Les quartiers de Paris du Moyen Âge au XVIIIe siècle. Évolution d'un espace plurifonctionnel - article ; n°5 ; vol.34, pg 956-983

De
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1979 - Volume 34 - Numéro 5 - Pages 956-983
The mediaeval quarters of Paris in the 18th century Evolution of multi-functional space Robert DESCIMON et Jean NAGLE This article based on critical review of the nature of the sources demonstrates the stability and cohesion of the ancient Parisian administrative areas Municipal wards existed before Etienne Marcel and they served as the mould for the police divisions Their justification lay in the vital functions they performed first among these being defence which was one of the founding principles of the Middle Ages This geography persisted down the ages because it favoured the interests of the civic leaders But functions changed along with the transformation of the city necessitating complete reorganization of the urban network in the last quarter of the 17th century Police gained independence from the municipal framework to which popular participation had ceased to give meaning and life Thus under Louis XIV the classical city with its ancient harmonies gave way to an absolutist one directly controlled by the State thus consolidating the rupture between governing class and people
28 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : lundi 1 janvier 1979
Lecture(s) : 83
Nombre de pages : 31
Voir plus Voir moins

Robert Descimon
Jean Nagle
Les quartiers de Paris du Moyen Âge au XVIIIe siècle. Évolution
d'un espace plurifonctionnel
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 34e année, N. 5, 1979. pp. 956-983.
Abstract
The mediaeval quarters of Paris in the 18th century Evolution of multi-functional space Robert DESCIMON et Jean NAGLE This
article based on critical review of the nature of the sources demonstrates the stability and cohesion of the ancient Parisian
administrative areas Municipal wards existed before Etienne Marcel and they served as the mould for the police divisions Their
justification lay in the vital functions they performed first among these being defence which was one of the founding principles of
the Middle Ages This geography persisted down the ages because it favoured the interests of the civic leaders But functions
changed along with the transformation of the city necessitating complete reorganization of the urban network in the last quarter of
the 17th century Police gained independence from the municipal framework to which popular participation had ceased to give
meaning and life Thus under Louis XIV the classical city with its ancient harmonies gave way to an absolutist one directly
controlled by the State thus consolidating the rupture between governing class and people
Citer ce document / Cite this document :
Descimon Robert, Nagle Jean. Les quartiers de Paris du Moyen Âge au XVIIIe siècle. Évolution d'un espace plurifonctionnel. In:
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 34e année, N. 5, 1979. pp. 956-983.
doi : 10.3406/ahess.1979.294103
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1979_num_34_5_294103ESPACE PARISIEN
LES QUARTIERS DE PARIS DU MOYEN AGE AU XVIIIe SI CLE
VOLUTION UN ESPACE PLURIFONCTIONNEL
Hier comme hui quartier désigne une fraction de territoire urbain
dotée une unité reconnue Mais cette unité résulte-t-elle une réalité
géographique endroit de ville dit le Dictionnaire de Richelet) ou un acte
administratif division une ville définit Furetière
Réelle la tripartition Cité Ville Université traduisait une perception
historique et globale de espace parisien effacée des institutions mais lisible aux
consciences Le cadre politique devait se conformer la géographie en 1649 les
habitants de île Notre-Dame furent avis que isie soit divisée en quatre
compagnies de milice pour les quatre quartiers icelle isle Ces quatre quartiers
étaient les quatre secteurs déterminés par intersection des deux axes principaux
la rue des Deux-Ponts et la rue Saint-Louis
La confusion du spatial et de institutionnel explique pourquoi usage
parisien applique le mot quartier des circonscriptions urbaines très variées Il
existait des quartiers fiscaux qui servaient la perception de certaines aides des
quartiers du pavé. Mais au sens propre le quartier est le quartier de ville
unité administrative utilisée par Hôtel de Ville comme par le Châtelet
espace urbain lui-même avait pas homogénéité interne était un tissu
dense mais pas avant la fin du xvie siècle et encore une densité inégale dans la
ville il voyait sa trame élargir dans les faubourgs tout pénétrés de ruralité mais
pourtant il déteignait en droit pour ainsi dire sur les villages avoisinants la
banlieue La structuration un espace aussi complexe ne saurait se résumer aux
seuls quartiers Les seigneuries les paroisses ont joué un rôle plus ancien et
conservèrent une grande importance la Révolution La vie se chargea
entremêler ces institutions3 Le quartier en demeure pas moins la forme
organisation territoriale spécifique espace urbain Son rôle se renforce aux
dépens des autres cadres mesure que urbanisation se parfait
Les différentes fa ons de diviser le territoire urbain répondaient des
fonctions particulières vitales pour organisme citadin Ces fonctions et leurs
variations rendent compte des grandes lignes de organisation et de évolution
spatiale
956 NAGLE LES QUARTIERS DE PARIS DESCIMON
Genèse des quartiers
Les quartiers de Paris ont une origine plus récente mais plus obscure que les
seigneuries ou les paroisses Je voudrais se plaignait Henri Sauvai pouvoir dire
autant de choses des quartiers. que en dirai des fontaines des églises et des
hôtels mais cela est pas possible4
Les historiens aujourdhui ont pu mener bien leurs tentatives
éclaircissement en raison de la mauvaise qualité des sources La clef réside
dans la relative dualité territoriale des quartiers de Hôtel de Ville et des quartiers
du hâte let dès avant la réforme de 1680 Il est impératif de distinguer les
documents émanant de Hôtel de Ville signés par les quarteniers des états du
Châtelet signés par les commissaires Cette précaution prise on peut former trois
images 1507 1571 1649 des quartiers municipaux Les lacunes et divergences
de détail empêchent pas une superposition que résume la figure Les limites
des quartiers municipaux modernes ne varièrent pas une manière significative
Si on pointait sur cette carte les nombreuses adresses récoltées par Jean Favier et
Jean Guérout il apparaîtrait selon la thèse de ce dernier que le cadre de assiette
fiscale du xve siècle ne contredit pas la géographie municipale des xvie et
xviie siècles6
La conclusion impose hormis quelques aménagements les quartiers
municipaux restèrent stables du début du xvie siècle 1680 et on peut considérer
comme une hypothèse pratiquement avérée que cette permanence prenait sa
source dans le rétablissement municipal de 1411
Cette topographie municipale est riche enseignements pour la période
médiévale étude détaillée des limites prouve le rôle de démarcation joué par le
rempart de Philippe-Auguste Les coïncidences relevées ne sauraient résulter du
hasard7 Les quartiers municipaux prendraient donc leur origine avant la
construction du mur de Charles Leur développement aurait suivi des processus
connus intégration de faubourgs-rues ou débordement grâce une porte de la
muraille qui bloquait expansion du quartier plus proche Une telle découverte
conduit une relecture des anciens textes
Nicolas Delamare esquissé une genèse en trois temps des quartiers analyse
originale dont on ne peut faire économie
première étape avant Philippe-Auguste Lors un premier accroissement.
dont le temps est incertain il aurait eu quatre quartiers Cité Saint-
Jacques-de-la-Boucherie la Verrerie la Grève Ces quartiers selon
Delamare auraient subsisté nos jours
seconde étape sous Philippe-Auguste quatre quartiers nouveaux apparaî
traient Sainte-Opportune Auxerrois et rive gauche
Saint-André et place Maubert
troisième étape avec la construction de enceinte de Charles évolution
territoriale achèverait par la création de huit nouveaux quartiers sur la rive
droite Saint-Antoine Saint-Gervais Sainte-Avoye Saint-Martin
Saint-Denis les Halles Saint-Eustache Saint-Honoré
Cette organisation abolie après la révolte des Maillotins en 1383
ressusciterait telle quelle lors de la restauration des franchises municipales dans
les premières années du xve siècle
957 ESPACE PARISIEN
On ne sait pas si Delamare outre étymologie histoire romaine et le bon
sens il invoque eu accès des sources inconnues ou il est porteur une
tradition immémoriale Mis en rapport avec les données topographiques son
historique invite calquer le développement des quartiers sur la construction des
enceintes Les quatre quartiers primitifs correspondraient la première muraille
septentrionale dont Anne Lombard-Jourdan prouvé origine carolingienne9
Chacune de ses trois portes porte Baudoyer archet Saint-Merry porte de Paris
serait ainsi gardée par un quartier Grève Verrerie Saint-Jacques-de-la-
Boucherie enceinte de Philippe-Auguste annexant les régions du Bourg-
Saint-Germain et des Champeaux puis les faubourgs de développement récent de
la rive gauche aurait imposé un nouveau découpage Delamare ne précise pas
si ces quartiers de la seconde génération ont subsisté ses jours comme
ceux de la première Il est en effet probable que enceinte du xive siècle obligea
une profonde refonte sur la rive droite hormis peut-être le centre ancien
Pourtant en 1357-1358 il ne semble avoir encore que quatre gardes des
quartiers ou quarteniers historique de Delamare ne permet que des
conjectures
Comprendre la formation et évolution de espace administratif implique une
véritable genèse est-à-dire la détermination des facteurs qui ont produite Cinq
fonctions souvent essentielles la vie urbaine donnaient aux quartiers leur
raison être la défense militaire la contribution aux charges communes la
propreté et la santé publiques la représentation politique enfin la police au sens
ancien Les données topographiques comme historique de Delamare
indiquent la voie une genèse militaire du quartier en fonction des nécessités de
la garde du rempart
Rouvrons le vieux dossier récemment réinstruit par Jean Guérout La
première mention des quarteniers remonte 1357 et la première allusion leur
rôle militaire au 31 juillet 1358 jour de la mort tienne Marcel10 De là
conclure que quartiers et quarteniers furent une innovation due la révolution
marcellienne il un pas que Guérout est proche de franchir Mais
silence est pas preuve Gazelles observe avant Poitiers Paris avait guère
risqué invasion le silence sur une éventuelle organisation de milice territoriale
est dès lors pas étonnant11 Paul Robiquet pensait que innovation tienne
Marcel aurait très vraisemblablement consisté rendre permanents des gardes
de quartier irrégulièrement nommés par le gré du commun 12 Relatant les
préparatifs de insurrection des Maillotins Jean Juvenal des Ursins raconte
comment les gens du peuple prindrent armure et habillemens de guerre firent
dixeniers cinquanteniers quarteniers mirent chaisnes par la ville firent faire
guet et garde aux portes 13 ordonnance abolition de janvier 1383 supprimait
les quarteniers cinquanteniers ou dixeniers establis pour la deffense de la
ville 14 Quand Jean sans Peur en 1409 offrit aux Parisiens de leur rendre leur
ancienne milice il essuya le refus des bourgeois qui déclarèrent ils avaient
pas besoin de chefs de quartier et entendaient en passer comme fait
depuis trente ans ils se félicitaient avoir vécu en paix pendant tant
années. 15 Le sens institutionnel courant dizenier chef une dizaine
958 DESCIMOIM NAGLE LES QUARTIERS DE PARIS
de gens de pied ou de cheval dans une formation armée occasionnelle au
xive siècle 16 accorde avec opinion du temps pour former aux yeux de
historien image un quartier qui ne fut guère autre chose une milice
bourgeoise gardienne de sa ville et sans permanence avérée avant le
rétablissement municipal du ve siècle Ainsi se concilieraient les thèses de la
lointaine origine médiévale et de la création révolutionnaire par Etienne
Marcel17
Les autres fonctions des quartiers ont pu être fondatrices au même titre que
la fonction militaire Ainsi assimilation médiévale entre charges militaires et
impôts comme substitut du service personnel fit logiquement découler le rôle
fiscal du rôle militaire On ne peut assigner comme fait Guérout origine
des quartiers aux paroisses fiscales du temps de Philippe le Bel absence de
correspondance géographique oppose 18 voir fig Seule pose problème la
fonction de représentation politique dont les origines restent obscures
Les énormes disparités entre quartiers renvoient également la question des
origines Delamare étonnant de ces déséquilibres la fin du xviie siècle les
attribuait aux accroissements périphériques mais il ne doutait pas que le
partage de Paris en seize quartiers se fût fait origine avec assez égalité Il
est permis être sceptique sur cette théorie de égalité originelle La Ville et sa
municipalité naquirent de la Hanse des Marchands de Eau Henri Pirenne
suggérait que cette origine commer ante avait favorisé la prépondérance de la rive
droite 19 La lenteur du développement de la rive gauche été de nouveau
soulignée par Lombard-Jourdan Sans doute uvre tienne Marcel et de
Charles aboutit-elle un certain rééquilibrage On ne saurait passer sous silence
opinion de Marcel Poete considérer organisme urbain en soi la division
en quartiers révèle la répartition du peuplement20 Cet avis revêt sa signification
appliquée au Moyen Age des origines municipales
Suivons Friedmann dans ses calculs sur le rôle de la taille de 1292 par
référence tat des feux de 1328 21
la Ville rive droite représenterait 80 de la population parisienne
la Cité 85
Université rive gauche) 115
Si on refuse foi au fameux tat de 1328 on peut parler de masse imposable
et non plus de population Empruntons alors ses calculs Guérout22
Part de la Ville dans le total des recettes fiscales
1292 Feux 77
1297 Feux 80
1296 et 1297 gros seuls 80
1313 gros seuls 78
1423 recettes 72
1438 83
1438 contribuables 80
De part et autre de la formation définitive des quartiers municipaux de 1356
1411 et ils sont entre-temps devenus cadres de assiette fiscale la rive
droite octroie toujours peu près la même prépondérance presque les 4/5 de la
masse imposable parisienne et donc vraisemblablement de la population Ainsi
le déséquilibre de espace municipal quartiers rive gauche 13 quartiers rive
droite renèterait la fois les origines marchandes de la municipalité la stabilité de
959 ESPACE PARISIEN
enceinte de Université forcée adopter le mode de développement du
faubourg et la répartition des fortunes et des hommes au Moyen Age
Les quartiers Louis XIV régnant perpétueraient de très anciens équilibres
médiévaux Leurs disparités mêmes dénuées de justification dès le xvie siècle
plaident encore en faveur une date de naissance haute
La genèse du quartier de police est plus obscure ce jour que celle du quartier
municipal ce problème on vu soulevé récemment les textes proposent
deux solutions antériorité des quartiers du Châtelet ou insertion dans le cadre préexistant
Le commissaire Delamare évacue la question des rapports entre les deux types
de quartiers Ce silence délibéré endroit de Hôtel de Ville doit fonder si on
suit le Traité la thèse de la priorité du quartier de police 23 Dans son quartier le
commissaire est le successeur incontestable des curatores regionùm et des
adjutores Praefecti urbis il est pas envisagé de période où les commissaires
aient pu être pas distribués par les quartiers de la Ville24 Cette ignorance
superbe du quartier municipal dont on retrace en fait histoire son occultation
permanente par le quartier de police nous assurent au moins de identité de ces
deux cadres25
Christophe de Thou avocat de la Ville proche une autre tradition se réfère
en 1550 antériorité des quartiers de la Ville Depuys que la Ville et la
Jurisdiction et Justice esté par le peuple mise et translatée es mains du Roy il
eu ung Prévost institué par le Roy qui est le Prévost de Paris pour ladicte et Justice auquel ont esté baillé seize commissaires pour leurs seize
quartiers pour faire ce auparavant les seize quarteniers faisoient Toutefois
tousiours est demeurée au Prévost des Marchands et Eschevins la garde de la
Ville et portes icelle 26
une attribution ancienne aux commissaires-examinateurs du Châtelet un
quartier de Paris qui sinon aux Romains remonterait du moins au xie siècle si
on suivait en tout point de Thou le silence des sources oppose Le premier
texte qui signale la présence des commissaires dans les quartiers date de 1419
nous dit Ph Thilliez 27 il bien en vue ordonnance de septembre 1419 il
apparaît que la distribution est un fait déjà acquis 28 est donc dans le cadre des
16 quartiers municipaux alors existants idée de la substitution des officiers du
Châtelet ceux de la Ville qui prévaudra avec renvoi la période union de la
Prévôté des Marchands la Prévôté de Paris soit 1383-1388
Organisation et évolution de espace administratif
Leurs fonctions conféraient aux quartiers un caractère espace opératoire qui
impliquait une cohérence de structures inhabituelle aux institutions Ancien
Régime Chaque quartier formait un réseau spatial composé un nombre
variable de dizaines étendue inégale elles-mêmes regroupées en
cinquantaines Le chevelu des rues constituait le système nerveux de
organisation municipale laquelle échappaient pas les lieux privilégiés comme
le Palais ou les galeries du Louvre mais qui se désintéressait des espaces
inhabités ponts royaux ou coutures manation représentative Hôtel de
Ville renvoyait aux hommes autorité dont ils avaient investi La ville comme
pouvoir ne se référait pas abord au territoire bâti elle trouvait son essence dans
960 DESCIMON NAGLE LES QUARTIERS DE PARIS
la bourgeoisie qui participait de près ou de loin ses privilèges Cette vision
plongeait ses racines dans la culture juridique gréco-romaine des élites Une
cité est des hommes disait Pericles de antique polis
De cette conception découle ambiguïté qui affectait identité du quartier Si
usage au cours du xvne siècle répandit des appellations courantes sans valeur
officielle le quartier municipal avait autre nom que celui de son quartenier29
Il était rapporté une personne avant de être un territoire Le droit qui
éprouvait des difficultés moyenâgeuses distinguer homme de sa fonction
rejoignait la conscience commune qui attachait administrateur en contact
permanent avec habitant et non pas une abstraction territoriale Fait révélateur
les quartiers ne sont pratiquement jamais cartographies avant la fin du
xviie siècle30 Le caractère personnel du quartier trahit bien une perception
fondamentale de la réalité urbaine en 1638 encore le Bureau de Ville définissait
le quartier par ses officiers un quartier dit-il composé un quartinier
deux trois et jusques quatre cinquanteniers outre plusieurs diziniers ..31 Le
quartenier et ses auxiliaires incarnent le quartier dans la mesure où ils sont agents
exécution des fonctions
Les limites de quartier démarquaient des pouvoirs Leur détermination se
fondait par la pratique fonctionnelle mobilisation de la compagnie de milice
recouvrement un impôt...) elle impliquait pas dans la ville obscure vécue
plus que per ue la précision conceptuelle une cartographie Aussi les frontières
passaient-elles plus volontiers en ur îlots en milieu de rues Ces liens
homme homme que scellait un mode de vivre la ville créaient littéralement le
quartier En ce sens ce caractère personnel du quartier de ville oppose au de police qui dégage petit petit sa physionomie propre par une plus
grande attention au cadre territorial
Avant le xviie siècle il est pas possible sauf exception de montrer
cartographiquement la coïncidence des quartiers de police et des quartiers de la
ville 32 cependant il beaucoup de preuves que les quartiers désignés pour
administration municipale sous le nom du quartenier sont bien les mêmes que le
Châtelet caractérise très tôt par des noms évocateurs des lieux33 Le quartier de
police renvoie une double notion de espace La première paraît dériver de la
fonction de contrôle occupation du terrain avec tout ce que cela implique
attention au rôle des passages aux points appui aux centres activités Ainsi
les noms des quartiers font référence des éléments du paysage urbain rues
places portes églises Les noms composites sont fréquents sur 16 en 1551
traduisant une conscience de la polynucléarité Saint-Denis et Saint-Josse la
porte Baudoyer et Saint-Antoine la Verrerie et la Tisseranderie etc
Parfois les composants se séparent Saint-Denis et Saint-Josse les quar
tiers de la Harpe en 1560 occasion un contrôle de la police par le
Parlement Félibien étonne discrètement on atteigne alors le nombre de
23 quartiers plus proche en réalité de celui des centres vitaux 34
La fonction de nettoiement dévolue au quartier de police contribué lui
créer une autre nature territoriale de caractère neutre et uniforme celle-ci pour
laquelle aucun espace est indifférent tout doit être également nettoyé car
infection de air pourrait survenir importe où Le contraste cet égard est
frappant vis-à-vis du quartier municipal le Pont-Neuf vide habitations est
dûment divisé pour le nettoiement entre quartiers de police Inscrite dans le
cadre municipal la police progressivement adapté ses structures
961 ESPACE PARISIEN
Jamais il est vrai les commissaires ne écarteront du Châtelet dont ils
forment un des corps où ils ont chambre eux depuis 1550 parce ils
défendent mieux leur droit partager les activités lucratives en outre leur
vocation auxiliaires des lieutenants pour la police générale leur vaut
inspecter de super-quartiers Cependant le rôle des commissaires se renforce
dans les seize quartiers Le nombre des commissaires passe de par quartier
en 1534 puis il est modulé partir de 1551 .La résidence est acquise lentement
surtout sur la rive gauche où le policier isolé peut être en danger au xvie siècle36
Au xviie siècle encore les commissaires ont tendance se grouper se trouver
logés dans une mesme rue ou proche les uns des autres 1666)
Dès leur résurrection en 1411 le commissaire utilisé les agents du quartier
municipal Jusque assez avant dans le xvie siècle les quarteniers et surtout les
cinquanteniers et dizeniers sont rappelés aux devoirs information et assistance
vis-à-vis des commissaires37 Le principe de la subordination étant maintenu
notamment dans les crises la tutelle du commissaire est vigoureusement secouée
la fin du xvie siècle
Dans la police des boues où la collaboration était inévitable puisque les
notables arrêtaient le rôle de la taxe chez le commissaire et que la recette se faisait
par dizaine sous son contrôle les dizeniers après tergiversations refusent être
receveurs pour éviter la subordination 38 ces structures empruntées il donc
fallu substituer les maigres ressources exécution propres au Châtelet Dans leur
quartier les commissaires ont sous leurs ordres une dixaine de sergents 39
effectif qui est bien de dix en 1515 est en fait puis en droit partir de 1551
variable comme pour les commissaires La dotation faite globalement au
commissaire ancien du quartier est de 14 sergents en moyenne en 1624 40
La résidence des sergents dans leur quartier exigée dès 1515 ne sera acquise
au début du xvne siècle Elle était du reste contrariée par la polyvalence des
sergents affectés la fois depuis 1551 un quartier et un des postes de soutien
policiers alors multipliés que sont les barrières des sergents41
Dans le quartier de police où les structures municipales se sont dégagées de la
subordination est organisée une fragile hiérarchie sans liens organiques
profonds sans assise locale Les sergents des postes voisins mais souvent
étrangers au quartier le guet royal prêteront main-forte Le quartier de police
apparaît pas comme un réseau cohérent hommes implantés est ensemble
des lieux où il faut maintenir ordre pour le roi
Or face cette territorialité moderne de espace policier le vieux système
personnel des quartiers municipaux entra en crise La Ville recouvrait des
enjeux sociaux et politiques importants origine cinquanteniers et dizeniers
étaient investis de charges subordonnées celles des quarteniers mais de même
nature car issues du même principe représentatif42 Seulement ils appartenaient
souvent des couches modestes voire mécaniques Un edit en mai 1554 leur
interdit accès assemblée électorale donc échevinage et aux échelons
supérieurs de la notabilité43 ancienne pratique de élection qui perdit cours au
xvie siècle pour lès officiers territoriaux fit place la transmission familiale
assortie une attestation de voisins notables instaurait en fait une vénalité La
résignation des charges dépendait du droit de présentation exercé par le
quartenier qui contrôlait ainsi le trafic son bénéfice44 Aussi cinquanteniers et
dizeniers dotés de maigres privilèges étaient-ils officiers du quartenier plus que
de la ville Ils luttèrent pour émanciper de sa tutelle
962 NAGLE LES QUARTIERS DE PARIS DESCIMON
office municipal suivait avec retard évolution de office royal vers la
vénalité garantie Mais alors que les quarteniers se virent assurer une
possession héréditaire par le paiement un droit annuel dès 1633 les
cinquanteniers et dizeniers durent attendre 1663 pour avoir un statut La lutte
engagée dès 1574 obtint jamais un succès total45
Ainsi au système médiéval fondé sur la recherche une certaine cohésion du
corps social et un principe représentatif plus ou moins étroit se substitua une
relation hiérarchique qui conservait le lien personnel traditionnel pour protéger la
domination sociale et les profits pécuniaires des notables grands marchands ou
officiers Les fonctions qui exigeaient la complémentarité un corps hiérarchisé
entraient en contradiction avec le statut juridique qui perpétuait abaissement des
subordonnés Le Châtelet échappait cette contradiction dans la mesure où son
personnel restait extérieur aux populations et formait un corps de justice comme
importe quel autre antagonisme entre les privilèges de notabilité et
accomplissement des fonctions publiques des quartiers mina de intérieur le
vieux cadre territorial de la municipalité
organisation spatiale de la ville contenait des germes de décadence dès que
évolution sociale rompit ancienne logique du système représentatif essence de
administration municipale Mais ils eussent été sans conséquence si espace
urbain réel avait subi de formidables transformations extra-muros faubourgs
et intra-muros quartiers neufs Facteurs internes et facteurs externes se
combinèrent alors dans une évolution degenerative non sans souligner inertie
différentielle des quartiers de ville et des quartiers de police
La dualité ville-faubourgs est fondée sur existence du rempart En 1374 les
habitants des faubourgs nouvellement inclus dans enceinte de Charles
re oivent les mêmes droits que ceux de ancienne ville46 Le faubourg Saint-
Honoré compris dans les murs de Louis XIII se fond dans la ville en 1635 47
intégration des faubourgs espace municipal est liée la garde des portes la
surveillance un quartenier sur une porte tend gagner le faubourg proche48 Le
bornage de 1638 modifia en profondeur la relation juridique entre muraille et
faubourg mettant fin en particulier la fiction théorique un Paris de la rive
gauche toujours enfermé par le vieux mur de Philippe-Auguste49
Au travail tant au ur de la Ville que dans la couronne des faubourgs des
forces antagonistes ralentissent intégration en effor ant de réduire ou de
détruire un côté de maintenir de autre les particularités juridiques qui
engendrent de fortes différences économiques et sociales La municipalisation
rencontrera pourtant des difficultés bien moindres que celles que soulèvera le
développement des pouvoirs du Châtelet dans les faubourgs leurs habitants ont
trop besoin de la Ville pour leur défense En réalité ce sont surtout les troubles et
les guerres qui ravageant les faubourgs entraveront par diverses fois le processus
engagé
En 1421 le Bourg Saint-Marcel et une partie du territoire de Saint-Germain
forment chacun une dizaine et sont soumis aux aides de la Ville50 La
municipalisation des faubourgs accentue dans la première moitié du xvie siècle
malgré opposition modérée des seigneurs hauts-justiciers et la mauvaise volonté
occasionnelle des habitants notamment égard de la milice
963 ESPACE PARISIEN
Après 1528 non sans quelques hésitations la fonction fiscale conféra aux
quarteniers le contrôle des faubourgs attenant leur porte de Ville Ainsi le
quartenier de la Grève acquit autorité sur Saint-Victor celui de la Cité sur le
faubourg Saint-Jacques et partie du faubourg Saint-Michel. Le premier dizenier
de apparaît en 154551 Le Prévôt des Marchands selon arrêt du
Parlement du 12 décembre 1551 doit commettre et establir cinquanteniers et
dixainiers en chacun des faubourgs de la Ville 52 Ces officiers de Ville sont en
fait présents en 1571 dans les qui sont tous rattachés un quartier de
ville 53 Des compagnies de milice ont été établies dès origine Dès la première
moitié du xvie siècle les habitants des faubourgs ont pu être revêtus de la qualité
de bourgeois 54
la fin du siècle on restaura les dizaines et les compagnies de milice
atrophiées Les projets de fortifications nouvelles sur la rive gauche très mal re us
par le corps de Ville qui réclame le maintien de la vieille enceinte expliquent sans
doute la fois énergie des protestations il agit de nommer au quartier
Saint-Séverin un colonel habitant hors de enceinte de Philippe-Auguste et le
classement rapide de affaire par la réception du colonel55
assimilation bourgeoise entre Parisiens citadins et faubouriens fut
une uvre de longue baleine la participation des habitants des faubourgs
Saint-Germain-des-Prés principalement aux assemblées de ville attestée en
1614 et sous la Fronde entra pas dans les habitudes et les cinquanteniers et
dizeniers durent soutenir de longues contestations pour faire reconnaître égalité
de leurs droits électoraux avec ceux de leurs collègues de la ville 56 partir de ce
moment il plus de raison pour que les quarteniers habitent pas eux aussi
éventuellement dans les anciens faubourgs Ce sera le cas de Pierre de Beyne
quartenier de Saint-Séverin établi rue de Buci Les faubourgs maintiennent
cependant leur particularisme dans le domaine des métiers et de la police avec de
plus en plus de difficultés après la Fronde au moment où le Parlement qui les
toujours protégés perd son influence abolition des Hautes-Justices
parisiennes en 1674
Cette unification de 1674 modifie le rôle des faubourgs et en les soumettant
au droit urbain courant sauf exception) les atteint dans leur rôle de frange
assimilation et rend possible une relative homogénéisation avec les milieux
proprement urbains
La notion même de faubourg qui pour la municipalité applique tout ce
qui est bâti hors du fossé et de enceinte encore en 1661 paraît plus complexe
pour le pouvoir royal qui maintient sur tous les anciens faubourgs hypothèque
du logement des gens de guerre Le faubourg est pas parvenu au statut égalité
parfaite
espace administratif proprement urbain contraste par sa stabilité avec les
faubourgs Or la ville ancienne définie par le rempart de Charles prit sa juste
part dans les transformations prodigieuses de urbanisme et la poussée
démographique un doublement qui affectèrent la capitale Henri IV
Mazarin
Les tentatives récurrentes du pouvoir royal pour faire éclater le cadre des seize
vieux quartiers années 1550 1609 1648 se brisèrent sur inertie intéressée des
notables de Hôtel de Ville et du Châtelet appuyés par le Parlement57
Bouleverser la géographie des quartiers revenait rompre les équilibres
électoraux traditionnels entre les différentes notabilités qui contrôlaient Hôtel de
964

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Histoire de Paris

de presses-universitaires-de-france

Histoire de Paris

de presses-universitaires-de-france