Hallé (16) et sa communication à l'Académie des Sciences morales
et politiques (février 1955). Les assouplissements demandés à la loi
sont du reste surtout le fait de médecins.
Hollande. Quoique la Hollande ait été le premier pays en Europe
à ouvrir une clinique de B. C, celui-ci n'a jamais été
reconnu officiellement. En 1939, la ligue néo-malthusienne groupait
29.000 membres et 14 cliniques fonctionnaient régulièrement sur le
territoire. Tout a disparu pendant l'occupation. Le 18 mai 1946,
l'ancienne ligue cède le pas à la Société hollandaise pour la réforme
sexuelle (N.V.S.H.). Elle comptait 17.500 adhérents fin 1946, 33.000
en 1948, 82.000 en 1952. Un comité spécial étudie les problèmes de
population.
(12) Rouhunkoski M., Finlande. The 4th Int. Conf. P.P. Proc. Londres. I.P.P.F., 1953,
pp. 172-173.
(13) Exemple : Rebotjx P., Le bon sens en exil. Tableau de ce temps. Toulon, Gallis,
1947, 1 vol. in-8° 315 p., et Trop d'enfants? Paris, Denoël, 1951, 1 vol. in-8°, 311 p.
(14) Archambault P., L'éducation sexuelle à l'école. Pour la vie, juin-juillet 1949,
pp. 22-25.
(15) Watson С, Birth Control and abortion in France since 1939. Pop. Studies, 1952,
5, 261-286.
(16) Lagroua Weill-Hallé A., Le contrôle des naissances à l'étranger et la loi fran
çaise de 1920. Semaine des Hôpitaux, supp. 22-3-53, pp. 145-152. FAVEUR DE LA LIMITATION DES FAMILLES 283 EN
Le 15 septembre 1948, sont ouvertes deux « écoles pour le
mariage ». En 1953, il en existait 10, dans dix villes différentes.
Chacune donne, deux fois par an, une série de cours; sujets : ana
tomie, physiologie, eugénique, psychologie et sociologie. En 1952, le
périodique mensuel de la N.V.S.H. Verstanding Ouderschap (La
parenté heureuse) a tiré plus de 900.000 exemplaires. En avril 1953 :
congrès d'étude à Amsterdam sur le thème « vie sexuelle et êtres
humains ». A la fin de 1953, 20 centres fonctionnent où les gens
peuvent recevoir des conseils sur le B.C. et la prophylaxie des malad
ies vénériennes, des examens médicaux avant le mariage, des
traitements de perturbation sexuelle et de la stérilité. L'orientation
matrimoniale fonctionne depuis plus de vingt ans. En décembre
1953, on estime à 6.000 le nombre des personnes ayant demandé
avis.
Italie. Le gouvernement républicain n'a pas aboli la loi fasciste
interdisant la diffusion du B.C. Le code pénal italien, sec
tion 553, interdit, à la fois, la diffusion des livres et publications
et les discussions publiques sur le sujet. Cependant, en 1950, pour
la première fois, une réunion publique sur la P.P. s'est tenue à
Florence. Peu après, des dirigeantes de mouvements féminins se
réunirent à Rome, pour écouter un représentant de Г1.Р.Р.С. Depuis
1949, plusieurs infractions à la loi ont fait l'objet de poursuites
judiciaires : il s'agissait de diffusion de littérature néo-malthus
ienne. Finalement, la cour romaine a déclaré que le fait ne consti
tuait pas une offense punissable. Le Dr Origlia, fondateur de deux
dispensaires d'orientation matrimoniale à Milan et Turin, a été
poursuivi pour son livre « Procréation volontaire ». L'acquittement
prononcé le 31 mai 1952 a été confirmé en mars 1953 par la cour
d'appel.
A la fin de 1952, paraît dans « Corriere délia Serra » un article
traitant de la surpopulation de l'Italie. On y lit : « Nous admettons
que le B.C. ne peut être prôné à la légère, dans un pays catholique,
mais le temps est venu de déraciner quelques préjugés : nous devons
détruire cette attitude de virilité héroïque, dont se parent les pro
créateurs de trop nombreux enfants... Nous devons enseigner au
peuple quelques règles d'hygiène sur des bases médicales et avec le
secours du prêtre. Et, finalement, nous devons abolir toutes ces lois
qui accordent des privilèges aux familles nombreuses; autrement,
nous ne voyons pas comment l'Italie peut éviter le danger d'une
misère générale dans quelques années ». A la même époque, un
journal financier, « 24 Ore », émet les mêmes vœux.
En 1952. VAssociazione Italiana per l'Educazione Demografica
est créée à Milan par d'éminents professeurs, la plupart médecins;
objet : étude des problèmes relatifs à la surpopulation italienne et
des moyens propres à les résoudre sur le plan pratique. En sep
tembre 1954, cette association comptait plus de 300 membres, dont
un grand nombre de personnalités. Des succursales ou des bureaux
existent à Rome, Florence, Vicence et Gênes. Elle publie un bulletin LE MOUVEMENT DANS LE MONDE 284
mensuel; l'un des buts de l'association est de faire abolir la loi
fasciste anti B.C. L'association n'a pas encore été poursuivie. En
septembre 1952, Selezione Medica, journal médical mensuel de vul
garisation, se livre à un référendum auprès de ses lecteurs : 57.800
approuvent la méthode Ogino, 10.121 s'y opposent. De très nom
breux articles visant l'application de cette méthode ont paru dans
toute la presse, sans distinction de parti. Dans cette période, on a
vu, pour la première fois, des personnalités italiennes participer
aux congrès de l'I.P.P.F. (17) et (18).
Norvège. En mai 1952, au moins quinze centres appelés « Stations
sanitaires pour la mère et l'enfant », donnaient des avis
contraceptifs. Dans les villes de province, comme à Oslo, les auto
rités subventionnent ces centres. La chaire d'hygiène de l'Université
d'Oslo fait aux étudiants en médecine deux conférences sur la con
traception, durant leur scolarité. En janvier 1954, 23 de ces centres
fonctionnaient comme cliniques de P.P. A Oslo, tous les
maternels peuvent donner des informations sur la P.P. Ils donnent
de 7.000 à 8.000 consultations par an, y compris les soins prénataux;
les gens non mariés constituent 22,5 % des consultants. Les avor-
tements ne sont légalement permis que pour des raisons médicales :
60 % des avortées sont mariées.
Suède. Ce pays est considéré à juste titre comme celui du néo
malthusianisme. Toutes les mesures prônées par la doc
trine y ont pratiquement force de loi. La Ligue nationale suédoise
pour l'éducation sexuelle et pour le B.C., fondée en 1933, compte
environ 100.000 membres. Le gouvernement collabore de manière
suivie avec cette ligue. En 1946, la loi, qui permettait déjà des
avortements légaux pour cause eugénique ou sociale, a été renforcée
et les causes sociales possibles ont été augmentées. La vente des
produits contraceptifs devient presque une obligation pour le phar
macien. L'éducation sexuelle se généralise dans les écoles. En 1946,
la ligue organisa un important congrès sur divers points touchant
à la P.P.; manifestant le besoin d'établir des liaisons permanentes
internationales, les délégués décidèrent de se réunir en Angleterre
en 1948. La ligue publie un périodique depuis 1950. On jugera de
l'importance de l'appareil néo-malthusien par ce fait : le centre de
la P.P. de Stockholm comprend dix médecins et un nombreux per
sonnel médical. Nombre de consultations en 1952 : 18.030; il reçoit
3.000 lettres par an; deux autres cliniques existent à Goeteborg et
Upsala.
En 1950 : 5.900 avortements légaux, 2.350 stérilisations.
(17) Pesce V.S., The need for family planning in Italy. The 3rd Int. Conf. P.P.
Proc. Bombay. F. P. A., India, 1952, pp. 230-232.
(18) Olivetti V., Italy. The 4th Int. Conf. P.P. Proc. Londres. I.P.P.F., 1953,
pp. 184-185. FAVEUR DE LA LIMITATION DES FAMILLES 285 EN
Du 17 au 23 août 1953 se tint à Stockholm la 4e conférence
internationale de l'I.P.P.F. Thème : population et ressources mond
iales en relation avec la famille (19). 158 délégués et observateurs,
22 pays représentés. Six pays nouveaux adhèrent au mouvement :
Australie, Hong-Kong, Inde, Japon, Singapour (19).
Fin 1953, la commission de population fait une enquête sur
l'avortement provoqué . Conclusions : seule la contraception peut
nous délivrer de ce fléau, et la diffusion de la P.P. doit être intens
ifiée.
Suisse. Un certain nombre de dispensaires d'orientation matri
moniale fonctionnent à l'heure actuelle. Chacun travaille
indépendamment, mais l'échange des idées est facilité par la réu
nion annuelle d'un organe officiel appelé Agence suisse d'orientation
matrimoniale. En Suisse, l'information pour le B.C. et la vente d'ob
jets contraceptifs ne sont pas illégales. Signalons que Bôckli (20)
a écrit un ouvrage qui passe en revue toutes les législations de
stérilisation et les commente, sur le plan du droit. Il donne des
chiffres pour son pays.
II. MOYEN-ORIENT
Egypte. Officiellement, le gouvernement égyptien ignore le B.C.
Mais, en 1952, l'ancien ministre de l'Agriculture, Tewfik
Hefnawy Pacha, déclare que le plus grave problème de l'Egypte est
celui de sa population : « Même si nous arrivions à mettre en accord
notre production avec nos ressources, nous devrions prendre série
usement en considération le B.C., si nous avons réellement l'intention
d'améliorer les conditions de vie. En mai 1952, au cours d'une con
férence devant une société de pédiatres, un eminent médecin réclama
le B.C. pour son pays. En 1953, le Professeur Hanna Rizk parle dans
le même sens. En fin 1953, le gouvernement de Neguib prévoit
son budget 10.000 $ pour l'étude des problèmes de population. Un
expert est demandé aux Nations Unies à cet effet.
Israël. En novembre 1950, le centre sanitaire Nathan-Strauss de
Tel-Aviv était le seul à donner des informations sur la
contraception. En novembre 1951, une seconde clinique s'ouvre près
de Tel-Aviv. Un film sur la biologie de la conception a été projeté
à l'Université hébraïque de Jérusalem. L'avortement est sérieus
ement réprimé en Israël : 14 ans de prison à qui a provoqué un
(19) The Fourth International Conference on Planned Parenthood. Stockholm, 17-
22 août 1953. Londres, I.P.P.F., 1953, 1 vol. in-8°, XXIII, 199 p.
(20 Bôckli, Gesetzliche Grundlagen, rechtspolitische und gesetzgeberische Problème
■der Sterilisation von Geisteskranken, insbesondere nach schweizerischem Recht. Win-
lerthur. Keller, 1954, 1 vol. in-8°, 125 p. Bibl.
(21) Riyk H., Egypt. 4th Int. Conf. P.P. Proc. Londres. I.P.P.F., 1953, pp. 170-171.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.