Les ménages d'une personne : l'évolution récente - article ; n°6 ; vol.38, pg 995-1015

De
Publié par

Population - Année 1983 - Volume 38 - Numéro 6 - Pages 995-1015
Roussel Louis. — Les ménages d'une personne : l'évolution récente. Depuis 20 ans, le nombre de ménages d'une personne a considérablement augmenté dans les pays industriels : dans beaucoup de cas, il a doublé, voire triplé. Cette mesure globale est pourtant peu éclairante : cette population est en effet très hétérogène : elle regroupe des individus de tous états matrimoniaux et de tous groupes d'âge. Une analyse plus fine met en évidence que l'augmentation a surtout été sensible parmi les jeunes célibataires et les divorcés. La croissance s'explique d'abord par une modification des modèles de nuptialité. Intervient aussi une plus grande propension d'une partie de la population à « vivre seul ». Cette propension n'est d'ailleurs pas toujours affaire de choix personnel : elle dépend également des contraintes économiques. L'analyse suggère aussi que l'augmentation des ménages d'une personne, sauf pour les veufs et veuves, s'explique par la multiplication des situations de transit entre deux ménages de plusieurs personnes plutôt que comme la diffusion d'un modèle stable de « vie solitaire ». En dépit de la crise économique, il est vraisemblable que cette mobilité se maintiendra, à défaut de croître, dans les prochaines années. De toutes manières, pour cette catégorie de ménages, il serait aventureux de calculer globalement des perspectives. C'est seulement grand groupe d'âge par grand groupe d'âge dans chaque état matrimonial que des estimations à moyen terme peuvent être tentées.
Roussel Louis. — One person households : Recent developments. Over the last twenty years the number of one-person households in the industrial countries has greatly increased : in many cases it has doubled or even trebled. This overall measure is not, however, very enlightening : the population of one-person households is very-heterogenous as it includes persons of all ages and marital statuses. A more detailed analysis shows that there has been an especially marked increase in the numbers of young bachelors and divorced men. The growth is partly due to changes in nuptiality, but in addition the propensity of part of the population to « live alone » has increased. This propensity is incidentally not always an indication of personal preferences : it depends equally on economic constraints. The analysis suggests that the growth so the number of one-person households (except for widowers and widows) reflects an increase in the number of temporary situations in an individual's life when he or she is moving from one multi-person household to another, rather than a permanent increase in stable « solitary life situations ». Despite the economic crisis it is probable that this mobility will continue, and may even grow in the future ? In any case it would be wrong to calculate overall projections for this group of households. Medium term projections are only possible for different large age groups, distinguished by marital status.
Roussel Louis. — Evolución reciente de los hogares constituídos рог una sóla persona. El numero de hogares unipersonales ha aumentado considerablemente en los últimos veinte aňos en los países industrializados : en muchos casos se ha duplicado y en otros triplicado. Pero el numero total no dice mucho sobre su composición que es en general muy heterogénea : se encuentran en este grupo personas de todos los estados matrimoniales y de diferentes grupos de edad. Un análisis más detallado muestra que el aumento se ha producido principalmente entre los jóvenes solteros y entre las personas divorciadas. Este aumento se explica en primer lugar por un cambio de los modelos de nupcialidad. Existe además una mayor propension de una parte de la poblaciôn a « vivir solo ». Esta propension no dépende solamente de una decision personal, sino que también interviene en ella la posibilidad económica. El análisis sugiere que el aumento de los hogares compuestos por una sola persona, salvo en el caso de los viudos y viudas, se explica por la existencia de un mayor numero de personas que se encuentran en transición entre dos hogares de varias personas, más bien que por la difusión de un modelo estable de « vida solitaria ». A pesar de la crisis económica, es verosímil que esta movilidad se mantendrá, si es que no aumenta, en los próximos aňos. De todas maneras, séria aventurado calcular perspectivas globales para esta categoria de hogares. Solamente pueden intentarse estimaciones a plazos moderados por grandes grupos de edad en cada estado conyugal.
21 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : samedi 1 janvier 1983
Lecture(s) : 40
Nombre de pages : 24
Voir plus Voir moins

Louis Roussel
Les ménages d'une personne : l'évolution récente
In: Population, 38e année, n°6, 1983 pp. 995-1015.
Citer ce document / Cite this document :
Roussel Louis. Les ménages d'une personne : l'évolution récente. In: Population, 38e année, n°6, 1983 pp. 995-1015.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pop_0032-4663_1983_num_38_6_17820Résumé
Roussel Louis. — Les ménages d'une personne : l'évolution récente. Depuis 20 ans, le nombre de
ménages d'une personne a considérablement augmenté dans les pays industriels : dans beaucoup de
cas, il a doublé, voire triplé. Cette mesure globale est pourtant peu éclairante : cette population est en
effet très hétérogène : elle regroupe des individus de tous états matrimoniaux et de tous groupes d'âge.
Une analyse plus fine met en évidence que l'augmentation a surtout été sensible parmi les jeunes
célibataires et les divorcés. La croissance s'explique d'abord par une modification des modèles de
nuptialité. Intervient aussi une plus grande propension d'une partie de la population à « vivre seul ».
Cette propension n'est d'ailleurs pas toujours affaire de choix personnel : elle dépend également des
contraintes économiques. L'analyse suggère aussi que l'augmentation des ménages d'une personne,
sauf pour les veufs et veuves, s'explique par la multiplication des situations de transit entre deux
ménages de plusieurs personnes plutôt que comme la diffusion d'un modèle stable de « vie solitaire ».
En dépit de la crise économique, il est vraisemblable que cette mobilité se maintiendra, à défaut de
croître, dans les prochaines années. De toutes manières, pour cette catégorie de ménages, il serait
aventureux de calculer globalement des perspectives. C'est seulement grand groupe d'âge par grand
groupe d'âge dans chaque état matrimonial que des estimations à moyen terme peuvent être tentées.
Abstract
Roussel Louis. — One person households : Recent developments. Over the last twenty years the
number of one-person households in the industrial countries has greatly increased : in many cases it
has doubled or even trebled. This overall measure is not, however, very enlightening : the population of
one-person households is very-heterogenous as it includes persons of all ages and marital statuses. A
more detailed analysis shows that there has been an especially marked increase in the numbers of
young bachelors and divorced men. The growth is partly due to changes in nuptiality, but in addition the
propensity of part of the population to « live alone » has increased. This propensity is incidentally not
always an indication of personal preferences : it depends equally on economic constraints. The analysis
suggests that the growth so the number of one-person households (except for widowers and widows)
reflects an increase in the number of temporary situations in an individual's life when he or she is
moving from one multi-person household to another, rather than a permanent increase in stable «
solitary life situations ». Despite the economic crisis it is probable that this mobility will continue, and
may even grow in the future ? In any case it would be wrong to calculate overall projections for this
group of households. Medium term projections are only possible for different large age groups,
distinguished by marital status.
Resumen
Roussel Louis. — Evolución reciente de los hogares constituídos рог una sóla persona. El numero de
hogares unipersonales ha aumentado considerablemente en los últimos veinte aňos en los países
industrializados : en muchos casos se ha duplicado y en otros triplicado. Pero el numero total no dice
mucho sobre su composición que es en general muy heterogénea : se encuentran en este grupo
personas de todos los estados matrimoniales y de diferentes grupos de edad. Un análisis más
detallado muestra que el aumento se ha producido principalmente entre los jóvenes solteros y entre las
personas divorciadas. Este aumento se explica en primer lugar por un cambio de los modelos de
nupcialidad. Existe además una mayor propension de una parte de la poblaciôn a « vivir solo ». Esta
propension no dépende solamente de una decision personal, sino que también interviene en ella la
posibilidad económica. El análisis sugiere que el aumento de los hogares compuestos por una sola
persona, salvo en el caso de los viudos y viudas, se explica por la existencia de un mayor numero de
personas que se encuentran en transición entre dos hogares de varias personas, más bien que por la
difusión de un modelo estable de « vida solitaria ». A pesar de la crisis económica, es verosímil que
esta movilidad se mantendrá, si es que no aumenta, en los próximos aňos. De todas maneras, séria
aventurado calcular perspectivas globales para esta categoria de hogares. Solamente pueden
intentarse estimaciones a plazos moderados por grandes grupos de edad en cada estado conyugal.LES MÉNAGES
D'UNE PERSONNE :
L'ÉVOLUTION RÉCENTE *
trentaine la (l'URSS seules fréquence Jusqu étaient par 'à d'années, la des exemple) seconde si « peu ménages dans guerre ne nombreuses, les les pays d'une mondiale, comptaient développés personne que les même personnes certains » plus s'est pas. particulièrement, accrue recensements qui Depuis vivaient rapideune
ment jusqu'à atteindre parfois le tiers du nombre total des ménages.
Est-ce un changement d'attitude radical en ce qui concerne la
vie commune, la cohabitation ? Etudiant le phénomène dans
plusieurs pays, et en analysant ces diverses causes, Louis Rous
sel **, nous montre ici qu'il faut être prudent : les transformations
actuelles du cycle de vie des individus (ralentissement du mariage
et du remariage, hausse de la divortialité) sont largement responsab
les de cette nouvelle répartition des ménages dont le changement
des modes de vie est alors plutôt la conséquence mécanique,
inéluctable.
Dans la société rurale traditionnelle, les ménages d'une personne
étaient rares, sinon exceptionnels. L'organisation des travaux agricoles
comme la stricte différenciation des rôles suivant le sexe rendaient difficile
l'existence de « ménages solitaires ». Le pourcentage de célibataires,
hommes et femmes, était relativement élevé, mais les « filles anciennes »
comme les vieux garçons vivaient le plus souvent dans le ménage des
parents ou dans celui d'un frère ou d'une sœur. Vivre seul était anormal
et pouvait conduire, comme l'observe R. Pillorget, « aux pires déchéanc
es ». L'isolé était un malheureux, en marge de la vie sociale <u.
L'urbanisation a sans doute augmenté progressivement cette popul
ation de « solitaires ». Encore faut-il se souvenir qu'au XIXe siècle
* Une première version de cet article a été présentée au Colloque du CICRED sur
la famille (27-29 octobre 1982). Depuis un certain nombre de nouvelles données ont été
utilisées qui permettent de préciser l'ampleur et la complexité de l'évolution.
** INED, Université de Paris V (René Descartes).
*'* René Pillorget. La tige et le rameau. Familles anglaises et françaises xvr-xvur siècles.
pp. 148-150. Voir aussi, P. Laslet. «The family as a public and private institution: an
historical perspective». Journal of Marriage and the Family, 35, août 1973, 480-492.
Population. 6. 1483. 995-1 016 996 LES MÉNAGES D'UNE PERSONNE
beaucoup de ces « sans-famille » étaient domestiques et le restaient
souvent jusqu'à leur mort(2). Vers 1950, dans la plupart des pays industriels,
la fraction de la population vivant ce type de ménages était
généralement inférieure à 3 %.
Le faible poids de ces ménages dans la population totale, comme
l'intérêt limité de la plupart des chercheurs pour la démographie des
ménages explique pourquoi, jusqu'à ces dernières années, peu de travaux
ont porté sur cette question. Mais depuis trente ans, la situation a changé :
le nombre des ménages d'une personne a souvent triplé ou quadruplé dans
les pays industriels. Nous nous bornerons ici à étudier la période
1960-1980 dans quelques pays occidentaux <3).
La première étude systématique des ménages de 1 personne, pour un
pays donné, à notre connaissance, a été publiée au Canada par Brian
R. Harrison en 1981 sous le titre « Vivre seul au : perspectives
démographiques et économiques, 1951-1976 »(4). Santo Koesoebjeno vient
de faire paraître une étude sur ce thème pour les Pays-Bas (5). Enfin, dans
les articles portant sur l'analyse des ménages, une part de plus en plus
importante est affectée aux ménages d'une personne <6).
Notre propos est de montrer l'importance des changements récents
et la complexité des facteurs qui provoquent cette évolution. On indiquera
d'abord brièvement les difficultés méthodologiques et donc les limites de
cette analyse.
1. Problèmes méthodologiques Le plus manifeste des obstacles à une
étude comparative réside dans l'hétéro
généité des définitions, d'un pays à l'autre, et dans un même pays d'une
date à l'autre. Le cas de la République fédérale d'Allemagne est de ce point
de vue particulièrement significatif, puisqu'une même personne peut avoir
deux ménages, si elle ne réside pas constamment dans le même logement,
ce qui est souvent le cas lorsque le lieu de travail est éloigné du lieu de
résidence familial. L'importance du phénomène est assez élevée pour que
la comparabilité avec les autres pays soit faussée <7). Les rapprochements
<2> Aux Etats-Unis, en 1790, les ménages de 1 personne représentaient 3,7% de
l'ensemble des ménages et 0,6 % de la population. Les valeurs correspondantes étaient en 1900
de 5,1 % et de 1,1 %. Voir Taeuber et Taeuber, People of the United States in the 20 century :
A census monograph. Washington, DC, 1971.
<3) Le choix de ces pays a été fait en fonction de la précision des données actuellement
disponibles. L'analyse ici proposée suppose un tableau croisé suivant trois variables, le sexe,
le groupe d'âge, la situation matrimoniale. Nous donnerons en exemple les tableaux 1970 et
1980 relatifs aux Etats-Unis. En raison du peu d'intérêt pour les données collectives jusqu'à
une date récente, il est rare que l'on puisse disposer de ce tableau dans un même pays pour
2 dates de référence, à fortiori pour 3 dates (Canada, Pays-Bas).
<4> Statistique Canada. Catalogue 98 8 1 1 . Hors série.
<5> Santo Koesoebjono. «Trends of one-person households in the Netherlands,
1960-1978. A demographic analysis». Working paper n° 37, NIDI, février 1983.
<6> Voir par exemple К. Schwarz, « Les ménages en République fédérale d'Allema
gne ». Population, 1983, 3.
(?) Le recensement de 1961 comptabilisait un peu plus de 4 millions de ménages d'une
personne, mais 1.2 million de personnes avaient déclaré plusieurs résidences. L'ÉVOLUTION RÉCENTE 997
dans un même pays à des dates différentes peuvent, eux aussi, être biaises
par un changement de définition intervenu dans l'intervalle de temps entre
deux recensements. Ainsi, aux Pays-Bas, en 1960, une nouvelle définition
du concept de ménage va intégrer dans un ménage complexe des individus
comptés, suivant la définition de 1947, comme formant plusieurs ménages
d'une seule personne (8).
Faut-il pour autant conclure qu'il est, dans ces conditions, impossible
d'établir des comparaisons significatives ? Il ne le semble pas. D'une part,
l'Allemagne présente probablement un cas exceptionnel, les concepts de
ménages des autres pays industriels sont plus proches et n'induisent pas
de biais aussi considérables. Depuis 1960 en particulier, sous la pression
des Nations Unies, une plus grande homogénéité des définitions s'est
développée. Mais surtout les comparaisons qui nous intéresseront le plus
ici portent sur l'évolution dans le temps à l'intérieur d'un même pays. Or
ces concepts ne semblent pas avoir beaucoup varié dans les dernières
décennies. De plus, lorsqu'une variation s'est produite, elle n'a générale
ment guère modifié le nombre des ménages d'une personne. Aux Pays-Bas,
en 1971, on comptait 683 000 ménages d'une personne suivant la définition
de 1960 et 700 000 suivant celle de 1947(9). Au regard de l'ampleur des
changements observés durant la période étudiée ici, ces biais sans être
négligeables, n'invalident pas les conclusions.
On objectera aussi que ceux qui se déclarent comme formant un
ménage d'une personne peuvent à temps partiel mais régulièrement vivre
avec une autre et que la proportion de ces situations ambiguës
n'est peut-être pas constante dans le temps. Certes, et cela revient à dire
que l'analyse des données de recensement ne peut saisir toute la diversité
des modes de vie, mais qu'il faut tenter de tirer de ces recensements toutes
les informations disponibles; en particulier, il est intéressant de distribuer
ces ménages suivant certaines caractéristiques, âge, sexe, statut matrimon
ial. C'est à quoi nous nous emploierons après avoir montré l'importance
de la croissance globale de ce type de ménage depuis 1960.
2. Une augmentation massive Le tableau annexe I fournit pour 1 7 pays,
le nombre des ménages d'une personne à
deux ou trois dates de référence entre 1960 et 1981. La croissance relative
du nombre de ménages d'une personne dans 8 pays est présentée dans le
tableau 1.
Sauf l'Autriche, tous les pays présentés ont vu plus que doubler le
nombre de leurs ménages d'une personne dans les vingt dernières années.
Dans certains cas, ce nombre a triplé, voire quadruplé (Canada). Il n'est
<8> On trouvera de nombreux exemples des disparités de définitions d'un pays à l'autre
et des variations à l'intérieur d'un même pays dans l'ouvrage d'H. Le Bras, L'enfant et la
famille dans les pays de l'OCDE, Analyse démographique, Paris, OCDE, 1979, p. 75 et
suivantes.
W S. Koesoebjono, op. cit., p. 1 1 . LES MÉNAGES DUNE PERSONNE 998
Tableau 1. — Augmentation en % du nombre des ménages de i personne
2e période (b) V période (a) Ensemble
39,4 106,7 Allemagne 48,3
Autriche 37,4 11,3 52,9
Norvège 55,5 107,9 33,7
22,2 121,2 Pays-Bas 81,3
119,9 Suède 47,7 48,9
Suisse 79,3 76,1 217,0
Canada 91,0 107,3 295,4
Etats-Unis 61,1 64,2 164,5
(a) 1960 ou 1961 à 1970 ou 1971
(b) 1970 ou 1971 à 1980 ou 1981 sauf pour les Pays-Bas 1971-1978.
pas possible d'établir une différence de croissance systématique entre la
première et la seconde période mais dans la plupart des pays l'importance
de la croissance est du même ordre.
Pour mieux apprécier l'importance de ces chiffres, il est intéressant
de les mettre en rapport avec d'une part la croissance relative de la
population totale et d'autre part avec celle de la du nombre total
de ménages (tableau 2).
Tableau 2. — Augmentations relatives des effectifs de la population totale (i>,
DU NOMBRE TOTAL DES MÉNAGES (II) ET DU NOMBRE DES MÉNAGES DUNE PERSONNE (III)
e période (a; r période (a) 1 2
III I II III I II
Allemagne RFA 18,6 48,3 0 16,2 39,4 9,1
Autriche 37,4 5,4 11,3 5,4 10,0 1,0
Belgique 5,7 7,0 19,4
France 13,2 21,9 37,9 2,8 9,7 20,9
Norvège 8,3 13,8 33,7 6,3 17,4 55,5
Pays-Bas 14,8 27,5 83,1 5,3 17,4 22,0
7,7 47,7 3,1 14,6 48,9 Suède 18,1
76,1 Suisse 15,4 29,4 79,5 1,6 19,0
Canada 18,3 32,6 91,0 12,5 27,5 107,0
Etats-Unis 14,8 20,1 61,6 12,1 29,9 74,5
(a) Voir la définition de ces périodes ai i tableau 1. France : 1962-1975 1975-1981.
On constate par ce seul rapprochement que l'augmentation de la
population joue un rôle relativement faible dans du
nombre des ménages d'une personne. De même la croissance du nombre
total des demeure très au deçà de celle de ce type particulier de
ménage. Les effectifs de celui-ci ont augmenté deux et souvent trois fois
plus que l'effectif de l'ensemble des ménages. Le cas de la République L'ÉVOLUTION RÉCENTE 999
Tableau 3. — Part de l'augmentation (en %) du nombre de ménages de i personne
DANS L'AUGMENTATION DU NOMBRE TOTAL DE MÉNAGES
2e période \" période (a) Ensemble
59 Allemagne 52 56
Autriche 75 91 79
34 45 France 38
Norvège 42 70 58
Pays-Bas 34 25 30
Suède 53 88 70
38 79 65 Suisse
41 48 45 Etats-Unis
39 34 Canada 26
(a) Voir la définition de ces périodes au tableau 1.
fédérale d'Allemagne est particulièrement intéressant puisque l'effectif de
la population dans la deuxième période restait stationnaire, tandis que
celui des ménages de 1 personne augmentait de près de 40 %.
On confirmera l'importance de l'évolution des ménages de 1 per
sonne en calculant la part d'augmentation que leur croissance représente
par rapport à celle de l'ensemble des ménages (tableau 3).
L'interprétation de ces données n'est pas simple. L'évolution de ces
pourcentages, d'une date de référence à l'autre, dépend à la fois du
numérateur et du dénominateur. Les deux sont toujours positifs. Mais, le
Tableau 4. — Evolution du pourcentage des ménages de i personne
par rapport л l'ensemble des
Dates de références de 1 2 3 4 1, 2, 3, 4
Allemagne 12 20 25 30 1946, 1961, 1970, 1981
Autriche 17 20 25 27 1951, 1971,
Belgique 16 17 19 1946, 1961, 1970
8 Espagne
24 Finlande 19 22 1950, 1960, 1970
24 France 19 20 22 1946, 1962, 1975, 1981
Grande-Bretagne 11 11 18 22 1951, 1961, 1971, 1980
Grèce 9 10 1951, 1964
10 12 14 Irlande 1946, 1961, 1971
Italie 11 13
9 12 16 19 1947, 1960, 1970, 1978 Luxembourg
Norvège 15 18 21 28 1950, 1980
9 17 18 Pays-Bas 12 1960, 1971, 1978
33 Suède 20 25 1970, 1980
14 20 29 Suisse 1961, 1971,
Yougoslavie 12 13 1971
Etats-Unis 9 13 18 23 1950, 1960, 1970, 1981
Canada 6 9 13 20 1961, 1971, 1981 LES MÉNAGES D'UNE PERSONNE 1000
premier est composé des ménages d'une seule taille (un) tandis que le
second est la résultante des évolutions des ménages de tailles supérieures
à un, dont certaines catégories (celles des de grande taille)
peuvent avoir diminué en valeur relative et même en valeur absolue.
D'autre part, la baisse de la fécondité a joué, dans la seconde période, pour
diminuer la taille moyenne des ménages et, donc, pour augmenter, à
population constante, le nombre total des ménages. Il n'en reste pas moins
que l'évolution du nombre des ménages de 1 personne a considérablement
pesé dans l'augmentation globale des ménages : elle représente, dans les
pays européens pris en compte, plus de la moitié de la croissance totale.
On comprend dès lors que le pourcentage des ménages d'une
personne par rapport à l'ensemble des ménages ait dans certains pays au
moins considérablement augmenté. Le tableau 4 montre que cette crois
sance dans quelques pays avait déjà été forte entre 1946 et 1960.
Dans un certain nombre de pays, le pourcentage des ménages d'une
personne approche donc ou même dépasse 30 % de l'ensemble des
ménages. Cette proportion correspond à environ 10% de la population
totale, au moins pour la Suède, la Suisse et la République fédérale
d'Allemagne.
3. Pour une analyse Que la population des ménages d'une personne
différentielle soit très hétérogène, personne n'en
dra. Mais peut-on trouver dans sa distribution
certaines constantes d'un pays à l'autre, et des évolutions parallèles ? Le
tableau 5 fournit pour 6 pays, à 2 ou 3 dates de référence, la répartition
par sexe et grand groupe d'âge. On ne saurait tirer de conclusions générales
d'un tel échantillon, d'autant que les tendances n'y sont pas toujours les
mêmes. On retiendra pourtant quelques constats.
D'abord, les femmes représentent, la plupart du temps, en 1970, les
2/3 environ de l'effectif total. Cette proportion de 1970 à 1980 évolue
différemment suivant les pays mais de manière peu considérable : le poids
des hommes tendrait dans la plupart des cas à s'accroître. C'est surtout
la différence d'effectif le groupe d'âge 65 et plus qui explique cet
écart : l'écart des espérances de vie suivant le sexe est ici déterminante et
explique pourquoi, en France par exemple, la moitié des femmes de 75 ans
et plus vivent seules pour 21 % seulement des hommes.
Si une nette tendance commune se dessine, c'est la progression
générale (10) du groupe d'âge de moins de 35 ans. Dans les deux cas où l'on
dispose de statistiques pour 1960, l'augmentation des effectifs de ce groupe
d'âge a commencé dès la première période. Elle serait donc indépendante,
dans un premier temps au moins, des modifications de la nuptialité
intervenues autour de 1970. Il est vrai que, suivant les pays, cette
(•0) Les Pays-Bas feraient exception puisque les moins de 35 ans y sont relativement
moins nombreux en 1978 qu'en 1971. L'ÉVOLUTION RÉCENTE 1001
Tableau 5. — Répartition de la population des ménages
d'une personne par sexe et grand groupe d'âge
H F T H F T H F T
1972 1981
RFA
Moins de 35 ans 120 74 194 128 104 232
35-64 ans 98 272 370 114 345 459
71 365 436 68 241 309 65 ans et plus
Total 289 711 1 000 310 690 1 000
1981 France 1975
Moins de 35 ans 97 82 179 113 104 217
35-64 ans 133 175 308 93 170 263
104 409 513 124 396 520 65 ans et plus
Total 334 666 1 000 330 670 1 000
1971 Pays-Bas 1960 1978
109 Moins de 35 ans 101 88 189 173 282 126 124 250
35-64 ans 107 276 383 118 204 322 90 190 280
65 ans et plus 323 428 86 310 396 99 371 470 105
313 687 1 000 377 623 1 000 315 685 1 000 Total
Suisse 1970 1980
Moins de 35 ans 118 120 238 165 147 312
35-64 ans 126 243 369 140 186 326
65 ans et plus 76 317 393 70 292 362
Total 320 680 1 000 75 625 1 000
Etats-Unis 1970 1980
74 59 159 270 Moins de 35 ans 133 111
35-64 ans 143 257 400 142 187 329
65 ans et plus 108 359 467 81 320 401
Total 325 675 1 000 382 618 1 000
1971 Canada 1961 1976
92 154 287 Moins de 35 ans 79 56 135 111 203 133
35-64 ans 213 245 458 179 224 403 157 200 357
65 ans et plus 149 258 407 107 287 394 87 269 356
Total 441 559 1 000 397 603 1 000 398 602 1 000
augmentation est d'importance variable en valeurs absolues : aux Etats-
Unis de 1970 à 1980, elle s'élève à 263 % pour les hommes et à 221 % pour
les femmes, c'est-à-dire qu'elle a plus que triplé pour les deux sexes (ll). En
<") A elle seule, cette augmentation représente 45% de l'augmentation totale du
nombre des ménages de une personne.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.