Les professions. Formation et orientation professionnelle. L'apprentissage - compte-rendu ; n°1 ; vol.40, pg 754-766

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1939 - Volume 40 - Numéro 1 - Pages 754-766
13 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : dimanche 1 janvier 1939
Lecture(s) : 17
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins

d) Les professions. Formation et orientation professionnelle.
L'apprentissage
In: L'année psychologique. 1939 vol. 40. pp. 754-766.
Citer ce document / Cite this document :
d) Les professions. Formation et orientation professionnelle. L'apprentissage. In: L'année psychologique. 1939 vol. 40. pp. 754-
766.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1939_num_40_1_5857754 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
amnésie totale, troublée par les crises qui opèrent une dissociation
de sa personnalité, par l'angoisse et par ce vocable de magnoon qui
surnage comme une épave.
Ainsi s'explique la peur irraisonnée de la police (je suis un cr
iminel), la peur irraisonnée des médecins (je suis un fou), le sentiment
de frustration. Et c'est après une répétition de cette frustration par le-
Conseil de Réforme qui refuse de lui accorder une pension que le-
névropathe devient escroc.
Il n'est guère possible de douter de la valeur compensatrice des
vols : le premier est commis au détriment d'une société d'Aide aux
Anciens Combattants et le second consiste en une négociation fraudu
leuse de documents relatifs aux campagnes de Lawrence ! Mais ces-
vols nous semblent avoir aussi une autre signification que nous nous
étonnons de ne pas trouver sous la plume de D. F. : ils se présentent
comme une équivalence des crises primitives au cours desquelles
le malade redevenait, dans son délire, chef de bande fil se met hors
la loi comme il l'était jadis en Arabie.
Il est bien évident, nous dit D. F.; qu'un homme bien équilibré
n'aurait pas réagi de cette façon aux traumatismes de la guerre et
aux injustices de l'après-guerre, mais ce sujet avait été marqué par
des traumatismes plus anciens. La peur de la police était une forme
à peine déguisée de la peur du père. R. Z.
d) Les professions. Formation et orientation professionnelles
L'apprentissage
1306. — W. A. PANNENBORG. — Beitrag zur Psychologie der
tragischen Dramatiker (Contribution à la Psychologie des Dramat
urges). — In-8°, 23 p. La Haye, Nijhoff, 1939.
L'auteur, cherchant à étendre le travail de Heymans sur la
« spezielle Psychologie » a appliqué la méthode biographique à
20 auteurs dramatiques, de Corneille à Hervieu et Strindberg, classés
en « expansifs » et « renfermés » (dont les premiers comprennent
Voltaire, Diderot, Dumas père, Lessing, Hugo, Gorki), en utilisant
les travaux publiés sur les auteurs.
Des traits de caractère (76 au total) sont indiqués en pourcentage
pour le groupe entier, et pour les deux sous-groupes, par comparaison
avec les pourcentages moyens de Heymans.
En majorité travailleurs du matin, les dramaturges sont plus
sensibles, émotionnables, critiques, excitables, actifs, moins idéalistes,
moins tolérants, livrés davantage aux contradictions internes, etc.
H. P.
1307. — CARROLL H. MILLER. — Value of certain standard tests
for a study Of dramatic talent ( Valeur de certains tests standards
pour l'étude du talent dramatique). — J. of Soc. Ps., IX, 4, 1938,
p. 437-449.
Les sujets étaient 59 élèves d'école secondaire âgés de 15 à 21 ans.
Leur école était renommée pour son activité dramatique, et on
demanda aux maîtres de les noter "(de 10 à 90 points) sous le rapport
de leur talent. En même temps Us subirent les tests suivants : Échelle^ APPLIQUÉE. APPLICATIONS GÉNÉRALES 755 PSYCHOLOGIE
générale d'Intelligence d'Otis, Test de vocabulaire anglais d'Inglis,
Test Volonté-Tempérament de Downey, Test du sens de l'humour
de Almack, Test X-0 de Pressey, Inventaire de personnalité de
Bernreuter, Étude des valeurs de Allport et Vernon. Les résultats
montrent qu'aucun de ces tests n'est approprié en vue du but
désigné, sauf le test d'intelligence générale et celui du vocabulaire
qui peuvent servir à une première élimination. Les aptitudes impli
quées dans le talent dramatique semblent être des li
nguistiques participant à la nature des facteurs Wx et W2 de Thurstone,
et une aptitude mnémonique, mesurée peut-être en partie par le
test de mémoire faisant partie de l'échelle d'Otis. Il semble y avoir
également un facteur moteur, probablement lié à celui impliqué
dans le test de Downey. Il y a aussi une constellation
de facteurs qui se trouvent mesurés, quoique d'une façon très
inadéquate, par les tests de Vernon, de Pressey, d'Almack et de
Bernreuter ; ils peuvent s'identifier vaguement sous le nom de
« seas des valeurs esthétiques » et se manifestent dans la personnalité
par le détachement et le désintéressement ; ils ont une corrélation
positive, mais faible, avec les valeurs économiques et politiques.
Les résultats négatifs de cette étude montrent la nécessité d'une
approche entièrement différente de la question, par l'analyse facto-
rielle d'une échelle d'estimation des traits désirables chez les acteurs,
où les juges seront des personnalités dramatiques connues.
C. N.
1308. — RICHARD S. UHRBROCK. — Industrial Psychology as a
career (La carrière de psychologue industriel). — J. of Soc. Ps.,
IX, 3, 1938, p. 251-286.
Cette carrière offre un débouché nouveau aux psychologues en
chômage que l'enseignement ne peut absorber. Dans le but de fixer
le statut de cette carrière, ainsi que l'organisation des études qui y
conduisent, 12 questions furent soumises à 27 psychologues éminents,
dont 16 répondirent. Les réponses s'accordent à souligner le besoin
d'une sélection plus rigoureuse et d'un niveau d'études plus élevé.
C. N.
1309. — L. A. PENNINGTON. — A state's contribution to American
men Of Science (Contribution d'un état américain envers la science).
— J. of Soc. Ps., IX, 4, 1938, p. 469.
Résultats d'une analyse de VAnnuaire Biographique des savants
■ américains (édition de 1927) et du Who's Who in Americade la même
année, où l'on fait le recensement, par catégorie d'occupations, des
hommes de science exerçant dans l'IUinois. La comparaison des
différentes professions montre le développement de la psychologie
en tant que science. L'apparition de nouvelles spécialités dans la
liste des scientifiques montre une interprétation plus
large du mot « scientifique ». L'apparition de ces nouvelles spécialités
montre le rapide développement du domaine qui s'occupe de la
science de la vie. Enfin on constate que les savants se déplacent
considérablement, soit pour leurs études, soit pour chercher du
travail. C. N. 756 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
1310. — A. FONTÈGNE. — J'apprends le métier de plombier
installateur. — B. I. N. O. P., XI, 5-6, 1939, p. 138-143.
Causerie radiophonique qui brosse un tableau d'ensemble du
métier, de ses tâches, son rôle dans la vie moderne, les aptitudes qu'il
exige. D. W.
1311. — C. S. MYERS. — The servant problem (Le problème des
domestiques). — Occ. Ps., XIII, 2, 1939, p. 77-88.
Double aspect du problème : à la fois qualitatif et quantitatif.
Il ne peut être résolu que par une amélioration du statut social des
domestiques, de leur sélection et de leur apprentissage, la substitution,
à la relation patronne-servante, de la relation employeur-employé,
et la mécanisation croissante des tâches ménagères. C. N.
1312. — D E. SUPER. — Occupational level and job satisfaction
(Niveau professionnel et satisfaction au travail). — J. of appl. Ps.,
XXIII, 5, 1939, p. 547-564.
Des hommes, d'âges variant de 20 à 68 ans (âge moyen 38 ans)
membres de groupements divers pour l'occupation des loisirs
(273 sujets), ont répondu à un questionnaire indiquant s'ils étaient
satisfaits des opportunités qu'ils trouvaient dans l'exercice de leur
métier. Une relation positive a été constatée entre la joie au travail
et le rang social de la profession. La proportion de travailleurs
satisfaits est d'environ 86 % dans les métiers intellectuels ; de 74 %
dans le groupe des propriétaires et chefs d'entreprise, de 42 % dans
les professions commerciales, ce qui constitue la valeur la plus basse ;
en effet, parmi les manuels, les ouvriers qualifiés ont donné une
proportion de 56 %, les ouvriers semi-qualifiés de 48 % de cas de
satisfaction. D. W.
1313. — W. WIENERT. — Strukturwandel akademischer Berufe
(Changement de structure dans les professions universitaires). —
Z. f. Arb., XII, 1, 1939, p. 1-8.
La structure d'un métier peut changer sous l'influence de change
ments d'ordre économique ou encore à cause des modifications
d'ordre moral. Lorsque les conceptions sociales et morales admises
dans une nation changent radicalement, le contenu même des
métiers reste le même, mais le changement d'attitude chez le tra
vailleur en modifie assez profondément la structure. Dans le
IIIe Reich, les travailleurs, au lieu de poursuivre des buts personnels
et intéressés, sont, de par la loi même, des serviteurs de l'État et de
la Nation. D. W.
1314. — P. J. FAY et W. C. MIDDLETON. — Judgement of
occupation from the voice as transmitted over a public address
system and over a radio (Détermination de la profession d'après la
voix transmise par T. S. F. ou par un système de discours publics).
— J. of appl. Ps., XXIII, 5, 1939, p. 586-601.
On croit souvent pouvoir deviner la profession d'une personne en
l'écoutant parler (à la T. S. F. par exemple). Des expériences métho
diques des A. montrent qu'en effet l'inférence est possible, pour PSYCHOLOGIE APPLIQUÉE. APPLICATIONS GÉNÉRALES 757
certains métiers, avec un pourcentage de succès supérieur à ce que le
hasard permettrait d'escompter. A la T. S. F., ce sont les prêtres, les
musiciens et les avocats dont les professions sont identifiées exacte
ment avec une fréquence supérieure au hasard ; les détectives, les
chauffeurs de taxi sont rarement identifiés. Pour certaines voix,
l'accord est relativement grand entre les auditeurs ; ces voix stéréo
typées pourraient être utilisées pour les représentations dramatiques
au micro.
En général, les hommes devinent un peu plus aisément que les
femmes la profession de la personne qu'ils écoutent parler.
D. W.
1315. — G. J. DUDYCHA. — Dependability and clerical aptitude
(Exactitude et aptitude aux travaux de bureau). — J. of appl. Ps.,
XXIII, 3, 1939, p. 332-336.
Le prêt des livres dans les bibliothèques américaines étant assez
strictement réglementé (amendes pour dépassement du délai de
prêt d'un montant proportionnel au nombre de jours de dépasse
ment), un groupe de 244 étudiants (qui avaient emprunté au moins
5 livres à cinq occasions différentes, à la bibliothèque de l'Université)
a été divisé en trois groupes d'après l'exactitude qu'ils avaient
mise à restituer les livres empruntés (1er groupe : pas d'amendes ;
75 sujets ; 2e groupe : amendes ne dépassant pas une moyenne
de 0 dollar 011 par livre, attribuées pour moins de 17 % des prêts :
115 sujets ; 3e groupe : montant «t fréquence des amendes plus élevés
que dans le précédent : 54 sujets). Une partie des sujets ayant
subi, d'autre part, la batterie Minnesota Clerical workers, les sujets
du 3e groupe (les inexacts) ont donné des résultats inférieurs à ceux
des deux autres groupes (qui s'étaient classés pratiquement à égalité).
Les différences ont plus de 8 chances sur 10 d'être significatives et
ne peuvent pas être attribuées à des différences de sexe (les résultats
des tests étant exprimés en centiles issus d'étalonnages particuliers
pour chaque sexe). Des deux tests composant la batterie, c'est le
coUationnement des noms qui paraît surtout significativement lié à
l'exactitude dans la restitution des livres. D. W.
1316. — WALTER A. LURIE. — Estimating the level of vocational
aspiration (Estimation du niveau d'aspiration professionnelle). —
J. of Soc. Ps., X, 4, 1939, p. 467-474.
Parmi les facteurs de réussite professionnelle, le degré d'aspiration
que peut éprouver le candidat joue un rôle important.
Au cours d'un examen d'O. P. appliqué à 954 candidats venus se
présenter à un bureau de placement juif, l'A. essaie de dégager les
goûts, les désirs professionnels de chacun d'eux, en les invitant à
répondre à 3 questions :
« Quelle est l'activité que vous avez souvent souhaité d'exercer
au cours de votre vie ? »
« Pour quelle profession ou quelle catégorie de professions
aimeriez- vous particulièrement recevoir des informations ? »
« Quel espèce de travail essayez-vous d'obtenir maintenant ? »
II apprécie les réponses à la première de ces questions en les •
ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES 758
rapportant à l'échelle des professions de Barr. La répartition des
valeurs ainsi obtenues est bimodale, certaines professions étant
particulièrement recherchées ; en particulier, un mode se présente
au sommet de l'échelle, correspondant aux situations brillantes.
Entre les réponses à la première et à la deuxième question, on trouve
un degré de corrélation qui atteint 0,56, et 0,21 avec la troisième.
Le rapport entre la réponse (niveau d'aspiration), et la
troisième (niveau de réussite) est sans relation avec l'âge, le degré
d'intelligence ou l'équilibre nerveux.
L'A. se propose de compléter ultérieurement cette étude, en
ajoutant quelques données sur la vie passée des sujets, leurs succès,
leurs échecs, les faits qui ont pu agir sur le niveau de leurs aspirations.
J. M.
1317. — PATRICK SLATER. — Factor Analysis and vocational
guidance ( L 'analyse f actor ielle et V orientation professionnelle ) . —
Occ. Ps., XIII, 4, 1939, p. 302-306.
Réponse à G. H. Thomson qui soutient dans son livre The Factor
ial analysis of human ability que l'analyse factorielle n'a, du
point de vue de l'orientation professionnelle, qu'une portée strict
ement limitée : pour prédire exactement le succès d'un sujet dans une
profession donnée il faut connaître les corrélations, d'une part entre
les tests qu'on lui applique, et d'autre part entre les résultats des
tests et le succès dans la profession ; la réussite du sujet dans la
profession peut donc être directement déduite de ses résultats
dans les tests, et l'analyse factorielle est inutile. A cet argument,
S. répond que le premier pas, si l'on veut fonder l'o. p. sur une base
scientifique, est 1° de définir les traits psychologiques primaires qui
déterminent la réussite dans chaque profession, et 2° d'élaborer des
tests capables de mesurer ces traits ; or l'analyse factorielle est
indispensable pour chacune de ces tâches. G. N.
1318. — G. H. THOMSON. — Reply to Mr. Slater (Réponse à
Mr. S.). — Occ. Ps., XIII, 4, 1939, p. 307-309.
Suite de la discussion précédente sur la valeur de l'analyse
factorielle en o. p., les deux auteurs ne différant d'ailleurs que sur
des points secondaires et étant d'accord sur le fond. C. N.
1319. — ALEC RODGER. — Planning for vocational guidance
(Un plan d'orientation professionnelle). — Occ. Ps., XIII, 1,
1939, p. 1-9.
Le N. I. I. P. donne des consultations payantes d'O. P., et leur
prix assez élevé interdit aux parents de fortune modeste d'en faire
bénéficier leurs enfants, car il n'y a pas actuellement en Angleterre,
comme c'est le cas en France un peu partout, d'offices gratuits
d'O. P. L'auteur esquisse un projet devant remédier à cet état
de choses et exprime l'espoir que les autorités locales voudront
reconnaître l'utilité d'un tel Centre en contribuant à son entretien.
On voit combien le problème de l'application systématique de l'O. P.
sur l'échelle la plus grande possible, et sa mise à la portée de tous,
sont moins avancés en Angleterre qu'en France, où la question a été .
PSYCHOLOGIE APPLIQUÉE. APPLICATIONS OÉX ÉRAI.ES 759
résolue une fois pour toutes par l'État avec la création de l'I. N. O. P.,
«t par les communes avec la création d'Offices locaux. G. N.
1320. — MARY PRATT. — Reflections of a headmistress on voca
tional guidance (Réflexions d'une directrice d'école sur V orientation
professionnelle). — Occ. Ps., XIII, 4, 1939, p. 285-294.
Réponse aux objections souvent faites par les parents à l'éduca
tion de leurs filles en vue d'une profession. C. N.
1321. — N. A. B. WILSON. — A vocational adviser's ease work
(Analyse des cas soumis à un orienteur). — Occ. Ps., XIII, 4,
1939, p. 258-267.
Analyse de 250 cas répartis sur une année et sur lesquels l'auteur
a été appelé à donner un conseil d'orientation au N. I. I. P. A part
50 cas se rapportant à des hommes de 25 à 26 ans plus ou moins
maladaptés, les 200 autres étaient des adolescents d'instruction
secondaire, et la distribution des notes obtenues par eux dans un test
d'intelligence, aussi bien que les résultats d'une échelle d'estimation
portant sur le caractère et le tempérament, montrent qu'ils sont des
sujets normaux. Ce point vaut la peine d'être souligné, car on a
souvent reproché à l'Orientation Professionnelle de s'adresser surtout
aux incapables. Presque la moitié de ces jeunes gens avaient été à des
« public schools » plutôt qu'à des écoles secondaires et appartenaient
à des familles riches, ce qui montre incidemment les progrès encore à
faire pour la démocratisation de l'O. P. Une centaine de professions,
dont les plus fréquentes étaient le travail de bureau et le métier
d'ingénieur, furent recommandées ; le nombre moyen des suggestions
proposées à chaque consultant fut de 3 à 4 ; 30 % des professions
furent recommandées une fois seulement ; la distribution des pro
fessions est à peu près la même que celle du Comité
des Directeurs d'écoles secondaires de la région londonienne, — ce
qui est une preuve de plus en faveur de la normalité des consultants.
L'auteur passe ensuite en revue les causes d'échec professionnel
des 50 cas d'adultes maladaptés. C. N.
1322. — J. G. W. DAVIES. — Some typical problem cases (Quelques
cas difficiles typiques en O. P.). — Occ. Ps., XIII, 2, 1939,
p. 98-109.
Présentation de quelques cas réels, représentatifs des difficultés
typiques qui embarrassent souvent les orienteurs : le fils de famille
peu doué à qui s'offrent des carrières dorées, — succession au père
ou participation dans des entreprises familiales — mais au-dessus de
ses capacités ; le jeune homme intelligent, actif et ambitieux, mais
dont les parents sont trop pauvres pour lui faire faire de longues
«tudes ; le jeune homme au tempérament actif et aventureux que
ses parents voudraient voir devenir fonctionnaire ; le jeune homme
manquant de confiance en lui-même et s'en remettant aux décisions
des autres pour le choix de sa carrière ; le révolté, et celui qui cherche
avant tout dans une carrière un moyen d'évasion loin de la réalité.
Beaucoup de tact, d'intuition et de sagacité sont nécessaires à
l'orienteur, dans ces trois derniers cas, pour démêler ce qui est crise -ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES 760
passagère de ce qui est trait de caractère fondamental, — ce qui a
fait dire que l'o. p. était plus un art qu'une science ; dans les trois
premiers cas il faut qu'il soit parfaitement informé sur la gamme
des carrières possibles, ainsi que sur les possibilités d'éducation
gratuite, bourses, cours du soir, etc., trop souvent ignorées des
parents. C. N.
1323. — L. GORYNSKI et E. RYBISKA. — Poradnictwo zawodowe
dla absolwentow gimnazjum ogolno-ksztalcacego (Orientation
Professionnelle pour les élèves sortant du Gymnase). — Ps. Wych.,
XI, 3, 1938-39, p. 109-119.
Les auteurs insistent sur l'intérêt d'un examen psychologique en
vue de l'orientation professionnelle des jeunes gens, filles et garçons,
à la sortie du Gymnase qui précède l'entrée au lycée ; ce lycée pou
vant être de culture générale (pour la préparation au baccalauréat)
ou de formation professionnelle.
Une batterie de tests a été élaborée, composée :
1) D'une série « générale » propre à révéler le niveau du candidat ;
2)« différentielle » pour dépister les aptitudes spéciales
du sujet ;
3) De questionnaires portant sur les goûts et les intérêts du
sujet. B. Z.
1324. — Mme CHAMBOULANT-HERTZ. — Résultats d'une année
de recherches et d'enquêtes sur l'Orientation professionnelle des
élèves de l'Enseignement secondaire. — B. I. N. O. P., XI, 9-10
et 11-12, 1939, p. 225-237 et 278-285.
Rapport d'un caractère général sur l'organisation d'une expé
rience scientifique d'orientation professionnelle portant sur les élèves
des grandes classes de l'enseignement secondaire. L'expérience
ayant débuté au printemps 1937 s'est étendue en fait à deux lycées
de jeunes filles; elle a comporté une phase préparatoire pendant
laquelle l'A. a essayé d'établir le contact avec les membres du corps
enseignant et les parents des élèves ; et d'assurer aussi l'examen
psychologique des élèves qui échouaient aux examens de passage.
Dans les grandes classes, des enquêtes sur les choix professionnels des
élèves ont montré l'insuffisance de données positives qui guident les;
jeunes filles dans le choix d'une carrière.
Après avoir appliqué une fiche de tests d'intelligence, l'A. a été
amenée à étudier la mise au point de deux séries de tests destinés à
déceler les aptitudes mathématiques d'une part,- les aptitudes litté
raires d'autre part. D. W.
1325. — J. G. W. DAVIES. — Theplace of intesests in vocational
adjustment (La part des intérêts dans V adaptation, pxpfessionnelle) ~
— Occ. Ps., XIII, 1, 1939, p. 42-51.
Bien que les intérêts manifestés par. un^ujefc^oieai souvent de
mauvais guides pour son orientation professionnelle, -üa^peuvent
cependant, si on les groupe par « familles », fournir certaines indica
tions. Il faut distinguer les intérêts «[ui sont doublés d'une,iiptiiude
et qui s'appuient sur une étude^É©cume»tée de l&aqttestion,,:de„ceux •
PSYCHOLOGIE APPLIQUÉE. APPLICATIONS GÉNÉRALES 761
qui ne sont que le résultat d'un conflit émotionnel ; il est du devoir
de l'orienteur de décourager ces derniers. G. N.
1326. — P. M. FREESTON. — Vocational interests of elementary
school children (Intérêts professionnels chez des enfants d'école
primaire). — Occ. Ps., XIII, 3, 1939, p. 223-237.
Ces résultats font partie d'une recherche plus étendue sur les
conceptions enfantines de la vie des adultes. On demanda à
100 enfants (50 filles et 50 garçons de 5 à 13 ans) de faire un dessin
d'eux-mêmes tels qu'ils s'imaginaient être quand ils seraient grands,
sans rien suggérer relativement à une profession. Pour les enfants
au-dessus de 7 ans, un questionnaire leur fut appliqué, portant :
1° sur la profession qu'ils désiraient choisir ; 2° sur celle qu'ils allaient
embrasser en fait. On aurait pu s'attendre à ce que les dessins,
lorsqu'ils impliquaient un métier, se conformassent à l'une de ces
deux réponses écrites, mais ce fut loin d'être le cas : certains dessins
étaient complètement opposés aux carrières nommées. La question
se pose de savoir si ces dessins sont l'expression de souhaits inconsc
ients, ou de fantaisies au sens psychanalytique. Un autre fait à
noter, et qui semble lié à l'approche de la puberté, est la chute de la
conformité entre le dessin et la réponse écrite, dans le cas des filles
après 11 ans (75 % contre 40 % à 13 ans). Les choix furent classés en
« possibles », « peu vraisemblables » et « impossibles », et les raisons
données étudiées. L'influence du milieu semble prépondérante.
G. N.
1327. — RICHARD M. BATEMAN et H. H. REMMERS. —
Attitudes of high-school freshmen toward occupations of their
choice before and after studying the occupations by means of a
career book (Attitudes d'étudiants de 14 ans à V égard des profes
sions de leur choix avant et après les avoir étudiées en vue d'en
établir la monographie). — J. of ed. Ps., XXX, 9, 1939, p. 657-666.
Des jeunes gens de 14 ans des deux sexes, élèves des classes de
sciences sociales (39 garçons et 68 filles) furent priés d'indiquer la
profession qui leur paraissait être la plus intéressante pour eux et
qu'ils souhaitaient exercer dans l'avenir.
Un premier test d'intérêt professionnel leur fut appliqué ; après
quoi ils durent se documenter sur la profession choisie, en vue d'éta
blir chacun une monographie professionnelle aussi complète que
possible. Chaque, semaine une heure était employée à rédiger, sous la
direction des professeurs, les renseignements acquis, et à les présenter
sous forme de livre plus ou moins attrayant.
Ce travail étant achevé, au bout de 16 semaines, un questionnaire
sur les professions leur fut à nouveau présenté. La comparaison des
réponses avec celles_qui avaient été primitivement recueillies révéla
un changement significatif dans l'attitude générale à l'égard de la
profession choisie ; les garçons en particulier montrèrent un intérêt
beaucoup moins vif, et les filles donnèrent des réponses beaucoup plus
variées.
Dans l'ensemble, cette expérience parut avoir pour effet d'accen
tuer l'individualité des attitudes, en obligeant chaque sujet à exami- ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES 762
ner sérieusement les divers aspects du métier envisagé au lieu de se
contenter d'une vue schématique. J. M.
1328. — G. A. WALLER. — Use of the occupational orientation
inquiry (Emploi d'une enquête d'orientation professionnelle). —
Occ, XVII, 1939, p. 299-302.
L'A. a établi, avec le concours de S. L. Pressey, une formule
d'enquête qui pourra faciliter le diagnostic d'un orienteur. Actuelle
ment le questionnaire est utilisé comme moyen d'auto-appréciation
et comprend 3 parties : 1) une autobiographie qui tient compte de
l'évolution des intérêts ; 2) un questionnaire d'intérêts, connais
sances et aptitudes et une liste de 222 emplois, avec les qualités qui
y sont le plus fréquemment requises ; 3) une place réservée aux notes
que l'étudiant attribue lui-même à ses possibilités de rendement
dans chaque emploi. I. L.
1329. — A. C. ROSANDER. — The économie stratification of youth
and its social consequences (La stratification économique de la
jeunesse et ses conséquences sociales). — J. of Ed. Res., XXXII, 8,
1939, p. 592-604.
L'A. s'élève avec vigueur contre la « stratification économique »
de la jeunesse, entendant par là l'impossibilité dans laquelle se
trouvent la plupart des jeunes gens de 16 à 25 ans d'échapper aux
conditions de vie de leur milieu, ce qui aboutit fatalement à une
dangereuse spécialisation des carrières intellectuelles.
Les données statistiques relevées par l'A. prouvent que ces adoles
cents, quels que soient leurs aptitudes ou leurs goûts personnels, sont
trop souvent contraints d'embrasser des carrières pour lesquelles ils
n'ont ni goût ni disposition, simplement parce que leur accès se trouve
facilité pour des raisons d'ordre économique. Cette stagnation dans
un milieu social donné se retrouve à tous les niveaux du développe
ment scolaire, aussi bien dans les collèges qu'à l'Université. L'Univ
ersité américaine n'est pas une université populaire et l'éducation
comme bien d'autres caractéristiques sociales dépend des possibilités
familiales. Quel rôle peut donc jouer l'orientation professionnelle
là où certains débouchés sont par avance interdits aux mieux doués
d'une couche sociale inférieure et dans un pays où les progrès cons
tants du machinisme rendent impossible l'espoir d'un retour aux
traditions artisanales ? Le chômage grandissant ne fera qu'accroître
cette stagnation et le moyen d'y remédier résiderait bien plus dans
une solution d'ordre économique que dans un effort de sélection
professionnelle. I. L.
1330. — A. HEIM. — A preliminary note on a vocational investigation
(Note préliminaire à une enquête professionnelle ). — Br. J. of Ps.,
XXIX, 3, 1939, p. 246-251.
L'A. étudie chez un groupe d'apprentis les conditions qui ont
exercé une influence sur le choix du métier. Les données rassemblées
émanent d'un interrogatoire des maîtres, des parents, des médecins
et des employeurs, elles portent sur l'aptitude scolaire, l'apparence
■extérieure, l'examen physiologique, le caractère, le tempérament, les

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.