Michelet et l'utilisation des arts plastiques comme sources historiques - article ; n°6 ; vol.48, pg 1403-1420

De
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1993 - Volume 48 - Numéro 6 - Pages 1403-1420
Michelet's Use of the Visual Arts as Historical Sources.
Ever since the middle years of the nineteenth century many historians have shown an interest in the evidence apparently provided by the visual arts for an understanding of the past. Although Jules Michelet was among the greatest and most influential pioneers of this new methodology no serious study has yet been made of the ways in which he embraced and then developed it. He himself attributed the birth of his historical vocation to the overwhelming impact made on him as young boy by the vandalised tombs and other monuments which were assembled during the Revolutionary and Napoleonic periods in the Musée des Monuments français. But he relied on his eyes not only for picturesque impressions and the vivid descriptive and necromantic writing for which he is famous but also the exploration of different mentalités and above all for his epoch-making invention the Renaissance.
18 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1993
Lecture(s) : 22
Nombre de pages : 19
Voir plus Voir moins

Francis Haskell
Nancy François
Michelet et l'utilisation des arts plastiques comme sources
historiques
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 48e année, N. 6, 1993. pp. 1403-1420.
Abstract
Michelet's Use of the Visual Arts as Historical Sources.
Ever since the middle years of the nineteenth century many historians have shown an interest in the evidence apparently
provided by the visual arts for an understanding of the past. Although Jules Michelet was among the greatest and most influential
pioneers of this new methodology no serious study has yet been made of the ways in which he embraced and then developed it.
He himself attributed the birth of his historical vocation to the overwhelming impact made on him as young boy by the vandalised
tombs and other monuments which were assembled during the Revolutionary and Napoleonic periods in the Musée des
Monuments français. But he relied on his eyes not only for picturesque impressions and the vivid descriptive and necromantic
writing for which he is famous but also the exploration of different mentalités and above all for his epoch-making invention the
Renaissance.
Citer ce document / Cite this document :
Haskell Francis, François Nancy. Michelet et l'utilisation des arts plastiques comme sources historiques. In: Annales.
Économies, Sociétés, Civilisations. 48e année, N. 6, 1993. pp. 1403-1420.
doi : 10.3406/ahess.1993.279222
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1993_num_48_6_279222ET UTILISATION MICHELET
DES ARTS PLASTIQUES
COMME SOURCES HISTORIQUES
Francis HASKELL
importance de Michelet dans élargissement des sources mises la dis
position des historiens1 est reconnue depuis longtemps par ceux qui lui ont
succédé au xxe siècle et dans cette perspective on évoqué parfois briève
ment certaines de ses considérations spécifiques sur les arts2 Mais ma
connaissance il existe pas de commentaire critique qui prenne en compte
la totalité de ses diverses manières aborder les uvres art vrai dire
un tel projet est devenu possible que grâce la publication très récente de
intégralité du Journal de Michelet est parce que certaines des innova
tions les plus audacieuses proposées la méthodologie historique par le plus
audacieux des historiens ont encore hui une portée directe sur la
pratique et la recherche communes il peut être utile indiquer quelques-
unes des voies une telle enquête et de souligner que celle-ci aura de vali
dité que si elle est fondée dans les limites du possible sur une étude scrupu
leuse des uvres art examinées par Michelet
Dans un passage célèbre qui peut se comparer évocation par Gibbon
du chant des frères franciscains célébrant les vêpres dans le temple de Jupi
ter sur les ruines du Capitele qui fut la première inspiration de Thé Décline
and Fall of the Roman Empire Michelet devait plus tard rappeler ses visites
au Musée des Monuments fran ais et émotion toujours la même et tou
jours vive qui me faisait battre le ur quand tout petit entrais sous ces
voûtes sombres et contemplais ces visages pâles quand allais et cherchais
ardent curieux craintif de salle en salle et âge en âge Je cherchais quoi
je ne le sais la vie alors sans doute et le génie des temps Je étais pas
bien sûr ils ne vécussent point tous ces dormeurs de marbre étendus sur
Cet article est une version abrégée et très adaptée un chapitre de mon livre History and
its Images Art and the Interpretation of the Past Londres 1993
Voir par exemple POMMIER et SEZNEC
1403
Annales ESC novembre-décembre 1993 no pp 1403-1420 LA CARRIERE DES UVRES
leurs tombes et quand des somptueux monuments du xv siècle éblouis
sants albâtre je passais la salle basse des Mérovingiens où se trouvait la
croix de Dagobert je ne savais pas trop si je ne verrais point se mettre sur
leur séant Chiipéric et Frédégonde
Ce fut effectivement le Musée des Monuments fran ais écrit-il ailleurs
qui lui inculqua un premier et vif sentiment de histoire4 Ce sentiment
eût-il été connu de ses contemporains aurait pu leur paraître quelque peu
aberrant voire pervers Car en créant ce musée partir des monuments
confisqués en dépôt dans ancien couvent des Petits-Augustins transformé
en entrepôt Alexandre Lenoir était précisément assigné de soustraire ces
pièces leur contexte historique et de les exposer uniquement en tant
qu uvres art Il est vrai que Lenoir lui-même avait pas su résister long
temps la résonance profonde de appel de peintures de tombes et de
sculptures ébréchees aussi inextricablement liées la gloire de la monarchie
fran aise et de glise mais pour Chateaubriand ces objets resserrés
dans un petit espace divisés par siècles privés de leurs harmonies avec
antiquité des temples et du culte chrétien ne servant histoire de art
et non celle des urs et de la religion ayant même pas gardé leur
poussière ils ne disent plus rien imagination ni au ur
La réaction très différente de Michelet a-t-elle été aussi spontanée
elle le paraît ou bien ne a-t-il pas reconstituée pour ainsi dire une fois
capable de fa onner pour lui-même le dispositif intellectuel qui lui permet
tait interpréter de telles sources visuelles plutôt que en faire de simples
ornements pittoresques pour la décoration un récit conventionnel Ce
est en 1846 alors il avait quarante-huit ans et il avait depuis long
temps démontré travers tous les livres qui étaient succédé cette capacité
géniale ressusciter le passé ce il considérait comme tant de ses admi
rateurs être une des tâches principales de historien il mentionna
pour la première fois dans ses écrits la puissante impression avait provo
quée en lui le Musée dans son enfance et ce est que sept ans plus tard
il décrivit avec quelle éloquence les visites tant de fois faites au
Musée en compagnie de sa mère Il est vrai on peut trouver dans son
enseignement des références bien antérieures au Musée en fait depuis le
premier cours au Collège de France en 1838 et comme il le nota dans son
journal revivais mon enfance mais il est surprenant que ni dans le
récit de cette enfance il commen écrire quand il avait que vingt-
deux ans ni dans les journaux il tenait pendant la même période il en
ait pas fait mention une seule fois alors que le Musée avait été démantelé
que quelques années auparavant
Dans ces premiers textes autobiographiques Michelet décrit de fa on
assez détaillée son éveil la sensualité et son attirance passagère pour les
croyances religieuses il raconte sa grande amitié pour un ami de classe son
MICHELET 1952 II pp 538-539 note Livre XII eh publié pour la première fois en
1853]
CHATEAUBRIAND MICHELET 1965 1978 Le Peuple Génie première du christianisme] édition 1846] 936 note 65 Edgar Quinei) 1959-1976 510 25 mars 1843 et aussi pp 489 et 492 29 décembre
1842 et et janvier 1843)
1404 HASKELL MICHELET ART ET HISTOIRE
insatiable appétit pour la lecture en plusieurs langues et ses ambitieux pro
jets littéraires Mais il presque rien intéressant dire au sujet des arts
plastiques qui allaient par la suite jouer un si grand rôle dans sa vie et son
uvre Pendant deux ans il prit des cours de dessin avec Mossa un ultra
royaliste assez bon petit homme artiste sans talent et même jugeant mal
comme je en suis aper depuis ne trouvant rien de plus beau que Vanloo
et Boucher mais il ne tira aucun profit de cette expérience cause du
mauvais ton des élèves Quelque huit ans plus tard âge de vingt-deux
ans il emmena sa maîtresse Pauline Rousseau il devait épouser en 1824
voir La mort de Sacrate de David tableau exposé temporairement au Musée
du Luxembourg Là je lui ai fait un cours histoire et de mythologie et
tandis elle admirait le Le nidas de David et surtout VEndymion de Giro-
det ai prouvé de manière visible que la statue de la Vénus assise sur le
bouc me faisait impression Et est tout
En 1824 Michelet qui présent enseignait histoire au collège Sainte-
Barbe fit la découverte de Vico et ne tarda pas attaquer la traduc
tion extraits de la Scienza Nuova et autres uvres Ce fut cette expé
rience exaltante qui semble lui avoir inspiré le désir de voir disparaître les
cloisons séparant les différentes disciplines intellectuelles En août 1825 il
défricha le terrain en choisissant comme thème de son discours de distribu
tion des prix unité de la science Il affirmait aucune branche de la
connaissance les langues la littérature histoire la physique ou les
mathématiques ne devait être étudiée en la dissociant des autres9 Moins
de trois mois plus tard il ne se contentait plus de cette ambition et notait
dans son journal il serait également possible de composer un discours
étincelant sur unité de histoire du genre humain 10 Tout en étant
conscient des difficultés de entreprise il en continua pas moins
enthousiasmer des possibilités qui ouvraient devant lui et est partir de
ce moment-là entre la fin de année 1825 et les premiers mois de 1826 que
sa réflexion commence avoir un rapport direct avec le sujet de cet article
Bien que Vico eût pas manifesté intérêt pour les arts plastiques
Michelet comprit dès le début que ces derniers seraient nécessairement
appelés jouer un rôle important dans élaboration de sa pensée Le
12 février 1826 il avan ait un certain nombre de propositions dans son Jour
nal des Idées pour aborder histoire de la France du xv siècle en obser
vant On pourrait faire abord histoire politique et littéraire de la
Ligue puis histoire du xv siècle puis histoire littéraire de France La
partie pittoresque pourrait être fort curieuse portraits des grands
auteurs tableaux contemporains des principales scènes processions mas-
MICHELET MICHELET 1959 1959 109 194 Journal Mémorial) Ier septembre 1820 Ces tableaux sont catalogués et
illustrés dans LANDON 1823 planches 12 26 le Sacrate de David été apparemment
prêté au Luxembourg par le marquis de Vèrac voir STERLING 1955 pp 192-196 Pauline
admira aussi un Romulus non identifié La sculpture de Vénus assise sur le bouc qui sus
cité attention de Michelet était La Baigneuse de Pierre Julien LANDON 1823 planche 58
Voir MICHELET Discours sur Unité de la Science dans les uvres complètes
pp.249-255
10 MICHELET 1959 235 Journal des Idées novembre 1825)
1405 LA CARRI RE DES UVRES
sacres) il en existe médailles et monnaies devises et emblèmes des
grands seigneurs monuments et architecture du temps plan de Paris
cette époque carte de la France Existe-t-il des recueils de sermons
chansons cantiques du temps Les rapprocher des discours chansons de la
Révolution.
Malheureusement malgré le Journal tenu entre 1820 et 1822 et malgré
quelques notes prises au cours de ses voyages et de ses lectures ce est
en 1830 il commencé tenir un vrai journal régulier il devait
continuer la fin de sa vie est son premier voyage en Italie qui
incité le faire Il agissait déjà une tradition époque mais les jour
naux de Michelet apportent une touche nouvelle Dès le début ils sont
caractérisés par une course insatiable aux monuments de toutes sortes il est
difficile imaginer que quiconque avant lui ait pu regarder autant églises
de palais de tableaux et de sculptures puis éprouver le besoin en faire des
commentaires rapides et parfois significatifs Mais ce est pas seulement la
quantité de ses observations qui surprennent est aussi leur nature et
usage il voulu en faire
Lors du premier voyage de Michelet en Italie en 1833 ni aspect phy
sique du paysage ni les critères esthétiques selon lesquels on jugeait ses
monuments avaient changé de fa on fondamentale depuis le temps de
Montesquieu de Gibbon et des autres voyageurs du xvii siècle il donc
passé une grande partie de son temps visiter des villes déjà parcourues par
ses prédécesseurs Mais contrairement eux il est presque autant inté
ressé humble et insolite au sublime et au consacré et ce qui est
encore plus significatif il pas contrairement eux confiné ses idées
sur architecture la sculpture et la peinture aux pages de son journal intime
mais il les intégrées directement dans ses uvres historiques majeures
Ainsi dans son Introduction Histoire universelle il publia âge de
trente-trois ans et il considérait vers la fin de sa vie comme sa première
contribution importante histoire12) il rend compte de individualisme qui
avait caractérisé la vie italienne surtout au Moyen Age en signalant ce fait
apparent Italie est le seul peuple qui ait eu une architecture civile aux
époques diverses où les autres nations ne connaissaient que architecture
religieuse Le mot pontifex signifie constructeur de ponts Les monuments
étrusques différents en cela de ceux de Orient ont tous un but utilité
pratique Ce sont des murs de villes des aqueducs des tombeaux on parle
moins de leurs temples Italie du Moyen Age bâtit beaucoup églises
mais étaient les lieux où se tenaient les assemblées politiques Tandis que
Allemagne Angleterre et la France élevaient que des édifices religieux
Italie faisait des routes des canaux Aussi Allemagne devan Italie dans
la production de ses prodigieuses cathédrales Jean Galeas Sforza fut obligé
de demander des architectes Strasbourg pour fermer les voûtes de la cathé
drale de Milan 13 En écrivant ces lignes il dû se rappeler les monuments
11 MICHELET 1959 pp 238-239 Journal des Idées 12 février 1826)
12 Le commentaire de Michelet allant dans ce sens été fait en 1871 MICHELET
uvres complètes II 217)
13 MICHELET Introduction Histoire universelle MICHELET uvres complètes II
p.242)
1406 HASKELL MICHELET ART ET HISTOIRE
il avait vus en Italie quelques mois auparavant encore que dans ce cas il
ne les ait pas décrits dans son journal pour ensuite étayer ses souvenirs les
déformer serait peut-être une formulation plus appropriée pour expliquer le
processus mental uvre ici sur une hypothèse écrite sûrement peu
solide afin établir une conclusion il avait selon toute probabilité
con ue indépendamment
En autres occasions on peut constater maintes et maintes fois
que pour Michelet rendre allégorique ce il sous les yeux est un proces
sus qui coïncide presque simultanément avec acte visuel Ainsi trois ou
quatre jours après son arrivée Rome monté au Campidoglio il contemple
la ville et note Le Panthéon représente ancien culte le Colisée la lutte
des deux religions Saint-Pierre le triomphe du christianisme Le christia
nisme conquis Rome du Colisée Saint-Pierre Aventin et le Capitole la
dualité politique Tout cela se voit de la maison du sénateur au 14
Pour son Histoire romaine il commen écrire quelques mois plus tard
et il publia presque aussitôt après Introduction Histoire universelle)
11 ne lui restait étoffer un peu ces intuitions pour pouvoir conclure le
premier chapitre dans le style évocateur qui allait devenir caractéristique
une grande partie de ses écrits historiques Contemplée ainsi du Capi
tole cette ville tragique laisse facilement saisir dans ses principaux monu
ments le progrès et unité de son histoire Le Forum vous représente la
république le Panthéon Auguste et Agrippa la réunion de tous les
peuples et de tous les dieux de Ancien Monde et un même empire en un
même temple Ce monument de époque centrale de histoire romaine
occupe le point central de Rome tandis aux deux extrémités vous voyez
dans le Colisée les premières luttes du christianisme son triomphe et sa
domination dans église de Saint-Pierre 15
Les carnets de voyage rapportés par Michelet de cette première visite en
Italie lui ont servi non seulement pour Introduction Histoire universelle
et pour Histoire romaine publiées toutes deux dans espace un peu plus
un an après son retour Paris mais aussi pour VHistoire de France
laquelle il allait consacrer une grande partie du restant de sa vie Le
12 avril 1830 il se rendit au Braccio Nuovo du Musée du Vatican et nota
parmi les nombreuses sculptures qui trouvaient des Captifs daces
nature brute 16 Dans le premier volume de VHistoire de France publié en
décembre 1833 il réfère une manière beaucoup plus explicite afin de
caractériser la profonde impersonnalité du génie germanique qui été
admirablement saisie par le sculpteur antique Les Daces du Vatican dans
leurs proportions énormes avec leur forêt de cheveux incultes ne donnent
point du tout idée de la férocité barbare mais plutôt celle une grande
force brute comme du uf et de éléphant avec quelque chose de singu
lièrement indécis et vague. Cette indécision du regard souvent frappé
dans les hommes les plus eminents de Allemagne 17
14 MICHELET 1959-1976 62 avril 1830)
15 Histoire romaine eh uvres complètes II 349)
16 64 12 avril 1830 Ces deux bustes se trouvent hui au
Braccio Nuovo du Musée du Vatican
17 MICHELET 1833-1867 1833) pp 171-172
1407 CARRIERE DES UVRES LA
Dès ses premiers écrits historiques Michelet proposa ses lecteurs ce
qui était encore époque un concept nouveau il était possible tout la
fois de se représenter directement les structures mêmes des sociétés du
passé et interpréter les traits caractéristiques des différentes nationalités
par la contemplation imaginative des arts que ces sociétés et ces nations
avaient laissés comme traces De tels monuments écrit-il en parlant des
cathédrales de Paris de Saint-Denis et de Reims sont de grands faits his
toriques 18 et il était très fier de originalité dont il faisait preuve en se
référant de tels faits pour sa propre compréhension du passé Avant
moi déclarait-il dans une lettre écrite au moment de la publication des
deux premiers volumes de son Histoire de France personne parlé de
géographie en historien personne essayé histoire de art du Moyen
Age je excepte ni les Allemands ni auteur de Notre-Dame de Paris Il
tourné autour des monuments Moi ai montré comment cette végétation
de pierre germé et crû 19
Tourné autour ce sont les termes mêmes qui dans le texte de VHis-
toire lui servent décrire attitude de ceux qui visitent une église comme ils
le feraient ils se trouvaient dans un musée art gothique Ils empressent
de louer la finesse de ornementation impressionnés dans leur ignorance
par tel exemple raffiné mais laborieux du travail de artisan datant de la
période décadente mais ils restent sourds au symbolisme profond qui les
entoure20 travers les pages de son Journal nous pouvons suivre Michelet
dans le parcours pendant lequel il avait lui-même deux ans auparavant
tourné autour des églises gothiques de la Normandie et de la Bretagne
poussé par ces mêmes mobiles de curiosité la recherche explications phi
losophiques ou interprétations ésotériques il allait plus tard critiquer
chez les autres mais en même temps toujours animé par le désir de péné
trer les mystères plus profonds qui avaient été presque irrémédiablement
perdus On le voit rejeter la conviction apparente de Victor Hugo pour
lequel architecture médiévale serait capricieuse pour discerner au
contraire une cohérence logique une superbe dialectique de pierre on
le voit comparer les plans des églises il est occupé visiter en si grand
nombre avec ceux des églises Angleterre et Allemagne dont il pas
toujours une connaissance directe il va consulter les antiquaires locaux six
heures du matin pour on lui montre comment les variations dans la struc
ture des fenêtres fenêtres larges ou accouplées ou divisées par des piliers
simples ou flamboyantes peuvent aider déterminer la date de construction
de chaque édifice il lit les traités architecture les plus récents et se rend
dans des bibliothèques pour feuilleter les revues locales il est écoute des
théories du jour sur les origines du style gothique Lyon Baie
Cologne De passage Rouen Saint-Ouen Caudebec Caen Mor-
laix et dans bien autres villes de moindre importance il griffonne des
18 MICHELET 1833-1867 II 1833) 663
19 lettre Lenormand de décembre 1833 cité dans MICHELET uvres
complètes IV
20 MICHELET 1833-1867 II 1833) pp 659-660
1408 HASKELL MICHELET ART ET HISTOIRE
notes non seulement propos de architecture mais aussi des conditions de
la vie contemporaine des affaires de famille des sentiments personnels des
notes qui sont parfois vives parfois expressives parfois techniques21 Ce sont
ces notes qui constituent le matériau brut où sont sorties une après
autre les pages éloquence soutenue publiées dans le deuxième volume
de VHistoire où il décrit la signification des croyances chrétiennes dans la
France médiévale une perceptible uniquement ceux qui sont
capables de comprendre quel point ces croyances ont trouvé une expres
sion harmonieuse dans la structure même des églises gothiques
Que de fois Michelet parcourut Europe de cette manière arrêtant
pour visiter non seulement les églises mais aussi les petits musées locaux qui
commen aient se créer partout pendant les années 1830 et 1840 des por
traits de notables du district accumulés dans la bibliothèque un archevêché
de province rassemblés peut-être avec quelques trésors on avait réussi
sauver lors du pillage un château des environs des fragments de meubles
ecclésiastiques saccagés et le butin une expédition archéologues ama
teurs autant instruments aussi indispensables pour produire la significa
tion de histoire que étaient les livres et les journaux illustrés qui
commen aient alors proliférer Ceux-ci furent également objets de étude
attentive de Michelet notamment les Annales archéologiques dirigées par
le très catholique erudii Adolphe Didron auteur de VHistoire de Dieu
et qui partir de 1844 non contentes de publier innombrables gravures
représentant toutes sortes objets associés au culte chrétien soulignaient
aussi combien il était nécessaire de pouvoir déchiffrer la signification icono
graphique de ces objets si on voulait sérieusement comprendre art
médiéval
La nouveauté de la démarche de Michelet fut emblée sensible ses
contemporains même ils acceptaient pas toujours le bien-fondé de ses
exemples Dans une longue série articles courtois mais extrêmement cri
tiques le baron Eckstein notable spécialiste de Inde et connu pour ses
études sur les religions orientales Heine appelait ironiquement le Baron
Bouddha accusa Michelet avoir mal compris la pensée de Hegel et de
être trompé dans la fa on dont il avait interprété les caractéristiques
raciales des premières tribus tranques Quelle notion trompeuse par
exemple que de vouloir retenir comme le trait caractéristique des Alle
mands une profonde impersonnalité en se fondant en partie sur deux
sculptures dans le Braccio Nuovo du Musée Pio-Clementino Voilà donc
la pensée de Michelet sculptée au Vatican raillait-il est de alle
mand traduit en pierre Passe pour les Daces lorsque je me trouvais
Rome il bien des années je ai pas songé vérifier Mais quel rapport
avait-il entre les Daces et les Goths et donc avec les Allemands Pour
ce qui est du regard si peu décidé que les savants de Allemagne ont porté
sur Michelet en oubliant de le fixer est malheur Si Kant et Lessing
avaient rencontré auteur ils auraient pris en suis sûr un très grand plaisir
le fixer ils se seraient bien vite aper un homme de ur et de talent
21 MrcHELET 1959-1976 pp 79-102 août 1831)
1409 LA CARRIERE DES UVRES
qui beaucoup de connaissances mais qui court quelquefois après effet et
qui recherche le paradoxe 22
Eckstein se montrait également sceptique sur cet art gaulois propos
duquel Michelet se fondant soit dit en passant sur des sources textuelles
plutôt que visuelles affirmait que dès sa naissance il eut quelque chose
impétueux exagéré de tragique. Ainsi une main gauloise donnait
art cet essor vers le gigantesque cette ambition de infini qui devait plus
tard élancer les voûtes de nos cathédrales 23 Je dois dire note Eckstein
que ai peine comprendre ces associations idées si diverses avait-il
un art gaulois Non art gaulois dont Michelet parle est tout bonne
ment un art romain emprunté un art grec. Cette ambition de infini si
expression est aussi exacte elle est pittoresque est uniquement due aux
inspirations du christianisme. Ensuite est une grande erreur que de signa
ler comme fran aise architecture des cathédrales du Moyen Age Les plus
anciennes confréries de ma ons se rencontrent sur les bords du Rhin
Strasbourg et Cologne. 24 De fait Michelet qui était fort attentif men
tionner dans ses notes de bas de page les résultats de ses recherches sur les
origines et la nature de architecture gothique25 était lui-même convaincu
de la primauté des ma ons allemands mais il pensait au cours de sa trans
lation en France le style gothique était radicalement transformé26 De toute
fa on les critiques de ce genre ne empêchèrent nullement de continuer
explorer les sources visuelles en tant que témoignages historiques et de les
interroger sur le passé en leur posant des questions un ordre tout fait dif
férent de celles qui leur avaient été posées jusque-là
Les impressions ressenties par Michelet devant architecture la
sculpture et la peinture furent toujours une nature bien plus profonde et
personnelle que celles qui sont seulement nécessaires historien aventu
reux désireux emprunter de nouvelles voies de recherche Il fut le premier
écrivain repérer dans la figure tendue vue de face et en buste de Auto
portrait de Durer Munich cette analogie avec les images hiératiques du
Christ que les historiens ultérieurs ont trouvée si évidente mais aussi si trou
blante Pour Michelet ce Christ était un homme pénétré une passion pour
art et pourtant en même temps était un laborieux souffrant sublime
ouvrier Nuremberg comme signalé Jean Seznec il quelques
années) il fut impressionné par autoportrait Adam Krafft dans église
Saint-Laurent une figure de pierre recroquevillée dans une position demi
agenouillée au pied du tabernacle et qui aide soutenir de son épaule une
partie de la galerie entourant sa base Il trouva tout aussi frappant le petit
autoportrait en bronze de Péter Vischer qui se tient debout moitié caché
dans une niche du sanctuaire richement orné du saint Saint-Sebald vêtu de
son tablier et tenant son marteau De telles uvres et autres une nature
22 Baron Eckstein dans Revue européenne mars 1834 Voir MICHELET uvres
complètes IV pp 784-785
23 MICHELET 1833-1867 1833) 87
24 Baron Eckstein dans Revue européenne février 1834) voir MICHELET uvres
complètes IV 761
25 MICHELET 1833-1867 II 1833) pp 673-674 677 679 692 ss
26 II 682
1410 HASKELL MICHELET ART ET HISTOIRE
comparable apportaient Michelet la preuve il existe pas nécessaire
ment de barrières rigides entre le maître-ouvrier et artiste Il avait été lui-
même tourmenté par la crainte être trop per comme un artiste aucun
critique avait refusé de reconnaître sa maîtrise stylistique et que ce tem
pérament artiste distant égoïste et aristocratique eût comme effet
de isoler du peuple auquel il appartenait par ses origines et dont il défen
dait la cause Or dans les chef-d uvres gothiques de Allemagne il vérifiait
une telle trahison était pas inévitable27
De tels sentiments peuvent expliquer intensité avec laquelle Michelet
est constamment tourné vers les arts plastiques pour aider dans sa tâche
mais ils ne nous renseignent obscurément sur utilisation précise
laquelle il les destinait Même lors de son premier voyage en Italie il avait
fait preuve une aptitude étonnante pour ne pas dire imprudente
construire des généralisations partir des monuments il avait vus là-bas
et mesure que ses connaissances sur les arts augmentaient il appuyait sur
eux en tant que sources historiques de fa on de plus en plus hardie
Les monnaies et les médailles qui pendant si longtemps avaient été les
principales sources visuelles consultées par les historiens intéressaient
guère Michelet Une ou deux fois il trouva pourtant dans les sceaux royaux
médiévaux qui faisaient souvent objet de débats dans les articles des
revues antiquaires un témoignage visuel un ordre il convenait vrai
ment de qualifier historique plutôt que relevant des intérêts de anti
quaire Pour démontrer que Charles rusé erudii froid fut le premier
roi de France moderne Michelet invoque les sceaux de ce roi qui le figurent
assis Jusque-là on se figurait un roi devait monter cheval Philippe-le-
Bel lui-même avec son chancelier Pierre Flotte était allé se faire battre
Courtrai Charles combattit mieux de sa chaise. 28
Depuis le xvie siècle les tombes médiévales avaient attiré attention
fidèle des antiquaires et elles avaient souvent été illustrées dans de beaux in
folios publiés en Angleterre en France en Allemagne et ailleurs Pour le
savant elles servaient de manuels de costumes de généalogie et héral
dique et elles constituaient aussi la source la plus fiable et la plus accessible
permettant établir les dates des événements importants un passé par ail
leurs mal documenté Depuis époque de Paolo Giovio on les avait appré
ciées pour les portraits vraisemblables elles proposaient hommes
célèbres Mais Michelet dans quelques pages brèves semble avoir été le
premier historien saisir importance potentielle des tombes comme indices
de transformation des attitudes de homme vis-à-vis de la mort et ainsi
préparer le terrain pour une fort large part de la recherche récente Prenant
comme point de départ les directives remarquables données dans son testa
ment par Louis duc Orléans assassiné en 1407) pour la construction
une tombe où sa figure devait être représentée en gisant vêtue de habit
desdicts religieux célestins ayant dessous la tête au lieu oreiller une rude
pierre en guise et manière une roche et aux pieds au lieu de lyons. une
27 SEZNEC 1977 BIA OSTOCKI 101 MICHELET 1959-1976 pp 441 457-458
21 juillet 1842)
28 MICHELET 1833-1867 1837) pp 443-444
1411

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.