Les grands planteurs du Maryland au XVIIIe siècle : une élite politique et économique - article ; n°3 ; vol.37, pg 552-573

De
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1982 - Volume 37 - Numéro 3 - Pages 552-573
This profile of the Maryland planter elite in 1776 is drawn from a collective biography of 78 delegates to the colonial assembly. The article charts the wealth in land and slaves of this political class, which led the movement of independence from England, within the broader setting of a colony where black slaves made up a third of the total population and where half of the white population owned at least one slave. This political elite was remarkably homogeneous in its source of income, age structure, professional functions, military service, country of origin, and religious affiliation. Most of the delegates were members of political dynasties who had held seats in the Maryland colonial assembly for generations.
22 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1982
Lecture(s) : 26
Nombre de pages : 23
Voir plus Voir moins

Robert Forster
Edward C. Papenfuse
Les grands planteurs du Maryland au XVIIIe siècle : une élite
politique et économique
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 37e année, N. 3, 1982. pp. 552-573.
Abstract
This profile of the Maryland planter elite in 1776 is drawn from a collective biography of 78 delegates to the colonial assembly.
The article charts the wealth in land and slaves of this "political class", which led the movement of independence from England,
within the broader setting of a colony where black slaves made up a third of the total population and where half of the white
population owned at least one slave. This political elite was remarkably homogeneous in its source of income, age structure,
professional functions, military service, country of origin, and religious affiliation. Most of the delegates were members of political
dynasties who had held seats in the Maryland colonial assembly for generations.
Citer ce document / Cite this document :
Forster Robert, Papenfuse Edward C. Les grands planteurs du Maryland au XVIIIe siècle : une élite politique et économique. In:
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 37e année, N. 3, 1982. pp. 552-573.
doi : 10.3406/ahess.1982.282866
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1982_num_37_3_282866LES ETATS-UNIS HISTOIRE SOCIALE
LES GRANDS PLANTEURS DU MARYLAND AU XVIIIe SI CLE
une élite politique et économique
la fin du xviue siècle le Maryland est sur le plan politique une des treize
colonies contestataires Amérique du Nord que Angleterre efforce de retenir
Sur le plan économique sa prospérité est fondée sur le grand commerce trans
atlantique de deux grands produits destinés au marché européen le blé et le tabac
dont la production est favorisée par le sol le climat la conformation de la côte et la
présence une ample main-d uvre servile
Du point de vue social la population essentiellement rurale comporte quatre
niveaux la main-d uvre agricole constituée par le groupe de plus en plus
nombreux des esclaves africains le noyau relativement plus stable des fermiers et
métayers blancs celui en expansion des cultivateurs qui produisent pour le
marché et enfin une petite minorité de grands planteurs marchands est élite
gouvernante de cette société soit une centaine de familles sur une population qui
compte 267000 habitants dont 88000 esclaves en 1780 que nous nous
proposons examiner ici1
Voici ce un gentleman anglais William Eddis nouvellement arrivé de la
métropole découvre lors de son voyage dans la colonie du Maryland Accompagné
du gouverneur royal de la colonie son ami et protecteur il embarque sur une
goélette dans le port pittoresque Annapolis capitale de la province Longeant les
rives de la baie Chesapeake Eddis se dirige lentement vers les grandes plantations
de tabac du sud Il passe les fêtes de Noël dans les propriétés du colonel William
Fitzhugh membre du conseil adjoint du gouverneur et un des futurs députés de la
Convention qui sept ans plus tard se réunira pour rédiger la constitution du
nouvel tat souverain du Maryland Mais en 1769 on est encore loin de 1776 et de
Les données biographiques qui forment la base de cet article proviennent des dossiers du projet
histoire législative entrepris par le Maryland Hall of Records Annapolis MD USA avec le
concours du National Endowment for the Humanities Pour une description détaillée des méthodes
et des sources employées dans la compilation de ces biographies voir Edward PAPENFUSE et al.
Biographical Dictionary of the Maryland Legislature 1635-1789 Baltimore Johns Hopkins
University Press 1979 et Edward PAPENFUSE et al. Search of Place and Pedigree Annapolis
Maryland Hall of Records 1982)
552 FORSTER PAPENFUSE PLANTEURS DU MARYLAND
ce qi Eddis appellera les frénésies américaines Ressemblant un peu au
Mount Vernon du major Washington en Virginie le Rousby Hall de
Fitzhugh est un confortable manoir solidement construit en ma onnerie qui jouit
une vue agréable sur la baie est ici que pendant trois semaines Eddis goûte les
agréments une hospitalité de la meilleure compagnie Il est impressionné par
la bonne chère comportant un grand choix de produits locaux accompagnés une
variété excellents vins sans doute importés de Madère par les belles
flambées dans les cheminées et par la conversation animée Lors du même
voyage Eddis visite les principales familles dans les cinq comtés au sud de la
colonie trouvant partout un excellent accueil les meilleures commodités et une
nourriture somptueuse Par la suite Eddis devait se moquer un peu de la bonne
société du Maryland qui poursuivait les vains plaisirs avec autant avidité que
celle de autre côté de Atlantique mais le côté sérieux de la vie des plantations ne
lui échappe pas pour autant Adoptant les attitudes un Arthur Young dilettante
Eddis note que la région est bien colonisée La plupart des plantations sont
aménagées avec la plus grande régularité et dans nombre habitations nous avons
trouvé non seulement du confort mais encore de élégance
Notons emblée que les grands planteurs du Maryland ne partagent pas tous
égards les urs des élites installées dans les autres colonies de la région centre-
Atlantique et encore moins celles de la Nouvelle-Angleterre Les Fitzhugh les
Carroll les Tilghman et les Plater étaient pas sur le même modèle que les Adams
et les Franklin austérité de la vie matérielle et des attitudes morales est sans doute
moins valorisée dans ce pays ensoleillé souvent humide et fatiguant avec ses
champs de tabac de blé et de mais entrecoupés par innombrables estuaires
rivières et marais On aurait tort pourtant évoquer image romancée un Sud
paresseux et languissant et celle du colonel sudiste affublé de son grand
chapeau moustachu et tirant sur sa longue pipe en terre qui confortablement
installé sur la véranda de son manoir et éventé par un petit nègre surveille la vaste
étendue de ses champs de tabac De tels moments font partie de existence du grand
planteur mais en général est une élite active dont les préoccupations comportent
non seulement une multiplicité activités économiques et professionnelles mais
encore importantes obligations politiques
Le Maryland avait été colonisé au début du xvne siècle pour servir de refuge aux
catholiques anglais Représentant une petite minorité concentrée dans la partie
méridionale de la côte ouest les catholiques avaient été submergés dès la fin du
siècle par arrivée une grande majorité anglicans de calvinistes écossais et
irlandais et adeptes de diverses sectes allemandes La Révolution Glorieuse de
1689 avait produit aucune libération pour les catholiques du Maryland qui
demeuraient sujets des incapacités politiques euphémisme anglais pour la
privation du droit de vote et interdiction exercer une fonction publique
en 1776 Mais cette immigration accélérée en provenance des îles Britan
niques et de Europe du Nord risque de masquer immigration la plus importante
celle des esclaves noirs Dans ensemble des colonies du Sud le nombre des Noirs
élève de 23 000 en 1700 513 000 en 1780 augmentation qui bien entendu est
due en partie une croissance démographique naturelle Dans le Maryland en
1783 les esclaves noirs représentent exactement un tiers une population totale de
267 000 habitants
Les caractères de la vie économique de cette colonie ont été déterminés par la
géographie de fa on peut-être plus décisive encore que dans autres colonies au
553 LES TATS-UNIS HISTOIRE SOCIALE
nord Le sol et le climat favorisent la culture du tabac et du maïs et les mêmes
rivières et fleuves dont ubiquité frappé Eddis et autres voyageurs étrangers se
jettent invariablement dans la baie ce qui en fait excellentes voies de transport
vers les régions éloignées de intérieur Un peu partout le long des rivières on
trouve donc de minuscules ports tabac constitués de quelques magasins près un
quai moitié enfoui dans les roseaux et les marécages infestés de moustiques où
on peut charger les barriques de tabac sur les petits bateaux souvent quelques
mètres de la plantation même La vie économique de la région méridionale de la
colonie des deux côtés de la baie Chesapeake repose dans une large mesure
sur le grand commerce du tabac et est dans cette douzaine de comtés que se trouve
la plus grande concentration esclaves qui forment près de la moitié de la
population totale Vers le nord et vers ouest le tabac cède la place au blé et au maïs
ce qui entraîne une diminution de la proportion esclaves sans pourtant éliminer
esclavage Car on peut aussi cultiver le blé avec une main-d uvre servile même
dans le bassin littoral Mais ouest de ce qui en 177 est un village comptant
peine une centaine de maisons en bois Hagerstown dans étroite bande de
terrain entre la rivière Potomac et le territoire de Pennsylvanie agriculture
commercialisée pas encore pénétré est la frontière région de cabanes de
bois rudimentaires et de vastes étendues de terre inculte dont une partie
considérable se trouve déjà entre les mains des spéculateurs du littoral On
emploie guère esclaves
Le Maryland est presque exclusivement rural En 1785 sa capitale Annapolis
que 1280 habitants dont un tiers esclaves Frederick la seule agglomération
urbaine du Maryland de Ouest en compte 000 et Baltimore port en
expansion pour exportation des grains situé près de deux usines métallurgiques
en que 11 132 dont 532 esclaves)5 Pour le reste la colonie est faite de
plantations et de fermes isolées et ici et là le long des rivières de toutes petites
agglomérations où se trouvent les tavernes aussi bien que les magasins des
commer ants de Londres ou de Glasgow et des commer ants locaux qui permettent
aux habitants obtenir des marchandises en échange de leur tabac et de leurs
grains Bref en 1776 la population urbaine ne forme que peine de la
population totale
Fait capital auquel on doit encore ajouter la faible densité démographique En
comparaison avec la situation de Europe occidentale de époque un habitant par
15 acres ha représente un peuplement extrêmement épars Cette situation
contribue explication une autre caractéristique de agriculture du Maryland
la fin du xvine siècle absence presque totale de journaliers blancs la différence
de ce qui observe dans toutes les sociétés européennes contemporaines il pas
de main-d uvre agricole qui se déplace dans les campagnes au rythme des saisons
et qui périodiquement vient gonfler les centres urbains pour chercher importe
quel travail Non que tous les Blancs soient propriétaires mais une part il est
relativement facile pour les pauvres blancs de louer des terres et autre part ce
sont les esclaves noirs qui effectuent les travaux dans les grandes plantations et
parfois même dans les terres louées dont les fermiers hésitent pas travailler côte
côte avec leurs esclaves Une poignée de mechanics et de pauvres artisans dans
les trois villes et quelque 600 engagés indentured servants employés un peu
partout chez des planteurs et dans des usines de fer mis part il donc presque
pas de prolétariat blanc du moins dans les campagnes
Presque tous les colons blancs sont des planteurs mais il faut se rendre
554 FORSTER PAPENFUSE PLANTEURS DU MARYLAND
compte que ce terme recouvre toute une gamme de situations de celle de
propriétaires aisés qui étaient imposés sur une fortune de plus de 61 000 livres
ceux qui étaient imposés sur OO livres Pour ces derniers leurs biens ne produisent
que 15 livres par an ce qui est très près du minimum de subsistance Aubrey
Land qui étudié les inventaires après décès de ces petits planteurs parle
indépendance fruste leur propos De plus les fermiers représentant
peu près la moitié des chefs de famille blancs se considèrent comme planteurs
eux aussi bien que leur revenu brut médian ne soit que de 45 livres Malgré la
modicité du revenu de 70 96 des familles blanches tous les planteurs exception
des 12 96 les plus pauvres produisent pour le marché est que le tabac et le blé
sont les principaux produits du grand commerce de la province et le planteur
tient participer de son mieux Cette orientation commerciale générale de
agriculture basée essentiellement sur deux produits explique en partie la solidarité
qui unit les petits planteurs avec leurs supérieurs ils croient donc capables de
gouverner dans la province
Quand il cultive son blé et son tabac le grand planteur est la merci des mêmes
conditions météorologiques que son modeste voisin et quand ils vendent leurs
produits ils se trouvent un et autre sujets aux mêmes aléas du marché soumis
aux fluctuations de la demande étranger Il certes des questions politiques
intéressant ensemble de la colonie qui divisent le groupe des planteurs mais au
niveau local les planteurs grands et petits choisissent leurs leaders parmi les
membres des premières familles Ces derniers en revanche en dépit de leur
richesse et du style de vie ils aiment parfois afficher sont parfaitement capables
de associer de parler et de boire sur un pied égalité avec ceux ils
représentent9
Au mois août 1776 élite politique du Maryland ce sont les 78 délégués
une assemblée réunie pour rédiger la constitution du nouvel tat On comprend
que les cadres de ancien gouvernement royal 22 conseillers juges et autres
fonctionnaires aient pas été présents Avec leurs familles les 78 députés
constituent un groupe peu près 400 personnes ce qui représente moins de
02 de la population blanche
Les tableaux qui suivent rassemblent quelques-unes des principales données
mesurables sur cette élite Rendant compte de ce qui fait la cohésion interne de ce
groupe social des intérêts que ses membres partagent bref de ce ils ont en
commun ces données démontrent influence et le pouvoir de ces hommes dans
tous les domaines de ce monde préindustriel Mais elles ne suffisent pas expliquer
leur influence politique et leur prééminence sociale La capacité inspirer de la
déférence et du respect un électorat qui avait le droit légal de changer de dirigeants
était basée sur tout un ensemble attitudes culturelles de ce large électorat 51 de
la population blanche) autant que sur le pouvoir matériel et expérience politique
des dirigeants
Cinquante-cinq pour cent des chefs de famille blancs tous ceux qui possèdent
une fortune de 40 livres ou 50 acres ont le droit de voter en 1776 pour élire les
délégués la Convention constitutionnelle Telles sont les conditions arrêtées par
une Convention antérieure qui elle été élue sous un régime de suffrage universel
pour les hommes blancs Une majorité écrasante des chefs de famille blancs qui ont
ainsi le droit élire les délégués la Convention constitutionnelle voté pour les
membres de la gentry motivée sans doute par des vues hiérarchiques concernant la
sagesse et la probité des gens de bien Les élites politiques coloniales ont donc
555 TATS-UNIS HISTOIRE SOCIALE LES
guère de raison de craindre les effets une révolte contre la domination anglaise sur
leur position prééminente dans la société coloniale bien que certains députés tel
Charles Carroll de Carrolton ressentent par la suite une vive inquiétude concernant
le rôle futur de cette élite du fait des désaccords grandissants dans ses propres
rangs 10
Dans une certaine mesure cette déférence politique est liée la situation
économique et notamment deux facteurs les grands écarts dans la distribution
des fortunes foncières et la propriété des esclaves et la structure de la dette au sein
de la communauté locale une fa on générale les données économiques
semblent révéler un mélange intérêts partagés et de relations de dépendance Mais
il est certain que notre enquête préliminaire ne peut pas rendre compte de la
mentalité des masses populaires On se demande par exemple ce que William
Eddis voulait vraiment dire il écrit en 1772 De même idée égalité
paraît très répandue et les ordres inférieurs accordent guère les marques de
respect extérieures ceux qui occupent les rangs supérieurs Les élites du
Maryland se sont-elles efforcées délibérément de ne pas exhiber les marques de
TABLEAU Distribution de la propriété foncière vers 1776
Dimensions des Propriétaires Délégués du
propriétés en du comté Maryland
acres nombre nombre
000 et plus 01 54
000 999 03 108
000 999 14
54 000 999 07
000 999 12 16 68
000 999 43 56 14 759
500 999 89 776 18 24.3
400 499 53 69 68
77 100 300 399 81
200 299 140 182 68
100 199 71 92 27
275 358 27 99
TOTAL 768 1000 74 997
Dimensions des propriétés acres
Propriétaires Délégués du
du comté Maryland
Maximum 12 806 40 000
Médiane 225 967
Minimum 47
Comparaison entre les délégués du Maryland la Convention constitutionnelle 74 sur 78 et
ensemble des propriétaires fonciers du Prince County total des feux 846 dont 768
propriétaires et 078 fermiers blancs
acre 04 ha
Sources Dictionnaire biographique des législateurs du Maryland inédit projet du Maryland Hall
of Records avec le concours du National Endowment for the Humanities Pour Prince
County documents inédits Maryland Hall of Records Voir PAPENFUSE Planter Behavior in
Staple Economy Agricultural History avril 1973)
556 FORSTER PAPENFUSE PLANTEURS DU MARYLAND
supériorité sociale cette morgue si répandue en Europe Hypocrisie consciente ou
adaptation aux urs simples de la vie coloniale toujours est-il que les grands
planteurs ont soin de ne pas étaler leur pouvoir économique et leur supériorité
culturelle devant leurs constituants De plus élite et les constituants sont reliés par
des origines communes car ils sont tous des colons plus ou moins nouvellement
arrivés dans un pays où chaque homme blanc la perspective de devenir
planteur Aux yeux de ceux qui votent il est inutile de chercher les preuves du
mérite de leur représentant ailleurs que dans le succès manifeste il remporté en
amassant une fortune dans les parages de la baie Chesapeake
Voici donc la position économique de ces 78 familles comparée celle de
ensemble de la communauté blanche voir tableau échantillon que nous
avons choisi est celui de Prince County région où la proportion esclaves
est la plus élevée 48 de la population totale et où la culture du tabac est activité
principale Quelle est la distribution de cette terre rentable Les conclusions tirer
de nos données sont ambivalentes un côté la supériorité économique des
députés est évidente mais un autre et surtout en comparaison avec la situation en
Europe occidentale la propriété est très largement distribuée puisque 41 des
chefs de famille blancs possèdent quelque terre 12
Il est permis de penser une propriété de 500 acres 200 ha marque le seuil de
aisance au Maryland Or on constate que 80 des propriétaires de Prince
County en ont moins 632 avaient moins de 300 acres ou 120 ha)
tandis que parmi les députés 72 96 sont propriétaires de plus de 500 et près de la
moitié 48 ) de 000 acres cette dernière valeur représentant le seuil de
opulence Pourtant une propriété médiane de 225 acres 90 ha pour ensemble
des familles blanches ne dénote guère indigence non plus On est tenté de dire que
la propriété médiane de élite 967 acres ou 387 ha est assez importante pour
assurer la supériorité de ce groupe sans pourtant lui faire perdre toute solidarité
avec les planteurs moyens 100 499 acres ni même avec les petits planteurs
fermiers ou propriétaires de moins de OO acres qui constituent la majorité dans la
province
observation que la supériorité économique des délégués entraîne pas des
disparités de fortune excessives applique également la répartition de la propriété
des esclaves voir tableau II Nos sources indiquent que 66 des 78 familles en
possédaient autres en avaient probablement bien que les inventaires après décès
de leurs biens personnels en portent pas mention Mais la possession esclaves
est nullement réservée aux grands planteurs 49 96 des chefs de famille blancs de
Prince County étaient propriétaires esclaves pourcentage plus élevé que
celui des propriétaires de terre Pour le groupe des députés le nombre médian est de
20 esclaves au lieu de pour ensemble des chefs de familles blancs La moitié des
membres de élite avait entre 20 et OO esclaves et les Carroll les Lee et
les Tilghman en avaient respectivement 300 171 et 104 Notons titre de
comparaison en Virginie colonie beaucoup plus grande et également vouée
la culture du tabac 15 familles seulement possédaient plus de OO esclaves Bien
que les différences soient considérables entre la plantation de 000 acres et 20
esclaves et celle de 200 acres et esclaves objectif économique reste identique
dans les deux cas le planteur produit du tabac pour le marché aide une
main-d uvre servile La différence est plus marquée entre le planteur de 000
acres et celui de OO acres 40 ha qui que ou esclaves Les très petits
planteurs eux louent parfois des terres ils cultivent eux-mêmes travaillant dans
557 LES TATS-UNIS HISTOIRE SOCIALE
les champs côte côte avec un seul esclave Ce qui est important dans le cas de
Prince County est la présence de 346 planteurs propriétaires de
esclaves Ces hommes ne sont pas riches mais le système de esclavage leur est
essentiel
TABLEAU II Les propriétaires esclaves vers 1776
Nombre Propriétaires esclaves Délègues du
esclaves du comté Maryland
nombre nombre
100 et plus 02 47
90 99 0.2 47
80 89
47 70 79
60 69 09 31
50 59 045 31
40 49 0.45 47
709 30 J9 045
20 29 20 45 II 772
10 19 71 158 18 257
117 61 725
63 229 51.0
TOTAL 449 100.05 64 1000
Nombre esclaves
Propriétaires esclaves Délègues du
du comté Maryland
Maximum 128 285
Médiane 20
Comparaison entre les délégués du Maryland la Convention constitutionnelle 64 sur 78 et les
propriétaires esclaves du Prince County 920 feux sur un total de 846 dont 449 feux
comprenant des esclaves et 471 sans esclave)
Sources id tableau
tant donné les différences de fortune parmi les propriétaires esclaves on
comprend mieux la déférence politique née de la solidarité des électeurs blancs
qui bon an mal an envoient assemblée coloniale des représentants appartenant
toujours aux mêmes familles De plus il aucun doute que les petits planteurs
sont fortement endettés auprès des grands On aurait tort de croire que les grands
planteurs du Maryland sont aussi endettés auprès des marchands anglais un
Thomas Jefferson en Virginie mais le fait est il au Maryland un groupe
important de planteurs et de marchands qui tiennent dans un réseau de prêts
hypothéquaires des planteurs moyens et petits et même des artisans Charles
Carroll qui au cours des années prêté un total de 67 000 livres sterling divers
petits planteurs au taux de des capitaux plus importants que personne mais
le prêt intérêt est une activité courante parmi élite des planteurs du Maryland
Des relations de dépendance économique ajoutent donc intérêt commun dans
le maintien de esclavage
En effet les fortunes des députés ne consistent pas uniquement en terres et en
558 FORSTER PAPENFUSE PLANTEURS DU MARYLAND
esclaves Le tableau III permet de voir leur situation économique dans le contexte
plus large de ensemble des chefs de famille blancs dans un échantillon de six
comtés situés des deux côtés de la baie Chesapeake compris le comté
septentrional de Harford un côté on est frappé par le fait que 82 96 des députés
ont des fortunes de 000 livres et plus tandis que dans ensemble de la population
blanche ce niveau est atteint que par 96 des chefs de famille On note également
TABLEAU III Distribution des fortunes
Feux avec
Valeur imposée Feux propriété foncière
en livres locales nombre nombre
000 et plus 579 63 562 977
500 999 751 82 727 968
400 499 331 36 301 909
300 399 512 56 452 883
712 78 596 837 200 299
790 150 199 604 66 477
100 149 883 97 600 679
30 99 457 159 701 481
247 130 10 29 2259 294
Oa 052 115
TOTAL 140 999 4710
Feux imposés dans la population blanche de six comtés du Maryland Calvert Charles Caroline
Somerset Talbot et Harford 1783
Par rapport au total des feux de la même catégorie fiscale
La valeur imposée comprend tous les éléments du capital
Fortune Délégués
en livres locales du Maryland
nombre
15 000 et plus 60
10000 14 999 75
000 999 104
4000 45 999
3000 3999 119
2000a 2900 179
000 999 239
104 500 999
400 499 30
300a 399 15
200a 299 15
100 199 15
TOTAL 67 1000
Délégués du Maryland la Convention constitutionnelle 67 sur 78 vers 1776 Leur fortune
comprend la terre et les esclaves mais non les actifs commerciaux
La livre locale vaut 0599 livre sterling
Sources Dictionnaire biographique les législateurs du Maryland médit projet de Maryland Hall of
Records avec le concours du National Endowment for Humanities Rôle des impôts 1783 Maryland
Hall of Records Voir PAPENFUSE et STI VERSON General Recruits
William and Mary Quarterly 30 janvier 1973)
559 TATS-UNIS HISTOIRE SOCIALE LES
la proportion de pauvres ceux qui sont imposés moins de livres vrai
dire la Convention de 1776 estimait que toutes les familles imposées au-dessous de
30 livres étaient pauvres elles aussi ce qui met un bon tiers 362 des
familles blanches au niveau du minimum vital Tous les habitants du Maryland ne
vivaient donc pas dans la prospérité ni même tous les blancs 13
Par ailleurs plus de la moitié de ces familles 515 possèdent quelque terre
et presque un quart 227 ) celles qui ont des fortunes entre 200 et 000 livres
forment bien des planteurs moyens possédant au moins OO acres 40 ha de
terre et ou esclaves Ce groupe important de quelque 000 familles forme une
sorte de relais économique entre élite de riches planteurs députés et la masse des
petits propriétaires dont les fortunes sont inférieures 200 livres valeur capitale
Les différences de richesse sont réelles et plus importantes que les historiens
américains ne ont montré par le passé Néanmoins il encore beaucoup de terre
disponible même sur le littoral de la province ce on peut constater en consultant
la carte de densité de population du Maryland De plus les Lloyd les Bennett avec
leurs fortunes de plus de OO 000 livres mis part même les planteurs les plus
riches ne peuvent être comparés aux grands lords anglais ni même aux grands
propriétaires de la vallée du Hudson poltroons Les disparités de richesse réelles et
per ues surtout en ce qui concerne la terre sont sûrement moindres dans le
Maryland que dans le Devonshire ou même dans le Haut-Languedoc de la même
époque Les députés bien que propriétaires de presque 000 acres chacun valeur
médiane ne possèdent jamais plus de 10 des terres dans leurs comtés
respectifs 14
En somme le profil économique des 78 familles de députés indique une
prééminence économique nette mais qui éclipse pas un groupe moyen
important de propriétaires de terres et esclaves dont les fortunes se situent entre
200 et 000 livres Si échantillon des six comtés est représentatif on peut estimer
que plus de 80 96 des familles blanches du Maryland celles dont la fortune est
supérieure 10 livres pratiquent agriculture commercialisée et cultivent surtout
le tabac et le blé La position des grands planteurs est donc protégée en quelque sorte
par une véritable armée exploitants moyens et petits qui eux aussi produisent
pour le marché
Aubrey Land est le premier historien qui ait déplacé attention des grands
planteurs dont on trop souvent donné une image romantique et stéréotypée
vers la masse des planteurs petits et moyens qui pour la plupart cultivent leurs
modestes lopins de terre sans aide esclaves Dans son ouvrage récent et
important Land dressé les inventaires après décès de 400 individus distribués
dans ensemble de la colonie ce qui lui permis de tracer évolution des fortunes
au cours du demi-siècle entre 1710 et 1759 15
Les conclusions de Land concernant ensemble des propriétaires du Maryland
TABLEAU IV Distribution des fortunes en pourcentage de ensemble
100 livres et moins 101-500 livres 501-1 000 livres 000 livres et plus
1710-1719 695 239 44
1730-1739 548 360 58 34
1750-1759 414 401 114 71
Sources LAND Colonial Maryland 278
560

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.