Luxation congénitale bilatérale de la hanche et manifestations d'hyperostose porotique sur un squelette d'époque paléo-chrétienne - article ; n°4 ; vol.2, pg 307-326

De
Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris - Année 1975 - Volume 2 - Numéro 4 - Pages 307-326
Résumé. Etude d'un sujet de type méditerranéen gracile, d'époque paléo-chrétienne, porteur d'une luxation congénitale bilatérale de la hanche et de manifestations d'hyperostose porotique. Si le diagnostic de luxation est évident, les manifestations osseuses au niveau du crâne soulèvent plusieurs hypothèses. Deux paraissent à retenir : une thalassémie dans sa forme mineure ou maladie de Rietti-Greppi-Micheli ; une anémie hémolytique constitutionnelle, ou maladie de Minkowski-Chauffard.
Summary. Bilateral congenitally hip luxation and porotic hyperostosis on an early-christian woman's skeleton. Here is studied the skeleton of a young woman, belonging to the Mediterranean type, buried in an early Christian tomb. She suffered from bilateral congenitally displasia of the hip joint and porotic hyperostosis in the skull vault (hyperostosis spongiosa cranii). The hip luxation is obvious but the etiology of porotic hyperostosis is difficult to specify. Many diseases, characterized by swelling bone and porosity, may have caused this porotic hyperostosis, but we shall keep only two of them : either Thalassemia minor (Rietti-Greppi-Micheli desease), or constitutional haemolytic anemia (Minkowski-Chauffard disease).
20 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 1975
Lecture(s) : 63
Nombre de pages : 21
Voir plus Voir moins

G. Arnaud
S. Arnaud
Luxation congénitale bilatérale de la hanche et manifestations
d'hyperostose porotique sur un squelette d'époque paléo-
chrétienne
In: Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, XIII° Série, tome 2 fascicule 4, 1975. pp. 307-326.
Résumé
Résumé. Etude d'un sujet de type méditerranéen gracile, d'époque paléo-chrétienne, porteur d'une luxation congénitale bilatérale
de la hanche et de manifestations d'hyperostose porotique. Si le diagnostic de luxation est évident, les manifestations osseuses
au niveau du crâne soulèvent plusieurs hypothèses. Deux paraissent à retenir : une thalassémie dans sa forme mineure ou
maladie de Rietti-Greppi-Micheli ; une anémie hémolytique constitutionnelle, ou maladie de Minkowski-Chauffard.
Abstract
Summary. Bilateral congenitally hip luxation and porotic hyperostosis on an early-christian woman's skeleton. Here is studied the
skeleton of a young woman, belonging to the Mediterranean type, buried in an early Christian tomb. She suffered from bilateral
congenitally displasia of the hip joint and porotic hyperostosis in the skull vault (hyperostosis spongiosa cranii). The hip luxation is
obvious but the etiology of porotic hyperostosis is difficult to specify. Many diseases, characterized by swelling bone and porosity,
may have caused this porotic hyperostosis, but we shall keep only two of them : either Thalassemia minor (Rietti-Greppi-Micheli
desease), or constitutional haemolytic anemia (Minkowski-Chauffard disease).
Citer ce document / Cite this document :
Arnaud G., Arnaud S. Luxation congénitale bilatérale de la hanche et manifestations d'hyperostose porotique sur un squelette
d'époque paléo-chrétienne . In: Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, XIII° Série, tome 2 fascicule 4,
1975. pp. 307-326.
doi : 10.3406/bmsap.1975.2594
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bmsap_0037-8984_1975_num_2_4_2594Bull, et Mém. de la Soc. ďAníhrop. de Paris, t. 2, série XIII, 1975, pp. 307-326
LUXATION CONGÉNITALE BILATÉRALE DE LA HANCHE
ET MANIFESTATIONS D'HYPEROSTOSE POROTIQUE
SUR UN SQUELETTE D'ÉPOQUE PALÉO-CHRÉTIENNE
par G. et S. Arnaud (1)
Les squelettes de la nécropole de Notre-Dame du Brusc nous ont été
confiés par M. Georges Vindry, Conservateur des Musées de Grasse et de
la Castre à Cannes. Nous les étudions au laboratoire d'Anthropologie de
l'Institut d'Archéologie Méditerranéenne (C.N.R.S., L.A. 151). Parmi ceux-ci,
un sujet d'époque paléo-chrétienne (tombe n° 7) porteur d'une double pathol
ogie nous a paru intéressant à plusieurs chefs.
Le squelette, presque complet, sans connexion anatomique, en assez bon
état de conservation, est celui d'un sujet de sexe féminin, de petite taille,
âgé au moment de sa mort de 20 à 25 ans. Dès l'abord, 4 observations s'impo
sent : le type asiatique de la face, l'aspect criblé de la table externe de la
boîte crânienne, la déformation bilatérale des articulations coxo-fémorales.
la gracilité générale du squelette.
Le crane
Le crâne (tableaux I et II), retrouvé en plusieurs fragments, a été res
tauré. Ses dimensions maximales (longueur glabelle-opisthocrânion, 172 mm ;
largeur bipariétale, 136,5) indiquent une mésocrânie à la limite de la brachy-
crânie. Il est haut. La capacité crânienne évaluée par jaugeage est de 1.230 ml.
En norma verticalis, la boîte crânienne est de type ovoïde, avec des
bosses pariétales bien développées et postérieures, sans saillie de l'occiput.
On note une nette phénozygie et une légère plagiocéphalie. Une grande partie
des pariétaux présente un aspect criblé, grisâtre, dont nous reparlerons
ultérieurement.
En norma lateralis, le profil est d'un galbe presque régulier jusqu'à
l'occiput : ni bec iniaque, ni chignon occipital.
(1) Laboratoire d'Anthropologie de l'Institut d'Archéologie Méditerranéenne, C.N.R.S.,
L.A. 15L I. — Mensurations du crâne Tableau
Glabelle-opisthocranion (1) 172 mm
Glabelle-inion (2) 170
Nasion-inion (2a) 166
Largeur bipariétale (8) 136,5
Hauteur du crâne basion-bregma (17) 133
Hauteur en projection porion-bregma (20) 1 13,5
Vertex sur glabelle-inion (22a) 92 sur nasion-inion 98
Diamètre biauriculaire (11) 107
Nasion-endobasion ; longueur de la base (5) 99
Courbe horizontale (23) 498
Arc . frontal . . <„.,., f Glabelle-bregma 111
[ Nasion-bregma 123
Corde ~ . с frontale 4. i < ( .. . 101 ,„
{ 108
Arc pariétal (27) 122
Corde pariétale (30) 108
Arc occipital (28) 109
Corde occipitale (31) 93
à la gabelle 342
Arc sagittal total 1 . au nasion . 354
Largeur maximale frontale (10) 115 minimale (9) 94
Longueur du trou occipital (7) 32,5
Largeur du trou (16) 29 biastérique (12) 100
bosses frontales , gauche , . 11
[ droite 10 Epaisseurs
bosses , pariétales . {f gauche , . 13
[ droite 14
Indice crânien horizontal (8/1). Mésocrâne 79,4
au basion Hypsicrâne 77,3
Indice vertical , au ponon . ,~rt/1, (20/1) — 66
| au basion Métriocrâne 97,4
Indice transverse < . /Лл/Оч ,>•» — 83 ( au ponon (20/8)
Í au basion Crâne haut 86,2
Indice moyen de haut. \ [au ponon — 73,6
à la glabelle 91 Indice de courbure frontale l au nasion 87,8
Indice fronto-transversal (9/10) Crêtes intermédiaires 81,7 fronto-pariétal (9/8) Métrioeurymétope 68,9
Indice du trou occipital (16/7) Large 89,2
Angle d'inclinaison du frontal (322) 54°
sur glabelle-inion (22*/2) . . . .' 54
Indice de la calotte , sur nasion-imon . . . 57,6 __ ,
Poids du crâne (os sec) 425 g
Capacité du crâne (par jaugeage) 1.230 ml ET S. ARNAUD. LUXATION CONGÉNITALE BILATÉRALE DE LA HANCHE... 309 G.
Le vertex, arrondi, placé à 92 mm de glabelle-inion et à 98 mm de nasion-
inion, est situé au 1/3 antérieur de la distance bregma-lambda. Le nasion
n'est pas enfoncé, le nez n'est pas proéminent, la glabelle est faible (n° 1 de
Martin).
Le front s'élève d'abord verticalement puis fuit (angle d'inclinaison 54°).
Les ptérions sont en forme de H ; la base des apophyses zygomatiques
est gracile, les mastoïdes petites. On note la présence d'un os wormien sur
l'incisure pariétale gauche ; à droite, un même os est perdu.
Le sujet est orthognathe comme le montrent l'angle du prognathisme
total (85°) et l'indice gnathique de Flower (92,9). L'angle du
alvéolo-sous-nasal indique une mésognathie alvéolaire (82°).
En norma occipitalis, la suture sagittale déprimée en S4 et le point
lambda situé lui-même au fond d'une légère dépression donnent au crâne
un aspect natiforme ; les crêtes occipitales sont peu marquées. Les plans
pariétaux convergent vers le bas.
On observe 3 petits os wormiens sur la branche gauche de la lambdoïde
et un à droite.
En norma basiliaris, on note la bonne conservation .de la base du crâne
à l'exception de la suture sphéno-occipitale détruite.
La voûte palatine, large, présente un petit torus linéaire. Les arcades,
alvéolaire et dentaire, sont paraboliques. Le palais osseux, bien conservé, est
brachystaphylin, brachyuranique. Le trou occipital, reconstitué, est large.
Les insertions du digastrique sont peu accusées. Les sutures crâniennes,
simples dans l'ensemble, ne sont synostosées ni sur l'endocrâne ni sur l'exo-
crâne. On note la présence d'une suture métopique complète. Sur l'endocrâne
les empreintes des artères méningées sont nettes. Quelques niches de Pac-
chioni sont observées de chaque côté de la sagittale.
En norma facialis, les arcades sourcilières sont faibles, en rapport avec
la glabelle imperceptible et les bosses frontales individualisées. Le front,
bien développé, est métriométope, à la limite eurymétope. Les orbites, méso
conques, sont rectangulaires. L'écartement inter-orbitaire est important,
27 mm. Les malaires, saillants, sont écartés et lisses. Le nez est étroit, lep-
torhinien, son orifice piriforme net, tranchant. Les fosses sous-orbitaires
sont superficielles. L'arcade dentaire porte 16 dents. Le maxillaire est ortho
gnathe. La face est mésène, mésoprosope. Il y a harmonie crânio-faciale.
L'aplatissement général de la face (nasion non enfoncé, élargissement
marqué de l'espace inter-orbitaire) et sa frontalisation, inhabituelle chez
l'adulte, confèrent au sujet un aspect asiatique.
La mandibule (tableau II), bien conservée, est complète. La hauteur du
corps décroît d'avant en arrière ; le menton est arrondi. Sur sa face anté
rieure, les insertions du muscle carré du menton sont robustes de part et
d'autre de l'éminence mentonnière. Les trous mentonniers, en regard de la
2e prémolaire, sont situés à 15 mm du rebord alvéolaire à gauche, à 16 à
droite. Sur sa face postérieure, les apophyses géni sont au nombre de 4, dis
tinctes les unes des autres. ,
.
,
II. — Mensurations de la face Tableau
Crâne facial supérieur :
65,4 mm Hauteur de la face nasion-prosthion
92 Longueur de la face basion-prosthion
127 Largeur bizygomatique
111 Hauteur totale de la face nasion-gnathion
27 Largeur inter-orbitaire
36 largeur (51) Orbite droite 30,5 hauteur (52)
36 largeur Orbite gauche 30 hauteur
largeur (54) 22 Nez hauteur (55) 49
longueur 44,5 Voûte palatine largeur (63) 42
longueur 50 Arcade alvéolaire largeur (61) 60
Indice crânio-facial transverse Phénozygie . 93,1 facial total Mésoprosope 87,4
Indice supérieur Mésène 51,5
droit 84,7 Indice orbitaire (52/51) Mésoconque gauche 83,3
Indice nasal (55/54) Leptorhinien . . 44,9 palatin Brachystaphilin 94,4
Indice maxillo-alvéolaire Brachyuranique 120 gnathique de Flower Orthognathe . . 92,9
85° Angle de prognathisme total
82° alvéolo-sous-nasal Mésognathisme alvéol.
Mandibule :
Longueur totale (68) 95 mm
118 Largeur bicondylienne (65)
Brachygnathe Indice mandibulaire (65/68) 80,5
Largeur bigoniaque (66) 94,6
Indice gonio-condylien 80,1
Hauteur de la branche (70) 56
Largeur de la (71) 30,5
Indice de la branche (71/70) 54,4
130° Angle mandibulaire (79)
entre lre et 2e prémolaire 31-30
entre lre et 2e molaire . . 30-30
entre 2e et 3e . . 25,5-25 Hauteur du corps
au trou mentonnier (69) . 30
à la symphyse 26,5
entre lre et 2e prémolaire 11,5-11
entre lre et 2e molaire . . 12-12
entre 2e et 3e molaire . . Epaisseur du corps 16-15
au trou mentonnier 11,5-11,5
à la symphyse 15
Indice de robustesse au trou mentonnier 38,5-39
64° Angle symphysien
Poids (os sec) 52 g ET S. ARNAUD. LUXATION CONGÉNITALE BILATÉRALE DE LA HANCHE... 311 G.
La ligne mylo-hyoïdienne est bien individualisée : en dessous et en
avant, les insertions du digastrique sont nettes. Le relief musculaire du
masséter, sur la face externe de la branche montante, est faible. Il n'y a pas
d'éversion goniaque.
Sur la face interne de la branche montante, au-dessous de la lingulae
mandibulae, l'insertion du ptérygoïdien est bien marquée. Les apophyses
coronoïdes sont en forme de « lame de sabre ». L'échancrure sigmoïde mesure
14 mm de profondeur à droite, 13 à gauche.
Les arcades dentaire, alvéolaire, basale sont paraboliques. L'arcade den
taire porte 16 dents en place.
Les dents (désignées selon la nomenclature internationale) présentent
dans l'ensemble, le stade 1 d'usure sauf sur les 16, 26, 36, 37, 46 et 47 (1) où
le stade 2 est atteint. Les tubercules linguaux des molaires du maxillaire sont
plus usés que les tubercules vestibulaires sauf sur les 18 et 28, intactes.
Il n'y a pas de tubercule de Carabelli. Les molaires de la mandibule sont plus
abrasées au niveau des tubercules vestibulaires.
Le squelette post-cranien
Les vertèbres. La colonne vertébrale est, dans son ensemble, assez bien
conservée à l'exception du sacrum. Le rachis cervical est complet. L'atlas et
l'axis avec son apophyse odontoïde bien développée sont en bon état. Des
vertèbres thoraciques, seule la 11e manque. Là hauteur antérieure approxi
mative de ce segment est de 207 mm. Les 5 vertèbres lombaires sont pré
sentes. La somme de leur hauteur antérieure égale 118,6 mm.
Leur indice respectif est :
Ll 108,6
L2 108
L3 104
L4 91,6
L5 87,5
L'indice lombaire total met en évidence une orthorachie (100). Le point
de contraflexion se situe entre L3 et L4. Le sacrum, très altéré, normal à
5 vertèbres, est de type homobasal. La lre sacrée n'est pas soudée. L'indice
de concavité est 23,6.
Les côtes sont multifragmentées.
Le sternum se présente en 3 fragments, le manubrium et le corps
reconstitute (2 fragments). L'appendice xyphoïde manque. Aucun élément
pathologique n'a été observé sur le rachis, les côtes et le sternum.
(1) 16 = MM ; 26 = M»g ; 36 = M,g ; 37 = M2g ; 46 = Mtd ; 47 = M2d ; 18 = MM ;
28 = Msg. 312 société d'anthropologie de paris
Les omoplates, très altérées, graciles, aux insertions musculaires faibles,
d'allure féminine, ont été en partie reconstituées. Leur état de détérioration
n'autorise que des mensurations partielles sur l'un ou l'autre des deux os.
L'indice glénoïdien est 70,1 à droite et 71,4 à gauche.
Les clavicules, en bon état, sont graciles, d'aspect féminin ; indice de
robustesse : 22,3 à droite et 21,9 à gauche ; indice de largeur externe : 12,6 à
droite et 12,8 à gauche.
Humérus. L'humérus droit est intact, le gauche reconstitué. Les inser
tions musculaires et le V deltoïdien sont peu marqués sur les deux os.
Il n'existe ni perforation oléocrânienne ni processus supra-condylien. Indice
de robustesse : 18,8 à droite, 18 à gauche ; indice diaphysaire : 79,1 à droite,
88,2 à gauche, eurybrachie.
Ulna. L'ulna droit est intact, le gauche reconstitué dans son tiers infé
rieur, son oléocrâne est détruit. Indice de robustesse, sur longueur physiolo
gique : 15,6 à droite ; indice de platôlénie : 89,4 à droite, 89,4 à gauche,
eurôlénie.
Radius. Les radius sont entiers, le gauche légèrement altéré au niveau
de la tête radiale ; les tubérosités bicipitales sont peu accentuées. Indice
huméro-radial : 73,7 à droite, 71,5 à gauche ; indice de robustesse : 16,8 à
droite, 16,5 à gauche ; indice diaphysaire : 67,8 à droite, 70,3 à gauche et
angle collo-diaphysaire 170°.
Carpe et métacarpe. Manquent à droite : triquetum et pisiforme ; à
gauche : triquetum, pisiforme, trapézoïdum et hamatum.
Des métacarpiens manque le 2e droit.
Toutes les phalanges sont présentes.
Les os coxaux, petits, sont assez bien conservés : l'ilion (avec des traces
d'ossification sur la crête iliaque), la grande échancrure sciatique et la sur
face auriculaire sont intacts.
Tableau III. — Mensurations des os coxaux
droit gauche
Hauteur de l'os coxal 174 mm
77° 730 Angle de la grande échancrure sciatique
Ouverture — — selon Sauter . . . 40 36 — —Lazorthes 54 55
Profondeur 24 23,5
Indice d'ouverture 43,6 43
Par contre, les points ostéométriques sont altérés, la ligne innominée et
la branche ischio-pubienne détruites. Les cavités cotyloïdes, malformées,
seront décrites au chapitre pathologie (tableau III).
Les fémurs sont frêles ; leur extrémité inférieure légèrement altérée.
Leur corps, arqué dans le sens sagittal, à concavité postérieure, est de coupe ET S. ARNAUD. LUXATION CONGENITALE BILATERALE DE LA HANCHE... 313 G.
triangulaire. Le droit est plus gracile, sa ligne âpre plus saillante. L'extré
mité supérieure des 2 fémurs présente une forte antéversion dont la des
cription sera faite aussi au chapitre pathologie (tableau IV).
Les tibias. Le corps des deux os est intact, à section triangulaire et bord
antérieur saillant. Leur extrémité supérieure est en partie altérée.
Fibula. Les deux os, bien conservés, sont cannelés. Longueur maximale :
306 mm à droite, 306,5 à gauche. Poids (os sec) : 19 g et 22 g.
Tableau IV. — Mensurations des fémurs
droit gauche
Longueur maximale (1) 378 mm 376 mm physiologique (2) 377 374
Longueur au trochanter 366 366
Périmètre au milieu (8) 58 62
Indice de robustesse 15,4 16,6
Diamètre antéro-postérieur au milieu (6) 21,5 21 transverse au milieu (7) 17 17,5
Indice de robustesse (6 + 7/2) 10 10,4 pilastrique (6/7) Pilastre fort 122,8 123,5
Diamètre sous-trochantérien antéro-postérieur (10) . 20,5 21,5 transverse (9) 15,5 17
Indice de platymérie (10/9) Sténomérie 126,4 132
Diamètre de la tête fémorale antéro-postérieur (19) 34 36 de la tête vertical-frontal (18) . 38 37
Aplatissement de la tête fémorale (18/19) 94,7 91,9
Indice de robustesse de la tête fémorale/Long, phys. 19,6 18,9
Largeur maximale de l'épiphyse supérieure 63 63
— de inférieure 60,5
125° 130° Angle collo-diaphysaire (29)
51° 51° de torsion
6° 6,5° Angle de divergence
Indice tibio-fémoral 80,2 80,3 huméro-fémoral 74,4 74
Patella. Seule la gauche a été retrouvée. Hauteur, 36 mm ; épaisseur
maximale, 14 mm.
Tarse. Métatarse. Phalanges. A droite, seuls manquent deux cunéi
formes (1 et 2), le métatarsien du gros orteil, 4 phalanges. A gauche, tarse et
métatarse sont complets ; des phalanges, seules deux ont été retrouvées. SOCIÉTÉ D'ANTHROPOLOGIE DE PARIS 314
La stature. En nous référant aux tables de Manouvrier corrigées, d'après
fémur et tibia, la taille varie de 143,5 à 145,5 cm.
De son vivant, dans la station debout, la stature devait être plus petite
de 40 mm environ, qui traduisent l'ascension des têtes fémorales des cotyles
primitifs aux néarthroses.
Uâge. La présence des 4 M3, l'absence de synostose de toutes les sutures
crâniennes, les soudures épiphysaires encore apparentes à l'extrémité infé
rieure des ulnae, radius, fémurs, fibulae, à l'extrémité supérieure des tibias
et au niveau des crêtes iliaques, permettent de fixer l'époque de la mort du
sujet entre 20 et 25 ans.
Le sexe féminin est attesté par la taille, la faiblesse des insertions musc
ulaires, l'aspect régulier du crâne avec des bosses frontales apparentes, les
arcades sourcilières effacées, les petites mastoïdes, l'indice crânio-mandibu-
laire, la hauteur de l'omoplate, la largeur de la cavité glénoïde, la longueur
de la clavicule et sa largeur externe, les longueurs des humérus, radius,
fémurs, tibias et aussi par l'angle d'ouverture de la grande échancrure scia-
tique.
La gracilité générale du squelette, en dehors de sa petite taille, est attes
tée par la légèreté des os. En effet, le poids de chacun d'eux est nettement
inférieur au poids au-dessous duquel on peut admettre qu'ils appartiennent
à un sujet féminin d'après Olivier (1960) (Tableau V).
Tableau V
Poids au-dessous desquels Poids des os pesés secs l'os serait féminin
Crâne 425 g 560 g
Sacrum 40 70
Clavicule 9 18
Humérus 55 73
Ulna 21 31,5
Radius 15 24
Fémur 105 209
Tibia 80 116
Fibula 22
Le type anthropologique. Ce sujet de petite taille, mésocrâne, hypsi et
métriocrâne au basion et au porion, au crâne haut, au front assez large, aux
crêtes intermédiaires, métriométope limite eurymétope, mésène et mésopro-
sope, mésoconque, leptorhinien, orthognathe, semble appartenir au type
méditerranéen gracile. ET S. ARNAUD. LUXATION CONGÉNITALE BILATÉRALE DE LA HANCHE... 315 G.
Pathologie
Nous avons signalé au cours de l'étude anthropologique que les os
coxaux et les têtes fémorales d'une part, le crâne d'autre part présentaient
des altérations pathologiques.
Si les déformations des os coxaux et des têtes fémorales révèlent mani
festement l'existence d'une luxation congénitale bilatérale de la hanche, les
anomalies crâniennes soulèvent en revanche des problèmes complexes, dia
gnostiques et étiologiques que nous étudierons en second lieu.
Les déformations osseuses de l'articulation coxo-fémorale sont bien
celles observées dans la luxation congénitale bilatérale dite « invétérée » de
la hanche (fig. 1).
En effet sur la face externe des os coxaux, on note l'absence de cavité
cotyloïde, remplacée par une dépression en forme de gouttière, plus ou moins
triangulaire, orientée en bas, en avant, en dehors ; ses dimensions sont re
spectivement à droite : hauteur, 35 mm ; largeur, 15 mm ; profondeur, 3 mm ;
à gauche : 35/20/3 mm.
A son sommet, on voit un large sillon dirigé en haut et en arrière par
lequel la tête fémorale a pu s'échapper. Son fond est irrégulier et tomentueux,
sa lèvre antérieure détruite, sa lèvre postérieure mousse. En dedans de cette
dernière, une plage concave et lisse, de couleur différente de celle de l'os
voisin, mesurant 32 mm sur 4, pourrait être un reliquat de la portion posté
rieure du croissant articulaire normal. Il y a absence de sourcil cotyloïdien.
L'axe de cette dépression fait un angle d'environ 18° d'inclinaison en avant.
Cette dépression n'a pas eu de rôle fonctionnel.
Au-dessus et en arrière, il existe sur la face externe de l'os coxal, une
néoformation, esquisse d'articulation : cette néoarticulation de forme arron
die mesure à droite 45 mm de haut, 35 de large et 0,5 à 0,6 de profondeur ;
à gauche 40/35/0,3 à 0,4.
Elle est orientée en bas, en avant, en dehors. Son bord postéro-supérieur,
net, irrégulier, ne constitue pas un sourcil réel ; son antérieur présente
une échancrure par laquelle la tête fémorale a dû émigrer de bas en haut et
d'avant en arrière.
Le fond de ce néocotyle, légèrement déprimé, est le siège de multiples
orifices vasculaires.
Si le fond du cotyle primitif correspond au niveau de la surface qua
drilatère de l'os coxal, la néo-articulation, elle, se trouve en regard de la ligne
innominée. Au niveau des deux fémurs, on note une forte antéversion de la
tête et du col ; l'angle de déclinaison s'élève en effet à 51° sur chaque os.
La tête fémorale est petite : à droite, diamètre transverse, 36 mm ;
diamètre vertical, 38 ; à gauche, 34 et 37. Ni sphérique ni lisse, aplatie de
dedans en dehors, elle réalise l'aspect classique en tampon de wagon, plus
marqué à gauche.
Elle est orientée en haut, en dedans et exagérément en avant. Le pour
tour de la tête est déformé ; à gauche, présence d'un petit ostéophyte.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.