Lois de la sensation et de la perception. Synesthésies. Illusions et sens spatial. - compte-rendu ; n°1 ; vol.37, pg 514-533

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1936 - Volume 37 - Numéro 1 - Pages 514-533
20 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 1936
Lecture(s) : 15
Nombre de pages : 21
Voir plus Voir moins

a) Lois de la sensation et de la perception. Synesthésies.
Illusions et sens spatial.
In: L'année psychologique. 1936 vol. 37. pp. 514-533.
Citer ce document / Cite this document :
a) Lois de la sensation et de la perception. Synesthésies. Illusions et sens spatial. In: L'année psychologique. 1936 vol. 37. pp.
514-533.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1936_num_37_1_5441514 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
rapports des parents permettent de conclure que le nombre des
périodes de sommeil 15 min ou davantage diminue avec âge
56 semaines on en trouve deux fois moins semaines Or
trouve deux accroissements -semaines cause du repas dans la
nuit et 28 semaines cause des troubles de la dentition
Sensation et Perception
RALIT
Lois de la sensation et de la perception
Synesthésies Illusions et sens spatial
838 PI RON La connaissance sensorielle et les problèmes
de la vision In-80 de 93 pages Paris Hermann 1936 Actualités
scientifiques et industrielles)
Ouvrant une collection de monographies de physiologie des
sensations ce volume contient quatre études une première de
caractère général sur les bases sensorielles de la connaissance
conférence au Congrès de Chicago de American Association for
Advancement of Sciences) une seconde plus technique sur le
mécanisme physiologique de appréciation sensorielle quantitative
et deux conférences faites dans des réunions annuelles de la Société
Opthalmologie de Paris sur les théories de la vision et sur le pro
blème de la vision des couleurs
839 FREEMAN Relative adaptation times of the five
senses Les temps adaptation relatifs des cinq sens Ps
Mon. XLVII 1936 94-107
On toujours considéré comme la plus grande difficulté dans
la mesure du temps relatif le fait que les mesures
intensité ne sont pas directement comparables dans les différents
domaines sensoriels
part pourtant du principe il est possible obtenir psychi-
quement un équivalent des différentes intensités dans les termes du
stimulus liminaire
Voilà les stimuli employés pour le goût un sel chlorure de
sodium pour odorat un arôme résineux acétate éthyle
pour la somesthésie une pression avec une pointe métallique
émoussée pour la vision une nuance du vert 5.300 env.
pour ouïe un son pur de 932 d.)
Les temps adaptation pour les cinq modalités sensorielles
étaient les suivants
Pression Goût Vision Odorat Ouïe
Sujet Moy Dév Moy Moy Dév moy Moy Moy t.
M..... 7.2 0.7 109 1.7 74.2 15.9 84.4 4.6 1017.2 125
It..... 9.2 1.8 12.4 2.2 10.5 26.9 5.4 994 70- SENSATION ET PERCEPTION RALIT 515
II est évident que ces résultats doivent être considérés critique-
inent car malgré le grand soin pris dans le choix de cinq inten
sités équivalentes le mode application était pas comparable
Dans les expériences sur la vision le stimulus agissait sur le récep
teur tout entier tandis que dans la pression et le goût action du
stimulus était limitée suivant la théorie de Helmhoitz oreille
qui donné le temps adaptation le plus long ne serait excitée
que localement
840 KOLBE Die zeitliche Veränderung der Unterschieds
schwelle während der Einwirkung eines stetigen Dauerdruck
oder Dauerlichtreizes La modification temporelle du seuil diffé
rentiel pendant Inaction ïun stimulus stable de pression ou de
lumière durable fur Sin. LXVII 1936 53-68
La modification de sensibilité au cours de action continue un
stimulus est-elle un phénomène de fatigue ou adaptation Pour
contribuer la solution du problème auteur sous la direction
de Dittler examiné comment varie la sensibilité différentielle
au cours une action prolongée du stimulus pour une sensation
de pression ou une sensation lumineuse En faveur de la conception
adaptative lui paraissent valoir les résultats obtenus montrant que
lorsque le stimulus additif survient un temps variable après le début
de la stimulation le seuil différentiel abaisse abord très vite
quand croît intervalle puis tend vers une valeur constante la
courbe empirique dessinant sensiblement une branche hyperbole
Au bout une douzaine de secondes pour une stimulation de
pression une quinzaine pour un stimulus lumineux le seuil devient
stable Malheureusement les résultats concernent des échelles arbi
traires liées un dispositif expérimental peu précis et on ne sait
quelle est la valeur réelle du seuil différentiel
En admettant une proportionnalité de cette valeur réelle avec
les chiffres relatifs au dispositif employé et lus sur une vis micromé
trique réglant une ouverture du diaphragme) voici séries de valeurs
obtenues pour le seuil différentiel des intervalles variables appli
cation un stimulus additif les premières en observation centrale
les suivantes en observation périphérique de localisation non
précisée avec deux niveaux chaque fois de brillance non définis)
dont un serait le triple de autre en employant ampoule ou
ampoules 25 volts pour éclairer diffuseur réfléchissant renvoyant
la lumière sur la plage observation)
Intervalle sec. 05 10 15
Obs centrale 152 77 51 26 23 21 19 18
217 167 87 53 32 24 14
Obs périph 157 87 53 23 23 20 18 18
147 77 5.1 27 23 19 14
identité peu près complète des valeurs pour des régions de
fixation différente et des niveaux différents de brillance est pas
sans être un peu suspecte 516 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
841 CROZIER On the sensory discrimination of inten
sities Sur la discrimination sensorielle des intensités Pr
of Ac of Sc. XXII 1936 412-416
auteur envisage Jes données statistiques relatives la fois
au seuil différentiel relatif en fonction de intensité et autres
effets de excitation en fonction de cette même il adresse
la fréquence critique de papillotement et acuité discrimination
spatiale chez abeille
En choisissant des unités convenables il obtient sur une échelle
logarithmique des intensités une superposition des valeurs obtenues
pour les trois effets unifiés comme
Dès lors il apparaîtrait que la loi de effet intensité sensorielle
une stimulation comme fonction de intensité de celle-ci comporte bande qui mesure la probabilité de production de la réponse
842 UPTON et CROZIER On auditory intensity
discrimination Sur la discrimination de intensité auditive
Pr of Ac of Sc. XXII 1936 417-420
Contre utilisation par Hecht des valeurs de accroissement
différentiel juste discriminable des sensations visuelles pour inter
prétation des mécanismes chimiques de excitation périphérique
les auteurs objectent que les mêmes caractéristiques de la fraction
différentielle peuvent se rencontrer pour différents organes sensoriels
et dans des cas où le processus dépend nettement de phénomènes
centraux
Ils établissent en adressant aux sensations auditives et en
mesurant le seuil différentiel par la plus petite différence entre
intensité de deux sons conduits séparément chaque oreille
capable de provoquer une latéralisation apparente de la source sonore
quittant le plan médian où elle est localisée quand les intensités
sont égales des deux côtés Reprenant leurs déterminations statis
tiques ils trouvent que erreur probable du seuil différentiel reste
effectivement proportionnelle la valeur relative de ce seuil comme
pour les sensations visuelles
843 PRATT Interaction across modalities simultaneous
stimulation Interaction travers modalités sensorielles stimula
tion simultanée) Pr of Ac of Sc. XXII 1936 562-566
Entre deux termes une couple comparer un stimulus inter
calaire très intense influence vers la décroissance un faible
une influence vers accroissement dans les estimations du moins
quand le stimulus intercalaire est de même modalité sensorielle
sinon il est sans influence part la distraction qui peut en suivre)
Toutefois après Von Hornbostel il aurait une certaine com
munauté entre modalités différentes une clarté par exemple
mune la vision audition olfaction et après Zietz 11931)
la hauteur tonale serait per ue plus élevée sous action un éclaire-
ment plus fort de même que la brillance lumineuse dépendrait
de la hauteur excitations sonores simultanées ET PERCEPTION GEN KALITES 517 SENSATION
repris cet égard des expériences systématiques en faisant
comparer par couples des brillances de cercles lumineux accompa
gnant un des termes un son de 4.000 et autre un son
de 550 Or avec sujets 1.250 jugements) aucune influence
de la hauteur du son sur la brillance apparente ne est manifestée
844 STEVENS scale for the measurement of psycho
logical magnitude Loudness Une échelle pour la mesure une
grandeur psychique Vintensité du son Ps Rev. XLIII
1936 405-416
On peut mesurer un attribut de la sensation aide une
échelle de nombres pourvu que on ait pu déterminer la valeur
une fraction de cet attribut la moitié par ex
Quatre méthodes sont praticables pour cette valeur
en ce qui concerne intensité du son propose des règles pour
déterminer Vunité de mesure de intensité du son
845 HOLWAY et PRATT The Weber-ratio for
intensitive discrimination La loi de Weber Ps Rev. XLIII
1936 322-340
Revue générale des travaux faits sur la loi de Weber avec de
nombreux graphiques
846 WILLIAMS Interlocking of law and
sensory discrimination data entrelacement de la loi de Weber
et des données de la discrimination sensorielle of gen Ps.
XIV 1936 158-175
Analysant théoriquement la notion échelon différentiel
souligne influence de la vitesse du changement intensité puis
arbitraire du choix de la grandeur mesurant la stimulation et du
choix de la réponse ainsi que du pourcentage de réponses correctes
pris comme critérium Envisageant une expression fractionnelle
de échelon en de réponses justes) arrive une formule géné
ralisant celle de Weber
Dans les équations intervient la variation de stimulus qui
provoque juste 100 de discriminations Faute avoir considéré
que la seule tendance centrale accessible est un seuil médian
utilisé une quantité qui telle un 10e décile est pratiquement dépour
vue de précision
847 PEAK Inhibition as function of stimulus intensity
Inhibition comme fonction de intensité du Ps
Mon. XLVII 1936 135-147
En continuant les recherches de Dodge fait des expériences
sur 13 étudiants avec des couples de stimuli auditifs Si intensité
variable Sg constant Ces stimuli devaient produire de doubles
réponses des paupières
Les bruits ont été produits par des diaphragmes vibrants des 518 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
récepteurs de la Western Electric mis en mouvement par un courant
instantané induit dans la bobine secondaire un inducteur de
Harvard Un contact pendulaire un relais et circuit
contrôlaient la production de chaque partie du couple des bruits
de telle fa on que les circuits dans et 82 pouvaient être déterminés
indépendamment par un rhéostat et un ampèremètre dans chaque
circuit primaire Les bobines secondaires des deux inducteurs ont
été montées en série avec les récepteurs
interprétation des courbes obtenues permet de conclure que
tous les trois intervalles Rg tendance diminuer quand intensité
de Si augmente Plus les intervalles sont longs plus grande est
amplitude de effet inhibiteur de sur Rg est donc plus effectif
après des intervalles plus courts
Les amplitudes de Ri augmentent directement comme le loga
rithme de intensité du stimulus Les valeurs moyennes de Ri
deviennent plus grandes avec augmentation des intervalles ex
pour des amplitudes moyennes de Ri intensité de 40 pour 169259
et 380 ms. les intervalles sont respectivement de 85 127 et 15 mm
Les corrélations par la méthode des rangs entre les amplitudes
de Ri et Ra varient du sens négatif au positif avec accroissement
de intensité de Si sans différences significatives des variations avec
des intervalles entre les stimuli
La tendance de Rg de varier inversement avec amplitude de
RI quand SI est constant et de petite intensité suggère hypothèse
il encore un autre facteur ou autres facteurs que intensité
de Si qui agit en diminuant amplitude de Ra quand est grand
et vice versa Ces corrélations exigent des vérifications ultérieures
848 EFIMOV Thé influence of imaginary physical
work upon the excitability of the optical centres influence un
travail physique imaginaire sur excitabilité des centres optiques)
S. II 1936 121
Mesure de la sensibilité périphérique adaptomètre de Nagel
après adaptation obscurité Quand le régime est stable le sujet
imagine il monte un escalier ou fait un autre effort physique
On constate alors que la sensibilité est accrue pendant 10 minutes
sujets dont auteur Pour un travail physique réel il abord
diminution de sensibilité puis accroissement passager bref
849 PRESTON Contrast effects and the psychophysical
Judgments Effets de contraste et jugements psychophysiques)
Am of Ps. XLVIII 1936 389-402
Expériences entreprises dans le but de préciser le rôle des facteurs
affectant la succession des jugements dans appréciation de poids
égaux et leur relation avec le problème des contrastes 14 paires
de stimuli égaux poids de 100 mg. ont été présentés aux sujets
raison de 54 comparaisons par série et de séries par séance
le rythme de présentation des stimuli étant de 92 par seconde
Une tendance très nette des sujets éviter la répétition du SENSATION ET PERCEPTION GENERALITES 519
meme jugement particulièrement marquée pour le jugement
égalité se fait sentir non seulement sur comparaisons succes
sives mais encore sur les jugements ultérieurs de la série un
jugement plus grand succède de préférence un jugement égal
De la discussion théorique des résultats auteur conclut que les
effets de contraste ne peuvent être expliqués seulement en termes
de conditions de stimuli influence de Vallilude du sujet sur la
non-répétition du jugement est loin être négligeable
850 PRESTON The effect of interpolated time intervals
Upon the Contrast effects influence intervalles de temps inter
calaires sur les effets de contraste of exp Ps. XIX 1936
706-715
On fait faire une série de comparaisons de poids objectivement
égaux On note tendance générale des sujets éviter la répéti
tion du même jugement Dodge attribue cet effet une sorte de
phase réfractaire Mais alors effet devrait atténuer avec la lon
gueur de intervalle entre chaque comparaison Les faits pour les
intervalles étudiés ici apportent aucune confirmation cette
hypothèse
851 NEET Acomparison of verbal manual and condi
tioned response methods in the determination of auditory intensity
thresholds Une comparaison des méthodes de réponses verbale
manuelle et conditionnelle dans la détermination des seuils inten
sité auditive of exp Ps. XIX 1936 401-406
Les seuils auditifs ont été étudiés par différentes méthodes
réponse verbale réponse manuelle sur une clef réponse condition
nelle respiratoire ou palpebrale résultant un dressage antérieur
En général est la réaction verbale qui est la plus sensible puis
vient la réaction manuelle et enfin le réflexe conditionnel respira
toire mais il de grandes différences individuelles La réaction
conditionnelle de la paupière et la réponse verbale employées simul
tanément donnent des seuils sensiblement équivalents Les réponses
volontaires se montrent ici très semblables aux vraies réactions
conditionnelles
852 LLER-FREIENFELS Grundsätzliches zur Psy
chologie der Wahrnehmung Les principes de la psychologie de la
perception Ps. CXXXVIII 1936 124-144
La est pas pure réception mais activité totale
du moi dans laquelle les sensations ne jouent que le rôle intermé
diaire Les sensations ne sont pas un objet de conscience elles ne
le deviennent que par une prise attitude très complexe du moi total
853 KLEINT Versuche über die Wahrnehmung Recherches
sur la perception Ps. CXXXVIII 1936 1-34
Une petite cage carrée suspendue peut tourner autour un 520 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
axe qui passe par son centre de gravité elle contient un siège sus
pendu lui-même axe fixe et sur lequel le sujet prend place La
cage est complètement fermée il agit apprécier de intérieur
inclinaison donnée appareil et de placer une règle verticalement
axe de rotation de coïncide avec la ligne qui joint les
deux oreilles du sujet.
inclinaison objective est abord per ue mais après 30 ou
40 secondes les lignes de la cage paraissent redevenues verticales
et horizontales et le bâton est placé parallèlement aux murs le
sujet sent son corps incliné en avant ou en arrière
Dans une autre expérience on regarde par un tube un écran
circulaire orienté dans un plan frontal et qui orte un réseau de
droites parallèles on peut incliner de fa on variable Ces lignes
paraissent abord inclinées puis se redressent ce moment une
verticale réelle placée devant écran paraît inclinée Le sujet tend
orienter sa tête parallèleemnt aux lignes il modification du
tonus musculaire Quand on incline réellement la tête un côté
ou de autre illusion est la même le rétablissement des lignes est
môme plus facile parce que la distribution du tonus musculaire
est moins pregnante que dans la position droite de la tête
rattache ces observations inclinaison apparente des édifices
arbres etc. pour observateur placé dans un véhicule tournant
Il montre que illusion est indépendante de la rotation et du mou
vement tout dépend de ce qui constitue pour un objet le cadre
général auquel il est rapporté espace total ordonné exerce une
induction sur espace partiel cette induction peut avoir pour
origine et pour terme les données de importe quelle sensibilité
854 NEEDHAM Some conditions of prior entry Quelques
conditions de la priorité dans la perception of gen Ps.
XIV 1936 226-239
Ce phénomène est bien connu quand il agit de domaines senso
riels différents de stimuli présentés simultanément celui sur
lequel attention est dirigée est per avant autre déjà
montré An Ps. 35 no 761 que la loi vaut pour stimuli
différents relatifs au même sens est encore sur audition il
expérimenté cette fois Un total de 3.222 jugements furent obtenus
de sujets qui devaient situer dans le temps par rapport une
suite de stimuli identiques un stimulus présentant une certaine
différence de nature et pouvant apparaître un moment quelconque
Le phénomène est confirmé avec un rapport entre le nombre
des cas de priorité et le nombre des cas opposés qui atteignait dans
les meilleures conditions Alors une différence dans la hauteur
du son fut efficace la priorité se montrant autant plus fréquente
que intervalle des hauteurs était plus grand) les différences de
localisation spatiale ou intensité ne semblent pas avoir eu effet
systématique Selon les rapports des sujets trop peu cohérents dans
ensemble pour servir de base une analyse du phénomène celui-ci
ne dépendrait pas tant de attention sensorielle que une attitude
expectante ET PERCEPTION GENERALITES 521 SENSATION
855 GOLDMEIER Ueber Aehnlichkeit bei gesehener
Figuren Sur la ressemblance des figures per ues par la vue
Ps Fors. XXI 1936 146-208
On présente plusieurs figures en général un modèle et deux
modifications de ce modèle et on demande au sujet laquelle res
semble le plus au Plusieurs thèses sont discutées pour
expliquer les faits
après la première la ressemblance viendrait une identité
partielle Mais on ne juge pas seulement après le nombre des
éléments identiques on tient compte aussi de la grandeur des
différences entre les éléments non identiques Même dans le cas
où ces différences sont mesurables le jugement de ressemblance ne
confirme pas toujours la thèse il faut donc recourir des propriétés
qui appartiennent plus aux éléments
Une seconde thèse définit la ressemblance par Videntité des rela
tions Mais il est difficile homologuer les parties dont on veut
identifier les relations Ces relations ont ailleurs une efficacité
inégale dans la perception de la Il faut enfin restreindre
les éléments dont on considère les relations aux éléments réellement
individualisés dans la figure autres qui ne le sont pas contribuent
impression de matière et peuvent ce titre jouer un rôle dans
la ressemblance
Les propriétés qui jouent un rôle dans la ressemblance ne sont
pas des quelconques de la figure objective mais celles
qui sont effectivement réalisées ou soulignées dans intention sen
sible Il faut considérer parmi ces propriétés celles qui répondent
une fonction un membre du tout La fonction peut changer sans
que élément qui en est le support soit altéré objectivement La
variante la plus semblable est celle qui respecte le mieux la structure
du tout
Le travail de est appuyé sur étude une quantité de figures
particulières auxquels il faut se reporter pour apprécier la signification
des principes généraux que nous venons exposer
856 EHRENSTEIN Untersuchungen über Bewegungs
und Gestaltwahrnehmung Recherches sur la perception du mouve
ment et de la forme Ps. CXXXIX 1936 345-360
Dans un mouvement rapide vu sur un faible parcours les figures
montrent des déformations caractéristiques elles résultent notam
ment du fait que les différents éléments de la figure totale après
leurs propriétés formelles cèdent ou résistent plus ou moins au
mouvement certaines parties paraîtront pénétrer au cours du dans autres de la même figure qui leur sont en
réalité juxtaposées des angles se déformer etc Les lois
empiriques de certaines de ces transformations subjectives rappellent
celles des déformations mécaniques objectives des corps en mouve
ment
857 FF critical investigation of the visual
hension of movement Une critique de appréhension 522 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
visuelle du mouvement Am of Ps. XLVIII 1936
1-42
Vaste étude historique des travaux sur le développement de la
perception du mouvement Le tableau ci-dessous donne un aper
des principales conceptions des différents chercheurs
Chercheur Existences mentales Activités mentales
Exner sensation de mouvement processus déductifs
Stern sensations visuelles et esprit actif proces
kinesthétiques attention sus dcductifs arb
Linke assimilation sensations visuelles et
Dürr aperception
kinesthésiques
Schumann et son groupe attention sensations visuelles IBenussi ............. activités créatrices
Wittman ............ esprit actif objets Sehdinge
Hillebrand ........... attention
Van der Waals-Roelofs esprit actif
Neuhaus rien sensations objets Sehdinge et visuelles images vi Dimmick
suelles
De Silva processus sensoriels et attention
perceptifs visuels
Suivant il est absolument impossible pour le moment éta
blir des lois sur les relations entre la sensation et la perception du
mouvement
858 TH ABEL comparison of tactual-kinesthet and
visual perceptions of extent among adults children and subnor
mals Une comparaison entre les perceptions tactilo-kinesthésiques
et les visuelles de Vespace chez des adultes des enfants
et des arriérées Am of Ps XLVIII 269-296
Suivant Renshaw exactitude des perceptions tactilo-kinûsthé-
siques par rapport aux perceptions visuelles serait plus grande
chez les enfants que chez les adultes car chez ces derniers le méca
nisme tactilo-kinesthésique subirait une décroissance en faveur du
contrôle visuel
entrepris une série de recherches vérificatives ajustement
des longueurs avec ou sans contrôle visuel sur 50 étudiantes âge
moy 194 50 enfants des deux sexes entre et 14 ans et 50 arriérées
âge moy 16 a. âge mental 9-11
Les résultats semblent démontrer que exactitude des percep
tions tactilo-kinesthésiques chez les enfants est pas supérieure
exactitude de la reproduction par la vision de mêmes étendues
autre part le rendement des deux groupes adultes étudiantes
et arriérées était plus considérable quand elles devaient reproduire
les perceptions tactilo-kinesthésiques kinesthésiquement
Pourtant suivant A. instantanéité du contact chez un
point au lieu une ligne dans les expériences de A. et la plus grande
difficulté des épreuves faisant appel imagination des enfants
suffiraient expliquer la divergence dans les résultats
La prédominance incontestable du contrôle visuel chez les

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.