Modalité de présentation, fréquence des mots et ordre des réponses en rappel libre - article ; n°2 ; vol.82, pg 379-399

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1982 - Volume 82 - Numéro 2 - Pages 379-399
Résumé
L'étude du rang de rappel dans l'évocation immédiate de série de mots présentés visuellement ou auditivement apporte des éléments d'information sur les traitements intermédiaires entre la réception de l'information et l'émission des réponses.
On s'interroge sur le rôle respectif des codages graphiques et phonologiques qui interviennent à la réception, et celui du codage sémantique. Nous faisons l'hypothèse que ces traitements interviennent parallèlement à la mise en activation des programmes de réponses correspondant.
Avec des listes de 4, 6 ou 8 mots (comprenant 2 mots fréquents, placés soit au début, soit au milieu, soit à la fin des listes) nous avons constaté que :
1) le rappel croît très peu avec l'augmentation du nombre de mots ;
2) la capacité d'évocation séquentielle est plus importante en présentation auditive qu'en présentation visuelle (listes de 4 mots) ;
3) en présentation auditive, les premiers mots sont émis en dernier et les derniers en premier (listes de 6 et 8 mots).
En conclusion, on confirme l'hypothèse de la limitation de la capacité d'évocation, liée à la limitation des programmes de réponses accessibles, quel que soit le mode de présentation. Il faut faire intervenir au moment du rappel une estimation de la résistance des programmes de réponse au déclin et à l'interférence. Cette expérience souligne la finesse des régulations des mécanismes de rappel qui dépendent de la familiarité du stimulus mais plus encore de la modalité de la présentation.
Mots clefs : rappel libre, ordre de rappel, modalités de présentation.
Summary : Modality of presentation, word frequency and the order responses during the immediate free recall.
The analysis of rank order in immediate recall of strings of words presented visually or orally throws light on intermediate processing taking place between information input and response.
The role of graphemic and phonologie coding at the input phase and its influence on semantic coding was inoestigated. It was hypothesized that such processings are intervening in parallel with the activation of response programs : as soon as coding takes place, the corresponding « phonetico-articulatory » programme is activated.
With lists of 4, 6 and 8 words (involving 2 words of high frequency, set either in the beginning, either in the middle or in the end of the string, it was found that : 1) word recall capacity is notmuch amplified by an increase in the number of presented words ; 2) the analysis of response rank shows systematic effects which differentiate the two presentation conditions. Recall of 4 word lists is more complete and in better order with the oral presentation that with the visual one. In visual presentation, with 6 and 8 word lists, there is no systematic effect of rank response. On the contrary in oral presentation, the first words in the list are recalled last and the last words are recalled first. In conclusion the hypothesis of the limitation of the capacity of recall is confirmed This limitation is related to the limitation of accessible responses whatever the modalities of presentation One should introduce an estimate of the resistance of response programmes to forgetting and inter ferences at the time of recall This experiment underscores the refinement of the regulations of recall mechanisms which depend not only on stimulus frequency but also on the modality of presentation Key-words free recall recall order modality of presentation
21 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1982
Lecture(s) : 26
Nombre de pages : 23
Voir plus Voir moins

Geneviève Oléron
Hubert Tardieu
Modalité de présentation, fréquence des mots et ordre des
réponses en rappel libre
In: L'année psychologique. 1982 vol. 82, n°2. pp. 379-399.
Citer ce document / Cite this document :
Oléron Geneviève, Tardieu Hubert. Modalité de présentation, fréquence des mots et ordre des réponses en rappel libre. In:
L'année psychologique. 1982 vol. 82, n°2. pp. 379-399.
doi : 10.3406/psy.1982.28425
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1982_num_82_2_28425Résumé
Résumé
L'étude du rang de rappel dans l'évocation immédiate de série de mots présentés visuellement ou
auditivement apporte des éléments d'information sur les traitements intermédiaires entre la réception de
l'information et l'émission des réponses.
On s'interroge sur le rôle respectif des codages graphiques et phonologiques qui interviennent à la
réception, et celui du codage sémantique. Nous faisons l'hypothèse que ces traitements
parallèlement à la mise en activation des programmes de réponses correspondant.
Avec des listes de 4, 6 ou 8 mots (comprenant 2 mots fréquents, placés soit au début, soit au milieu,
soit à la fin des listes) nous avons constaté que :
1) le rappel croît très peu avec l'augmentation du nombre de mots ;
2) la capacité d'évocation séquentielle est plus importante en présentation auditive qu'en présentation
visuelle (listes de 4 mots) ;
3) en présentation auditive, les premiers mots sont émis en dernier et les derniers en premier (listes de
6 et 8 mots).
En conclusion, on confirme l'hypothèse de la limitation de la capacité d'évocation, liée à la limitation des
programmes de réponses accessibles, quel que soit le mode de présentation. Il faut faire intervenir au
moment du rappel une estimation de la résistance des programmes de réponse au déclin et à
l'interférence. Cette expérience souligne la finesse des régulations des mécanismes de rappel qui
dépendent de la familiarité du stimulus mais plus encore de la modalité de la présentation.
Mots clefs : rappel libre, ordre de rappel, modalités de présentation.
Abstract
Summary : Modality of presentation, word frequency and the order responses during the immediate free
recall.
The analysis of rank order in immediate recall of strings of words presented visually or orally throws light
on intermediate processing taking place between information input and response.
The role of graphemic and phonologie coding at the input phase and its influence on semantic coding
was inoestigated. It was hypothesized that such processings are intervening in parallel with the
activation of response programs : as soon as coding takes place, the corresponding « phonetico-
articulatory » programme is activated.
With lists of 4, 6 and 8 words (involving 2 words of high frequency, set either in the beginning, either in
the middle or in the end of the string, it was found that : 1) word recall capacity is notmuch amplified by
an increase in the number of presented words ; 2) the analysis of response rank shows systematic
effects which differentiate the two presentation conditions. Recall of 4 word lists is more complete and in
better order with the oral presentation that with the visual one. In visual presentation, with 6 and 8 word
lists, there is no systematic effect of rank response. On the contrary in oral the first words
in the list are recalled last and the last words are recalled first. In conclusion the hypothesis of the
limitation of the capacity of recall is confirmed This limitation is related to the limitation of accessible
responses whatever the modalities of presentation One should introduce an estimate of the resistance
of response programmes to forgetting and inter ferences at the time of recall This experiment
underscores the refinement of the regulations of recall mechanisms which depend not only on stimulus
frequency but also on the modality of presentation Key-words free recall recall order modality of
presentationL'Annie Psychologique, 1982, 82, 379-399
Laboratoire de Psychologie expérimentale
Université Bené-Descartes el EPHE 3e section
associé au CNRS1
MODALITÉ DE PRÉSENTATION,
FRÉQUENCE DES MOTS ET ORDRE DES RÉPONSES
EN RAPPEL LIBRE
par Geneviève Oléron et Hubert Tardieu
SUMMARY : Modality of presentation, word frequency and the order
responses during the immediate free recall.
The analysis of rank order in immediate recall of strings of words
presented visually or orally throws light on intermediate processing taking
place between information input and response.
The role of graphemic and phonologic coding at the input phase and its
influence on semantic coding was investigated. It was hypothesized that
such processings are intervening in parallel with the activation of response
programs : as soon as coding takes place, the corresponding « phonetico-
articulatory » programme is activated.
With lists of 4, 6 and 8 words (involving 2 words of high frequency, set
either in the beginning, either in the middle or in the end of the string, it
was found that : 1) word recall capacity is not much amplified by an increase
in the number of presented words ; 2) the analysis of response rank shows
systematic effects which differentiate the two presentation conditions.
Recall of 4 word lists is more complete and in better order with the oral
presentation that with the visual one. In visual presentation, with 6 and
8 word lists, there is no systematic effect of rank response. On the contrary
in oral presentation, the first words in the list are recalled last and the last
words are recalled first.
1. 28, rue Serpente, 75006 Paris. 380 G. Oléron el H. Tardieu
In conclusion, the hypothesis of the limitation of the capacity of recall
is confirmed. This limitation is related to the limitation of accessible
responses, whatever the modalities of presentation. One should introduce an
estimate of the resistance of response programmes to forgetting and inter
ferences at the lime of recall. This experiment underscores the refinement of
the regulations of recall mechanisms which depend not only on stimulus
frequency but also on the modality of presentation.
Key-words : free recall, recall order, modality of presentation.
I. — INTRODUCTION
Cette étude porte sur l'analyse de l'ordre du rappel spontané
(c'est-à-dire sans consigne de rappel dans l'ordre) de listes brèves
de mots (4, 6 ou 8) plus ou moins fréquents, présentés auditive-
ment ou visuellement.
1° Nous voulons montrer que la tendance à évoquer sponta
nément les mots conformément à leur ordre de présentation
dépend d'une part de la longueur de la liste, et d'autre part
de la modalité de présentation.
En effet, de très nombreuses études se sont préoccupées de
la capacité du système mnémonique à apprendre l'ordre de
présentation d'éléments (lettres, chiffres, mots) avec cette consigne
explicite (revue des travaux de Murdock, 1974).
Nous avons déjà montré (Oléron, 1975, 1976, 1978), comme
l'ont fait également Baddeley, Thomson et Buchanam (1975),
qu'avec une présentation visuelle unique le rappel spontané
de listes de 4 et 5 mots fréquents se fait conformément à l'ordre
de leur présentation. C'est un comportement signalé également
par Fraisse et Smirnov (1976) dans le rappel de listes comprenant
6 à 7 lettres. Nous avons appelé cette propriété très primaire
du système mnémonique la « capacité d'évocation séquent
ielle » (ces). Avec des mots peu fréquents et bisyllabiques,
elle est en moyenne de 4 en présentation visuelle et de
5 mots en présentation auditive (Oléron, 1976). Dans l'une ou
l'autre des conditions de présentation, lorsque le nombre des
mots de la liste augmente d'un ou de deux mots par rapport
aux valeurs précitées, le désordre apparaît dans l'évocation,
même si la totalité des mots est rappelée. On observe souvent
des oublis des mots placés en début et au milieu de la liste ;
les mots de la fin sont les moins oubliés. Plusieurs auteurs ont Rappel de liste de mots 381
souligné que l'effet de récence était plus élevé en présentation
auditive (Craik, 1969 ; Watkins, 1972 ; Watkins et Watkins,
1973 ; Crowder, 1976).
2° Nous faisons l'hypothèse que la limitation constatée dans
l'émission des items, spécialement lorsque les réponses sont
orales, dépend principalement de l'accessibilité momentanée des
programmes ou des schemes phonético-articulatoires de réponses
(Oléron, 1976, 1978, 1980). Plusieurs auteurs adoptent cette
perspective théorique : Lévy (1971), Pynte (1973), Fraisse et al.
(1976), Klapp (1976), Lee et Estes (1977), Fraisse (1977). Nous
accordons plus d'importance au rôle des processus de sortie
dans le maintien de l'ordre des réponses qu'aux processus d'en
trée. Drewnowski et Murdock (1980) ont également adopté ce
point de vue.
Pour mieux comprendre les mécanismes de l'évocation imméd
iate en fonction de la disponibilité des programmes de réponse,
nous avons placé dans les listes de différentes longueurs deux
mots fréquents soit au début de liste, au milieu ou à la fin.
En effet, nous faisons l'hypothèse que les programmes de réponse
correspondant aux mots fréquents sont plus accessibles et résis
tent mieux à l'interférence et au déclin que ceux correspondant
aux mots peu fréquents. La présentation auditive favorisera,
plus que la présentation visuelle, l'activation de ces programmes
phonético-articulatoires. Watkins (1977) a montré que l'empan
mnémonique, c'est-à-dire le rappel des mots dans l'ordre, était
modifié seulement lorsque des mots fréquents (la moitié de la
liste) étaient en début de liste. Nous avons confirmé cet effet
en présentation visuelle (Oléron et Tardieu, 1982).
Nous intéressant à l'ordre des réponses, nous voulons voir
si le sujet utilise une stratégie de rappel en prenant en compte
cette stabilité des programmes de réponses, quelles que soient la
longueur des listes et la modalité de présentation, sans être averti
de l'existence de ces mots fréquents.
Nous nous proposons de vérifier plusieurs hypothèses en
utilisant deux indices descriptifs du comportement d'évocation :
le taux de rappel et l'ordre d'évocation des réponses, comparé
à l'ordre de présentation.
a) L'encodage phonologique et syllabique a une relation
privilégiée avec la mise en forme des réponses orales implicites
et explicites, en préparant en fait les programmes phonético-
articulatoires nécessaires à l'émission vocale. G. Oléron et H. Tardieu 382
Cette conception est en accord avec le point de vue exposé
par Noizet (1980) dans l'examen du processus de dénomination.
Nous faisons donc l'hypothèse que les sujets ont une capac
ité d'évocation séquentielle orale plus élevée en présentation
auditive qu'en présentation visuelle. Il y aura plus de listes
de 4 mots émises spontanément conformément à l'ordre de
présentation dans la condition auditive que dans la condition
visuelle.
b) Puisque les programmes de réponses correspondant aux
mots fréquents sont plus disponibles et plus stables que ceux
correspondant aux mots peu fréquents, il y aura plus de listes
de 4 mots rappelées conformément à l'ordre de présentation
lorsque les mots fréquents sont présents.
c) Pour les listes de 6 et 8 mots dont l'étendue est supérieure
à la capacité d'évocation séquentielle, les mots ne seront plus
rappelés dans l'ordre mais la présentation auditive favorisera
d'autant plus l'évocation des mots qu'ils seront fréquents.
Quant à l'ordre d'évocation, la seule hypothèse que nous
proposons est que les mots fréquents seront plutôt donnés en
dernier, car ils sont plus stables et ceci en particulier en présen
tation auditive, lorsque les listes sont de 6 et 8 mots.
II. — MATÉRIEL
ET PROCÉDURE EXPÉRIMENTALE
Nous mettons le sujet dans un état d'incertitude en ce qui concerne
la longueur de la liste qui va lui être présentée. Ceci est important car
Crowder (1976) et Oléron (1978) ont constaté que la connaissance de la
longueur de la liste interagit avec les stratégies de rappel. Les listes de
différentes longueurs sont présentées au hasard.
Chaque sujet reçoit 45 listes de mots dont 15 listes de 4 mots, 15
de 6 mots, et 15 de 8 mots. Pour les listes de même longueur (4, 6 et
8 mots) il y a 6 listes contrôles avec des mots peu fréquents (F) extraits
des normes de Gougenheim2 (fréquence 1 et 2) et 9 listes tests : trois
d'entre elles ont deux mots fréquents (fréquence > 20) en début de
liste (Fd), deux autres au milieu (Fm) et deux autres à la fin (F/).
Les listes sont construites pour éviter, autant que possible, des
2. G. Gougenheim, R. Michea, P. Rivenc, A. Sauvageot, L'élaboration
du français élémentaire, Paris, Didier, 1956, 257 p. Eappel de liste de mots 383
relations sémantiques et phonétiques entre les mots. Tous les mots
utilisés sont bisyllabiques.
Il y a deux modalités de présentation, l'une visuelle, par projection
d'un film commandé par un programmateur temporel : les mots appa
raissent à la cadence d'un mot toutes les 1,5 s, ceci détermine un temps
de présentation sur l'écran de 1 150 ms, les 350 ms restantes étant
utilisées pour la mise en place de l'image suivante ; l'autre auditive : les
listes ont été lues à la cadence d'un mot toutes les 1,5 s ; cette durée a
été jugée nécessaire pour une bonne diction. L'ordre des mots est le
même en présentation auditive et en présentation visuelle. On a constitué
en fait trois ordres aléatoires de l'ensemble des 45 listes en évitant que
plus de listes de même longueur se suivent. Le sujet est prévenu
par un signal « attention » de l'apparition des mots de chaque liste. Dès
que le sujet entend ou voit le mot « rappel », il évoque oralement tous les
mots dont il se souvient dans l'ordre qui lui plaît. L'expérimentateur
enregistre l'ordre de rappel des mots.
Sujets
Deux groupes indépendants de 9 sujets ont été associés respective
ment aux deux modalités de présentation (visuelle et auditive). Il s'agit
dans tous les cas d'étudiants en psychologie. Les sujets ont été rémunérés
pour leur participation à l'expérience.
III. — RÉSULTATS
A partir des protocoles des sujets, on a établi, pour chaque
modalité de présentation, deux analyses des résultats. En premier
lieu, nous avons effectué un dénombrement des mots correctement
évoqués afin d'estimer l'efficacité du rappel. En second lieu,
nous avons mis en relation le rang de rappel des mots avec leur
rang de présentation dans la liste.
1) Efficacité du rappel
Le tableau I fournit le nombre moyen de mots évoqués
par les sujets.
Les résultats obtenus en présentation visuelle sont très compar
ables, bien que légèrement plus élevés, à ceux que nous avons
obtenus dans une précédente expérience (Oléron et Tardieu, 1982)
(avec un plus grand nombre de sujets et un temps de présentation
de 1 s). 384 G. Oléron et H. Tardieu
Tableau I. — Nombre moyen de mots évoqués,
avec l'écart type de la distribution interindividuelle
par liste (4, 6 ou 8 mots)
Nombre de mots par liste
4 6 8
Conditions m a m o m a
Présentation visuelle
Fd 0,42 4,41 0,97 4,15 0,95
0,50 4,15 4,29 Fm 0,95 1,17
3,78 3,81 3,61 3,79 0,34 4,04 0,71 4,30 0,78
Ffi 4,20 4,25
0,56 3,98 0,88 3,94 1,16 F
Présentation auditive
Fd 3,74 0,36 4,56 0,70 4,19 0,64
0,11 Fm 3,96 4,22 0,81 4,92 0,85
3,89 4,44 0,23 4,56 0,55 0,53
Ff2 3,86 4,47 4,52
3,80 0,24 4,19 0,54 4,39 0,82 F
) Moyenne générale de Fd, Fm et Ff.
(2 ) Ibid.
L'analyse de variance appliquée à l'ensemble des données
individuelles permet de tirer les conclusions suivantes :
a) II y a plus de mots rappelés en présentation auditive
qu'en présentation visuelle (4,20 en auditif, 3,96 en visuel).
Ce résultat est significatif : F'(l — 16) = 8,92 ; p < .01.
b) II y a plus de mots rappelés pour les listes de 6 et 8 mots
que pour les listes de 4 mots (4,23 pour 6 mots et 8 mots, et
3,77 4 mots : F'(l — 16) = 3,27 ; p < .025). Il n'y a
aucune différence entre les rappels pour les listes de 6 et 8 mots
(4,20 et 4,26 : F'(l — 16) = 0,11, NS).
c) La présence des mots fréquents n'augmente pas de façon
significative le nombre de mots rappelés dans les listes (F = 4,17
et F = 3,99).
d) La position des mots fréquents dans la liste est sans effet
(début : 4,05 ; milieu : 4,11 ; fin : 4,07) : F' (2 — 32) = 0,37).
e) II n'existe aucune interaction significative d'ordre 2 entre
les facteurs principaux systématiques. de lisle de mots 385 Rappel
2) Etude du rappel complet et ordonné
des listes de 4 mots
conformément a l'ordre de présentation
en modalités visuelle et auditive
Dans cette analyse, on ne retient que les listes reproduites
conformément à l'ordre de présentation. Par la suite un autre
mode d'analyse soulignera les inversions entre les mots successifs.
Tableau II. — Nombre de listes de 4 mots
rappelées dans l'ordre de présentation
en fonction de la fréquence et de la modalité
(les % figurent entre parenthèses)
Présentation Présentation
visuelle auditive
Fd 20 20 (74,9 %) (74,9 %)
Fm 18 (66,7 - ) 24 (88,9 - )
18 - ) 24 - ) Ff
29 (53,7 - ) 44 F (81,5 -)
Ces résultats montrent très clairement qu'il y a plus d'évo
cations de listes complètes et dans l'ordre, en présentation
auditive, qu'en présentation visuelle lorsqu'il n'y a pas de mot
fréquent ; 81,5 % contre 53,7 %, soit une différence de 27,8 %
(dernière ligne du tableau F).
Cette différence diminue lorsqu'on introduit des mots fr
équents. L'écart est nul quand les mots fréquents sont en début
de liste. Il est de 22,2 % lorsque ces mots fréquents sont au
milieu ou en fin de liste.
La mobilisation des schemes articulo-phonatoires semble donc
d'autant plus efficace que les mots plus fréquents sont vers la
fin des listes en présentation auditive. En revanche en présen
tation visuelle, la présence des mots fréquents au début de liste
est la plus efficace pour le rappel dans l'ordre. Il apparaît que
les mécanismes de maintien dans l'ordre des programmes de
réponses ne sont pas les mêmes selon les modalités de présen
tation auditive ou visuelle.
Pour savoir si les différences constatées globalement lorsqu'il
y a des mots fréquents (F) ou lorsqu'il n'y en a pas (F) sont 386 G. Oléron et H. Tardieu
significatives, nous avons regroupé pour chaque sujet les résultats
obtenus (rappel conforme à l'ordre de présentation) pour les
listes où il y a des mots fréquents (9 au total) ; ces données
figurent dans le tableau III.
Tableau III. — Nombre de listes de 4 mots
rappelées conformément à Vordre de présentation^
par chaque sujet pour les différentes conditions F et F
Sujets
Condition
visuelle Vr V2 V3 V4 V5 V6 V7 V8 V9 Total %
Max = 6F554433320 29 53,7 = 9F7778-4 7547 56 71,6
Condition
auditive Ax A2 A3 A4 A5 A8 A7 A8 A9
Max = 6F666655333 43 81,5 = 9F998558978 68 85
La comparaison des deux groupes visuel et auditif à l'aide
du test de Mann et Whitney (U9_9 = 14) est significative à
p < .001 pour les listes F. Nous avons vu que l'écart était de
27,8 %. Lorsqu'il y a des mots fréquents, une comparaison
analogue est encore significative (U9_9 = 18 ; p < .01) avec
un écart de 12,4 % entre les deux groupes : présentation audi
tive (84 %) et présentation visuelle (71,6 %).
3) Etude du rang de rappel des mots
comparés a leur rang de présentation
dans les conditions visuelle et auditive
pour les listes de 4, 6 et 8 mots
Plusieurs méthodes ont été utilisées afin de quantifier, par
un indice, la relation entre rangs de présentation et rangs de
rappel : il s'agit, outre les indices classiques de corrélation par
rang, et le t de Kendall, du lag de Nilsson (1979) et de la méthode
plus fine proposée par Flores (1974), qui permet de tenir compte
des mots oubliés. Après avoir examiné ces différentes méthodes,
nous avons choisi une méthode simplifiée, dichotomique, inspirée

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.