Les variations de l'excitabilité dans la fatigue - article ; n°1 ; vol.7, pg 69-81

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1900 - Volume 7 - Numéro 1 - Pages 69-81
13 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : lundi 1 janvier 1900
Lecture(s) : 10
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins

Ch. Féré
II. Les variations de l'excitabilité dans la fatigue
In: L'année psychologique. 1900 vol. 7. pp. 69-81.
Citer ce document / Cite this document :
Féré Ch. II. Les variations de l'excitabilité dans la fatigue. In: L'année psychologique. 1900 vol. 7. pp. 69-81.
doi : 10.3406/psy.1900.3207
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1900_num_7_1_320711
LES VARIATIONS DE L'EXCITABILITÉ
DANS LA FATIGUE
La fatigue aboutit à l'inexcitabilité; mais ce résultat ultime
de l'activité excessive se présente rarement chez l'homme.
L'inexcitabilité, comme conséquence delà fatigue, s'observe
principalement dans la stupeur post-paroxystique des épilep-
tiques, caractérisée par une apathie absolue, une absence
totale de réaction à toutes les excitations pendant un temps
variable1. Souvent on trouve, dans les divers états d'épuise
ment, chez les hystériques, chez les neurasthéniques, et, en
général, dans la fatigue, une excitabilité anormale, la faiblesse
irritable, comme on l'appelle.
Les exaltations de l'excitabilité au cours de la fatigue
peuvent être mises en évidence par l'expérimentation.
Si, lorsqu'on travaille à l'ergographe de Mosso, on fait
intervenir une excitation sensorielle, au moment où les sou
lèvements s'abaissent au point de ne plus fournir qu'un travail
insignifiant, on voit tout de suite les courbes se relever2,
et, sous l'influence de l'excitation continue, le sujet fournit un
travail supplémentaire. Si on prend des ergogrammes success
ifs à intervalles égaux, et si chaque fois, quand arrive la
défaillance, on fait intervenir la même excitation, on voit, en
général, le travail supplémentaire s'augmenter, puis présenter
des alternatives d'augmentation et de diminution; et les sou
lèvements du travail s'accroissent en hauteur
à chaque reprise, et on les voit bientôt dépasser la hauteur des
soulèvements du travail initial.
Tandis que l'excitabilité se manifeste par un travail supplé
mentaire plus important, le travail initial diminue et trahit une
fatigue plus intense que dans le travail fait, dans les mêmes
conditions de temps, mais sans aucune excitation intercurrente.
La répétition du travail prolongé par l'excitation accélère la
manifestation de la fatigue dans le travail initial, dont les sou
lèvements s'abaissent en même temps qu'ils diminuent de
nombre. Quand on a recours à un excitant pour travailler, on
ne peut bientôt plus travailler sans excitant.
Les excitations tactiles, visuelles, auditives, gustatives,
1. Ch. Féré, les Epilepsieset les épileptiques, 1890, p. 157, 188, 200.
2. Ch. la Pathologie des émotions, 1892, p. 161. — Note sur Vexci-
tabilité dans la fatigue (C. R. Soc. de Biologie, 1900, p. 1068). ■
.
70 MÉMOIRES ORIGINAUX
peuvent provoquer des relèvements de l'activité volontaire ;
mais, au cours des recherches sur les excitations pénibles
comparées aux excitations agréables, les expériences ont sur
tout porté sur les de l'odorat. En général, je tra
vaillais avec le médius droit soulevant 3 kilogrammes chaque
seconde, et les ergogrammes étaient séparés par un repos
d'une minute. Les expériences ont été faites dans des conditions
très variées, aussi les de début sont très différents.
Les tableaux annexés à cette note permettent de juger le
résultat général des expériences.
Nous appelons « travail initial » le travail exécuté à chaque
reprise avant l'excitation, et « travail supplémentaire » le tra
vail fourni après l'excitation mise en jeu au moment où les
soulèvements du travail initial deviennent nuls. Les graphiques
rendent bien compte de la manière de procéder.
Expérience I. — C'est l'essence de cannelle de Ceylan qui
produit l'excitation.
HAUTEUR NOMBRE TRAVAIL HAUTEUR
RAPPORT TOTALE des en MOYENNE r/5
SOULÈVEMENTS KILO&RAMMÈTRES (en mètres) en centimètres) DU TRAVAIL g
OS supplémentaire "3 initi initi "3 initi "3 ."3. ail entai o = | S % | au — CC .— Ë S -e W S '3 ravi J J '5 es s* travail initial ^ g 1 "H. s a. ^ "5. p. et t* a. =3 CL 9 H H H H
5,97 1 1,99 1,73 51 55 5,19 3,90 3,14 0,86
2 1,32 1,27 33 41 4,06 3,71 4,00 3,07 0,91
1,13 2,21 30 79 3,39 6,63 3,76 2,79 3 1,95
0,61 2,79 17 110 1,83 8,37 3,58 4 2,53 4,57
0,56 1,68 18 65 1,68 5,24 3,11 5 2,58 3,11
0,73 1,71 22 75 2,19 5,13 3,31 6 2,28 2,38
0,81 26 2,43 3,36 3,11 2,15 7 1,12 52 1,38
21 8 0,61 1,44 74 1,83 4,32 2,90 1,94 2,36
21 2,19 9 0,73 1,04 41 3,12 3,47 2,29 1,42
10 0,65 1,17 20 57 1,95 3,51 3,25 2,05 1,80
11 0,12 0,56 8 21 0,36 1,68 1,50 2,66 4,66
9 12 0,15 1,47 46 0,45 3,41 1,66 3,19 7,57
13 1,72 8 46 5,16 1,87 3,73 11,46
14 0,06 1,41 5 38 0,18 4,23 1,20 3,71 23 50
15 0,04 2,06 5 56 0,12 6,18 0,80 3,67 51,75
16 0,10 1,75 8 45 0,30 5,35 1,25 3,88 17,88
17 0,07 2,60 6 87 0,21 7,80 2,87 37,14 1,16
18 0,09 1,57 7 49 0,27 4,71 3,20 17,40 1,28
Total : 29,86 87,30
117 16 '
"
FÉRÉ. L'EXCITABILITÉ DANS LA FATIGUE 7J CH.
Expérience II. — L'excitation est produite par l'ammoniaque
HAUTEUR NOMBRE TRAVAIL HAUTEUR R A P PO R T en MOYEN* B TOTALE des C/} M KILOGIIA SOULÈVEMENTS MMKTHE8 (en centimètres) (en mètres) DU TRAVAIL S
' — - ^— ^ " ~~- - — — - '■ " ^— " — - < supplémentaire ce "3 "s "5 — 'E o — 5 'M _ '— — 'c °5 c ■« "= au .5 '3 ? '5 '"*" q3 ce > — S % Ë i s J 'S travail initial > H f a. S H "S. eu 3 H "5. 3 o. H 1. a. 9 Î H ^ H H S
0,70 5,58 1 1,86 50 17 2,10 3,72 4,11 0,38
3,96 2 1,32 0,49 39 14 1,47 3,38 3,50 0,37
0,51 3 1,12 31 14 3,36 1,53 3,6! 3,64 0,45
0,50 32 4 14 1,50 3,00 3,57 0,44
0,88 0,57 25 14 2,64 1,81 3,50 4,07 0,68
6 1,00 1,40 28 41 3,00 4,20 3,57 3,41 1,40
7 0,44 1,50 13 44 1,32 3,38 3,40 4,50 3,40
8 0,61 1,22 18 35 1,83 3,48 3,66 2,00
9 0,71 1,43 20 46 2,13 4,29 3,55 2,01 2,49" 3,10
10 0,61 0,69 24 28 1,83 2,07 2,54 1,13
11 0,75 21 25 2,25 2,90 3,00 1,22
12 1,03 0,74 30 31 3,09 2,22 3,43 2,38 0,71
13 0,72 0,52 22 2,16 17 1,06 3,27 3,05 0,72
14 0,13 1,11 8 0,39 37 3,31 1,62 3,00 8,53
36,45 Total : 36,49
94 72,
Expérience III. — L'excitation est produite par le sulfhydrate
d'ammoniaque.
HAUTEUR NOMBRE I'RAVAIL HAUTEUR
RAPPORT TOTALE des en MOYENNE
M SOULÈVEMENTS KILOGRAMMETRES (en mètres) (en centimètres) DU TRAVAIL GRA1 -- ■- ' '
lire jire supplémentaire 2 "3 1 o ~z c 'c g s ■g o 'S ■5 au — if ■"s 5 "= I — — S E 1 S H £ H "a. travail initial H ■a. o) 09 3 3 3 H H H
1 1,39 36 03 28 4 17 09 3 ,86 3 67 0 ,74 1, 3,
0,63 18 1 2 78 20 89 34 3 ,50 3 90 1 ,24 o, 2, 2 3 83 18 22 1 89 49 ,50 77 3 3 1 ,31 o,
4 0,59 58 16 39 1 77 4 74 ,68 3 4 05 2 ,67 1,
5 0,97 76 25 48 2 91 28 3 ,88 3 66 1 ,81 5> 1, 2 6 0,91 10 21 72 2 73 30 4 ,33 3 00 2 ,30 6,
7 0,96 30 25 102 ,84 2 88 90 3 2 26 2 ,42 2, 6,
Total : 18 ,24 31 ,14
49 ,38 MÉMOIRES ORIGINAUX
E IV. — L'excitation est produite par le valéria-
nate d'ammoniaque.
HAUTEUR NOMBRE TRAVAIL HAUTEUR
TOTALE de en MOYENNE RAPPORT
Cd m KILOGRAMM ÊTRES (en mètres) SOULÈVEMENTS en centimètres)
taire lilial taire "3 1 ■5 •| supplémentaire ce émen GOC •ava émer rava s | = s s au '5 '3 ^ H c. ^ "S. a. ä «
H É- travail initial H i
1 2,73 0,68 66 8,19 2,04 0,24 4,13 3,09
2 1,51 0,90 39 4,53 3,46 2,70 3,87 0,59
3 1,97 0,66 56 128 97 22 26 18 5,91 1,98 3,51 3,66 0,33
4 1,42 3,23 40 2,27 4,26 9,69 3,55 2,52
5 1,50 2,70 43 4,50 8,10 3,48 2,78 1,80
Total : 27,39 24,51
51 ,90
Expérience V. — L'excitation est produite par la mononitro-
benzine.
NOMBRE TRAVAIL HAUTEUR RAPPORT des en MOYENNE HAUTEUR ("en TOTALE mètres)
SOULÈVEMENTS K1LOGRAM.MKTRE! en centimètres
DU TRAVAIL
supplémentaire _ 3.
■S 1
au i. I
travail initial
2,78 0,35 69 13 8,34 1,05 4,02 2,69 0,12
1,17 3,05 0,52 0,61 30 20 3,51 1,83 3,90
• 1 ,06 1,06 1,13 28 33 3,18 3,39 3,78 3,42
1,04 1,75 26 57 3,12 5,20 4,00 3,07 1,68
4,20 0,97 1,44 1,40 39 54 4,32 3,68 2,59
9 7» 1,11 0,92 1,03 26 37 2,76 3,09 •i,-)o
1,70 0,75 1,05 24 42 2,25 3,15 3,12 2,47 2,89'
1,89 1,10 17 38 1,74 3,30 3,41 0,58
30 41 3,15 3,oO 2,68 1,04 1,05
1 ,43 1,07 31 46 3,48 5,01 3,74 3,63 1,16
1,30 55 52 6,09 3,90 4,05 2,50 0,58 2,14
1,47 52 2,76 4,41 3,53 2,63 1,59 0,92 26
:ti 3,39 3,60 3,64 2,92 1,09 1,14 1,20 41
1,17 2,61 3,06 2,90 3,30 0,87 1,02 30 45
2,52 2,10 3,20 2,69 0,83 0,80 0,70 25 26
3,37 1,97 0,63 1,08 0,71 •32 36 3^24 2,13
0,48 0,88 0,43 31 16 2,64 1,29 2,83 2,68
2,44 3,03 4,40 0,22 0,97 9 32 0,66 2,91
2,64 6,03 1,69 13 64 0,84 5,07 2,15 0,28
Total 60,20 60,04
1. Après 2 minutes de repos. 120,24 10 11
Fig. 1. — Reproduction photographique des ergogrammes 10, 11 et 12 de l'expérience V (Le tracé se lit de gauche à droite). — Le fond
des échancrures marquées M correspond au moment de l'excitation par la mononitrobenzine. — L'ergogramme 10 a été fait après
1 minute de repos; la seconde masse qui représente le travail supplémentaire est plus volumineuse et plus haute que la première qui
représente le travail initial. — L'ergogramme 11 a été fait après 2 minutes de repos; la masse du travail initial est plus volumineuse
et plus haute. — L'ergogramme 12 est fait après 1 minute de repos; il reprend les caractères de l'ergogramme 10. MÉMOIRES ORIGINAUX 74
Expérience VI. — L'excitation est produite par l'asa
fœtida.
HAUTEUR NOMBRE TRAVAIL HAUTEUR
RAPPORT TOTALE des en MOYENNE
KILOGHAMMÈTRES (en cent SOULÈVEMENTS (en mètres) mètres) DU TRAVAIL s -GRAI s" *— ^^— — - i /
tial aire supplémentaire "3 "3 ~S émenti ravail '3 émenti ini ravail ini ERGO aient •avail .S au ail ail i é i '3 H > H "o. 'S. travail initial S g a 3 H H S S
1 2,12 6,36 0,29 0,62 97 24 1,86 2,18 2,58
1,46 4,38 2,70 3,50 2 0,49 54 14 1,47 0,53
1,41 3,52 0,42 3 0,60 40 15 4,23 1,80 4,00
4 1,42 3,46 0,49 41 14 4,26 4,47 3,50 0,34
0,64 1,21 5 0,78 23 18 1,92 2,34 2,78 4,33
6 0,36 0,70 15 15 1,08 2,10 2,40 4,66 1,94
7 0,50 1,25 17 29 1,50 3,75 2,94 4,31 2,50
8 0,43 1,59 17 40 1,29 4,77 2,52 3,97 3,69
9 0,90 1,25 31 37 2,70 3,75 2,90 3,37 1,38
10 0,75 1,40 28 51 2 25 4,20 2,67 2,70 1,87
11 1,05 0,99 39 47 3^15 2,97 2,69 2,10 0,94
12 0,66 1,37 26 42 1,98 4,11 2,53 3,26 2,07
35,10 34,59 Total :
69 69,
Expérience VII. — L'excitation est produite par l'interpo
sition d'un verre rouge monochrome.
HAUTEUR TRAVAIL HAUTEUR NOMBRE
RAPPORT MOYENNE TOTALE des en
KILOORAMMÈTRES SOULÈVEMENTS (en mètres) encentiiiiètres) DU TRAVAIL GRAÎ — ™^ ^^ s"
supplémentaire %
a .S .S .£ au '5 S ^ s "g e % ^ S "3. e S w '3 '5 ■"S H g 1 "H. > ^ "5. *"* g I "a. 3 a. travail initial %
3 3, H H H
1 2,16 0,54 55 19 6,48 1,62 3,92 2,84 0,25
2 1,38 1,11 35 34 4,14 3,33 3,94 3,26 0,80
0,90 3 1,25 1,17 38 48 3,75 3,51 3,28 2,43
14,3" Total : 8,46 "
FÉRÉ. — L'EXCITABILITÉ DANS LA FATIGUE 75 CH.
Expérience VIII. — L'excitation est aussi produite parle verre
rouge.
HAUTEUR NOMBRE rRAVAIL HAUTEUR RAPPORT TOTALE des en MOYENNE
KILOGRAMMÈTIIES (en mètres) (en cenl métrés) SOULÈVEMENTS ^ — — ' DU TRAVAIL
litia tain
supplémentaire _ ravai 1 émei! ce 'S émen ravai '5 émen ravai ravai il BIlll II ir émen
ail ail au 909 '5 suppl Trav IIB suppl suppl Trav Trav Trav H H H H ce 1 travail initial
1 2,02 43 53 6 06 3 ,81 2 16 29 68 0 21 o, 1,
2 39 4 14 1,38 72 26 16 3 ,53 2 74 0 52 o, 2,
91 33 3 24 ,27 3 1,08 36 73 3 2 52 0 84 o, 2,
25 2 22 4 0,74 05 37 15 2 ,9ô 2 93 1 41 1, 3,
30 3 12 5 1,04 92 34 76 3 ,46 3 06 0 88 o, 2,
20 25, 1 53 2 6 0,51 82 46 ,05 3 68 1 60 o, 3',
20 1 65 7 0,55 11 34 33 2 ,75 3 26 2 01 1, 3,
Total : 21 ,96 18 ,88
ExpéiuenceIX. — L'excitation est aussi produite par le verre
rouge.
HAUTEUR NOMBRE TRAVAIL HAUTEUR RAPPORT TOTALE des en MOYENNE
(en mètres) SOULÈVEMENTS KILOGRAMMÈTRES 'en centimètres) --~— ~- - — .^i^" - , — — — . . — fJU TRAVAIL S3 nitia ntair nitia itair nitia t- nitia supplémentaire ce iil il imei 0 =0 va 5 'Z 'Z - i i 5 au 0 a Tr E supplé Trava Tr supplé Travf ce h IL H "H« ta w a. travail initial 3 H H
2,74 8,22 3,39 1 1,13 73 41 3,75 2,75 0,41
1,60 4,80 3,42 2 1,14 44 39 3,63 2,92 0,71
3,15 3,21 3 1,05 1,07 30 31 3,50 3,45 1,01
3,72 4 1,24 1,80 37 62 5,40 3,35 2,90 1,45
2,94 5 0,98 1,74 32 59 5,22 3,06 2,94 1,80
2,79 6 0,93 1,92 30 65 5,76 3,10 2,95 2,06
0,97 2,91 7 31 65 3,12 1,97
3,27 8 1,09 1,58 37 57 4,74 2,94 2,77 1,44
3,30 9 1,10 1,75 36 61 b,25 3,05 2,69 1,59
2,22 10 0,74 1,58 26 53 4,74 2,84 2,98 2,13
11 0,59 1,82 19 06 1,77 5,46 3,25 3,10 3,08
12 0,68 1,98 23 67 2,04 5,94 2,95 2,91 2,96
13 0,39 2,38 15 84 1,17 7,14 2,60 2,83 6,10
14 0,34 2,41 14 1,02 7,23 2,42 3,21 75 7,08
0,18 0,54 9,87 15 3,29 10 114 1,80 2,88 18,25
0,22 12 7,08 16 2,36 82 0,66 2,83 2,85 10,72
17 0,14 0,42 2,72 9 87 5,16 1,55 3,12 12,29
Total : 44,94 94,97
139 ,71 .
76 MÉMOIRES ORIGINAUX
Exhékience X. — L'excitation est encore produite par le
verre rouge. Mais c'est le médius gauche qui travaille. Le
cinquième ergogramme n'a pas été traduit en chiffres parce
qu'il était partiellement illisible; mais il a été exécuté comme
les autres, et il compte, par conséquent, dans l'accumulation de
la fatigue. C'est cette expérience dont les parties caractéris
tiques sont représentées dans la figure 2.
• HAUTEUR NOMBRE TRAVAIL m HAUTEUR
TOT ALE des en MOYENNE RAPPORT KILOGRAMM ÊTRE!! SOULÈVEMENTS (en mètres) (en centimetres) S DU TRAVAIL ire ce supplémentaire ,'ail ia! •ail eut a o' 'S "3 'â "5 '5 "S au ERG ta •- 2 g ? -S £ .S travail initial H ■- £ f
2 22 0,34 60 16 6,66 1,02 3,70 0,15 i
o',76 0,25 14 2,71 0,32 2 28 2,28 0,31" 0,75 1,37 2,12 1,54 1,78 0,46 0,17 11 2,42 0,36 3 19 1,38
0,42 0,11 0,33 2,21 0,26 19 8 1,26 5 4 V
0,44 11 0,42 2,31 1,27 0,31 6 0,14 19 1,32
0,38 17 0,63 0,55 7 0,21 13 1,14 2,23 1,61
0,3i 16 17 0,81 0,77 8 0,27 1,05 2,18 1,58
0,70 9 0,30 0,21 13 13 0,90 0,63 2,30 1,61 0,22 13 13 0,66 1,68 0,73 10
0,74 11 0,31 0,23 14 16 0,93 0,69 2,21 1,43
0,51 12 0,16 15 10 0,48 2,06 1,60
0,77 0,32 0,24 15 14 0,96 0,72 2,13 1,71 13
14 0,33 0,.f3 14 18 0,99 2,35 1,83 1 0,99
0,31 0,26 17 18 0,78 1,82 1,44 0,83 15 0,93
0,22 0,28 12 17 0,84 1,85 1,64 1,27 16 0,66
o'2i 0,27 15 16 0,81 1,60 1,68 1,12 17 0,72
0,17 12 12 0,75 1,41 2,08 1,47 18 0,25 0,51
0,10 14 14 0,90 0,71 2,14 3 19 0,30 0,30 18 1,20 1,00 2,22 4,00 20 0,40 10
12 22 1,29 1,25 1,95 2,86 21 0,15 0,43 0,45
3,15 22 0,13 0,41 13 24 0,39 1,23 1,00 1,70
4,40 23 0,10 0,44 10 21 0,30 1,32 2,09
8,80 24 0,05 20 0,15 0,71 2,20
19 11,00 25 0,04 0,44 5 0,12 1,32 0,80 2,31
18,00 26 0,025 0,42 5 21 0,07 1,26 0,50 2,00
27 0,03 5 19 0,09 0,60 2,21 14,00
22 9,80 28 0,05 0,49 5 0,15 1,47 1,00 2,22
29 0,48 19 1,44 2,52 9,60 5
30 0,03 4 19 0,09 0,75 16,00
31 0,44 S 17 1,32 0,60 2,58 13,66
32 0,025 0,48 4 18 0,075 1,44 0,62 2,44 19,20
33 0,035 0,47 4 18 0,105 1,41 0,87 2,61 13,42
16,11 34 0,03 0,49 3 21 0,09 1,47 1,00 2,33
15,00 35 0,45 5 15 1,35 0,60 3,00
15,33 36 0,46 17 1,38 0,03 5 0,09 2,70
37 18 1,56 0,60 17,33 0,52 5 2,88
20,40 0,51 18 1,53 0,50 2,83 38 0,025 4 0,075
39 0,49 15 1,47 19,60 5 3,26
40 0,027 0,47 15 0,081 1,41 0,54 3,13 17,40 5
Total : 46,99 41,81
88 ,80 2. —Reproduction réduite d'ergogrammes à différentes périodes de l'expérience X (Le Fig.
tracé se lit de gauche à droite et de bas en haut). — Pour l'ergogramme 1, la masse
située à gauche de l'échancrure représente le travail initial ; elle est beaucoup plus volu
mineuse et plus élevée que la masse située à droite, qui représente le travail supplément
aire. Pour les ergogrammes suivants, on voit la masse de gauche, le initial, d
iminuer de volume et s'abaisser, tandis que la masse de droite augmente devolume et s'élève-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.