Les ossements humains du dolmen des Bretons (Marne) - article ; n°3 ; vol.3, pg 118-155

De
Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris - Année 1952 - Volume 3 - Numéro 3 - Pages 118-155
38 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 1 janvier 1952
Lecture(s) : 30
Nombre de pages : 39
Voir plus Voir moins

Miguel Fusté
Les ossements humains du dolmen des Bretons (Marne)
In: Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, X° Série, tome 3 fascicule 3-4, 1952. pp. 118-155.
Citer ce document / Cite this document :
Fusté Miguel. Les ossements humains du dolmen des Bretons (Marne). In: Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie
de Paris, X° Série, tome 3 fascicule 3-4, 1952. pp. 118-155.
doi : 10.3406/bmsap.1952.2907
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bmsap_0037-8984_1952_num_3_3_2907118
LES OSSEMENTS HUMAINS
DU DOLMEN DES BRETONS (MARNE)
par Miguel FUSTÉ
Docteur es Sciences, Collaborateur scientifique nu C. S. I. C. (1)
Cette étude des ossements du dolmen des Bretons m'a été
proposée par M. le Pr H. V. -Vallois, Directeur du Musée de
l'Homme et de l'Institut de Paléontologie Humaine de Paris,
où je m'étais rendu, aux frais du C. S. I. C, en quête d'une info
rmation bibliographique pour mes recherches actuelles sur la
typologie du Levant espagnol pendant la période néolithique.
Ce très beau matériel a été découvert par MM. A. Loppin et
Brisson à Au nay-aux-Planches, village situé à quelque 30 km.
au sud-ouest de Châlons-sur-Marne et gracieusement offert
pa1 ceux-ci à l'Institut de Paléontologie humaine, dans les col
lections duquel il se trouve. Voici, d'autre part, rédigé par M.
Loppin, les conditions archéologiques du gisement : « Ce mo
nument, du même type que le dolmen de « La Plaque », est
situé sur le territoire de la commune d'Aulnay-aux-Planches,
à 2 km. 500 au sud-est-Sud du village, lieudit « Au-Dessus du
Chemin des Bretons », dans la parcelle n° 48 appartenant à la
Société Chandon-Moët.
« Du genre « dolmen enterré », la plus grande partie des pierres
avait été exploitée à une époque très ancienne (gallo-romaine ?)
de même que les blaireaux y avaient à cette même époque établi
leurs terriers ; c'est dire que très peu de chose subsistait du
monument. Seuls un pilier de support et la base d'un autre étaient
encore en place. Cependant nous avons relevé les emplacements
de huit autres supports. Ce dolmen avait une longueur intérieure
de 5 m. sur 2 m. de largeur. Les ossements, fort bousculés par
les blaireaux et brisés par les gens qui cassèrent les pierres, en
(1) Cansejo Superior de Investigations Cientificas, équivalent en Espagne du
Centre National de la Recherche Scientifique. OSSEMENTS HUMAINS DU DOLMEN DES BRETONS 119 FUSTÉ.
occupaient tou*e la surface, et offraient très peu de connexions
entre eux ; certains squelettes semblaient avoir été déplacés
et rejetés su les côtés. Les corps avaient été parfois recouverts
de chaux et cendres. Nous y avons recueilli un corps incinéré,
que je conserve ici.
«Le mobilier, assez pauvre, est semblable à celui du dolmen
de « La Plaque ». Ce sont des pointes de flèches à tranchant trans
versal, des lames de couteaux en silex, des parures faites de perles
de calcaire ou dentales fossiles, une pendeloque en os en forme
de quille, un beau poinçon en os et un hameçon (?) en os. Pas
une seule hache polie. Nous avons considéré ce mobilier comme
étant de la même époque que celui du premier dolmen découvert.
« Pour plus amples renseignements, ces mobiliers sont actuell
ement dans les vitrines du Musée de préhistoire régionale d'Eper-
nay, qui peut être visité avec profit. »
Le gisement comprenait au moins 14 individus, chiffre établi
d'après le nombre de mandibules présentes.
L'étude de la documentation fournie par ce matériel osseux
a été terminée au Laboratoire d'Anthropologie de l'Université
de Barcelone (Espagne).
Je remercie vivement M. le Pr Vallois pour les^ facilités de
toutes sortes et l'accueil très hospitalier dont j'ai pu bénéficier
durant mon séjour dans les Laboratoires des deux Centres de
recherche placés sous sa Direction.
I. — Les têtes osseuses.
Je décrirai d'abord succinctement l'état des exemplaires étu
diés ; ils correspondaient à huit individus.
№ 1. — Tête entière, sans l'ethmoïde et l'apophyse ptérygoïde
gauche du sphénoïde. Face reconstruite avec des lacunes sur les maxill
aires ; manque aussi la moitié inférieure des nasaux ; les arcades zy-
gomatiques sont brisées vers leur partie centrale. Mandibule présente et
intacte.
Arcades sus-orbitaires assez développées, lignes occipitales et région
iliaque faibles. Mastoïdes grandes. Sexe masculin. Le crâne est bien dé
veloppé et plutôt robuste. Il n'y a pas de fermeture des sutures de la
voûte et la synchondrose sphéno-occipitale reste ouverte. Les deux M3
inférieures sont présentes mais pas les supérieures (du côté droit on peut
observer le fond de l'alvéole où manquent les trous de fixation des
racines). Age probable autour de 20 ans.
№ 2. — Tête entière avec face partiellement détruite et ayant né
cessité une reconstruction. Ethmoïde et sphénoïde (sauf la grande aile
droite) absents, ainsi que les apophyses zygomatiques des temporaux. société d'anthropologie de paris 120
Dans la face il y a d'importantes pertes sur les maxillaires supérieurs et
les malaires. La mandibule est absente.
Le crâne est massif, d'aspect masculin. Les arcades sus-orbitaires
et les lignes occipitales sont assez fortes ; mastoïdes grandes et robustes.
Début de soudure de la partie inférieure de la coronale, partie obélique
de la sagittale et première partie de la lambdoïde. Age probable (M3
présents) 30-40 ans.
JV° 3. — Tête complète un peu asymétrique, face reconstruite mais
avec le malaire droit en position défectueuse. L'ethmoïde et les palatins
sont absents. Arcade zygomatique droite cassée. Importantes lacunes
dans le sphénoïde et les fosses orbitaires qui laissent à découvert les sinus
frontaux. Mandibule bien conservée.
Les arcades sus-orbitaires et lignes nuchales sont faiblement déve
loppées ; néanmoins, par l'ensemble de sa morphologie et le dévelop
pement des apophyses mastoïdes, le sexe est très probablement mascul
in.
La suture sagittale est prématurément synostosée sur- tout son par
cours, tandis que les autres sutures, ainsi que la synchondrose sphéno-
occipitale, restent ouvertes. Les M3 supérieures ont émergé mais pas les
inférieures. Il s'agirait donc d'un adulte d'âge difficile à préciser.
№ 4. — Tête très fragmentée, reconstruite, où la face fait complète
ment défaut. L'ethmoïde manque aussi et il y a de nombreuses lacunes
dans plusieurs régions.
Arcades sus-orbitaires et lignes nuchales peu développées, apophyses
mastoïdes moyennes. L'aspect de la région frontale, avec la glabelle
très proéminente et le frontal très incliné indiquent le sexe masculin.
Pas de synostose sur les sutures de la voûte ; il s'agirait d'un indi
vidu d'âge probable vers les 20 ans.
№ 5. — Tète très incomplète. Presque toute la moitié gauche de
l'occipital, une grande partie du pariétal et tout le temporal du même
côté, ainsi que l'ethmoïde sont absents. Arcade zygomatique droite bri
sée. Mandibule présente et bien conservée.
L'aspect gracile de cette tête, avec des arcades sus-orbitaires presque
nulles, et des insertions musculaires très faibles, est nettement féminin.
Début de soudure de la partie obélique de la sagittale et de la première
région de la lambdoïde. Les dents de sagesse sont en train d'émerger.
Age approximatif : 30-40 ans.
№ 6. — Tête très détériorée réduite à la voûte, avec les deux tem
poraux. Il manque la moitié droite du frontal et presque toute la base
de l'occipital en avant du bord postérieur du trou. Des lacunes se
trouvent sur la partie conservée du frontal et du pariétal gauche.
Par son aspect gracile, ses faibles lignes occipitales et ses petites mast
oïdes, il faut considérer ce crâne comme féminin. La synostose est comp
lète sur les sutures coronale, sagittale et lambdoïde ; elle débute sur les
temporo-pariétale et occipito-mastoïdienne supérieure. Age probable :
50 ans ou plus.
№ 7. — Fragments des deux maxillaires supérieurs en connexion
entre eux et avec le malaire gauche. Le maxillaire droit est presque réduit
au bord alvéolaire ; dans celui du côté gauche, l'apophyse ascendante FUSTÉ. OSSEMENTS HUMAINS DU DOLMEN DES BRETONS 121
est cassée et les faces orbitaire et interne manquent complètement,
laissant le sinus à découvert. Les parties conservées ont des lacunes con
sidérables.
№ 8. — Morceaux des deux maxillaires et palatins, avec une partie
du malaire droit en connexion. Seuls le bord alvéolaire, l'apophyse pala
tine et des parties des faces antérieure et externe sont conservés.
En résumé, les cinq têtes pour lesquelles on peut établir un
diagnostic approximatif d'âge se distribuent de la façon sui
vante : un individu d'âge mûr et de sexe féminin (n° 6), trois
adultes dont deux hommes (nos2 et 3) et une femme (n° 5), et
deux jeunes gens de sexe masculin (n03 1 et 4). D'après les mandib
ules d'autre part, on reconnaît la présence de onze adultes et
de trois enfants de jeune âge (2, 7 et 11-13 ans respectivement).
Les mensurations et indices de tous les exemplaires (sauf les
mandibules) sont donnés dans les tableaux I et II.
Caractères généraux de la tête. — La plupart des dimensions de
ces crânes sont moyennes. Néanmoins, il faut considérer comme
plutôt grandes les têtes nos 1 et 5 (cette dernière étant donné son
sexe) et petites les n03 3, 4 et surtout 6. Ceci est d'accord avec
la capacité crânienne calculée ; en effet, que le procédé envisagé
soit l'indice cubique de Manouvrier ou les formules de Pearson,
la classification individuelle dans les catégories établies par
Sarasin reste la même. Les nos 1, 2 et 5 sont aristencéphales,
les autres euencéphales. Mais les valeurs calculées d'après l'in
dice cubique sont beaucoup plus fortes que celles fournies par
les formules de Pearson ; tandis que les moyennes des deux
sexes calculées d'après ces dernières (H. = 1436,77 ; F. =
1285,59) correspondent à l'euencéphalie, celles que l'on obtient
d'après l'indice cubique (H. = 1570,60 ; F. = 1474,54) se
classent dans l'aristencéphalie. Somme toute, au point de vue
de la masse cérébrale, ces individus ne s'écartaient pas notam
ment des Européens actuels. Par rapport aux moyennes des
groupes néolithiques suivants (1) :
H. F.
Aulnay-aux-Planches (Riquet, ind. cubique) 10 H et 10 F 1573 ,3 1436 ,6
Homme-Mort (Broca, cubage direct) ? 1606 ,5 1507 ,0
" ? 1535,6 1407,6 Vallée du Petit-Morin(Broca, cubage direct).
on voit que la ressemblance la plus frappante est avec les Néol
ithiques masculins de la même localité que ceux dont il est ici
(1) Les données comparatives utilisées dans ce travail sont tirées des publica
tions des auteurs suivants : Vallois, 1927 et 1945 ; Riquet, 1943 ; occasionnelle
ment Martin, 1928.
BULL. ET MÉM. SOCIÉTÉ ANTHROP. DE PARIS, T. 3, 10e SÉRIE, 1952. 9 122 SOCIETE D ANTHROPOLOGIE DE PARIS
question, tandis que la moyenne féminine reste à peu près à mi-
chemin entre celles d'Aulnay et de Г Homme-Mort.
Seule la tête n° 2 peut être qualifiée de robuste, avec des
empreintes musculaires assez développées et des apophyses mas-
Fig. 1. — Dolmen des Bretons. Crâne masculin n° 1. Dessin au dioptographe ;
réduit au 1 /3.
toïdes accentuées. Ce dernier trait est aussi présent sur tous les
crânes masculins, sauf le n° 4, où elles ne sont que moyennes.
La complexité des sutures n'est pas grande, sauf la lambdoïde
du n° 2 avec des nombreux os wormiens.
Norma verticalis. — Le contour des têtes 1, 3, 4 et 5 correspond
au type ovoïde de Sergi, mais celui-ci n'est tout à fait typique FUSTÉ. OSSEMENTS HUMAINS DU DOLMEN DES BRETONS 123
que sur 3 et 4. Dans le n° 1, l'élargissement du diamètre trans
verse maximum lui donne un aspect plus globuleux qui rappelle
à un certain degré le type sphénoïde, tandis que sur le n° 5
le même élargissement joint à là position plus antérieure des
bosses pariétales fait pencher vers le type ellipsoïde. Ceci est
Fig. 2. Dolmen des Bretons. Crâne réduit masculin au 1 /3. n° 2. Dessin au dioptographe ;
d'accord avec la classification de l'indice transversal fronto-
pariétal : les nos 3 et 4 sont tous deux métriométopes, tandis que
1 et 5 sont sténométopes. Le n° 2 appartient au type ellipsoïde
et c'est bien celui qui a le front le plus large tant en valeur
absolue que par rapport au diamètre transverse maximum, la 124 société d'anthropologie de paris
valeur de son indice fronto-pariétal se classant dans l'eurymé-
topie. Le n° 6 correspond au type sphénoïde ; c'est le seul où les
bosses pariétales soient un peu accusées.
Il n'y a qu'une légère phénozygie sur les nos 1 et 5. La suture
métopique persiste complètement sur le n° 2, joignant la coro-
nale un peu à droite de la sagittale.
Fig. 3. — Dolmen des Bretons. Crâne masculin n° 3. Dessin au dioptographe ;
réduit au 1 /3.
D'après Yindice céphalique, les n08 1, 5 et 6 correspondent à la
brachy céphalie, mais seul le dernier peut être considéré comme
vraiment brachycéphale, les autres se plaçant sur la limite
de la mésocéphalie. Les n°3 2, 3 et 4 sont mésocéphales mais,
tandis que les deux premiers s'approchent de la limite supérieure
de la catégorie, le dernier s'en écarte dans le sens opposé. A noter FUSTÉ. OSSEMENTS HUMAINS DU DOLMEN DES BRETONS 125
que, dans le n° 5, le diamètre transverse maximum a été déter
miné sur le dessin au dioptographe en complétant le contour.
C'est par le même procédé que fut déterminé le diamètre antéro-
po'stérieur du n° 6. En ce qui concerne le n° 3, il faudrait se d
emander si la synostose prématurée de la suture sagittale n'aurait
pas empêché le développement en largeur, en favorisant en
même temps l'augmentation de la longueur.
Ainsi, exception faite des têtes 4 et 6, on peut dire que toutes
les autres fluctuent autour de la limite entre la méso- et la bra-
chycéphalie. Ceci est aussi vrai pour les moyennes des deux
sexes (H. : 78,62 ; F. : 81,57) et globale (79,60). Il paraît inutile
de souligner ici le parallélisme entre les valeurs individuelles
de l'indice céphalique et la classification du contour de la norma
verticalis.
Par rapport aux séries du bassin parisien, qui figurent dans le
tableau comparatif, c'est avec les plus brachycéphales de celles-
ci que la concordance des crânes du dolmen des Bretons est la
plus grande, particulièrement avec les gens d'Aulnay étudiés par
Riquet. Il en est de même vis-à-vis des autres séries du tableau,
exception faite des Néolithiques de Beaucaire et des Enéoli-
thiques de Sinsat.
Indice céphalique. Tableau comparatif.
Néolithiques : n M min. max.
Beaumes-Chaudes (Broca) 35 72 ,6 76 ,0 64 ,2
Homme-Mort (Broca) •. 18 73,2 78,0 68,0
Menouville (Manouvrier) 9 74 ,3 67 ,5 83 ,0
Mureaux (Verneau) 12 75,0 68,2 89,7
Villejuif (divers) 7 75,2 69,2 87,7
Livry-sur- Vesle (Mohylianski) 7 75 ,2 73 ,4 77 ,6
Montouliers (Mayet) 14 75 ,3 72 , 1 82 ,2
Dolmens de la Lozère (Broca) 24 75,8 69,7 89,8
Dolmen d'Epône (Manouvrier) 11 76,1 72,4 79,5
Nanteuil-Vichel 10 76,6 72,5 83,3
Châlons (Manouvrier) 27 76,8 69,7 82,7
Feigneux (Topinard) 11 77,2 74,4 84,2
Brueil 30 77 ,8 67 ,4 89 ,8
Petit-Morin (Broca) 54 78 ,2 — —
Montigny-Esbly (Manouvrier) 6 78 ,2 69 ,4 84 ,3
Dolmen des Bretons (Fusté) 6 79,6 76,0 83,1
Aulnay-aux-Planches (Riquet) 22 80 ,4 73 ,6 89 ,4
Beaucaire (Julian) 6 86,0 78,9 90,6
Enéolilhiques :
L'Ombrive (Vallois) 5 77 ,8 73 ,2 83 ,8
Orrouy (Broca) 16 79 ,5 — —
Sinsat (Vallois) 4 89,1 83,8 95,1
Modernes :
Parisiens (Topinard) 1000 79 ,6 68 ,0 96 ,0 126 société d'anthropologie de paris
Norma lateralis. — Chez presque tous les sujets dont il est
question ici, le profil de la voûte crânienne monte plus ou moins
obliquement vers l'arrière jusqu'au niveau des bosses frontales
qui sont assez basses, puis s'incline en une courbe peu convexe.
Après un méplat plus ou moins étendu sur la première moitié
de la région pariétale, le profil fléchit assez rapidement en arrière,
donnant lieu sur les n03 1 et 6 à un certain degré de planoccipitalie.
Les nos 2 et 3 ont aussi le profil pariétal aplati après le point
d'inflexion (région post-obélique), mais l'aplatissement ne se
continue pas vers le bas à cause du bombement plus ou moins
marqué de l'écaillé occipitale. Les n03 4 et 5 s'écartent de la des
cription précédente par une plus forte inclinaison de la région
frontale (surtout le premier) et aussi par leur plus grande cur-
voccipitalité.
La glabelle est très saillante sur le n° 4, et un peu moins sur 1.
Les arcades sourcilières ne sont bien développées que sur 1 et 2.
En ce qui concerne le bombement du front, et contrairement
à ce qu'on aurait pu attendre, le seul individu chamaemétope
appartient au sexe féminin (n° 5), tous les autres ayant le front,
plus ou moins bombé. Excepté le n° 1, le segment frontal l'em
porte toujours sur le pariétal.
La voûte est élevée pour l'indice hauteur-longueur, tous les
exemplaires masculins sont hypsicéphales avec un indice moyen
de 78,33 ; et l'unique individu féminin où ce calcul a été possible
(n° 5) se classe dans l'orthocéphalie, mais tout près de la limite
supérieure de cette catégorie avec son indice de 74,29. Si l'on
envisage les mensurations absolues qui correspondent à cet
indice, le résultat est le même. En effet : abstraction faite des
nos 3 et 4, où le diamètre basi-bregmatique comme l'antéro-
postérieur maximum sont moyens, sur les autres le premier est
considérable, et il est accompagné d'un diamètre antéro-pos-
térieur élevé sur les n08 1 et 5, moyen sur le n° 2.
On peut en conclure que, sur ces trois derniers, l'élévation de la
voûte est très marquée, tant en valeur absolue que par rapport
à l'antéro-postérieur maximum.
Le même résultat se dégage de la considération des indices
de hauteur auriculaire. Tous les individus masculins sont hypsi
céphales (M : 65,34) et les deux féminins orthocéphales (M :
61,94) bien que la hauteur auriculaire ne soit pas, en valeur
absolue, si élevée que la basi-bregmatique.
Les moyennes de l'indice de hauteur-longueur sont grandes
par rapport aux Néolithiques du Bassin parisien, celles notam
ment du sexe masculin. Elles le sont aussi en comparaison avec
les autres populations préhistoriques françaises qui figurent
dans le tableau ci-dessous.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi