Lois de la sensation et de la perception. Synesthésie. Illusions et sens spatial. - compte-rendu ; n°1 ; vol.39, pg 610-622

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1938 - Volume 39 - Numéro 1 - Pages 610-622
13 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : samedi 1 janvier 1938
Lecture(s) : 25
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins

a) Lois de la sensation et de la perception. Synesthésie.
Illusions et sens spatial.
In: L'année psychologique. 1938 vol. 39. pp. 610-622.
Citer ce document / Cite this document :
a) Lois de la sensation et de la perception. Synesthésie. Illusions et sens spatial. In: L'année psychologique. 1938 vol. 39. pp.
610-622.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1938_num_39_1_5691610 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
En outre le jeu de réflexes conditionnés et automatismes men
taux peut intervenir pour provoquer endormissement ou le réveil
852 LLIN et KLEITMAN Variations in thresholds
of auditory stimuli necessary to awaken the sleeper Variations
dans les seuils des stimuli auditifs nécessaires pour éveiller le
dormeur Am of Ph. CXXIII 1938 477-481
Sur 20 sujets adultes et enfants normaux et arriérés on constate
par détermination du seuil auditif du réveil que le déclin excita
bilité est progressif au début du sommeil suivant une courbe en
25 minutes environ excitabilité reste minima pendant peu
près le même temps puis augmente beaucoup dans les 10 minutes
suivantes et se stabilise évolution se fait dans la première heure
quelle que soit la durée du sommeil consécutif
Sensation et perception
GENERALH
Lois de la sensation et de la perception
Synesthesie Illusions et sens spatial
853 RENQVIST-REENPAA Ueber die sinnesphysiolo-
gisehe Einfach- und Doppelobservation sowie über deren Genauig
keit Sur Inobservation simple et double et sur leur précision en
physiologie des sens Sk fur Ph. LXXX 1938 346-360
Considérations logico-mathématiques purement abstraites condui
sant une sorte de principe indétermination pour des observations
objets et plus précisément pour des déterminations de seuils
différentiels
Soit deux cas où on obtient une valeur et une AQ pour la
recherche une valeur concernant objet de la double observation
tel que QP et La conjonction conduit un
théorème après lequel doit être constant où résulte
une augmentation de précision ou une diminution erreur pour
observation de doit être compensée par une diminution ou
augmentation erreur correspondante de
Mais combien arbitraire la notion de objet double
854 GUICHARD De la sensation la méthode de mesure
In-80 de 37 pages Paris Hermann 1937
Dans cette intéressante introduction des exposés de philosophie
et histoire de la mesure auteur envisage les contacts initiaux de
homme avec univers par les impressions sensorielles et les données
quantitatives qui peuvent être obtenues par cette voie dimensions
épaisseurs poids différences thermiques grâce au toucher angles
visuels luminosités et colorations intensités sonores etc
Dans le qualitatif même le quantitatif insère certaines qua- SENSATION ET PERCEPTION GENERALITES 61t
lites un objet correspondant une somme de quantités infiniment
nombreuses qui ont entre elles des rapports très précis que nous
retenons après les avoir suivis sans les énumérer ce qui correspond
au syncrétisme perceptif des psychologues qui donnent la priorité
au qualitatif tandis que selon le qualitatif est que du quantita
tif mal exprimé
Dès lors en partant des rudiments de mesure et de repérage de la
vie courante dont sont soulignées les insuffisances et les défaillances
auteur montre que par un simple perfectionnement des quantités
perceptives se sont introduits les procédés objectifs de mesure
création de la règle pour les longueurs de la balance pour les
poids etc
Les cas particulièrement intéressants du son de la lumière et de
la couleur ne sont toutefois pas traités
855 KLEINT Versuche über die Wahrnehmung Recherches
sur la perception) Ps. CXLII 1938 259-290 et CXLIJI
299-316
Continuant les recherches sur la perception dont nous avons rendu
compte année dernière étudie le mouvement apparent un
objet isolé Ce phénomène autokinèse se distingue du mouvement
induit par absence un système de référence extérieur Il est pas
propre au sens visuel on peut en trouver des exemples pour toutes
les sensibilités relatives espace Le corps entier peut paraître
animé un tel mouvement il suffit pour le produire de placer le
sujet dans obscurité sur la chaise tournante immobile il ne
tarde pas éprouver des illusions de rotation il ne agit pas de-
représentation mais bien illusion sensorielle
La fixation dans obscurité un point lumineux latéral déter
mine deux sortes illusions ou bien est le point qui paraît se
déplacer ou bien est le corps du sujet qui paraît tourner Le
sens de la rotation variable mais ces variations obéissent une
loi il dépend de attitude du sujet dans la perception Dans atti
tude ordinaire attention est fixée sur objet et on alors illusion
des mouvements soit du point soit du corps qui tendraient mettre
sujet et objet un en face de autre Mais si attention se porte sur la
position du globe oculaire ce sont des mouvements apparents de sens
contraire qui tendent se produire Il peut avoir enfin des combi
naisons de mouvements apparus du point fixé et des mouvements du
corps
Le rôle du tonus musculaire dans ces phénomènes est démontré
par expérience suivante une traction exercée par un poids sollicite
latéralement la tête tourner un côté/de sorte que le sujet doit
contracter les muscles du cou pour continuer maintenir la tête
droite le point tend se mouvoir dans le rens où exerce cet effort
Si la traction cesse subitement le point paraît se mouvoir en sens
contraire
Peut-on expliquer ces illusions par des mouvements réels invo
lontaires des globes oculaires de la tête ou autres parties du corps
Il est possible de montrer que dans beaucoup expériences ces
mouvements ont pas réellement lieu dans autres ils sont trop 612 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
faibles pour expliquer les illusions ils en sont accompagne ment
accidentel non la cause La cause commune das illusioa- et dos
mouvements éventuels est la modification du tonus muacuinra
Les changements de position de objet unique visible se difinis-
sent par rapport au médian apparent rappelle les etud dmi
cette notion été objet Dans la position latérale des globes u.;uLtires
ce médian est dévié et le bras tendu dans la direction obp aubit
aussi la déviation Les inclinaisons de la tête produisent las mhnes
effets Le geste indicatif dirigé vers un point fixe est égalem. divié
sous influence un mouvement continu visible dins u.ie urtie
voisine du champ Les mêmes causes agissant sur le tonus ryuvent
produire des déformations apparentes des figures enfrn uis les
mêmes conditions les figures peuvent apparaître modifia dins
leur grandeur ur
856 HOVLAND note on generalizai psycho-
physical law Note sur la loi psychophysique généralisée Guil-
ford Ps Rev. XLV 1938 430-434
Guilford proposé une formule générale englobant la sycho-
physique de Weber et celle de Cattell Il appuie sur les ex ie ices
de Robinson et Robinson Les sujets sont invités trace lig es
égales aux lignes types présentées 40 lignes pour ïà èë i.vpes
présentés Les lignes types vont de 33 centimètres L;ühJUn
de centimètres Guilford calculé la courbe correspond ii ces
résultats après sa formule Mais montre une liy- te
donne une approximation plus satisfaisante Tou tef oi peut
se demander si la discordance entre les résultats calculé- Guil
ford et ceux observés est pas due une imperfecdo pé-
rimentation
repris les expériences en utilisant des lignes type;: dj
72 centimètres lignes types sont utilisées pour le calcul 18
33 63 et 72 cm.) autres lignes sont intercalées pour- sujet
ait impression une série continue Le fond blanc sui uq sont
tracées les lignes en noir est aussi beaucoup plus grand io pour
éviter influence exercée par la distance da la fin lu lig iri uu bord
80 étudiants divisés en deux groupes de 40 oni soumis
épreuve
Les résultats obtenus sont en accord avec la formule di Uuilford
non seulement dans la partie moyenne où la loi de Weüyi süfcdt la
rigueur applicable mais aussi aux deux extrémités courbe
857 HERMAN LESANC ber das unmittelbare Gegebensein
in der äusseren Wahrnehmung Sur les données immédiates
dans la perception extérieure ges Ps. CII 1938
263-290
Il faut distinguer deux modes de concevoir le concevoir inten
tionnel le penser par le vécu pur ou sur le vécu pur ai quelque
chose transcendant ce vécu et le des données iinaïediaies
qui embrasse par sa définition même le concevoir du pur vécu Par
acte intentionnel on peut penser et objectiviser tout objets événe- ET PEKCEPTION GENERALITES 613 SENSATION
ments vécus concepts Mais le concevoir des données immédiates ne
permet atteindre selon la théorie phénoménologique classique que
le je pur et le pur vécu
Nous ne pouvons arriver la connaissance des objets de la
perception extérieure que par intermédiaire du vécu Donc la doit être étudiée seulement du point de vue
de la conscience intentionnelle
Catte assertion de la phénoménologie est point appuyée selon
A. sur des faits concrets mais sur des considérations de nécessités
logiques dans le système une théorie phénoménologique de la
connaissance
Le but du présent article est de démontrer que la perception
extérieure est accessible au concevoir direct et de jeter ainsi des
bases nouvelles pour une théorie de la perception inspirant surtout
des travaux de Meinong et de son élève Franz Weber
rappelle abord les conjectures théoriques de grands maîtres
de école phénoménologique Brentano Husserl etc. en ce qui
concerne la notion du concevoir immédiat des objets et ses
fondements
Deux problèmes doivent être envisagés dans chaque théorie de la
perception Quelles sont les conditions pour on con oive une
donnée extérieure comme vraie Comment se comportent
les éléments décelables par analyse est-à-dire les qualités une
chose par rapport la globalité per ue par rapport la elle-même est ces deux points de vue que les objections les
plus importantes ont été formulées contre la possibilité logique du
concevoir immédiat de objet réel ce dernier pour être con
pleinement doit être pensé donc il faut porter sur lui un jugement
existentiel Ceci ne peut accomplir que par le concevoir intentionnel
dans lequel la différenciation entre le vécu et objet réel livré
acte intentionnel est possible la représentation un objet réel
nécessite un certain nombre actes psychiques assez élevés pour que
le concevoir de unité structurelle soit possible par exemple le conce
voir de la structure spatiale ou de la globalité de la chose représentée)
croit que adoption de la théorie de la perception de Meinong
peut faire disparaître ces difficultés Selon ce dernier auteur tout ce
qui est opposé au vécu est objet donnée immédiate con ue
comme véritable Donc la perception embrasse généralement la
fois le concevoir immédiat qui est génétiquement le premier et le
concevoir intentionnel Le jugement existentiel est inutile pour directement une chose comme véritable Il ne fait que
reconnaître ou rejeter la réalité des données immédiates autre part
unité et la globalité de la chose réelle sont déjà intégrées dans la
structure globale des données immédiates Il est donc inutile ad
mettre un processus psychique synthétisant qui serait une d3s
composantes de la perception extérieure
858 LOCKE Perception and intelligence their phylo-
genetic relation Perception et intelligence leur relation
génétique Ps Rev. XLV 1938 335-345
Un stimulus physique peut subir des changements importants 614 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
sans que le sujet éprouve de changements lui-même et cesse de voir le
même aspect de objet est ce on appelle la constance percep
tuelle Par exemple les déterminants physiques de la perception de
couleur sont la blancheur de objet et éclairement Cependant ce
dernier peut changer bien que le sujet rapporte que la couleur de
objet reste la même La constance observe pour autres qualités
de objet telles que la grandeur ou le contour La grandeur qui varie
avec la distance paraît au sujet rester relativement stable Il semble
que chaque champ sensoriel possède une constance mais un petit
nombre seulement ont été étudiés est là un fait très important la
constance de la perception est le centre de la psychologie
expérience montre que intelligence et la constance percep
tuelle sont en corrélation inverse dans échelle animale Les poissons
sont capables de fournir une réponse la couleur avec un éclairage
si faible que homme ne pourrait pas percevoir la couleur Les
poulets montrent une constance la couleur bien plus grande que celle
des chimpanzés et dépassant de beaucoup celle de homme Les
singes sont aussi supérieurs homme dans ce domaine Comparés
entre eux les hommes diffèrent notablement Les primitifs sont
supérieurs aux adultes civilisés et les enfants supérieurs aux adultes
Chez ceux-ci les moins intelligents paraissent fournir des chiffres
explique ainsi ces faits adaptation de organisme au milieu
st conditionnée par sa structure La fonction perceptive et la fonction
intellectuelle sont des moyens qui se compensent
Quand organisme devient plus complexe il un progrès en intelli
gence et une diminution corrélative dans le mécanisme perceptuel
359 MOORE The synthetic sense and intelligence Le
sens synthétique et intelligence Ps Rev. XLV 1938
p.219-227
appuyant sur la pathologie demande introduction dans la
psychologie un nouveau chapitre celui du sens synthétique
La sensation est un type expérience psychologique et interpréta
tion intellectuelle en est un autre Mais esprit est incapable inter
préter les données des sens il pas une synthèse sensorielle
qui unifie expérience sensorielle présente et passée de telle sorte que
interprétation soit possible est par une synthèse sensorielle
la sensation devient connaissable Cette activité synthétique est
logiquement différente de la sensation et de la mémoire et la patholo
gie montre son indépendance physiologique est le principal facteur
par lequel esprit de enfant diffère de celui de adulte et par lequel
intelligence du génie dépasse celle du déficient
est la condition sine qua non pour satisfaire un test quelconque
et est le principal agent des différences individuelles le sens commun Aristote
860 ED CLAPAREDE propos un cas de perception
syncrétîque Ar de Ps XXVI 104 367-377
auteur entend sous le nom de perception syncrétique les SENSATION ET PERCEPTION GENERALITES 615
perceptions globales sans analyse des parties et sans connaissance
des relations que ces parties peuvent avoir entre elles
est la perception de enfant et du primitif
auteur rappelle étant enfant il avait eu peur du portrait
un de ses ancêtres le pasteur Abraham Du Pan Ce portrait était
grand sombre et se détachant violemment de la robe noire un large
col mou de teinte ivoire avait paru représenter deux immenses
oreilles rabattues et cela avait causé Claparède une telle terreur
il déclare presque pouvoir la revivre hui
Ce phénomène est dit-il sans aucun doute une perception
syncrétique
Et auteur pense que la pensée de adulte appliquée un pro
blème revêt souvent aspect du syncrétisme et que est peut-être
grâce cette présence simultanée éléments divers entassés sans
distinction que opèrent des rapprochements imprévus mais féconds
861 ANSBACHER Number judgments of postage stamps
contribution to the psychology of social norms Le jugement sur
le nombre de timbres-poste Une contribution la psychologie des
normes sociales of Ps. 1938 347-350
revenant sur des expériences précédemment décrites montre
en appréhension immédiate la détermination quantitative un
assez grand nombre de timbres 30 est influencée par leur valeur
et que ceux qui valent plus apparaissent comme les plus nombreux
Cette loi est pas vérifiée il agit de timbres de pays étrangers
celui des sulets
Il là une démonstration de influence des habitudes sociales
sur la détermination de la perception et de la possibilité de mesurer
cette influence
862 CHILD et WENDT The temporal course
ot the influence of visual stimulation upon the auditory threshold
Le cours temporel de influence une stimulation visuelle sur le
seuil auditif of exp Ps. XXIII 1938 109-127
On souvent noté au voisinage un seuil sensoriel une sti
mulation concomitante un autre sens semble abaisser le seuil de la
première Mais quel moment doit-elle intervenir On fait entendre
un son faible tantôt un peu supérieur tantôt un peu inférieur au
seuil auditif un éclat lumineux tantôt le précède tantôt le suit
tantôt coïncide avec lui Le phénomène de facilitation auditive se
produit avec une fréquence maximum quand la lumière précède le
son une demi-seconde effet disparaît quand la
le son de secondes ou le suit une demi-seconde intervalle
On discute quatre hypothèses pour rendre compte de ces faits Ils
sont compatibles avec idée une sommation centrale semblable
celle qui se produit dans les réactions motrices cependant on ne
peut écarter une explication partielle soit par la réaction de oreille
moyenne au stimulus visuel soit par des phénomènes complexes
attention et de jugement 616 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
863 TH KARWOSKI et ODBERT Color-music
Musique colorée Ps Mon. no 222 1938 60
Une étude préliminaire sur 274 étudiants un collège démontré
que 165 parmi eux donc 60 furent capables associer une couleur
avec de courtes sélections musicales on leur présentai Mais les
recherches subséquentes individuelles ont dévoilé que finalement
il avait que 34 cas où une véritable audition colorée pouvait
être invoquée Dans ce groupe on pu définir trois 1;- de
sujets selon le type de réponse obtenu 13 cas ont eu une di-
tion colorée rudimentaire 12 cas ont éprouvé une syne.iiiu iie
complexe cas ont développé une imagerie synesthé ique
véritable
Ces différents types de réponses révèlent une uniformité remar
quable qui permet de dégager quatre formes caractéri.itiquas de
audition colorée et qui se sont exprimées expériinentalemeni par les
dessins suivants bande simple bande multiple trace du son et forme
pleinement dessinée Les tendances analytiques apparaissent ins la
structure de la bande et dansles couleurs tandis que les tend inces
synthétiques trouvent leur expression dans les formes figures
géométriques qui tâchent de reproduire symboliquement la forme de
la mélodie entendue
On trouvé une constance très grande des résultats en réappli
quant le test sujets après une période de mois
Ce est avec difficulté que on arrive distinguer dans les
dessins des formes ayant un sens quelconque est surtout imagerie
des extrovertis qui tend se rapprocher du monde réel avec certaines
modifications dans la couleur celle des introvertis est abstraite par
excellence
Les plaident avec beaucoup de chaleur pour audition colorée
en tant que forme nouvelle expression artistique qui pourrait avoir
des applications multiples au théâtre cinéma etc
864 TINKER Susceptibility to optical illusions specific
general La susceptibilité aux illusions optique est-elle
spécifique ou générale of exp Ps. XXII 1938 593-597
Les illusions optico-géométriques dépendent-elles dans leurs
variations de degré de conditions individuelles constantes ou
variables avec illusion étudiée Un sujet qui subit fortement illu
sion de Muller-Lyer subira-t-il au même degré toute autre illusion
optique par exemple celle de Poggendorff Des expériences ont été
faites sur 64 étudiants université 100 adultes et 35 enfants de
10 ans Les résultats sont remarquablement constants dans
chaque groupe de sujets pour chaque type illusion Mais il pas
de corrélation un type illusion autre
865 CH BEAN The blind have optical illusions Les
aveugles ont des illusions optique of exp Ps. XXII
1938 283-289
Vingt-huit aveugles dont 25 aveugles de naissance et 28 clair
voyants de même âge ont examiné au moyen du boucher des figures
en relief reproduisant quelques illusions optico-géométriques connues ET PERCEPTION RALIT 617 SENSATION
Müller-Lyer Poggendorf Zöllner etc. En général les aveugles
ont été sensibles illusion les clairvoyants ne ont été excep
tionnellement avant de voir les figures) sans doute cause de leur
manque exercice dans la perception tactile On notera que pour
éviter la suggestion on présentait aux sujets plusieurs figures égales
ou inégales comparer.
866 TH ERISMANN Wesen und Entstehung der Schein
bewegung Nature et genèse de illusion du mouvement
ges Ps. 3-4 1938 305-386
Discussion théorique des conditions psychologiques indispensables
pour que illusion cinématoscopique puisse se produire
La réalité que nous dévoile la science physique reste pour nous une
conviction abstraite Elle est incapable en général influencer
directement nos perceptions et intuitions courantes Par contre notre
expérience directe et intuitive acquise dans le contact quotidien avec
univers moule toute perception nouvelle elle est responsable de la
sélection que nous faisons dans aperception des phénomènes et
même en grande partie responsable du caractère gestaltiste de
aperception Un des caractères les plus puissants de notre expérience
intuitive est celui de la réalité concrète des objets per us Et même
lorsque la conviction abstraite est en désaccord avec ce caractère
ce dernier ne disparaît pas tout de suite ou pas complètement ou
parfois pas du tout Ce phénomène peut être très bien observé dans le
domaine des mouvements illusoires Le concept mouvement
contient en lui idée de quelque chose qui se meut Aussi indéterminé
aussi indéfini que soit ce quelque chose intuition de son caractère
matériel accompagne toujours dans notre conscience Un pendule
disparaissant derrière un écran ne disparaît aucunement pour nous
du monde concret et continue effectuer son mouvement que
éprouvons comme très réel Dans un champ visuel qui reste le même
un objet vu ne peut disparaître en changeant de place ou encore
parce un autre objet vient se placer devant lui Le même phéno
mène psychique se répète on remplace un objet en mouvement
par une tache lumineuse Cette tache ne se présente pas du tout
comme la projection un rayon mais comme un objet lumineux
ayant une existence matérielle indépendante de écran de projection
Si on place devant ce dernier un autre écran bien opaque la tache
lumineuse pour nous est détruite mais se cache derrière ce
dernier impression de matérialité attachée une tache lumineuse
varie suivant son éclat la rapidité de son passage etc Une modifica
tion de expérience utilisée pour produire le mouvement le montre
clairement Si on interpose transversalement une plaque acier sur
le parcours du mouvement lumineux illusoire illusion est pas
détruite mais elle se complique étincelle loin être arrêtée sur son
parcours paraît percer la plaque acier et poursuit son chemin
explication du mouvement par la fusion des influx nerveux
déclenchés par deux stimuli consécutifs ne satisfait pas A. car on
peut obtenir des illusions de ce genre lorsque excitation est unique
en cite quelques exemples
apparition ou la disparition un objet dans un champ visuel 618 ANALYSES BIBUOG APHIQUES
libre nous paraît tellement anormale instinctivement nous cher
chons la direction de arrivée et du départ de objet et explication
de ce phénomène conforme expérience intuitive courante Dans
des expériences de cette sorte on éprouve souvent illusion de la
croissance de épanouissement de objet ou du jaillissement de la
lumière
cite encore autres mouvements invisibles ayant un
caractère de réalité comme par exemple le mouvement un objet
placé de fa on on le voie sur le bord des lunettes et qui allonge
ou se raccourcit entre ou sort du champ visuel suivant les mouve
ments de la tête objet est vu non pas comme il doit nous appa
raître mais comme il est en réalité tel il nous est connu
après des expériences antérieures
La perception un mouvement réel extrêmement rapide lieu
dans des conditions qui sont particulièrement favorables la produc
tion une illusion
Tenant compte de toutes ces considérations prévoit les modifi
cations que subirait illusion du mouvement en présence de certaines
modifications des conditions expérimentales et il renvoie un travail
ultérieur dans lequel il donne de tout ce il avance une démonstra
tion expérimentale
867 PATERSON et TINKER The part- whole
proportion illusion printing Illusion de la proportion une
partie dans le tout dans impression of appi Ps. XXII
1938 421-425
La mesure des parties couvertes par le texte une part des
marges autre part dans un grand nombre de manuels montré
que le texte occupait environ que la moitié de la page autre
moitié étant réservée aux marges Pourtant les étudiants interrogés
ont estimé le plus souvent comme étant égale 75 la partie cou
verte par le texte Cette erreur est attribuée une illusion particulière
illusion due au fait que la proportion une partie dans le tout est en
règle générale surestimée
Une expérience de contrôle avec des cartes blanches portant au
centre une surface noire et des cartes noires portant au centre
une surface blanche montré que les centres blancs comparés aux
centres noirs étaient surestimés ce qui est bien en accord avec les
expériences classiques Mais en outre il est apparu que même les
cercles noirs ont été au détriment des marges
868 LOUISE HOFFEDITZ PORTER Factors in thé fluctua
tion fifteen ambiguous phenomena Facteurs agissant sur la
fluctuation dans quinze phénomènes ambigus Ps Ree. II
1938 231-253
auteur utilisé 14 figures de perspective réversible classiques
et le disque de Masson pour la perception intermittente un anneau
juxtaliminaire ses recherches ont porté sur 24 sujets 12 étudiants
et 12 étudiantes) avec détermination pour chacun eux et pour
chaque figure des durées moyennes des périodes dans la fluctuation

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.