Les restes osseux humains du cimetière méroïtique d'Aksha, république du Soudan. - article ; n°3 ; vol.9, pg 285-297

De
Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris - Année 1966 - Volume 9 - Numéro 3 - Pages 285-297
13 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : samedi 1 janvier 1966
Lecture(s) : 17
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins

M.C. Chamla
Les restes osseux humains du cimetière méroïtique d'Aksha,
république du Soudan.
In: Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, XI° Série, tome 9 fascicule 3, 1966. pp. 285-297.
Citer ce document / Cite this document :
Chamla M.C. Les restes osseux humains du cimetière méroïtique d'Aksha, république du Soudan. In: Bulletins et Mémoires de
la Société d'anthropologie de Paris, XI° Série, tome 9 fascicule 3, 1966. pp. 285-297.
doi : 10.3406/bmsap.1966.1361
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bmsap_0037-8984_1966_num_9_3_1361Bulletins et Mémoires de la Société ď Anthropologie de Paris,
tome 9, XIe série, 1966, pp. 285 à 297.
LES RESTES OSSEUX HUMAINS
DU CIMETIÈRE MÉROÏTIQUE D'AKSHA
(RÉPUBLIQUE DU SOUDAN)
par Marie-Claude CHAMLA
(Laboratoire ď Anthropologie du Pr H. Vallois ;
Musée de V Homme.)
Inclus avec diverses nécropoles et des restes monumentaux
appartenant à des périodes variées dans la concession attribuée
conjointement à la mission archéologique française dirigée par
le Pr J. Vercoutter et à la mission argentine sous la direction du
Pr A. Rosenvasser, le cimetière méroïtique d'Askha fut fouillé
en 1961.
Le cimetière d'Aksha est situé sur la rive gauche du Nil à
30 km. environ en aval de Ouadi Haifa et à 500 m. de la rive
actuelle du fleuve, dans la région la plus septentrionale de la
République du Soudan, non loin de la frontière soudano-égyp-
tienne. Les tombes, au nombre de 97, qui ont, été fouillées par
A. Vila, contenaient chacune un à plusieurs squelettes d'indi
vidus pour la plupart momifiés naturellement et qui présentaient
un état de conservation remarquable. Le matériel archéologique
découvert dans ces sépultures permet d'indiquer une datation
approximative du Ier siècle de notre ère, période correspondant
au début de l'époque méroïtique dans l'ancienne Nubie.
La population inventoriée comprenait environ 150 à 170 in
dividus. La moitié des crânes exhumés, déposés au Musée de
l'Homme et comptant 35 hommes, 31 femmes et 10 enfants, ont
fait l'objet d'un mémoire détaillé actuellement en cours de publi
cation (1). La stature et les proportions des membres d'un assez
(1) Chamla (M.-C). La population du cimetière méroïlique ďAksha (République
du Soudan) ; étude anthropologique. (A paraître). 286 société d'anthropologie de paris
grand nombre de sujets ont pu être en outre reconstituées grâce
à des mensurations prises sur le lieu même des fouilles. Ce sont
les principaux résultats de ce mémoire que résume le présent
travail.
Caractères généraux.
La série de crânes recueillie à Aksha n'apparaît pas particu
lièrement homogène. Diverses tendances témoignant d'une
variété certaine au sein du groupe et de différences entre les
éléments masculins et féminins résultent de l'examen des moyenn
es et des répartitions des indices ainsi que des caractères non
mesurables. En voici les caractéristiques essentielles basées
surtout sur les groupes majoritaires (1) observés dans chacun
de ces deux éléments.
Les crânes masculins sont moyennement robustes (42 %) à
robustes (37 %) ; les reliefs musculaires sont le plus souvent
effacés (68 %). La dolichocranie est prépondérante, la voûte
de hauteur moyenne (54 %) à élevée (37 %). Le front est bombé
(51 %) à relativement droit (31 %), moyennement large dans la
région stéphanique mais mégasème (45 %) à mésosème (37 %)
par rapport à Г arrière-crâne. La courbure occipitale est variable,
modérée à marquée. L'ensemble de la face est leptoprosope
(37 %) à mésoprosope (33 %), mais l'indice facial supérieur est
surtout moyen. Elle est en outre moins large que le crâne. Les
orbites sont mésoconques (51 %) à chamaeconques (40 %).
Le nez est platy- à hyperplatyrhinien (68 %), mais on trouve
31 % de méso-leptorhiniens. Le palais est méso- à leptostaphy-
lin. On n'observe pas de prognathisme de l'ensemble de la face
qui est méso- à orthognathe, mais la région alvéolaire est, elle,
fortement prognathe. La capacité crânienne est moyenne. La
voûte crânienne est ellipsoïde à ovoïde et souvent surélevée ;
l'occiput n'est généralement pas saillant. Les arcades sus-orbi-
taires sont légèrement marquées, la dépression sus-nasale sou
vent peu indiquée. Les os nasaux forment un angle ouvert et le
rebord sous-nasal est muni d'une gouttière dans 39 % des cas et
tranchant chez 30 % des individus. Les apophyses mastoïdes
sont assez développées. Le maxillaire inférieur est allongé et
moyennement robuste, le menton le plus souvent bien marqué.
La branche montante est assez inclinée, haute et relativement
étroite. Les dents sont généralement microdontes.
La stature estimée d'après la longueur des os des membres
était supérieure à la moyenne et très probablement élevée. Les
(1) Sont ici considérés comme tels les proportions d'individus, présentant un
caractère donné, égales ou supérieures à 30 %. -С. CHAMLA. RESTES MÉROÏTIQUES d'aKSHA 287 M.
indices de proportions des membres indiquent que l'avant-bras
était plus souvent long par rapport au bras (56 %) que moyenne
ment long (44 %), et que les jambes étaient longues par rapport
aux cuisses.
Une trentaine d'échantillons de cheveux ont été recueillis lors
du dépouillement des têtes. Chez les hommes, ils sont en major
ité de couleur châtain foncé à noire et semble-t-il de forme ondul
ée à frisée. Chez un quart des individus on observe des traces
de crépelage (sous réserve qu'une modification de la forme ne se
soit pas produite à la suite du séjour prolongé dans le sol). Près
de la moitié des échantillons présente une teinte plus claire
allant du blond très pâle au roux doré et au châtain clair. L'exa
men microscopique a révélé qu'il s'agit de couleurs artificie
llement obtenues, certaines chevelures ayant subi une simple
décoloration, alors que d'autres ont été teintes après une déco
loration préalable.
Les crânes féminins, souvent graciles (48 %) ou moyennement
robustes (41 %), ont des reliefs osseux à peine visibles.
Comme chez les hommes, la dolichocranie est prépondérante.
La voûte est de hauteur moyenne, le front est bombé (62 %)
ou droit (34 %), moyennement large dans la région stépha-
nique mais large par rapport à Г arrière-crâne. La courbure
occipitale est variable comme sur les crânes masculins. La face
est moyennement haute (60 %) à haute (35 %) et toujours plus
étroite que le crâne. Les orbites sont mésoconques, le nez platy-
à hyperplatyrhinien (59 %) ou méso-leptorhinien (40 %). Le
palais est brachystaphylin. L'ensemble de la face est ortho-
gnathe, la région alvéolaire est soit prognathe (47 %), soit méso-
à orthognathe (52 %). La capacité crânienne est moyenne. La
voûte crânienne est de forme ovoïde et plus rarement surélevée
que chez les hommes. L'occiput est plus souvent saillant et les
arcades sus-orbitaires presque toujours effacées. La dépression
sus-nasale est faiblement indiquée et parfois complètement
absente et les os nasaux sont aplatis. L'ouverture nasale est munie
d'un rebord sous-nasal tranchant (51 %) à émoussé (32 %). Les
apophyses mastoïdes sont petites ou moyennement développées.
Le maxillaire inférieur est moins allongé que chez les hommes et
le diamètre bigoniaque étroit. La branche horizontale est, comme
chez les hommes, moyennement robuste; les gonions sonteffacés.
La branche montante est assez inclinée, haute et étroite, et le
menton est encore mieux dessiné que chez les hommes.
La stature, comme celle des hommes, semblait avoir été
supérieure à la moyenne ou élevée. Les avant-bras étaient
moyennement longs par rapport aux bras et les jambes propor
tionnellement moins longues que chez les hommes. •
288 société d'anthropologie ©e paris
Tableau I. — Mesures et indices de la série ďAksha (1).
Hommes Femmes
N. Moy. a N. Moy. о
Crane : — — — — — —
Capacité cran 35 1.386,3 78,3 30 1.269,8 40,6
Diam. ant. post 35 182,3 6,5 31 177,4 5,3 transv 35 133,9 5,2 31 130,9 5,3
Larg. front, min 35 93,1 3,6 31 91 4 max 35 113,3 4,7 31 109,6 4,6
Haut, bas.-bregm 35 133,5 5,8 28 127,1 4,1
Long, bas.-nas 35 100,5 3,7 28 95,7 4,2 bas.-prosth 31 98,6 3,7 20 91,2 3,8
Haut. tot. face 27 112,4 7,5 13 103 5,7
Larg. bizygom 35 127,1 4,2 26 117,3
Haut, orbite 35 32,5 1,9 29 33,2 2
Larg. (mx-fr) 35 41,4 1,5 29 40,6 1,6
Haut, nez 35 47,5 3,5 28 45,9 3,1
Larg. nez 35 26,7 1,8 27 24,8 2
Long, palais 32 48,8 2,6 20 44,6 2,4
Larg. 32 39,6 2,1 20 39,2 2,3
Périm. horiz 35 507,7 15,4 31 492,9 13,3
Angle profil total 32 85,4 3,1 18 86,6 2,9 alvéol 31 74,1 7,1 19 79,5 4,9
Indices :
Crânien 35 73,5 3,3 31 73,7 3,3
Haut.-long 35 73,2 2,6 28 71,8 3
Haut.-larg 35 99,7 5,2 28 97,6 3,4
Moy. de haut 35 84,3 3,3 28 82,7 2,8
Front.-transv 35 82,3 3,3 31 82,8 3
Front.-pariét 35 69,3 3,4 31 69,5 3,2
Gnathique 31 98,3 3,4 20 96 2,6
Facial total 27 87,9 5,6 10 86,5 3,7 sup 33 52,6 3,8 20 53,8 3,5
Cran.-fac. transv 35 95,2 4,4 26 89,6 4,4
Orbitaire 35 78,3 4,7 29 81,6 6,2
Nasal 35 55,7 5,2 27 53,7 5,2
Palatin 32 81,5 4,7 19 88,2 7,9
Maxillaire inférieur :
Longueur 34 105,8 3,7 27 98,7 5
Larg. bicond 32 114,6 5 27 109 4,8 bigon 35 92,5 6,4 29 84,7 5,1
Haut. tr. ment 31 30,9 2,3 21 27 2,4
Épaiss. tr. 32 13,3 1,7 23 12,1 1,4
Angle symphysien 29 70,4 6,3 28 68,8 7,6
Haut. br. mont 35 58,1 4,1 29 53,6 4,6
Larg. min. br. mont 35 32,6 2,6 30 29,9 2,1
Angle goniaque 35 130,7 5,9 29 129,6 6,7
Indices
Long.-larg. bicond 32 92,6 4,8 27 90,4 5,7
Largeurs big.-bicond 32 81,6 4,5 27 77,7 3,4
Robustesse (tr. ment.) 30 43 6,3 21 43,8 6,1
Br. mont 35 55,8 5,5 29 55,9 5,1
Stature 29 169,5 4,8 23 159,9 5
Ind. radio-huméral 25 79,8 2 15 76,7 2,9 tibio-fémoral 23 85,5 1,7 17 84,3 2,1
(1) Ce tableau indique les mensurations essentielles. On trouvera des mesures
plus détaillées dans l'ouvrage cité plus haut. >
CHAMLA. RESTES MÉROÏTIQUES d'aKSHA 289 M.-C.
Les cheveux des femmes ne présentent pas de traces de crépe-
lage comme ceux des hommes mais sont en quasi-totalité plus
ou moins fortement ondulés. Leur couleur originelle est châtain
foncé à noire bien que la moitié des échantillons présente comme
chez les hommes une teinte plus claire obtenue artificiellement.
De ces constatations il résulte qu'en ce qui concerne le crâne
seul, les divergences qui caractérisent la population d'Aksha
portent davantage sur les caractères faciaux, principalement le
degré d'élargissement de l'ouverture nasale et de saillie de la
région alvéolaire, que sur les caractères crâniens. Ce sont ces
variations de la morphologie faciale qui ont été utilisées comme
principaux critères de différenciation dans l'analyse typologique
faite sur cette série et qui ont permis une première estimation des
affinités raciales des individus.
Analyse typologique.
Cette analyse, basée sur la combinaison de 6 caractères (indices
crânien, moyen de hauteur, facial supérieur, orbitaire, nasal,
angle du prognathisme alvéolaire), a pu être effectuée sur 50 su
jets : 32 hommes et 18 femmes. Parmi les caractères cités plus
haut, deux qui permettent l'évaluation de la saillie du massif
facial et de l'ouverture nasale sont apparus assez significatifs
pour obtenir une indication globale sur les tendances raciales
des divers éléments de la série. La combinaison du prognathisme
et de la platyrhinie permet en effet de différencier les crânes
des populations négroïdes de type mélano-africain classique de
celles que l'on peut qualifier provisoirement de « non négroïdes ».
Ces deux éléments ont été trouvés en proportions diverses à
Aksha outre un troisième type d'individus qui possédaient un
seul de ces deux caractères et que l'on a appelés « mixtes ».
Aux résultats obtenus à l'aide du tableau de combinaison
et de ce premier regroupement et en comparant chaque groupe
de sujets ainsi réunis, on a ajouté quelques autres caractéris
tiques différentielles permettant de compléter le dis gnostic
typologique de la série et qui sont notamment : le rapport cranio-
facial, le degré de robustesse des têtes osseuses et la stature.
Nous reproduisons ici les tableaux récapitulatifs établis sur la
base de ces divers regroupements (tabl. Il et III).
Affinités raciales.
Tout comme pour les Égyptiens anciens, les affinités raciales
des Nubiens ont donné lieu à de multiples interprétations qui ne
sont pas toutes concordantes. La situation géographique parti
culière de la Nubie, limitée au Nord, au Sud et à l'Est par des 290 SOCIETE D ANTHROPOLOGIE DE PARIS
Tableau II. — Pourcentage des éléments négroïdes, non négroïdes et mixtes à Aksha.
Type Hommes Femmes Hommes et Femmes
'~N^^yT~
N. % N. %
21 65,6 5 27,7 26 52 Négroïde
7 50 16 32 Mixte 21,8 9
4 12,5 4 22,2 8 16 Non négroïde. . . .
Total 32 99,9 18 99,9 50 100
Tableau III. — Typologie de la population ď Aksha.
Récapitulation des différents types.
A. — Négroïdes N = 26 (21-5).
Type fin harmonique. Type moyennement ro Type robuste à très ro
N = 6 (3 - 3). buste harmonique et buste semi-harmonique
semi-harmonique. et dysharmonique.
N "= 11 (10- 1). N = 9 (8 - 1).
Mésocrânes à face moyenne Dolichocrânes à face Dolichocrânes à face haute,
ou basse, orbites basses. moyenne ou basse, ororbites moyennes,
bites moyennes à basstature moyenne à Brachycrânes à face
ses. élevée. moyenne ou basse,
orbites moyennes. Stature sur-moyenne à
Stature moyenne. élevée.
B. — Non négroïdes N = 8 (4 - 4).
Type moyennement ro- Type très robuste harmo- Type fin harmonique.
N = 3 F. buste harmonique. nique et dysharmoni-
N=3H. que.
N = 2 (1 - 2).
Dolichocrânes à face haute Mésocrâne à face moyennDolichocrânes à face haute,
orbite hautes. orbites basse? à moyenn e, orbites moyennes.
Stature moyenne. es. Dolichocrtne à face basse,
orbites très basses. Stature élevée.
Stature moyenne.
C— Mixtes N = 16(7-9).
a) Influence négroïde assez marquée.
Type fin, semi-harmonique. Type assez robuste, harmonique et semi-
N = 2 (1 - 1). harmonique.
N = 3 (1 -2).
Dolichocrânes à face moyenne, orbites Dolichocrânes à face moyenne, orbites
basses (H.) ou moyennes (F.). basses (H.) ou moyennes (F.).
Brachycrânes à face basse, orbites Stature moyenne.
moyennes.
Stature sur-moyenne à élevée.
b) Faible influence négroïde.
Type fin, semi-harmonique. Type robuste, semi-harmonique ou
N =5(1-4). dysharmonique.
N = 6 (4 - 2).
Dolichocrânes à face moyenne, orbite Dolichocrânes à face moyenne, orbites
basses (H.) ou moyennes (F.). basses à moyennes.
Stature moyenne. Stature moyenne à élevée.
Brachycrânes à face moyenne, orbites Mésocrânes à face haute, orbites assez
hautes. basses.
Stature élevée. Brachycrânes à face haute, orbites
moyennes. CHAMLA. RESTES MÉROÏTIQUES d'aKSHA 291 M.-C.
régions habitées par des populations de races diverses, bien diffé
renciées comme les Méditerranéens ou les Soudanais, ou moins
bien différenciées comme les Nilotiques ou les Éthiopiens,
explique la diversité des types physiques à Aksha et leur intri-
cation. Nous avons tenté de définir les appartenances raciales
de ces anciens Nubiens en considérant séparément les trois
éléments décrits plus haut, négroïde, non négroïde et mixte,
et en nous basant sur les caractéristiques indiquées dans le
tableau III.
1° Élément négroïde.
Nous avons discerné chez lui trois types morphologiques diffé
rents : l'un, le plus nombreux, robuste, dolichocrâne à face
moyenne ou bssse, de stature sur-moyenne à élevée ; le second,
moins nombreux, de type assez robuste, méso- à brachycrâne,
à face moyenne ou basse, de stature moyenne ; le troisième,
le moins fréquent, est de type fin, dolichocrâne à face haute,
de stature moyenne à élevée. Tous trois sont par ailleurs platy-
rhiniens et prognathes.
Les deux premiers groupes semblent pouvoir facilement être
classés. Ils paraissent appartenir à deux variétés de la race sou
danaise, l'une dolichocrâne à taille élevée que l'on rencontre dans
le Nord du Soudan, l'autre à crâne plus arrondi et taille plus
basse que l'on trouve plus au Sud. L'appartenance raciale du
troisième groupe est plus délicate. Incontestablement négroïde
par la platyrhinie et le prognathisme, il l'est moins par sa face
longue et il semble difficile de l'identifier comme une variété
soudanaise de type fin. Peut-être pourrait-on reconnaître chez
eux une influence nilotique, voire éthiopienne ?
2° Élément non négroïde.
Bien qu'il soit très peu représenté, on trouve chez lui également
trois variétés, toutes trois lepto-mésorhiniennes et ortho- à méso-
gnathes : l'une de type fin, dolichocrâne à face longue, à orbites
hautes, taille moyenne, avant-bras moyennement longs, que
l'on peut rapprocher du type méditerranéen classique ; la
seconde, plus robuste, également dolichocrâne à face longue,
orbites moyennes à basses, et de taille élevée, et que l'on pourrait
assimiler aussi à un type méditerranéen robuste ou protomédit
erranéen. La troisième variété présente des caractéristiques
différentes, entre autres une robustesse frappante, des arcades
sus-orbitaires et des gonions développés et, chez un sujet tout
au moins, une face basse à orbites basses alliée à un crâne doli- société d'anthropologie de paris 292
chocéphale. Ces caractères pourraient être assimilés à ceux d'un
type cromagnoïde appelé encore paléo-européen dont la présence
a été signalée également chez les anciens Égyptiens.
3° Élément mixte.
Comme toutes les formes de transition, l'interprétation des
affinités raciales de cet élément est particulièrement délicate.
On trouve chez lui des types assez robustes et des types fins,
certains montrant une influence négroïde visible, alors que chez
d'autres elle est très atténuée. Remarquons cependant qu'une
certaine ressemblance dans le rapport cranio-facial et l'indice
orbitaire rapproche la plupart d'entre eux : sur 16 sujets, 8 sont
dolichocrânes à face moyenne, à orbites basses chez les hommes
et moyennes chez les femmes, caractères qui font penser à une
influence soudanaise atténuée soit par un mélange avec des Nilo-
tiques — variété prénilotique dont l'élément à influence négroïde
assez marquée trouvé à Aksha pourrait être rapproché — , soit
avec des non négroïdes et dont les caractères sont suffisamment
peu marqués par une influence négroïde pour que l'on puisse les
considérer éventuellement comme des types de transition entre
les Soudanais et des non négroïdes. C'est ce qui expliquerait que
l'on trouve chez eux des sujets de morphologie variée, comme des
dolichocrânes à face moyenne, des mésocrânes et des brachy-
crânes à face haute ou moyenne.
Tableau IV. — Proportions des différents types raciaux à Aksha.
N. %
1. — Négroïdes. — —
Type soudanais robuste : du Nord 11 22 | ,„ o/ u /o du Centre 9 18 j
Type négroïde fin (origine ?) : 6 12
Ensemble des Négroïdes 26 52
2. — Non Négroïdes.
Type méditerranéen : type fin 3 6 Л robuste t 12 %
(protoméditerranéen) 3 6 )
Type cromagnoïde très robuste 2 4
Ensemble des non Négroïdes 8 16
3. — Mixtes.
Type de transition, Soudanais /Méditerranéens
type fin „ х„ . 5 10 /o robuste 66 12 12 )
Type de transition, Soudanais /Nilotiques
(prénilotiques ?) :
type fin 2 „ 4 , , /o robuste 3 6 6 ) 3
Ensemble des éléments mixtes 16 32
Total général 50 100 M. -С. CHAMLA. RESTES MÉROÏTIQUES d'aKSHA 293
Ces résultats indiquent qu'on peut rencontrer parmi l'élément
mixte d'Aksha aussi bien des sujets montrant une dissociation
des caractères crâniens ou faciaux des populations parentales
présumées, — prognathisme et platyrhinie par exemple n'appa
raissent pas comme des traits forcément associés — , que d'au
tres dont les traits sont intermédiaires à des degrés variés. Ce
sont là des faits d'observation classique dans toute étude de popul
ation métissée.
Comparaison avec les populations anciennes de Haute-Egypte
et de Nubie.
1° Basse-Nubie méroïlique.
Cette morphologie négroïde prédominante de l'ensemble de
la population d'Aksha, principalement les hommes, est égal
ement celle que l'on trouve chez d'autres habitants de Basse-
Nubie de l'époque méroïtique, comme ceux de la région de Se-
bua (1) auxquels elle a été comparée. On constate en effet de
très grandes similitudes entre la plupart des mensurations et des
indices des deux séries et les quelques différences que l'on peut
relever concernent presque uniquement les mesures de la face.
Celle-ci est en effet un peu plus longue chez les séries masculine
et féminine de Sebua en raison à la fois d'une hauteur supérieure
plus grande et d'un diamètre bizygomatique plus étroit tout au
moins chez les hommes. Les femmes ont la face encore plus
longue mais elle est plus large en valeur absolue que celle des
femmes d'Aksha. En outre, l'indice nasal, bien que platyrhinien
chez les deux groupes, indique un dimorphisme sexuel plus mar
qué à Aksha et, fait intéressant, inversé dans chacun d'entre
eux, les hommes d'Aksha étant plus platyrhiniens que les femmes,
alors que l'on fait 1s constatation inverse à Sebua. Le progna
thisme alvéolaire est également un peu différent chez les femmes
des deux séries, celles d'Aksha étant surtout mésognathes et celles
de Sebua prognathes. Celles-ci apparaissent ainsi plus négroïdes
que les premières et plus proches de la série masculine correspon
dante, alors que les femmes d'Aksha montrent des caractères
plus hétérogènes. Enfin la stature des hommes et des femmes
d'Aksha est plus élevée que celle de la série de Sebua.
(1) Batrawi (A.). Mission archéologique de Nubie, 1929-1934. Report on the
human remains. Le Caire, 1935, 200 p.
BULL. ET MÉM. SOCIÉTÉ ANTHROP. DE PARIS, T. 9, 11e SÉRIE, 1966. 21

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.